Navigation – Plan du site

AccueilNuméros42Le chief tranchéLa chasse aux têtes dans quelques...

Le chief tranché

La chasse aux têtes dans quelques romans arthuriens en vers du xiiie siècle : vers une amplification de la violence ?

Carine Giovénal
p. 99-113

Résumés

Depuis la Joie de la Cour d’Erec et Énide, le motif des têtes de chevaliers coupées et exposées sur des pieux apparaît régulièrement dans les romans en vers du xiiie s. Des têtes d’hommes, toujours, tranchées par un autre chevalier le plus souvent à la demande d’une dame ou demoiselle pour châtier une offense, faute ou faillite sexuelle, ou encore prouver à une amante sa valeur virile et martiale. Mais à ce détournement de la dyade courtoise amour/prouesse s’ajoutent des décapitations sans motif apparent, des collections de têtes initiées par des hommes, ou encore des demoiselles qui décapitent elles-mêmes leur proie. Quel sens prend alors ce motif dans la littérature arthurienne en vers ? Peut-on encore y voir une réminiscence des codes courtois, ou faut-il chercher une autre définition ?

Haut de page

Texte intégral

1La violence fait partie intégrante du monde arthurien, dans lequel elle se manifeste entre autres par le motif de la décapitation. Étêter un personnage peut s’avérer légitime, notamment lorsqu’il s’agit d’un être féérique ou maléfique — pensons au diable lubrique de L’Âtre Périlleux — ou au contraire constituer un acte gratuit. Depuis la Joie de la Cour d’Erec et Énide, le motif des têtes de chevaliers coupées et exposées sur des pieux apparaît régulièrement dans les romans en vers du xiiie s. Des têtes d’hommes, toujours, tranchées par un autre chevalier le plus souvent à la demande d’une dame ou demoiselle pour châtier une offense, faute ou faillite sexuelle, ou encore prouver à une amante sa valeur virile et martiale. Mais à ce détournement de la dyade courtoise amour/prouesse s’ajoutent des décapitations sans motif apparent, des collections de têtes initiées par des hommes, ou encore des demoiselles qui décapitent elles-mêmes leur proie. Quel sens prend alors ce motif dans la littérature arthurienne en vers ? Peut-on encore y voir une réminiscence des codes courtois, ou faut-il chercher une autre senefiance ?

I. La chasse aux têtes, une occupation typiquement féminine ?

2Au tenant ou à l’aboutissement d’une chasse aux têtes se trouve généralement une femme qui manque de confiance en elle et veut conserver son amant dans un lieu clos, un verger, une île, ou encore dans l’espace ultime de la mort. C’est le cas dans Erec et Énide, Meraugis de Portlesguez ou encore la Vengeance Raguidel. Mais la chasse aux têtes naît souvent de la permanence sur le sol arthurien d’étranges coutumes qui contraignent un chevalier errant à se battre. Le plus souvent le chevalier cherche à démontrer sa force, sa valeur aux armes, fournir la preuve de sa puissance à une femme, aimée ou non. Notre premier exemple est la Joie de la Cour d’Erec, où Mabonagrain, qui a accepté de rester prisonnier jusqu’à ce qu’un chevalier plus fort le surpasse, décapite un nombre indéterminé d’adversaires pour prouver sa vaillance à sa dame ; lors de son arrivée, Erec voit une succession de pieux sur lesquels sont fichées des têtes couvertes de leurs heaumes, parfois seulement désignées par le terme « heaumes » : cette mise en avant de la condition chevaleresque et nobiliaire du chevalier montre que la décapitation s’adresse à la caste noble mais aussi combattante et apparaît comme une marque de fabrique de la classe chevaleresque, une preuve de victoire : la tête de l’adversaire vaincu est un trophée qu’on conserve et qu’on exhibe. L’exhibition, la collection de têtes d’ennemis vaincus sont, à partir du roman d’Erec, preuves visibles et tangibles à la fois de la valeur martiale, du respect des codes courtois — un amant obéissant, le plus fort uni à la plus belle —, et la mise en place d’une coutume qui engendre le cycle de violence tourné sur lui-même, comme le couple courtois enfermé dans le verger. La violence malfaisante ici va engendrer la violence positive d’Erec et le triomphe de la courtoisie, puisque Erec épargne Mabongrain : le dernier pieu préparé pour recevoir la tête du prochain vaincu reste inutilisé.

