Navigation – Plan du site

AccueilNuméros43Face au nouveau Cimetière marin, ...Mare Nostrum : une frontière anth...

Face au nouveau Cimetière marin, SOS Méditerranée

Mare Nostrum : une frontière anthropophage dans Cannibales (1999) de Mahi Binebine

Bouchra Benbella
p. 211-218

Résumés

Mare nostrum n’est plus un espace de libre circulation, de partage et d’échange de cultures. C’est une muraille infranchissable, un tombeau maritime de despérados, victimes de la misère et de la désinsertion sociale dans leurs propres pays. Ces damnés des temps modernes sont contraints de « brûler » cette frontière aquatique insatiablement anthropophage, après avoir brûlé leur identité, dans l’espoir d’une vie meilleure. Partir se veut donc l’expression d’une difficulté existentielle et d’un profond désespoir qui les poussent à risquer la mort pour, peut-être, renaître dans un ailleurs euphorique. Nous allons essayer de montrer comment Mahi Binebine a, dans Cannibales, abordé cette tragédie humaine en réaction à l’apathie anesthésiante de certains journalistes vis-à-vis de ce sujet brûlant, en l’inscrivant dans une dimension littéraire par le recours à une esthétique de l’horreur comme procédé de conscientisation.

Haut de page

Texte intégral

Introduction

1Dix-sept kilomètres séparent les damnés des temps modernes de l’Eldorado européen. Une distance dérisoire, infime, devenue abyssale à cause des coercitions du voisin ibérique qui vont crescendo chaque année à l’égard non seulement des migrants clandestins, mais aussi légaux.

2N’ayant pu mener une vie décente dans leurs propres pays, ils sont acculés à « brûler » cette frontière aquatique insatiablement anthropophage, après avoir incinéré leur identité, dans l’espoir d’une vie meilleure, juste, humaine. Pour ces desperados, partir est une obsession et risquer la mort vaut mieux que continuer à être un mort-vivant chez soi.

  • 1 Mahi Binebine, Cannibales, Casablanca, Le Fennec, 1999.

3Dans cet article, nous voudrions montrer comment Mahi Binebine a attribué, dans Cannibales1, une dimension littéraire à cette tragédie humaine en réaction à l’indifférence anesthésiante de certains journalistes à l’égard de ce sujet brûlant, en recourant à la métaphore de l’anthropophagie, significative à bien des égards.

1. Mare Nostrum : de la cohésion à l’ostracisme

4Mare nostrum, qui incarnait un espace de libre circulation ayant lié plusieurs rives et créé une réelle unité, symbolise désormais une muraille inexpugnable, voire une crypte maritime d’une jeunesse victime de son rêve létal, celui d’accéder clandestinement à l’Eldorado européen sur des barques de fortune.

5Le nombre de morts en Méditerranée recensé par l’OIM2, l’Organisation Internationale pour les Migrations, est alarmant et ne cesse d’augmenter3. Des statistiques effrayantes qui ne prennent en considération que les morts déclarées ; le nombre des disparitions en mer étant ignoré, les chiffres publiés par l’Organisation demeurent par conséquent inexacts. En 2020, l’OIM a enregistré 1.111 décès en Méditerranée : chiffre moins élevé en comparaison avec ceux des années précédentes. Cette baisse est loin d’être réconfortante dans la mesure où l’OIM relève que la proportion des trépassés par rapport aux tentatives des traversées clandestines s’est sensiblement intensifiée en Méditerranée centrale et occidentale en 2019.

  • 4 Annabelle Marin « Au Moyen Âge, la Méditerranée n’était pas le symbole d’exclusion et de violence q (...)

6Nonobstant, la mer Méditerranée n’a pas toujours été une frontière meurtrière : les études d’histoire médiévale et moderne montrent, à plus d’un titre, la richesse de cet espace maritime en tant que lieu de communications et d’échanges économiques et culturels, mais aussi de luttes de pouvoir et d’influence4.

