Navigation – Plan du site

AccueilNuméros43Avant-propos

Avant-propos

Christiane Chaulet Achour, Laure Lévêque et Jaouad Serghini
p. 7-14

Texte intégral

  • 1 Visible du 7 juin 2013 au 6 janvier 2014.
  • 2 On retrouvera toutes ces citations, issues du texte programmatique de l’exposition, sur le site du (...)

1L’année même de son inauguration, en 2013, l’emblématique Musée des Civilisations de l’Europe et de la Méditerranée (MUCEM) de Marseille, organisait une exposition intitulée « Le Noir et le Bleu. Un rêve méditerranéen... »1. Connu pour son architecture de plain-pied avec cette mer qu’il a vocation de faire rayonner, par là, c’est aussi avec les mouvements les plus instants qui la traversent qu’il se mettait à l’unisson. Sous le couvert d’une symbolique des couleurs transparente et délibérément réduite à un registre dichotomique, c’est à un parcours binaire qu’invitaient expressément les commissaires de l’exposition, conçue sous l’égide d’un couple de peintres, Miro et Goya, censés incarner respectivement le Bleu, couleur « du rêve, de l’utopie » et le Noir fauteur de désastres, niché au cœur de la civilisation. En somme, « Les Lumières et leurs ombres, tels l’envers et l’endroit d’un même monde... »2 dont le dualisme se voyait mis en avant en cette année 2013 marquée, en octobre, par l’effroyable naufrage de Lampedusa qui allait longtemps présenter le bilan le plus meurtrier de ces traversées avant que le triste record de ses 366 morts ne soit battu, en avril 2015, par un chalutier égyptien, coulé avec à son bord quelque 900 réfugiés qui trouveront presque tous la mort.

  • 3 Ainsi du dramatique naufrage intervenu la nuit de Noël 1996, à quelques milles du village de pêcheu (...)
  • 4 Voir Evelyne Ritaine, « Migrants morts, des fantômes en Méditerranée », Rhizome, n° 64, 2017/2, pp. (...)

2Véritable choc dans la conscience collective européenne, la tragédie de 2013, accomplie à quelques encablures des côtes italiennes, sous les yeux horrifiés des populations locales et sous l’œil des caméras de télévision, devait donner une visibilité à un phénomène migratoire entamé à grande échelle à l’aube des années 1990 et régulièrement scandé depuis par de terribles drames le plus souvent accomplis « loin des yeux, loin du cœur »3, dans l’indifférence quasi générale4.

  • 5 La célèbre chanson « Méditerranée » est tirée d’une opérette éponyme créée en 1955. Le livret de Ra (...)

3Alors, il devient difficile d’écouter d’une oreille innocente la mélodie entétante fredonnée par Tino Rossi d’une mer « toujours plus bleue, toujours plus belle »5 ponctuée d’« îles d’or ensoleillées » quand ces îles paradisiaques, de Lampedusa à Malte ou Lesbos, se muent en centres de rétention où sont bafoués les droits humains et que la grande bleue elle-même, devenue un vaste cimetière marin, vire au noir.

  • 6 C’est le titre d’un de ses albums, sorti en 2000 sous le label Naïve. En 1991, elle avait chanté le (...)

4Une autre voix de la Méditerranée, Angélique Ionatos, récemment disparue, parlait D’un bleu très noir6, liant consubstantiellement ces deux couleurs qu’elle subsumait ici, en Grecque qui se respecte, sous les espèces du tragique, au-delà même du contexte particulièrement sombre de notre actualité sur lequel, dans la logique ouverte par l’exposition du MUCEM, entend évidemment renchérir notre propos questionnant une Méditerranée mer ou mur.

  • 7 Michel Chevalier, Politique industrielle et système de la Méditerranée, Paris, 1832, p. 129.

5La Méditerranée, cette « nappe magnifique » dont les saint-simoniens voulaient, dans les années 1830, faire « le lit nuptial de l’Orient et de l’Occident »7, un pont entre deux, voire trois, rives n’a, en effet, rien d’une mer tranquille, fût-elle à l’abri de la violence des marées.

  • 8 « La Méditerranée avec ses rives a été le continuel champ de bataille où s’entre-déchiraient l’Orie (...)