3La mise en scène des têtes coupées coiffées de leur heaume fait penser à une succession d’épouvantails, sans doute inspirée de la chasse aux têtes celtes. Le terrible Mabonagrain, enfin, n’est pas considéré comme mauvais puisque ses exploits atroces ne sont que conséquence de sa parole donnée à laquelle il veut rester fidèle. Il est au contraire déchiré entre son désir de complaire à sa dame, son désespoir d’être prisonnier, son obligation de toujours combattre au mieux. Mais la décapitation n’est qu’un moyen de comptabiliser ses victoires, pas une fin en soi : le processus s’arrête avec la coutume. Les têtes sont donc autant de trophées, de preuves d’amour que le chevalier offre à la dame avant de les exposer aux yeux de tous afin que la dyade amour/vaillance soit connue et reconnue par la société. On notera qu’à aucun moment il n’est question de retirer les têtes des pieux. Elles ne sont plus évoquées et semblent disparaître comme par magie, comme disparaît la barrière d’air du verger…

4On retrouve la même coutume, cette fois parodiée, dans Meraugis de Portlesguez : le verger est remplacé par une île, la violence s’accroît puisque l’affrontement est imposé à tout chevalier passant par là, alors que la Joie de la Cour reposait sur la libre volonté. Également, à l’origine on trouve une dame jalouse qui emprisonne son ami et l’oblige à combattre tout chevalier qui passe dans la région. Mais la puissance féminine s’accroît par rapport à Erec : dans Meraugis, la dame commande et l’homme s’efface entièrement derrière ses décisions :

[…] S’ele comandast
E plus, que ja mes ne passa
Nus chevaliers parmi sa terre
Qui ne venist ça por conquerre
Le pris contre son champïon. (v. 3116-20)

5Si la dame devient le pris et semble réifiée, elle est en fait l’élément le plus actif du couple, l’initiatrice de cette chasse aux têtes qui suit immédiatement ses directives :

Einsi avint que maint baron
I vindrent e maint chevalier
A qui il a les cols tranchiez. (v. 3121-23)

6Contrairement à l’amie de Mabonagrain, la dame de l’île assiste à la décapitation du chevalier prétendant au pris, puisque le texte précise qu’elle regarde chaque combat de sa fenêtre, comme la dame du Bel Inconnu. Cette jouissance perverse à voir des chevaliers s’entretuer pour la posséder dénote un lien très fort entre érotisme et cruauté : la dame se donnera à celui qui a tranché la tête de l’autre et l’a exhibée à la foule et à elle-même. La violence et sa représentation dans le texte montent d’un cran lorsque Méraugis décrit sa propre décapitation qu’il va mettre en scène :

Ge me gerrai e vos ferrez
De moi occire outreement.
E por miex decevoir la gent
Prendré mon heaume et osterez
De ma teste e sel geterez
En la mer voiant tot le mont.
E par itant tuit cuideront
Que vos m’aiez a vostre espee
Ocis e la teste coupee. (v. 3214-23)

7Il décrit non le résultat comme dans Erec mais le processus, avec une description précise des gestes, dans un voyeurisme de la mise à mort tant pour les spectateurs que pour le lecteur. La mise en scène est imposée par le regard de la dame qui attend le résultat du duel, à savoir la tête coupée de son amant réel ou potentiel. À nouveau le chevalier est prisonnier de son ethos : il doit combattre au mieux pour mériter son titre de vaillance chevaleresque et cela bien qu’il n’aime pas la dame. L’auteur de Meraugis subvertit le principe courtois amour/prouesse, subversion d’autant plus comique que ni Méraugis ni Gauvain ne veulent de cette dame qui, confondue avec son chastel/prison, apparaît comme haïssable ; Gauvain est profondément dépressif à l’idée de remporter le combat et de demeurer seigneur prisonnier de l’île, Méraugis ne veut pas davantage de cette seigneurie empoisonnée. La chasse aux têtes apparaît vidée de son sens, seule la force contraignante de la coutume la fait perdurer. L’amour ne l’inspire plus, et même la volonté de combattre au mieux s’estompe puisque les deux chevaliers renoncent à s’affronter et utilisent la ruse pour se tirer d’affaire.

8Il est intéressant de relever que Méraugis menace la dame de la brûler vive, et non de la décapiter : le feu serait-il une punition pour une hérétique de la tradition courtoise ? Ou bien parce que son comportement la rend indigne d’une mort noble par décapitation ? On soulignera également que ni Méraugis ni Gauvain ne mettent fin à la mauvaise coutume en neutralisant la dame : celle-ci pourra reprendre son activité de chasseuse de têtes en toute impunité.

