Navigation – Plan du site

AccueilNuméros42Le chief tranchéJudith et les « femmes fortes » a...

Le chief tranché

Judith et les « femmes fortes » arthuriennes : une parenté ?

Bénédicte Milland-Bove
p. 53-77

Résumés

Les demoiselles arthuriennes associées au motif de la tête coupée semblent évoquer plutôt la figure de Salomé, réussissant à obtenir d’Hérode la tête de saint Jean-Baptiste, que celle de Judith. Le motif de la demoiselle réclamant la tête d’un chevalier semble d’ailleurs lié davantage à des origines celtiques qu’à des réminiscences bibliques. Cependant, que l’on examine le Chevalier à la Charrette, le Perlesvaus ou le cycle du Lancelot-Graal, tous les personnages liés à ce motif ne sont pas jugés négativement. Se pose alors la question de l’autre figure biblique associée à la décapitation : Judith. Le codex Cologny, Fondation Bodmer 147, manuscrit interpolant dans le cycle du Lancelot-Graal des textes de provenances et de natures diverses (religieuse, morale, historique…) nous invite à explorer cette voie car il insère, au milieu du Merlin, une traduction du livre biblique de Judith. Quelle est donc l’influence possible de ce personnage sur les représentations de l’héroïsme au féminin aux xiie-xiiie siècles, dans sa confrontation avec la violence, mais aussi comme modèle de vertu ?

Haut de page

Texte intégral

  • 1 Stith Thompson, Motif-Index of Folk-Literature ; Anita Guerreau-Jalabert, Index des motifs narratif (...)

1Dans l’index des Motifs narratifs dans les romans arthuriens français en vers d’Anita Guerreau-Jalabert, qui reprend la classification de Stith Thompson1, les motifs liés à la tête coupée interviennent principalement sous la rubrique Q421 « Punishment : Beheading ». Sous cette forme très large, la décapitation est véritablement omniprésente dans les récits médiévaux.

  • 2 Philippe Walter, Dictionnaire de mythologie arthurienne, entrées « Demoiselles céphalophores » et « (...)

2Cependant, une association plus particulière a souvent frappé et dérouté le lecteur moderne dans la contradiction qu’elle paraît représenter tant avec l’idéologie courtoise qu’avec les représentations stéréotypées du genre : cette association est celle d’une figure féminine à la décapitation. On sait que dans les romans arthuriens, un certain nombre de jeunes femmes demandent la tête d’un chevalier, la transportent, voire la coupent elles-mêmes. Cette représentation d’une féminité vengeresse a souvent été reliée au substrat celtique de la littérature arthurienne2. Cependant, les femmes qui décapitent ou font décapiter ont aussi d’illustres précédents historiques ou bibliques qui semblent avoir contribué à « l’acceptabilité » du motif dans le roman arthurien, sinon à son développement.

3Il est indéniable que le motif, apparu chez Chrétien de Troyes, a connu un succès certain, qu’il s’est diffusé et a été repris par de nombreux auteurs en vers ou en prose. Comment ce motif a-t-il été reçu et quels éléments guidaient le lecteur dans son évaluation axiologique ? Quelles sont les réactions de lecture dont ses différents avatars témoignent ?

  • 3 Rappelons la définition du motif selon Jean-Pierre Martin : « séquence narrative récurrent modifian (...)
  • 4 Voir Philippe Hamon, Texte et idéologie et Vincent Jouve, Poétique des valeurs, p. 15.

4Que le motif3 se spécifie sous la forme d’une « femme réclamant la tête d’un chevalier », d’une « femme décapitant un chevalier », ou d’une « femme transportant des têtes coupées », se pose la question du jugement axiologique porté sur ces personnages. Ce jugement est pour une part construit par le texte mais il dépend aussi du contexte anthropologique et culturel de l’époque de réception4. Je ferai donc l’hypothèse que ces motifs ont été lus à la lumière des deux histoires de décapitation engageant des figures féminines célèbres : celles de Judith et Salomé. Dans l’exploration de ce rapprochement, le manuscrit Bodmer 147 offre un cas intéressant, puisqu’il insère au sein des romans du Graal une histoire sainte composée à partir des quatre évangiles ainsi que des livres bibliques, dont le Livre de Judith.

Le Chevalier de la Charrette, le Conte du Graal et le Lancelot en prose : apparition et relecture du motif

  • 5 Le Chevalier de la Charrette, éd. et trad. Catherine Croizy-Naquet, v. 2928-2933.

Cil fiert, et la teste li vole
enmi la lande et li cors chiet.
A la pucele plaist et siet.
Li chevaliers la teste prant
par les chevox, et si la tant
a celi qui grant joie an fait […]5

  • 6 Le Chevalier de la Charrette, v. 906-916 et 2860-2865.

5Conformément à la manière de Chrétien de Troyes, toute en mystère et en ellipses, le lecteur ne possède guère d’explications sur les motivations de l’adversaire de Lancelot ni sur la haine que lui voue la jeune fille venue réclamer sa tête. Le chevalier est une silhouette rapidement caractérisée : « plus orguelleus que n’est uns tors » (v. 2574), il vient défier Lancelot dans une posture nonchalante qui est une autre marque d’orgueil. Alors que tous espèrent que le héros sera le sauveur de la reine et le libérateur des prisonniers de Logres, sa voix dissonante met en doute les capacités du charreté à franchir le Pont de l’épée. Le combat s’engage et la demoiselle surgit brusquement alors que Lancelot, victorieux une première fois, paraît disposé à accorder sa grâce à son adversaire, à condition que ce dernier accepte lui-même l’humiliation publique de la charrette. L’arrivée de la jeune fille montée sur une mule fauve et sa pétition de la tête provoquent en Lancelot, placé dans une situation inédite (le texte souligne à plusieurs reprises qu’il n’a jamais refusé sa merci à un adversaire lui demandant grâce6) un intense débat moral. Pitié et Largesse s’affrontent dans un monologue qui double le conflit entre Amour et Honte placé au moment où Lancelot fait le choix de monter dans la Charrette. Incarnée par les entités allégoriques mais aussi par les personnages qui s’opposent en en référant l’un aux principes guerriers et mondains, l’autre aux valeurs intimes et amoureuses, l’interrogation est celle qui structure l’ensemble du Chevalier de la Charrette : dans quelle mesure la soumission au pouvoir féminin (qu’elle se définisse au niveau de Lancelot ou peut-être à celui de l’auteur vis-à-vis de sa mécène Marie de Champagne) doit-elle entraîner la mise entre parenthèses des autres valeurs chevaleresques, courtoises et même chrétiennes ?

  • 7 Le Chevalier de la Charrette, v. 2808-2809, 2904 et 2943
  • 8 Voir les v. 6532-6706.
  • 9 Voir par exemple David F. Hult, « La double autorité du Chevalier de la Charrette ».

6La demoiselle obtient gain de cause puisque Lancelot accède à sa demande, non sans avoir laissé au chevalier une deuxième chance lors d’un nouveau combat. Le caractère inquiétant de la jeune fille à la mule fauve demeure cependant. À trois reprises7, elle promet un guerredon à Lancelot. Ces annonces seront remplies plus avant dans le roman lorsque la demoiselle qui délivre Lancelot de la tour où Méléagant l’a enfermé s’identifie comme celle qui lui fit trancher « del chevalier conquis / le chief » (v. 6587-88). Avec celle que le texte désigne également comme la « fille de Baudemagu » (v. 6629), Lancelot engage alors une relation qui peut faire figure de contrepoint avec l’amour exclusif, exigeant et aliénant qui l’unit à Guenièvre8. Il est clair que le personnage se trouve étoffé à la fin du roman. Mais cette élucidation partielle qui range la sœur de Méléagant du côté des alliés de Lancelot se complique des incertitudes liées à la « double autorité » auctoriale affichée dans l’épilogue9. De plus, elle n’ôte rien à l’ambivalence du personnage : la haine qu’éprouve la jeune fille envers le chevalier n’est nullement expliquée. De même que Guenièvre peut, au tournoi de Noauz, ordonner successivement à son chevalier de faire au mieux ou au pire, les différentes demoiselles que croise Lancelot se signalent toutes par l’imprévisibilité de leurs demandes : ainsi, l’intervention de la demoiselle à la mule fauve redouble et inverse la médiation d’une première jeune fille venue interrompre le combat de Lancelot alors qu’il a été désarçonné par un autre gardien du gué. La jeune fille avait, dans cet épisode initial, demandé la grâce du chevalier (v. 918-927).

