Navigation – Plan du site

AccueilNuméros43L’ordalie du passage : brûler la merElias (2019) d’Ahmed Benzelikha.L...

L’ordalie du passage : brûler la mer

Elias (2019) d’Ahmed Benzelikha.
La Méditerranée pour une odyssée spirituelle

Afifa Bererhi
p. 117-127

Résumés

Voyage à travers la Méditerranée et dans le rêve qui se veut quête de l’harmonie de soi avec le monde dans sa dimension universelle. Une odyssée-initiation à la plénitude au cours de laquelle se fait entendre l’échoïsation de toutes les mythologies.

Haut de page

Texte intégral

  • 1 Marie Darieussecq, La Mer à l’envers, Paris, POL, 2019.

1La Méditerranée, Bahr el moutawasat en arabe, littéralement « mer du milieu » au sens de centralité et d’équilibre, fut et demeure le lit marin d’enjeux géopolitiques et civilisationnels qui, au gré de l’Histoire, des conjonctures et des idéologies, en font un espace attractif, traversé par des turbulences faites de promesses et de périls. Dans cette mer en position médiane comme le suggère l’appellation arabe, viennent se mirer Orient et Occident, sans pour autant s’interpénétrer, transformant l’île marine en bien-otage. Ce qui laisserait penser, comme l’écrit Marie Darrieussecq, que la Méditerranée est « une mer tectonique, appelée à se fermer »1. Il semble pourtant utile de renverser ce couperet car le principe d’ouverture s’impose par la nécessité vitale de réhabilitation du sens de l’humain indispensable à l’équilibre du monde, par-delà les différences. Dans cette perspective, le recours à une réflexion philosophique / métaphysique s’avère un fondement préliminaire. C’est ce que propose le roman Elias dont la mise en scène fictionnelle choisit précisément la Méditerranée, bassin civilisationnel, pour dire l’indifférenciation entre les hommes car leurs singularités se résorbent dans leur quête commune de félicité.

  • 2 Présenté avec précision dans Wikipédia : « Né en 1967, il a occupé plusieurs fonctions dans les sec (...)

2Ahmed Benzelikha2 a publié des romans depuis 2014. Elias est son troisième roman. Ce dernier-né, de moins d’une centaine de pages, gagne en densité sémantique par le jeu des figures de style et signes-symboles enrichissant une imagination foisonnante portée par la pertinence d’une écriture, simple et concise, circonscrivant l’essentiel de ce que véhicule la fiction. Sur le plan thématique, ce roman déroge assurément à nos habitudes de lecture de ces dernières décennies. Nous pouvons parler de roman de la rupture autant par sa dimension spatio-temporelle que thématique. En effet, on se situe d’abord dans la haute Antiquité méditerranéenne, celle de la Grèce homérique avant de rejoindre les contrées asiatiques. Quant au motif de la narration, c’est une sorte d’énigme, une quête indéfinie au départ qui se construit graduellement et qui se dévoile à mesure que le récit progresse dans les méandres de l’itinéraire qu’emprunte le héros, un « Ulysse » des temps contemporains, à la recherche de la félicité existentielle. Cette recherche donne au roman son épaisseur métaphysique annoncée par le titre éponyme « Elias », du nom de celui qui embarquera sur Le Moïse, le bateau témoin de la traversée à effectuer, celle de toutes les pérégrinations décrites par un narrateur imprégné de mythologie hellénique. Celle-ci se manifeste en texte par des flashs comme « Pénélope », « Cheval de Troie », « Odyssée », « Toison d’or », et bien d’autres occurrences essaimées tout au long du roman.

3La mythologie abrahamique n’est pas en reste, déjà annoncée par le nom du bateau « Le Moïse ». S’y ajoutent des données contemporaines comme le Mark IV, nom qui rappelle le Deutsche Mark, dévoilant l’appât du gain du personnage, passé maître dans le « piratage informatique » qui lui permet d’accéder à la vie privée de ses cibles, de les dominer et les asservir. L’entrelacement de ces paramètres, portés par l’onomastique des personnages, celle des lieux, des objets, est aussi appuyé par l’inscription de traces culturelles des temps reculés et de celles du présent qui jalonnent en permanence un récit oscillant entre onirisme et vraisemblable.

