Navigation – Plan du site

AccueilNuméros43Face au nouveau Cimetière marin, ...Le Désert ou la mer (2016) d’Ahme...

Face au nouveau Cimetière marin, SOS Méditerranée

Le Désert ou la mer (2016) d’Ahmed Tiab : enquête phénoménologique sur un charnier

Afaf Zaid
p. 199-210

Résumés

Le Désert ou la mer d’Ahmed Tiab est un polar noir, une fiction heuristique à vertu cognitive qui se développe sous le signe de l’enquête. Le roman se veut une investigation littéraire contemporaine sur le phénomène migratoire qui fait appel à l’actualité et à la factualité et valorise les signes tangibles de la nature humaine. Son écriture de l’enquête a donné naissance à une enquête dans son écriture, de l’ordre du phénoménologique, permettant ainsi de saisir le sujet en acte, dans la réalité et la concrétude de son expérience, de comprendre la migration clandestine par voie du désert ou de la mer comme phénomène qui se dévoile par lui-même, non à partir de représentations abstraites, mais à partir d’expériences de vie. L’objectif est de réfléchir sur la mort et sur ses causes pour en percer l’essence.

Haut de page

Texte intégral

1Parler de migration africaine n’est pas un phénomène nouveau. Les médias et la littérature ont été des champs propices à la réflexion sur la traversée vers le Nord, notamment dans sa dimension clandestine, par voie du désert ou de la Méditerranée. Cette dernière est devenue un espace convoité de mobilité migratoire pour rejoindre l’Europe, une odyssée à l’envers, aux chants macabres, d’exilés quittant leurs terres natales, confrontés à la désillusion et à la mort.

  • 1 Ahmed Tiab est un écrivain algérien. Né à Oran, il vit et enseigne à Nyons, en France. Il a publié, (...)

2Mais le roman d’Ahmed Tiab1, publié en 2016, est d’une autre ampleur, il nous propose un regard vif sur l’actualité de cette traversée. L’écrivain algérien dresse d’une part une cartographie différente des frontières et une topographie particulière des itinéraires clandestins des migrants subsahariens, consécutives aux Printemps arabes, ouvrant ainsi d’autres voies de navigation vers l’Europe. Il nous présente, d’autre part, une fiction heuristique à vertu cognitive qui se développe sous le signe de l’enquête dont l’objectif est, sans doute, de faire preuve d’expérience valorisée et d’éveiller le lecteur au savoir transmis. Il s’agit d’un polar noir qui participe d’un raisonnement capable de repenser le fait, voire le phénomène migratoire, et que l’on pourrait traiter d’un point de vue phénoménologique. Cette approche philosophique offre tout un horizon de connaissance en mesure de saisir l’expérience humaine dans son stade empirique certes, mais aussi et surtout à travers un retournement intentionnel, voire une réduction subjective, faisant d’elle une expérience qui se vit par le lecteur tout en l’éprouvant.

  • 2 Ahmed Tiab, Le Désert ou la mer, Avignon, Éditions de l’Aube, « L’Aube noire » 2016.

3En effet, Le Désert ou la mer2 est une fiction d’enquête contemporaine qui tend à poser des interrogations sur le réel ambiant et sur la condition humaine. Il s’agit d’une investigation policière menée par Kémal Fadil sur une affaire de morts retrouvés dans un garage près de la corniche oranaise, entre Bouisseville et Trouville. Le texte est composé de deux récits qui progressent séparément en alternance, mais qui se rejoignent vers la fin pour n’en constituer qu’un seul. Le premier est un récit d’enquête qui nous invite à suivre les modalités d’élucidation du crime à Oran, au mois de novembre. Le second est un récit de quête qui nous amène à suivre la trajectoire spatiale et sociale d’un groupe de migrants subsahariens, se déplaçant du Niger jusqu’à Oran, en passant par plusieurs zones de transit, un mois avant, en octobre notamment, afin de rejoindre les réseaux de passage vers l’Europe.