  • 10 « Je te ferai an une nef / molt tost oltre l’eve nagier. / Mes se je te vuel paagier / quant de l’a (...)
  • 11 Lancelot. Roman en prose du xiiie siècle, t. II, éd. Alexandre Micha, p. 53.

7Le Lancelot en prose, qui reprend l’ensemble de la séquence, propose une construction quelque peu différente des personnages. Le chevalier ennemi est moins nettement désigné comme le double orgueilleux de Lancelot : alors que Chrétien en faisait une figure de tentateur lui-même coupeur de tête en puissance (il offrait à Lancelot de lui éviter l’épreuve du Pont en le faisant passer en bateau, mais à la condition que, s’il le souhaitait, il prendrait sa tête10), le marché ici proposé au héros est plus vague : « je prendrai la chose desor toi que je miels amerai »11.

8De plus, Lancelot lui-même commence par menacer le chevalier de lui couper la tête s’il ne veut lui aussi monter dans une charrette. La demoiselle ne demande donc que ce que Lancelot a déjà l’intention de faire :

A ces paroles vint en la place une damoisele grant aleure sor un palefroi noir et salue le chevalier de la charete, et il li. Et ele se lance a terre del palefroi, si dist : « Gentilx chevaliers, je sui a toi venue al greignor besoing que je jamés de toi aie. Si te pri et conjur sor la rien el mont que tu plus aimes en cest siecle que tu me doignes un don que je te demanderai, ou tu avras honor et preu greignor que tu onques euissies de servise que tu feisses. […] Tu m’as doné la teste a cel chevalier, kar autresi la li viels tu couper » (II, p. 55).

9Mais Lancelot pense d’abord que la demoiselle veut lui demander la grâce du chevalier (ce qui présuppose une incompatibilité, dans l’esprit du héros, entre le personnage féminin et cette demande cruelle) :

Cil cuide qu’ele li demant la vie celui por garantir. […] « Ha, chevaliers, fet ele, vos m’avés otroié sa teste : si la me donés en ma main, kar c’est le plus desloials qui onques fust ». […] Et li chevaliers li chiet as piés, si li crie merci et dist : « Ne la creés vos mie, kar ele me het, et je cuidoie qu’ele m’amast » (Ibid.).

10Tout en reprenant la structure générale de l’épisode (défi du chevalier et rappel de la honte à laquelle est associé Lancelot depuis qu’il a accepté de monter dans la charrette, victoire, demande de grâce, intervention de la demoiselle, hésitation de Lancelot et deuxième combat), le prosateur ajoute quelques lignes explicatives pour dévoiler l’identité de la jeune fille ainsi que les raisons de sa demande. La haine de la jeune fille envers Méléagant (dont elle n’est que la demi-sœur) et envers le chevalier se trouve justifiée par le tort important que celui-ci lui a causé : amoureux éconduit, le chevalier a fait croire au roi Baudemagu qu’elle tramait sa mort et a fait mourir son ami à la suite d’un faux flagrant délit organisé dans sa chambre. Le texte en prose explique également le défi lancé par le chevalier à Lancelot : pour mieux se venger de lui, la jeune fille lui a promis son amour s’il combattait Lancelot.

  • 12 Selon Philippe Walter, « plusieurs légendes hagiographiques relatives à des saints céphalophores pr (...)

11L’association des jeunes filles et de la tête coupée se trouve donc en partie justifiée par les fautes de leurs ennemis. Dans le Lancelot en prose plus encore que chez Chrétien, le non-respect de la loi de merci (présentée comme générale) est excusé par une série de trahisons du chevalier décapité. Dans le roman en prose, la soumission au vouloir féminin semble plus ponctuelle, conjoncturelle, liée à une série de transgressions du personnage masculin. La décision de couper la tête n’est pas uniquement soumise à la volonté féminine, et la tête se transforme en trophée que la demoiselle peut transporter pour accomplir, en une sorte d’inversion des motifs hagiographiques, un rite funéraire dégradant12.

  • 13 Sur cette absence féminine dans l’épilogue, en contraste avec le prologue, et sur le débat interpré (...)

12Dans le Chevalier de la Charrette, la faute du chevalier vaincu restait évoquée de manière vague et était principalement associée à l’orgueil. Chrétien mettait l’accent sur ce défaut moral à la fois par une caractérisation négative explicite du chevalier, mais aussi par le discours de celui-ci, reprochant à Lancelot son obstination à vouloir délivrer la reine et les prisonniers de Logres, alors qu’il s’est couvert de honte en montant dans la Charrette. La victoire de Lancelot est une réhabilitation qui confirme que sa soumission à l’amour, au prix de son orgueil chevaleresque, n’est pas à interpréter négativement. Le roman se conclut d’ailleurs sur une ultime décapitation. Celle-ci consacre la valeur chevaleresque de Lancelot qui coupe la tête d’un Méléagant assez orgueilleux pour ne pas demander grâce : « le hiaume et la teste li tranche » (v. 7097), sans que nulle figure féminine n’intervienne cette fois pour ou contre cette mutilation13.

  • 14 Sur ces personnages, voir mon article « Les Orgueilleux dans le Conte du Graal.

13Le Conte du Graal thématise également les dangers de l’orgueil, à travers un réseau de personnages secondaires tous associés, virtuellement ou de manière actualisée, au leitmotiv de la tête coupée. Les noms explicites de certains d’entre eux (Orgueilleux de la Lande, Orgueilleux de la Roche, Orgueilleuse de Logres14) attirent l’attention sur ce défaut qui concerne cependant l’ensemble des personnages du roman. De même que l’Orgueilleux est à la fois coupeur de tête et victime en puissance, l’orgueil, selon un principe de dissémination et de réversibilité, est à la fois le vice contre lequel luttent les héros arthuriens et qui les menace eux-mêmes.

14La question de l’orgueil et de l’humilité est également au premier plan dans l’histoire biblique de Judith et dans les gloses médiévales qui en sont données. Judith tranche elle-même la tête d’Holopherne, action rarement accomplie par une femme dans les textes médiévaux mais qui renforce le caractère hors-norme du châtiment dont est victime la figure de l’Orgueilleux. Cette décapitation biblique constitue un précédent illustre qui donne aux romanciers courtois la possibilité de s’emparer du motif sans noircir de façon absolue le personnage féminin. Judith est en effet un personnage suffisamment ambigu pour permettre des développements romanesques.

Judith et le péché d’orgueil dans le manuscrit Bodmer 147

15Le codex Bodmer 147 est un cycle du Graal interpolé qu’on date des années 130015. Il constitue une entreprise didactique originale, visant à offrir en français et au sein d’un ensemble romanesque la compilation d’écrits historiques et moraux propres à intéresser un public cultivé. Des extraits bibliques et des interpolations profanes d’ordre historique (Faits des Romains, Histoire de Troie) viennent en effet enrichir le matériau arthurien et montrent la porosité des frontières entre histoire, histoire sainte et roman.

