Navigation – Plan du site

AccueilNuméros41VariaRushes sur le cinéma italien. L’u...

Varia

Rushes sur le cinéma italien.
L’ultimo minuto di Ugo Tognazzi

Mattia Ringozzi
p. 235-240

Résumés

Dans la deuxième moitié des années 1980, Ugo Tognazzi joue dans Ultimo minuto, un film dirigé par Pupi Avati. Dans cette œuvre peu connue, constituant l’une des dernières interprétations du grand comédien italien, Tognazzi accomplit une composition magistrale, s’identifiant totalement au personnage principal. Sans prétention à l’exhaustivité, cette contribution a pour but d’avancer quelques considérations sur ce long-métrage, en s’appuyant particulièrement sur l’interprétation de Tognazzi.

Haut de page

Entrées d’index

Parole chiave:

cinema italiano, calcio

Personnes citées :

Pupi Avati, Ugo Tognazzi
Haut de page

Texte intégral

  • 1 Balsamus, l'uomo di Satana, Pupi Avati, 1968.
  • 2 Thomas e gli indemoniati, Pupi Avati, 1970.

1En maintes occasions, le réalisateur italien Pupi Avati a évoqué le virage décisif imprimé à sa propre carrière, au mitan des années 1970, par Ugo Tognazzi, en qui il a trouvé un interlocuteur sensible et attentif. Comédien parmi les mieux rétribués d’Italie, Tognazzi était à l’époque au faîte de sa gloire. Avati, au contraire, venait de tourner deux films qui n’avaient pas rencontré le public : Balsamus, l’uomo di Satana1 et Thomas e gli indemoniati2. C’est grâce à l’acteur de Crémone que Pupi Avati, après des débuts laborieux, put continuer à réaliser ses fresques mélancoliques.

2L’histoire de la rencontre fortuite entre les deux cinéastes – telle qu’elle a été racontée par Pupi Avati – semble puiser au romanesque, tout comme certains aléas vécus par les protagonistes de la Comédie à l’italienne.

  • 3 La mazurka del barone, della santa e del fico fiorone, Pupi Avati, 1975.

3En essayant vainement de convaincre l’ambigu Paolo Villaggio de se porter garant d’un scénario qu’il s’était dit prêt à tourner, condition nécessaire pour produire le film La mazurka del barone, della santa e del fico fiorone3, Avati avait suivi le comédien génois jusqu’au domaine d’Ugo Tognazzi à Torvaianica, aux alentours de Rome. Tout le beau monde du cinéma italien convié était en train de disputer le Scolapasta d’oro, trophée de tennis dans l’esprit de Tognazzi. Ainsi, le scénario demeura oublié sur une petite table en formica, près du téléphone. Fin de partie pour Avati qui rentra à Rome, désormais convaincu d’avoir définitivement fermé la porte à sa singulière aventure cinématographique. Mais un miracle se produisit, qui nous a permis de jouir des fables du réalisateur bolognais jusqu’à aujourd’hui.

  • 4 Non toccare la donna bianca, Marco Ferreri, 1974.

4En effet, quelque temps après son « intrusion », Avati reçut un appel téléphonique de Paris. Passionné par le scenario, Tognazzi en personne se proposait au réalisateur pour interpréter le rôle principal. Que s’était-il passé ? Il semblerait que Franca Bettoja, épouse de Tognazzi, eût remplacé par erreur un scénario d’Alberto Bevilacqua par celui de Pupi Avati. Ce fut donc grâce à un quiproquo que Tognazzi, à son arrivée en France, où il était engagé sur le tournage de Non toccare la donna bianca4, trouva dans sa valise le synopsis méprisé par Villaggio.

5Avati fut donc invité à dîner au domaine de Torvaianica où il s’était déjà introduit discrètement. Tognazzi, fin gourmet, avait préparé tout un repas, des entrées au dessert, à base de fico fiorone. Ensuite, il tourna le film sans exiger de cachet, optant pour un pourcentage sur les entrées. Même Villaggio se montra soudainement intéressé, se contentant d’un rôle mineur, après s’être boycotté lui-même.

