Navigation – Plan du site

AccueilNuméros41VariaLa peinture métaphorique de la gu...

Varia

La peinture métaphorique de la guerre dans Savochoun de Simine Daneshvar

Farideh Alavi et Zeinab Rezvantalab
p. 191-202

Résumés

Simine Daneshvar, romancière, nouvelliste, traductrice et femme de Lettres iranienne renommée n’avait que 18 ans lorsque les Alliés envahirent son pays. 24 ans après la Seconde Guerre mondiale, dans son chef d’œuvre, Savochoun, elle montre sa ville natale, Chiraz, saccagée par l’invasion des troupes alliées, occupée par l’armée britannique. Sur le mode métaphorique et analogique, l’écrivaine dépeint le peuple iranien, toujours victime de la guerre. Pour dire la tyrannie et l’expansionnisme, l’écrivaine use de tournures indirectes, fait appel à des procédés stylistiques qui privilégient l’implicite. Figure de la poétique, la métaphore est le tour préféré de Daneshvar pour proposer au lecteur un parcours interprétatif au terme duquel il parvient à un surcroît de sens. Abordant la guerre avec un regard à la fois historicisant et littérarisant, la peinture métaphorique favorise chez l’écrivaine l’expression d’un langage elliptique. À la censure imposée par les occupants, Daneshvar répond par le biais des métaphores insérées dans un roman de résistance face à l’occupation, l’exploitation et la colonisation. Cet article s’attache à déceler la représentation de la guerre dans le discours métaphorique de Simine Daneshvar qui non seulement bouleverse le lecteur en abordant des thèmes comme la violence, l’absurdité et la brutalité, mais aussi est investi d’un pouvoir de persuasion servi par une imagination ingénieuse et novatrice.

Haut de page

Entrées d’index

Personnes citées :

Simine Daneshvar
Haut de page

Texte intégral

Introduction

  • 1 Jean-Paul Madou, Édouard Glissant : De mémoire d’arbres, p. 30.

1Dans son ouvrage classique, l’historien britannique Antony Beevor parle de La Seconde Guerre mondiale (2012) comme du « plus grand désastre d’origine humaine » compte tenu des destructions, des bouleversements qu’elle a induits et du nombre de victimes dont elle a été la cause. Contre l’idée défendue par Walter Banjamin que l’histoire est toujours écrite par les vainqueurs1, Antony Beevor change de perspective, raconte la guerre du côté des vaincus, des ignorés, de ceux que négligent les manuels d’histoire. Ainsi se donne cours une histoire qui parle des atrocités et des brutalités commises par soldats et officiers, du côté des Alliés comme des pays de l’Axe, à l’encontre des populations des territoires occupés. Pour donner idée des dimensions de ce désastre dévastateur dans toute sa complexité, Beevor rapporte l’histoire d’un Coréen forcé de se battre successivement dans les armées japonaise, russe, allemande avant de se rendre finalement à des parachutistes américains.

  • 2 Michel Le Guern, Sémantique de la métaphore et de la métonymie, p. 71-74

2Telle est la démarche qu’adopte Simine Daneshvar dans son Savochoun : dire la guerre non pas du point de vue des occupants ou des colonisateurs mais par la bouche de ceux qui ont subi les malheurs et les souffrances de ce fléau mondial. Dans cette perspective, le grand talent de l’auteur est de donner naissance à des métaphores qui s’ouvrent les unes sur les autres pour mieux rendre dans leur complexité angoisse, lassitude et accablement subis par des peuples ravagés, culbutés et touchés par une guerre qui leur a été imposée. Car la métaphore, si l’on en croit Michel Le Guern dans Sémantique de la métaphore et de la métonymie, « offre au langage des possibilités d’économie en fournissant la formulation synthétique des éléments de signification »2. À quoi s’ajoute une seconde fonction traditionnelle, explique-t-il, celle d’orner et de plaire. Mais ce n’est pas encore tout et Le Guern reconnaît une troisième fonction : celle de persuader et d’émouvoir. Alors que la logique est utilisée pour convaincre par raisonnement, la métaphore cherche à persuader par l’émotion. Elle provoque ainsi une réaction affective, ne s’intéressant pas à convaincre mais à persuader. Dans un territoire occupé, rien ne sert d’argumenter, il faut persuader. C’est ce que recherche Daneshvar par l’utilisation des métaphores : émouvoir, persuader et, bien sûr, plaire au lecteur.