4Le personnage focal porte le nom si suggestif d’Elias, une variante d’Elie dérivée de l’hébreu Elijah signifiant « Mon Dieu est Yahvé ». N’est-ce pas un nom prédestiné lorsqu’au bout de l’aventure, dans la chute du roman, Elias sera le porteur du « Masque de Dieu », l’objet de sa quête qui, au final, donne sens à son voyage à travers la Méditerranée et jusque sur les côtes pakistanaises lorsque le délire s’empare du personnage ?

5La présentation du roman suit la linéarité de sa structure car il faut se mettre dans les pas du héros pour qui chaque étape de son voyage est une pièce du puzzle que l’auteur construit.

6Les premières pages nous apprennent seulement que le héros de l’histoire est habité par un profond sentiment d’échec qui le décide à résolument quitter femme(s), enfants et activités professionnelles. Il rompt avec sa ville de Stasis, terme-litote qui évoque toute la laideur de la vie de la cité, par référence à son usage par les anciens Grecs pour désigner une crise politique, morale et sociale. La concentration sémantique qu’il renferme permet l’économie d’une description détaillée du mal-être sociétal, politique et existentiel dont pâtit le personnage-clé. « Stasis » serait le mot clé de l’impulsion de départ de la fiction.

7À la manière des harragas, croirait-on un instant, Elias est pris du désir d’évasion :

  • 3 Les références des pages sont données à la suite de la citation prise dans le roman.

« [...] Il voulait quitter la terre, qualifiée à tort de ferme et rejoindre la mer, la Méditerranée, sa mère, revenir à l’eau, à la matrice, aux vagues et à l’écume, à l’immensité, aux horizons bleutés et infinis, mais surtout à la liberté, aux possibles et à l’absence du possible en l’absence de l’impossible »3 (9).

8Pour lui, il s’agit de regagner la pureté de l’origine première afin de se laver des affres de la vie vécue et de renaître dans la sérénité. Dans le ressentiment absolu, perdu pour lui-même et en lui-même, envahi par le spleen, il se remémore ces vers apocryphes qui lui semblent correspondre à son état de perdition :

« Tu ne comprends pas ce que je suis, ni d’où je viens, ni où je vais.
Je suis l’inconnu, l’île en douleur sans palmier et la mer de Moïse.
Le berceau qu’emporte le fleuve des couleurs au-delà de tes colères... » (11).

9Après s’être acquitté des redevances de voyage, Elias embarque sur un rafiot, Le Moïse, dont le nom semble augurer de ce que sera sa traversée tant il convoque la mémoire de ce que fut le patriarche, le prophète, le guide, vainqueur de Pharaon. Chargé de valeur métonymique, le nom fonctionne aussi comme annonce d’un avenir, une prédication du destin d’Elias jusqu’à l’ultime bout de son périple. Le commandant du bateau le pressent intuitivement, lui qui ignore tout de son hôte-passager :

  • 4 C’est nous qui soulignons.

« [...] à tout à l’heure alors cher Monsieur... comment ? Elias ? C’est noté. C’est bien comme nom, ça sonne comme Ulysse, non ? » 4 (13).

10Elias alias Ulysse sur Le Moïse : le choix de noms presque en apposition s’apparente à une parabole suggérant l’enchevêtrement de références culturelles et spirituelles de la mythologie grecque fondatrice de la « Tradition primordiale » et des mythologies monothéistes. On en vient alors à s’interroger sur la fonction des mythes dans leur rapport à l’ordre métaphysique. Telle serait la question préliminaire que le roman semble soulever et qui, vraisemblablement, présiderait à la construction de l’architecture narrative. Cela impose de suivre étape par étape le déroulé du récit pour pouvoir suggérer une réponse, d’autant que le héros est lui-même énigmatique :

« Le commandant Bramble se demandait quel était le véritable but du voyage d’Elias. Voulait-il vraiment aller en Grèce et pourquoi ? Peut-être, se disait-il, qu’il avait une autre destination, cet Elias n’avait pas l’air d’un touriste en mal de croisière, ni d’un trafiquant ou d’un terroriste d’ailleurs, mais pourquoi, dans ce cas, prendre un navire de transport de marchandises pour voyager ? Ce monsieur devait bien cacher quelque chose... » (15).