6Sinon de la violence des hommes8 qui ont fait de cette plaine liquide – l’aequor chantée par les poètes latins – le terrain privilégié où poursuivre des luttes d’influences qui, au fil des millénaires, ont successivement mis aux prises les intérêts phéniciens, grecs, carthaginois, romains, vénitiens, ottomans, barbaresques, français, britanniques..., qui s’y sont âprement disputé le contrôle d’un espace où se décide la suprématie, militaire ou commerciale. Si la conception et la mise en œuvre de la thalassocratie appartiennent aux Grecs, le concept s’est décliné à l’envi, essaimant jusqu’à Gibraltar en une contamination du projet colonial qui transparaît dans la devise, fameuse, de Mare nostrum, généralement interprétée dans un sens unanimiste qui proclamerait, à la manière d’un Camus, la fraternité entre « peuples de la mer » riverains quand, bien plutôt, elle exprime l’avènement de l’hégémonie romaine sur des eaux jusque-là objet de querelles homériques. Ces ambiguïtés, constitutives du regard porté sur la Méditerranée, sont examinées dans le premier volet de ce volume, « Un Mare nostrum entre double sens et sens unique », qui rappelle de quel poids est le mythe dans la sédimentation de l’idée méditerranéenne. Hélène Rufat et Jean-Michel Devésa passent ainsi en revue ces informateurs essentiels que sont Camus, Pélégri, Pollet ou Sollers tandis que l’on suit tant chez Laure Lévêque qui s’intéresse à un auteur mineur, André Reuzé, que chez Jaouad Serghini qui prend en compte un corpus à la fois littéraire (Mokeddem, Waberi, Chamoiseau) et cinématographique, combien la Relation à l’autre, pour le dire avec Glissant, est tributaire de jeux complexes sur la binarité.

  • 9 Élisée Reclus, Nouvelle géographie universelle. La Terre et les hommes. I : L’Europe méridionale, P (...)
  • 10 Paul Valéry, Regards sur le monde actuel, Éditions AOJB, 2018 [1931], p. 165.
  • 11 Fernand Braudel, La Méditerranée, L’espace et l’histoire, Paris, Flammarion, « Champs », 1985, pp.  (...)

7À la fois « pont et porte », la Méditerranée charrie des idées et des hommes et ces belliqueux parages – témoins de bien des odyssées depuis celle qui a promené Ulysse en maint point du bassin méditerranéen jusqu’à « l’odyssée spirituelle » que suit Afifa Bererhi dans Elias d’Ahmed Benzelikha, à « l’odyssée comtemporaine » que constitue pour Rachida Saidi Un paquebot pour Oran ou à celles dont Donia Boubaker suit finement les réactualisations chez Fawzi Mellah ou Laurent Gaudé – n’ont cessé de favoriser les rencontres, des hommes et des cultures qui ont en partage cette mer dont Élisée Reclus devait faire « un grand agent médiateur »9 avant que Valéry ne l’établisse « machine à fabriquer de la civilisation »10. Manière d’entériner l’existence d’un espace cohésif que Fernand Braudel, dont le nom reste aujourd’hui encore indissociable de la Méditerranée, appelait le monde méditerranéen, puissamment interconnecté. Un univers un, donc, mais dont Braudel n’a garde de gommer la nature multiscalaire, identifiant « non pas une mer mais une succession de mers, non pas une civilisation, mais des civilisations entassées les unes sur les autres »11.

8Au pluriel, cette fois, lequel acte, derrière l’universalité d’une Méditerranée multiculturelle lieu d’échanges et de brassage au rythme des flux et des courants, la segmentation d’un espace commun, porteuse de crispations identitaires et de tentations protectionnistes.

9Pour partie, l’ambiguïté de l’objet Méditerranée réside dans cette tension entre un emploi singulier qui remotive le Mare nostrum en patrie commune du ressort de Pontos – le Flot, mais aussi le Pont –, qui fait de son domaine le lieu de contacts millénaires et une déclinaison plurielle qui accouche d’« une succession de mers » – mers d’Alboran, Ibérique, Tyrrhénienne, Ligure, Adriatique, Ionienne, Égée, de Thrace, de Marmara... – qui découpent la Méditerranée en autant de frontières intérieures.

  • 12 Jean Pélégri, Les Oliviers de la justice, Paris, Gallimard, 1959, p. 263.
  • 13 Natalie Levissales (dir.) et Caroline Moine (coll.), Méditerranée, amère frontière, Arles, Actes Su (...)
  • 14 Louis-Philippe Dalembert, Mur Méditerranée, Paris, Sabine Wespieser, 2019.