16Le Livre de Judith est interpolé au sein de la Suite du Merlin, il suit les Faits des Romains et précède la transcription des deux Livres des Maccabées. L’ensemble de ces interpolations est placé dans la bouche de Merlin qui, après avoir révélé à l’empereur de Rome l’adultère de sa femme et l’identité féminine de son sénéchal Grisandole, lui raconte la poine et le travail de son homonyme Jules César, puis répond à sa demande concernant l’histoire de Judith :

  • 16 Sur l’assimilation du conte arthurien et de l’écriture sainte, voir Françoise Vielliard, « Ci dist (...)

- Ha, Mellins, biax douz amis, dist li empereres, molt me plest ta compaignie et ce que tu m’as conté de Juille Cesar et bien m’en as dit la verité si comme il me semble. Si te prie que tu te demores encore un petit avecques moi et me contes comment et en quel manière Judith coppa la teste a Holoferne qui tant estoit de grant puissance, si comme l’en dit. – Volentiers, dit Mellins, le vos diré mot a mot, si com l’escripture le tesmoigne (fol. 245r)16.

  • 17 « Li Livres de Judith est leuz aus Hebriex et est escrit par parole de grec, por ce me travailleré (...)
  • 18 La Bible du xiiie siècle est une traduction complète de la Bible en français, réalisée à partir de (...)
  • 19 Pour l’identification des extraits des évangiles, voir Sylviane Messerli, « Digne de interpretation (...)

17Après une adaptation toute personnelle du prologue de Jérôme puisque Merlin est présenté comme le traducteur du livre17, le texte qui suit est conforme à la Vulgate hiéronymienne, dans une version proche de celle de la Bible en français du xiiie siècle, entre autres par sa division très apparente en chapitres18. Cette présentation, également adoptée pour les deux Livres des Maccabées, tranche avec celle des autres interpolations bibliques présentes dans le codex, notamment celle des Évangiles interpolés dans l’Estoire del Saint Graal, et amène à envisager la diversité des sources auxquelles le compilateur a puisé pour farcir le cycle romanesque. Diverses traductions en prose (sermons, traités, prières…) sont mises à contribution dans un recueil qui se révèle expert dans l’art du tissage textuel. Un des objectifs de la compilation semble en effet de redoubler, par le recours littéral aux écrits originaux, les développements pieux déjà très présents dans les romans du Graal19.

18L’histoire de Judith et celle des Maccabées sont souvent présentes dans les compilations historiques. Par leur caractère guerrier, elles se prêtent bien à l’insertion dans le cycle romanesque, particulièrement dans l’Estoire ou dans la Suite du Merlin qui contiennent le récit de nombreux affrontements entre Chrétiens et Païens. Le livre de Judith contient en effet le récit d’une conversion masculine, à la manière de celles qui jalonnent l’Estoire del saint Graal : Achior, chef des Ammonites, banni de son camp pour avoir reconnu la force que Dieu prête aux Hébreux, « lessa la costume de paiennime et crut en Dieu » (fol. 249v). Face à lui et face au peuple juif, Nabugodonozor et Holopherne sont deux figures de la Toute-puissance qui dans leur démesure veulent s’égaler à Dieu.

19L’opposition entre orgueil et humilité est soulignée une première fois par le peuple de Béthulie qui accueille Achior :

Sire Dex dou ciel et de la terre, regardes l’orgueil d’icels, et regarde a nostre humilité […] et humilies cels qui ont orgueil d’aux meismes et qui ont gloire de leur vertu (247r)

20puis par Judith lorsqu’elle reproche aux prêtres leur projet de livrer la cité dans les cinq jours :

Et por ce humilions noz ames en esprit d’umilité, si servons a Dieu, et disons en plorant que selonc sa volenté vos face misericorde. Et si comme nostre cuer est troblez par lor orgueil, ainsi puissions nous avoir gloire de nostre humilité (247v)

21et enfin dans son hymne final où elle rend grâce à Dieu de sa victoire :

Li dex de Israel a cui tu as doné tesmoignage que il se venche de ses anemis, icelui a coppé en ceste nuit par ma main le chief de toz mescreanz. […] Vez ci le chief Holoferne qui par le despit de son orgueil despisoit le dieu de Israel (249v).

  • 20 « Et au commencement enseignerons les branches d’orgueil. Au commencement d’orgueil, qui est racine (...)

22Le manuscrit Bodmer dans son ensemble, dans les intentions didactiques qu’il dévoile, se montre particulièrement sensible à l’écueil que constitue le péché d’orgueil. La dénonciation de ce vice revient fréquemment dans l’interprétation des miracles évangéliques que le prosateur emprunte à Maurice de Sully. De plus, le folio 59r interpole la partie du traité de confession présent dans le Miroir du Monde consacrée à l’orgueil20 et donne ensuite un acte de contrition en français. Le Miroir du monde est un traité anonyme sur la vertu et les vices, composé probablement dans les années 1270 puisqu’il a été utilisé en 1279 par frère Laurent pour écrire la Somme le Roi. Dans cette dernière compilation, on retrouve Judith comme symbole de la chasteté, trait également présent dans le manuscrit Bodmer où Merlin donne l’héroïne en example de chasteé. Dans la Somme, Judith illustre le quatrième état associé à la chasteté, celui du veuvage :

  • 21 La Somme le Roi par frère Laurent, chap. 58 §451-453.

Trois choses apartiennent mout a ceus qui sont en estat de veveté. La premiere est soi repondre et estre priveement en ostel, non pas sivre la compaignie soupeceneuse. De ce avons-nous exemple de Judith, qui estoit veve et si estoit mout bele dame de cui l’en lit en l’Escripture que ele se tenoit en sa chambre enclose avec ses puceles21.

23Si la décapitation d’Holopherne n’est pas mentionnée dans le texte de la Somme, elle est en revanche représentée sur la miniature quadripartite opposant les figures allégoriques de Chasteté et de Luxure dans le registre supérieur, Joseph et la fole dame dans le registre inférieur (images 1 et 2).

  • 22 Pour une étude plus approfondie des liens visuels entre le manuscrit et la Bible, voir Irène Fabry- (...)

24La scène de décapitation est également visuellement présente dans le manuscrit Bodmer, où elle ouvre le Livre de Judith (fig. 3), selon la tradition des Bibles latines et françaises (fig. 4)22.

  • 23 Voir Elena Ciletti et Henrike Lähnemann, « Judith in the Christian Tradition ».

25Dans le répertoire iconographique, cette scène, la plus représentée de toute l’histoire de Judith résume à elle seule le livre entier : lorsque d’autres moments sont illustrés comme l’arrivée de Judith à la tente d’Holopherne, ou l’exposition de la tête du général sur les remparts de Béthulie, ces images sont généralement associées à celle de la décapitation, soit au sein d’une même miniature, soit dans une série23.

Fig. 1 : Somme le Roi,
Bibl. Mazarine 870, fol. 147r (1295)

Fig. 2 : Somme le Roi,
BNF fr 938, fol. 120 (1294)

Fig. 4 : Bible du xiiie siècle, New York Pierpont Morgan Library, 494 (vers 1280) © The Morgan Library & Museum

  • 24 C’est le cas dans le Ci nous dit (Recueil d’exemples moraux, éd. Blangez) ou dans les sermons de Ja (...)

26Judith est en quelque sorte incarnée visuellement par l’épisode de la tête coupée, mais commentée dans des textes qui mettent moins l’accent sur la décapitation en elle-même que sur sa signification morale (défaite de l’Impie, victoire de l’Humilité sur l’Orgueil, de la Chasteté sur la Luxure) ou typologique (Judith est vue comme type marial24). Ces commentaires témoignent parfois aussi d’une certaine gêne envers le personnage. Ainsi, dans la traduction par Jean de Vignay du Speculum Historiale de Vincent de Beauvais (vers 1330), l’histoire de Judith est mentionnée en quelques lignes :

  • 25 Jean de Vignay, Le Miroir historial, vol. I tome I (livres I-IV), livre IV chapitre 20, p. 626.