4C’est à Oran, dans la villa de Bouisseville, que la quête des émigrés a ainsi pris fin puisque Kémal a fini, lui aussi, par résoudre l’affaire, arrêtant passeurs et candidats à la fois. Le trafic clandestin, lien transversal entre les deux récits, présente dans une sorte de spirale la fatalité du sort de ces migrants qui font toute une traversée, affrontant le vent du Sahara et le feu du désert au péril de leur vie pour arriver à une mer aux marées naufrageuses et échouer sur ses rivages comme cadavres retournant au même lieu de transit, celui de la mort. « Comment les premiers deviennent-ils les seconds ? », s’interroge ainsi l’auteur sur sa quatrième de couverture. Il présente pourtant ces derniers dès l’incipit, inaugurant une fin infinie qui trace d’emblée leur destinée de damnés, à la fois de la terre et de la mer. La scène qui inaugure le roman est, en effet, celle d’un émigré noyé que Bakhti retrouve sur les rivages oranais et qui va déclencher, avec d’autres corps, l’enquête de la police :

« Le visage de l’homme avait été partiellement dévoré par les crabes et autres bestioles qui élisent habituellement domicile dans les petites mares d’eau salée creusées dans la roche et remplies par les vagues, les plus grosses, celles qui vont toujours plus loin que les autres [...]. Le corps appartenait à un jeune homme d’environ vingt-cinq ans, de peau noire. Ses vêtements étaient aussi déchirés que son visage » (Le Désert ou la mer, 8).

5Le premier chapitre du roman sert ainsi, à notre sens, de clé de voûte de toute l’histoire. Il campe une scène allégorique macabre de morts-vivants, de cadavres noyés ramassés par Bakhti, qui les rassemble dans son garage comme ses convives, leur redonnant vie à travers des postures corporelles en position assise contemplant le personnage et qui se donnent eux-mêmes à la contemplation, voire à la méditation phénoménologique.

  • 3 Edmund Husserl, Méditations Cartésiennes, Introduction à la phénoménologie, Paris, Librairie Armand (...)
  • 4 Mathieu Boisvert, « Bouddhisme, contemplation et mort », Frontières, vol. 7, n° 3, 1995, p. 33.
  • 5 Natalie Depraz, « Une pratique concrète », Magazine littéraire : La phénoménologie, n° 403, novembr (...)

6Ce spectacle du charnier à proximité de la mer laisse à réfléchir sur la mort pour en percer l’essence. À travers son personnage, l’auteur invite le lecteur à une méditation sur les cadavres, agissant de la sorte sur sa conscience, Husserl ne disait-il pas que « toute conscience est conscience de quelque chose » ?3. En s’inspirant de la méthode husserlienne en ce qui concerne la réduction phénoménologique, nous constatons que ce type de contemplation sert à se représenter la mort en soi, dans une sorte de spécularité, voire d’iconicité, explorant ce passage de l’état vivant à l’état mort. Comme l’explique Boisvert dans son travail sur les enjeux de l’observation du cadavre, le but, notamment, est de « développer le dégoût envers notre propre corps et celui des autres afin d’éteindre tout désir ou passion »4. C’est la réflexion sur notre vie, le retournement sur soi que permet notamment la réduction phénoménologique par le biais de références extérieures, permettant cette conversion du regard en passant du phénomène au sujet. Ce dégoût envers les « déjections humaines » (10) « qu’amenait le vent du Nord » (10) rejetant les clandestins échoués est un apprivoisement de la mort et de ses causes comme un phénomène douloureux et tragique à conjurer, aspirant à démontrer, voire à célébrer la valeur de l’être humain. Pour accéder à ce sens implicite, il faut accepter de s’immerger dans l’expérience vécue et l’incarner, d’où le pragmatisme5 de la réduction phénoménologique husserlienne qui se compose de trois pratiques concrètes : la conversion réflexive, la variation imaginaire et l’épochè transcendantale.