10Que ces subdivisions coïncident avec des périodes de division sur la scène géopolitique et l’affirmation de Jean Pélégri qui pose que « La mer n’est d’aucun pays »12 cède devant le constat de frileux repli sur soi qui fonde un récent ouvrage collectif, Méditerranée, amère frontière (2019)13 dont la seconde section du présent volume, « L’ordalie du passage : brûler la mer », vérifie, textes à l’appui, la tragique actualité. Car les bords de la Méditerranée ne se sont pas seulement transformés en ceinture hérissée de barrières qui, de Ceuta et Melilla à Lampedusa, Malte, Lesbos, Samos ou Chios gardent une forteresse Europe qui s’estime assiégée, c’est la mer entière qui a tourné au mur – de la peur, de l’indifférence et de la honte– comme les mésaventures de L’Aquarius, navire humanitaire affrété par Médecins sans frontières et SOS Méditerranée refoulé de port en port à l’été 2018 avec sa cargaison indésirable de migrants jusqu’à sa mise à l’arrêt forcé fin 2018 en ont fait l’imparable démonstration, avant que Louis-Philippe Dalembert n’écrive avec Mur Méditerranée (2019)14 un roman qu’analyse minutieusement Belabbas Bouterfas qui met à nu la violence d’un prétendu choc des civilisations qui ne résiste pas à l’examen des trois destins emblématiques dont il tisse la trame narrative autour de l’Érythréenne Semhar, de la Nigériane Chochana et de la Syrienne Dima, dont les certitudes bourgeoises ne résisteront pas aux rigueurs de la traversée de Libye vers Lampedusa ni, surtout, au choc de la rencontre avec un Autre fort d’une humanité qui le pose en semblable. De Dima comme du lecteur, à qui revient en mémoire le manifeste de Patrick Chamoiseau : Frères migrants...

  • 15 Amin Maalouf, Léon l’Africain, Paris, Jean-Claude Lattès, 1986.
  • 16 Discours du pape François Ier devant le Parlement européen, Strasbourg, 25 novembre 2014.

11Si les phénomènes de containment et d’expulsion de populations ne sont en rien neufs dans un bassin méditerranéen qui a notamment connu l’expulsion des Morisques d’Espagne, promulguée en 1609, traumatisme dont Amin Maalouf tirera l’épique Léon l’Africain15, le voyage est aujourd’hui bien souvent sans retour quand le pape François dénonce dans la Méditerranée un « immense cimetière de migrants »16 auquel nous consacrons ici une troisième et dernière partie conçue comme un signal d’alarme, « Face au nouveau Cimetière marin, SOS Méditerranée ».

  • 17 Ces propos ont été tenus lors de la rencontre de Bari sur la Méditerranée, réunissant des évêques d (...)
  • 18 Jean Pélégri, « Les Signes et les Lieux - Essai sur la genèse et les perspectives de la littérature (...)

12Et si, évoquant « une mer de métissage », le pape plaide pour l’accueil, ajoutant qu’« il est impensable de s’y engager en construisant des murs »17, les scènes d’horreur récurrentes saisies en mer Égée comme en mer de Libye montrant des garde-côtes tenter de couler des embarcations de réfugiés livrés à leur violence montrent assez combien est loin le rêve de Gabriel Audisio d’une « internationale des peuples de la mer »18 quand les eaux glacées du calcul égoïste y ont pris leurs quartiers, submergeant la mondialité « réhumanisante » chère à Édouard Glissant. Telle est la démonstration qu’accomplit Patrick Chamoiseau avec Frères migrants (2017), qui montre l’élan migratoire, sursaut vital, affronté aux logiques fractionnistes, en contradiction avec la vocation de pont qu’assumait la mer.

  • 19 Eric-Emmanuel Schmitt, Ulysse from Bagdad, Paris, Albin Michel, 2008.
  • 20 Mathilde Chapuis, Nafar, Paris, Liana Lévi, 2019.
  • 21 Marie Darrieussecq, La mer à l’envers, Paris, POL, 2019.
  • 22 Laurent Gaudé, Eldorado, Arles, Actes Sud, 2006.