IV, 20 Et adonc l’an XIII de son regne il conmanda a Holofernes, prince de sa chevalerie, que il alast par tout et ne espargnast a nul et abatist du tout en tout leur diex, si que lui seul fust dit dieu. Les filz de Israel, oianz ceste chose, crainstrent mont que il ne feist aussi en Jerusalem et el saintuaire de Dieu. Et en la cité estoit Judich, une mont bele dame voeve et chaste. Ele prist Holoferne par sa biauté et quant il fu yvre et endormi, ele le decola, et le chief de celui aporta en Jerusalem. Et tous ceulz qui le virent et l’oïrent en ourent merveille et furent esmeuz en la loënge de Dieu et chanterent adonc a Nostre Seigneur chant de victoire25.

27Mais à ce résumé rapide du Livre de Judith, inséré dans le déroulé chronologique élaboré par Vincent de Beauvais entre Ésope, Cyrus de Perse et Alexandre le Grand, est adjoint un long commentaire qui s’emploie à désamorcer deux éléments qui semblent gênants : le mensonge fait à Holopherne et la tentative de séduction pour arriver à ses fins.

IV, 21 En quel manière Judich est escusee de la courpe de la menterie et de l’esclandre.
L’aucteur . Vraiement de la corpe de la menterie […] ce puet estre escusé en plusieurs manieres, car a toutes ces choses est general solucion. […] De rechief de ce que ele est veue sachaument et de son gré avoir donné a Holoferne occasion de meschief en aornant soi si que ele le deceust, il puet estre dit que en soi aornant ainssi, ele ne entendoit point icelui esgener, c’est-à-dire tendre las ou chose contraire a li faire mal, mes ele entendoit premierement la delivrance de son pueple, secondement le profit de Holoferne si que li pris a tens pechast mains en icele. […] (p. 626-628).

  • 26 I, 4, p. 126.
  • 27 Prologue du traducteur, p. 112.

28Le texte atteste donc d’un débat face à l’acceptabilité d’une action féminine hors-norme, dans une encyclopédie qui affiche ses visées édifiantes : l’auteur se dit certain que « touz ceulz qui curieusement liront son livre » trouveront matière à « esdrecier [leur] cuer a Dieu amer en devocion de charité par l’escience de mont de sains et les essamples que les y esmouvront a entendre a Dieu »26 et le traducteur Jean de Vignay dédie son œuvre à Jeanne de Bourgogne, épouse de Philippe de Valois, à qui il attribue le désir « d’oïr recorder les hystoires et les fez des anciens qui sont contenuz el dit livre »27. On notera que c’est cependant moins la violence féminine qui pose problème que le mensonge et la ruse dont use l’héroïne qui « prist Holoferne par sa biauté ».

  • 28 Voir Erwin Panofsky, Essais d’iconologie. Les thèmes humanistes dans l’art de la Renaissance, et po (...)
  • 29 Le passage concernant Salomé ne figure pas dans la compilation évangélique du codex Bodmer, et cett (...)
  • 30 Lancelot, t. I, p. 321. Ce pavillon est celui utilisé par Morgain au Val des Faux Amants. On compte (...)

29D’un point de vue iconographique, le rapprochement entre Judith et Salomé, étudié par de célèbres historiens d’art, est certes plus tardif28. Au Moyen âge, les représentations des deux figures bibliques restent bien distinctes, l’une associée au pavillon et à l’épée, l’autre à la présentation du chef dans un plat, souvent lors d’une scène de banquet29. Les demoiselles tentatrices des romans arthuriens rappellent donc souvent, curieusement, davantage Judith que Salomé, notamment par l’omniprésence du décor du pavillon dans les images arthuriennes. Dans le Lancelot en prose, la scène où Lancelot doit faire face aux avances d’une demoiselle entreprenante se déroule ainsi sous une tente30 et certains manuscrits présentent des miniatures aux analogies frappantes avec l’iconographie de Judith (fig. 5) :

Fig. 5 : BNF fr 16999, fol. 208v
(Roman de Lancelot du Lac, xive siècle) :
la demoiselle de Morgain déchire les vêtements de Lancelot

  • 31 Voir l’article d’Alain Corbellari dans ce volume. Dans le Roman de Dieu et de sa mere, Hérodiade en (...)
  • 32 « ne onques n’ot seignor, ne onques ne deigna amer chevalier si ele n’oïst dire qu’il fust le meill (...)

30Des échos textuels et visuels avec Salomé peuvent cependant exister, notamment autour du Graal qui, dans certains textes, est associé à la présence dans un plat d’une tête coupée31. Le Perlesvaus fait ainsi explicitement référence à la décollation de saint Jean-Baptiste et décline le motif de la tête coupée sous toutes ses formes. Parallèlement, certaines demoiselles coupeuses de têtes ou collectionneuses de membres s’y trouvent noircies sans ambiguïté, comme la Demoiselle du Château des Barbes, sous l’emprise d’une malédiction diabolique, ou comme l’Orgueilleuse Pucelle à la guillotine. Cette dernière est également une figure de la chasteté32, mais celle-ci apparaît cette fois comme une vierge menaçante pour l’homme et le texte semble donc bien ici jouer de la gémellité troublante entre Judith et Salomé.

31Le cycle de la vulgate arthurienne dans son ensemble, non plus que le manuscrit Bodmer en particulier, ne donnent pas d’image aussi négative et inquiétante des femmes. On pourra cependant se demander à quelle intention correspond la mise en valeur de Judith. Pourrait-on, par exemple, émettre l’hypothèse d’un commanditaire féminin pour cette compilation singulière où les enjeux moraux et politiques semblent particulièrement importants ? Si l’on connaît le rôle des femmes dans la demande de traductions d’écrits religieux ou moraux, les rares adresses au lecteur dans le codex Bodmer font plutôt état d’un public mixte de « seignor et [de] dames ».

Interférences et déplacements : les « femmes fortes » arthuriennes

  • 33 L’Estoire del Saint Graal elle-même est inachevée : le texte est interrompu au milieu d’une phrase (...)
  • 34 Voir l’article d’Irène Fabry-Tehranchi dans ce volume. La décapitation du chevalier orgueilleux sur (...)

32Il faut tout d’abord rappeler que l’insertion des passages bibliques dans Bodmer 147 s’opère au détriment d’un certain nombre d’éléments du cycle arthurien, qui sont laissés de côté. L’omission la plus spectaculaire est celle du Lancelot propre : même si le compilateur annonce l’histoire de Lancelot à la fin de la Suite, il passe à la Queste après avoir inséré trois sermons de Maurice de Sully non intégrés à la diégèse et laissé quelques feuillets blancs33. Le manuscrit ne présente donc pas l’épisode Méléagant non plus que les occurrences du motif de la tête coupée que l’on trouve dans le Lancelot propre34.

  • 35 Voir par exemple Paris, Sainte-Geneviève 10, fol. 110 (Bible, vers 1198-1195), visible sur la BVMM.

33En revanche, après le livre de Judith, sont copiés les deux livres des Maccabées. Le deuxième livre présente une autre figure de femme forte, celle d’une mère qui résiste à un empereur tyrannique et exhorte ses sept fils au martyr. Or, la mère des Maccabées est elle-même parfois représentée en association avec les têtes coupées de ses fils35, mais dans une sorte de contrepoint avec Judith puisque loin d’être à l’origine de la décapitation, elle recueille dans son manteau les têtes de ses sept fils mis à mort par Antiochus. Encore une fois, un personnage positif peut donc se trouver associé à la décapitation.

  • 36 Le manuscrit Bodmer offre la version longue (α) de la Suite et s’y rattache aussi pour cet épisode (...)
  • 37 « Ge ris, dist il, por ce que fame m’avoit pris, ce que home ne post faire » (fol. 197v).