  • 5 Mare Nostrum est un cri de victoire, celui de Rome triomphant de trois guerres puniques après avoir (...)
  • 6 Jean-Yves Moisseron, Manar Bayoumi, « La Méditerranée comme concept et représentation », Revue Tier (...)

7L’appellation Mare Nostrum5 ou Notre mer, une grande étendue d’eau au milieu des terres connues, a émergé après la découverte du Nouveau Monde et s’est affirmée au début du XIXe siècle. Après avoir été un élément de cohésion, un espace unificateur susceptible de transcender les différences entre les habitants de ses rives6, il devient une frontière qui sépare les pays du sud de ceux du nord, l’aboutissement d’aventuriers clandestins à la quête d’une vie décente en Europe. Notre mer n’est plus qu’une « mer amère » synonyme de sournoiserie et de mort, une hécatombe, une frontière qui avale ceux qui osent la franchir dans le mauvais sens.

2. Cannibales : de la conscientisation à travers une esthétique de l’horreur

  • 7 Najib Redouane (dir.), Clandestins dans le texte maghrébin de langue française, Paris, L’Harmattan, (...)
  • 8 Évelyne Ritaine « Migrants morts, des fantômes en Méditerranée » Rhizome, n° 64, 2017/2, p. 17, htt (...)
  • 9 Georges Orwell, 1984, 1948, cité par Évelyne Ritaine, ibid., p. 17.

8Voix des sans voix et des marginalisés, Mahi Binebine, reprend dans Cannibales cette image dominante dans la littérature maghrébine francophone traitant de la traversée clandestine du détroit de Gibraltar7, en l’inscrivant dans la symbolique de l’anthropophagie, susceptible de heurter la sensibilité de son lecteur. Aussi le roman ne laisse-t-il pas indifférent, il secoue la conscience et contraint à la réflexion sur une injustice fondamentale, celle de l’invisibilité radicale de ces migrants qui n’atteignent jamais l’Eldorado européen : « les migrants disparus sombrent dans les statistiques. Sur cette frontière, sont tolérées des pertes humaines dans une forme de “nécropolitique” »8. Victimes d’une politique du laisser mourir et d’une indifférence scandaleuse des médias, les clandestins, dans le roman de Mahi Binebine, cessent d’être des unpersons9, des spectres anonymes, pour devenir des entités individuelles dont chacune a un nom, un visage, une identité, une histoire différente, constituant pour ainsi dire une polyphonie narrative qui met en scène une multiplicité de consciences indépendantes. Elles ont cependant le même motif de départ : fuir la misère économique et le mal-être social.

9Le titre très percutant de ce roman condamne le trafic d’êtres humains, qui rend permissive l’exploitation de l’humain par l’humain. La métaphore filée extrêmement choquante du cannibalisme exprime à bien des égards le dégoût qu’éprouve Mahi Binebine vis-à-vis de la cruauté humaine : des passeurs /prédateurs qui saignent à blanc leurs proies en leur vendant la promesse de la réalisation d’un rêve qui finit souvent dans le ventre de la mer. Ceux qui ont eu la chance de passer, vivants, vers l’autre rive sont laissés en pâture à des patrons « mangeurs d’hommes » (183), ou ramassés « comme des chiens errants par des policiers en civil » (183).

10Le roman s’ouvre sur les représentations de la mer chez les habitants d’un village aux portes du désert marocain. Une symbolique à la fois fantastique, grandiloquente, emphatique et religieuse :

« Dans mon village, les vieux nous avaient maintes fois raconté la mer, et de mille façons différentes. Certains la comparaient à l’immensité du ciel : un ciel d’eau écumant au-dessus de forêts infinies, impénétrables, peuplées de fantômes et de monstres féroces. D’autres affirmaient qu’elle était encore plus étendue que les fleuves, les lacs, les étangs et tous les ruisseaux de la terre assemblés. Quant aux savants de la grand-place, unanimes sur la question, ils attestaient que Dieu tenait cette eau en réserve afin de nettoyer la Terre de ses pêcheurs au jour du Jugement dernier » (5).

11Les campagnes, renvoyant à un contexte souvent marqué par la pauvreté, la désocialisation et la violence, pourvoient la masse des candidats à l’émigration clandestine en nouvelles recrues qui, pour la plupart, n’ont jamais vu la mer.

