Navigation – Plan du site

AccueilNuméros43Un Mare nostrum entre double sens...Pont et porte : cette Méditerrané...

Un Mare nostrum entre double sens et sens unique

Pont et porte : cette Méditerranée entre littérature et cinéma

Jaouad Serghini
p. 100-113

Résumés

Pont ou porte, mer ou mur, des représentations qui appellent à saisir la Méditerranée sous le signe de la binarité. Jamais une mer n’a suscité autant d’intérêt que cette Mer du milieu. Oscillant entre plusieurs représentations qui drainent une multitude de concepts, la Méditerranée cristallise les oppositions majeures des sociétés actuelles. Portée au grand écran où, faisant l’objet d’analyse intellectuelle d’auteurs, la Méditerranée force l’interrogation et invite à la réflexion sur la vie, sur les rapports des porteurs de cultures des deux rives et sur le devenir de l’humanité. Cette étude se propose d’analyser les mises en scène filmiques et littéraires de la Méditerranée comme espace où s’exerce la binarité.

Haut de page

Texte intégral

1. D’un regard à un autre, la Méditerranée

  • 1 In La tragédie de la culture et autres essais, Paris, Rivages, 1988, pp. 159-166.
  • 2 Georg Simmel, La Tragédie de la culture, Traduit par Sabine Cornille et Philipe Ivernel. 1ère éditi (...)
  • 3 Patrick Chamoiseau, Frères migrants, Paris, Seuil, 2017, p. 13.

1L’intitulé de cet article me fut inspiré par l’essai de Georg Simmel Pont et porte1. En effet, dans la pensée simmelienne les hommes qui tracèrent les premiers un chemin entre deux endroits avaient accompli « une des plus grandes performances humaines, [...], la construction de routes »2. Ces routes ont toujours reflété un état du monde à une certaine époque de l’histoire de l’humanité. L’image évocatrice de Simmel « Pont et porte » appliquée à la Méditerranée suppose que cet espace maritime nous invite à le lire sous la vision de la double nécessité de se lier et de se délier ; sous la double configuration de la séparation et de la liaison. Cela structure, cette mer en tant qu’espace du multiple fait de ses riverains des êtres du double. Cette duplicité de l’espace et des êtres de l’écoumène maritime renvoie à la dialectique de l’uniforme et du multiforme. Une Méditerranée si proche, si familière, qui semble à portée de regard, un regard nordique car « en France, la Méditerranée est au coin de la rue »3 et, pourtant, cette mer demeure imprenable, une vraie forteresse aux yeux du sud puisque :

  • 4 Ibid, p. 28.

« Dans la Méditerranée tout entière, aux portes restées closes du sanctuaire de l’Europe... Ce n’étaient que des anomalies dont les ondes de choc se voyaient contenues par Frontex et l’armée glorieuse des gardes-ténèbres venus armés des civilisations »4.

  • 5 Michel Maffesoli, Du nomadisme. Vagabondages initiatiques, Paris, Livre de poche, « Biblio-Essais » (...)

2Ce vastum maris aequor qui, depuis la nuit des temps, incite au mouvement nous fait réaliser que peut-être le véritable destin des hommes est d’être dans la mobilité continue, désirant ainsi repos et errance. Cette duplicité est « une forme de liberté, une manière d’introduire le bougé dans ce qui est stable, ou l’inquiétude dans ce qui n’est pas trop assuré de lui-même »5. L’inquiétude dont parle Maffesoli trouble le confort de l’appartenance uniforme et fait émerger le « mal de l’infini », selon l’expression de Durkheim. C’est que, chaque fois que l’occasion se présente à nous d’évoquer la Méditerranée, nous risquons fort de subir le destin d’Hylas qui, trop charmé par la voix des Nymphes, s’est laissé ravir.

