Navigation – Plan du site

AccueilNuméros42Le chief tranchéIntroduction

Le chief tranché

Introduction

Carine Giovénal et Alain Corbellari
p. 9-16

Texte intégral

  • 1 En 2018, seuls l’Arabie Saoudite, les Émirats Arabes Unis et le Qatar utilisaient encore la décapit (...)

1Abominable. Barbare. Inhumain. Tels sont les adjectifs qui nous viennent à l’esprit, à nous, hommes et femmes de ce début du xxie siècle, quand nous songeons à la mise à mort par décapitation — pratique hélas récemment remise en avant par les exactions des terroristes de Daech en Irak et en Syrie1 —, mise à mort qui nous semble une insupportable régression à une époque où l’intégrité physique est de plus en plus exigée et défendue.

2La décapitation est un procédé qui évoque inévitablement le Moyen Âge, période encore considérée aujourd’hui comme la plus barbare de l’Histoire de France. Qu’on songe à l’introduction du film Les Visiteurs en 1993, où l’on voit Godefroy de Montmirail trancher, à deux reprises ( !), la tête de son adversaire anglais : « Il a abrayé le crâne d’un Anglois abominatif ! » se félicite le roi Louis VI. Si l’acte d’étêtement est présent dans les récits antiques, l’imaginaire collectif continue de le rattacher à l’âge médiéval. Les guerriers de l’Antiquité, dans les films ou bandes dessinées, utilisent plutôt l’épée courte ou glaive romain, et cette période est généralement représentée sur un mode esthétisé et mélioratif peu en accord avec la pratique sauvage de la décapitation ; pratique qui en revanche s’accorde fort bien avec un Moyen Âge « barbare » et avec ses épées lourdes, très longues, qu’on empoigne à deux mains — héritage des peuples germaniques et armes récurrentes par exemple dans Le Seigneur des Anneaux, où l’on décapite beaucoup. En Occident, la décapitation guerrière sort d’usage à la fin du Moyen Âge, lorsque les armes à feu prennent le relais et que l’épée longue est remplacée par la souple rapière.

3Qu’en est-il historiquement du phénomène de la décapitation ? Loin de se cantonner à la période médiévale, elle est avant tout une affaire de soldats, la concrétisation d’un triomphe sur l’ennemi vaincu, sur lequel on prélève un trophée et qu’on humilie, par la même occasion, une dernière fois. En dehors des périodes de guerre se pratique le phénomène de la chasse aux têtes, usage commun aux peuples indo-européens en tant qu’épreuve initiatique marquant l’entrée dans l’âge adulte et dans le jeu des alliances matrimoniales. On sait que les Celtes furent de grands chasseurs de têtes, lesquelles étaient pour eux autant de trophées militaires, d’agents protecteurs contre le mauvais sort et de vases rituels, réceptacles par excellence d’une force sacrée d’origine divine. Dans sa Géographie, Strabon, Grec de culture latine du ier siècle, donne un compte-rendu quelque peu effaré des mœurs martiales dont font montre certaines tribus gauloises, peu avant leur conquête par les Romains : « Au sortir du combat, ils suspendent au cou de leurs chevaux les têtes des ennemis qu’ils ont tués et les rapportent avec eux pour les clouer, comme autant de trophées, aux portes de leurs maisons. »

  • 2 Antonio Dominguez Leiva, Décapitations. Du culte des crânes au cinéma gore, p. 19.
  • 3 Michel Foucault, Surveiller et punir, p. 49.
  • 4 On pratique, entre autres, l’ébullition pour les délits économiques, la roue pour les bandits, le f (...)
  • 5 Nicole Gonthier, Le Châtiment du crime au Moyen Âge, p.151.
  • 6 « Les nobles disposaient d’un catalogue de privilèges dont celui de ne jamais être touchés par la m (...)