9Le motif de la chasse aux têtes exigée par une femme se rencontre également dans Le Bel Inconnu, sur l’Île d’Or : à la vaillance du chevalier, mesurée par le nombre de têtes d’adversaires vaincus, répondra la possession du corps de la dame. Celle-ci est tenue par la coutume d’appartenir au plus fort de ses prétendants, lequel doit affronter tout chevalier qui se présente sur la chaussée : un cycle de sept ans de victoire est nécessaire pour obtenir la main de la dame :

Sire […],
Tel est l’usage, n’en ment mie ;
Et cil qui est ci conquis
Si puet estre de la mort fis :
La teste a maintenant copee,
Ne ja ne li ert desarmee,
A tot l’elme serra trencie
Et puis en un des pels ficie
Avec les autres qui la sont
Defors les lices de cel pont. (v. 1991-2000)

10Le nombre de têtes est effarant : cent quarante-trois en cinq ans de coutume. Un pieu nu attend celle de Guinglain :

Et qui a set ans i puet durer
A celui se veut marïer,
Et li ert sire et del manoir ;
En cel guisse le doit avoir.
Ele savoit bien, sans mentir,
Que cil qui ce porra furnir,
Que tant est buens qu’avoir le doit ;
Por l’esprover iço faisoit. (v. 2021-27)

11Cependant, la dame en question a l’intention de se dérober à la loi contraignante de la coutume car elle n’aime pas son actuel prétendant. Pour le vaincre, Guinglain choisit une variante de la décapitation : au lieu de trancher le cou, il fend la tête de haut en bas « par la cervele met l’espee, dusques es dens li est colee » (v. 2185-86). Ainsi faisant, il marque de façon nette sa victoire tout en refusant de s’inscrire dans la longue liste de prétendants de la dame, tous décapités ou décapitant. Il montre aussi sa volonté de se soustraire à une coutume barbare et anti-courtoise : « […] Ne vel avoir tel casement/ D’ensi ocire tote gent » (v. 2099-2100). Il prouve à tous sa puissance par une forme autre du geste spectaculaire qu’est la décapitation — le combat a lieu sous les yeux de toute la ville, et le geste fatal de Guinglain est accueilli par des cris de joie —, tout en refusant à la dame cruelle le trophée qu’elle attend, la tête de l’homme qu’elle hait. Le Bel Inconnu reprend donc le motif de la Joie de la Cour — une cité au bord de l’eau, sept ans de coutume, un chevalier qui décapite à tour de bras pour prouver sa valeur à sa dame —, mais le détourne par l’action rebelle du jeune chevalier qui accomplit un acte civilisateur en abolissant une mauvaise coutume, tout en respectant l’éthique courtoise en refusant de perpétuer lui-même cette coutume par le geste symbolique de la tête tranchée.

  • 1 Anne-Marie Cadot-Colin, « Images de la femme dans la Vengeance Raguidel », p. 114.

12La perversion de la dyade prouesse/amour est poussée à l’extrême dans la Vengeance Raguidel, allant de pair avec l’autonomisation de la dame : celle-ci n’a plus besoin d’un chevalier agissant en son nom. Anne-Marie Cadot-Colin nous l’explique : « La Pucelle du Gaut Destroit s’est éprise de Gauvain pour sa seule prouesse, sans jamais l’avoir vu réellement […]. La jeune fille aime donc Gauvain d’un amour exacerbé par l’absence, et qui lui a fait prendre en haine tous les autres hommes. Elle a consacré sa vie à l’attente du héros, mais cet amour s’est finalement métamorphosé en une sorte de haine sanguinaire. En effet, quand Gauvain, arrivé incognito à Gaut Destroit, visite le château en sa compagnie, il peut voir l’extravagante machination qu’elle a imaginée. Elle lui montre un ingénieux mécanisme de fenêtre à guillotine »1 :

La fenestre fu amont traite ;
Elle coroit en haveüre ;
Par engien tient ; conrateure
Descendait qui l’engien gardoit,
Et quant il chaoit, si fremoit,
Dedens dui engien petitet,
Qui estoit fait come .i. loquet ;
Et puis que fust aval colee,
Ne fuste le a force levee
Par .xx. hommes, sans depecier.
À l’engien .i. rasoirs d’acier ;
A .i. caïne d’argent,
Y pendoit, qui si durement
Trençoit ço qu’on li metoit jus. (v. 2128-41)