Simine Daneshvar et la guerre

  • 3 C’est nous qui avons traduit les passages cités de Savochoun de Daneshvar.
  • 4 Simine Daneshvar, Savochoun, p. 3.
  • 5 Ghahréman Shiri, Les écoles romanesques en Iran, p. 46-47.

3Née trois ans après la Première Guerre mondiale, le 28 avril 1921, Simine Daneshvar passe son enfance à Chiraz. Elle fera plus tard des études en Lettres persanes à l’Université de Téhéran, se mariant avec l’écrivain, critique et traducteur Djalal Al-e-Ahmad, à qui elle dédie son roman – « au souvenir de l’ami »3 – qui fut, selon une métaphore in praesentia, « le “Jalal”, la gloire de [sa] vie »4. Après un séjour aux États-Unis suite à une bourse d’études en esthétique de l’Université de Stanford, elle regagne son pays, où elle devient Professeure d’archéologie et d’histoire de l’art à l’Université de Téhéran. Femme de Lettres, critique, nouvelliste, traductrice, maîtrisant l’anglais, l’allemand, le russe, l’italien et, bien sûr, le persan, elle fut la première femme iranienne à adopter l’écriture romanesque, donnant naissance à des textes qui tirent toute leur richesse du trésor autochtone et national, mêlant le réel et le fictif, la quête et l’enquête, le « je » et les jeux de mots, le présent et le passé dans une ode au pays natal où Chiraz, berceau des poètes les plus renommés de l’Iran – Sa’adi, Hafez, Ghaâni, Bidel, Vessal... – a toute sa place. Elle chante un peuple en harmonie avec deux espaces sans limites, insaisissables : une mer dont le fond reste inaccessible à la vue ; des déserts brûlants et arides où l’on ne récolte que des mirages, carrefours de la rencontre des nationalités et des cultures et centre des richesses naturelles et nationales – dont l’or noir – où se mélangent ouvriers et industriels dans toute la gamme des opinions politiques. La chaleur de la nature, l’effervescence née de l’entrecroisement des cultures, l’agitation suscitée par l’interférence des positions politiques, définissent une littérature propre aux régions du Sud qui emprunte ses caractéristiques essentielles à l’environnement : mer, chaleur, fièvre, tempête, superstitions, cadres spatio-temporels chimériques, étrangeté des individus rencontrés, noms étrangers, personnages dotés d’une identité et d’un accent indigènes, abondance des rebelles, des trafiquants, des chômeurs, des nomades, apparition de maladies mystérieuses propres à la région... Lieu de relégation des opposants politiques à l’époque des Pahlavis, cette région nourrit une littérature de l’exil, des mémoires politiques, inspirée des événements marquants de l’histoire nationale et qui porte la trace des positions anticolonialistes des peuples du sud. Ainsi des révoltes qu’ont connues le Dalvar, le Tanghestan, le Dashtestan et Mir Mohanna, soulevés contre les forces britanniques ou portugaises5. Chiraz s’impose alors comme le foyer de grands romanciers tels que Sadegh Shoubak, Rassul Parvizi, Simine Daneshvar, Monirou Ravanipour, Amin Faghiri, dotés d’une écriture réaliste, parfois même naturaliste, avec son lot de pessimisme, fortement préoccupée par la politique, toujours utopique et décrivant des héros qui sèment les germes de l’espoir mais sont voués à un sort tragique.

4Ce territoire, qui abrite les édifices monumentaux de Persépolis, « la cité Perse » brûlée et saccagé au IVe siècle avant notre ère par Alexandre III de Macédoine lors de la guerre qu’il a menée contre Darius III, fait figure de paradis saccagé et perdu lors de la Seconde Guerre mondiale. C’est là que se déroulent les événements du roman Savochoun de Simine Daneshvar. La guerre est donc intrinsèquement liée à cette contrée, ce que l’on retrouve dans les romans de Daneshvar : si Savochoun décrit la vie d’un peuple dévasté par la Seconde Guerre mondiale, L’île d’errance et Le chamelier errant peignent la vie d’une nation solitaire face au fléau de la guerre imposée par Saddam.