34De plus, l’histoire de Judith ne se borne pas à entrer dans le réseau des insertions bibliques et morales du manuscrit Bodmer, elle entretient des échos avec la matière romanesque elle-même. Son insertion dans le cadre du séjour romain de Merlin la rapproche d’un autre épisode subvertissant les rapports entre hommes et femmes : l’histoire de Grisandole. Celle-ci est très fortement abrégée par rapport à la version plus détaillée qu’en donne par exemple le manuscrit de Bonn36 mais les éléments essentiels sont bien présents : le double travestissement à travers la ruse de la femme de l’empereur, cachant ses amants en les déguisant en demoiselles, et la dissimulation de Grisandole elle-même, due au bannissement de sa famille. Comme Judith, Grisandole, en amenant Merlin-homme sauvage à la cour, est une femme qui réussit ce qu’un homme n’a pu faire37. Le discours où Merlin explique à l’empereur la senefiance des éléments obscurs de l’épisode est également un avertissement contre l’orgueil. Merlin évoque l’avenir politique de l’empereur en le mettant en garde contre un « toriaus fiers et orguilleus » et rappelle le rôle de la convoitise dans le développement de ce vice : « por avoir devient li mondes si orgueilleux que il ne doute ne aime Dieu ne prise » (fol. 197v).

  • 38 La femme de Jules César fait elle-même écho au personnage biblique de la femme de Putiphar, dont l’ (...)
  • 39 On pourra comparer le folio 197v et les Premiers Faits du roi Arthur, aux §§430 et 445. Le §430 s’a (...)

35Judith continue donc à sa manière la série d’inversions des rapports entre homme et femme inaugurée par l’épisode merlinien mais en proposant une héroïne qui ne recourt pas au travestissement. L’insistance sur sa chasteté la pose en antidote à l’impératrice luxurieuse38 et la dénonciation de l’orgueil d’Holopherne amplifie le message politique qui restait au second plan de l’épisode Grisandole. L’augmentation par l’interpolation biblique semble d’ailleurs accompagner un remaniement de la source arthurienne : non seulement le compilateur abrège, mais il semble de plus avoir voulu adoucir certains aspects saillants du récit initial. Ainsi, les jeunes amants ne sont pas douze, comme dans le manuscrit de Bonn, mais quatre, et les propos misogynes tenus à deux reprises par Merlin dans la version commune, au moment de sa capture par Grisandole et lorsqu’il explique les événements à l’empereur, ont été supprimés dans le manuscrit Bodmer39.

  • 40 Comme le démontre Anne Berthelot (« Digression et entrelacement : l’efflorescence de ‘l’arbre des h (...)
  • 41 On pourra comparer le §253 des Premiers faits du roi Arthur, « Ensi donna Dyane a Dyonnas son don. (...)

36Les deux récits de Judith et de Grisandole peuvent aussi être lus au regard des amours entre Merlin et Niniane dont le récit ponctue l’ensemble de la Suite40. À la différence d’autres versions (qu’il s’agisse du Lancelot propre ou de la Suite Huth), la Suite Vulgate semble chercher un équilibre entre une présentation positive de Niniane, soucieuse de préserver sa chasteté, et de Merlin qui cherche à la séduire. La ruse de Niniane conduira l’enchanteur à sa perte, mais le texte réaffirme à plusieurs reprises que Merlin n’a pas commis le péché de chair. Là aussi, s’il reste fidèle à l’orientation merveilleuse et courtoise de l’épisode, on note tout de même quelques variantes de détail qui pourraient constituer la trace du travail propre d’un compilateur désireux de ne pas s’appesantir sur les rémanences mythologiques présentes dans le passage. Ainsi, les références à Diane, marraine du père de la jeune fille, sont abrégées et doublées d’une subordination à une autorité divine plus canonique41.

  • 42 Fol. 39v-41v (Estoire del Saint Graal, éd. Jean-Paul Ponceau, §§216-238).

37Enfin, dans le contexte plus large du codex Bodmer, Judith et les valeurs qu’elle incarne (chasteté, humilité, dévouement au bien commun et à la foi) entrent en résonance avec une série d’héroïnes jugées positivement, comme les personnages d’épouses vertueuses de l’Estoire del saint Graal. Si la femme de Joseph d’Arimathie garde un rôle assez effacé, Sarracinte, femme de Mordrain, et sa belle-soeur Flégétine, épouse de Nascien ont davantage d’épaisseur narrative. À Sarracinte est notamment dévolu un long discours relatant sa conversion et celle de sa mère, discours doublé de légers traits d’humour qui font d’elle, dans ses questions naïves et ses méprises, une sorte de double discret du Perceval du Conte du Graal42. Ce récit la montre en position de réceptrice d’un enseignement religieux dispensé par sa mère, dispositif qui donne leur place aux personnages féminins à la fois dans l’énonciation et dans la réception d’un message religieux en consonance avec les enjeux didactiques et moraux du texte. Comme Judith qui tient tête aux grands prêtres, exhorte le peuple, sait convaincre Holopherne, et profère prières et paroles de louange, les femmes fortes arthuriennes se distinguent par leur maîtrise du discours.

  • 43 Voir par exemple la présentation de Flégétine au fol 74v « Cele dame estoit tant bele que tuit cil (...)

38De façon plus générale, le personnage de Judith semble nourrir un modèle « hagiographique » du personnage féminin, valorisant la chasteté et la piété et pouvant parfois constituer une aide active pour son entourage43, dont le prototype romanesque le plus développé est la sœur de Perceval dans la Queste del Saint Graal, elle aussi associée à l’emblème chevaleresque de l’épée.

  • 44 On comparera la version de la Vulgate (2 Macc, VII, 20-21) : « singulos illorum hortabatur patria v (...)

39Tout ceci pourrait-il donc conduire à proposer, pour ce manuscrit, l’hypothèse, sinon d’une femme commanditaire, du moins d’une prise en compte plus importante de la part féminine de son public ? D’autres éléments peuvent aussi amener à nuancer cette hypothèse, ou du moins, à ne pas l’envisager comme une simple valorisation ou émancipation du féminin. Ainsi, on notera l’omission par le compilateur du verset biblique faisant l’éloge de la mère des Maccabées, à laquelle la Vulgate reconnaissait des qualités masculines aussi bien que féminines44.

  • 45 Voir Irène Fabry-Tehranchi, Texte et images des manuscrits du Merlin et de la Suite-Vulgate (xiiie-(...)

40De plus, si l’on compare avec d’autres manuscrits du cycle45, on note la faible part des personnages féminins profanes dans les miniatures. Par exemple, aucun élément concernant les amours entre Merlin et Viviane ne fait l’objet d’une mise en valeur visuelle dans le manuscrit Bodmer. De façon générale, le nombre de représentations incluant des personnages féminins profanes est restreint (une vingtaine sur les 167 miniatures de la compilation) et ces enluminures mettent peu en valeur leur pouvoir. Si l’on voulait garder cette hypothèse d’un commanditaire féminin, il faudrait donc interpréter le renforcement de l’intertexte sacré comme la volonté d’offrir à ce public des modèles religieux en nombre encore plus important. Si l’on se borne à l’aspect visuel, les analogies entre les motifs profanes et religieux, qui restent présentes dans le texte, se font in absentia, avec d’autres images d’autres manuscrits. Ainsi, la décapitation d’Holopherne présente un agencement visuel qui peut évoquer certaines miniatures profanes du Lancelot-Graal où la figure féminine se trouve en position de supériorité menaçante par rapport au héros. Mais la lectrice tournant les pages du manuscrit Bodmer, elle, a sous les yeux Marie, les saintes femmes du tombeau, les femmes de la Genèse ou de l’Ancien Testament au milieu d’images majoritairement consacrées aux héros masculins. Ces héroïnes bibliques, qui tirent leur force de l’appui divin, sont aussi un rappel à l’humilité pour le public masculin et leur valorisation n’empêche pas la mise en garde contre le pouvoir féminin, dès lors que celui-ci ne tire pas son origine de la volonté divine, ou n’est pas mis au service du mariage, de la défense du royaume ou de la chrétienté.