11Au départ donc, une double interrogation qui sera résolue à mesure que se construit le sens du roman dont une des bornes est l’original commandant Bramble, un roncier comme l’indique son patronyme, un dur qui ne badine pas avec la droiture comportementale et morale, tout en étant, par contraste, passionnément poète et fervent lecteur de Montaigne. À son opposé, les membres de l’équipage, bons serviteurs et cependant quelque peu douteux, dont Mihel, surnommé « Le Cobra », le plus venimeux des serpents, pourvu d’un « œil unique » tel le cyclope fils de Poséidon, qui brave l’interdiction formelle du trafic de drogue et de devises pour finalement obtempérer au règlement qu’impose le commandant de bord, mais toujours prêt à se compromettre moyennant monnaie sonnante et trébuchante.

12Cheminant sur les flots de la Méditerranée en direction de la Grèce, Le Moïse est arraisonné par des pirates sous la conduite du terrible intriguant Mark IV qui décide, en « Pharaon », d’affronter Le Moïse et de mettre Elias, confondu à ses yeux avec Moïse, à l’épreuve de l’errance solitaire sur les flots de la Méditerranée en contrepartie de la vie sauve. Il lui semblait « qu’il livrait un grand combat, à l’instar, de celui de Jacob contre l’Archange, pensait-il, tout à ses références religieuses dont pourtant il se gaussait » (21).

13Rêve, vision, hasard de la navigation ou volonté des dieux cachés, Elias, en solitaire, se retrouve à arpenter les ruines d’une cité antique romaine, « Silphium », du nom d’une plante médicinale aux effets miraculeux, aujourd’hui disparue, et qui figure effectivement sur des pièces numismatiques tant elle était considérée comme « un don précieux de la nature » selon Pline. Et, de fait, Silphium lui fait don symboliquement d’une inscription sur un bas-relief qui le conduit à découvrir, dans la bibliothèque de cette ville, l’existence d’un livre traduit par un certain André Barthonnier, datant de 1878. Dans son contenu, « ce qui retînt l’attention d’Elias fut un passage consacré à un masque sacré, un masque tout en or qui avait le pouvoir, disait-on, de révéler à celui qui le revêtait tous les secrets de l’existence » (32).

14La possession de ce masque serait en quelque sorte la « pierre philosophale » que recherchait précisément Elias et qui serait à même de donner sens à sa vie, de recouvrer la plénitude perdue. Elias est pris dans l’étau de ses angoisses psycho-existentielles, son rocher de Sisyphe, et il y sombre à tout moment. L’issue, Elias l’entrevoit dans l’impérative nécessité de retrouver le Masque, devenu la raison d’être de son errance marine, le but à atteindre.

15Et le voyage de se poursuivre sur l’esquif en mer... Traversée « de tous les délires »... il accoste sur un rivage, se voit « dans un jardin merveilleux » parmi des nymphes enchanteresses, aussi belles que sensuelles et dont la description ne manque pas d’évoquer ces vierges du paradis promises aux plus vertueux des hommes, offrande symbolique de récompense aux plus honnêtes, aux plus intègres des hommes sur terre, exempts de tous péchés, tel que dit dans le Coran évoquant les « Hourris ». Parmi ces femmes, source d’extase et d’enivrement, Gada la gardienne de l’île, portant le nom du Dieu-massue Vishnou, est « la douce geôlière » qu’Elias admire :

« Gada qui pouvait être toutes les femmes et tous les désirs, peut-être, le point d’orgue d’une féminité libérée des contraintes psychiques, sociales, relationnelles et affectives, elle s’inscrivait au-delà des normes et des pesanteurs, dans l’originelle nature d’une innocence encore indéfinie qui permettait à Gada d’être “un peu magicienne”, non sans quelque malice, quelque calcul, y préside finalement, relativisant sa spontanéité » (38).

