Navigation – Plan du site

AccueilNuméros42Le chief tranchéL’Orient revisité : décapitations...

Le chief tranché

L’Orient revisité : décapitations et rhétorique de la violence dans les enluminures et dans Richard Coer de Lyon au xve siècle

Sandra Gorgievski
p. 226-252

Résumés

La décapitation, topos symbolique répandu au Moyen Âge, soumet au regard collectif de la communauté la tête de l’ennemi vaincu, dans la littérature et l’iconographie relatives aux croisades. Dans trois manuscrits enluminés du xve s. et dans la romance anglaise Richard Coer de Lyon, les décapitations en Terre sainte s’illustrent en particulier dans celle de Renaud de Châtillon par Saladin, à la fois héros et martyr. Mais c’est le cannibalisme de Richard Cœur de Lion, barbare en Orient, qui renverse la diabolisation traditionnelle du Sarrasin, pour diffuser une propagande anti-Franc, de type nationaliste, ayant pour cible les Français.

Haut de page

Texte intégral

  • 1 Sur la base de données Gallica (Paris, BnF), 1051 légendes en font mention, dont 880 images numéris (...)
  • 2 Julia Kristeva, Visions capitales, p. 34.

1La décapitation est un thème iconographique répandu au Moyen Âge, en particulier dans l’enluminure ; il est presqu’exclusivement religieux, avec de nombreux martyres chrétiens (saint Jean-Baptiste, saint Denis, etc.) et des épisodes de l’Ancien Testament (Judith décapitant Holopherne, David abattant le géant Goliath), mais revisite aussi des thèmes mythologiques (la Gorgone), légendaires (exécution de rois ou chefs de guerre dans des manuscrits arthuriens), ou de type historique (textes sur les croisades)1. Ce thème est à replacer dans la perspective anthropologique de rituels guerriers, dans des images chargées de symbolique idéologique et religieuse (culte des têtes chez les Celtes, Égyptiens, Grecs, Romains, Arabes), où le crâne mutilé est objet de prestige militaire et social ou objet de culte ancestral. Exhibé comme sinistre trophée de guerre, il est soumis au regard collectif de la communauté : empalés sur des piques, empilés au pied des murailles, encloués sur des portes au Moyen-Orient, il est « conjuration de l’invisible par l’exhibition ouvragée de ses vestiges capitaux »2. J’utiliserai dans cet article les hypothèses d’historiens, pour mieux comprendre comment ces éléments sont transformés dans la littérature et l’iconographie relatives aux croisades, en particulier dans trois manuscrits enluminés du xve s. et dans la romance anglaise Richard Coer de Lyon pour évoquer les aspects suivants : les décapitations en Terre sainte comme topos symbolique, puis le thème de la décapitation de Renaud de Châtillon, héros et martyre. Enfin j’examinerai la figure cannibale de Richard Cœur de Lion, un barbare en Orient.

Décapitations en Terre sainte : un topos symbolique

  • 3 Inès Monteira-Arias, « Une iconographie de propagande de la lutte contre l’islam : les têtes tranch (...)

2On repère un double mouvement dans les propagandes militaires musulmanes et chrétiennes lors des croisades, à commencer par la dénonciation chrétienne des décapitations réalisées par les musulmans. Inès Montera-Arias rappelle que depuis le viiie s., le pouvoir andalou procède à des exécutions publiques et à l’exposition de têtes coupées sur des piques pour dissuader toute tentative d’insurrection et proclamer le pouvoir des Omeyyades (al-Andalus). Puis la décapitation, plus qu’une méthode d’exécution, devient symbolique : souvent réalisée post-mortem, elle est destinée à proclamer le triomphe militaire et la domination religieuse. La pratique s’étend au nord de l’Espagne à la fin du xie s., alimentant l’image de musulmans cruels trancheurs de têtes, en particulier dans l’iconographie de propagande chrétienne pour la lutte contre l’Islam : c’est la cas dans les têtes tranchées de la sculpture romane et espagnole : les modillons à tête humaines d’églises romanes démontrent l’objectif idéologique de la Reconquista, la « guerre totale » contre les musulmans hispaniques, repris lors des croisades pour unifier les royaumes latins face à l’Islam en Orient. L’image du martyr chrétien à la tête tranchée se propage alors comme moyen de propagande dans la guerre sacralisée contre l’Islam, incitant l’enrôlement, justifiant et légitimant l’exécution d’infidèles3.

  • 4 Abbès Zouache, « Têtes en guerre au Proche-Orient mutilations et décapitations, ve-vie/xie-xiie siè (...)
  • 5 Patrick Boucheron, Conjurer la peur, Sienne, 1338, Essai sur la force politique des images. L’auteu (...)
  • 6 « Ilz le trouuerent mort gesant estendu en croix, lie de hars a quatre pielz fichies en terre, desp (...)

3Il s’agit d’une « stratégie de la terreur »4 destinée à légitimer la guerre, « conjurer la peur »5, mécanisme repris dans les chansons de gestes et les épopées, transposé de façon graphique dans les enluminures des manuscrits. Dans la version de La Chanson de Roland par David Aubert (xve s.), l’épisode de la recherche des morts après la bataille de Roncevaux fait mention de corps « escorchiés par semblant depuis le col iusques es pies » par les « tyrans païens »6.

  • 7 Monteira-Arias, op. cit..

4Dans un second mouvement, on observe le motif chrétien du crâne musulman décapité. Comme par contagion, l’adoption de la pratique mutilatrice par les chrétiens contre des ennemis musulmans est attestée et sacralisée en Espagne7, reprise par les croisés et pèlerins guerriers. Plus important que l’aspect historique, c’est l’aspect légendaire, l’exaltation de cette pratique dans l’imaginaire collectif qui domine : chroniques, épopées, chansons de gestes attestent du pouvoir symbolique de telles pratiques : la légitimation de la guerre sacralisée et la diabolisation de l’adversaire ainsi mutilé, l’attestation de garantie du « bon chevalier chrétien ». Elle devient une ressource narrative frivole, moyen de séduction ou preuve de virilité. L’allégorie biblique de David contre Goliath est utilisée dans l’iconographie de propagande de la guerre contre les musulmans. Le leitmotiv des têtes coupées musulmanes fait partie d’un arsenal doctrinal où la participation divine rend possible la victoire, symbole de l’implantation chrétienne en terre d’Islam.

5Le manuscrit des Chroniques abrégées de David Aubert (Arsenal 5090, xve s.) se présente comme les « Croniques abregies commençans au temps de Herode Antipas, persecuteur de la chrestienté, et finissant l’an de grace mil IIc et LXXVI ». Exécuté pour Philippe III le Bon, duc de Bourgogne, il mêle histoire et légendes. Les Sarrasins coupeurs de têtes sont représentés de façon stéréotypée avec barbes, turbans et heaumes coniques, sabres courbés ; ils portent des vêtements peints de couleurs criardes, aux contrastes vus comme forts au Moyen Âge, qui signalent un comportement déviant ou diabolique (rouge et jaune). Face à eux, les rois chrétiens (en bleu royal et or) et les croisés sont vêtus de couleurs dont le contraste est vu comme faible (vert et rouge).

Fig. 1 : David Aubert, Chroniques abrégées,
Arsenal 5090, f. 33v, XVe s. © Paris, Arsenal.

  • 8 Zouache, op. cit., p. 216.

6La rubrique du folio 33v annonce : « comment le [...] prince raymon d’antioche trespassa » [fig. 1] ; il s’agit de Raymond II de Tripoli, mort le 29 juin 1149 à la bataille d’Inab pendant une expédition contre Nur ad-Din. Au centre de l’image, le corps sans tête du souverain chrétien (bleu et or), sa tête vue de face exhibée dans la main du Sarrasin, permet une identification incontestable : la tête de Raymond fut en effet ramenée à Nur ad-Din, et son porteur grassement récompensé8. La violence de l’attaque réside autant dans les mutilations infligées que dans la supériorité numérique des assaillants, qui semblent fondre en une marée de heaumes compacte sur les croisés. Le personnage central à cheval domine la scène, sans doute Nur ad-Din, voyant son prestige augmenté. Les chapeaux bariolés aux formes variées identifient l’ennemi.