3En effet, derrière l’image tant médiatisée d’une Méditerranée multiculturelle, lieu de toutes les unions hélas éphémères, espace par excellence où les conflits devraient se désagréger, où les enjeux politiques s’amenuisent au profit d’une coopération, d’un échange et d’un partage constructif entre le Nord et le Sud, la Méditerranée cache des espoirs fragiles, des crispations de toutes sortes, des drames séculaires. Depuis l’Antiquité, cette mer qui bascule, au gré des caprices, entre pont et porte, s’est vue objet de convoitises disparates des grandes puissances impériales. Orient et Occident ont canalisé toute leur énergie afin d’avoir la mainmise sur cet espace maritime. Loin d’être le lit nuptial de l’Orient et de l’Occident, la Méditerranée s’obstine à demeurer un hamac instable qui risque à tout moment de faire basculer ses hôtes. C’est que l’équation méditerranéenne nécessite une vision d’ensemble qui puisse en saisir l’ampleur stratégique, historique, politique, économique, culturelle et sociale. Une vision d’ensemble est la seule garante d’une compréhension globale de cet espace qui implique qu’il n’est plus possible d’accéder à une forme d’intelligibilité de cette mer, de sa mémoire, de ses enjeux et défis sans avoir une appréciation des éléments qui le composent et le décomposent à la fois : « Islam /Occident », « centre / périphérie », « Nord /Sud et suds », « pays créanciers / pays endettés », « ex-colonisateurs /ex-colonisés », « régimes démocratiques / régimes autoritaires », « émigration /hrigue ».

  • 6 Achille Mbembe, Sortir de la grande nuit, Paris, La Découverte, 2010, p. 242.

4Démêler cette imbrication de paramètres hétéroclites fait réaliser la complexité de cet espace. Du coup, les grands projets liés à la Méditerranée, malgré leurs nobles intentions, deviennent souvent des slogans. Espace sensible aux mutations en cours au niveau mondial comme la globalisation de l’économie, la digitalisation accélérée et la prégnance du cyberespace, l’enjeu majeur pour l’avenir de la Méditerranée réside dans la construction d’un nouvel espace en vue d’une « politique de montée en humanité »6, selon les termes d’Achille Mbembe, tant sur le plan politique, économique, que culturel et social. Un tel projet appelle à reconsidérer la topographie de cette mer qui se trouve liée à une production culturelle multiple et à une ontologie particulière de l’humanité. C’est ce que nous rappelle Nora, l’héroïne de N’zid de Malika Mokeddem, quand elle déclare que la Méditerranée

« est sa complice quand elle roule, court et embrasse, dans une même étreinte, Grèce et Turquie. Israël, Palestine et Liban, France et Algérie. Elle est son rêve en dérive entre les bras de terre, à la traversée des détroits et qui va s’unir, dans un concert de vents, au grand océan. Sa Méditerranée est une déesse scabreuse et rebelle que ni les marchands de haine ni les sectaires n’ont réussi à fermer » (N’zid. p. 69).

  • 7 Tzvetan Todorov, colloque d’ouverture de l’année européenne du dialogue interculturel, 13 et 14 mar (...)
  • 8 Edward W. Saïd, Des intellectuels et du Pouvoir, Paris, Seuil, 1996, p. 21.

5Une vision optimiste se dégage des aveux de Nora qui arrive quand même à faire fusionner des pays divisés par de nombreux contentieux, faisant par là tonner les cloches du dialogue interculturel à toute volée. Et Todorov de nous rappeler que « lorsque le dialogue interculturel est invoqué, cela signale que la voie politique a échoué »7. Comment expliquer dans ce cas cet échec quand on sait que « la politique est partout », et qu’« on ne peut lui échapper en se réfugiant dans le royaume de l’art pour l’art et de la pensée pure, pas plus d’ailleurs que dans celui de l’objectivité désintéressée ou de la théorie transcendantale »8. Aux yeux de Waberi, la réponse réside dans cette faculté de décentration qui oblige à chausser des lunettes différentes afin de pouvoir percevoir la réalité méditerranéenne autrement.

  • 9 Entretien avec Abdourahman Ali Waberi, propos recueillis par Aïssatou Bouba et Natascha Ueckmann.