16Sorti de son état second d’enchantement édénique, Elias est bien perdu au milieu des eaux, sur son canoë de fortune. La providence heureuse fait qu’il est secouru une fois de plus par un chalutier monté par un marin-pêcheur, Théodoros, soit « don de dieu ». Ils accostent et le réchappé des mers reçoit le concours de tous les iliens, dont le maire qui offre une réception en son honneur dans les locaux de la municipalité, une copie des « plus prestigieuses réalisations de la Cité des Doges ». « La mairie était toute illuminée et se détachait telle la silhouette orgueilleuse du Lion de Saint-Marc » (41).

17La magnificence appuyée des lieux contraste assurément avec le maître de céans qui, sous l’apparence de l’honnête homme, n’est qu’un flatteur, un menteur, un usurpateur, un criminel de « la guerre de Yougoslavie ». Cette vérité est susurrée à l’oreille d’Elias lequel, bien qu’invité d’honneur, n’hésite pas à rendre justice aux opprimés-sujets de l’édile qu’il confond, en présence de tous les convives, en dénonçant ses actes de malfrat et ses assassinats.

18Cet intermède passé, « Elias, une nouvelle fois, senti ce besoin de comprendre ce dont le masque de Dieu était le symbole ». Il n’était pas seul à vouloir percer cette énigme. Mark IV, expert en espionnage informatique, fouille dans la vie privée d’Elias et découvre l’objet de ses préoccupations. Avec la complicité rémunérée de Mihal, il traque Elias et le devance dans la course à l’objet magique.

19Elias, du Pirée où il se trouvait, voulait se rendre sur « une des îles de la mer Égée » du nom de Spélaion, dont le radical grec renvoie à « caverne, cavité, grotte ». Cette première mention « convoque une légende, selon laquelle l’île était préservée, tel un sanctuaire, de toute velléité d’établissement d’activités pouvant porter atteinte à sa pureté et à sa sacralité. Certains racontaient que, dans un lointain passé, un groupe de trois ou sept jeunes pieux et leur chien serait venu s’établir ici dans la grotte-monastère. D’autres, moins sûrs, disaient que l’île avait été créée par Apollon, pour que les Argonautes puissent s’y reposer sur le chemin de la Toison d’Or » (p. 51).

20Ostensiblement le narrateur-auteur met ici en évidence le brassage des mythologies, celle d’Homère recoupant les récits bibliques qui racontent l’épisode des « Sept dormants » et les récits coraniques évoquant « Ahl El Kef ». Ce jeu de recoupement des diverses références mythologiques permet de lire une velléité de gommage des différences pour qu’apparaisse – comme évidente – leur origine unique. Quelle est-elle ?

21Débarquant sur l’île de Spélaion, « un endroit d’expiation » pour quelque « rédemption », Elias s’apprête à rechercher l’épave du navire qui renfermerait le Masque de Dieu. Il rencontre « le vieil ermite Iôannès », dont le nom grec renvoie à Jean le baptiste ou Jean l’évangéliste et dont le portrait est celui d’un religieux solitaire vivant dans une excavation gardée par un grand chien. Serait-il un figurant des Sept Dormants ?

« Il portait une sorte de longue robe avec une capuche qui dissimulait les traits de son visage. Il était grand mais très maigre, sa main droite aux doigts longs et osseux égrenait imperceptiblement un long chapelet [...] Il s’adressa à son visiteur : “Au commencement fut la parole, alors parle, que la lumière soit sur toi” » (55).

22Usant du prologue de l’évangile selon Jean – formule initialement écrite en grec et qui anime la mystique chrétienne –, l’ermite-religieux se manifeste comme détenteur de la parole de Vérité et Voyant. Informé de l’objet de la quête d’Elias, manifestant une sagesse faite de conviction qui impose le ton de la religiosité, il lui rétorque :

« Vous venez d’horizons divers poursuivre cet objet. Vos cœurs sont différents, toi et celui qui est venu hier, vos quêtes sont différentes et vos œuvres seront jugées par Dieu selon vos objectifs. Sache que l’objet que tu cherches et qui peut être ici ou ailleurs, a été déjà emporté vers l’Est par un sage guerrier. De la mer d’eau il a été sorti et dans la mer d’acier il a été remis.