Fig 2 : David Aubert, Chroniques abrégées,
Arsenal 5090, f. 84, XVe s. © Paris, Arsenal.

7Le folio 84 illustre : « comment Sirascon fit occir Sanar le souldan de egipte et comment le caliphe fist mourir ses deux filz » [fig. 2]. Au centre de la miniature, Sirascon, levant haut son sabre, s’apprête à frapper la victime à genoux. Les regards des autres personnages (trois chevaliers à droite, la garde rapprochée à gauche) convergent vers la scène exemplaire. Leur présence souligne l’aspect public et exceptionnel de cette exécution d’un personnage de haut rang.

Fig. 3 : David Aubert, Chroniques abrégées,
Arsenal 5090, f. 322v, XVe s. © Paris, Arsenal.

  • 9 Monteira-Ariès, op. cit., p. 173.
  • 10 Dans la neuvième bolge du huitième cercle de l’Enfer, le supplice décrit des fauteurs de schisme et (...)

8Le folio 322v illustre : « comment le roy loys de France et les barons furent prisonniers des sarrazins et la cité de damiette rendue » [fig. 3]. Dans cette illustration de la bataille de Fariskur en Égypte en 1250, plusieurs éléments se succèdent : à gauche, les corps amoncelés et démembrés après la bataille ; au centre, un Sarrasin, bras droit levé avec son sabre, s’apprête à décapiter un croisé gisant à terre — sans doute déjà mort — prêt à mutiler son corps pour humilier l’ennemi. Sa tête coupée gît à terre à côté de l’arbre ; à droite, Saint Louis, en tenue bleu et or et portant couronne, est fait prisonnier. À droite, la masse des heaumes suggère l’écrasante supériorité numérique des Sarrasins. Les têtes coupées sanguinolentes, burlesques et grimaçantes ont un aspect démoniaque, un caractère abstrait et immatériel, comme les âmes condamnées aux flammes infernales9. Cette image est sans doute à rapprocher de celle de Mahomet dans un manuscrit enluminé de la Divine comédie de Dante (Commedia, Italien 74, f. 83, vers 1420-1430, BnF)10.

  • 11 Zouache, op. cit., p. 215.
  • 12 Sibt Ibn al-Djawsi et Abû Shâma in L’Orient au temps des croisades, p. 160.

9Dans son étude comparée des mutilations et décapitations au Proche-Orient aux xie-xiie s., tant dans les textes latins chrétiens que dans les sources musulmanes, Abbès Zouache montre que la rhétorique guerrière et le traitement dégradant que les vainqueurs font subir à leurs ennemis ne sont pas toujours fondés sur une opposition religieuse : dans le monde musulman, la pratique de la décapitation est antérieure aux croisades, et la profanation à l’égard des corps des ennemis, interdite par le Prophète, est néanmoins pratiquée, destinée à empêcher l’accès à la salvation ou utilisée pour diaboliser l’ennemi. L’exacerbation du conflit religieux lors des croisades n’a fait qu’amplifier des pratiques déjà attestées au Moyen-Orient, comme celle de promener triomphalement des prisonniers — musulmans et non-musulmans — enchaînés à travers la ville, d’exhiber les têtes des ennemies comme trophées11. Dans l’enceinte du palais califal à Bagdad, il existait un magasin de têtes coupées, ramenées pour compter les morts, donner la preuve de l’ampleur de la victoire, l’allégeance des combattants au calife et obtenir des émoluments12. Dans la poésie arabe classique, chanter la gloire des combattants du jihad s’accompagne de vers dithyrambiques et stéréotypés sur le carnage et l’humiliation des vaincus par mutilation, en particulier dans des scènes de décapitation.

  • 13 Zouache, op. cit., p. 199.
  • 14 Ibid., p. 202-204.

10Une même déclinaison du motif de la tête coupée se retrouve dans les textes chrétiens, selon une dualité cœur/tête (âme/corps) que musulmans et chrétiens semblent avoir partagée : la tête s’est muée dans le monde chrétien au xiie s. en « substitut de l’âme »13 et en métaphores politiques où le cerveau devient le siège de la perfection et de la pensée pour les savants musulmans, la tête devenant objet de dévotion et de pèlerinage, tant chez les Chiites que chez les Sunnites14. La tête incarne alors la puissance et la vitalité de l’homme, force vitale et source de régénérescence dont il fallait absolument s’emparer.

  • 15 Abû Shâma in L’Orient au temps des croisades, op. cit., p. 161.

11Au xiie s., la tradition proche-orientale de trancher et exhiber le chef du souverain obéit aussi à un certain pragmatisme : mettre fin au combat, provoquer la fuite des hommes, rétablir l’ordre, outil de gestion du territoire. Les califes et vizirs fatimides en Égypte (969-1171), en quête permanente de légitimité, en usaient systématiquement. Éliminer définitivement un rival, proclamer son pouvoir en promenant la tête de façon à dissuader les opposants, comme la tête d’al-Kâmil promenée à Damas15.

  • 16 Zouache, op. cit., p. 214.
  • 17 Ibid. p. 211.

12Les chroniques des croisades, où les combats sont exacerbés par les appels à la guerre sainte, accumulent les détails d’exécutions collectives, par effet d’hyperbole plus que de réalisme : la profanation de cadavres musulmans par les croisés à Antioche (1098, Gesta francorum), les décapitations acharnées lors de la prise de Jérusalem par les croisés en 1099, la prise d’Edesse par les musulmans en 1144. La décapitation devient « outil rhétorique commode permettant de dénoter la cruauté des conquérants et le martyr des habitants »16. Dans l’enluminure, aux xiiie et xive s., la décapitation est réservée aux plus grands, dans la continuité des pratiques de l’Empire romain qui punit ainsi les crimes majeurs d’une mort « aristocratique »17.

Renaud de Châtillon : héros et martyr ?

  • 18 Anne-Marie Eddé, Saladin, 2002, p. 244.
  • 19 Ibid., p. 250.

13La décapitation de Renaud de Châtillon est souvent présentée comme un martyre dans la propagande chrétienne, mais n’est pas dépourvue d’ambigüité. Au cours de la Troisième croisade (début 1187), Renaud de Châtillon, seigneur de Kérak, personnage controversé et perfide, rompt la trêve instaurée deux ans plus tôt, par l’attaque d’une caravane, pourtant protégée d’une escorte militaire, transportant des marchandises entre Le Caire et Damas. Il repousse l’intercession de Guy de Lusignan, refuse de rendre à Saladin les personnes et les biens saisis18. Saladin, profitant d’une forte mobilisation musulmane avec des troupes d’Égypte et de Syrie, reprend alors les armes contre les Francs, perd son l’alliance avec Raymond III qui se réconcilie avec Guy de Lusignan et assoiffe l’armée franque au village de Hattîn près du lac de Tibériade, avant de reprendre Jérusalem en septembre 1187. Le sultan traite ses prisonniers avec une grande courtoisie, et propose à Renaud de se convertir à l’Islam avant de le décapiter de sa propre main19. Guillaume de Tyr, historien né à Jérusalem et principale source latine des croisades, relate l’événement dans son Historia (Français 68, Bruges, vers 1470-1480, illustré par l’atelier Loyset Liédet).

Fig. 4 : Guillaume de Tyr, Historia,
Français 68, f. 399, c. 1470-1480 © Paris, BnF.

  • 20 Au contraire, dans le texte persan de al-bîrûnî , al-âthâr al-bâqiya (Arabe 1489, f. 80, BnF, c. 15 (...)