  • 46 Roland Barthes, « Deux femmes ».

41Roland Barthes propose de voir dans l’histoire de Judith un « récit fort », défini par des éléments structuraux lui permettant de résister et de s’imposer à l’esprit du lecteur, mais aussi disponible pour diverses transformations qui « ont pour fond commun l’ambivalence du désir, à la fois érotique et funèbre, qui unit Judith à Holopherne »46 et se nourrissent de la gémellité inversée avec la figure de Salomé.

42Les romans arthuriens semblent garder cette ambivalence à travers le motif de la tête coupée sur une instigation féminine. Le succès du motif s’explique par la condensation d’enjeux autour des rapports entre hommes et femmes qui s’y laisse lire. Le motif constitue en effet en lui-même l’exemplification des apories de l’éthique courtoise, proclamant une supériorité féminine par ailleurs minée de l’intérieur par la permanence de craintes archaïques et de motifs misogynes.

43Parmi les compilations arthuriennes, le codex Bodmer se signale par la place particulière qu’il attribue à la figure de Judith, dont le livre est intégralement transcrit et mis en valeur au centre du recueil grâce à une miniature identique à celle des Bibles de la même époque. Cette compilation témoigne d’une tendance à remplacer les débats éthiques « ouverts » des premiers romans par un message moralisateur nettement en lien avec l’offensive d’édification ou d’instruction religieuse des laïcs, importante depuis le concile de Latran IV. La discrète et subtile mise en garde que le clerc Chrétien de Troyes adressait peut-être à l’orgueil aristocratique et chevaleresque s’y trouve remplacée par un message en apparence univoque.

44Cependant, comme toutes les histoires fortes, la figure de Judith résiste. Le compilateur ne peut enlever sa force à Judith qui se charge elle-même, en retour, de l’ambiguïté des figures féminines arthuriennes, coupeuses de têtes tantôt secourables, tantôt inquiétantes.

Haut de page

Bibliographie

Textes médiévaux

Chrétien de Troyes, Le Chevalier de la Charrette, éd. et trad. Catherine Croizy-Naquet, Paris : Champion, 2006.

Ci nous dit (Recueil d’exemples moraux, éd. Gérard Blangez, Paris : Société des Anciens Textes Français, 2 vol. , 1979-1986.

L’Estoire del Saint Graal, éd. Jean-Paul Ponceau, Paris : Champion, 1997, 2 volumes.

Le Haut Livre du Graal. Perlesvaus, éd. Armand Strubel, Paris : Le Livre de Poche, « Lettres gothiques », 2007.

Jean de Vignay, Le Miroir historial, vol. I tome I (livres I-IV), éd. Mattia Cavagna, Paris : SATF, 2017.

Lancelot. Roman en prose du xiiie siècle, t. II, éd. Alexandre Micha, Genève : Droz, 1978.

Le Livre du Graal I. Joseph d’Arimathie, Merlin, Les Premiers Faits du roi Arthur, éd. dir. par Philippe Walter, Paris : Gallimard, « Bibliothèque de la Pléiade », 2001.

Li Romanz de Dieu et de sa mere d’Herman de Valenciennes, éd. Ina Spiele, Leiden : Presses Universitaires, 1975.

La Somme le Roi par frère Laurent, éd. Edith Brayer et Anne-Françoise Leurquin-Labie, Paris : Société des Anciens Textes Français, 2008.

Études

Barthes, Roland, « Deux femmes », in Œuvres complètes, 3. Paris : Seuil. 1995, p. 1052-1054.

Berthelot, Anne, « Digression et entrelacement : l’efflorescence de ‘l’arbre des histoires’« , in La Digression dans la littérature et l’art du Moyen âge, dir. Chantal Connochie-Bourgne, Aix-en-Provence : CUER-MA [Senefiance 51], 2005, p. 35-46.

Ciletti Elena et Lähnemann Henrike, « Judith in the Christian Tradition », The Sword of Judith. Judith Studies Across Disciplines, éd. Kevin R. Brine, Elena Ciletti et Henrike Lähnemann. Cambridge: Openbooks Publishers, 2010. p. 54-55.

Fabry-Tehranchi, Irène, Texte et images des manuscrits du Merlin et de la Suite-Vulgate (xiiie-xve siècle), Turnhout : Brepols, 2014.

Gaunt Simon, Gender and genre in medieval French literature, Cambridge: Cambridge University Press, 1995.

Guerreau-Jalabert Anita, Index des motifs narratifs dans les romans arthuriens français en vers (xiie-xiiie siècles), Genève : Droz, 1992.

Hamon, Philippe, Texte et idéologie, Paris : PUF, 1984.

Hult, David F., « La double autorité du Chevalier de la Charrette », Littérales 4 (1988), p. 41-56.

Jouve, Vincent, Poétique des valeurs, Paris : PUF, 2001.

Martin, Jean-Pierre, Les Motifs dans la chanson de geste. Définition et utilisation (discours de l’épopée médiévale), Villeneuve d’Ascq : Centre d’Études Médiévales et dialectales, 1992.

Messerli, Sylviane, « Digne de interpretation, c’est d’espondre. Lire le Graal dans le Codex Bodmer 147 », in La moisson des lettres. L’Invention littéraire autour de 1300, éd. Hélène Bellon-Méguelle, Olivier Collet, Yasmina Foehr-Janssens, Ludivine Jaquiéry, Turnhout : Brepols, 2011, p. 307-323.

Milland-Bove, Bénédicte, « Les Orgueilleux dans le Conte du Graal », in Mélanges de langue et de littérature médiévales offerts à François Suard, Lille : Éditions du Conseil scientifique de l’Université Charles-de-Gaulle – Lille 3, 1999, tome II. p. 617-627.

Milland-Bove, Bénédicte, La Demoiselle arthurienne. écriture du personnage et art du récit dans les romans en prose du xiiie siècle. Paris : Champion, 2006.

Milland-Bove, Bénédicte « Bible et romans : quelques contacts à la faveur d’interpolations », in Le Texte dans le texte. L’interpolation médiévale, dir. Annie Combes et Michelle Szkilnik, Paris : Classiques Garnier, 2013, p. 85-102.

Milland-Bove, Bénédicte, « La Bible dans le roman. Variations énonciatives dans les récritures bibliques du manuscrit Bodmer 147 », in écrire la Bible en français au Moyen âge et à la Renaissance, dir. Véronique Ferrer et Jean-René Valette, Genève : Droz, 2017, p. 341-357.

Panofsky, Erwin, Essais d’iconologie. Les thèmes humanistes dans l’art de la Renaissance, trad. Claude Herbette et Bernard Teyssèdre, Paris : Gallimard, 1967.

Poirier, Jacques, Judith. échos d’un mythe biblique dans la littérature française, Rennes : Presses Universitaires de Rennes, 2004.

Thompson, Stith, Motif-Index of Folk-Literature, Bloomington: Indiana University Press, 1932-1936.

Trachsler, Richard, « Merlin chez Jules César. De l’épisode de Grisandole à la tradition manuscrite de la Suite du Merlin », Studi francesi, 45 (2001), p. 61-71.

Vielliard Françoise, « Un texte interpolé du cycle du Graal (Bibliothèque Bodmer) ms 147 », Revue d’histoire des textes, 4 (1974), p. 189-237.

Vielliard Françoise « Cod. Bodmer 147 », Manuscrits français du Moyen Âge, Cologny-Genève : Fondation Bodmer, 1975. p. 40-60.

Vielliard Françoise, « Ci dist li contes et la sainte Escripture le tesmoigne. Histoire et fiction dans le manuscrit Bodmer 147 », Bien dire et bien aprandre, 22 (1994), p. 79-90.