Va poursuivre ta cause, tu clameras dans le désert, mais l’eau de ton voyage te purifiera et de ta soif d’absolu te désaltérera. En vérité, ce n’est qu’un bref passage sur terre, que nous vivions vingt, cent ou même trois cent neuf ans, nous reviendrons à notre source alors pour la vraie éternité. Sois sage et écoute mes paroles en les comprenant comme venant de Dieu. Si tu veux Le rencontrer, fais bonne œuvre et n’associe nulle adoration à Lui » (56).

23Propos d’un homme de foi, d’un ecclésiastique, qui s’achèvent sur une recommandation coranique mainte fois réitérée dans Le Livre saint de l’Islam. Symbiose des Écritures !

24Elias, « dubitatif et profondément déçu », sac au dos, quitte les lieux pour réembarquer sur Le Moïse lorsque « des sirènes stridentes et assourdissantes [...] à en donner des nausées » se font entendre. C’était la cruauté cynique de Mark IV qui était à la manœuvre pour faire barrage à l’avancée du Moïse alors que « Bramble, avec son imagination de poète, se targuait dans quelques vers improvisés d’avoir rencontré les fameuses sirènes d’Ulysse et surtout de leur avoir résisté ! « Ô mer d’Homère, de tes flots nous parvinrent les chants fatals... » (59).

25Un incident technique survient et impose l’accostage du Moïse sur une île mystérieuse. L’officier de port, le capitaine Hadar, est à l’accueil. Comme son nom l’indique en arabe dialectal, volubile, il « égrène ses diatribes et affabulations ». Sa présence sur l’île des autochtones, son rapport à eux, laissent entendre qu’il figure le prototype des coloniaux. Elias s’en désintéresse. Il attend que soit réparé le bateau.

26Cette pause permet au narrateur d’embrayer sur un autre personnage, Elliot Morfal, et sa relation à Mark IV. Morfal, celui qui dévore, qui a un appétit insatiable, a soif de connaissances et de savoirs :

« Il était docteur en histoire, en religion comparée et en langues et civilisations orientales, diplômé de l’Institut militaire de Prague et membre de plusieurs think tanks, il parlait cinq langues, enseignait dans plusieurs universités [...] et était à l’origine de la théorie des civilisations exponentielles » (64).

27Féru d’informatique, il est en affaire avec Mark IV l’athée alors que lui était des plus croyants. Particulièrement instruit « des textes anciens, en particulier religieux, et de clés sémantiques liées à ses recherches scientifiques » (64).

28Le portrait de Morfal, à cette étape du récit, permet d’introduire l’idée de la compatibilité et de la complémentarité du spirituel et du scientifique, qui donne la possibilité « d’expliquer le monde » et de lever l’énigme du Masque de Dieu ou Masque de la connaissance comme l’appelait Morfal, lui aussi parti à la recherche de sa véritable signification, celle de la Vérité dont il est convaincu. Son point de référence est René Guénon, cet immense penseur né catholique qui embrassa l’hindouisme au contact de Adi Shankara puis le mysticisme insufflé par Ibn Arabi, ce qui le conduira à se convertir à l’islam. Habité par la spiritualité d’Orient, il a œuvré par ses écrits au « redressement spirituel en Occident » où le développement matériel a supplanté toute spiritualité fondatrice d’humanisme universel. Les événements narratifs suivront une trajectoire similaire au cheminement de René Guénon.

29Morfal, victime d’un accident, quitte la scène du récit. Son apparition ne servait, sans doute, qu’à annoncer la réorientation de l’odyssée d’Elias ; Morfal et la référence à René Guénon rempliraient la fonction d’annonce et d’embrayeur du sens qui s’installe dans ce que sera la suite narrative.

