Navigation – Plan du site

AccueilNuméros42Le chief tranchéPerdre la tête : de la tête épiqu...

Le chief tranché

Perdre la tête : de la tête épique à la tête émouvante dans Artus de Bretagne 

Christine Ferlampin-Acher
p. 79-98

Résumés

Artus de Bretagne est un roman néo-arthurien, des années 1300. Il présente de nombreuses mentions de décapitations. Certaines, à coloration épique, apparaissent dans des scènes de combats, elles sont brèves et topiques : la tête coupée y est banalisée et ne suscite guère l’émotion chez les personnages. Dans d’autres épisodes cependant la tête coupée donne lieu à des mentions plus développées et plus marquées affectivement : dans les discours où elle vient en appui à des engagements forts, dans des scènes de deuil féodal, dans des épisodes où sa présentation, comme trophée ou offrande, pourrait émouvoir une dame : dans chacune de ces configurations cependant la tête coupée semble n’avoir finalement que peu d’effets et l’épisode de la tête du monstre Malegrape présentée en trophée à Florence signe explicitement dans le texte la mise au rebut de cet accessoire. La mise en regard du texte et des miniatures montre que l’image, même si elle semble dans certains cas convoquer des modèles bibliques, ne redonne guère d’épaisseur émotionnelle au motif.

Haut de page

Texte intégral

  • 1 Éd. Christine Ferlampin-Acher. Sur ce texte, voir Artus de Bretagne. Du manuscrit à l’imprimé (xive(...)
  • 2 Jane Taylor, « Artus de Bretagne, célébrer le tournoi d’antan ».

1Artus de Bretagne, roman néo-arthurien en prose composé vraisemblablement vers 1300 à la cour du duc de Bretagne1, présente de nombreuses scènes de combats, dans lesquelles on coupe des têtes : comme l’a montré Jane Taylor, la violence physique de ces épisodes rend compte d’une nostalgie pour une ancienne chevalerie plus virile, à une époque où les tournois deviennent des spectacles et des rites, où l’on ne risque plus guère la mort2. Dans ces épisodes les têtes coupées sont nombreuses, qu’il s’agisse de tournois, de guerres, d’attaques, sans pour autant dépasser la formule brève, la tête coupée ne suscitant pas de réactions chez les personnages, et se confondant dans l’expression avec les pieds ou les bras amputés. Y aurait-il usure du motif et évidement sémantique de ce geste d’une violence extrême ? Le relevé, en dehors de ces expressions, de plusieurs épisodes où il est question de têtes coupées et où celles-ci sont l’objet d’un traitement non formulaire, dans des discours, dans des scènes de vengeances féodales, dans des combats contre des monstres, géants, géantes, sombre Malegrape, pourrait suggérer que l’auteur resémantise le motif : un examen plus précis de ces passages montre pourtant qu’il n’en est rien et que la tête coupée est mise au rebut, motif démonétisé que même la puissance des décollations bibliques, toujours chargées d’émotions au Moyen Âge, ne parvient pas à revigorer.

I. La tête épique

  • 3 La tête coupée est infâmante. C’est le sort que subissent par exemple les fuyards, à qui Artus coup (...)
  • 4 Sur ce point, voir Richard Trachsler, Disjointures-conjointures: étude sur l’interférence des matiè (...)
  • 5 Voir l’introduction à l’éd. cit., p. LXXVIIss.

2Mis à part quelques cas, c’est le plus souvent au cours d’une mêlée qu’on décapite, et non dans une joute isolée, et c’est toujours l’ennemi, opposé au héros et à ses hommes, qui subit ce sort3. L’évocation de la décapitation est brève et formulaire, la mention de la tête coupée figurant au milieu de l’évocation d’autres amputations, des pieds, des poings ou des bras, par exemple, dans un effet d’accumulation. Jamais il n’est question de sang, de viscères, de cervelles dans ces formules très resserrées, qui, si elles donnent une coloration épique à Artus dans une poétique d’interférences des matières bien attestée dans les récits de la fin du Moyen Âge4, me semblent relever dans leur récurrence et leur expression minimale plus d’une poétique d’auteur que d’une poétique de genre. En effet, le texte le plus ancien d’Artus que nous avons conservé, donné par le manuscrit Paris, Bibliothèque de France fr. 761, est constitué, selon moi, d’une première version, à laquelle a été ajoutée une continuation5 : le topos de la tête coupée est particulièrement présent dans la première partie, même s’il ne disparaît pas dans la première continuation (au-delà du §439), qui préfère fendre les corps ou ses parties, sans qu’il y ait nécessairement amputation complète. Cette densité différente du motif laisse penser, dans le noyau central d’Artus, à une prédilection auctoriale.

3Ce topos présente deux variantes.

  • 6 La décapitation donne lieu à un seul emploi du terme chief, non pas dans une formulation topique, m (...)

4Soit « teste » (et non « chief »6) est présent dans des énumérations de parties du corps coupées par les héros, à côté des bras, poings, pieds etc…, sans qu’il y ait individualisation des victimes subissant ces coups, ce qui donne l’impression d’une extermination de masse. Si dans quelques rares cas il n’est pas certain que les têtes soient coupées (par exemple lors du tournoi de Vienne : « Et Artus se metoit tous jours es plus grans tropiaus, si se feroit entr’eus comme li leus fait entre les brebis, et feroit par bras, par testes, et par espaulles, et par frons, et froissoit quanques il ataignoit. » § 44,4-8), la plupart du temps, la décapitation est explicite :

Lors l’assaillent durement, et getoit si granz cops qu’il faisoit voler poins et piéz et testes (§89,1-2).

Et faisoit voler de toutes pars poins et testes (§62,59-60).

  • 7 Si dans les énumérations l’amputation du bras et la décapitation sont placées sur le même plan, le (...)

5On notera qu’il n’y a pas de gradation, l’acte de couper la tête n’étant pas mis en valeur par rapport à celui qui consiste à couper un bras ou une jambe. La tête coupée n’est pas systématiquement évoquée en fin d’énumération ; la décapitation n’est pas nécessairement l’ultime blessure7 :

Lors se feri Artus entre les autres et fiert a destre et a senestre, et fait poins et piéz et testes voler, et cil commencerent a fuir qui miex pot, mais il n’i ot celui qui n’i eust perdu pié ou poing (§140, 65-68).