12Les huit candidats à l’émigration clandestine : Azouz le narrateur à la première personne, son cousin Réda, Nouara, une jeune femme et son bébé, Youssef, Kacem, un Algérien, et deux Maliens : Pafadnam et Yarcé, attendent sous un ciel sans étoiles, derrière un rocher, les consignes du passeur pour embarquer à l’insu des garde-côtes marocains et de la Guardia civil espagnole.

« Il faisait nuit. Une nuit sombre, vaguement brumeuse. Cachés derrière un rocher, nous entendions le bruit des vagues et du vent. Morad avait dit que la mer était calme, ces temps-ci. Nous l’avions cru. Nous étions prêts à croire n’importe quoi pourvu qu’on nous permît de partir. Le plus loin possible. À tout jamais » (p. 5).

13C’est dire que les passeurs et leurs intermédiaires vendent aux clandestins le rêve européen au prix de leurs vies : ils y croient ou ils ont besoin d’y croire au point de désapprendre les risques de leur mésaventure. Ils n’ont que les récits fantasmagoriques de Morad, personnage absent sur la plage, chargé de composer les groupes de migrants clandestins. Il leur promet argent et femmes sur l’autre rive, sans les mettre en garde contre les flots perfides du rêve interdit. La nuit du départ était d’une aveuglante noirceur, telle une bête en furie, en attente de se sustenter, ils entendent, derrière la colline, le rugissement de la mer amplifié par les rafales du vent. Une mer censée être sereine, à en croire Morad.

14Par ailleurs, la mer évoque des thématiques telles que l’incommensurabilité, les abysses, le transit ou le voyage, l’Ailleurs investi d’une rêverie euphorique. Le détroit de Gibraltar, du fait de sa proximité avec les côtes marocaines, est un espace qui inspire confiance car son extension est limitée : la rive espagnole, tant convoitée, est nettement visible par temps ensoleillé. Tel un guet-apens, cette trompeuse mitoyenneté annihile faussement cette dimension importante de la mer qu’est la profondeur. La verticalité vers le bas se trouve, pour ainsi dire, déprisée. Quant à la dimension horizontale finie de cette partie de la Méditerranée, elle induit une inobservance de sa dimension abyssale.

« La veille, au café, Morad, l’associé du passeur, nous avait pourtant certifié que le franchissement du détroit de Gibraltar n’était que l’affaire de quelques heures. “Vraiment pas la mer à boire !” avait-il plaisanté » (7).

15De la rive « maudite » à la rive « interdite » (180), la proximité géographique très encourageante semble scotomiser le danger de mort qui menace les huit personnages sur cette plage ténébreuse près de Tanger. La plaisanterie de Morad est de mauvais goût puisqu’elle présage la fin tragique des six protagonistes, excepté Azzouz et son cousin, sauvés in extremis grâce à la couardise de ce dernier.

  • 10 « Un mensonge est un énoncé quelconque qui correspond à l’accomplissement d’un acte illocutionnaire (...)

16Niais et n’ayant aucune information géographique sur cette rive « interdite », les harragas se fient aveuglément au rabatteur dont le discours mensonger10 exerce une sorte d’aliénation psychologique génératrice d’un indélébile pouvoir de séduction sur eux.

« – C’est quoi, ces lumières, là-bas ? demanda Réda.
Une rafale nous arrosa de sable humide, suscitant un soubresaut collectif.
C’est l’Espagne ?
Nul n’était d’humeur à bavarder.
Morad nous a bien dit que, les nuits sans brume, on pouvait voir...
La ferme ! grogna le passeur.
Si le paradis était si proche, murmura l’Algérien, j’y serais allé à la nage, mon petit » (13).

17À la puérilité candide de Réda, s’oppose la sagesse pratique de Kacem Djoudi qui, étant conscient du risque encouru lors de cette traversée, se lance dans cet acte suicidaire dans lequel il n’a rien à perdre. Les Salafistes lui ont déjà ôté la vie en égorgeant toute sa famille dans son sommeil.