7La conversion réflexive est, en effet, le premier moment du détournement perceptif du monde, permettant à la pensée de passer de ce qui est perçu à l’expérience subjective propre à celui qui perçoit. L’objet funèbre tel qu’il nous est représenté dans l’incipit permet au lecteur de se confronter à l’horreur suscitée dans ce lieu mortuaire. En parlant de Bakhti et du cadavre retrouvé, l’auteur nous invite à réfléchir certes sur la mort, mais à proximité surtout du cadavre pour mieux assurer ce mouvement de « conversion » comme retour vers soi, à l’acte intérieur :

« Il le déposa avec précaution, en rond, à côté des autres, et alluma les brindilles de bois sec disposées à l’intérieur d’un petit cirque de pierre qui faisait office de brasero. Une fois les brindilles rougies, il ajouta deux branches bien sèches. La flamme s’éleva et éclaira le visage sans yeux des malheureux convives » (12).

8Par contre, si Bakhti ne ressent aucune angoisse face au phénomène macabre qui l’entoure – il en est d’ailleurs l’un des acteurs – c’est parce qu’il est décrit dans le texte comme « un ancien pensionnaire certifié chez les dingues » (18), un fol alcoolique dépossédé de conscience. Or le principe de la méthode phénoménologique est notamment cette activité de la conscience qui doit forger le sens et donner réalité au monde. Le personnage se réjouit même d’une mer mortifère grâce à laquelle il peut mettre le macabre en spectacle :

« Bakhti était joyeux ; il chantait un vieil air de Tino Rossi [...] Aux îles d’or ensoleillées / Aux rivages sans nuages / Au ciel enchanté / C’est une fée qui t’a donné / Ton décor et ta beauté/ Méditerranée [...]. Il choisit un mégot de marque américaine, de ceux avec un long filtre et une bague dorée. Ce soir, c’était la fête : il l’alluma en souriant à ses invités » (12).

  • 6 Natalie Depraz, Husserl, Paris, Armand Colin, « Synthèse, série philosophie », 1999, p. 58.

9Cependant, ce que l’on doit comprendre de toute cette mise en scène, c’est que Bakhti fait figure de variation imaginaire sur la mort puisque lui aussi va devenir l’une des vedettes du spectacle. Mordu férocement par des chiens errants qui rôdaient près du lieu funéraire, car attirés par l’odeur de la mort, il succombe, à son tour, à ses blessures : « L’homme gris... enfin un peu vert [...] est mort d’infection généralisée due [...] à une morsure de chien [...] montrant une rangée de crocs nettement imprimée dans la chair blanchâtre de macchabée » (16). L’auteur a voulu sans doute nous montrer que si la scène des cadavres clandestins n’a réussi ni à dégager les sentiments de répugnance ni à identifier les émotions dans ce sens – le but est, rappelons-le, d’en saisir la source et en tirer la leçon –, c’est que la réalité n’a pas été bien appréhendée. La vie est, dans ce cas, une mort certaine et pourrait s’ouvrir ainsi, comme dans un processus, sur une réitération de mort à l’infini. N’est-ce pas là une provocation que cherche délibérément Ahmed Tiab par le biais de cette variation, comme second aspect de la réduction phénoménologique, qui « révèle que les possibilités libérées par l’imagination dépassent de beaucoup ce que l’empirie permet »6. Cette cartographie des différentes représentations cadavériques aménage de plus en plus l’espace de méditation, elle permet d’imaginer une série de phénomènes semblables pour bien en saisir l’essence, voire le noyau invariable du phénomène qui est le destin tragique des clandestins, comme une forme universelle de l’expérience.

  • 7 Ibid., p. 29.

10Le dernier moment de la réduction, mais qui est de base, est l’épochè dans sa forme transcendantale. Elle se valide quand on arrive à neutraliser l’ego, à le suspendre au profit d’une ouverture expérientielle empathique, superposant l’ego et les alter ego dans une sorte d’intersubjectivité médiatisée par le corps comme c’est le cas dans le roman de Tiab : « Je me mets moi-même en suspens en tant qu’ego naturel absorbé dans le monde, je crée la fiction de mon propre anéantissement, pour renaître indemne, en tant qu’ego transcendantal »7. En effet, l’auteur invite son lecteur, en tant que méditant, à une projection de soi dans ce spectacle de la mort, éprouvant l’expérience semblable, celle d’être un cadavre ou susceptible de le devenir afin de saisir l’humain non dans ce qu’il a de subjectif, mais dans ce qu’il manifeste d’objectif. C’est une pratique qui permet notamment à la conscience de s’ouvrir à l’infini, l’on aura alors affaire à une prise de conscience qui s’étend sur une autre prise de conscience à s’anéantir et se dépasser pour se transcender et reconstruire le monde. 