4Durant l’Antiquité, la peine de mort antique se veut un rite civique et un spectacle politique mobilisant tout un jeu de relations entre le sujet coupable, le public et les titulaires du pouvoir. Sous la République puis l’Empire de Rome, la décapitation à la hache est le mode de mise à mort réservé aux citoyens les plus respectables, donc les plus élevés dans l’échelle sociale et politique. Les Romains eux aussi pratiquent la chasse aux têtes : le chef coupé est emblème d’une victoire sur une cité, une armée, un peuple : « Avec les proscriptions naît l’habitude d’exposer les têtes sur les rostres du forum jusqu’à la décomposition, mode ultime d’une gradation d’outrages qui visent à interdire le statut de mort, le dissoudre dans la confusion, le renvoyer au chaos, à une entière inhumanité »2. Cette tendance romaine à n’exécuter par décapitation que les hauts citoyens se retrouve dans l’échelle médiévale de supplices, où elle occupe une place privilégiée, non comme marque de barbarie inhumaine mais au contraire en tant que fait de civilisation : « Le supplice […] est une gradation calculée de souffrances : depuis la décapitation qui les ramène à un seul geste et dans un seul instant — le degré zéro du supplice — jusqu’à l’écartèlement qui les porte presque à l’infini »3. Châtiment réservé aux aristocrates, quasi anoblissant, la décapitation crée un clivage entre les condamnés qui par leur naissance, mais aussi la nature de leur crime, n’ont pas droit à la même mort : « La décollation apparaît comme une sanction digne des nobles4. Elle punit les crimes de trahison qui sont souvent imputés aux barons et officiers royaux. Dans une époque fertile en complots et en ligues contre la souveraineté du monarque, […] on soumet aussi des bourgeois à ce genre de peine capitale », selon Nicole Gonthier dans Le Châtiment du crime au Moyen Âge5. Un autre clivage, interne au supplice lui-même, apparaît à la période médiévale : les nobles ont le droit d’être décapités à l’épée quand on réserve aux roturiers l’indignité de la hache6. Quant aux têtes, elles font l’objet d’une exposition ignominieuse, fichées au bout d’une pique ou d’une épée, parfois emportées fort loin de la dépouille. Cette dispersion représente une part énorme de la pénalité en un temps où l’on espère la résurrection des corps.

5Ces modalités d’exécution par décapitation restent de mise en Europe et en France jusqu’à la Révolution de 1789. C’est au nom de l’impératif démocratique et du progrès que le Code pénal rédigé par la Constituante stipule que « Tout condamné à mort aura la tête tranchée », et ce au moyen de la guillotine que l’on vient de mettre au point. Désormais, l’égalité devant la loi et le droit s’impose également devant la mort. Paradoxalement, la décapitation a été considérée comme la manière la plus sobre d’ôter la vie d’un condamné, et un symbole de progrès en comparaison de la cohorte des supplices médiévaux : un même traitement pour tous et toutes, la tête tranchée au moyen d’une lourde lame mécanique actionnée par la main anonyme du bourreau, quel que soit le sexe, l’âge, le rang social, le crime commis. Efficace, égalitaire, démocratique : trancher le chef est devenu, en 1790, la marque de l’État moderne que se veut la France révolutionnaire, jusqu’à ce que Robert Badinter en dénonce l’insoutenable cruauté et obtienne l’abolition de la peine de mort, quelle qu’elle soit, le 18 septembre 1981.

  • 7 On se souvient que Michel Leiris, dans L’Âge d’homme, présente Judith et Salomé comme deux des figu (...)

6Il nous faut à présent en venir au motif de la décapitation dans le champ de la littérature. Aux racines de la culture occidentale, la mythologie grecque et la Bible font usage de la référence au raccourcissement : ainsi Méduse, monstre femelle à la chevelure serpentaire, est décapitée par le héros Persée, et sa tête au regard pétrifiant même post-mortem, est offerte à Athéna pour orner dès lors le bouclier de la déesse. Pour avoir dédaigné les faveurs des Ménades, le poète Orphée est mis en pièces, mais sa tête continue à chanter sa douleur d’avoir perdu Eurydice. Dans l’Ancien Testament, la belle veuve Judith fait tourner puis tomber la tête du général assyrien Holopherne, tandis que son double noir, Salomé, obtient celle de saint Jean Baptiste, fournissant par là-même l’image la plus saisissante de décapitation dans l’imaginaire religieux7.