13Tout est prévu : quand Gauvain viendra enfin la voir, il sera décapité et son corps reposera ensuite dans sa chapelle près de celui de la demoiselle :

Se sa teste ert en cel broion,
Ja n’en prendoie raençon ;
De lui issi me vengeroit,
Que la teste li trenceroit. (v. 2289-92)

14La Pucelle prévoit de se suicider aussitôt après avoir tranché le col de Gauvain, en faisant de soi tel vengance, sans préciser comment. En utilisant la même guillotine ? Elle ne le dit pas, mais insiste sur leurs deux visages réunis dans la mort :

Quant mort seriesmes anbedui,
En cest sarçu seriesmes mis,
Bouce a bouce et vis-à-vis,
Issi me feroit compaignie. (v. 2296-99)

15C’est bien la tête de Gauvain, réduite à sa bouche et son visage, et non son corps, qui fascine la Pucelle au point de vouloir y coller la sienne et passer ainsi l’éternité. La décapitation, ici fantasme de possession absolue de l’aimé à travers ce qu’il a de plus identitaire, son visage, se double d’un fantasme de fétichisme morbide et autodestructeur. Le processus est ici dépersonnalisé, le traditionnel chevalier décapitant étant remplacé par une machine. La volonté féminine est à la fois motivation et fin du procédé : autonomisation par rapport par Erec et Méraugis, indépendance nouvelle de la dame dont on note l’engien diabolique, terme maintes fois cité dans la description de la machine et dont le double sens — « ruse » ou « machine » — est ici révélateur. Amour et prouesse sont totalement dissociés dans la Vengeance Raguidel, et on comprend l’épouvante de Gauvain face à cette mort infamante qui lui est destinée : mourir sans combattre, décapité, et décapité par un engien, machine et ruse à la fois, à l’instigation unique d’une femme. La demoiselle l’avoue sans détours : elle veut le tuer car elle craint qu’il ne lui soit infidèle. La décapitation se fait castration symbolique du mâle inconstant, une prise de pouvoir érotique mais aussi phallique.

  • 2 Michele Savonarola, Il trattato ginecologico-pediatrico in volgare, p. 18.

16Si l’on en juge par Erec, Le Chevalier de la Charrette et Meraugis de Portlesguez, il semble que l’éthos du chevalier amant l’oblige à couper la tête de l’adversaire lorsque celui-ci désire la même femme : serait-ce une variante mortelle de l’émasculation ? Dans Erec, Meraugis et Le Bel Inconnu, l’homme qui a manqué de force physique est vu comme manquant de puissance sexuelle : ce manque est signifié par l’amputation de la tête, la privation de l’intégrité corporelle à laquelle se rajoute la coutume celte de donner la femme au plus fort. On pourrait relier tout cela à la citation de saint Paul, I Cor. XI, 3 : « caput autem mulieris vir » : caput, « le chef », « la tête » seraient synecdotiques de pouvoir plus fortement que la castration des organes génitaux. Cette obsession féminine de la tête coupée cacherait-elle un désir de revanche sur la domination masculine ? Si, comme le dit Michel Savonarole dans son Traité de physionomie (1450), « foemella est ut orbatus masculus »2 : la femme est comme un homme mutilé, couper la tête remettrait donc homme et femme sur pied d’égalité. Avant les héroïnes arthuriennes, les ménades démembrent Orphée qui les a dédaignées et jettent la tête dans un fleuve ; Judith décapite Holopherne après s’être donnée à lui par calcul. Il semble qu’en perdant sa tête, l’homme expie une faute d’ordre sexuel, d’un acte commis ou non commis. L’aboutissement se fait dans La Vengeance Raguidel où la femme s’émancipe de l’homme décapiteur en créant sa propre guillotine, se faisant archétype de Judith, l’amante qui tue : l’homme est entièrement passif, la femme a pris le pouvoir.

II. Quand les hommes chassent eux aussi les têtes…

17L’idéal courtois dénaturé et perverti par la demoiselle de Raguidel l’est également quand les hommes constituent, hors de tout vouloir féminin, leur propre collection de têtes. La décapitation arthurienne d’un chevalier par un autre après un duel constitue une ritualisation de la violence et marque le sacrifice public de celui qui a voulu perturber l’ordre social, sacrifice nécessaire pour éviter toute vengeance. C’est une violence obligatoire mais régulée, codifiée, acceptée car acceptable. Or cette violence légitime et ritualisée se trouve dénaturée à travers le motif de la chasse aux têtes par un personnage masculin, comme nous allons le voir dans L’Âtre Périlleux, Meriadeuc et Yder.