11Pour cela, nous assistons cette fois non à une scène de clandestins morts, mais à des scènes de clandestins dans leur chemin vers la mort. C’est le début de la fin qui est décrit tout au long du deuxième récit relatant la surmobilité de ces candidats à l’émigration, sur le plan géographique, mais aussi social. L’objectif est l’observation empirique de leur situation afin d’élucider le mode originaire du phénomène migratoire et d’en saisir l’essence. D’ailleurs, Alex Mucchielli a bien montré que :

  • 8 Alex Mucchielli, « Paradigme compréhensif et méthode phénoménologiques pour l’analyse des usages de (...)

« Pour la phénoménologie, nous ne pouvons observer que des humains-en-situation, c’est-à-dire dans un contexte vécu fort complexe, inséparable d'une part du cadre naturel de leur existence, d’autre part de leur milieu social et historique, et enfin du monde de valeurs culturelles et privées dans lequel ils sont obligatoirement »8.

12Il s’agit du périple de plusieurs migrants subsahariens qui quittent leur vie misérable et remontent vers le Nord pour gagner l’Europe en traversant d’abord la frontière algérienne. Ce choix géographique faisant d’Oran un nouveau lieu de passage est justifié comme étant une conséquence directe du Printemps arabe qui a touché à la fois la Lybie et la Tunisie, lieu de transit ordinairement connu. Il a affecté ainsi ces organisations de trafic clandestin qui se trouvent dans l’obligation de rechercher de nouvelles complicités pour une nouvelle topographie migratoire :

« Depuis le début de ce qu’on appelle désormais les Printemps arabes, le business des passeurs de clandestins vers l’Europe va mal. Particulièrement à destination de l’île italienne de Lampedusa, qui voyait chaque semaine arriver des barques chargées de migrants africains en direction de l’Europe du Nord. Les troubles qui ont d’abord commencé en Tunisie, se sont propagés vers la Lybie voisine » (17).

13D’autres chemins de traverse sont, par conséquent, choisis, que l’enquête policière va identifier pour résoudre l’affaire des cadavres noirs retrouvés. En partant d’hypothèses, le raisonnement des enquêteurs a abouti ainsi aux conclusions suivantes :

« La distance entre les côtes oranaise et espagnole n’étant que de cent cinquante kilomètres au plus court, il est donc tout à fait possible de les franchir avec une embarcation dotée d’un bon moteur. L’enclave espagnole de Melilla n’est qu’à quatre-vingts kilomètres à vol d’oiseau de la frontière algéro-marocaine, et elle peut constituer un point de chute. Il reste une autre destination, plus lointaine et donc peu probable, celle-ci, car elle nécessiterait une grosse prise de risques et une logistique importante : l’enclave de Ceuta, atteignable seulement en effectuant des sauts de puce sur le rivage rocheux » (23).

14Le périple migratoire commence ainsi depuis le Niger, particulièrement Niamey, pour se rendre à Agadez, Tahoua, puis traverser le désert pour atteindre le Nord algérien en passant par Tazrouk, Adrar, Béni Abbès et par plusieurs routes, jusqu’à la mer vers l’Europe. Tout en décrivant leur parcours géographique semé d’embûches et de mort, l’auteur révèle aussi leur vécu social, expliquant les raisons qui ont jeté ces migrants sur les routes et les passages illégaux. Il s’agit particulièrement d’Ali, Fatou et Johnny, entre autres, qui ont chacun une histoire, mais qui se rattachent comme des maillons à la même chaîne pour ne former qu’un seul décor : la mort-destin sauf pour Fatou, l’échappée belle qui survivra, comme une lueur d’espoir ou, plus exactement, un leurre à redouter.