13Si, comme chez Xénophon immortalisant le cri des Dix-Mille – « thalassa ! thalassa ! » –, prendre la mer tient toujours du sauve-qui-peut, l’anabase s’est retournée en catabase, commandant une littérature où les harraga ne brûlent pas seulement leurs papiers mais aussi leurs vaisseaux. Car renonçant à son Ithaque, l’Ulysse from Bagdad d’Eric-Emmanuel Schmitt (2008)19 regarde vers l’Europe, bien forcé d’écouter ses sirènes, comme aussi le jeune Syrien du Nafar – sans droits – de Mathilde Chapuis (2019)20, prétendant parmi d’autres au rêve européen, prêt à tout pour franchir l’Evros et gagner le droit d’entamer son odyssée européenne. Le nostos a changé de camp, retournant tous les topoi du genre, imposant l’image d’une mer à l’envers qu’explore Marie Darrieussecq (2019)21 qui recourt à l’unité de lieu d’un navire pour mettre en scène le choc, moins des cultures ou des civilisations, que des inégalités quand un gigantesque paquebot chargé de touristes en villégiature est accosté par une fragile embarcation de migrants. Rose, l’une des croisiéristes, se voit alors connecter par le don d’un téléphone qu’elle fait à l’un des candidats à l’exil, Younès – version arabe de Jonas –, et incapable de reprendre à l’identique le cours de sa vie après sa découverte de ce que le mur n’est pas simple affaire de frontière mais aussi de regard. Telle était aussi la leçon de l’Eldorado de Laurent Gaudé (2006)22, autour de la rencontre d’un douanier italien et de la rescapée d’un naufrage. Loin de l’Eddorado attendu, tant Afaf Zaïd que Bouchra Benbella montrent, respectivement dans Le désert ou la mer d’Ahmed Tiab et Cannibales de Mahi Binebine, la violence sans nom de ces passages, qui pousse Christiane Chaulet Achour à en appeler à l’« urgence » d’« écrire pour les migrants en Méditerranée ».

  • 23 Françoise Gallo, La Fortuna, Paris, Liana Lévi, 2019.
  • 24 Léonora Miano, Rouge impératrice, Paris, Grasset, 2019.
  • 25 Abdourahman Waberi, Aux États-Unis d’Afrique, Paris, Jean-Claude Lattès, 2006.

14En s’attaquant aux frontières mentales, ces textes déchaînent une lame de fond qui défait les certitudes de notre regard et opère un décentrement. Mer à l’envers toujours, Françoise Gallo campe dans La Fortuna (2019)23 une Giuseppa pour laquelle, à l’aube du XXe siècle, un avenir meilleur implique de quitter sa Sicile natale pour la Goulette tunisoise, devenue une « petite Amérique ». Et Eldorado aussi la Katopia qu’imagine pour le prochain siècle Léonora Miano dans Rouge impératrice (2019)24, prolongeant la veine dystopique retenue par Waberi dans Aux États-Unis d’Afrique25, qu’elle peint en havre de prospérité soucieux de contenir la pression d’immigrés paupérisés venus de la rive Nord chercher un avenir meilleur.

15Optant pour le singulier, faussement unificateur, Mathias Enard consacre son émission sur France Culture, « La culture change le monde » à ce qu’il nomme « les romans de la grande bleue », accentuant encore par la métaphore, si largement utilisée, l’impression d’un espace de convergence. Durant la deuxième moitié du mois d’août 2021, il égrène dix romans, dix écrivains, dix pays, de Tanger à Istanbul, des colonnes d’Hercule au Bosphore. L’idée est séduisante et pourrait être fédératrice de questions posées à l’espace méditerranéen. Toutefois lorsqu’on écoute l’analyse proposée de chacun de ces romans, on entend peu sur l’objet « Méditerranée » et tout sur les langues, les pays, les récits de chacun des écrivains. Les titres des émissions sont sans doute l’espace de condensation du sens à cueillir : « Mer de misère » pour Le Pain nu de Mohamed Choukri (1972) ; « mer de conquête » pour L’Amour la fantasia d’Assia Djebar (1985) ; « mer d’orgueil » pour Mendiants et orgueilleux d’Albert Cossery (1955) ; « mer des langues » pour Le roman égyptien d’Orly Castel-Bloom (2016) ; « mer de l’enfance » pour Le criquet de fer de Salim Barakat (1980) ; « mer des oubliés » pour 10minutes 38 secondes dans ce monde étrange de Elif Shafak (2020) ; « Mer en guerre » pour Cités à la dérive de Stratis Tsirkas (1971) ; « mer brûlante » pour Miodrag Bulatovic et Le Coq rouge (1959) ; « Mer des îles » pour l’Elsa Morante de l’Ile d’Arturo (1957) ; et enfin « Mer du destin » pour La Place du diamant de Mercé Rodoreda (1971). Le choix est ouvert, éclectique et passionnant mais ne concentre pas les analyses autour des significations et séquences historiques en relation avec cette mer, chaque œuvre représentant un ilôt d’une « navigation littéraire ». Toutefois, il peut faire naître une autre manière d’entrer dans ce corpus diversifié, en interrogeant la Méditerranée mise en exergue comme accroche d’écoute.