Villard, Renaud, « La tentation de Salomé. L’érotisation de Judith et l’effacement du tyrannicide en Italie, xve-xviie siècle », Mélanges de l’École française de Rome - Italie et Méditerranée modernes et contemporaines 118, 2006.

Walter, Philippe, Dictionnaire de mythologie arthurienne, Paris : Imago, 2014.

Wanono, Anne La Bible en « françois » : une traduction médiévale de la vulgate : édition critique des livres de ’Judith’ et ’Esther’ dans la Bible du xiiie siècle, thèse Université Paris 4, 2001.

Haut de page

Notes

1 Stith Thompson, Motif-Index of Folk-Literature ; Anita Guerreau-Jalabert, Index des motifs narratifs dans les romans arthuriens français en vers (xiie-xiiie siècles), p. 171 (environ 75 entrées recensées).

2 Philippe Walter, Dictionnaire de mythologie arthurienne, entrées « Demoiselles céphalophores » et « Têtes coupées », p. 127-128 et 359-360.

3 Rappelons la définition du motif selon Jean-Pierre Martin : « séquence narrative récurrent modifiant les rapports entre acteurs qui y sont impliqués dans le sens d’une amélioration ou d’une dégradation. Se définit à la fois par cette récurrence et par l’identité du système actantiel à l’intérieur duquel se transforment les rapports de devoir, pouvoir, savoir, avoir ou être » (Les Motifs dans la chanson de geste, p. 368).

4 Voir Philippe Hamon, Texte et idéologie et Vincent Jouve, Poétique des valeurs, p. 15.

5 Le Chevalier de la Charrette, éd. et trad. Catherine Croizy-Naquet, v. 2928-2933.

6 Le Chevalier de la Charrette, v. 906-916 et 2860-2865.

7 Le Chevalier de la Charrette, v. 2808-2809, 2904 et 2943

8 Voir les v. 6532-6706.

9 Voir par exemple David F. Hult, « La double autorité du Chevalier de la Charrette ».

10 « Je te ferai an une nef / molt tost oltre l’eve nagier. / Mes se je te vuel paagier / quant de l’autre part te tandrai, / se je vuel, la teste an prandrai, / ou se ce non, an ma merci iert » (v. 2636-2641).

11 Lancelot. Roman en prose du xiiie siècle, t. II, éd. Alexandre Micha, p. 53.

12 Selon Philippe Walter, « plusieurs légendes hagiographiques relatives à des saints céphalophores présentent des dames recueillant les têtes coupées des martyrs, c’est le cas pour saint Denis et saint Tropez par exemple » (Dictionnaire de mythologie arthurienne, p. 127). Ce rôle de convoyeuse et de fossoyeuse est présent dans d’autres romans arthuriens, notamment dans le Perlesvaus. Sur ces figures de demoiselles céphalophores, liées à la mutilation ou à la recomposition du corps masculin, je me permets de renvoyer à mon livre La Demoiselle arthurienne, p. 476-485.

13 Sur cette absence féminine dans l’épilogue, en contraste avec le prologue, et sur le débat interprétatif suscité par le Chevalier de la Charrette, voir Simon Gaunt, Gender and genre in medieval French literature, p. 100-102.

14 Sur ces personnages, voir mon article « Les Orgueilleux dans le Conte du Graal.

15 Ce manuscrit est numérisé et peut être consulté en ligne sur le site e-codices : https://www.e-codices.unifr.ch/fr/list/one/fmb/cb-0147. Pour une description plus complète, on pourra consulter Françoise Vielliard, « Un texte interpolé du cycle du Graal (Bibliothèque Bodmer) ms 147 » et « Cod. Bodmer 147 ».

16 Sur l’assimilation du conte arthurien et de l’écriture sainte, voir Françoise Vielliard, « Ci dist li contes et la sainte Escripture le tesmoigne. Histoire et fiction dans le manuscrit Bodmer 147 ».

17 « Li Livres de Judith est leuz aus Hebriex et est escrit par parole de grec, por ce me travailleré a ta requeste et le te diré au mielz que ge porré en françois. Dont ge te pri, toi et touz autres, que vous preigniez Judith, dame juieve moult bele et resplendissant, en example de chastee, et la declarez par loange perpetuel, quar Diex li dona vertu et puissance de garder sa chastee, et force que ele voinquist celui qui ne pooit estre voincuz ne sormontez, et dirai comment » (245v).

18 La Bible du xiiie siècle est une traduction complète de la Bible en français, réalisée à partir de la Vulgate parisienne dont une des caractéristiques est de fixer une nouvelle capitulation. Selon Anne Wanono (La Bible en "françois" : une traduction médiévale de la vulgate : édition critique des livres de 'Judith' et 'Esther' dans la Bible du xiiie siècle, p. 64), la présence du prologue de Jérôme rattache bien le manuscrit Bodmer à la tradition de la Bible du xiiie siècle mais en fait aussi un témoin original car « parmi tous les manuscrits de la Bible du xiiie siècle connus actuellement, aucun ne comporte la traduction du prologue de Jérôme au livre de Judith ». Selon elle, on aurait donc, grâce au texte du manuscrit bodmérien, « la trace indirecte d’un nouveau témoin de la Bible du xiiie siècle ».

19 Pour l’identification des extraits des évangiles, voir Sylviane Messerli, « Digne de interpretation, c’est d’espondre. Lire le Graal dans le Codex Bodmer 147 » ; Bénédicte Milland-Bove, « Bible et romans : quelques contacts à la faveur d’interpolations », et « La Bible dans le roman. Variations énonciatives dans les récritures bibliques du manuscrit Bodmer 147 ».

20 « Et au commencement enseignerons les branches d’orgueil. Au commencement d’orgueil, qui est racine de touz maux, si en vient inobedience quant li homs par orgueil laisse nostre Seignor et ses commandemenz, et fait la volenté de sa char ou ce que au cuer li vient, ne n’est pas obeissanz a son criatour, ne la ou il doit » (59r). L’insertion de la Misère de la condition humaine aux folios 66v-70v, est elle-même encadrée par deux avertissements contre l’orgueil et la luxure : « Et por ce doiz tu haÿr et eschiver orgueil et les deliz de la char » (66v).

21 La Somme le Roi par frère Laurent, chap. 58 §451-453.

22 Pour une étude plus approfondie des liens visuels entre le manuscrit et la Bible, voir Irène Fabry-Theranchi et Bénédicte Milland-Bove « La rencontre de la Bible et du roman dans le manuscrit Cologny, Bodmer 147 : quelle mise en images ? », à paraître dans Mise(s) en Œuvres des Écritures, dir. Christiane Veyrard Cosme, Olivier Venard, Vincent Zarini, François Ploton-Nicollet, Jordi Pia, Estelle Ingrand-Varenne. Paris:Classiques Garnier.

23 Voir Elena Ciletti et Henrike Lähnemann, « Judith in the Christian Tradition ».

24 C’est le cas dans le Ci nous dit (Recueil d’exemples moraux, éd. Blangez) ou dans les sermons de Jacques de Voragine. Voir le Thesaurus Exemplorum Medii Aevi : http://gahom.ehess.fr/index.php?434

25 Jean de Vignay, Le Miroir historial, vol. I tome I (livres I-IV), livre IV chapitre 20, p. 626.

26 I, 4, p. 126.

27 Prologue du traducteur, p. 112.

28 Voir Erwin Panofsky, Essais d’iconologie. Les thèmes humanistes dans l’art de la Renaissance, et pour une étude plus récente de ce basculement, Renaud Villard, « La tentation de Salomé. L’érotisation de Judith et l’effacement du tyrannicide en Italie, xve-xviie siècle ». Sur l’évolution du personnage de Judith dans la littérature, on pourra consulter l’ouvrage de Jacques Poirier, Judith. échos d’un mythe biblique dans la littérature française.