5Paru en 1969, 25 ans après la Seconde Guerre mondiale, ce roman de Simine Daneshvar a immédiatement connu un grand succès. Premier roman persan dû à la plume d’une Iranienne, il se compose de 23 chapitres et raconte la vie de Zari durant la Seconde Guerre mondiale, à Chiraz, qui subit l’invasion des forces britanniques et russes. Tout au long du roman, on assiste à l’occupation puis à l’appropriation des richesses nationales, et l’on en mesure les effets sur la population. Simine Daneshvar suscite ainsi une situation expérimentale qui permet d’étudier l’attitude et le comportement des individus dans une période de crise où la guerre détruit les structures sociales, y compris au sein de la famille, situation expérimentale qui se monnaie en monologues intérieurs où les rêves, les souvenirs et les mémoires laissent une grande place aux métaphores.

L’art de l’analogie et des métaphores chez Daneshvar

  • 6 Simine Daneshvar, op. cit., p. 5.
  • 7 Ibid., p. 6.
  • 8 Nicolas Laurent, Initiation à la stylistique, p. 52.

6Le roman s’ouvre sur la fête de mariage de la fille du gouverneur de Chiraz à l’époque où le pays était ravagé par la guerre, la famine, l’épuisement, les maladies, l’injustice. La description du salon dans lequel se déroule la cérémonie se fait du point de vue de Zari, qui se trouve à côté d’autres invités et contemple le pain préparé, décoré de sésame, offert pour l’occasion par les boulangers, qui y ont porté cette dédicace : « de la part du syndicat des boulangers au gouverneur justicier ». Un geste que son mari, Youssof, commente au moyen d’une métaphore qui réunit les sèmes communs à deux notions relevant d’isotopies différentes (la bestialité et l’humanité) : « Pauvres veaux qu’ils sont, regarde comment ils baisent la main de leur bourreau ! Quel don gaspillé et à quel moment... »6. « Ce moment », Zari le glose quelques lignes plus bas : « Au moment où l’achat du pain dans les boulangeries n’était possible que par le héros épique, Rostam Dastan »7. Rostam, soit le héros mythique de l’Iran, le héros des héros, le champion des champions du Shâhnâmeh de Ferdowsi, le sauveur du territoire dans toutes les guerres menées contre l’Iran. À l’époque où le pays est déchiré et occupé par les ennemis, l’évocation des pouvoirs surnaturels de Rostam montre à quel point le peuple est désespéré. Le roman évoque alors les malheurs du peuple qui, obligé de vendre ses provisions aux armées étrangères, n’a pas de quoi se nourrir. Synecdoque d’individu ou antonomase qui, « selon certains linguistes, […] relève de la métaphore, résultant de la projection d’une représentation sur une autre »8, cette image métaphorique de Rostam apparaît dans la description que la narratrice fait de Youssof : sauveur des victimes de la famine, c’est lui qui brisa les serrures des réservoirs pour distribuer céréales, dattes et farine entre les pauvres villageois.

  • 9 Philippe Marion, « Métaphore et narrativité », p. 11.
  • 10 Simine Daneshvar, op. cit., p. 6.

7Dans « Métaphore et narrativité », Philippe Marion, expliquant le processus de création d’une métaphore, écrit : « Construire une métaphore, c’est chercher puis choisir, dans une catégorie de signes, une unité qui ressemble à celle que l’on veut remplacer afin de la mieux représenter. C’est, pour mieux la représenter, remplacer une unité par une autre qui lui ressemble quant au sens, mais que l’on recherche et choisit dans une autre catégorie sémantique. Ainsi, la métaphore utilise souvent un terme concret pour représenter une idée abstraite ou s’inscrivant dans un contexte abstrait »9. On reconnaît là la démarche de Daneshvar dans son roman lorsqu’elle entend montrer l’influence progressive, prolongée et durable exercée par les Britanniques sur l’esprit et la richesse du peuple iranien, quand la narratrice évoque les souvenirs d’enfance de l’héroïne touchant à une machine à coudre de marque Singer comme à un certain Mester Zinger qui, « avec sa taille monstrueuse », enseignait lui-même et gratuitement la couture aux jeunes filles iraniennes »10 :

  • 11 Ibid., p. 6-7.