6La tête coupée est mentionnée parmi d’autres parties du corps, à une place variable, au début (« Si se fiert en la presse et cope testes et piéz et poins et embarre heaumes et fent escus » (§391,8-9) ; « Si fiert a destre et a senestre de si grans coulz que il faisoit voler testes et bras et piéz et poins enmi le champ » (§459, 36-38), au milieu (« Et Hector se fiert en eulz si roidement qu’il faisoit tous les rens trambler. Lors s’i mist Gouvernaus et fiert sans espargnier, qu’il copoit piéz et bras et testes et poins a grant foison » (§375,25-28) ; « Si feroit a destre et a senestre, et confondoit quanques il ataignoit, et copoit poins, testes et bras, et fendoit les autres jusques en l’eschine » (§124,12-14), à la fin (« Si coupent piéz et poins et testes » (§459,98). Ces séquences ne sont pas organisées progressivement, la violence ne monte pas crescendo, tous les coups sont indifférenciés :

Adont s’abandonna Artus a eus et fiert en tache a destre et a senestre et en fait voler testes et bras a grant foison. Si fendoit testes et espaules et eschines. Si les mena tant que tuit li XII furent mort ou mehagnié (§90, 22-25).

7Dans ces évocations de carnage, « ferir a destre et a senestre » est employé en contexte, renforçant l’indifférenciation des coups : « Lors se fiert en eulz et frape a destre et a senestre et cope poins, bras et testes » (§274,43-45).

8La deuxième forme que prend le topos distingue et énumère (le premier, le second…) différents adversaires, entre lesquels sont réparties les parties du corps, sans à nouveau que la tête occupe une place fixe :

Artus le fiert de la sieue [sa lance] si qu’il li boute fer et fust parmi le cors, si l’abat mort. Lors resacha sa lance et en feri si le secont qu’il li perça le cuer et le cors, et lors mist main a l’espee et feri si le tierch qu’il le trencha jusques en l’arçon de la selle, et du quart prist il la teste (§39, 57-59).

Et quant il vint la, si vit la descouvenue et trait l’espee et fiert si le premier qu’il le fendi jusques en l’eschine, et du secont il prist la teste, et du tiers l’espaule atout le bras (§40,14-17).

Artus trait Clarence s’espee et fiert si le premier qu’il encontra qu’il le fendi jusques ou braier, et du secont fist il voler la teste emmi la place, et du tiers prist il l’espaulles atout le bras (§140,45-48).

Si coururent sus a Artus de toutes pars, et il mist main a l’espee et point au premier. Si le fiert si fort qu’il le fendi jusques en l’eschine, et du secont prist il la teste et le tiers fist il voler par dessus la crupe du cheval, jambes levees (§290, 16-19).

9Cette formulation laisse la place, plus que la première, à des variantes, isolant plusieurs scènes et favorisant quelques amplificationes :

Si vit [Artus] le premier qui feru l’ot et vint encontre lui si radement qu’il li fendi tout son escu. Et Artus le feri si radement qu’il li fist voler la teste emmi le champ. Laut saut Artus avant et prent la hache de celui. Si en feri le secont qu’il le fendi jusques ou braier (§89,18-§90,2).

10Dans ces énumérations, il n’y a jamais plus de quatre adversaires à être distingués. Lorsqu’Artus affronte douze chevaliers, seuls quatre sont isolés :

Lors saillent cil as chevaus, et broche le seigneur d’iceus contre Artus et le fiert si radement qu’il brisa sa lance jusques au poins, et Artus le fiert de la sieue si qu’il li boute fer et fust parmi le cors, si l’abat mort. Lors resacha sa lance et en feri si le secont qu’il li perça le cuer et le cors, et lors mist main a l’espee et feri si le tierch qu’il le trencha jusques en l’arçon de la selle, et du quart prist il la teste. (§39,55-62).

11Le sort des autres est rapidement évoqué ensuite : ils sont tous vaincus, indistinctement, en masse, par les compagnons d’Artus. Si le groupe est supérieur à quatre, l’auteur peut aussi le décomposer, comme c’est le cas à la Tour Ténébreuse, où un groupe de six adversaires donne lieu à une énumération de trois amputations, suivie de l’évocation, moins topique, du sort subi par les trois fuyards ; à la fin le compte est bon :

Quant li VI deça virent Artus, si li coururent seure de toutes pars et le fierent de haces grans cops sus l’escu, et il met main a l’espee et fent le premier jusques en l’eschine, et du secont prist il la teste et du tiers reprist il l’espaule atout le bras. Et quant li autre III virent que nulz ne duroit avant lui, si s’en cuidierent par le pont fuir aus autres, mes li pons estoit estrois, si n’i porent fuir, si que Artus feri si le derrenier qu’il li copa la teste, et li autres ne l’osa atendre, ançois sailli en la fosse dessous […] et fiert si a destre et a senestre qu’en petit d’eure se delivra des V, et le VIisme s’agenouilla devant lui et li pria pour Dieu merci qu’il ne l’occeist pas. (§150,52-69).

12Du fait de cette limitation à quatre, dans les épisodes où les adversaires sont plus nombreux, on trouve souvent une combinaison des deux formes du topos, l’énumératio, puis l’évocation en masse qui permet d’ajuster le nombre : « Si leur copoit poins et piéz et bras et testes, et feri tant de ça et de la qu’il les mist tous a fin » (§269,33-36). Dans ce cas, c’est toujours le dénombrement qui vient en première place, avant que le récit soit submergé par le carnage indifférencié.

13L’auteur n’a cependant pas recours à la combinaison des deux formes du topos uniquement quand l’énumération dépasse quatre éléments : dans certains cas, seul un ou deux adversaires sont distingués avant l’évocation du carnage général, ce qui permet une accélération du récit rendant compte du furor guerrier qui anime le héros :

Lors se fiert Artus en la presse et fiert si le premier qu’il mist par terre cheval et Sarrazin, et le secont il fendi jusques en l’eschine. Si conmence a ferir de si grans cops et si pezans qu’il fendoit tout quanques il ataignoit. Il copoit bras et espaules et faisoit testes voler (§447, 1-6).