18On ne peut que remarquer une progression de la sauvagerie visuelle dans certains romans du xiiie siècle, romans volontairement violents, comme si le lecteur en demandait toujours plus — comme nous-mêmes aujourd’hui, à une époque où les médias banalisent de plus en plus la violence ? Dans certains romans arthuriens, celle-ci est désormais une fin en soi et non plus un moyen de réintégrer un personnage égaré dans l’espace courtois. Ainsi, Guinglain dans Le Bel Inconnu se montre fort prompt à vouloir décapiter ses adversaires à moins qu’ils ne demandent grâce. La décapitation se veut gratuite, comme conclusion d’un duel :

[…] Se vels escaper
Fiance prison a torner
Ens en la cort Artu le roi
Iras apres moi de par moi.
Se tu nel fais, a ceste espee
Avras ja la teste copee. (v. 1181-86)

19La menace est la même lors d’un autre duel, quasiment dans les mêmes termes :

[…] Ja li eust la teste copee,
Se il n’otriast son voloir. (v. 1460-61)

20Lors de son combat contre Giflet fils de Do, Guinglain est visiblement prêt à faire de même comme le montrent ses gestes violents envers l’adversaire à terre :

Cil maintenant sor lui ala,
Tant durement le tire et sace
Que l’elme del cief li esrace ;
Cil n’a pooir de relever. (v. 1788-91)

21Si les menaces de Guinglain restent à l’état de mots, il paraît prêt à trancher le chef de façon systématique. Nulle femme derrière lui pour exiger un tel trophée ; chevalier en apprentissage, à la recherche de sa propre identité, il semble se trouver dans un état de sauvagerie primitive, de violence brute et de tendance à vouloir tuer de manière rapide, efficace et spectaculaire, autant de caractéristiques qu’illustre la mise à mort par décapitation. Gauvain n’agit pas autrement en décapitant proprement Escanor dans L’Âtre Périlleux : privé de son nom, il est retourné à un état sauvage dont il devra lentement s’extraire en apprenant à nouveau à épargner ses adversaires. Bien que le geste de Guinglain reste virtuel, il laisse pourtant présager un possible chevalier chasseur de têtes à l’image de celui qu’il affrontera et vaincra sur l’Île d’Or.

22Le chevalier valeureux, en accomplissant des exploits, escompte gagner le cœur de sa dame — Lancelot ne conquiert pas autrement l’amour de Guenièvre. La situation paraît semblable pour le roi de la Rouge Cité dans L’Âtre Périlleux. Sa demoiselle a eu le tort de contester son invincibilité : par ses décapitations en série, il lui montre à quel point elle a mal parlé. Mais Lancelot avait accompli toutes sortes d’actes pour prouver son amour, et ses exploits ne comptaient qu’une seule décapitation, celle de Méléagant, l’ennemi originel, double noir du chevalier. Dans L’Âtre Périlleux, on est au-delà du dévoiement de la dyade prouesse/amour : c’est un orgueil blessé qui engendre un désir de vengeance, mal justifié par le recours aux précédentes chasses aux têtes courtoises. La femme de Brun Sans Pitié en est tout aussi victime que ceux qui cherchent à la défendre : elle est plongée nue chaque jour dans une fontaine, amputée par le milieu du corps jusqu’à la poitrine en une décapitation symbolique, tête et poitrine exhibée aux yeux de tous, contrainte d’exposer son identité et sa féminité — son visage et ses seins —, comme ses défenseurs dont Brun exhibe la tête tranchée dans leur heaume. Rares sont les femmes décapitées dans la littérature arthurienne, elles sont généralement attaquées ou châtiées dans leur féminité : par leur chevelure tondue (Liénor dans Le Roman de la Rose ou de Guillaume de Dole), par le viol (la prisonnière du diable dans L’Âtre Périlleux), ou par la dénudation-exposition. La demoiselle de L’Âtre Périlleux n’a aucun pouvoir sur les actes de son chevalier et ne jouit aucunement des trophées macabres qu’il collectionne ; son seul désir est au contraire de le voir cesser cette chasse. Brun sans pitié a inventé une forme de décapitation itérative, appliquée chaque jour sur une même personne à la tête exposée in vivo, en miroir des chevaliers morts qui lui font face. Supplice supplémentaire, la jeune femme peut aussi contempler sa propre tête « coupée » dans l’eau de la fontaine, fontaine dont l’eau obscure se fait métaphore de la mort. La chasse aux têtes devient le mode d’expression d’une violence gratuite et perverse, une jubilation de torturer et émasculer par le raccourcissement, mortel ou non. Quelle évolution depuis la Joie de la Cour ! Ni amour ni vaillance dans cet épisode, la seule courtoisie est celle de Gauvain qui, en épargnant Brun et en l’envoyant se repentir à la cour d’Arthur, commence à renouer avec son identité courtoise. Cet épisode nuance le rôle du motif de la décapitation comme conclusion d’un duel singulier : Brun, par ses actes et sa cruauté, méritait une telle mort, bien plus que le diable ou Escanor. Mais si Gauvain l’avait décapité, il se serait conduit comme lui, de façon primitive et barbare. En l’épargnant, il réintègre le couple dans la société courtoise tout en commençant à y rentrer lui-même.

