Navigation – Plan du site

AccueilNuméros43Varia« Ô femmes ! reprenez la plume et...

Varia

« Ô femmes ! reprenez la plume et le pinceau » : un manifeste féministe de Constance de Salm

Eliza Sasin
p. 255-270

Résumés

En dépit de certains acquis de la Révolution française, au tournant des XVIIIe et XIXe siècles, la femme demeure dans l’ombre de l’homme. Le combat pour les droits et privilèges des femmes se poursuit de plusieurs côtés. Constance de Salm y prend sa part, qui, dans son œuvre, appelle les femmes à faire preuve de courage et les pousse à agir. Entre les conventions sociales en vigueur et les lois de la nature, elle se bat pour la liberté et l’égalité, contestant le rôle social universellement reconnu à la femme, qu’elle présente des points de vue féminin et masculin. Les thèses qui lui sont chères, la femme de lettres les confie à l’Épître aux femmes où elle montre l’importance des deux sexes et redéfinit les qualités qui témoignent de la valeur de la femme.

Haut de page

Texte intégral

1La période de changements rapides et sanglants couronnant le XVIIIe siècle français donne de l’espoir à ceux dont la vie a été jusque-là bien difficile. Le Tiers-État se bat pour que s’engage une évolution sociale et politique, quand bien même ce n’est pas dans ses seuls rangs que se font jour des opportunités d’améliorer son sort. À la lumière de la Grande Révolution, de plus en plus de femmes osent parler à voix haute des différences déterminées par le sexe tant dans la vie privée que publique. Sans entrer dans les détails de ce débat, de mieux en mieux étudiés et connus, il nous semble cependant important d’en mentionner les éléments primordiaux, afin de mieux asseoir les analyses ultérieures.

2Le discours officiel de l’époque associe la femme à la nature, à l’imitation du génie masculin et à la procréation. Ce pourquoi on lui reconnaît la maternité pour vocation. Plus faible psychiquement et physiquement que l’homme et à lui subordonnée, elle est destinée à la vie domestique et à transmettre aux enfants les valeurs morales et la foi. On observe pourtant une prise de conscience croissante du fait que lorsqu’on évoque l’homme en tant qu’espèce, on s’intéresse au mâle, à l’exclusion de la femelle. Et si, dans l’histoire de France, on retient principalement des hommes éminents, il faut rappeler qu’au temps de la Révolution des femmes ont également joué un rôle important ; ainsi Marie Charpentier qui appartenait aux « vainqueurs de la Bastille » ou Olympe de Gouges, femme de lettres et femme politique française. Cette dernière, présentée comme une figure fondatrice du féminisme français par Florence Rochefort dans L’Histoire mondiale des féminismes, constatant que La Déclaration des droits de l’homme et du citoyen ne concernait que les hommes, y répond par la Déclaration des droits de la femme et de la citoyenne qui libère un espace de parole féminin. Rédigé en 1791, le texte se concentre sur l’égalité naturelle entre l’homme et la femme, présente la nation comme la réunion des deux sexes, revendiquant pour les femmes le droit de vote et celui de représenter leur nation. Grâce aux bouleversements induits par la Révolution, l’espace public leur est désormais ouvert.

  • 1 Florence Rochefort, Histoire mondiale des féminismes, Paris, Presses Universitaires de France, « Qu (...)
  • 2 D’autres avant lui avaient dénoncé le danger de la participation des femmes à la vie publique : « c (...)

3Dans l’effervescence des temps, la mobilisation des femmes fait office de « terreau d’émergence de revendication pour l’égalité des sexes »1. Ce qui passe par la rédaction de brochures, de lettres, de pétitions, la participation à des cercles ou des clubs, des manifestations de rue, toutes démarches qui alimentent le sentiment croissant d’appartenir à une force sociale. Lors des débats au sein des clubs, leurs revendications portent notamment sur les droits professionnels, le droit au divorce, le droit de vote, les projets éducatifs ou les droits civils et l’égalité du partage successoral. Mais, par-delà la tribune, ce sont souvent des actions radicales qu’elles entreprennent aussi au sein de la sans-culotterie féminine à laquelle se rattache le Club des citoyennes républicaines révolutionnaires dirigé par Claire Lacombe puis Pauline Léon. Néanmoins, elles ne peuvent user de ces moyens que jusqu’au 30 octobre 1793, date à laquelle tous les clubs et sociétés de femmes se verront interdire. C’est alors que le député Amar, opposé à toute idée d’égalité politique, professe la faiblesse morale et physique des femmes et les assigne à la famille et aux travaux domestiques2.