Si coururent sus a Artus de toutes pars, mes il mist main a espee et feri si le premier que il le fendi jusques es dens, et leur copoit poins et piéz, bras et testes si qu’il n’i ot nul qui ne laissast gage de la vie (§272,11-13).

14La combinaison permet aussi de varier les descriptions, en répartissant les deux variantes du topos sur deux héros différents, comme dans cet exemple où dans un premier temps Gouvernau affronte des adversaires successifs, avant qu’Artus donne lieu à une évocation de masse :

Si se fiert [Gouvernau] en eulz comme li leus fait es brebis, et fiert le premier que il encontra en tel maniere qu’il le perça d’outre en outre, puis mist main a l’espee et fiert si le secont et puis le tiers qu’il lor fist voler les testes sus le col du cheval Artus. Et quant Artus vit Gouvernaus ensi esprover, si en ot moult grant joie, quar il le cogut si tost comme il le vit. Si dist qu’il li aideroit. Lors se fiert en eulz et frape a destre et a senestre et cope poins, bras et testes. Et Gouvernaus d’autre part [f. 85vc] le refaisoit trop bien. (§274, 37-46)

  • 8 Même chose dans « Si conmence a ferir de si grans cops et si pezans qu’il fendoit tout quanques il (...)

15Quelle que soit la forme prise par le topos, la décapitation n’est pas exprimée par le verbe trancher, mais par coper (qui associe l’idée de donner un « coup » à celle de séparer une partie du corps) et faire voler. Fendre est surtout utilisé au sujet des écus ou des heaumes ; fendre teste désigne plus un geste vertical qu’une décapitation, horizontale, comme dans cet exemple qui décrit une pluie de coups, de haut en bas : « Si fendoit testes et espaules et eschines » (§90,24). Fendre permet de convoquer le topos épique du corps fendu en deux verticalement : dans « Si feroit a destre et a senestre, et confondoit quanques il ataignoit, et copoit poins, testes et bras, et fendoit les autres jusques en l’eschine » (§124,12-14), le geste de couper la tête est distingué de celui de fendre le corps8. Faire voler est l’expression la plus utilisée dans ces topoi évoquant des décapitations : il y a 28 emplois du verbe voler dans Artus, la plupart du temps dans des combats, au sujet de la seule tête, excepté deux cas où il s’agit de la jambe (§21,44, §300,31), deux du bras (§116,49, §145,56) et un du heaume (§270,20), ce qui, cependant, revient à viser la tête. Dans six expressions, plusieurs parties du corps sont mentionnées : « poins et testes » (§62,60), « poins et piéz et testes » (§89,2), « testes et bras » (§90,23) ; « poins et piéz et testes » (§140,66), « piéz et bras » (§449,26) ; « testes et bras et piéz et poins » (§459,37-38). Dans ces cas où ce n’est pas une seule partie du corps qui vole, la tête est présente cinq fois, majoritaire. Le verbe voler est donc surtout employé au sujet de la tête, ce qui est confirmé par la répartition des parties du corps lorsque sont employés à la fois couper et faire voler : « Et quant Hector le vit, si doubta que Sarrasinz ne li fausissent a ce qu’il n’eust que faire. Si point et se fiert en eulz et cope poins et piéz et fait testes voler » (§446, 13-15) ; « Et quant Gouvernaus les vit, si bailla sa lance a Jaquet et mist main a l’espee. Si leur court sus et fiert a destre et a senestre. Si leur copoit poins, piéz et bras et faisoit testes voler » (§270, 10-13). Si les têtes volent plus que les autres parties du corps, leur chute au sol n’est jamais mentionnée ( « Si faisoient poins et testes voler enmi la ville » §457, 93), mais à plusieurs reprises l’exploit de faire voler une tête par-dessus le cou d’un cheval est mentionné : « Et Cliçons se fiert en l’estour, l’espee ou poing, et fiert si le premier qu’il encontre qu’il li fait la teste voler sus le col du cheval Hector » (§376,11-14). C’est certainement parce qu’elles sont rondes et évoquent des balles que les têtes coupées volent plus que les pieds ou les jambes, comme l’explicite la scène de décapitation du duc d’Orgueil, où la tête de celui-ci « vole » avant d’être rattrapée par Gouvernau :

Et quant Artus cognut que ce fu le duc, si le fiert a ce qu’il baissoit le col si roidement qu’il li fist voler la teste sus le col du cheval Gouvernau, et Gouvernaus la reçut. Si li dist Artuz : « Amis, portéz le a la contesse, et li dites que je m’aquite de ma promesse. – Sire, volentiers. (§73, 32-37)

16Il y a dans ces scènes quelque chose du jeu de paume, ou plus encore, à cheval, du polo (pratiqué déjà à l’époque par les peuples d’Asie qu’a rencontrés Marco Polo, sans cependant qu’on puisse établir quelque rapport que ce soit).

17Si le lecteur peut éprouver le plaisir de la reconnaissance quand il reconnaît le topos, si celui-ci réussit à susciter l’image d’une chevalerie physique et virile sans poser le problème du corps blessé et de la souffrance, il est clair que la tête coupée épique, réduite à une formule, est vidée de sa substance. Cette démonétisation du motif apparaît clairement dans l’épisode de la mort de Roger, le félon, dont la tête est mise en bouillie par le « levier » d’un vilain dans les cuisines du château au moment où se prépare un repas, ce qui donne lieu à un échange de paroles comiques, signalant l’inutilité de la décapitation épique :

Et quant le vilain vit ce, si entoise le levier et fiert le chevalier entre le col et les espaulles si roidement que la langue li sailli hors demi pié. Si l’envoia en la fosse avecques Artus et li dist : « Runge, Rogier, cest morsel ! » Lors hauce le levier et fiert l’escuier en la teste, si qu’il l’esmia tout jusques aus espaules, et cil chiet apréz son seigneur en la fosse. Si escria a Bauduin qu’il li copast la gorge : « En non Dieu, dist Artus, il n’en est nul mestier ! » (§146,64-72)

  • 9 New York, Public Library, Spencer 34. Les autres manuscrits illustrés ne donnent pas de représentat (...)