23En revanche, dans Le Chevalier aux Deux Épées, Gauvain s’inscrit sans ambages dans la liste des chevaliers décapiteurs exhibant leurs trophées : le seigneur Gornemant convoite une jeune femme pour la donner à ses hommes, et décapite les chevaliers qui sont prêts à la défendre — mais sans prétendre l’épouser — avant de planter leurs têtes sur des piques : on a là une nouvelle réplique de la perversion de la Joie de la Cour, mais dont une femme, si elle en est à l’origine, n’en est pas l’instigatrice. La rupture du couple beauté/prouesse est remplacée par celui de victime/perversion. Paradoxalement, Gauvain met fin à la chasse tout en la poursuivant puisqu’il fiche la tête de Gornemant sur le pieu : l’auto-engendrement de têtes de la Joie de la Cour devient ici alimentation par la main d’un chevalier, le merveilleux d’Erec se fait acte concret et identifié, le lecteur visualise ce geste violent d’autant plus qu’il est décrit de façon lapidaire. Certes, Gauvain met fin aux agissements coupables de Gornemant, mais en plantant à sa suite la tête de son adversaire vaincu sur le pieu en attente, n’agit-il pas comme lui ? Non seulement il ne songe pas à l’épargner pour lui permettre de réintégrer la société courtoise, mais il assimile le geste malsain de l’exhibition du chef tranché, lui, le parangon des valeurs courtoises. Cet acte montre à notre sens combien la violence brute a augmenté entre les romans arthuriens du xiie s. et ceux du xiiie s. : à l’âge d’or d’une chevalerie tournée vers le bien et qui cherchait à réguler la violence a succédé des combattants plus guerriers que chevaliers, qui peuvent désormais appliquer la loi du Talion, signe d’un déclin certain de la chevalerie au xiiie siècle.

  • 3 Annie Combes, « Sens et abolition de la violence dans L’Âtre Périlleux », p. 156.

24La violence dérégulée atteint un point culminant dans L’Âtre Périlleux : un pseudo Gauvain est démembré par deux chevaliers cherchant à montrer leur supériorité pour obtenir deux jeunes filles qui ne veulent aimer que Gauvain et Perceval. Ces deux assaillants illustrent l’hypertrophie de la décapitation qui devient démembrement et éparpillement du corps, divisé en six morceaux et dispersé dans le pays, érigé en reliques. Selon Annie Combes, « La recherche d’originalité se manifeste au travers d’une thématique de l’excès qui amplifie la cruauté des faits. La démesure est mise en scène de deux façons contraires : par la division du corps en six morceaux qu’illustre le démembrement, par la multiplication des cadavres que résume la série des 54 têtes décapitées »3.

25À cette outrance morbide s’ajoute l’aspect réflexif sur l’acte de décapiter et de démembrer, car les faits sont racontés, rapportés au discours direct par des témoins oculaires : tel un chœur funèbre, trois jeunes filles narrent en pleurant la mort horrible du pseudo Gauvain, relayées dans leur complainte par un jeune homme à qui les assaillants ont crevé les yeux. Le même procédé est utilisé avec la jeune fille de la fontaine dans L’Âtre Périlleux qui conte avec précision son martyre quotidien. Ce sont autant de voix qui font entendre l’épouvante :

  • 4 Ibid.., p. 157.