  • 8 Mircea Eliade, Histoire des croyances et des idées religieuses, p. 83.

7La décapitation est de même la pierre angulaire de nombre de mythes fondateurs : emblème du sacrifice à la source de toute civilisation selon Mircea Eliade, la première décapitation fonde le monde à venir. Ainsi, « le dieu Mardouk ordonna qu’on coupe la tête du premier homme afin de façonner les humains et les animaux grâce au mélange du sang et de la terre »8, et la ville de Rome fut érigée sur une tête trouvée au sommet du mont Tarpéien. La vénération des têtes devient un élément central de l’idéologie celtique et son symbole religieux le plus caractéristique marquant de façon décisive sa mythologie et son art :

  • 9 Antonio Dominguez Leiva, op. cit., p. 15-16.

Le crâne conserve une valeur oraculaire, héritière du culte préhistorique. Ce thème est particulièrement important dans la mythologie celtique et on le retrouve ensuite abondamment illustré dans la littérature d’inspiration arthurienne. Par ailleurs, séparées de leurs corps, les têtes continuent à agir et parler, telles celle de Brân dans le Mabinogion, constituant […] la source probable des légendes céphalophoriques chrétiennes9.

8Dans l’épopée homérique, l’acte de trancher le chef est une caractéristique du héros dont l’outrage au cadavre ennemi est souligné par Jean-Pierre Vernant :

  • 10 Jean-Pierre Vernant, L’individu, la mort, l’amour. Soi et l’autre en Grèce ancienne, p. 68.

La belle mort du héros, lui ouvrant la voie à une gloire impérissable, appelle comme sa nécessaire contrepartie, son sinistre revers, l’enlaidissement, l’avilissement du corps de l’adversaire défunt, pour […] le déposséder de sa belle mort10.

  • 11 A. D. Leiva, op. cit., p. 24.

9Décapité, réifié, défiguré, le vaincu perd son statut d’être humain ainsi que sa capacité à se venger des vivants, tout en accroissant la valeur martiale de son vainqueur : car les héros seuls — Achille, Énée — « ont le privilège de faire rouler au loin d’un seul coup d’épée la tête de leur adversaire »11, suprême emblème de leur supériorité.

  • 12 Ibid., p. 24-25.
  • 13 Ibid., p. 26.
  • 14 Dans Star Wars-La Revanche des Siths — film au fort médiévalisme —, le chevalier Jedi Anakin Skywal (...)

10À partir de ces modèles fondateurs, « la représentation épique de la décapitation traverse toute la littérature médiévale, que ce soit dans les violentes sagas scandinaves, dans les chansons de gestes françaises ou espagnoles ou enfin dans la littérature arthurienne. Le guerrier qui assène un coup fatal à l’adversaire, lui tranchant la tête, est héritier des héros homériques par la voie intertextuelle des filiations savantes qui s’en remettent au modèle antique d’épopée »12. Avec l’épopée irlandaise du Taín au viie siècle, le motif de la décapitation marque l’entrée du motif de la décapitation dans l’art et la littérature occidentales, motif dont va se nourrir la littérature arthurienne. Cette mythologie médiévale de la tête coupée, exposée, enchantée apparaît en filiation direct avec l’imaginaire des Celtes, grands chasseurs de têtes : « C’est ainsi qu’on peut interpréter le foisonnement de décapitations macabres, festives, réalistes, merveilleuses ou allégoriques qui inonde la matière de Bretagne »13. On notera aussi la triple efficacité de la décapitation : mort immédiate, identification de l’adversaire tué, trophée terrifiant et dissuasif. Elle est la seule mutilation qui se déroule à la fois in vivo et post mortem, attaque à la fois la vie et l’intégrité de la personne : ce découpage mécanique ramène l’humain au rang de l’animal ou de l’objet. L’acte de tranchier le chief contient quelque chose d’impitoyable et d’irréversible, voire d’extrême ; il est un pas franchi dans la cruauté, voire l’inhumanité14.