« On nous parle toujours des relations Nord-Sud, moi j’aimerais bien qu’on envoie des écrivains en résidence, des Sénégalais à Lausanne ou des Guinéens à Brême et qu’on leur donne une bourse pour qu’ils écrivent localement sur les problèmes linguistiques ou les conflits historiques en Suisse ou à Brême. Ils nous diraient des choses très intéressantes »9.

6Délocaliser le regard, l’inverser, le déterritorialiser semblent aux yeux de l’auteur d’Aux États-Unis d’Afrique la voie de la déconstruction des stéréotypes véhiculés sur le Sud d’où remontent des voix qui déclarent que :

  • 10 Patrick Chamoiseau, Frères migrants, op, cit., p. 135.

« La Méditerranée entière est désormais le lieu d’un hommage à ceux qui y sont morts, qu’elle soutient de l’assise de ses rives une arche célébrante, ouverte aux vents et ouverte aux plus infimes lumières, épelant pour tous les lettres du mot ACCUEIL, dans toutes les langues, dans tous les chants, et que ce mot constitue uniment l’éthique du vivre-monde »10.

7« ACCUEIL », voilà désormais la nouvelle idéologie. La graphie en majuscules laisse penser que cet accueil se dresse tel un rempart contre la barbarie, contre les politiques sécuritaires mises en place à travers différents programmes (Frontex, Pacte sur l’immigration et l’asile). « ACCUEIL » est désormais le nouveau pont censé réunir les riverains de la Méditerranée sous l’étendard du vivre-ensemble, du vivre-monde qui porte en lui toutes les voix qui dialoguent et conversent en parfaite harmonie. La voix d’un « nous » polyphonique qui coule dans la mobilité :

« Au lieu du “nous” fièrement claironné, “nous” roulant les mécaniques, gonflant les pectoraux, c’est un autre “nous” en diffraction, en interaction, en traduction, un “nous” en attente, en écoute, bref un “nous” en dialogue qui viendra » (Aux États-Unis d’Afrique, p. 203).

8Telle est la prophétie de Waberi, « un nous qui viendra » et qui fera mentir les prédictions des gardiens du temple. Le « nous » du dialogue qui, dans un élan universel, transcende temps et espace et qui trouve sa matière d’être au sein d’un esprit interculturel :

« La pauvre peau noire terrorisée appelant à la désertion, se promettant de prendre la poudre d’escampette. Mais cela ne se peut, Maya. La peau noire est prisonnière d’un tourbillon de vie qui l’emmène d’épreuve en épreuve, [...], de vertige en vertige. Puis, elle se rebelle. Elle se fait sienne l’azur du ciel, découvre ses sœurs d’albâtres, ses semblables, [...], elle veut fusionner avec la peau de l’autre, [...]), elle veut vriller dans sa chair, boire son eau. [...], signer une paix blanche avec autrui. Pas de domination, plus de négation. Émulsion, fusion, [...], peau contre peau, accord des corps » (AEUA, pp. 176-177).

  • 11 Voir Jaouad Serghini, « De l’interculturel et du métissage dans l’écriture de Salim Bachi », Babel (...)

9« Emulsion-fusion et accord », nous voilà donc au cœur de cette nouvelle trinité salvatrice prêchée par le romancier djiboutien. Au sein de cette atmosphère laudative du dialogue entre les deux rives, la Méditerranée semble occuper une position immuable aux yeux du Sud. Celle d’un espace échappatoire, d’un pont qui invite à la traversée comme le suggèrent les propos de Hocine, héros du Le Chien d’Ulysse (LCU) de Salim Bachi11.

« La mer seule permet aux captifs de la ville d’espérer un jour échapper au cauchemar de trois mille années placées sous le poids des conflits. Invasions, dévastations [...], marquèrent au rouge la mémoire ancestrale d’un peuple devenu craintif » (LCU, p. 12).