14Le folio 399 représente « une bataille que le roy guy de jherusalem eut contre salahadin où ledit roy fut prins et presque tous ses barons la vraye croix perdue et comment salahadin de sa propre main coupa la teste au prince regnault du crac » [fig. 4]. L’image montre deux moments successifs : au centre, Saladin, le sabre levé dans une action dynamique, s’apprête à décapiter Renaud. À droite, la tente gardée par des soldats sarrasins suggère une exécution organisée, l’application judiciaire d’une sentence, plus qu’un acte guerrier perpétré dans la violence et le sang. Saladin reçoit un traitement honorifique, vêtu tel un roi chrétien, dans une peinture en grisaille où on le distingue peu des croisés. Au fond, les murs de la forteresse (sans doute Jérusalem) que trois personnages sans armes, contemplent. À gauche, le corps sans tête de Renaud à genoux, le sang jaillissant de la blessure, la tête gisant au sol20. Renaud est en position d’humilité, comme dans le motif iconographique du martyre chrétien, mais la présentation reste ambigüe en raison de la présentation positive de Saladin.

15On peut comparer cette scène au martyre des saints Processe et Martinien dans le manuscrit de Vincentius Bellovacensis, Speculum historiale, (Arsenal 5080, f. 80, c. 1335, traduit par Jean de Vignay) [fig. 5]. Les corps auréolés des martyrs saints Processe et Martinien à genoux, les épées tranchant ou brandies de façon menaçante. Le roi, en position de majesté, assis sur son trône, le bras gauche tendu, intime l’ordre de décapiter. Les mouvements des personnages et la composition accentuent l’aspect violent et dramatique.

Fig. 5 : Vincentius Bellovacensis, Speculum historiale,
Arsenal 5080, f. 80, c. 1335 © Paris, Arsenal.

  • 21 Eddé, op. cit., p. 548.
  • 22 Dans l’Enfer de Dante, Saladin figure simplement dans les Limbes, le premier cercle de l’Enfer, aux (...)

16La mort de Renaud de Châtillon est indissociable de la valorisation de Saladin dans la littérature médiévale chrétienne. Courtois, juste, généreux et clément, le sultan est loué non seulement dans les sources arabes et persanes comme un parangon de justice et de magnanimité doublé de dévotion religieuse, mais également dans les sources chrétiennes, en dépit d’une rhétorique religieuse évidemment défavorable aux musulmans. Dans les enluminures des xiie au xve s., il est dépeint de la même façon que les héros chevaleresques idéalisés, dans un processus d’admiration mutuelle. Guillaume de Tyr le présente d’une façon positive, et même comme l’instrument du châtiment divin à l’encontre des péchés des chrétiens (les Francs d’Orient en particulier). Cette interprétation du tyran envoyé par Dieu pour punir les hommes se retrouve dans la bulle papale de Grégoire VIII, qui explique la victoire de Saladin par les dissensions et les fautes chrétiennes21. Saladin est souvent idéalisé dans les épopées et romances du début du xiiie s. comme l’adversaire raffiné des croisés ; puis dans le second cycle des croisades, après la chute des empires latins d’Orient (1291), on lui prête même des origines chrétiennes par sa mère, fille supposée du comte de Ponthieu22.

  • 23 Zouache, op. cit., p. 212.
  • 24 Zouache, op. cit, note 145, p. 220.
  • 25 Eddé, op. cit., p. 250.
  • 26 Ibn al-Athîr in Chroniques arabes des Croisades, p. 124.

17Les historiens musulmans mettent en valeur l’aspect judiciaire de cette décapitation. En Égypte et dans l’ensemble de l’Empire fatimide, seul le calife avait le droit de décider d’exécuter, et donc de décapiter, un homme libre23, et ses représentants en Syrie devaient en référer au Caire. Mais ces régulations restèrent vaines. Sur le champ de bataille, les décapitations se pratiquent avec acharnement. L’exécution de Renaud est présentée comme « une absolue nécessité » par les chroniqueurs arabes, avec des variantes. Par exemple, Saladin coupe la tête ou laisse à d’autres le soin de l’achever24. Impie mais aussi parjure, il provoque l’exaspération des musulmans, justifiant qu’un roi en tue un autre. Saladin émet le double serment de le tuer lui-même pour avoir menacé les villes saintes de la Mecque et Médine (1183), puis attaqué la caravane égyptienne par traîtrise ; il applique également la loi musulmane qui autorise la mise à mort par décapitation du prisonnier refusant de se convertir à l’Islam et représentant une menace pour la communauté musulmane25. L’historien Ibn al-Athîr originaire de Mossoul, témoin oculaire de l’histoire des croisades au xiie s., relate sobrement les événements, présentés avec une logique implacable rendant compte de l’application d’une sentence26. Il coupe la tête de Renaud, opérant une séparation symbolique entre le Bien et le Mal.

Richard Cœur de Lion : un barbare en Orient

  • 27 Imâd al-Dîn, in Chroniques arabes des Croisades, op. cit., p. 162.
  • 28 Zouache, op. cit., p. 220-221.

18Sous la plume d’Imâd al-Dîn, secrétaire et chroniqueur personnel de Saladin, la bataille de Hattîn de 1187 est contée avec emphase, dans un texte de type panégyrique. La terre semble avoir faim de cadavres et les lames des épées paraissent sucer les vies. La plaine de Hattîn semble vomir les cadavres de croisés : « les morts furent dispersés par monts et vallées, gisant sur leurs flancs immobiles. Hittîn se déchargea de leurs carcasses »27. Le texte regorge d’images macabres de démembrements ; lors de l’exécution des Templiers et des Hospitaliers ordonnée par Saladin, ce dernier est décrit comme prenant un plaisir évident au spectacle de cette exécution grandiose, souriant avec exaltation devant le massacre : « Le Sultan était assis, le visage radieux, tandis que ceux des Infidèles étaient sombres », contredisant l’image du souverain magnanime véhiculée dans la majorité des textes arabes et chrétiens. Saladin est glorifié par la survalorisation de ses capacités guerrières et son extase morbide ne fait que souligner sa victoire éclatante. Ce type de décapitation collective a déjà eu lieu avant Hattîn, utilisé par d’autres puissants musulmans comme outil de propagande ou pour se venger de violences semblables28.

  • 29 L’Historia Hierosolimitana abbreviata traite de la religion musulmane et expose les causes des croi (...)

19En Occident, l’Orient est perçu comme « un pays qui dévore ses habitants », selon la description de Jacques de Vitry, prédicateur et évêque de Saint-Jean-d’Acre, dans le dernier livre de son histoire abrégée de Jérusalem (1220-1225)29. Cette image exprime la crainte du Sarrasin imaginé comme cannibale, métaphore de la menace d’incorporation territoriale.

20Dans les manuscrits enluminés et les romances, on assiste à une survalorisation de la fonction guerrière des croisés. À la fin du xve s., le manuscrit de Sébastien Mamerot, Passages faiz oultre mer par les François contre les Turcqs et autres Sarrazins et Mores oultre marins (Français 5594, 1472-1474, illustré par Jean Colombe) est un traité historique composé à la demande de son commanditaire Louis de Laval, conseiller du roi Louis XI ; il mêle légende et histoire, partant de l’expédition fantaisiste de Charlemagne pour délivrer Jérusalem des Arabes (638), jusqu’à la défaite des chrétiens contre les Turcs à Nicopolis (1396). Le but est d’exhorter l’aristocratie française à lancer une nouvelle croisade. Le programme iconographique de type propagandiste, célèbre l’unité française et légitime le rôle de la couronne de France dans les diverses croisades. Les images délivrent un message clair destiné à valoriser la chevalerie française, à commencer par la personnification mythique de Charlemagne, présenté comme empereur des Français.

Fig. 6 : Sébastien Mamerot, Passages outremer,
Français 5594, f. 251v, XVe s © Paris, BnF.