15Ali est un enfant des rues qui ne cesse d’« écum[er] les impasses borgnes et vid[er] les poubelles » (26). Il n’hésite pas à se rendre justice lui-même et à se venger de ceux qui veulent lui faire mal, à lui ou à ses compagnons. Il devient même un tueur en série au fur et à mesure de son voyage, préférant l’exil à la misère et à l’injustice. À travers lui, le lecteur continue à méditer sur la mort examinant « la macabre collection » (139) des restes humains que le personnage a préféré garder dans son sac, comme pour lui rappeler les différentes horreurs affrontées le poussant, devant chaque nouvelle station dans sa vie d’émigré, à quitter le sol natal et chercher un ailleurs plus sécurisant :

« C’étaient des lobes d’oreilles humaines [...]. De couleurs et de tailles différentes. Il y en avait sept en tout : sept petits ronds de cuir plats et secs [...]. N’djola le Maquereau, son second tonton Ba, ainsi que le chauffeur. Cela faisait trois [...]. Puis [...] le gros officier de Tahoua qui s’était lancé à leurs trousses pendant l’escale à Agadez [...]. Cela faisait quatre. Les deux gendarmes de l’attaque avec les touristes suisses. Six. [...] le septième lobe [...] c’était celui de son [Fatou] oncle » (139-140).

16Pour un lecteur méditant, cette scène devrait freiner efficacement les élans de tout désir de migration par voie clandestine, le désir devenant indésirable puisqu’il s’avère une source continuelle de mutilations diverses. La procession mortuaire est complétée par des scènes répétitives de mouches qui rappellent la présence des cadavres et mettent en jeu le spectacle de la mort. Elles sont décrites comme des insectes nécrophages informant sur une atmosphère de perversité et de dégoût extrêmes. C’est en fait une dance macabre qu’elles nous invitent à voir à travers « leur chorégraphie improvisée » (40) : « un bourdonnement inhabituel de mouches qui s’affairaient autour des minuscules flaques de liquide sombre, que le sol n’avait pas pu encore absorber [...] c’était du sang » (46) et plus loin, nous lisons : « Des sales types faisaient des propositions alléchantes aux jeunes gens puis les perdaient dans le désert où on ne retrouvait que leurs os, vite nettoyés par les bestioles avant d’être blanchis par le soleil » (49).

17La mort d’Ali, au cours du trafic illicite, avant même d’arriver à Oran, est révélatrice de la destinée certaine qu’il portait en lui. De sujet, il devient, à son tour, objet-cadavre, servant à la méditation comme aussi Johnny, qui arrive à destination, certes, mais qui se retrouve noyé après une première tentative d’embarquement depuis le rivage oranais. Un Nigérian qui voulait aussi rejoindre la France puis l’Angleterre pour sauver sa famille retrouvée sans abri après le conflit religieux déclenché à Abuja entre les deux communautés musulmane et chrétienne. C’est un autre cadavre qui s’ajoute à beaucoup d’autres échoués sur le désert ou sur la mer, qu’importe puisque les deux espaces mènent vers la mort ! d’ailleurs, le titre du roman Le Désert ou la mer est fortement symbolique. La conjonction de l’alternative n’invite pourtant pas au choix ni à la discussion, le chemin est pareil et déjà tracé, à suivre ou à laisser. Le paysage du désert marin tel qu’il est conçu dans ce passage est allégorique et donne à voir et à lire une image analogique d’une même réalité :

« Le paysage de roche submergée par le sable évoquait un univers aquatique. Une masse liquide, composée de milliards de particules jaunes et rouges, une vague de sable arrivée telle un raz-de-marée au ralenti. Une submersion qui avait mis plusieurs siècles à composer ce magistral paysage, fait de silhouettes de monstres immobilisés par les flots granuleux. Fatou, dans son imaginaire, colorisait la masse de sable en bleu marine et dessinait un ensemble d’îles de pierre rouge émergées, qu’on pouvait rejoindre à pied sec » (76-77).