6Dans la deuxième moitié des années 1980, les rôles s’étaient en quelque sorte inversés. Pupi Avati traversait une phase particulièrement heureuse de sa carrière, alors que Tognazzi, bien que conservant tout son charme, était loin du succès de la décennie précédente. C’est dans ces conditions qu’Avati pensait pouvoir tourner de nouveau un film qui les réunisse. Un symbole de reconnaissance qui lui permettait également de travailler avec un comédien charismatique.

7Pris dans une spirale dépressive, se confrontant avec un vieillissement qu’il n’acceptait pas ainsi qu’une chute de popularité probablement plus ressentie que réelle, Tognazzi joue, dans ce petit film peu connu, toute son âme. Il semblerait même que ses appréhensions y trouvent un écho emblématique. En effet, Tognazzi résume, dans son interprétation, tout son savoir-faire, en dosant gestes et paroles avec ironie et souffrance. Le grand comédien semble s’identifier à la perfection avec le protagoniste, Walter Ferroni, un Italien de province guetté par le retour d’âge. À la fois noble et pathétique, le personnage refuse de se laisser rattraper par le temps, sans livrer un ultime baroud d’honneur.

  • 5 Ultimo minuto, Pupi Avati, 1987.

8Film de poussière, de sueur et de terrain de banlieue, dans Ultimo minuto5 la passion pour le football – métaphore évidente de la vie – s’amalgame avec le monde du business, un monde où rien n’est propre, ou, pour mieux dire, rien n’est sportif. Une indéfinissable vulgarité y est également représentée du fait que, en se penchant sur un tel milieu, force est d’en reproduire un certain kitch flottant, riche en maquillage lourd et tenues tape-à-l’œil, représentatif de l’esthétique de l’époque.

9Pour autant, l’analyse sociale n’est pas le marqueur par lequel on peut comprendre l’œuvre de Pupi Avati, narrateur pur, peintre aux nuances pastel qui dépasse les époques. Avant toute chose, Avati cible un cynisme total débordant du monde du football et pouvant se transposer avec efficacité dans n’importe quel autre domaine de la société. Avec sa caméra, il traque de petits perdants dans leur vie quotidienne, mais sans s’attarder sur des considérations sociologiques qui définissent la manière d’autres réalisateurs.

  • 6 Antonio Avati est également le producteur historique de tous les films de Pupi.

10Outre Avati, toujours très investi dans l’écriture de ses films, et son frère Antonio, le journaliste sportif féru de littérature6 Italo Cucci a également participé au scénario et Michele Plastino collaboré aux dialogues. Ces personnalités laissent évidemment transparaître un désir d’authenticité, une empathie avec le monde du football alors même que les scènes d’action du match sont curieusement presque absentes du film. En effet, Ultimo minuto semble vouloir bien plutôt creuser la psychologie des personnages à commencer par celle du protagoniste.

11Depuis le début du film, l’élégance des mouvements de Tognazzi habite naturellement l’avocat Ferroni, administrateur d’une équipe au passé illustre. Ferroni se réveille dans la chambre qu’il occupe dans un hôtel déclassé. Un peu poseur, le vieux cabotin se montre cynique, une arme nécessaire dans son milieu. Avec la pointe d’imposture qui le rend sympathique et l’astuce nécessaire pour se débrouiller dans une vie de série B, il a maintenu son équipe en championnat grâce à une gestion fiscale désinvolte et à pas mal d’arrangements. La peur d’être oublié, écarté, est perceptible dès les premières répliques, qui donnent à entendre que la nouvelle saison va être marquée par un événement.