21Les décapitations sont nombreuses. Devant Antioche qu’ils assiègent, les croisés tiennent au bout de leurs lances les têtes de leurs ennemis (f. 52). Godefroy de Bouillon et les croisés lors de la prise de Jérusalem : « commirent un tel massacre qu’il y avait dans les rues de grands tas de têtes coupées et de cous tranchés, si bien qu’on ne pouvait passer qu’en enjambant les cadavres. Les piétons, qui faisaient la plus grande tuerie, s’en allaient en foule à travers les autres lieux de la ville, portant des masses et des haches » (f. 95v). Les têtes des Turcs sont passées au fil de l’épée (f. 106). Lors des mêlées guerrières effroyables, le sang jaillit des corps décapités (f. 193b). Les croisés sont présentés comme des martyrs de la foi chrétienne : têtes coupées et cadavres baignent dans le sang : Allemands contre Hongrois (f. 25v) et Turcs (f. 140v), Noradin contre le prince d’Antioche (f. 153v) ou croisés contre les Sarrasins à Tunis (f. 251v) [fig. 6].

Fig. 7 : Sébastien Mamerot, Passages outremer,
Français 5594, f. 222, XVe s. © Paris, BnF.

22Lors de l’attaque des croisés par l’empereur d’Allemagne (f. 222), l’image ne montre pas de stigmatisation exclusive des Sarrasins, car les images discréditent parfois les chevaleries allemande ou anglaise coupables d’exactions, révélant les conflits internes à la chrétienté [fig. 7].

Fig. 8 : Sébastien Mamerot, Passages outremer,
Français 5594, f. 213, XVe s © Paris, BnF.

  • 30 Par exemple, la lutte sans merci entre Anglo-normands et combattants de Waterfort à Baginburn en 11 (...)
  • 31 La décapitation publique est aussi un acte formalisé en Occident, repérable dans d’autres manuscrit (...)

23Richard Cœur de lion fait exécuter les prisonniers musulmans à Acre en 1191. La rubrique du folio f. 213 [fig. 8] dit : « comment le roy richart fit tuer cruellement les prisonniers d’acre. comment le duc de bourgoigne fit retourner les françois alans en jherusalem. de salhadin et comment le roy richart surprint les turcqs. et comment le roy richart s’en retournant... » Dans l’Occident chrétien, on décapitait en nombre lorsque l’affrontement était chargé d’enjeux idéologiques forts30. Mais les croisés adoptèrent rarement ce genre d’attitude en Orient, à l’exception de la décapitation de prisonniers musulmans sur ordre de Richard après le siège d’Acre (1191), fait attesté par certains chroniqueurs : les musulmans, pour sauver leurs vies, acceptèrent de libérer 1500 prisonniers chrétiens, de restituer la relique de la Vraie Croix et de payer une rançon pour leurs vies. Richard n’honora pas les termes du contrat et fit exécuter 2700 prisonniers et leurs familles. Dans ce manuscrit, on lit que le roi anglais assiste à l’exécution publique particulièrement cruelle de 5000 survivants sarrasins. L’épisode ne fait que deux lignes dans le texte, et justifie l’attitude de Richard en raison d’une promesse non tenue de Saladin concernant le paiement de la rançon des prisonniers ; mais l’image détaille les étapes du supplice : à gauche, amenés avec l’arrière-garde musulmanes, dévêtus en chemise blanche ; en haut à droite, les yeux bandés sur l’échafaud, les prisonniers sont décapités un à un ; au centre, le bourreau exécute l’un d’entre eux ; leurs corps et têtes s’entassant sous l’échafaud. La vue est censée galvaniser les troupes (vues de part et d’autre de la scène) et décourager l’adversaire. La présentation négative de Richard renforce le point de vue français, alors que d’autres chroniqueurs insistent peu sur la part jouée par le roi anglais dans cette exécution31.

  • 32 Elisabeth Crouzet-Pavan, « Nourritures interdites : des Croisés cannibales ? » ; Suzanne Akbari, «  (...)
  • 33 La Chanson d’Antioche, Chant V, chap. I et II, in Croisades et pèlerinages, éd. Danielle Régnier-Bo (...)
  • 34 Ibid., Chant VIII, chap. XXII, p. 151.
  • 35 Geraldine Heng, « The Romance of England : Richard Coeur de Lyon, Saracens, Jews, and the Politics (...)

24Certains chroniqueurs ont mentionné le cannibalisme des Francs lors de la Première croisade, que Foulquier de Chartres justifie par la famine ; d’autres textes, comme La Chanson d’Antioche, attribuent cet acte dégradant aux Tafurs, un groupe de mendiants dégénérés qui errent à la suite des croisés, et qui sont vus comme des « sous-hommes »32. Lors du siège d’Antioche par l’émir Corbaran (1098), les vivres manquent. Pierre l’Ermite conseille au roi Tafur et les siens qui meurent de faim : « C’est bien votre faute. Qu’attendez-vous pour prendre ces cadavres de Turcs qui gisent là ? Salez-les et mettez-les à cuire : ils seront bons à manger » ; et le roi Tafur s’exécute, ils écorchent les Turcs, les font bouillir ou griller et font bombance : « Fini le carême ! C’est meilleur que du porc ou du jambon à l’huile ! ». Ils déterrent même des morts, suscitant la honte des croisés, si bien que Bohémond refuse d’en assumer la responsabilité : « Ils aiment mieux la chair de Turc que paons au poivre »33. Corbaran les réprouve : « Ce sont des suppôts de Satan ? Ils aiment mieux la chair humaine que celle des cygnes au poivre : ils mangent les nôtres après les avoir fait cuire »34. Cet événement traumatisa la chrétienté et pollua, selon le pape Urbain II, les lieux saints de Jérusalem35.

  • 36 Heng, op. cit., p. 152 ; Akbari, op. cit., p. 203-220.
  • 37 Heng, op. cit., p. 141.
  • 38 Ibid., p. 144-146.
  • 39 Larkin, op. cit., p. 12

25La mémoire de cet événement demeure dans les épisodes fantaisistes de la romance moyen-anglaise Richard Coer de Lyon, mais cette fois perpétrée par le roi en personne. On assiste alors à une toute autre forme de propagande, à savoir le nationalisme anglais et la propagande contre les Francs (Français et Anglo-normands mêlés). Parmi les sept manuscrits de ce texte, datés du début xive-fin xve s., et deux incunables, certaines versions prennent le contre-pied de la vision de l’Orient comme gueule ouverte prête à dévorer les croisés. C’est l’Orient qui devient victime du cannibalisme de Richard. Ces versions inattendues de la Troisième croisade prêtent des origines diaboliques à Richard : fils du roi Plantagenêt Henri II et d’Aliénor d’Aquitaine, cette dernière est remplacée par Cassodorien, fille démoniaque du roi d’Antioche (qui ne peut contempler l’Eucharistie lors de la messe). Qualifié de « devyl » (diable, v. 500), en référence à sa naissance monstrueuse, comme celle de Merlin, monstre effrayant muni d’une hache surnaturelle — et non de l’épée des croisés — perpétrant d’effroyables décapitations, il semble grotesque. Ce qui est en jeu, c’est l’appétit pour la construction d’une identité nationale anglaise, par opposition à la chevalerie franque, véritable cible politique de ce texte : la hache fonctionne comme un symbole culturel fort unifiant les deux identités politiques et militaires des Anglo-saxons et des Anglo-normands36. L’émergence d’un discours nationaliste anglais au xive s. est projetée sur la Troisième croisade dans cette romance populaire destinée à être récitée face à un large auditoire, plus qu’une romance chevaleresque réservée à une élite37. En pleine Guerre de Cent ans, ce discours est supposé transformer une crise guerrière en triomphe, selon une rhétorique de la violence célébrant la nation anglaise face à la France, autant que l’opposition religieuse caractéristique des croisades entre chrétiens, musulmans et juifs. Le souverain français Philippe II Auguste est sévèrement critiqué, Saladin est présenté comme un vilain traître, assimilé à un guerrier juif à travers une propagande dont les juifs, autant que les musulmans, sont la cible38. La personnalité problématique du roi Richard, soupçonné de sodomie — vue comme une hérésie dangereuse — aurait été « masculinisée » par l’absence de mère humaine et par ses actes particulièrement agressifs39.