18Cet imaginaire fantasmé de Fatou reflète son désir d’arriver au bout de son voyage, de traverser la Méditerranée pour atteindre l’Europe, fuyant le viol de la part de son oncle qui a déjà violé sa propre fille, la réduisant à la prostitution. Mais son rêve est suspendu à Bouisseville après l’arrestation par la police de tous les réseaux suspects qui assuraient le trafic des ressortissants africains. Le but de ce roman noir à base d’enquête est de témoigner ainsi sur les sociétés africaines et sur ce qui les ronge de l’intérieur : injustice, intégrisme, pauvreté, viol, prostitution, archaïsme... et sur la société algérienne actuelle qui se perd dans une guerre civile contre les islamistes, hésitant encore devant la démocratie face à la puissance militaire et à la corruption. Les pistes de l'enquête mèneront le commissaire Kémal Fadil jusqu’à Marseille. L’affaire implique un religieux musulman fondamentaliste qui finance le voyage de jeunes combattants vers la Syrie pour s’engager dans le djihad, et ce grâce à l’argent remis par les clandestins aux passeurs, assurant ainsi tout un réseau de trafic humain entre l’Algérie et la France. L’enquête policière se mue ainsi en une enquête sociale et le détective sert par conséquent l’écrivain afin de révéler des vérités incommodes.

19Cependant, si l’enquêteur a résolu l’énigme des cadavres échoués sur la plage oranaise, il s’est montré incapable de prendre en charge son hystérie face à une mer qui est devenue un charnier humain. La proximité de Fatou, qu’il garde dans sa maison pour s’occuper de sa mère Léla, lui rappelle sans doute cette affaire de morts qu’il semble avoir vécue comme une expérience à risque, compromettant son intégrité physique, voire mentale. Dans une scène de clôture par laquelle se termine le roman et qui semble répondre pourtant aux critères de l’œuvre ouverte d’Umberto Eco, l’auteur nous renvoie à la scène du départ où le personnage fou se régalait avec ses convives de cadavres, grâce au rythme de la chanson sur la Méditerranée. Or c’est cette même chanson qui est réitérée à la fin, déclenchant, au contraire, la rage du commissaire jusqu’à en perdre la raison :

« J’arpente la passerelle qui me mène jusqu’à l’avion et j’espère que le bourdonnement des réacteurs me débarrassera de cette chanson qui tourne en boucle dans ma tête. Un air qui me scie le cerveau et les oreilles depuis ce matin où, sur l’Hellébore, je préparais mon sac en écoutant la radio... Méditerranée.../ Aux îles d’or ensoleillées/ Aux rivages sans nuages...” » (182).

  • 9 Richard Saint-Gelais, « Rudiments de lecture policière », Revue belge de philologie et d’histoire, (...)

20Ce mouvement circulaire et cyclique à la fois n’est pas sans inciter le lecteur à imaginer une autre enquête, voire un nouveau naufrage d’une tout autre nature, celui de Fadil enquêtant sur sa propre vie après avoir découvert que sa mère a tué son père en plein accident de voiture à la suite de son emportement contre elle, l’accusant de lui être infidèle. Le commissaire serait-il, dans ce cas, l’enfant bâtard qu’il n’avait jamais pensé être ? Cette boucle n’entamerait-elle pas un autre parcours du commissaire analogue à celui de Bakhti dans la déraison et le non-sens ? Autant d’interrogations et d’ouvertures pour une œuvre qui permet toutes les interprétations. Une lecture noire, voire policière, selon les termes de Richard Saint-Gelais s’avère nécessaire, elle est la conséquence d’un lien indéfectible qui relie l’identification générique du texte à un polar et les attentes qui s’ensuivent, inhérentes d’ailleurs au genre. Un certain sens est certes donné, mais il est aussi à construire par le lecteur devant l’alternance des récits, de leur temporalité et de leur cadre spatial : « les processus de lecture, loin de présenter un caractère homogène, sont génériquement différenciés, de sorte qu’on puisse parler de [...] lecture policière ». 9Ainsi, la fin de l’histoire n’est sûrement pas celle qui nous est donnée dans la dernière page, celle-ci n’est que l’illusion de la complétude, elle offre néanmoins au lecteur une certaine euphorie herméneutique capable d’apaiser sa tension.