18De fait, la décapitation épique ne retient guère l’attention : elle n’est pas mentionnée dans les rubriques, et seul le manuscrit de New York9 montre des têtes coupées (et non en train d’être coupées), dans l’épisode de la Porte Noire, en adéquation avec le texte (f. 53, §89,2, §89,8, §89,21), ainsi qu’à la Tour Ténébreuse (f. 87, §150,55) et à la Claire Tour (f. 191, §446,15).

19Les têtes mentionnées dans les énumérations topiques n’émeuvent donc ni le narrateur, ni les personnages : elles ne suscitent ni l’horreur, ni la pitié. Pour le lecteur, ce qui est en jeu dans leur évocation, c’est le plaisir de la reconnaissance et de la variation du motif, ainsi que l’exaltation du furor guerrier et de la virilité, déproblématisés et célébrés, strictement, dans l’instantané épique, qui ne suscite aucune réaction particulière chez les personnages, pris dans l’action. D’autres têtes coupées, cependant, en dehors de ce topos, sont combinées à des manifestations d’émotion : même dans ces cas elles sont mises au rebut par un auteur qui propose un modèle chevaleresque autre que celui d’une virilité tout en muscles.

II. Tête coupée et émotion

20Si la tête coupée est banalisée dans les topoi épiques énumératifs où elle n’est qu’une partie du corps à découper parmi d’autres, elle donne lieu aussi à des mentions plus développées et plus marquées affectivement : dans les discours où elle vient en appui à des engagements forts, dans des scènes de deuil féodal, dans des épisodes où sa présentation, comme trophée ou offrande, pourrait émouvoir une dame. Néanmoins dans chacune de ces configurations elle semble n’avoir finalement que peu d’effets et l’épisode de la tête du monstre Malegrape présentée en trophée à Florence signe explicitement la mise au rebut de cet accessoire.

21La décapitation est souvent évoquée dans des discours auxquels elle confère un caractère dramatique, dans des situations variées (beaucoup plus que la tête coupée épique), extrêmes, dans des serments, des promesses, des défis : l’ablation de la tête n’est alors envisagée que sur le mode virtuel et n’est jamais actualisée. Ainsi Gouvernau, outré par le comportement scandaleux de Péronne, exprime sa fureur, dans une menace, qui ne sera pas réalisée, évoquant la décapitation, voire aussi, à l’extrême limite, étant donné l’absence de ponctuation dans le manuscrit et la souplesse de la syntaxe médiévale, une pulsion anthropophagique :

Par la foi que je doi a Dieu, dist Gouvernaus, que se ce fust uns homs aussi bien comme ele est une femme, je li ostaisse avant que je beusse ne menjaisse la teste de dessus les espaulles (§19,23-28).

22La tête à couper est mentionnée dans les serments, y compris collectifs, dans des formulations qui évoquent la décapitation juridique et le billot, comme dans cet exemple où l’expressivité est soutenue par une allitération en [t] :

  • 10 Le « tronc » désigne en moyen français à la fois le billot et une partie du corps : la polysémie du (...)

[…] nous qui sommes noble et bourjois, homme a la damoisele qui la est, vous prometons aide et conseil, cors et avoir et amis, jusques a metre la teste sus le tronc10 pour trenchier, et de ceste volenté trouveréz vous tous les hommes a la damoisele (§193,12-17).

23Toujours dans des formulations au discours direct, dans la bouche de personnages variés, hommes ou femmes, païens ou chrétiens, héros ou adversaires, nobles ou bourgeois, prisonniers ou libérateurs, la mention de la tête coupée n’est pas formulaire, connaît des modulations (ainsi la tête mise en jeu peut être celle d’un des interlocuteurs ou d’un tiers), mais n’est jamais actualisée dans le discours ou réalisée dans les actes : il en va ainsi pour l’héroïne, Florence (« Et si m’aïst Dieux, que j’ameroie miex que on me copast la teste que je li feisse faulseté » §452,15-16), pour les prisonniers de la Porte Noire qui disent à Artus de les décapiter plutôt que de les remettre en prison (§96,25), pour le sénéchal qui explique au félon Rolant le pouvoir d’Estienne (« Si dist li seneschaus a monseigneur Rollant : « Sire, souffréz vous quar vous avéz tort, que maistre Estienes est plus haus homs que vous n’estes, si que s’il vous avoit fait la teste couper que vous n’avéz si bon ami qui vous en peust vengier qui en osast parler I tout seul mot. » §283,8), ou dans les menaces proférées par les païens (§455, 193-196 ; §459, 51-54).

24Loin de toute expression figée, l’évocation de la décapitation connaît des formulations variées dans le discours, toutes marquées par l’émotion : un procédé, la reprise, en contexte, d’un terme, hérité de l’écriture des romans en vers, se retrouve à trois reprises, exprimant la vivacité des échanges et l’engagement affectif, en contexte amoureux ou guerrier :

Sainte Marie dame, dist li roys Floripas, amis, et que ne m’a il coupees les testes a ces François ? – Coupees, sire ? dist li varlés. De couper ne parlés mie, mes priéz a Dieu qu’i vous gart de meschief […] (§459, 153-157)

  • 11 On notera dans cet exemple de menace le passage du discours indirect au discours direct, ainsi que (...)