11Entre le héros homérique violent et cruel qui décapite son ennemi et empale sa tête, démembre le corps du vaincu et lui fait subir les pires outrages pour le déchoir de la condition humaine et le priver donc de tout repos dans l’au-delà, et le « théâtre de la cruauté » du xvie siècle et son cortège macabre où la décapitation occupe une place de choix, qu’en est-il à la période médiévale ? Comment la littérature, les arts visuels, la théologie exaltent-ils ou critiquent-ils ce procédé, ses utilisations, ses effets ? Y-a-t-il une esthétique médiévale de la décapitation ? Étant donné l’omniprésence de la violence dans le monde médiéval, l’acte de tranchier le chief est-il perçu comme exceptionnel ou, au contraire, ordinaire ? Va-t-il entraîner honneur ou au contraire infamie pour le victimaire et pour la victime ? Que révèle la violence des chansons de geste, le culte omniprésent des têtes coupées dans les épopées celtes et galloises telles que le Taín et Beowulf, le foisonnement des décapitations macabres, réalistes ou merveilleuses de la matière arthurienne, ou encore la récurrence remarquable de la décapitation dans les récits hagiographiques ? Le présent volume propose un vaste panorama d’étude et d’analyses de ce motif dans la production littéraire et visuelle médiévale.

12Les deux premières communications s’intéressent au corpus gallois et arthurien : Alain Corbellari propose une comparaison entre un conte des Mabinogi, Peredur, et une chanson de geste du cycle carolingien, Aspremont, afin de montrer comment le motif des têtes coupées fait le lien entre deux textes de genres distincts, mais dont les matières se rejoignent. Catalina Girbea s’interroge ensuite sur le rituel et son résultat dans les romans de Perlesvaus et du Chevalier Vert, tous deux riches en épisodes mettant en scène décapitations violentes et têtes exposées. Bénédicte Milland-Bove se penche sur les demoiselles arthuriennes, avatars de Salomé et plus encore de Judith, modèle de vertu mais aussi de violence sur lequel se fonde l’héroïsme au féminin des xiie-xiiie s. Dans la communication suivante, Christine Ferlampin-Acher fait parler les miniatures du roman d’Artus de Bretagne dans lequel les têtes tranchées sont fortement représentées, et traduisent une certaine fascination pour cet acte ô combien violent. Puis Carine Giovénal s’interroge sur les rapports entre courtoisie et décapitations dans quelques romans en vers arthuriens, en particulier sur le motif récurrent des collections de têtes et l’évolution de leur senefiance depuis Erec et Enide jusqu’aux romans du xiiie siècle. Catherine Nicolas donne ensuite du lai de Yonec de Marie de France — seul des lais de la poétesse anglo-normande à présenter une décapitation —, une lecture en diptyque contrastant l’image du Christ du Jugement et celle des amants réunis dans la mort. Edina Bozoki aborde l’hagiographie en distinguant dans la littérature et dans l’art plusieurs aspects du thème des têtes coupées de saints : la force vivante qui continue de s’y attacher, les avatars du thème de la décollation de saint Jean Baptiste et la question des chefs-reliquaires. Les deux dernières communications nous emmènent à la fin du Moyen Âge : Irène Fabry-Tehranchi présente les éditions illustrées du Lancelot en prose par Antoine Vérard à la fin du xve siècle, et analyse les variations iconographiques de personnages décapités dans les illustrations en fonction de leur format, de la miniature à la pleine page. Enfin, Sandra Gorgiesky nous emmène en Orient sur les traces de Richard Coer de Lyon, romance moyen anglaise à forte connotation politique dans laquelle l’image inédite d’un roi Richard décapiteur et anthropophage sert autant à forger une conscience nationale anglaise qu’à la propagande antimusulmane.