  • 3 Jean-Louis Debré, Valérie Bochenek, Ces femmes qui ont réveillé la France, Paris, Seuil, « Points » (...)
  • 4 Ce pensionnat pour les jeunes filles de la haute bourgeoisie est fondé en 1795 par Henriette Campan (...)
  • 5 « Les mères ont une beaucoup plus grande responsabilité en ce qui concerne leurs filles, que l’État (...)

4La question de la formation féminine a pris une nouvelle dimension en 1789. L’éducation, directement liée au travail, est revendiquée dans une Pétition des femmes du Tiers État au Roy postulant, comme le rappellent Jean-Louis Debré et Valérie Bochenek, que les femmes soient formées « à posséder des emplois, non pour usurper l’autorité des hommes, mais pour en être plus estimées ; pour que nous ayons le moyen de vivre à l’abri de l’infortune, que l’indigence ne force pas les plus faibles d’entre nous, que le luxe éblouit et que l’exemple entraîne, de se réunir à la foule des malheureuses qui surchargent les rues et dont la crapuleuse audace fait l’opprobre de notre sexe et des hommes qui les fréquentent »3. Le but principal poursuivi est d’établir des écoles gratuites pour les jeunes filles. Bien que l’Encyclopédie mette sur le compte du défaut d’éducation la condition défavorable imposée aux femmes, elle ne réclame pas un accès égal à l’éducation pour les deux sexes et si la possibilité de s’instruire existe bien pour les femmes à la fin du XVIIIe siècle dans une certaine mesure, celle-ci ne concerne que les femmes nobles dont la formation revient aux religieuses. Après 1789, dans presque tous les milieux, l’éducation des filles demeure toujours du ressort de la mère et des initiatives comme l’Institut National de Saint-Germain-en-Laye ne sont que l’exception confirmant cette règle4. L’éducation maternelle, jugée beaucoup plus importante que l’instruction, reste la norme jusque dans le deuxième tiers du XIXe siècle5. Les manuels de piété, les catéchismes ou les ouvrages de morale aident la mère à éveiller un sentiment religieux qui devait être entretenu par des prières quotidiennes ainsi que par l’application d’une morale rigoureuse, mettant l’accent sur la notion de péché.

5Un autre défi des féministes de l’époque concerne le mariage. Elles sapent les conventions matrimoniales en vigueur demandant à pouvoir choisir leur conjoint, mettant en cause les arrangements financiers, l’âge du consentement ou la dot, de même que la gestion des biens de la femme mariée ; tous aspects, régis par le Code Napoléon, qui assujettissent la femme à l’époux. La situation ne se modifiera que très lentement, au prix de luttes réitérées. Jean-Louis Debré et Valérie Bochenek soulignent la détermination des femmes à changer leur situation :

  • 6 Jean-Louis Debré, Valérie Bochenek, Ces femmes qui ont réveillé la France, op. cit., pp. 11-12.

« Elles ont contribué à la disparition d’une législation héritée de l’Ancien Régime, qui plaçait les femmes dans une situation de soumission et d’infériorité par rapport aux hommes. La refonte du Code civil a été un enjeu essentiel pour obtenir l’abolition de l’incapacité civile de la femme, le droit à la recherche de paternité, à une maternité désirée, le rétablissement du divorce (supprimé en 1816), la réforme des règles découlant du mariage, l’égalité avec le mari dans l’exercice de l’autorité parentale, la libre disposition de leur salaire pour les femmes mariées, le droit pour la femme d’être témoin dans les actes de l’état civil... Leur combat politique a également concerné l’éducation. Elles ont revendiqué pour les filles et les jeunes femmes un enseignement comparable à celui dispensé aux garçons, un égal accès à l’enseignement supérieur, l’“égalité des chances” par la formation. [...] Ces femmes [...] ont aussi eu pour l’ambition d’obtenir l’égalité politique avec les hommes, mais également de conquérir, pour les femmes, le droit d’exister juridiquement afin de vivre enfin indépendantes et libres »6.

  • 7 Yannick Ripa, Les femmes, actrices de l’histoire, France, de 1789 à nos jours, Paris, Armand Colin, (...)