21L’objectif de la méthode phénoménologique est donc de comprendre la migration clandestine comme phénomène qui se dévoile par lui-même, de découvrir comment elle est vécue, non à partir de représentations abstraites, mais à partir d’expériences de vie, celles de personnages comme des êtres dans le monde. Dans ce cas, c’est le vécu qui vient fonder notre idée sur le monde de la vie comme l’atteste Michel Henry :

  • 10 Michel Henry, Philosophie et phénoménologie du corps. Le corps subjectif, Paris, Presses Universita (...)

« L’idée n’est pas le fondement du réel, c’est le contraire qui est vrai et ne pouvait cependant être affirmé que par une philosophie ayant les moyens de nous faire concevoir un réel capable d’être effectivement l’origine de nos idées, parce qu’il est le lieu où se réalise originairement la vérité »10.

  • 11 Fawzi Mellah, Clandestin en Méditerranée, Tunis, Cérès Éditions, 2000, p. 25.

22L’expérience de l’écrivain, juriste et journaliste tunisien Fawzi Mellah va dans ce sens. Pour apporter un témoignage véridique, loin des médias et de la fausseté de leurs préconceptions, sur les flux des candidats à l’immigration illégale, il se fait lui-même clandestin volontaire et rapporte, dans son texte Clandestin en Méditerranée, le périple vécu dans la peur et le désespoir. Déterminé par le bien-fondé de son projet, il déclare : « Impossible d’écrire une seule ligne sur ces hommes si on n’a pas pris avec eux certains risques »11. Ainsi, cet écrit conçu comme un voyage initiatique décrit concrètement le drame de ces damnés de l’Histoire. À valeur documentaire, le roman livre un reportage sur les filières clandestines, dans leur traversée méditerranéenne et leur chute. Une traversée tragique qui compléterait le parcours des personnages d’Ahmed Tiab si ces derniers n’étaient pas condamnés d’emblée et à mi-chemin à la mort. En travaillant sur les Clandestins dans le texte maghrébin de langue française, le critique et essayiste Najib Redouane a fait le point sur ce phénomène de l’immigration clandestine en montrant tout l’intérêt du récit de Fawzi Mellah :

  • 12 Najib Redouane (dir.), Clandestins dans le texte maghrébin de langue française, Paris, L’Harmattan, (...)

« Fawzi Mellah considère [...] que le fossé qui sépare le Nord, détenteur des richesses et du pouvoir et le Sud où prolifèrent la pauvreté et le sous-développement ne cesse de s’agrandir de manière problématique. Il se montre sévère envers les pays maghrébins, pays de toutes les contradictions possibles qui deviennent un lieu d’origine d’émigrés clandestins, mais aussi un passage de transit vers l’Europe pour les candidats subsahariens. De même, il dénonce la phobie délirante des pays occidentaux qui chassent et expulsent les sans-papiers, s’attaquent aux travailleurs clandestins, instaurent des visas, redoublent de surveillance aux postes frontaliers et refoulent des masses humaines vers leurs pays d’origine. Le sens aigu du tragique que cela implique n’est pas étranger à la recrudescence de ce fléau qui constitue une profonde crise des temps modernes »12.

23En somme, sur les deux rives de la Méditerranée, des murs meurtriers se construisent, qui en font un cimetière marin, le théâtre d’une hécatombe redoutée qui s’aggrave, emportant à la fois clandestins et réfugiés. Fatale frontière qui rappelle au monde son plus grand échec. Le roman d’Ahmed Tiab se veut une investigation littéraire contemporaine, partie prenante d’une littérature de terrain qui fait appel à la factualité des textes et valorise les signes tangibles de la nature humaine. Son écriture de l’enquête a donné naissance à une enquête dans son écriture, de l’ordre du phénoménologique, permettant ainsi de saisir le sujet en acte, dans la réalité et la concrétude de son expérience.

Haut de page

Bibliographie

Mathieu Boisvert, « Bouddhisme, contemplation et mort », Frontières, vol. 7, n° 3, 1995, pp. 32-37.