et lorsque la guerre commença, Zari apprit que Mester Zinger aurait mis un costume militaire, avec sa décoration et son étoile [...]. Il faut faire preuve d’une grande patience pour vivre pendant 17 ans dans le mensonge, pense-t-elle, avoir un faux métier, un faux costume, vivre de plain-pied dans le mensonge. Et quel talent avait-il dans son faux métier...11

8En créant une relation métaphorique entre Singer et Zinger, « tailleur » et « sergent », la narratrice montre concrètement le travail du Sergent britannique : celui qui, à partir d’un plan bien défini, accompli des tâches sur mesure et prend la direction de l’atelier des opérations militaires. C’est ainsi que la description du mariage de la fille du gouverneur et de l’assistance qui compose la scène sert de truchement pour faire sentir la présence redoutable des occupants dans le paysage iranien.

  • 12 George Lakoff et Mark Johnson, Les Métaphores dans la vie quotidienne, p. 4.
  • 13 Simine Daneshvar, op. cit., p. 13.
  • 14 Ibid., p. 11.

9Selon Lakoff & Johnson12, la métaphore est « une projection sélective des traits d’un domaine conceptuel sur un autre ». Dans ce roman, si l’on prend comme exemple du domaine source « la guerre », on transpose – ou transfère – certains traits à un domaine cible, par exemple la narration. Voisinant avec l’image du faux maître tailleur métamorphosé en sergent Zinger, l’auteur raconte l’entrée d’un colonel britannique accompagné de soldats indiens et offrant un panier de fleurs en forme de navire : « Ce navire de guerre chargé de fleurs, c’est le cadeau du chef commandant notre armée »13 explique le journaliste de guerre Mac Mahon, en état d’ébriété. La relation métaphorique entre panier de fleurs et navire de guerre dévoile la duplicité qui préside à cette démarche apparemment charitable. L’occupation se lit également dans la relation métaphorique que supporte le gâteau de mariage : « Le gâteau de mariage à 5 étages était offert par le chef commandant les armées étrangères transportées en avion. […] sur le dernier étage, se trouvaient les deux mariés qui s’étaient donné la main et, derrière eux, on voyait le drapeau de l’Angleterre »14. Daneshvar n’hésite pas à inscrire dans sa narration l’autre face de cette fête qui n’est autre que la guerre.

  • 15 Gilles Fauconnier et Mark Turner, The Way We Think. Conceptual Blending and The Mind’s Hidden Compl (...)
  • 16 Simine Daneshvar, op. cit., p. 9.
  • 17 Ibid., p. 10.
  • 18 Il s’agit d’une danse traditionnelle iranienne, pratiquée surtout par certains tribus nomades à l’o (...)
  • 19 Simine Daneshvar, op. cit., p. 10.
  • 20 Ibid.
  • 21 Ibid., p. 12.

10En 2002, Fauconnier & Turner proposent une nouvelle théorie concernant les relations métaphoriques : la théorie de l’intégration conceptuelle, ou blending theory, qui cherche à expliquer la construction dynamique – ou « en ligne » – du sens. Cette construction dynamique n’est pas basée sur les domaines, elle opère avec des espaces mentaux, définis comme des constructions mentales temporaires et virtuelles, construites et manipulées pendant le discours15. Dans ces représentations mentales des locuteurs, le sens se développe et évolue. Si l’on accepte la définition des relations métaphoriques donnée par Fauconnier et Turner, on peut constater que, dans la mise en scène des éléments de la fête et de la cérémonie de mariage dans Savochoun, tout paraît faux ; tout est arrangé pour que se développe dans l’espace mental du lecteur l’idée de l’occupation. D’abord on entend la musique militaire – « Comme si l’on battait le tambour de la guerre »16 se dit Zari – dans le salon où se déroule la cérémonie du mariage. Puis « le cor des musiciens se met à jouer la marche militaire »17. Au même moment, « quelques hommes et femmes vêtus de costumes ghashghaï qu’ils avaient empruntés s’adonnaient à une danse de bois et de mouchoirs18 aberrante. Zari avait vu toutes sortes de contrefaçons mais elle n’avait jamais vu de faux ghashghaï »19. À la perte des territoires s’ajoute alors la perte d’identité et, enfin, la perte de leur famille avec ces officiers qui joignent les talons devant les dames, les saluent [militairement] et demandent leur main pour la prochaine danse devant des maris impuissants qui « se levaient comme un ressort, puis retournaient à leur place »20. Comme si rien ne pouvait étancher leur soif, les officiers britanniques cherchent à dépouiller le peuple de tout ce qu’il lui reste : « Colonel et Sergent Zinger, ensemble ou séparément, emmenaient des hommes au fond du jardin, et quelques minutes plus tard, ils revenaient, se dirigeant directement vers le bar pour boire à leur santé »21. Quiconque résistait à ses manœuvres était voué à disparaître. Tel sera le cas de Youssof.