10Toutefois, la traversée de la Méditerranée apporte son lot de découvertes, souvent atroces. Saad, le héros d’Ulysse from Bagdad, rappelle cette vérité qui est devenue un des visages familiers de cette mer :

  • 12 Éric-Emmanuel Schmitt, Ulysse from Bagdad, Paris, Albin Michel, 2008, p. 154.

« Le voyage se poursuivit et nous pûmes mieux comprendre ce qui s’était sans doute passé. À mesure que nous avancions, nous apercevions des formes suspectes flotter sur l’eau ; si les premières purent être identifiées comme des chaussures, des valises, des vêtements, certains amas ressemblaient à des humains ; bientôt, il n’y eut plus moyen d’avoir des doutes : des cadavres de femmes, d’hommes, d’enfants voguaient autour de nous »12.

11Des morts anonymes, dont personne ne veut. Des naufragés qui voulaient rejoindre une rive et fuir une autre.

2. Méditerranée, regards de cinéastes

12Quand le cinéma se saisit de la question de la Méditerranée, ce dernier s’évertue à mettre en exergue l’usage de cet espace maritime comme fondement esthétique. Dans ce sens, image, son et montage, éléments de base en cinéma, créent une sorte d’alchimie à travers laquelle la Méditerranée se laisse percevoir sous différentes représentations. Le paysage aquatique est réinventé, le regard s’en trouve ainsi transformé. Ce renouvellement de l’espace maritime bouscule l’habitus, force l’interrogation et invite à la réflexion sur la vie, sur les rapports des porteurs de cultures des deux rives et sur le devenir de l’humanité. La Méditerranée en images est à lire comme une forme de transposition d’un nouveau regard, d’une perception différenciée des lieux de l’imaginaire aquatique.

13En ce sens, Harragas (2009), du cinéaste algérien Merzak Allouache, offre la vision d’une Méditerranée devenue une porte fermée, une citadelle imprenable voire interdite qui alimente les convoitises, attise les envies et hante l’imaginaire d’une jeunesse algérienne au bout de l’effritement, livrée à elle-même. Harragas, au titre évocateur, aborde le phénomène de l’émigration clandestine, une thématique largement traitée par les cinéastes maghrébines et maghrébins. À travers l’histoire de dix candidats « harragas », dont une femme, Allouache revient à son tour sur le mal de vivre des jeunes Algériens qui se voient poussés à la harga. L’entrée du film se fait par le tragique : une scène de suicide, quant à la fin, elle s’achève sur les chiffres des disparus que la mer a engloutis. Entre mort et disparition, telle est la radioscopie livrée par le cinéaste algérien qui met le projecteur sur la Méditerranée. Ce grand bleu maritime devient un labyrinthe à l’intérieur duquel se perdent tant de jeunes venus du Sud, ou, plutôt, des Suds, comme hypnotisés et conduits presque systématiquement au naufrage. « Si je pars je meurs, si je reste je meurs », le message posthume laissé par le jeune Omar, témoigne de ce bourbier au sein duquel s’est enlisée tout une génération. Tout au long de Harragas, la Méditerranée est omniprésente. Les très gros plans et les grands plans sur cet espace maritime se succèdent telles des cartes postales, laissant apparaître des vies humaines qui oscillent entre épuisement, peur, espoirs, amertumes et ténacité.

14Harragas ne se veut pas un message d’indignation envers une Europe devenue inhospitalière. Une Europe qui s’applique avec zèle à maîtriser les voies d’accès, quitte à exercer de nombreuses pressions pour imposer ses politiques migratoires jusqu’aux frontières africaines. Ce qui appuie nos propos, c’est que les signes de cette austérité européenne (gardes côtes, guardias) sont à peines visibles dans le film. Du coup, c’est l’appel vers le dépassement qui est privilégié.

  • 13 Propos recueillis par Keltoum Staali, interview de Merzak Allouache : « Pourquoi un film sur les Ha (...)