6Cependant, lors de la période révolutionnaire, le statut de génitrice et d’épouse demeure pour la femme le seul modèle en vigueur, comme l’indique cette observation du Moniteur universel du 19 novembre 1793 qui « relie les trois récentes exécutions de femmes : Marie-Antoinette a perdu la vie pour avoir été “une mauvaise mère, une épouse débauchée”, Olympe de Gouges pour avoir voulu “être l’homme d’État”, madame Roland (1754-1793) – qui tint salon et définit des positions girondines – pour avoir oublié “les vertus qui conviennent à son sexe” »7.

  • 8 Constance de Salm, Poésies, Paris, Librairie de Firmin Didot Frères, 1811, p. 10. Les citations se (...)

7Bien que ces condamnations annoncent l’échec révolutionnaire des femmes, Constance de Salm (1767-1845), femme de lettres française, décide de continuer la bataille au travers de sa production littéraire. « La colère suffit, et vaut un Apollon » donne-t-elle pour exergue à son Épître aux femmes dont l’avant-propos reconnaît : « Ce sont mes sentiments justes et naturels qui m’ont fait faire l’Épître que l’on va lire. Je l’ai publiée en 1797, dans un moment où quelques circonstances littéraires avaient redonné une nouvelle force à ce genre de discussions, et je ne l’offre de nouveau au public, qu’après l’avoir revue et corrigée avec soin »8.

  • 9 Marianne Cornevin en donne une analyse détaillée dans son ouvrage Liberté, que de crimes on commet (...)
  • 10 Il convient de renvoyer, pour le détail de ces questions, à l’ouvrage incontournable de Simone Bala (...)

8C’est pourquoi il était important de présenter le contexte de l’époque aussi précisément que possible, l’ouvrage de Constance de Salm, que nous aborderons plus loin, en étant l’expression et le témoignage. Il n’est pas sans évoquer d’autres figures féminines remarquables de l’époque. Ainsi, par son éducation, ses opinions politiques et sociales, par sa position dans le champ des Lettres aussi, Constance de Salm pourrait être rapprochée de Mme Roland ou de Mme de Staël (d’un an son aînée). Femme cultivée, Manon Roland (1754-1793) tient un salon couru où elle reçoit entre autres Brissot ou Robespierre. Ses démarches amènent la nomination de son mari, Jean-Marie Roland de La Platière, au poste de ministre de l’Intérieur du gouvernement girondin de mars 1792. Passionnément lancée dans la politique, elle combat les Montagnards et, bientôt incarcérée (avant d’être condamnée à mort), elle rédige ses Mémoires où elle exprime notamment son opinion critique sur les hommes9. Mme de Staël (1766-1817) quant à elle, fille de Necker, bénéficia d’une éducation poussée, qu’elle put compléter dans le salon parisien de sa mère, avant de tenir elle-même un salon à la mode rue du Bac. Acquise à la Révolution bourgeoise de 1789, elle joua un rôle notoire en s’opposant tout ensemble à la monarchie et au jacobinisme, puis à Napoléon. Elle exprime clairement ses vues dans ses ouvrages littéraires philosophiques et politiques (en 1810, De l’Allemagne est condamné comme antifrançais). Exilée de Paris par un décret de Napoléon, elle sait transformer cette humiliation en victoire en s’installant à Coppet, dont elle fait un cercle international de la pensée romantique. Dans ses écrits, Mme de Staël traite aussi du sort injuste fait aux femmes. Le procès de Marie-Antoinette lui inspire des Réflexions sur le procès de la Reine perçues comme féministes, et son premier roman Delphine (1802) aborde des questions d’actualité brûlante pour la liberté des femmes, parmi lesquelles le divorce10. Face à ces deux figures de militantes, Constance de Salm paraît moins intransigeante. Ses œuvres se donnent à lire comme un dialogue rationnel plutôt que comme un brûlot écrit à l’ombre de l’échafaud. Mais c’est peut-être justement du fait de ce caractère pondéré qu’elles ont joué un rôle significatif dans la bataille pour les droits des femmes. Avant de passer à leur analyse, introduisons la figure de cette poétesse demeurée en marge de l’histoire littéraire et des travaux universitaires.

  • 11 Le Biographe universel, Revue générale biographique, politique et littéraire par Une Société d’Homm (...)
  • 12 Albert Jourcin, Philippe Van Tieghem, Dictionnaire des femmes célèbres, Paris, Larousse, 1969, p. 2 (...)