  • 22 Ibid., p. 18.
  • 23 Ibid., p. 19.

11S’entretenant avec le journaliste écossais Mac Mahon, Youssof n’hésite pas à faire état des épreuves imposées au peuple iranien du fait d’une guerre qui ne le concerne pas : « Certes les citoyens de cette ville naissent poètes, dit-il, or vous avez tué leur poésie. Vous avez rendu leurs héros impuissants. Vous les avez privé de tout combat, ils ne peuvent même pas produire une seule épopée [...]. Vous avez créé un territoire dépourvu de héros. Vous avez transformé la ville en cimetière »22. L’image de la guerre s’infiltre partout au point que Zari verse des larmes et, dans un état d’abandon, dit : « ma ville, ma patrie, c’est cette maison, mais ils vont introduire la guerre aussi bien chez moi... »23. Cette métaphore territoriale concerne la terre où l’Iranien a ses racines, son refuge, la source de son aliment, de ses affections... bref, sa maison.

  • 24 Ibid., p. 29.
  • 25 Ibid.
  • 26 Ibid., p. 30.
  • 27 Sigmund Freud, « La décomposition de la personnalité psychique », p. 106.

12Or, tout au long du roman, cette maison devient la cible des attaques des officiers étrangers comme de ceux qui poursuivent un intérêt personnel, mais aussi le refuge des opprimés, le point de ralliement des hommes de la résistance, le séjour de la lumière, de l’Aube, de l’espoir que porte Sahar, le poulain noir du fils de Zari, comme une métaphore de la continuation de la vie, du mouvement, de la circulation dans une voie pleine d’ornières, de cailloux, d’obstacles, de difficultés. Dès le second chapitre du roman, le lecteur est introduit à l’importance des soins qui entourent ce poulain que tout le monde veut faire sien. Lorsque Youssof veut emmener son fils voir la ferrure, sa femme l’en empêche. Il réplique alors : « Khosro doit savoir que pour se chausser les pieds, on doit supporter le mal que font les clous »24. « Va-t-il trop souffrir ? »25. « Non, répond le père à son fils, c’est la question de la résistance. On l’a habitué à cesser de s’amuser quelque temps et à prendre sur lui... »26. Dans « La décomposition de la personnalité psychique », Freud écrit : « Le cheval fournit l’énergie, la locomotion ; le cavalier a la prérogative de déterminer le but, de guider le mouvement du puissant animal »27. Pour éteindre cette vie, pour étouffer cette énergie, chacun cherche une solution pour s’emparer de ce cheval. Dès que Youssof s’éloigne de la maison, on vient chercher le poulain. Pour ce faire, on éloigne aussi Khosro, âgé de douze ans, de son Sahar. C’est cependant oublier que c’est le cavalier qui guide le cheval, et qu’il importe qu’il soit à la hauteur de sa monture. Si le cavalier brutalise le cheval, celui-ci s’énerve et conduit son cavalier à la mort : c’est ainsi que si Sahar est pour Khosro prolongation de la vie, il mène la fille du gouverneur à la mort.

  • 28 Ali Hossouri, Syavashan, p. 41.
  • 29 Ibid., p. 115.
  • 30 Simine Daneshvar, op. cit., p. 295.
  • 31 Ibid., p. 298.