Natalie Depraz, Husserl, Paris, Armand Colin, « Synthèse, série philosophie », 1999.

Natalie Depraz, « Une pratique concrète », Magazine littéraire : La phénoménologie, n° 403, novembre 2001, pp. 25-26.

Michel Henry, Philosophie et phénoménologie du corps. Le corps subjectif, Paris, Presses Universitaires de France, 1965.

Edmund Husserl, Méditations Cartésiennes. Introduction à la phénoménologie, Trad. Gabrielle Pfeiffer et Emmanuel Levinas, Paris, Librairie Armand Colin, 1931 [1929].

Fawzi Mellah, Clandestin en Méditerranée, Tunis, Cérès Éditions, 2000.

Alex Mucchielli, « Paradigme compréhensif et méthode phénoménologiques pour l’analyse des usages des techniques de communication », 17 novembre 2020
http://documents.irevues.inist.fr/bitstream/handle/2042/32722/C%26T_1992_24_194.pdf?seq

Najib Redouane (dir.), Clandestins dans le texte maghrébin de langue française, Paris, L’Harmattan, « Autour du texte maghrébin », 2008.

Richard Saint-Gelais, « Rudiments de lecture policière », Revue belge de philologie et d’histoire, t. 5, n° 3, 1997, pp. 789-804.

Ahmed Tiab, Le Désert ou la mer, Avignon, Éditions de l’Aube, « L’Aube noire » 2016 (version numérique).

Haut de page

Notes

1 Ahmed Tiab est un écrivain algérien. Né à Oran, il vit et enseigne à Nyons, en France. Il a publié, aux mêmes éditions de l’Aube, le premier volume de cette série, Le Français de Roseville, en 2015, puis Gymnopédie pour une disparue en 2017, Pour donner la mort, tapez 1 en 2018 et Adieu Oran en 2019.

2 Ahmed Tiab, Le Désert ou la mer, Avignon, Éditions de l’Aube, « L’Aube noire » 2016.

3 Edmund Husserl, Méditations Cartésiennes, Introduction à la phénoménologie, Paris, Librairie Armand Colin, 1931.

4 Mathieu Boisvert, « Bouddhisme, contemplation et mort », Frontières, vol. 7, n° 3, 1995, p. 33.

5 Natalie Depraz, « Une pratique concrète », Magazine littéraire : La phénoménologie, n° 403, novembre 2001.

6 Natalie Depraz, Husserl, Paris, Armand Colin, « Synthèse, série philosophie », 1999, p. 58.

7 Ibid., p. 29.

8 Alex Mucchielli, « Paradigme compréhensif et méthode phénoménologiques pour l’analyse des usages des techniques de communication », p. 195.

9 Richard Saint-Gelais, « Rudiments de lecture policière », Revue belge de philologie et d’histoire, t. 5, n° 3, 1997, p. 790.

10 Michel Henry, Philosophie et phénoménologie du corps. Le corps subjectif, Paris, Presses Universitaires de France, 1965, p. 102.

11 Fawzi Mellah, Clandestin en Méditerranée, Tunis, Cérès Éditions, 2000, p. 25.

12 Najib Redouane (dir.), Clandestins dans le texte maghrébin de langue française, Paris, L’Harmattan, « Autour du texte maghrébin », 2008, pp. 80-81.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Afaf Zaid, « Le Désert ou la mer (2016) d’Ahmed Tiab : enquête phénoménologique sur un charnier »Babel, 43 | -1, 199-210.

Référence électronique

Afaf Zaid, « Le Désert ou la mer (2016) d’Ahmed Tiab : enquête phénoménologique sur un charnier »Babel [En ligne], 43 | 2021, mis en ligne le 01 décembre 2021, consulté le 19 mai 2022. URL : http://journals.openedition.org/babel/12167 ; DOI : https://doi.org/10.4000/babel.12167

Haut de page

Auteur

Afaf Zaid

Université Mohammed Ier
Faculté des Lettres et Sciences Humaines, Oujda

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Babel. Littératures plurielles est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Laboratoire Babel
  • Logo Université de Toulon
  • DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • OpenEdition Journals
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search