13On remarque ainsi, au-delà de l’unicité d’un motif récurrent, la variété des usages que la littérature et l’art du Moyen Âge proposent de la décapitation : magnifiée, mise en scène, voire en spectacle, la tête coupée interroge les usages qu’une société qui ne craint pas la violence fait de son propre penchant à la cruauté. Miroir à la fois sanglant et raffiné d’une époque où la notion de sacré n’est pas un vain mot, le motif du chief tranché transfigure la barbarie dans une contemplation fascinée qui est l’apanage de l’œuvre d’art.

Haut de page

Bibliographie

Dominguez Leiva, Antonio, Décapitations. Du culte des crânes au cinéma gore, Paris : PUF, 2004.

Eliade, Mircea, Histoires des croyances et des idées religieuses, Paris : Payot, 1973.

Foucault, Michel, Surveiller et punir, Paris : Gallimard, 1975.

Gonthier, Nicole, Le Châtiment du crime au Moyen Âge, Rennes : Presses Universitaires de Rennes, 1998.

Leiris, Michel, L’Âge d’homme, Paris : Gallimard, 1939.

Vernant, Jean-Pierre, L’individu, la mort, l’amour. Soi et l’autre en Grèce ancienne, Paris : Gallimard, 1989.

Haut de page

Notes

1 En 2018, seuls l’Arabie Saoudite, les Émirats Arabes Unis et le Qatar utilisaient encore la décapitation comme peine capitale officielle.

2 Antonio Dominguez Leiva, Décapitations. Du culte des crânes au cinéma gore, p. 19.

3 Michel Foucault, Surveiller et punir, p. 49.

4 On pratique, entre autres, l’ébullition pour les délits économiques, la roue pour les bandits, le feu pour les hérétiques, les sodomites, les sorciers, les zoophiles, l’empalement pour les violeurs, l’enfouissement in vivo pour les meurtriers…

5 Nicole Gonthier, Le Châtiment du crime au Moyen Âge, p.151.

6 « Les nobles disposaient d’un catalogue de privilèges dont celui de ne jamais être touchés par la main du bourreau, porteuse d’infamie. L’exécution des aristocrates était donc menée par l’intermédiaire d’une épée », analysait l’historien Michel Porret dans un entretien avec le journal suisse Le Temps. On se souvient que la première reine européenne décapitée, Anne Boleyn, eut droit à l’épée d’un bourreau spécialement mandé de Calais. La décapitation à l’épée avait la réputation d’être plus précise, rapide et indolore, par opposition à la hache.

7 On se souvient que Michel Leiris, dans L’Âge d’homme, présente Judith et Salomé comme deux des figures esentielles de sa mythologie personnelle.

8 Mircea Eliade, Histoire des croyances et des idées religieuses, p. 83.

9 Antonio Dominguez Leiva, op. cit., p. 15-16.

10 Jean-Pierre Vernant, L’individu, la mort, l’amour. Soi et l’autre en Grèce ancienne, p. 68.

11 A. D. Leiva, op. cit., p. 24.

12 Ibid., p. 24-25.

13 Ibid., p. 26.

14 Dans Star Wars-La Revanche des Siths — film au fort médiévalisme —, le chevalier Jedi Anakin Skywalker tranche la tête du comte Dokku désarmé à genoux devant lui : c’est la première étape d’une déshumanisation qui ne fera que croître tout au long de l’épisode jusqu’à le faire devenir Dark Vador. En décapitant Dokku, Anakin « perd lui aussi la tête » : il abandonne la raison et la mesure des Jedi pour l’hybris des seigneurs siths.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Carine Giovénal et Alain Corbellari, « Introduction »Babel, 42 | 2020, 9-16.

Référence électronique

Carine Giovénal et Alain Corbellari, « Introduction »Babel [En ligne], 42 | 2020, mis en ligne le 01 janvier 2021, consulté le 03 mars 2021. URL : http://journals.openedition.org/babel/11056 ; DOI : https://doi.org/10.4000/babel.11056

Haut de page

Auteurs

Carine Giovénal

Université de Toulon

Articles du même auteur

Alain Corbellari

Universités de Lausanne et Neuchâtel

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Babel. Littératures plurielles est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Laboratoire Babel
  • Logo Université de Toulon
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • OpenEdition Journals
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search