26Le premier épisode de cannibalisme (v. 3027- 3124) obéit à une situation d’urgence : trouver un mets capable de guérir Richard, malade après un voyage en mer et un siège d’Acre particulièrement éprouvants. Le récitant prononce une élégie poignante sur les pertes humaines (v. 3022-3025), Richard s’affaiblit tant et devient si malade (« syke ») qu’il ne peut plus ni manger ni boire, mais exprime le désir de manger du porc, mets introuvable en terre sarrasine. Un vieux chevalier propose alors au stewart, en dernière extrémité et pour éviter une mort certaine (« he myghte deye » 3085), de remplacer le porc par la chair d’un Sarrasin jeune et gras (« yonge and fat », v. 3088), bouillie (« soden ») et accompagnée d’épices (« saffron of good colour »), et promet une guérison complète : « Throwgh Goddes myghr and my counsayl, sone he schal be fresch and hayl » (« avec l’aide de Dieu et sur mon conseil, il sera bientôt frais et guéri », v. 3101-3102). Les chevaliers s’exécutent et apportent le corps cuit d’un Sarrasin, présenté au roi comme du porc (« Lord, we have pork sought », v. 3106) ; un chevalier le découpe et le roi mange la chair et mâche les os avec application (« eet the flesch and gnew the bones »), puis dort et se réveille guéri et sain : « and become hool and stounde » (v. 3118). Ses gens rient sous cape du tour joué : « Hys folk hem turnyd away and laugh » (v. 3114) et adressent des prières de remerciements à Jésus et Marie pour l’avoir guéri : « And thankyd Jhesu and Marye That he was out of his maladye » (v. 3124-3125). Richard repart au combat avec une ardeur renouvelée, car les Sarrasins menacent de faire tomber les fortifications d’Acre. Ignorant tout du stratagème, Richard est en quelque sorte absout de cet acte inhumain. Selon une perspective anthropologique, il y a annexion symbolique de la puissance de l’ennemi lors d’un repas totémique.

27Les vers 3194-326 décrivent l’ingestion de la tête. Le lendemain, craignant une nouvelle fièvre, le roi demande à manger la tête de porc du même plat, car il se sent faible, monstrueux et fou : « the hed of that swyn That I of eet […] for feble I am, feynt and mad » (v. 3199-3200). Le cuisinier menacé de décapitation s’exécute, horrifié. Richard reconnaît alors la tête d’un Sarrasin et non celle d’un porc : peau noire, barbe noire et larges dents blanches sur une bouche grimaçante (« hys lyppys grennyd wyde » v. 3213). C’est une image saisissante, vue comme diabolique, mais le roi éclate de rire, s’étonne que la chair soit si bonne et se félicite de ne plus jamais laisser ses soldats mourir de faim à l’avenir (un souci constant dans la romance) :

  • 40 Quel est ce démon ? » cria le roi,
    Et il se mit à rire comme s’il était fou
    « Comment ? La chair des (...)

What devil is this ? the kyng cryde,
And gan to lawghe as he were wood.
What ? Is Sarezynys flesh thus good
And nevere erst I nought wyste ? 
By Goddys deth and Hys upruyste,
Schole we nevere dye for defawte
Whyl we may in any assawte
Slee Sarezynys, the flesh mowe taken, sethen
And roste hem and do hem baken,
Gnawen here flesche to the bones (v. 3216-3224)40

  • 41 Akbari, op. cit., p. 208.
  • 42 Heng, op. cit., p. 136.

28Richard utiliserait un cannibalisme « de projection », où l’on imagine le cannibalisme de l’ennemi pour mieux justifier la torture, les exactions et le cannibalisme auquel on le soumet41. Il l’étend potentiellement à ses hommes : « I and my folk schole eete » (« mes hommes et moi allons manger », v. 3225-3226). Ce premier épisode de cannibalisme involontaire, présenté comme une bonne blague qui provoque un rire « extravagant »42, annonce le second épisode de cannibalisme, cette fois délibéré, doublé de scènes de décapitations et d’une mauvaise blague nettement plus hostile. Contrairement à ce qui est annoncé par le roi, semer la terreur, et non résoudre la famine, en sera la motivation.

29Le second épisode de cannibalisme associe deux actes particulièrement brutaux perpétrés par Richard : l’exécution historique des prisonniers d’Acre et le récit interpolé, fabuleux, du repas cannibale, orchestré par Richard lors d’une mission diplomatique où les émissaires de Saladin apportent des présents pour obtenir la libération des otages musulmans de haut rang. Le leitmotiv des têtes mutilées est utilisé pour mieux valoriser la force du héros et intimider l’adversaire ; la décapitation, motif systématique popularisé dans les épopées françaises, se mue ici en un véritable acharnement, allant jusqu’à l’ingestion des têtes coupées.

30Le banquet cannibale est décrit avec force détails et dialogues en style direct (v. 3409-3562). Au début du repas, Richard demande discrètement à son marshall de tuer les otages de renom, de les décapiter et de porter leurs têtes à la cuisine (v. 3417-3420) ; il donne ensuite des instructions précises sur la façon de les préparer : enlever les cheveux et la barbe, les faire bouillir dans un chaudron, afin que la chair ne soit pas crue (« and loke that they be nought rowe », v. 3431) — détail atroce non dénué d’humour — et que les têtes soient servies sur un plateau avec le nom du Sarrasin écrit sur le front ; il se met à table avec les émissaires terrorisés à l’idée d’être eux aussi occis et dévorés.

  • 43 Ibid., p. 141.

31Richard fait asseoir ses hôtes en contrebas de sa propre table, en position d’infériorité (« a syde table », v. 3446) ; il y a du sel sur la table, mais il n’offre à ses hôtes ni pain, ni vin épicé ni poisson (qu’il se réserve), signe d’insulte et de manque de courtoisie (v. 3347). Affable et jovial, il se fait servir par un chevalier qui coupe la tête avec un couteau aiguisé (« with a sharp knyf the hed gan serve », v. 3480), et mange de bon cœur « with herte good » (v. 3481) ; une fois le repas fini, la nappe rangée, Richard prononce un message diabolique menaçant le sultan, une « mauvaise blague » qui brise tous les tabous43 : il ne rentrera pas en Angleterre avant d’avoir mangé chaque jour la chair de tous les Sarrasins et d’avoir rôti chacune de leurs têtes (« everylkon », v. 3562) afin de rassasier ses soldats anglais : car il n’y a, selon lui, pas de chair plus nourrissante pour un chrétien anglais que celle du Sarrasin ! Cette chair grasse et tendre (« fat and therto tendre », v. 3553) est censée redonner force et vigueur aux soldats anglais, décrits comme maigres et efflanqués (« lene and sclendre », v. 3554) ; les têtes ont non seulement des vertus apotropaïques, mais également des fonctions roboratives.

  • 44 Dans l’épisode du cœur de lion : Richard, déguisé en pèlerin lors d’une expédition de reconnaissanc (...)

32S’ensuit le récit des émissaires (v. 3563-3655). Épouvantés, ils s’en retournent auprès du sultan, éprouvés par la mort de leurs proches. Leur rapport occasionne un second récit du banquet, le discours étant rapporté presque mot à mot, la répétition des détails macabres prolongeant l’effroi. Le récit accentue certains passages particulièrement théâtraux : les émissaires soulignent l’attitude féroce du roi anglais qui, tout en mangeant les têtes, lance des regards terribles à ses invités (« beheeld fol wel », v. 3478), détail amplifié dans leur récit par l’utilisation d’adjectifs effrayants et le rappel de l’ingestion du cœur de lion44 (v. 3610-3611). La réaction des émissaires est immédiate, ils cèdent à la terreur (« drede »).