L’horreur que peuvent inspirer les faits est intensifiée par l’émotion et le comportement des protagonistes. […] À travers l’énoncé des événements, ils laissent percer l’effroi, comme si leurs discours ravivaient la sidération. Dans les deux circonstances, la parole donne à imaginer un spectacle absent : les raconteurs se remémorent des mises à mort qui ont déjà eu lieu et sont donc racontées grâce à des récits rétrospectifs4.

26Une forme de cruauté hors norme et hors tradition apparaît donc dans L’Atre Périlleux : situation d’énonciation particulière, thématique de l’excès, exhibition de la souffrance. Annie Combes y voit un effet de variation sur un motif connu, « un art de la variation pratiqué par l’auteur autour d’un lexique et de séquences convenus » ; nous posons l’hypothèse que cette avalanche de cruautés n’est pas simple effet narratif et stylistique, qu’elle s’inscrit au contraire dans une thématique de la cruauté qui va en s’amplifiant dans la littérature arthurienne, en vers comme en prose, au xiiie s., une déshumanisation de l’adversaire et une sophistication de la violence qu’on avait pu repérer par exemple avec la machiavélique guillotine de La Vengeance Raguidel.

  • 5 Dans Méraugis de Portlesguez, le chevalier Laquis est éborgné par le cruel Outredouté qui veut ains (...)
  • 6 Nicole Gonthier, Le Châtiment du crime au Moyen Âge, p. 156.

27Des mises en scène morbides, qu’on n’avait pas au xiie s. — par exemple dans Erec —, vont en s’accumulant au xiiie s., alternant le jeu avec le corps sans vie et impuissant de l’ennemi, les mutilations (Laquis et l’Outredouté dans Meraugis de Portlesguez5), l’arrachage des membres (L’Âtre Périlleux), les dons des parties du corps devenues trophées ou reliques (Meraugis, L’Âtre Périlleux) : le roman arthurien bascule dans le macabre. Selon Nicole Gonthier, « le pire des supplices en matière de crimes politiques est l’écartèlement que les chroniqueurs désignent aussi sous les termes de « mise en quartiers » ou « mise en pièces »6. Car la séparation de la tête et du corps […] ne semble pas suffire à éteindre le ressentiment de l’autorité bafouée. » Elle ajoute un peu plus loin : « De la dépouille de ce traître il ne restera donc rien que des chairs sanglantes. Ce dépeçage public, bien que réservé à des cas de trahisons notoires, traduit un climat de violence extrême que l’on rencontre particulièrement dans les temps de guerres civile et d’insécurité », (p. 158). On songe de nouveau au Roman du roi Yder et aux trois cents têtes coupées exhibées par les géants. Dans le motif des têtes tranchées, dans ces collections de chiefs, s’illustre l’esthétique de la démesure qui va causer la fin du royaume arthurien.

28Trancher le chief est rarement un acte anodin dans la littérature arthurienne. Cet acte extrême, hors normes, est légitime quand le chevalier se trouve confronté à une créature elle-même hors normes, qui mérite un châtiment frappant les imaginations. Il devient plus problématique quand il s’exerce entre chevaliers : décapiter peut servir d’habile et remarquable conclusion pour un duel qui va également clore le récit (Le Chevalier de la Charrette) ou illustrer une forme extrême de concomitance entre amour et prouesse (Erec et Énide). La chasse aux têtes initiée par une femme pour obliger son chevalier servant peut facilement être dévoyée et dénaturer l’idéal courtois qui en était à l’origine : la volonté de prouver son amour disparaît, seule demeure la force contraignante de la coutume (Meraugis de Portlesguez), le désir de gagner du temps pour échapper à une union forcée (Le Bel Inconnu), ou une pure et simple violence (Meriadeuc, L’Âtre Périlleux, Yder). Jusqu’à cet exemple extrême de La Vengeance Raguidel, où l’amour s’est fait désir morbide et ruse machiavélique du côté féminin, passivité côté masculin. À l’image des centaines de tombes qui parsèment La Mort Artu, les centaines de têtes coupées dans les romans en vers annoncent la violence débridée, autodestructrice et anticourtoise qui causera le crépuscule du monde arthurien.