  • 26 Jean-Yves Moisseron et Manar Bayoumi, « La Méditerranée comme concept et représentation », Revue Ti (...)
  • 27 Le Point, 18 décembre 2019.

16Voilà maintenant presque dix ans, Jean-Yves Moisseron et Manar Bayoumi faisaient le constat que « La mondialisation conduit à des évolutions rapides et à la nécessité de gérer des problèmes importants [...] : transition démographique, exode rural, montée de l’éducation, diffusion de l’information et, plus récemment, aspiration à la démocratie, etc... Tout projet d’union devrait d’abord s’intéresser à ces dynamiques sociales concrètes, souvent étudiées par les sciences sociales, plutôt que faire reposer des politiques publiques sur la lecture de l’Odyssée d’Homère, sur les méditations de Goethe découvrant Hafiz, sur la récitation des Orientales, bref, sur le rêve »26. Sans remettre le moins du monde en question l’acuité de cet état des lieux, nous voudrions faire le pari, non pas du rêve, mais de ce que la littérature a bien son mot à dire sur ces flux qui charrient des imaginaires, mais aussi des réflexions et des perspectives. La richesse, de part et d’autre de la Méditerranée, d’une littérature sensible à ces enjeux en est la preuve, nonobstant l’inquiétude du Point, qui osait récemment la question : « Y-a-t-il trop de romans sur les migrants ? »27.

  • 28 Marie Darrieussecq, La mer à l’envers, op. cit., p. 11.

17Il y a aujourd’hui urgence à déplier l’implicite de la question, pour faire mentir la prédiction de Marie Darrieussecq selon laquelle la Méditerranée serait « une mer tectonique, appelée à se fermer »28.

Haut de page

Notes

1 Visible du 7 juin 2013 au 6 janvier 2014.

2 On retrouvera toutes ces citations, issues du texte programmatique de l’exposition, sur le site du MUCEM : https://www.mucem.org/programme/exposition-et-temps-forts/le-noir-et-le-bleu-un-reve-mediterraneen

3 Ainsi du dramatique naufrage intervenu la nuit de Noël 1996, à quelques milles du village de pêcheurs de Portopalo, en Sicile, où périront 283 migrants sur les 300 que transportait un rafiot coulé par un cargo grec. Face à l’omerta des acteurs et témoins du drame, pêcheurs ou équipage du cargo, il a fallu cinq ans d’enquête pour dénouer l’énigme du vaisseau fantôme et lever l’anonymat des victimes. On retrouvera les pièces du dossier dans le documentaire de Gadh Charbit, Méditerranée : enquête sur un naufrage fantôme, 2011.

4 Voir Evelyne Ritaine, « Migrants morts, des fantômes en Méditerranée », Rhizome, n° 64, 2017/2, pp. 16-17 qui parle d’« invisibilité radicale » de ces naufrages et de ces morts alors que « Depuis la fin des années 90 » – en fait, dès 1992 – « s’en déroule la litanie, opinion et médias ne s’ém[ou]v[a]nt qu’un instant » (ibid., p. 16). De la même, on consultera aussi « Quand les morts de Lampedusa entrent en politique : damnatio memoriæ », Cultures & Conflits, 99-100 : Effets-frontières en Méditerranée : contrôles et violences, automne-hiver 2015, pp. 117-142.

5 La célèbre chanson « Méditerranée » est tirée d’une opérette éponyme créée en 1955. Le livret de Raymond Vincy y orchestre la musique virevoltante de Francis Lopez.