[Artus, ayant demandé aux ennemis ce qu’ils cherchaient,] « il respondirent qu’il queroient sa teste. « Ma teste ? dist Artus. Or vous tenez, et je la voz porterai la hors ! » (§140, 39-41)11

Et se je vous y [à Florence] fais parler, dist maistre Estene, en iceste nuit tout a privé, me donréz vous I don ? – Donrai ? Maistres, ainsi m’aït Dieux, oïl, moi et quanques j’ai, neis la teste a cest emperere qui ci vient, que je l’iroie tantost coper (§302, 31-33)

25À côté de ces prises de parole, la tête coupée est aussi évoquée dans des contextes de vengeance ou de punitions féodales, où elle est réalisée : même dans ces cas, elle est néanmoins tenue à distance par le texte. Au §83, Gouvernau rencontre un chevalier blessé, frappé de dos par deux félons qui l’ont attaqué après avoir tué son père et son frère parce qu’ils voulaient abuser de la sœur. Leur faute est multiple : ils ont tenté de violer la sœur (à deux), tué le père et le frère « en trahison », blessé le chevalier à deux contre un, de dos, « en aguet » et alors qu’il était désarmé. Gouvernau tue le premier félon : le deuxième implore sa merci. Gouvernau répond que c’est à la demoiselle de décider. Celle-ci répond : « Doncques avra il la texte copee » (§84,18). Le chevalier blessé réclame alors le félon et dit qu’il fera « droit de lui » (§85,3). Le texte se désintéresse du problème : on n’aura plus de nouvelles de sa tête, coupée ou non.

26Trois cas sont cependant plus développés et concernent les principaux adversaires d’Artus : le duc d’Orgueil, le païen Brandalon et Fromont. Si leur décapitation est évoquée rapidement, les conséquences sont plus ou moins dramatisées, sans que pour autant des miniatures aient distingué ces épisodes (même si les réactions sont dues explicitement dans le cas de Fromont ou du duc d’Orgueil à la vue de la tête coupée, ce qui suggère le potentiel visuel de la scène). Dans le cas de Brandalon, la décapitation déclenche une scène de joie, qui contraste avec le deuil des proches, rapidement évoqué ensuite :

Lors point Hector et fiert le roy Brandalons si qu’il li fist voler la teste emmi la place et dist : « Hé, roys mauvés, comme tu nous as tollu I vaillant chevalier ! Mes tu en as paié l’amande ! Je t’en clains quite. » Lors rist li roys d’Orcanie, qui bien ot veu Hector et ot oÿ ce qu’il li ot dit. Adont commença grant duel en l’ost au roy Brandalons (§459, 407-414).

27Dans le cas de Fromont, le spectacle de la tête coupée attire toute la ville, dont le saisissement est rapidement évoqué :

« […] Artus […] le fiert de Clarence sa bonne espee entre le col et le haterel, si qu’il li fist voler la teste enmi la place, et lors chei li cors de monseignor Fromon a terre, et toute la vile s’arreste sus le cors. […] il entendoient au cors […] » (§127, 13-19).

28L’épisode est plus développé dans le cas du duc d’Orgueil, dont sont victimes la dame du château du Bruel et sa fille. Artus promet à la mère la tête du duc ; deux rubriques attirent l’attention sur cette promesse de décapitation et sa réalisation :

§56 Comment Artus ala au message au chastel a la dame du Bruel pour sa fille por le duc d’Orguel, mes Artus donna la fille a Hector son cousin a femme et li promist qu’il li presenteroit la teste du duc d’Orgueil.

§70 Comment Artus et sa gent desconfirent le duc d’Orgueil, et li copa la teste, et l’envoia a madame la contesse pour la venjance son seigneur, qu’il avoit fait murtrir en traïson en tant comme il estoit aléz chacier, et l’avoit fait le duc occire pour ce qu’il ne li voloit donner sa fille a femme.

29La scène de décapitation, malgré cette promesse des rubriques, est rapide et donne lieu à un jeu de ballon qui la dédramatise (« Il li fist voler la teste sur le col du cheval, et Gouvernaus la reçut » §73,34-35), dans un élan qui annonce la joie que va manifester la dame en recevant le trophée. Rien ne suggère l’horreur, la violence ou le sang, « elle [la dame] la [la tête] reçut a moult grant joie » (§74,5-6) : le même verbe est employé que pour Gouvernau, la tête passe de main en main dans un jeu de balle dédramatisé.

30Pourtant, cette joie, qui ne retient guère l’auteur, sert surtout à établir un contraste avec la douleur de Clarembaut, un proche du duc, qui, homme de valeur, devient un compagnon d’Artus :

Et quant messire Clarembault vit la teste son seigneur, si commença a faire trop grant duel et a regreter son seigneur. Si se mist en une chambre (§74, 11-13).

31La douleur de Clarembaut, intime, est l’expression de ses qualités féodales et de l’intensité de son engagement auprès de son seigneur et compagnon, et elle est valorisée peu après par le jugement d’Artus, qui l’accueille parmi ses hommes :

Artus demanda mesire Clarembaut : « Sire, dist ele [la comtesse, victime du duc], il est entréz en une chambre, ou il fait le greigneur duel du monde por son seigneur dont il a veue la teste. – Issi m’aït Dieux, il fait que preudomme, et je l’en prise mieux. » Lors prist Artus monseigneur Gace par la main et dist : « Sire, alons a lui, si le reconfortons. » Lors se mistrent au chemin et vindrent a lui et le trouverent plourant et faisant trop grant duel. Si li dist Artus : « Hé, vaillant chevalier, et pour quoi t’occis tu ainsi por le duc, qui traïtres estoit ! Apaisiéz vous, que, si m’aït Diex, vous avréz seignour loial, bon et preudomme qui vous metra a grant honnour, et soiéz en pais, amis, et je vous en pri. » Lors apela Hector et li dist : « Cousins, je vous pri que vous tenéz compagnie a che chevalier ci, monseignor Clarembaut. Si le metéz em pais et penséz de lui quant Dieux vous en donra le pooir » (§74, 35-51).