« Je ne suis pas spécialement porté sur le documentaire. J’aime écrire des histoires – en partant de la réalité, en me documentant – mais toujours en restant dans le champ de la fiction du récit. La fiction me permet, à travers l’écriture d’un scenario, l’élaboration des dialogues, le travail avec les acteurs, le montage, la musique... d’avoir une expression artistique et esthétique sur le sujet à traiter. Je me sens plus enfermé si j’opte pour la forme documentaire. C’est pour cela que je n’en tourne pas, sauf à de rares expressions... Mais c’est vrai que le phénomène de la harga qui prend cette ampleur inquiétante mérite qu’on y travaille aussi sur la base du documentaire, du reportage... Il faut en parler le plus possible... Et que soient trouvées les solutions »13.

  • 1

15La harga n’est pas uniquement affaire de l’Europe, les pays du Sud endossent une grande part de responsabilité, toutefois cette vision est à peine traitée dans Harragas. Les soubassements sociaux, économiques et politiques de ce phénomène n’atteignent pas toute leur épaisseur dans la fiction d’Allouache, du coup « le film devient paradoxalement très théorique »14.

16Dans Tanger, le rêve des brûleurs (2002) de Leila Kilani, des hommes, une ville et une mer dialoguent, se toisent, se jettent des défis. Tanger, le rêve des brûleurs, désormais TRB, est un documentaire polyphonique. La réalisatrice marocaine cède la parole à des jeunes subsahariens qui guettent le moment propice pour tenter la traversée du détroit de Gibraltar. La caméra de Leila Kilani se met sur les traces de ces hommes porteurs d’identités marginales, relégués au second degré par un « centre » référence.

« Lorsque j’ai réalisé Tanger, le rêve des brûleurs, je voulais proposer une narration sur l’immigration clandestine, trouver une traduction au rêve, à l’attente. C’était une interrogation sur l’individu et son articulation dans une définition collective, celle de la cité, dont les brûleurs sont la partie émergée de l’iceberg ».

17Loin d’être préoccupée par un souci d’analyse sociologique, Kilani, à travers TRB, met l’accent sur la notion du rêve qui anime ces « herragas » subsahariens. Ce rêve atteint son degré de paroxysme au sein de la ville de Tanger car : 

  • 15 Sébastien Chapuys, « Life Boat people », Critikat, 2010.

« Quand on est à Tanger, on n’est pas enlisé même si on est dans l’obsession : on est dans le rêve qui amène une sorte de transcendance quasi-métaphysique. C’est ce rêve que je voulais raconter. C’est ce rêve que je voulais raconter »15.

  • 16 Entretien avec Leila Kilani, propos recueillis par Clarisse Fabre, Le Monde, 31 janvier 2012.
  • 17 Voir Jaouad Serghini, « Le dialogue Nord/Sud au féminin : regards et paroles de Méditerranéennes », (...)

18Ce désir de porter le rêve de « brûler » au grand écran et accompagné par l’usage esthétique de la Méditerranée de la part de la réalisatrice. Le spectateur se trouve souvent en gros plan avec la mer, avec les « brûleurs », ce qui crée par la suite une double complicité entre les harragas et la Méditerranée, et entre le spectateur et ces hommes qui sont prêts à tout pour rejoindre l’autre rive. Cette posture de détermination inégalée dont font preuve ces hommes force la réflexion et fait ressurgir la force de l’appel maritime auquel succombe les candidats de la harga. La mise à l’écran de la complicité entre les harragas et la Méditerranée dans TRB installe un pont cette fois-ci entre cinéma et littérature et quand on sait que Leila Kilani déclare : « j’étais une littéraire, je me prenais pour Albert Cohen écrivant Belle du Seigneur. Je sacralisais l’écrit, mais pas l’image »16, il devient tout à fait cohérent voire légitime, de reprendre la vision romanesque de cette complicité telle qu’elle se développe dans N’zid 17de Malika Mokeddem.