33Ils s’empressent de préciser qu’ils n’ont pas obéi aux injonctions de Richard et n’ont pas touché de chair humaine, ni mangé le pain, ni bu le vin. Les musulmans sont donc totalement absouts de cette infamie. Ces précautions oratoires transposent les inquiétudes chrétiennes devant des comportements cannibales qui n’ont plus rien d’humain. Ils soulignent par deux fois le détail grotesque de la mastication vigoureuse de Richard : « Kard off the hed and he eet faste, with teeth he gnew the flesh ful harde » (v. 360-3609), « and sethe the flesh and with teeth grynde » (v. 3652).

  • 45 Heng, op. cit., p. 141.

34Ils font la liste des princes et leur descendance qui ont subi ce sort ; ils rajoutent le détail poignant des enfants des Sarrasins qui seront eux aussi tous mangés si le sultan n’accède pas à la demande de Richard — la reddition d’Acre et le paiement de la rançon. Une fois Acre acquise, la menace s’étend à tout le territoire, d’est en ouest, du sud au nord, comme si rien ne devait arrêter la progression de Richard, c’est-à-dire de la nation anglaise et ses ambitions territoriales, dévorant les enfants de la « terre qui mange les hommes », dans une inversion de l’image de l’Orient avaleur de croisés ; le roi chrétien anglais, avide de conquêtes, dévore métaphoriquement les terres et avec elles, tout ce qu’elles représentent, le lignage et leur héritiers45, dans un fantasme d’avalement et de domination globale : « yif he may go forth To wynne est, west, south, an north, And ete our chyldren and us ! » (v. 3668-69). La réaction de Saladin est immédiate, il déchire sa chemise d’or en geste d’affliction profonde (v. 3657). La diabolisation des musulmans dans les textes se rapportant aux croisades est inversée. Pour les émissaires, Richard est un diable, conformément à son pedigree : « this is the develys brothir that sles oure men and thus hem eetes ! » (« voilà le frère diabolique qui a tué nos hommes et les a ainsi mangés », v. 3484-3485)/« It is a devyl » (v. 3664). Le terme mervayle inverse les conventions des merveilles de l’Orient décrites dans les relations de voyages. C’est le chrétien Richard, démon patenté, monstrueusement contre-nature et prodigieux, qui devient digne d’émerveillement et d’effroi pour les Sarrasins.

  • 46 Crouzet-Pavan, op. cit. p. 399-410.
  • 47 Akbari, op. cit., p. 20.
  • 48 Ibid., p. 214-217.

35Cette théâtralisation du cannibalisme, redoublée et amplifiée dans la narration à étages, prolonge celle des décapitations qui parsèment le texte et atteignent leur paroxysme dans la scène d’Acre, montrant une guerre psychologique fondée sur la terreur. Comme dans les chroniques de la Première croisade, c’est un défi extrême pour dire à l’ennemi que les combattants sont prêts à tout »46. Certains éléments comme le pain et le vin, ne sont pas sans rappeler le repas eucharistique, ou, comme le plateau recevant les têtes, la décollation de saint Jean-Baptiste ; ces motifs religieux donnent une tonalité symbolique au récit, la variation d’un « cannibalisme de substitution »47, comme celui du corps du Christ substitué par du pain lors de la Cène. Le symbole eucharistique de la chair consommée ferait de Richard l’instrument d’un acte collectif, autour duquel toute la communauté se resserre, au même titre que le prêtre célébrant la messe, et même si les soldats anglais ne consomment pas de chair, Richard le fait au nom de toute la communauté48.

36La décapitation des prisonniers d’Acre est ensuite abordée. À l’issue du banquet, après le rapport des émissaires à Saladin, Richard demande à ses chevaliers de faire prisonniers les habitants d’Acre et de tous les décapiter. L’emphase confine au grotesque lorsque le narrateur décrit le roi anglais, qui passe du statut de héros militaire à celui de héros anglais légendaire — un destin auquel il ne semblait en rien destiné, ne parlant pas anglais et ayant passé en tout et pour tout dix mois en Angleterre. Les prisonniers décapités sont au nombre de 60000 (v. 3739), exagération dithyrambique qui fait de cette décollation collective un massacre sans précédent.

37Emmenés à l’extérieur de la ville, ils sont solidement attachés : « and knytte behynde hem here handes » (et ils leur attachèrent les mains derrière le dos », v. 3740). Le roi sanguinaire recommande de les décapiter sans pitié (« and hedes hem without pyté », v. 3743) et rapidement (« there were they behedyd hastelyke », v. 3753) ; puis ils sont jetés dans un horrible fossé (« and casten into a foul dyke », v. 3753). Une intervention divine, sous la forme d’anges vengeurs venus du ciel, justifie le massacre que les voix angéliques encouragent à grands cris : « seygnours, tues, tues, spare hem nought — behedith these ! » (« Seigneur, tue, tue, ne les épargne pas, coupe-leur la tête ! », v. 3749-50). Là encore, la théâtralisation est à l’œuvre, avec le spectacle de la chute dans un fossé.

Conclusion

  • 49 Sandra Gorgievski, « Imaginaires du paysage méditerranéen dans un traité historique des croisades : (...)
  • 50 Heng, op. cit., note 3, 162
  • 51 Akbari op. cit., p. 200.

38À travers la prédication et la propagande des images, la guerre idéologique précède et accompagne toute expédition militaire. Au xve s., la croisade n’est plus qu’un épouvantail qu’on agite en prévision de la chute de Constantinople en 1453, devant la passivité des chevaliers chrétiens49. Si certains chroniqueurs ont mentionné le cannibalisme de croisés francs lors de la Première croisade, la mémoire de cet événement demeure dans Richard Coer de Lyon, mais transformée en une mise en scène du triomphe de la chevalerie anglaise, doublée du rire provocateur du roi cannibale50. Richard, doué d’une force surnaturelle, devient une sorte de surhomme qui accomplit en public un acte qui, de barbare, est presque sacralisé51. Au-delà de l’anecdote fabuleuse, c’est sa célébration qui fait sens. Le cannibalisme des têtes coupées devient vecteur d’un discours nationaliste indissociable de sa fonction religieuse.

  • 52 Nasser contre l’Angleterre, la France et Israël après la crise de Suez de 1956.

39Aux siècles suivants, l’hyperbole médiévale de la décapitation soulignant le corpo reale des combattants s’amenuise dans le culte du crâne esthétisant de la peinture baroque : les sanglantes images d’un Caravage (Goliath, le sacrifice d’Isaac, Esther), d’un Titien (Goliath), ou d’un Rubens. Dénuée de toute portée collective, la tête coupée est réduite à la fascination de sa propre contemplation. Dans son film à la veine épique Al Nasser Salah Ad-Din (1963), l’Egyptien Youssef Chahine filme la Troisième croisade et la défense de Jérusalem par Saladin contre le valeureux Richard, manipulé par des traîtres comme le roi de France. La propagande panarabique52 s’appuie sur les succès militaires de Saladin, mais c’est sa diplomatie et sa magnanimité qui résolvent le conflit. Il tue Renaud de Châtillon en duel et permet une trêve de Noël, guérissant même Richard.

  • 53 L’invasion de l’Irak par G. W. Bush en 2003.

40L’aspect religieux est évacué au profit d’une confrontation militaire entre Européens et Arabes. Dans Kingdom of Heaven (2005), l’Américain Ridley Scott fait de Saladin un fin stratège, héros hiératique et mesuré, défenseur de la justice face à des croisés chrétiens divisés et sanguinaires53. La prise de Jérusalem est présentée comme une réponse à l’agression de Renaud de Châtillon et Guy de Lusignan, évacuant la reconquête d’un des lieux saints de l’Islam. Le motif de la décapitation dans le contexte des croisades semble aujourd’hui évité ou justifié, Saladin remportant le combat moral contre ses adversaires.