12Confronté à la gouvernance qu’il a contribuée à installer, Ferroni montre une perplexité croissante face au nouveau président, De Carlo, interprété par Lino Capolicchio, qui ne cache pas son mépris envers le vétéran et ses méthodes. Un brin charmeur, Ferroni semble éblouir la jeune femme du dirigeant yuppie, mais le temps n’est plus à la séduction et son regard est souvent celui d’un père. Géniteur absent, lui-même entretient un rapport conflictuel avec sa fille, interprétée par Elena Sofia Ricci, surtout après qu’il l’a poussée à poursuivre une liaison avec un footballeur talentueux, Emilio Boschi, pour le conserver dans l’équipe. Le vieux père essaye maladroitement de reconquérir la confiance de sa fille, alors qu’il se présente avec un gâteau d’anniversaire en retard de 15 jours, en se trompant aussi sur son âge. Malgré ces ratés, il souhaite faire figure de gagnant et ces moments intimement pathétiques rendent ces séquences émouvantes. Comme on peut facilement le deviner, l’intrigue exige que cette fille, pleine de rancune, déteste l’équipe pour laquelle son père s’est toujours totalement dévoué.

13Tognazzi n’incarne aucun autre personnage aussi complètement durant les dernières années de sa carrière. Il s’identifie pleinement à ce vieux lutteur déphasé dans un monde qui a changé, et cela toujours avec une pointe de sarcasme et de scepticisme. La narration atteint son paroxysme lorsque Ferroni est délaissé par la nouvelle gouvernance, qui ne lui sait aucun gré du travail accompli dans l’ombre. Ferroni est convoqué par le président Di Carlo qui, irrespectueusement, le reçoit en peignoir, ce que Tognazzi souligne habilement d’un regard furtif. Dans la scène centrale qui suit, le grand comédien donne en quelques minutes la mesure de son art récitatif, mêlant professionnalisme et passion authentique, offrant aux cinéphiles un cadeau d’une rare expressivité. Pendant qu’il s’habille, Di Carlo communique avec suffisance ses nouvelles instructions à Ferroni, à qui il reproche de n’être pas même diplômé. C’est ainsi que Ferroni apprend qu’il a été écarté de ses fonctions et, par conséquent, qu’il est en passe de perdre toute fonction sociale. Sa réaction permet d’orchestrer une scène symbolique où Tognazzi sublime son rôle. Bien que dramatique, la séquence est en demi-teinte. Tognazzi crie, mais avec mesure, et oppose au jeune arrogant sa vie de sacrifices et d’intrigues au service de l’équipe. La musique intense de Riz Ortolani, calquée sur la cantilène classique des supporteurs de foot, souligne les pauses et les temps récitatifs remarquables de Tognazzi. Mais les observateurs plus attentifs ne peuvent manquer un dernier détail : en quittant la chambre, Ferroni croise le regard d’un vieux compagnon de route, comme lui peu à l’aise avec les bilans et les mœurs dictés par les nouveaux managers. Tous deux échangent un regard de complicité et Tognazzi réussit à insérer dans un éclair la juste dose de scepticisme qui semble vouloir rassurer tout le monde. Sans négliger la souffrance, une esquisse de sourire le ramène à sa distinction, avec la subtile ambigüité entre réalité et fiction qui est seulement l’apanage des grands.

14N’acceptant pas d’être déclassé, Ferroni claque la porte dans un sursaut de dignité. Il commence alors à mener une campagne dans l’ombre, en essayant même de manœuvrer les supporteurs. Cependant, il n’arrive pas à nuire à son équipe de prédilection. Au contraire, il fait de son mieux pour la protéger des trafics et l’aider à reconquérir sa place.