« Les premières vaguelettes écumeuses venaient mourir à nos chevilles, soumises, traitreusement accueillantes. 

Les vagues se brisaient sur nous, sur notre détresse, cependant que nous déplacions lentement la barque, à l’affût d’un geste, d’un signe du passeur. Les braillements du bébé retentirent comme au tout début de la nuit. Mêlés au remuement des lames et aux sautes du vent. Ses cris n’auguraient rien de bon. Nouara se démenait en vain pour le calmer. L’eau atteignait déjà les genoux des uns, la taille des autres, tandis que nous guettions la vague, la grosse, la superbe vague qui, dans son puissant et secourable reflux, nous emporterait vers le large. En attendant, il nous fallait encore résister aux flots qui nous harcelaient, s’évertuaient à tester notre résistance et, dans leur acharnement, nous offraient un avant-goût de ce que nous réservait la haute mer » (177-178).

  • 11 Voir à ce sujet Camille Moreau Taverne, L’Empathie : une compétence professionnelle au service de l (...)
  • 12 « Je remarquai pour la première fois qu’elle était noire. Drôle de couleur pour une barque ! », Mah (...)

18Les vagissements du nourrisson, mêlés au bruit tonitruant des vagues, annoncent des râles agoniques. Le vacarme assourdissant, participant d’une synesthésie auditive, prémonitoire de la fin funeste des protagonistes, la succession au rythme ascendant des phrases courtes et incisives, nourrissant un suspense haletant, concourent à construire cette scène hautement pathétique. Celle-ci génère chez le lecteur une empathie aussi bien cognitive qu’affective11. Tel un prédateur qui épuise sa proie avant de la dévorer, la mer se complait à narguer les migrants à bord de leur barque noire, couleur de la mort12. Dans une confrontation inéquitable avec la Bête, ils résistent, espérant l’arrivée salvatrice de « la grosse vague » qui les entraînerait au large et les rapprocherait de la rive interdite qu’ils n’atteindront jamais : ils seront « vomi[s] comme un poisson pourri » (181) sur la rive « maudite qui nous avait enfantés et aux affres de laquelle nous étions à perpétuité condamnés » (180).

Conclusion

  • 13 Noureddine Khaled, « Adolescents harragas : risquer sa vie comme seule possibilité de réalisation d (...)
  • 14 Édouard Aujaleu, « La beauté de l’horreur ou la question de l’esthétisation du négatif », L’enseign (...)

19Représentée comme négation de l’Autre, la Méditerranée s’érige comme un mur infranchissable devant les harragas, ces nouveaux damnés de la terre. Contraints de partir, ils se jettent dans la gueule du monstre anthropophage comme un signe de désespoir, mais aussi d’insubordination. Une tentative ultime de réalisation de soi13, dans l’espoir d’une renaissance dans un ailleurs meilleur. De surcroît, loin de susciter un « plaisir distancié vis-à-vis d’une scène qui bafoue les valeurs les plus fondamentales de l’humanité »14, l’esthétique de l’horreur chez Binebine mobilise la pitié et la terreur, deux ressorts émotionnels spécifiques de la tragédie, afin de dépeindre le réel tragique de ces rêveurs qui deviennent brûleurs de frontière et finissent dans les abysses de Mare Nostrum.

Haut de page

Bibliographie

Édouard Aujaleu, « La beauté de l’horreur ou la question de l’esthétisation du négatif », L’enseignement philosophique, N° 2, 65e année, 2011, pp. 39-48.

Mahi Binebine, Cannibales, Casablanca, Le Fennec, 1999.

Noureddine Khaled, « Adolescents harragas : risquer sa vie comme seule possibilité de réalisation de soi », Adolescence, n°3, 2013/3 T 31, pp. 699 à 709.

Marin Annabelle, « Au Moyen Âge, la Méditerranée n’était pas le symbole d’exclusion et de violence qu’elle est devenue », 25 septembre 2016.
http://www.slate.fr/story/122581/mediterranee-quand-cartes-bravaient-flots

Moisseron Jean-Yves, Manar Bayoumi, « La méditerranée comme concept et représentation », Revue Tiers Monde, n° 209, 2012/1, pp. 179 à 196.