32La tête coupée, malgré l’intérêt porté à la réaction de Clarembaut, ne suscite finalement guère d’émotion : point de dames émues, point d’évanouissement d’horreur. De fait, la décapitation, démonétisée, est remplacée par une variante, la découpe en morceaux, moins rapide (que suggère aussi le topos épique qui dénombre et démembre). C’est le cas par exemple lorsqu’Artus met Clamados en pièces : « Artus l’assena par devers senestre, si qu’il li fendi toute la senestre espaulle et li coupa le bras res a res du dos et le gros de la jambe aussi » (§459,199-202). Le sort du neveu du duc de Bigorre confirme que la décapitation n’est pas assez dure et que l’auteur préfère la mise en morceaux, pendant le combat et après. Sur le champ de bataille, Artus met son ennemi en pièces, atteignant d’abord le bras (§209), puis coupant l’oreille, une partie de la joue et de l’épaule, ainsi qu’« une grant charbonnee de la cuisse » (§211,3-7), et enfin tout le bras et « tout le cuir des costez et la jambe par le gros des cuisses » (§211,20-22). Mené en trois temps distincts, qui font durer le supplice, ce découpage est plus frappant que la décapitation, expédiée en une expression formulaire, sans oublier qu’une fois le neveu du duc mort, son corps (ce qu’il en reste ?) est mis en pièces par le « commun pueple » qui a souffert de ses exactions :

Et quant le commun pueple vit lor dame ensi prier, si douterent qu’ele ne s’i assentist et qu’il n’eschapast vis. Si se bouterent entr’eus et vindrent au neveu le duc ou il gisoit. Si le despecierent en tel maniere qu’il n’i demoura jointe entiere qui ne fust despecie (§212, 3-8).

33Cette démonétisation de la tête coupée, qui ne suscite guère d’émotions et doit être remplacée par le dépeçage, est peut-être, aussi compensée, dans certains cas, par la convocation de décollations bibliques, dont l’horreur, entretenue par la tradition, réinjecte un peu de puissance aux épisodes romanesques qui les convoquent. Certes le texte n’impose jamais explicitement de tels rapprochements, et ce n’est qu’à titre d’hypothèse que je propose cette lecture. Nous l’avons vu, les dames ne sont guère émues par les têtes coupées des ennemis qu’on leur apporte en trophée (§74,5-6) et deux scènes, très différentes, me semblent pouvoir convoquer les modèles des grandes séductrices de la Bible, Judith et Salomé, responsables de la décapitation d’Holopherne et Jean-Baptiste et très souvent représentées dans les arts visuels médiévaux. Gouvernau tente ainsi de séduire la dame de l’Île Perdue qui lui résiste, jusqu’à ce qu’il propose sa tête en offrande :

Or faites de moi ce qu’il vous pleira, quant vous avéz parlé a moi. Faites moi coper la teste, vez la ci ! » Et lors estendi il son col devant la contesse pour la teste coper qui vousist. Et quant la contesse le vit, si li adouça tous li cuers et li en prist pitié (§236, 25-30).

34La dame ne sera ni une Judith, ni une Salomé, mais il n’est pas impossible que le potentiel érotique de la présentation de la tête coupée véhiculée par les images bibliques ait joué.

  • 12 Voir Christine Ferlampin-Acher, « Malegrape dans Artus de Bretagne (texte et images) : hybridité et (...)

35Dans l’épisode dans lequel Artus vient à bout du monstre Malegrape, dont la forme est incertaine mais dont la partie supérieure du corps semble humaine12, la tête de l’horrible créature morte est offerte à la princesse Florence. L’épisode est développé ; apporté par un écuyer sur une civière, le trophée est présenté à la cour :

Lors fu la teste descouverte et moustree au roy et a l’empereour. Si y coururent tuit pour le veoir et la regarderent a grans merveilles. Si aportoient coutiaus et espees pour percier la, mes il n’en y ot onques nul, tant fust vaillant, qui de riens la peust empirier. Si aloserent tuit le chevalier qui conquis l’avoit (§135, 1-6).

36Ici aussi le dépeçage sert à dramatiser, mais a grans merveilles est une expression vague qui ne permet pas de définir l’émotion suscitée, entre étonnement, curiosité, horreur et peur. La seule réaction précise est celle de Florence, qui est la première femme du texte à éprouver un sentiment de répulsion devant une tête coupée. Son geste, se retirer dans l’intimité de sa chambre, rappelle celui de Clarembaut, qui s’isole, saisi de chagrin à la vue de la tête coupée de son seigneur (§74,13) :

Si se leva Florence et dist que cele teste lui faisoit grant paour et qu’ele s’en aloit en ses chambres (§136, 15-17).

  • 13 L’analyse est développée dans l’art. cité à la note précédente.

37Il n’en demeure pas moins que la réaction de Florence n’est qu’un discours : en fait, la tête la laisse indifférente, la demoiselle veut simplement s’isoler avec le messager pour avoir des nouvelles d’Artus, dont elle sait qu’il est son promis mais qu’elle n’a jamais vu. Elle se met à rougir, non sous le coup de l’émotion causée par le trophée, mais parce qu’au même moment Artus, ailleurs, reçoit d’un automate une couronne de fleurs qui le désigne comme futur époux de Florence : l’image se met à rougir, et à distance Florence se met elle aussi à rougir, mue par une émotion qui n’est pas suscitée par la tête coupée du monstre, mais par l’enchantement provoquée par une couronne posée sur la tête du héros. Florence s’émeut, perd la tête, mais le trophée n’y est pour rien et ne sert que de prétexte. Cette scène confirme finalement la mise au rebut de la tête coupée, qui n’est qu’un prétexte, un accessoire13 : la tête couronnée à distance est beaucoup plus émouvante que le sanglant trophée placé devant les yeux. Cette scène, originale, a été représentée par les miniaturistes : celui qui a orné le manuscrit BnF fr. 761 a choisi de prendre ses distances par rapport au texte, en omettant (contrairement au manuscrit de New York, Public Library Spencer 34, f. 98 ) la civière sur laquelle se trouve le trophée et en atténuant le caractère monstrueux de la tête, ici simplement humaine, ce qui fait que l’image pourrait évoquer la présentation de la tête d’Holoferne, telle qu’on la trouve par exemple dans une Bible d’Avranches (Bibliothèque Municipale 2, f. 245), ou dans l’Histoire ancienne de Carpentras (Bibliothèque Municipale 1260, f. 121), ou plus encore, car la tête est présentée par un homme, l’écuyer d’Artus, David tenant la tête de Goliath (par exemple dans le Speculum humanae salvationis de Paris, Arsenal 593, f. 17v). Ce rapprochement, que le texte n’explicite à aucun moment, qui est de l’ordre de la réception par le miniaturiste et donc par le lecteur mis en présence des images, suggère que l’usure de la tête coupée narrative, qui n’émeut plus, pourrait être compensée par le recours à l’imagerie chrétienne, où la décollation reste dramatique et bouleversante.