Haut de page

Bibliographie

Textes médiévaux

David Aubert, Chroniques abrégées, t. II, 1401-1500, Paris, Arsenal 5090. http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/btv1b550069168

Delcourt, Thierry, Masanes, Fabrice et Quéruel, Danielle (éds), Sébastien Mamerot. Une chronique des croisades, Berlin-Paris : Taschen, 2009.

Eddé, Anne-Marie et Michaud, Françoise (éds), L’Orient au temps des croisades, Textes arabes présentés et traduits, Paris : Garnier-Flammarion, 2002.

Gabrielli, Francesco (éd.), Storici arabi delle crociate, 1957. Trad. fr. Chroniques arabes des Croisades, Arles : Sinbad, Actes Sud, 1996.

Guillaume de Tyr, Historia, 1470-1480, Paris, BnF, Français 68.

Larkin, Peter (éd.), Richard Coer de Lyon, Kalamazoo, Western Michigan University : Medieval Institute Publications, 2015.

Régnier-Bohler, Danielle (éd.). Croisades et pèlerinages. Récits, chroniques et voyages en Terre sainte xiie-xve siècle. Paris : Robert Laffont, « Bouquins », 1997.

Sébastien Mamerot, Passages faiz oultre mer par les François contre les Turcqs et autres Sarrazins et Mores oultre marins, 1401-1500, Paris : BnF, Ms. Français 5594,
http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/btv1b72000271

Études

Akbari, Suzanne Conklin, « The Hunger for National Identity in Richard Coer de Lion », in Reading Medieval Culture : Essays in Honor of Robert W. Hanning, dir. Robert M. Stein & Sandra Pierson Prior, Notre-Dame : University of Notre-Dame Press, 2005, p. 67-83.

Boucheron, Patrick, Conjurer la peur, Sienne, 1338. Essai sur la force politique des images, Paris : Seuil, 2013.

Crouzet-Pavan, Elisabeth, « Nourritures interdites : des Croisés cannibales ? », in L’univers d’un géographe. Mélanges en l’honneur de Jean-Robert Pitte, dir. Jean-René Trochet, Guy Chemla et Vincent Moriniaux, Paris : PUPS, 2017, p. 399-410.

Eddé, Anne-Marie, Saladin, Paris : Flammarion, 2008.

Gorgievski, Sandra, « Imaginaires du paysage méditerranéen dans un traité historique des croisades : Les Passages d’Outremer de Sébastien Mamerot (xve s.) », Babel, 30 (2014), p. 35-64.

Grossel, Marie-Geneviève, « La terre qui mange les hommes, « l’Orient », espace d’altérité chez Jacques de Vitry », Cahiers de recherches médiévales et humanistes, 21 (2011), p. 87-101.

Heng, Geraldine, « The Romance of England : Richard Coeur de Lyon, Saracens, Jews, and the Politics of Race and Nation », in The Postcolonial Middle Ages, dir. Jeffrey Jerome Cohen, New York : St Martin’s Press, 2000, p. 135-172.

Kristeva, Julia, Visions capitales. Arts et rituels de la décapitation, Paris : Musée du Louvre, 1998.

Monteira-Arias, Inès, « Une iconographie de propagande de la lutte contre l’islam : les têtes tranchées dans la sculpture romane française et espagnole », Actes du colloque Les Français en Espagne du viiie au xiiie siècle. Congreso Internacional. Aytos. Oloron/Jaca y Fundación Uncastillo, Oloron Sainte-Marie, 2007, p. 165-181.

Palumbo, Giovanni, « David Aubert historien ? Le récit de la bataille de Roncevaux dans les Croniques et Conquestes de Charlemaine », Le Moyen Âge, 112 : 3-4 (2006), p. 585-602.

Tolan, John, Mahomet l’Européen. Histoire des représentations du Prophète en Occident, Paris : Albin Michel, 2018.

Zouache, Abbès, « Têtes en guerre au Proche-Orient, mutilations et décapitations, ve-vie/xie-xiie siècle », Le Caire : Institut Français d’archéologie orientale, Annales islamologiques, 43 (2009), p. 195-244.

Haut de page

Notes

1 Sur la base de données Gallica (Paris, BnF), 1051 légendes en font mention, dont 880 images numérisées, dans des manuscrits latins, français, italiens mais également arabes, orientaux ou persans.

2 Julia Kristeva, Visions capitales, p. 34.

3 Inès Monteira-Arias, « Une iconographie de propagande de la lutte contre l’islam : les têtes tranchées dans la sculpture romane française et espagnole ».

4 Abbès Zouache, « Têtes en guerre au Proche-Orient mutilations et décapitations, ve-vie/xie-xiie siècle », p. 217.

5 Patrick Boucheron, Conjurer la peur, Sienne, 1338, Essai sur la force politique des images. L’auteur détaille les mécanismes qui font de la fresque du Bon gouvernement à Sienne un puissant outil de propagande.

6 « Ilz le trouuerent mort gesant estendu en croix, lie de hars a quatre pielz fichies en terre, despoullie comme tout nu, escorchie par semblant depuis le col iusques es pies, mais non mie par tout, car les tirans paiens ne auoient point eu le loisir de paracomplir leur mauuaise voulente, comme il est a croire, et lui auoient perchie le corps de lanches, d’espees et de dartz en tant de lieux qu’il estoit incongnissable». David Aubert, Chroniques et conquêtes de Charlemaine, t. 2, éd. Guiette, p. 43. Voir Giovanni Palumbo, « David Aubert historien ? Le récit de la bataille de Roncevaux dans les Croniques et Conquestes de Charlemaine ».

7 Monteira-Arias, op. cit..

8 Zouache, op. cit., p. 216.

9 Monteira-Ariès, op. cit., p. 173.

10 Dans la neuvième bolge du huitième cercle de l’Enfer, le supplice décrit des fauteurs de schisme et de discordes, coupés en deux de haut en bas, dont Maometto et son gendre Ali. Maometto est puni pour avoir divisé l’unité chrétienne en créant le schisme entre chrétiens et musulmans : il est éventré. Ali est puni pur avoir créé un schisme entre Sunnites et Chiites : il a la face fendue. Voir John Tolan, Mahomet l’Européen, p. 101.

11 Zouache, op. cit., p. 215.

12 Sibt Ibn al-Djawsi et Abû Shâma in L’Orient au temps des croisades, p. 160.

13 Zouache, op. cit., p. 199.

14 Ibid., p. 202-204.

15 Abû Shâma in L’Orient au temps des croisades, op. cit., p. 161.

16 Zouache, op. cit., p. 214.

17 Ibid. p. 211.

18 Anne-Marie Eddé, Saladin, 2002, p. 244.

19 Ibid., p. 250.

20 Au contraire, dans le texte persan de al-bîrûnî , al-âthâr al-bâqiya (Arabe 1489, f. 80, BnF, c. 1560) l’image montre l’exécution du martyr Mani, fondateur de la secte du Manichéisme (fin iiie s.), banni par les Zoroastriens de l’empire persan, condamné et mort en prison, puis décapité après sa mort. La tête s’élève, dans une ascension en forme de majesté presque effrayante.

21 Eddé, op. cit., p. 548.

22 Dans l’Enfer de Dante, Saladin figure simplement dans les Limbes, le premier cercle de l’Enfer, aux côtés d’Avicenne, d’Averroès, et de païens comme Hector, Énée, Platon, Socrate et Aristote (Chant IV), parmi ceux qui ont ignoré le christianisme. Voir Eddé, op. cit., p. 541. Saladin est évoqué dans le Banquet (IV, XI, 14), parmi une liste de princes et seigneurs qui sont des exemples à suivre pour leur largesse et leurs bienfaits, comme Alexandre, le bon roi de Castille, le bon marquis de Montferrat, etc. Ibid., p. 544.