Camille Moreau Taverne, L’Empathie : une compétence professionnelle au service de la thérapie langagière, mémoire, Université Lille 2, 2012, http://docnum.univlorraine.fr/public/BUMED_MORT_2012_MOREAU_TAVERNE_CAMILLE.pdf

Anne Reboul, “How much am II and how much is she I ?”, Lingua, 87, 1992, pp. 169-202

Najib Redouane (dir.), Clandestins dans le texte maghrébin de langue française, Paris, L’Harmattan, 2008.

Évelyne Ritaine, « Migrants morts, des fantômes en méditerranée » Rhizome, n° 64, 2017/2, pp. 16-17, https://www.iom.int/fr.

Haut de page

Notes

1 Mahi Binebine, Cannibales, Casablanca, Le Fennec, 1999.

2 https://www.iom.int/fr

3 3.072 migrants sont morts en 2014, 3.760 en 2015, 5.098 en 2016.

4 Annabelle Marin « Au Moyen Âge, la Méditerranée n’était pas le symbole d’exclusion et de violence qu’elle est devenue », 25 septembre 2016, http://www.slate.fr/story/122581/mediterranee-quand-cartes-bravaient-flots. Consulté le 29-12-2020

5 Mare Nostrum est un cri de victoire, celui de Rome triomphant de trois guerres puniques après avoir frôlé le désastre devant les troupes d’Hannibal Barca.

6 Jean-Yves Moisseron, Manar Bayoumi, « La Méditerranée comme concept et représentation », Revue Tiers Monde n°209, 2012/1.

7 Najib Redouane (dir.), Clandestins dans le texte maghrébin de langue française, Paris, L’Harmattan, 2008.

8 Évelyne Ritaine « Migrants morts, des fantômes en Méditerranée » Rhizome, n° 64, 2017/2, p. 17, https://www.cairn.info/revue-rhizome-2017-2-page-16.htm

9 Georges Orwell, 1984, 1948, cité par Évelyne Ritaine, ibid., p. 17.

10 « Un mensonge est un énoncé quelconque qui correspond à l’accomplissement d’un acte illocutionnaire d’assertion et où : a. le locuteur L ne croit pas à la vérité de ce qu’il dit b. le locuteur a l’intention que son interlocuteur croie qu’il (L) croit à la vérité de ce qu’il dit », Anne Reboul, “How much am II and how much is she I ?”, Lingua, 87, 1992.

11 Voir à ce sujet Camille Moreau Taverne, L’Empathie : une compétence professionnelle au service de la thérapie langagière, mémoire, Université Lille 2, 2021.

12 « Je remarquai pour la première fois qu’elle était noire. Drôle de couleur pour une barque ! », Mahi Binebine, Cannibales, op. cit., p. 177.

13 Noureddine Khaled, « Adolescents harragas : risquer sa vie comme seule possibilité de réalisation de soi », Adolescence, n° 3, 2013/3, T. 31.

14 Édouard Aujaleu, « La beauté de l’horreur ou la question de l’esthétisation du négatif », L’enseignement philosophique, Numéro 2, 65e année, 2011, p. 39.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Bouchra Benbella, « Mare Nostrum : une frontière anthropophage dans Cannibales (1999) de Mahi Binebine »Babel, 43 | -1, 211-218.

Référence électronique

Bouchra Benbella, « Mare Nostrum : une frontière anthropophage dans Cannibales (1999) de Mahi Binebine »Babel [En ligne], 43 | 2021, mis en ligne le 01 décembre 2021, consulté le 19 mai 2022. URL : http://journals.openedition.org/babel/12197 ; DOI : https://doi.org/10.4000/babel.12197

Haut de page

Auteur

Bouchra Benbella

Université Moulay Ismaïl - Meknès

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Babel. Littératures plurielles est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Laboratoire Babel
  • Logo Université de Toulon
  • DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • OpenEdition Journals
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search