  • 14 « Et Artus feroit en tache sus cele gent et les tuoit et mehaignoit a grant effort. Or en y avoit I (...)

38Si, dans le cas de Malegrape, cette association n’est pas dictée par le texte mais relève de la réception, dans le cas des géants, autres créatures monstrueuses, la mise en relation des têtes de géants coupées avec Goliath n’entre pas en contradiction avec le texte. Les géants finissent dans Artus avec la tête coupée, en conformité avec le récit biblique. Pourtant dans les manuscrits que nous avons conservés d’ Artus leur décapitation n’est jamais illustrée, tandis que le récit présente des modulations : dans un cas, le héros affronte deux géants, et dans l’ardeur du combat c’est l’un d’eux qui coupe la tête de son compagnon, par erreur, s’attirant les sarcasmes du chevalier (§90,7-2514) ; dans l’autre une géante, armée d’une faux, est tuée d’un coup au ventre, le chevalier ne coupant sa tête qu’après sa mort (« endementres ot Artus copé la teste a la jaiande et roullee emmi le chemin » §145, 45-46), tandis que son compagnon meurt d’un coup d’épée dans le flanc, sa tête étant tranchée ensuite (§145,63). Finalement, la convocation des modèles bibliques reste discrète, sans être interdite, et ne permet pas vraiment de redonner de la consistance au motif de la tête coupée.

  • 15 Voir Christine Ferlampin-Acher, « De la geste au geste : jeux de main et caresses dans Artus de Bre (...)

39Nombreux sont donc les chefs tranchés (ou plutôt les têtes coupées) : il n’en demeure pas moins qu’ils relèvent plus du topos usé que du motif productif. La tête coupée ne suscite pas l’émotion des personnages, même si c’est là la réaction attendue (comme en témoigne la ruse de Florence). Elle n’est pas sanglante, elle n’est pas associée à la douleur physique. On en joue (à la balle), on en rit, elle pique tout au plus la curiosité et évoque l’énergie joyeuse des chansons de geste, sans parvenir à provoquer la terreur et la pitié, même lorsque sont convoqués, marginalement, des modèles bibliques. En ce Moyen Âge finissant, la ritualisation de la violence dans les tournois devenus ludiques, et la promotion d’un idéal curial de plus en plus raffiné15 a peut-être pour corollaire la démonétisation de la tête coupée : ce qui émeut l’héroïne, ce n’est pas un trophée sanglant, mais la tête couronnée de fleurs de son amant.

Haut de page

Bibliographie

Artus de Bretagne. Du manuscrit à l’imprimé (xive-xixe siècle), Christine Ferlampin-Acher (dir.), Rennes : Presses universitaires de Rennes, 2015.

Ferlampin-Acher, Christine, « La présence des chansons de geste dans Artus de Bretagne, entre réminiscence et récriture », dans Le souffle épique. Mélanges Bernard Guidot, dir. Muriel Ott, Orléans : Paradigme, 2010, p. 407-414.

Ferlampin-Acher, Christine, « Le noir et la merveille dans les miniatures d’Artus de Bretagne (manuscrits BnF fr 761, Carpentras BM 104, New York Public Library Spencer 34 et Turin Biblioteca Nazionale Universitaria L.III.31) », dans Merveilleux, marges et marginalité dans la littérature et l’enluminure profanes en France et dans les régions septentrionales (xiie-xve siècles), dir. Adeline Latimier, Joanna Pavlevski et Alicia Servier, Turnhout : Brepols, 2017, p. 111-122.

Ferlampin-Acher, Christine, Artus de Bretagne. Paris : Champion, 2017.

Ferlampin-Acher, Christine, « Malegrape dans Artus de Bretagne (texte et images) : hybridité et ambiguïté textuelle, entre effet de mode, effet de sens et goût personnel », in Corps hybrides aux frontières de l’humain au Moyen Âge, Actes du colloque international de Louvain-la-Neuve, 18-20 avril 2018, dir. Antonella Sciancalepore, Louvain : Publications de l’Institut d’études médiévales de l’Université catholique de Louvain, 2020, p. 11-31.

Le Ribeuz-Koenig, Anne-Cécile, « Mise en page et en images du Petit Artus de Bretagne dans le manuscrit 34, collection Spencer, New York Public Library : une esthétique de la prolifération », dans Artus de Bretagne : du manuscrit à l’imprimé, (xive-xixe siècle), dir. Christine Ferlampin-Acher (dir.), Rennes : Presses Universitaires de Rennes, 2015, p. 107-118.

Matières à débat. La notion de matière littéraire au Moyen Âge, dir. Christine Ferlampin-Acher et Catalina Girbea, Rennes : Presses Universitaires de Rennes, 2017.

Taylor, Jane, « Artus de Bretagne, célébrer le tournoi d’antan », dans Artus de Bretagne, du manuscrit à l’imprimé (xive-xixe siècle), dir. Christine Ferlampin-Acher, Rennes : Presses Universitaires de Rennes, 2015, p. 57-67.

Trachsler, Richard, Disjointures-conjointures : étude sur l’interférence des matières narratives dans la littérature française du Moyen Âge. Tübingen : Francke, 2000.

Dictionnaire du Moyen Français : http://www.atilf.fr/dmf/definition/tronc, consulté le 21 mars 2018.

Haut de page

Notes

1 Éd. Christine Ferlampin-Acher. Sur ce texte, voir Artus de Bretagne. Du manuscrit à l’imprimé (xive-xixe siècle), dir. Christine Ferlampin-Acher.

2 Jane Taylor, « Artus de Bretagne, célébrer le tournoi d’antan ».

3 La tête coupée est infâmante. C’est le sort que subissent par exemple les fuyards, à qui Artus coupe la tête : « Et quant li autre III le virent, si tournerent les chevaus et s’en commencierent a fuir. Mais Artus les sievi si rudement qu’il en occist II en fuiant. Et li autres, si comme il entroit en la porte, si l’aconsievi si Artus qu’il li fist la teste voler enmi la place » (§254, 18-22).