Haut de page

Bibliographie

L’Âtre Périlleux, roman en vers du xiiie siècle, éd. Brian Woledge Paris : Champion, « Classiques français du Moyen Âge », 1936

Burr, Kristin L., « The point of revenge : questioning chivalry in La Vengeance Raguidel and Les Merveilles de Rigomer », Vendetta : Essays on Honor and Revenge, dir. Giovanna Summerfield, Newcastle upon Tyne : Cambridge Scholars, 2010, p. 13-33.

Cadot-Colin Anne-Marie, « Images de la femme dans la Vengeance Raguidel », Farai chansoneta novele. Essais sur la liberté créatrice au Moyen Âge. Hommage à Jean Charles Payen, Caen : Centre de Publication de l’Université, 1989, p. 113-121.

Chrétien de Troyes, Erec et Énide, d’après la copie de Guiot, éd. Mario Roques, Paris, Champion, 1978.

Chrétien de Troyes, Lancelot ou Le Chevalier de la Charrette, édition critique d’après tous les manuscrits existants, traduction, présentation et notes de Charles Méla, Paris : Livre de Poche, « Lettres Gothiques », 1992.

Combes Annie, « Sens et abolition de la violence dans L’Âtre Périlleux », in La Violence dans le Monde médiéval, CUERMA, Aix en Provence : CUER-MA [Senefiance 36], 1994, p. 149-164.

Gonthier, Nicole, Le Châtiment du crime au Moyen Âge, xiie-xvie siècles, Rennes : Presses Universitaires de Rennes, 1998.

Guerreau-Jalabert Anita, Index des motifs narratifs dans les romans arthuriens français en vers, xiie-xiiie siècles, Genève : Droz, 1992.

Krueger Roberta L., « Playing to the ladies : chivalry and misogyny in Ipomedon, Le Chevalier à l’épée, and La Vengeance Raguidel », Women Readers and the Ideology of Gender in Old French Verse Romance, Cambridge, New York et Melbourne : Cambridge University Press, 1993, p. 68-100.

Meriadeuc ou Le Chevalier aux deux épées, roman arthurien anonyme du xiiie siècle, texte présenté et traduit de l’ancien français par Damien de Carné, Paris : Classiques Garnier, 2012

Raoul de Houdenc, Meraugis de Portlesguez, Roman arthurien du xiiie siècle, publié et traduit d’après le manuscrit de la Bibliothèque du Vatican, par Michelle Szkilnik, Paris : Champion, « Champion Classiques », 2004.

Raoul de Houdenc, La Vengeance Raguidel, éd. Gilles Roussineau, Genève : Droz, « Textes littéraires français », 2004.

Renaut de Beaujeu, Le Bel Inconnu, éd. Michèle Perret et Isabelle Weill, Paris : Champion, « Champion Classiques », 2003.

Le Romanz du reis Yder, éd. et trad. Jacques Ch. Lemaire, Bruxelles : Fernelmont, 2010

Savonarola., Michele, Il trattato ginecologico-pediatrico in volgare, Ad mulieres ferrarienses de regimine pregnantium et noviter natorum usque ad septennium, éd. L. Belloni, Milan : Stucchi, 1952.

Haut de page

Notes

1 Anne-Marie Cadot-Colin, « Images de la femme dans la Vengeance Raguidel », p. 114.

2 Michele Savonarola, Il trattato ginecologico-pediatrico in volgare, p. 18.

3 Annie Combes, « Sens et abolition de la violence dans L’Âtre Périlleux », p. 156.

4 Ibid.., p. 157.

5 Dans Méraugis de Portlesguez, le chevalier Laquis est éborgné par le cruel Outredouté qui veut ainsi se venger du héros éponyme.

6 Nicole Gonthier, Le Châtiment du crime au Moyen Âge, p. 156.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Carine Giovénal, « La chasse aux têtes dans quelques romans arthuriens en vers du xiiie siècle : vers une amplification de la violence ? »Babel, 42 | 2020, 99-113.

Référence électronique

Carine Giovénal, « La chasse aux têtes dans quelques romans arthuriens en vers du xiiie siècle : vers une amplification de la violence ? »Babel [En ligne], 42 | 2020, mis en ligne le 01 janvier 2021, consulté le 03 mars 2021. URL : http://journals.openedition.org/babel/11388 ; DOI : https://doi.org/10.4000/babel.11388

Haut de page

Auteur

Carine Giovénal

Université de Toulon

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Babel. Littératures plurielles est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Laboratoire Babel
  • Logo Université de Toulon
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • OpenEdition Journals
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search