13Or, la métaphore qui entoure ce cheval établit une correspondance avec « Savuchun », le titre du roman, qui signifie « Lamentation pour Syavoch », personnage mythique qui a d’abord été cheval. Dans Avesta, l’ouvrage le plus ancien de l’Iran antique, son nom est composé de deux termes : « Sya » qui signifie « noir » et « Varsan » qui signifie « cheval »28. Hormis l’Avesta, on trouve aussi dans le Shâhnâmeh de Ferdowsi l’histoire de Syavoch qui possède un cheval du nom de Shabrangh Behzad (« Shabrang » pour la couleur de nuit, le noir, et « Behzad » pour la meilleure création). Héritier légitime du roi des Iraniens, il est d’abord placé sous la protection d’Afrâsiyâb, roi des Turcs qui, circonvenu par les ennemis de l’Iran, permet que l’on décapite son protégé. Après la mort de son père, Key Khosro hérite de ce cheval. Le jour de l’enterrement de Syavoch, on met un mouchoir noir au cou du coursier et accroche l’arme, les bottes et la ceinture du martyr à l’animal29. Cette scène mentale légendaire se retrouve dans celle de l’enterrement de Youssof : « on avait couvert la selle par une étoffe noire, mis le chapeau de Youssof sur le cheval et son fusil était accroché à son cou »30. Dans une mise en abyme filée, l’auteure renvoie à la cérémonie d’Achoura, celle de la remémoration de l’enterrement de l’Imam Hosseyn. Lorsque les soldats viennent interrompre les funérailles de Youssof, l’un des hommes s’approche et dit : « suppose que nous sommes à Karbala et qu’aujourd’hui est le jour d’Achoura », ce que Zari complète in petto : « ou bien suppose que c’est le Savochoun, que nous pleurons la mort de Syavoch »31. Et là, une nouvelle fois, sous les yeux du lecteur, se renouvelle la scène de Savochoun, la scène d’Achoura, quand les soldats détruisent tout ce qu’ils rencontrent et tuent des hommes innocents qui ne savent pas même pour quel crime ils sont exécutés.

Conclusion

14Mobilisé par Simine Daneshvar, l’art de la métaphore exprime le mouvement du langage vers l’inconnu, bien que l’auteure refuse toute pensée spéculative sur le langage. Elle conçoit alors son roman comme une tapisserie où s’entrecroisent les fils des souffrances du peuple iranien, dont la toile de fond est tissue de la tyrannie des monarques, et dont le cadre laisse entrevoir les stratégies infernales et la machination des occupants et des États étrangers pour passer le carcan de la servitude au cou d’un peuple essoufflé par les guerres mais cherchant toujours à résister au prix d’un sacrifice qui a la couleur du coquelicot ou celle des fritillaires impériales, témoins de l’exécution de Syavoch après quoi, comme le disent les fables, prises de honte, elles n’ont jamais relevé la tête mais, irriguées par son sang ont pris sa couleur rouge. Ainsi, peut-on résumer l’esprit du Savochoun de Daneshvar dans les deux vers de Hafez mis en exergue par la romancière :

  • 32 Hafez de Chiraz, Le Divan, p. 361.

شاه ترکان سخن مدعیان می شنود
شرمی از مظلمۀ خون سیاووشش باد
Le roi des Turcs écoute le discours des détracteurs.
Honte à lui de s’en être pris au sang de Siyâvoush !32

15Deux vers liminaires auxquels répondent les deux phrases conclusives :

  • 33 Simine Daneshvar, op. cit., p. 302.

« Ne pleure pas ma sœur. Un arbre poussera dans ta maison et des arbres dans ta ville et de plus en plus d’arbres dans ton giron »
« Et le vent soufflera le message de chaque arbre à l’autre et alors, les arbres demanderont au vent : dans ton chemin n’as-tu pas vu l’aube ? »33

Haut de page

Bibliographie

Beevor Antony, La Seconde Guerre mondiale, traduit de l’anglais par Raymond Clarinard, éd. Calmann-Lévy, 2012.

Daneshvar Simine, Savoshoun, Téhéran, Ed. Kharazmi, 20e édition, 2014 [1969].

Fauconnier Gilles et Turner Mark, The Way We Think. Conceptual Blending and The Mind’s Hidden Complexities, New York, Basic books, 2002.

Fauconnier Gilles et Turner Mark, « Conceptual Integration Networks », Cognitive Science, vol. 22, No 2, p. 133-187, 1998. Consulté le 2/24/17 sur :
www.cogsci.ucsd.edu/~faucon/BEIJING/CIN.pdf

Freud Sigmund, « La décomposition de la personnalité psychique », Nouvelle conférence d’introduction à la psychanalyse, Paris, Gallimard, 1984 [1933].