4 Sur ce point, voir Richard Trachsler, Disjointures-conjointures: étude sur l’interférence des matières narratives dans la littérature française du Moyen Âge, ainsi que Matières à débat. La notion de matière littéraire au Moyen Âge. Pour ce qui est des interférences entre roman et chanson de geste dans Artus, voir Christine Ferlampin-Acher, « La présence des chansons de geste dans Artus de Bretagne, entre réminiscence et récriture ».

5 Voir l’introduction à l’éd. cit., p. LXXVIIss.

6 La décapitation donne lieu à un seul emploi du terme chief, non pas dans une formulation topique, mais dans un discours du seigneur de la Roche rapportant des événements qui viennent de se dérouler (« et a le chief coupé » §128,17).

7 Si dans les énumérations l’amputation du bras et la décapitation sont placées sur le même plan, le texte semble opérer une distinction pour ce qui est des conséquences de ses blessures. Si la décapitation est toujours suivie de la mort, on peut continuer à vivre sans bras, comme c’est le cas d’Ansel, qui a le bras coupé par Artus (« si le fiert d’une retraite par dessous le bras si roidement qu’il li fist le bras voler atout l’espee emmi le champ » §21,42-44) et qu’on voit continuer à vivre et à se battre, sans qu’il soit jamais fait référence à cette blessure dans la suite du récit, ou comme ce sarrasin que rencontre Gouvernau : « Et ensi comme on li disoit, ez voz venir I sarrazin qui avoit les bras copéz, que Gouvernaus ot encontré, qui li dist : « Sire empereres, li soudans est occis, et Salehadins, ses freres, quar il y a VI deables venus, qui tout ont mort et occis. Si en y a I qui tout confont, il tout seul vous en fera fuir. Or aus armes, sire empereres, ou nous sommes tuit mort ! » (§450,24-30). Il n’en demeure pas moins que dans les énumérations topiques bras et têtes coupés sont interchangeables.

8 Même chose dans « Si conmence a ferir de si grans cops et si pezans qu’il fendoit tout quanques il ataignoit. Il copoit bras et espaules et faisoit testes voler » (§447,3-6).

9 New York, Public Library, Spencer 34. Les autres manuscrits illustrés ne donnent pas de représentations correspondant à ces scènes de carnage (Paris, Bibliothèque nationale de France, fr. 761, Carpentras, Bibliothèque Inguimbertine, 403), et très endommagé car il a brûlé dans l’incendie de la bibliothèque en 1904 (Turin, Biblioteca Nazionale Universitaria L.III.31 : voir introduction à l’éd. cit., p. LXss). Pour une description du manuscrit de New York, voir l’introduction à l’éd. cit., p. LVII-LXV. Sur son illustration, voir Anne-Cécile Le Ribeuz-Koenig, « Mise en page et en images du Petit Artus de Bretagne dans le manuscrit 34, collection Spencer, New York Public Library : une esthétique de la prolifération », et Christine Ferlampin-Acher, « Le noir et la merveille dans les miniatures d’Artus de Bretagne (manuscrits BnF fr 761, Carpentras BM 104, New York Public Library Spencer 34 et Turin Biblioteca Nazionale Universitaria L.III.31) ».

10 Le « tronc » désigne en moyen français à la fois le billot et une partie du corps : la polysémie du terme marque, dans son ambiguïté, la substitution d’un tronc (le torse) à l’autre (le billot) lors de la décapitation. La formulation est bien attestée (voir DMF, http://www.atilf.fr/dmf/definition/tronc, consulté le 21 mars 2018) et cette polysémie relève de la langue et de ses représentations plus que d’une recherche auctoriale.

11 On notera dans cet exemple de menace le passage du discours indirect au discours direct, ainsi que la formulation au futur qui actualise un peu la décapitation, même si celle-ci en reste au jeu verbal.

12 Voir Christine Ferlampin-Acher, « Malegrape dans Artus de Bretagne (texte et images) : hybridité et ambiguïté textuelle, entre effet de mode, effet de sens et goût personnel ».

13 L’analyse est développée dans l’art. cité à la note précédente.

14 « Et Artus feroit en tache sus cele gent et les tuoit et mehaignoit a grant effort. Or en y avoit I de ces serjans si grant et si fort comme un jayant. Si courut a Artus, qui ne s’en donnoit de garde, et l’ahert par les flans a II mainz. Si le serra si fort contre lui que au tour qu’il li donna il cheirent andui a terre, et chei Artus dessous, et li grans deables chei dessus. Et quant un des compaignons a celi vit Artus par terre, si hauce la hache qu’il tenoit et cuide ferir Artus et li cops fu grans. Si feri le jaiant qui estoit sus Artus qu’il li fist la teste voler moult loing, et tantost salli sus Artus. Si dist a celui qui ot la teste copee au jaiant : « Tu m’as geté de grant paine, si t’en paierai bien ! » Adont entoise la grant hache qu’il tenoit et ataint celui sus les espaules. Si le fendi jusques en l’eschine. Adont s’abandonna Artus a eus et fiert en tache a destre et a senestre et en fait voler testes et bras a grant foison. Si fendoit testes et espaules et eschines. Si les mena tant que tuit li XII furent mort ou mehagnié ».

15 Voir Christine Ferlampin-Acher, « De la geste au geste : jeux de main et caresses dans Artus de Bretagne ».

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Christine Ferlampin-Acher, « Perdre la tête : de la tête épique à la tête émouvante dans Artus de Bretagne  »Babel, 42 | 2020, 79-98.

Référence électronique

Christine Ferlampin-Acher, « Perdre la tête : de la tête épique à la tête émouvante dans Artus de Bretagne  »Babel [En ligne], 42 | 2020, mis en ligne le 01 janvier 2021, consulté le 03 mars 2021. URL : http://journals.openedition.org/babel/11298 ; DOI : https://doi.org/10.4000/babel.11298

Haut de page

Auteur

Christine Ferlampin-Acher

Université Rennes 2
CELLAM (Centre d’Études des Littératures Anciennes et Modernes) - EA 3206

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Babel. Littératures plurielles est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Laboratoire Babel
  • Logo Université de Toulon
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • OpenEdition Journals
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search