6 C’est le titre d’un de ses albums, sorti en 2000 sous le label Naïve. En 1991, elle avait chanté le bleu de Mytilène avec Nena Venetsanou, mettant en musique des textes de la poétesse Sappho (Sappho de Mytilène, Auvidis Chorus).

7 Michel Chevalier, Politique industrielle et système de la Méditerranée, Paris, 1832, p. 129.

8 « La Méditerranée avec ses rives a été le continuel champ de bataille où s’entre-déchiraient l’Orient et l’Occident. Depuis le débarquement des Grecs en Troade jusqu’à la bataille de Navarin, la Méditerranée a été le principal chemin par lequel ils sont allés l’un à l’autre se chercher le fer à la main pour s’exterminer. La Méditerranée [...] doit être désormais un vaste forum sur tous les points duquel communieront les peuples jusqu’ici divisés », poursuit Michel Chevalier, ibid.

9 Élisée Reclus, Nouvelle géographie universelle. La Terre et les hommes. I : L’Europe méridionale, Paris, Hachette, 1876, p. 33.

10 Paul Valéry, Regards sur le monde actuel, Éditions AOJB, 2018 [1931], p. 165.

11 Fernand Braudel, La Méditerranée, L’espace et l’histoire, Paris, Flammarion, « Champs », 1985, pp. 8-9.

12 Jean Pélégri, Les Oliviers de la justice, Paris, Gallimard, 1959, p. 263.

13 Natalie Levissales (dir.) et Caroline Moine (coll.), Méditerranée, amère frontière, Arles, Actes Sud, 2019.

14 Louis-Philippe Dalembert, Mur Méditerranée, Paris, Sabine Wespieser, 2019.

15 Amin Maalouf, Léon l’Africain, Paris, Jean-Claude Lattès, 1986.

16 Discours du pape François Ier devant le Parlement européen, Strasbourg, 25 novembre 2014.

17 Ces propos ont été tenus lors de la rencontre de Bari sur la Méditerranée, réunissant des évêques des trois continents décidés à dépasser les fractures, le 23 mars 2020.

18 Jean Pélégri, « Les Signes et les Lieux - Essai sur la genèse et les perspectives de la littérature algérienne », in Giuliana Toso Rodinis (éd.), Le Banquet maghrébin, Rome, Bulzoni, 1991, pp. 9-35.

19 Eric-Emmanuel Schmitt, Ulysse from Bagdad, Paris, Albin Michel, 2008.

20 Mathilde Chapuis, Nafar, Paris, Liana Lévi, 2019.

21 Marie Darrieussecq, La mer à l’envers, Paris, POL, 2019.

22 Laurent Gaudé, Eldorado, Arles, Actes Sud, 2006.

23 Françoise Gallo, La Fortuna, Paris, Liana Lévi, 2019.

24 Léonora Miano, Rouge impératrice, Paris, Grasset, 2019.

25 Abdourahman Waberi, Aux États-Unis d’Afrique, Paris, Jean-Claude Lattès, 2006.

26 Jean-Yves Moisseron et Manar Bayoumi, « La Méditerranée comme concept et représentation », Revue Tiers Monde, n° 209, janvier-mars 2012, pp. 193-194.

27 Le Point, 18 décembre 2019.

28 Marie Darrieussecq, La mer à l’envers, op. cit., p. 11.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Christiane Chaulet Achour, Laure Lévêque et Jaouad Serghini, « Avant-propos »Babel, 43 | -1, 7-14.

Référence électronique

Christiane Chaulet Achour, Laure Lévêque et Jaouad Serghini, « Avant-propos »Babel [En ligne], 43 | 2021, mis en ligne le 01 décembre 2021, consulté le 19 mai 2022. URL : http://journals.openedition.org/babel/11884 ; DOI : https://doi.org/10.4000/babel.11884

Haut de page

Auteurs

Christiane Chaulet Achour

Universités d’Alger et de Cergy-Pontoise

Articles du même auteur

Laure Lévêque

Université de Toulon
Laboratoire BABEL (EA 2649)

Articles du même auteur

Jaouad Serghini

Université Mohammed Premier, Oujda
Laboratoire Langues, Cultures et Communication

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Babel. Littératures plurielles est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Laboratoire Babel
  • Logo Université de Toulon
  • DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • OpenEdition Journals
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search