Hafez de Chiraz, Le Divan, traduit par Charles-Henri de Fouchécour, Paris, éd. Verdier, 2006.

Hossouri Ali, Syavashan, Téhéran, éd. Shechmeh, 2000 [1378].

Lakoff George et Johnson Mark, Les Métaphores dans la vie quotidienne, traduit de l’anglais par Michel de Fornel avec la collaboration de Jean-Jacques Lecercle, Paris, Les éditions de Minuit, 1986.

Laurent Nicolas, Initiation à la stylistique. Ouvrage publié sous la direction d’Anne-Marie Garagnon et Romain Lancrey-Javal, Paris, Hachette, Coll. « Ancrages », 2001.

Le Guern Michel, Sémantique de la métaphore et de la métonymie, Paris, Larousse, 1973.

Madou Jean-Pol, Edouard Glissant : De mémoire d’arbres, Broché, RodopiBv Éditions, Collection monographique Rodopi en littérature française contemporaine, 2004.

Marion Philippe, « Métaphore et narrativité », Recherches en Communication, no 2 : La métaphore (II), coordonné par Jean-Pierre Meunier, éd. Université catholique de Louvain, 1994.

Shiri Ghahréman, Les écoles romanesques en Iran, Téhéran, Nashré Tshéshmé, 2007 [1386].

Haut de page

Notes

1 Jean-Paul Madou, Édouard Glissant : De mémoire d’arbres, p. 30.

2 Michel Le Guern, Sémantique de la métaphore et de la métonymie, p. 71-74

3 C’est nous qui avons traduit les passages cités de Savochoun de Daneshvar.

4 Simine Daneshvar, Savochoun, p. 3.

5 Ghahréman Shiri, Les écoles romanesques en Iran, p. 46-47.

6 Simine Daneshvar, op. cit., p. 5.

7 Ibid., p. 6.

8 Nicolas Laurent, Initiation à la stylistique, p. 52.

9 Philippe Marion, « Métaphore et narrativité », p. 11.

10 Simine Daneshvar, op. cit., p. 6.

11 Ibid., p. 6-7.

12 George Lakoff et Mark Johnson, Les Métaphores dans la vie quotidienne, p. 4.

13 Simine Daneshvar, op. cit., p. 13.

14 Ibid., p. 11.

15 Gilles Fauconnier et Mark Turner, The Way We Think. Conceptual Blending and The Mind’s Hidden Complexities, p. 40.

16 Simine Daneshvar, op. cit., p. 9.

17 Ibid., p. 10.

18 Il s’agit d’une danse traditionnelle iranienne, pratiquée surtout par certains tribus nomades à l’occasion des cérémonies de mariage, au cours de laquelle les jeunes dansent et chantent en cercle, en agitant des mouchoirs colorés et des bâtonnets de bois, en signe de joie et de bonheur.

19 Simine Daneshvar, op. cit., p. 10.

20 Ibid.

21 Ibid., p. 12.

22 Ibid., p. 18.

23 Ibid., p. 19.

24 Ibid., p. 29.

25 Ibid.

26 Ibid., p. 30.

27 Sigmund Freud, « La décomposition de la personnalité psychique », p. 106.

28 Ali Hossouri, Syavashan, p. 41.

29 Ibid., p. 115.

30 Simine Daneshvar, op. cit., p. 295.

31 Ibid., p. 298.

32 Hafez de Chiraz, Le Divan, p. 361.

33 Simine Daneshvar, op. cit., p. 302.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Farideh Alavi et Zeinab Rezvantalab, « La peinture métaphorique de la guerre dans Savochoun de Simine Daneshvar »Babel, 41 | -1, 191-202.

Référence électronique

Farideh Alavi et Zeinab Rezvantalab, « La peinture métaphorique de la guerre dans Savochoun de Simine Daneshvar »Babel [En ligne], 41 | 2020, mis en ligne le 25 mai 2020, consulté le 14 avril 2021. URL : http://journals.openedition.org/babel/10348 ; DOI : https://doi.org/10.4000/babel.10348

Haut de page

Auteurs

Farideh Alavi

Université de Téhéran

Zeinab Rezvantalab

Université de Téhéran

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Babel. Littératures plurielles est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Laboratoire Babel
  • Logo Université de Toulon
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • OpenEdition Journals
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search