« La vue de la mer l’apaise. Elle ne lui est pas seulement familière. Elle est un immense cœur au rythme duquel bat le sien. En la regardant, elle rêve encore d’elle. Elle fait partie d’elle. Patrie matrice. Flux des exils. Sang bleu du globe entre ses terres d’exode » (N’zid. p. 25).

19L’atmosphère qui se dégage de TRB et se répond comme une écume sur une plage d’un océan en furie est celle de l’obsession et de l’attente comme le montre cette image si expressive de cette attente interminable.

Tanger le rêve des brûleurs, visionné sur universciné.com

20À bien méditer sur cette capture d’image, le spectateur ne peut s’empêcher de comparer ces corps vus de dos à des clients accoudés sur un bar en train de boire la liqueur bleue que leur sert généreusement la Méditerranée, échafaudant des plans à l’ingéniosité débridée pour rejoindre l’autre rive à portée de regard. Armés de patience et de détermination, ces hommes dégagent du courage, un courage qui fera dire à Leila Kilani que :

« Ce sont des cow-boys, pas des desperados. Quand on est désespéré, on ne “brûle” pas, on n’a pas l’énergie de le faire. On “brûle” quand on a la force de rêver et d’affronter la mort. Un brûleur rêve, imagine et attend. L’attente est corporelle mais le rêve est abstrait. Ce sont des héros ».

21Nous voilà loin du regard neutre de Harragas de Merzak Allouache. L’objectif, pour le cinéaste algérien, était, à notre sens, la traversée en elle-même et comme objet dramatique.

  • 18 Merzak Allouache : « Je ne suis pas un beur, mais un Algérien qui vit en France », Jeune Afrique, 2 (...)

« Les causes du départ, je les considère comme connues, comme presque évidentes en tout cas. Ce n’était pas le sujet que je voulais traiter. La première partie sur l’attente du départ me sert surtout à présenter les personnages avant de passer à la traversée en elle-même. J’avais envie d’accompagner les personnages dans ce voyage dangereux, ce huis clos, cet enfermement avec ses violences. Sans faire bien sûr l’apologie de cette aventure, et sans regard moral sur ce qu’ils font. J’ai même essayé jusqu’à un certain point de rejoindre le documentaire, de ne pas faire de commentaires »18.

22Se refusant à tout misérabilisme, la caméra de Leila Kilani donne à voir des héros, des rêveurs qui semblent tirer leur force et leur détermination de cette complicité avec la Méditerranée, qui le leur rend bien généreusement.

« Je voulais filmer à la fois l’enlisement et le fantasme. Je voulais une traduction cinématographique de la part onirique qui me paraissait toujours éludée [...]. Je voulais faire exister des personnages et introduire une dimension vraiment héroïque. Je voulais traduire la géographie intérieure de Tanger et cette ligne continue de l’Europe, dans cette attente métaphysique d’individus déterminés ». 

23Pont et porte, deux configurations qui semblent résumer le regard que portent cinéma et littérature sur la Méditerranée. Cette représentation binaire qui oscille entre l’image de la liaison représentée par le pont et celle de la disjonction, de la séparation à travers la porte, témoigne du caractère mouvant de cet espace maritime, de sa diversité et de son dynamisme. Il me plaît ici de citer l’avis d’un géologue qui avance que :

  • 19 Dominique Frizon de Lamotte, « Où sont l’Afrique et l’Europe en Méditerranée ? Le point de vue du g (...)

« L’Afrique et l’Europe convergent, se rapprochent. Les péninsules démarrées d’un continent et amarrées à l’autre d’émissaires d’une fusion à venir. Sur ce processus inéluctable, nous n’avons aucune prise. En revanche, nous pouvons travailler au rapprochement des peuples »19.

  • 20 Voir dans ce numéro Laure Lévêque et son analyse passionnante : « Entre Seine et Sénégal. La Vénus (...)