23 Zouache, op. cit., p. 212.

24 Zouache, op. cit, note 145, p. 220.

25 Eddé, op. cit., p. 250.

26 Ibn al-Athîr in Chroniques arabes des Croisades, p. 124.

27 Imâd al-Dîn, in Chroniques arabes des Croisades, op. cit., p. 162.

28 Zouache, op. cit., p. 220-221.

29 L’Historia Hierosolimitana abbreviata traite de la religion musulmane et expose les causes des croisades. Voir Marie-Geneviève Grossel, « La terre qui mange les hommes », ‘l’Orient’, espace d’altérité chez Jacques de Vitry », p. 87 : « Le territoire sacré où s’était ancré pour un temps seulement le Royaume de Jérusalem avait échappé à ceux qui l’avaient provisoirement habité, selon une désespérante répétition de l’Histoire ; et même s’il fallait en conclure que ces hommes-là n’avaient su ni confirmer la foi, ni confondre les impies, ni imiter les Justes, il était difficile de ne pas reconnaître que cet Orient se révélait pour finir irréductiblement autre […] non pas en les avilissant, mais bien en dévoilant leur profonde défaillance ».

30 Par exemple, la lutte sans merci entre Anglo-normands et combattants de Waterfort à Baginburn en 1170 où tous les prisonniers furent décapités et jetés à la mer. Voir Zouache, op. cit., p. 222.

31 La décapitation publique est aussi un acte formalisé en Occident, repérable dans d’autres manuscrits de la même époque. Voir l’exécution d'Olivier de Clisson : « comment le roy de france fist decapiter le sire de cliçon et pluseurs aultres chevaliers de bretaigne et de normandie ». Jean Froissart, chroniques, Français 2643, Bruges, f. 126, c. 1470-1475, illustré par l’atelier Loyset Liédet.

32 Elisabeth Crouzet-Pavan, « Nourritures interdites : des Croisés cannibales ? » ; Suzanne Akbari, « The Hunger for National Identity in Richard Coer de Lion », , p. 211 ; Richard Coer de Lion, éd. Philipe Larkin, p. 19 et note 3420, p. 220. Toutes les citations sont tirées de cette édition.

33 La Chanson d’Antioche, Chant V, chap. I et II, in Croisades et pèlerinages, éd. Danielle Régnier-Bohler, p. 86-87.

34 Ibid., Chant VIII, chap. XXII, p. 151.

35 Geraldine Heng, « The Romance of England : Richard Coeur de Lyon, Saracens, Jews, and the Politics of Race and Nation », note 2, p. 161.

36 Heng, op. cit., p. 152 ; Akbari, op. cit., p. 203-220.

37 Heng, op. cit., p. 141.

38 Ibid., p. 144-146.

39 Larkin, op. cit., p. 12

40 Quel est ce démon ? » cria le roi,
Et il se mit à rire comme s’il était fou
« Comment ? La chair des Sarrasins est-elle si bonne
Et jamais auparavant je ne l’ai su ?
Par la mort et la résurrection de Dieu
Nous ne mourrons jamais de manque
Aussi longtemps que nous pourrons, lors de tout assaut
Tuer les Sarrasins et prendre leur chair
Les faire bouillir ou rôtir et les faire cuire
Et mâcher leur chair jusqu’à l’os ».

41 Akbari, op. cit., p. 208.

42 Heng, op. cit., p. 136.

43 Ibid., p. 141.

44 Dans l’épisode du cœur de lion : Richard, déguisé en pèlerin lors d’une expédition de reconnaissance en Terre sainte, s’oppose au roi d’Allemagne, qui lui envoie un lion pour le dévorer. Mais Richard ôte cœur, poumons et foie du lion à mains nues (« rente out the herte with hys hand », v. 1093), rapporte le cœur à la cour du roi et l’ingère encore chaud aux yeux de tous lors d’un cérémonial de type rituel, une mise en scène quasi-théâtrale : le roi sous son dais, avec ses ducs, princes et autres preux, assistent au spectacle. Sur la table, du sel (« the saler on the table stood […] and wette the herte in the salt », v. 1105-110), en accompagnement, du pain ; l’avidité de Richard est soulignée: « with good wylle » (v. 1116). Ces détails sont réitérés pratiquement mot pour mot lors des mises en scènes de cannibalisme à venir. Le roi conclut : « this is a devyl and no man » (v. 1112), le baptisant « Stronge Rychard, Coer de Lyon ! » (v. 1118). Richard assimile littéralement les qualités redoutables du lion.

45 Heng, op. cit., p. 141.

46 Crouzet-Pavan, op. cit. p. 399-410.

47 Akbari, op. cit., p. 20.

48 Ibid., p. 214-217.

49 Sandra Gorgievski, « Imaginaires du paysage méditerranéen dans un traité historique des croisades : Les Passages d’Outremer de Sébastien Mamerot (xve s.) », p. 64.

50 Heng, op. cit., note 3, 162

51 Akbari op. cit., p. 200.

52 Nasser contre l’Angleterre, la France et Israël après la crise de Suez de 1956.

53 L’invasion de l’Irak par G. W. Bush en 2003.

Haut de page

Table des illustrations

Crédits Fig. 1 : David Aubert, Chroniques abrégées,Arsenal 5090, f. 33v, XVe s. © Paris, Arsenal.
URL http://journals.openedition.org/babel/docannexe/image/11646/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 486k
Crédits Fig 2 : David Aubert, Chroniques abrégées,Arsenal 5090, f. 84, XVe s. © Paris, Arsenal.
URL http://journals.openedition.org/babel/docannexe/image/11646/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 402k
Crédits Fig. 3 : David Aubert, Chroniques abrégées,Arsenal 5090, f. 322v, XVe s. © Paris, Arsenal.
URL http://journals.openedition.org/babel/docannexe/image/11646/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 481k
Crédits Fig. 4 : Guillaume de Tyr, Historia,Français 68, f. 399, c. 1470-1480 © Paris, BnF.
URL http://journals.openedition.org/babel/docannexe/image/11646/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 103k
Crédits Fig. 5 : Vincentius Bellovacensis, Speculum historiale,Arsenal 5080, f. 80, c. 1335 © Paris, Arsenal.
URL http://journals.openedition.org/babel/docannexe/image/11646/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 136k
Crédits Fig. 6 : Sébastien Mamerot, Passages outremer,Français 5594, f. 251v, XVe s © Paris, BnF.
URL http://journals.openedition.org/babel/docannexe/image/11646/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 247k
Crédits Fig. 7 : Sébastien Mamerot, Passages outremer,Français 5594, f. 222, XVe s. © Paris, BnF.
URL http://journals.openedition.org/babel/docannexe/image/11646/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 259k
Crédits Fig. 8 : Sébastien Mamerot, Passages outremer,Français 5594, f. 213, XVe s © Paris, BnF.
URL http://journals.openedition.org/babel/docannexe/image/11646/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 252k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Sandra Gorgievski, « L’Orient revisité : décapitations et rhétorique de la violence dans les enluminures et dans Richard Coer de Lyon au xve siècle »Babel, 42 | 2020, 226-252.

Référence électronique

Sandra Gorgievski, « L’Orient revisité : décapitations et rhétorique de la violence dans les enluminures et dans Richard Coer de Lyon au xve siècle »Babel [En ligne], 42 | 2020, mis en ligne le 01 janvier 2021, consulté le 03 mars 2021. URL : http://journals.openedition.org/babel/11646 ; DOI : https://doi.org/10.4000/babel.11646

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Babel. Littératures plurielles est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Laboratoire Babel
  • Logo Université de Toulon
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • OpenEdition Journals
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search