29 Le passage concernant Salomé ne figure pas dans la compilation évangélique du codex Bodmer, et cette figure est moins souvent représentée dans les Bibles de cette époque : chaque évangile n’est pourvu que d’une seule miniature représentant l’Évangéliste. On trouve cependant des scènes de décollation au début des vies de saint Jean-Baptiste (par exemple dans le manuscrit Sainte-Geneviève, 588, fol. 45v) ou dans des compilations d’histoire sainte comme le Roman de Dieu et de sa mere (par exemple le manuscrit Besançon, BM 550 fol. 74). Ces deux enluminures sont visibles sur la Bibliothèque virtuelle des manuscrits médiévaux : https://bvmm.irht.cnrs.fr/

30 Lancelot, t. I, p. 321. Ce pavillon est celui utilisé par Morgain au Val des Faux Amants. On compte 23 occurrences du motif de la demoiselle au pavillon dans le Lancelot propre, et on remarquera que la scène de la tentation de Perceval dans la Queste prend place également dans ce cadre.

31 Voir l’article d’Alain Corbellari dans ce volume. Dans le Roman de Dieu et de sa mere, Hérodiade enjoint à sa fille de réclamer la tête de Jean et de se la faire apporter en mi .i. tailloir (Li romanz de Dieu et de sa mere d’Herman de Valenciennes, v. 4044).

32 « ne onques n’ot seignor, ne onques ne deigna amer chevalier si ele n’oïst dire qu’il fust le meillor chevalier del mont. » (Le Haut Livre du Graal. Perlesvaus, p. 256).

33 L’Estoire del Saint Graal elle-même est inachevée : le texte est interrompu au milieu d’une phrase pendant l’explication par Célidoine du deuxième rêve du roi Label, ce qui correspond aux §495-496 de l’édition de Jean-Paul Ponceau. On trouve ensuite deux feuillets blancs. Silviane Messerli remarque cependant, par l’observation des changements de cahier, que l’absence du Lancelot n’est peut-être pas un élément du projet initial.

34 Voir l’article d’Irène Fabry-Tehranchi dans ce volume. La décapitation du chevalier orgueilleux sur les instances de la demoiselle semble d’ailleurs un élément assez peu illustré dans les manuscrits du Lancelot-Graal, même si l’on en a un exemple dans le BNF fr 339, fol. 105 :
https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/btv1b105104377/f214.image

35 Voir par exemple Paris, Sainte-Geneviève 10, fol. 110 (Bible, vers 1198-1195), visible sur la BVMM.

36 Le manuscrit Bodmer offre la version longue (α) de la Suite et s’y rattache aussi pour cet épisode particulier (voir Richard Trachsler, « Merlin chez Jules César. De l’épisode de Grisandole à la tradition manuscrite de la Suite du Merlin »), il abrège cependant ce passage en supprimant un certain nombre de doublets présents dans d’autres manuscrits de la version α. Le manuscrit de Bonn S526 est un témoin de cette version α (Le Livre du Graal I. Joseph d’Arimathie, Merlin, Les Premiers Faits du roi Arthur, éd. dir. par Philippe Walter).

37 « Ge ris, dist il, por ce que fame m’avoit pris, ce que home ne post faire » (fol. 197v).

38 La femme de Jules César fait elle-même écho au personnage biblique de la femme de Putiphar, dont l’histoire est reprise par le manuscrit Bodmer dans l’interpolation de la Genèse au folio 52v. Si l’on ajoute à ce réseau les personnages féminins du Roman de Troie et des Faits des Romains, on voit qu’un large système de correspondances se crée entre figures bibliques, historiques et arthuriennes.

39 On pourra comparer le folio 197v et les Premiers Faits du roi Arthur, aux §§430 et 445. Le §430 s’adresse spécifiquement à Grisandole travestie et le §445 a une portée plus générale : « Par feme sont maint prodom decheü et mainte vile arse et fondue et mainte terre essillee et gastee et mains pules ocis et afolés ».

40 Comme le démontre Anne Berthelot (« Digression et entrelacement : l’efflorescence de ‘l’arbre des histoires’ »), l’histoire de Grisandole ne constitue qu’en apparence un ajout digressif dans la Suite, elle permet au contraire d’en revenir à des éléments primitifs de la légende merlinesque, en montrant Merlin pris au piège par une « incarnation déceptive de la féminité », elle entretient donc des liens étroits avec le récit découpé et entrelacé des amours avec Niniane.

41 On pourra comparer le §253 des Premiers faits du roi Arthur, « Ensi donna Dyane a Dyonnas son don. Et si tost com ele li ot doné li otroia », et la formule du manuscrit Bodmer « Et quant ele ot ce dit si li fu ostroié de Dieu le tout puissant » (fol. 186v).

42 Fol. 39v-41v (Estoire del Saint Graal, éd. Jean-Paul Ponceau, §§216-238).

43 Voir par exemple la présentation de Flégétine au fol 74v « Cele dame estoit tant bele que tuit cil qui l’esgardoient la tenoit a la nomper du monde, car ele estoit tant bele que l’en ne pooit pas trouver la pareille, et o toutes les biautez estoit ele entechiee que ele estoit large a Dieu et debonere au siecle et envers son seignor loial et chaste », et sur la sœur de Perceval, la section « Les saintes pucelles » de La Demoiselle arthurienne, p. 336-340.

44 On comparera la version de la Vulgate (2 Macc, VII, 20-21) : « singulos illorum hortabatur patria voce fortiter repleta sapienta et feminae cogitatione masculinum animum inserens » et le folio 263v : « et enortoit chascun d’icels par voiz du païs forment, por ce que ele estoit raemplie de sagesce ».

45 Voir Irène Fabry-Tehranchi, Texte et images des manuscrits du Merlin et de la Suite-Vulgate (xiiie-xve siècle), p. 446-476.

46 Roland Barthes, « Deux femmes ».

Haut de page

Table des illustrations

Crédits Fig. 1 : Somme le Roi,Bibl. Mazarine 870, fol. 147r (1295)
URL http://journals.openedition.org/babel/docannexe/image/11215/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 163k
Crédits Fig. 2 : Somme le Roi,BNF fr 938, fol. 120 (1294)
URL http://journals.openedition.org/babel/docannexe/image/11215/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 158k
Crédits Fig. 3: Bodmer 147 fol. 245vhttps://www.e-codices.ch.
URL http://journals.openedition.org/babel/docannexe/image/11215/img-3.png
Fichier image/png, 330k
Crédits Fig. 4 : Bible du xiiie siècle, New York Pierpont Morgan Library, 494 (vers 1280) © The Morgan Library & Museum
URL http://journals.openedition.org/babel/docannexe/image/11215/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 60k
Crédits Fig. 5 : BNF fr 16999, fol. 208v(Roman de Lancelot du Lac, xive siècle) :la demoiselle de Morgain déchire les vêtements de Lancelot
URL http://journals.openedition.org/babel/docannexe/image/11215/img-5.png
Fichier image/png, 73k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Bénédicte Milland-Bove, « Judith et les « femmes fortes » arthuriennes : une parenté ? »Babel, 42 | 2020, 53-77.

Référence électronique

Bénédicte Milland-Bove, « Judith et les « femmes fortes » arthuriennes : une parenté ? »Babel [En ligne], 42 | 2020, mis en ligne le 01 janvier 2021, consulté le 03 mars 2021. URL : http://journals.openedition.org/babel/11215 ; DOI : https://doi.org/10.4000/babel.11215

Haut de page

Auteur

Bénédicte Milland-Bove

Université Paris 3- Sorbonne Nouvelle
CERAM / CEMA (EA 173)

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Babel. Littératures plurielles est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Laboratoire Babel
  • Logo Université de Toulon
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • OpenEdition Journals
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search