30Mais d’abord, comme en une pause après tant d’événements, Elias s’évade dans un rêve où il goûte à la sérénité, à la plénitude de l’âme, à la « félicité en Méditerranée » :

31« Elias... Il ne se lassait pas de la beauté de la mer, à chaque fois changeante. Elle apaisait sa tristesse et lui démontrait qu’au-delà de ce que nous sommes et de ce que nous faisons, la beauté du monde s’offre à chaque instant à nous, sans condition ni réserve. La mer, comme toute la nature, est le lieu et pour certains le lien, d’intelligence, de partage, avec la création. La mer se pose comme un questionnement esthétique de soi et du monde et, pour les plus sensibles, comme Elias, de plénitude existentielle.

32Pour Elias, la Méditerranée était l’accomplissement d’une intimité singulière entre l’homme et la mer, les cultures et les civilisations, les représentations et la manière d’être, l’histoire et le devenir. Elle était un chant, un hymne, un grand poème dont les vers étaient ses vagues et le souffle de Dieu, ou des dieux d’antan, l’écume » (72).

33Elias, ne figurerait-il pas une image des stoïciens à la suite de Zénon, dont la philosophie repose sur l’harmonie de l’être avec la nature ?

34À l’inverse d’Elias, pour Mark IV, étranger à toute vertu, à toute sensibilité, l’heure du châtiment a sonné. Piégé par les services d’espionnage chinois, alors qu’il prospectait dans les contrées asiatiques, toujours à la recherche obstinée du Masque, il trouve la mort dans « Le Nanga Parbat » qui « paraît aux yeux qui le découvrent comme un immense temple à la gloire du Créateur [...]. C’est en cela [...] que le parallèle avec le Mont Sinaï [...] s’imposait » (80).

35Toujours sur le Moïse et dans le rêve, Elias échange avec le cuisinier originaire du Cachemire pakistanais (sic) qui, en évoquant les Ismaélites, descendants d’Ismaël, lui fait part à son tour de l’existence d’« un masque sacré qui permettrait, à celui qui le portait, la connaissance totale ! ». Pour l’en convaincre, il cite « Les Épîtres des Frères de la pureté Ikhwän al-Safâ », considérées comme les fondements philosophiques du Livre saint par lesquels s’énonce l’harmonie du monde par l’interdépendance de la rationalité pure, incarnée par l’arithmétique et la géométrie, et les principes métaphysiques.

36De la Méditerranée à l’Océan Indien, en Occident comme en Orient, le même Masque est présent en tous lieux et temps. Sa présence universelle incite Elias à conclure : « Le Masque de Dieu n’existait pas matériellement et n’était qu’une allégorie de la connaissance, de l’universalité et de l’ouverture » nécessaires à l’homme « afin qu’il retrouve Dieu ».

37Les séquences oniriques d’Elias seraient autant de voyages dans la « Connaissance », effectués sur « le Bouraq du cœur » (p. 85). La mention du Bouraq, la monture des prophètes (tête d’homme, corps de cheval, ailes et queue de paon) montée tour à tour par Abraham, l’archange Gabriel et, en tout dernier lieu, Mohammed, renvoie à El Miraj, l’élévation de l’élu vers le paradis, comme évoqué dans le Coran. Ainsi la référence au Bouraq devient métaphore/allégorie de l’absolue plénitude d’Elias semblable aux Élus regagnant le paradis.

38Et le rêve se fait anticipation sur le « réel ». Sorti de ses visions, le croirait-on, Elias sur le pont du Moïse, encore sous l’effet de l’extase, ouvre son sac à dos et, miracle, y découvre le « Masque de Dieu ». Spontanément il le porte sur son visage...

« L’âme était à son comble et ce qui devait arriver arriva. Qui reviendrait d’un tel Voyage vers l’Ultime ? Qui laisserait la Vérité pour la vanité ? Et dans un bonheur sans nom, celui qui fut Elias n’exista plus » (86).

39Dans « la sagesse de la mort », il « avait rejoint l’Olympe des héros », le séjour des Dieux de l’Antiquité grecque.