24À en croire ces propos, le concept de « mer au milieu des terres » que réalise la Méditerranée rejoint l’archéologie du futur. Et l’on ne peut s’étonner si des missions de fouilles, sous la direction avisée d’un Travelling-Robinson, regroupant des chercheurs du Sud de l’allure de Fouta-Djalon, de Benvenuto-Félix, du Dr Organdina, de Baba-Duran, de Kassoulé-Toulouzène20, prennent la direction du Nord vers ce que fut jadis la Mer du milieu.

25Pont et porte appliqués à la Méditerranée devraient nous faire réaliser à l’instar de Simmel qu’

  • 21 Georg Simmel, La Tragédie de la culture, op, cit., p. 162.

« Il est pour l’homme essentiel, au plus profond, de se donner lui-même des limites, mais librement, c’est-à-dire de telle sorte qu’il puisse de nouveau supprimer ces limites et se placer en dehors d’elles »21.

26Que l’homme puisse avoir la capacité de transcender les limites et les barrières dans un acte qui exprime sa liberté.

Haut de page

Bibliographie

Romans :

Abdourahman Ali Waberi, Aux États-Unis d’Afrique, Paris, JC Lattès, 2006.

Éric-Emmanuel Schmitt, Ulysse from Bagdad, Paris, Albin Michel, 2008.

Malika Mokeddem, N’zid, Paris, Seuil, 2001.

Patrick Chamoiseau, Frères migrants, Paris, Seuil, 2017.

Films :

Leila Kilani, Tanger, le rêve des brûleurs, 2002.

Merzak Allouache, Harragas, 2009.

Articles et essais :

Sébastien Chapuys, « Life Boat people », Critikat, 2010.

Dominique Frizon de Lamotte, « Où sont l’Afrique et l’Europe en Méditerranée ? Le point de vue du géologue », Confluences Méditerranée, n° 48, 2004/1.

Michel Maffesoli, Du nomadisme. Vagabondages initiatiques, Paris, Le Livre de Poche, « Biblio-Essais », 1997.

Achille Mbembe, Sortir de la grande nuit, Paris, La Découverte, 2010.

Edward W. Saïd, Des intellectuels et du Pouvoir, Paris, Seuil, 1996.

Jaouad Serghini, « De l’interculturel et du métissage dans l’écriture de Salim Bachi », Babel, Littératures plurielles, n° 41, 2020, https://journals.openedition.org/babel/

Jaouad Serghini, « Le dialogue Nord/Sud au féminin : Regards et paroles de Méditerranéennes », in J.-E. Bernard, N. Huchet, Y. Kocoglu, L. Lévêque, A. Leiduan (dir.), Continuité et rupture des échanges en Méditerranée. Histoire, religion, littérature, société, Toulon, Babel « Transverses », 2016.

Georg Simmel, La Tragédie de la culture. Traduit par Sabine Cornille et Philipe Ivernel. 1ère édition allemande : 1895-1922. Paris, éditions Rivage, 1988, p. 162.

Tzvetan Todorov, colloque d’ouverture de l’année européenne du dialogue interculturel, 13 et 14 mars 2008, à l'UNESCO, Paris, table ronde 1, « Concepts, approches théoriques et pratiques de l’interculturel, quel décalage entre le penser, le dire et le faire? », http://www.histoire-immigration.fr/index.php?lg=fr&nav=772&flash=0

Entretiens :

« J’étais une littéraire, je sacralisais l’écrit, mais pas l’image », Leila Kilani, Le Monde.fr, le 31 janvier 2012.

Entretien avec Abdourahman Ali Waberi, propos recueillis par Aïssatou Bouba et Natascha Ueckmann.

Merzak Allouache, « Je ne suis pas un beur, mais un Algérien qui vit en France », Jeune Afrique, 2010.

Merzak Allouache, « Pourquoi un film sur les Harragas », Le Matin d’Algérie, 30 avril 2010.

Haut de page

Notes

1 In La tragédie de la culture et autres essais, Paris, Rivages, 1988, pp. 159-166.

2 Georg Simmel, La Tragédie de la culture, Traduit par Sabine Cornille et Philipe Ivernel. 1ère édition allemande : 1895-1922. Paris, éditions Rivage, 1988, p. 162.