15La naïveté de la direction conduira vite au désastre et les défaites qui s’accumulent rendent indispensable le retour de Ferroni, qui savoure avec discrétion sa revanche sur tous ceux qui l’avaient humilié. Rusé, une cigarette après l’autre, il rééquilibre les rapports dans l’équipe et entraîne les joueurs selon ses schémas. Le match décisif, but de la narration, s’impose alors comme épreuve de vérité. Le grand manœuvrier y joue le tout pour le tout. Pendant le match, il crie charnellement, expression d’une souffrance authentique, marque d’un style bien différent de celui, compassé, de la direction. Comme nous l’avons déjà signalé, dans ce film, les spectateurs n’assistent pas à des séquences acrobatiques. Qu’ils soient passionnés de football ou pas, ils vivent le match à travers l’expressivité qui sourd des bancs ou des gradins. À quelques instants de la fin du match, Ferroni, dans la contestation générale, donne sa chance à un jeune joueur dont le film suit les vicissitudes, parallèlement aux autres personnages, depuis le début de l’intrigue. Il s’agit de Paolo Tassoni, interprété de façon convaincante par Marco Leonardi, ici à ses débuts. Naïf et innocent, Tassoni, dont le sacrifice et la force de volonté ne pouvaient qu’intéresser Ferroni, représente la pureté des sentiments sportifs. Pistonné par un agent de joueurs, dépeint sobrement par Diego Abatantuono, Tassoni suscite la jalousie des vieux requins de la profession, joueurs ou entraîneurs incapables. Forcément, les spectateurs prennent fait et cause pour ce candide décidé effrayé par les attentes qu’il suscite. Faisant confiance à son intuition, Ferroni appelle le jeune Tassoni, sans se soucier des sifflets et des insultes de la foule qui accuse son inexpérience. Comme dans toutes les fables, à la « dernière minute », son jeune protégé marque le but décisif et la caméra s’empresse de filmer son sourire exultant, ainsi que l’émotion retenue du vieux Ferroni.

16Mais on ne serait pas dans un film de Pupi Avati si n’intervenait pas une note amère. La trahison, thème récurrent de son cinéma, se fait également jour, et chaque personnage est nuancé, ambiguïsé. Ainsi le héros négatif bien interprété par Massimo Bonetti, Boschi, que Ferroni avait difficilement réussi à imposer à l’équipe après qu’il eut renoué avec sa fille, se laisse corrompre par un parieur professionnel. Et si Ferroni et Boschi sont en outre liés par un rapport de complicité inexprimé, étant tous deux en fin de carrière, ce dernier se rend coupable d’une double trahison en se laissant acheter pour manquer un penalty. C’est juste après cette scène que le jeune Tassoni entre sur le terrain pour marquer le point qui donnera la victoire à son équipe.

17Ferroni a enfin gagné son match avec la vie, mais il s’agit d’une victoire ternie, car elle lui coûte l’affection de sa fille, qui lui tourne le dos. Une sorte de miroir apparaît, d’où l’on imagine que, pour quelques instants, l’homme Tognazzi quitte le corps de son personnage. La dernière séquence le montre seul, regardant nostalgique le terrain vide, comme le parterre d’un théâtre après une représentation. Juste quelques instants avant de quitter la scène.

Balsamus, l’uomo di Satana
Haut de page

Bibliographie

Thomas e gli indemoniati. Réal. Pupi Avati, 1970.

La mazurka del barone, della santa e del fico fiorone. Réal. Pupi Avati, 1975.

Ultimo minuto. Réal. Pupi Avati, 1987.

Non toccare la donna bianca. Réal. Marco Ferreri, 1974.

Haut de page

Notes

1 Balsamus, l'uomo di Satana, Pupi Avati, 1968.

2 Thomas e gli indemoniati, Pupi Avati, 1970.

3 La mazurka del barone, della santa e del fico fiorone, Pupi Avati, 1975.

4 Non toccare la donna bianca, Marco Ferreri, 1974.

5 Ultimo minuto, Pupi Avati, 1987.

6 Antonio Avati est également le producteur historique de tous les films de Pupi.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Mattia Ringozzi, « Rushes sur le cinéma italien.
L’ultimo minuto di Ugo Tognazzi  »
Babel, 41 | -1, 235-240.

Référence électronique

Mattia Ringozzi, « Rushes sur le cinéma italien.
L’ultimo minuto di Ugo Tognazzi  »
Babel [En ligne], 41 | 2020, mis en ligne le 25 mai 2020, consulté le 30 septembre 2020. URL : http://journals.openedition.org/babel/10453 ; DOI : https://doi.org/10.4000/babel.10453

Haut de page

Auteur

Mattia Ringozzi

Université de Toulon - Babel (EA 2946)

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Babel. Littératures plurielles est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Laboratoire Babel
  • Logo Université de Toulon
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • OpenEdition Journals
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search