40Au terme du récit qui impose le suivi étape par étape de l’odyssée du héros, le lecteur en vient à conclure que la fiction, dans sa progression, se voudrait démonstration et justification d’une mystique fondée sur la Connaissance/Science à même de révéler le caché, l’invisible. Une mystique qui exprimerait l’Unité du monde dans sa double composante du visible et de l’invisible, Unité atemporelle embrassant l’Universel.

41Elias est alors une fiction philosophique, une fiction métaphysique, une fiction-réponse aux esprits ténébreux. Cette fiction passe par une ode à la Méditerranée :

« La Méditerranée, elle, savait bien qu’Elias, comme tant d’autres intrépides navigateurs, avait rejoint, sans force ni ruse, l’Olympe des héros et que l’écume des vagues, n’était que l’encre à laquelle les poètes trempaient leur plume pour écrire ses aventures, pérenniser son souvenir et bâtir les arches de l’avenir, celles des hommes de bonne foi dont l’odyssée, à chaque fois recommencée, est celle de chacun de nous » (87).

42Ainsi la Méditerranée, « mer au milieu des terres », mémoire millénaire de l’Histoire tour à tour calme et houleuse comme les vagues qui la portent, creuset des cultures et civilisations en navigation, vivier des langues en mutation, gagne la stature du Mythe pour se faire la muse pérenne des imaginaires qui animent littérateurs et esthètes, ces Sindbad en renouvellement permanent ; ceux-là qui la désenclavent pour l’inscrire au fronton de l’humain universel. A travers les âges comme dans le présent, les hommages à la Mer(e) Méditerranée participeraient d’un Rite protéiforme inavoué.

Haut de page

Bibliographie

Ahmed Benzelikha, Elias, Alger, Casbah Editions, 2019.

Cheikh Hamza Boubakeur, Le Coran, traduction, Tomes 1 et 2, Alger, ENAG Éditions, 1989.

Marie Darrieussecq, La Mer à l’envers, Paris, POL, 2019.

Mythologies grecques et bibliques, Site Wikipédia.

Haut de page

Notes

1 Marie Darieussecq, La Mer à l’envers, Paris, POL, 2019.

2 Présenté avec précision dans Wikipédia : « Né en 1967, il a occupé plusieurs fonctions dans les secteurs des finances, de l’agriculture, de l’énergie et de la communication, comme directeur d’établissement financier, chef de cabinet et inspecteur général. Élu Vice-Président du Programme international du développement de la communication PIDC-IPDC de l’ONU pour l’éducation, la science et la culture, Ahmed Benzelikha est Président du Comité algérien Mémoire du monde et du Comité Communication et Information de la Commission Nationale algérienne pour l’UNESCO. Il est l’auteur, entre autres, d’un essai, Presse algérienne : éditoriaux et démocratie en 2005, d’une étude sur le colonialisme, Le travail de dignité (en réponse à la formule « Travail de mémoire », lancée par Nicolas Sarkozy). En 2014, il a publié son premier roman, La Fontaine de Sidi-Hassan (Casbah éditions). En 2017, il publie un second roman La Roqya de Cervantès. En 2019, il édite son troisième roman, objet de notre étude, Elias ».

3 Les références des pages sont données à la suite de la citation prise dans le roman.

4 C’est nous qui soulignons.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Afifa Bererhi, « Elias (2019) d’Ahmed Benzelikha.
La Méditerranée pour une odyssée spirituelle »
Babel, 43 | -1, 117-127.

Référence électronique

Afifa Bererhi, « Elias (2019) d’Ahmed Benzelikha.
La Méditerranée pour une odyssée spirituelle »
Babel [En ligne], 43 | 2021, mis en ligne le 01 décembre 2021, consulté le 19 mai 2022. URL : http://journals.openedition.org/babel/12030 ; DOI : https://doi.org/10.4000/babel.12030

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Babel. Littératures plurielles est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Laboratoire Babel
  • Logo Université de Toulon
  • DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • OpenEdition Journals
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search