3 Patrick Chamoiseau, Frères migrants, Paris, Seuil, 2017, p. 13.

4 Ibid, p. 28.

5 Michel Maffesoli, Du nomadisme. Vagabondages initiatiques, Paris, Livre de poche, « Biblio-Essais », 1997, p. 87.

6 Achille Mbembe, Sortir de la grande nuit, Paris, La Découverte, 2010, p. 242.

7 Tzvetan Todorov, colloque d’ouverture de l’année européenne du dialogue interculturel, 13 et 14 mars 2008, à l’UNESCO, Paris, table ronde 1, « Concepts, approches théoriques et pratiques de l’interculturel, quel décalage entre le penser, le dire et le faire ? », http://www.histoire-immigration.fr/index.php?lg=fr&nav=772&flash=0

8 Edward W. Saïd, Des intellectuels et du Pouvoir, Paris, Seuil, 1996, p. 21.

9 Entretien avec Abdourahman Ali Waberi, propos recueillis par Aïssatou Bouba et Natascha Ueckmann.

10 Patrick Chamoiseau, Frères migrants, op, cit., p. 135.

11 Voir Jaouad Serghini, « De l’interculturel et du métissage dans l’écriture de Salim Bachi », Babel [Online], 41 | 2020, URL : http://journals.openedition.org/babel/10313; DOI:https://doi.org/10.4000/babel.1033

12 Éric-Emmanuel Schmitt, Ulysse from Bagdad, Paris, Albin Michel, 2008, p. 154.

13 Propos recueillis par Keltoum Staali, interview de Merzak Allouache : « Pourquoi un film sur les Harragas », Le Matin d’Algérie, 30 avril 2010.

14

15 Sébastien Chapuys, « Life Boat people », Critikat, 2010.

16 Entretien avec Leila Kilani, propos recueillis par Clarisse Fabre, Le Monde, 31 janvier 2012.

17 Voir Jaouad Serghini, « Le dialogue Nord/Sud au féminin : regards et paroles de Méditerranéennes », in J.-E. Bernard, N. Huchet, Y. Kocoglu, L. Lévêque, A. Leiduan (dir.), Continuité et rupture des échanges en Méditerranée. Histoire, religion, littérature, société, Toulon, Babel « Transverses », 2016, pp. 209-222. 

18 Merzak Allouache : « Je ne suis pas un beur, mais un Algérien qui vit en France », Jeune Afrique, 2010, propos recueillis par Renaud de Rochebrune.

19 Dominique Frizon de Lamotte, « Où sont l’Afrique et l’Europe en Méditerranée ? Le point de vue du géologue », Confluences Méditerranée, n° 48, 2004/1, pp. 195-202.

20 Voir dans ce numéro Laure Lévêque et son analyse passionnante : « Entre Seine et Sénégal. La Vénus d’Asnières (1924) d’André Reuzé : pour une poétique malicieuse de la relation coloniale ».

21 Georg Simmel, La Tragédie de la culture, op, cit., p. 162.

Haut de page

Table des illustrations

Légende Tanger le rêve des brûleurs, visionné sur universciné.com
URL http://journals.openedition.org/babel/docannexe/image/12012/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 15k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Jaouad Serghini, « Pont et porte : cette Méditerranée entre littérature et cinéma »Babel, 43 | -1, 100-113.

Référence électronique

Jaouad Serghini, « Pont et porte : cette Méditerranée entre littérature et cinéma »Babel [En ligne], 43 | 2021, mis en ligne le 01 décembre 2021, consulté le 19 mai 2022. URL : http://journals.openedition.org/babel/12012 ; DOI : https://doi.org/10.4000/babel.12012

Haut de page

Auteur

Jaouad Serghini

Université Mohammed Premier, Oujda
Laboratoire Langues, Cultures et Communication

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Babel. Littératures plurielles est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Laboratoire Babel
  • Logo Université de Toulon
  • DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • OpenEdition Journals
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search