Navigation – Plan du site

AccueilNuméros41Compte renduRecension de : Laure Lévêque, Jul...

Compte rendu

Recension de : Laure Lévêque, Jules Verne. Un lanceur d’alerte dans le meilleur des mondes, L’Harmattan, coll. « Histoire, Textes, Sociétés », 2019, 207 p.

Anita Staron
p. 243-244

Texte intégral

  • 1 Il faut applaudir à l’idée de donner comme référence l’édition électronique de la Bibliothèque de Q (...)

1On connaît un Jules Verne pionnier de la science-fiction française, sensible au progrès technique et scientifique, relatant sa marche dans des ouvrages amusants et instructifs à la fois. Évidemment, l’époque est désormais passée où l’on croyait ces ouvrages destinés surtout à la jeunesse, si tant est que les jeunes d’aujourd’hui soient encore réceptifs à leur message. Avec cette monographie, Laure Lévêque élargit la réception possible de Verne non, d’ailleurs, dans le sens de l’âge mais plutôt dans celui de l’horizon interprétatif. Il résulte notamment de ses investigations d’un très large corpus de l’œuvre vernienne (une quarantaine d’ouvrages examinés1) que l’écrivain était loin de présenter cette vision univoque de la réalité qu’on lui prête, divisant tout au plus sa production en deux phases, avant et après 1886, et attribuant à la première un certain optimisme ontologique, un émerveillement, encore non empreint de doute, vis-à-vis de la science. Paris au XXe siècle, ce manuscrit tardivement découvert et publié seulement en 1994, devient le pivot de cette argumentation, puisqu’il atteste de l’attitude éminemment critique de Verne envers la société contemporaine en même temps qu’il développe une vision extrêmement pessimiste du futur, aussi tôt qu’en 1863, donc au tout début de sa carrière. C’est Jules Hetzel, l’éditeur attitré de Verne, qui a empêché la publication de cet ouvrage incendiaire, en commandant à la place Cinq semaines en ballon et imposant ainsi un tout autre modèle.

2Les éléments contestataires n’ont pas disparu pour autant des œuvres de Verne. Laure Lévêque s’occupe de les relever, en les inscrivant dans des catégories bien répertoriées : critique de l’impérialisme, de la mondialisation, du militarisme, du Nouveau Monde, du matérialisme (non seulement américain)..., pour n’en évoquer que quelques-unes. Nous y découvrons un Verne critique sévère de la guerre en laquelle il voit une fin possible de la civilisation, sans pourtant condamner une guerre d’indépendance (décrite dans un sous-chapitre « Le devoir de révolte », p. 49), seule justifiable pour l’observateur lucide du colonialisme qu’il est. En démasquant les gestes prétendument humanitaires des puissances européennes et dont le but réel est une soumission totale de nouvelles contrées, il propose des solutions pacifistes, fondées sur une éducation éclairée (p. 48) et une protection des droits des indigènes (pp. 51-54).

3Cette analyse, fine et d’un grand intérêt, évite un manichéisme facile et parvient à esquisser un portrait de Jules Verne bien nuancé. Ainsi du dualisme vernien, visible par exemple dans son attitude envers le colonialisme dont il n’est pas seulement le contempteur, mais dont il voit parfois les bénéfices relevant d’une « civilisation immédiate » (p. 57). Ainsi de la présentation de ses idées sur la nation et l’internationalisation, dont l’essentiel passe par ce héros libertaire par excellence, Nemo (pp. 85-89) et pour lesquelles il est difficile de trancher entre « une solution supranationale et une réponse apatride » (p. 85).

4Des allusions et des commentaires sur notre époque augmentent la valeur polémique de l’ouvrage. On découvre, grâce à eux, l’actualité profonde du message de Jules Verne, ce grand « catastrographe » et « catastrologue » (p. 194) qui voit d’un œil pénétrant tous les dangers menaçant l’avenir de l’humanité. Une déshumanisation progressive ; un matérialisme effréné ; une humanité qui ne tire aucune leçon des événements passés et qui court à sa propre perte... Jules Verne, un lanceur d’alerte qu’on ferait bien d’écouter aussi à notre époque.

Haut de page

Notes

1 Il faut applaudir à l’idée de donner comme référence l’édition électronique de la Bibliothèque de Québec, ce qui assure l’accès le plus facile à l’œuvre de Verne.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Anita Staron, « Recension de : Laure Lévêque, Jules Verne. Un lanceur d’alerte dans le meilleur des mondes, L’Harmattan, coll. « Histoire, Textes, Sociétés », 2019, 207 p. »Babel, 41 | -1, 243-244.

Référence électronique

Anita Staron, « Recension de : Laure Lévêque, Jules Verne. Un lanceur d’alerte dans le meilleur des mondes, L’Harmattan, coll. « Histoire, Textes, Sociétés », 2019, 207 p. »Babel [En ligne], 41 | 2020, mis en ligne le 25 mai 2020, consulté le 24 septembre 2020. URL : http://journals.openedition.org/babel/10486 ; DOI : https://doi.org/10.4000/babel.10486

Haut de page

Auteur

Anita Staron

Université de Lódz

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Babel. Littératures plurielles est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Laboratoire Babel
  • Logo Université de Toulon
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • OpenEdition Journals
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search