9Constance est née à Nantes, dans un milieu privilégié où régnaient la justice, l’estime réciproque et l’entraide entre ses parents. Elle est la fille d’un homme de lettres, Marie-Alexandre de Théis, décrit comme un « homme de savoir et d’imagination »11. À l’âge de quinze ans, Constance de Théis parlait plusieurs langues et composait de la musique ; mais c’est de poésie qu’elle aimait à s’occuper. Outre les domaines artistiques, elle s’intéressait aussi aux mathématiques – et cette passion, soigneusement exercée, a contribué à la fermeté, à la clarté et à la précision de ses productions littéraires. Très bien formée, c’est à son père que Constance doit son éducation, elle que Marie-Joseph Chénier surnommait « la Muse de la Raison »12. Elle fait ainsi figure d’exception à la piètre situation que connaissent les femmes de l’époque en fait d’instruction. Grâce à cela, Constance a pu devenir la première femme admise au lycée en France, en 1797 (l’année même où elle écrit l’Épître, dans un lycée républicain où l’on en a donné lecture). Consciente de sa position privilégiée, elle exprimera sa gratitude dans les lignes suivantes :

« Ô jours trop tôt passés de mon heureuse enfance,
C’est ainsi que mon cœur sentit votre existence ;
C’est ainsi qu’en mon sein vous avez imprimé
Ces immuables droits dont mon bras s’est armé.
Un père généreux, agrandissant mon être,
M’apprit dès le berceau ce que je pouvais être ;
Et du titre de femme en décorant mon front
Il m’en fit un honneur, et non pas un affront.
Ô toi qui m’animas de cette pure flamme,
De ce séjour de paix où repose ton âme
Jette sur mes travaux un regard bienfaisant,
Et bénis ces transports d’un cœur reconnaissant ! » (PO, 23).

  • 13 Le Biographe universel..., op. cit., p. 204.

10Comme on peut l’apprendre du Biographe universel, la poétesse, influencée par les poètes du XVIIe siècle comme « le grand Corneille », a fait ses débuts en 1785 à l’âge de dix-huit ans, dans le Journal général de France. Ses écrits ont obtenu d’emblée un grand retentissement dans les salons de l’aristocratie, pour ensuite se tailler un succès populaire grâce à une romance, Bouton de rose, pour laquelle Louis-Barthélémy Pradher a composé la musique – « rien de plus frais, de plus gracieux, que cette romance en quatre couplets. C’est une jolie idylle »13, en dit-on à l’époque.

11Juste avant la Grande Révolution, l’autrice épouse Jean Baptiste Pipelet de Leury – fils fortuné d’un secrétaire du roi. Constance, devenue Mme Pipelet de Leury, quitte Nantes pour vivre à Paris où son talent est aussitôt reconnu – sa carrière se développe remarquablement et prend de l’ampleur ; autour de l’écrivaine s’est créé un cercle d’élite, son salon accueille force hommes de lettres, de sciences et des notables. Après avoir conquis sa position dans la société littéraire, Constance de Pipelet est devenue membre du Lycée des Arts, où elle prononce des éloges, dont ceux de Sedaine, du musicien Gaviniès, de l’astronome Lalande ou du compositeur Martini, ainsi que des sociétés savantes de Marseille, de l’Ain, de Vaucluse, de Nantes, de Lyon, de Caen, de Livourne, de la Société de statistique, de la Société d’encouragement de Paris et de beaucoup d’autres. En 1802, elle se marie à nouveau. Son second mari, Joseph de Salm-Reifferscheidt-Dyck, est un ancien comte d’empire. Le salon de Mme la princesse de Salm, toujours plus recherché, réunissait des notabilités dans les Arts et les Lettres auxquelles l’autrice adresse en 1806 un ouvrage, À mes Amis, parmi lesquels il faut compter Girodet, Gohier, Laya, Vernet ou Dufrénoy. Parallèlement, l’autrice est reçue aux Tuileries où elle est appréciée de Napoléon – ils se sont adressé des éloges (éloge de Sedaine, Cantate sur le mariage de Napoléon).

12Mais revenons aux temps où la poétesse écrit sous l’influence de l’atmosphère révolutionnaire. Elle achève un grand ouvrage, Sapho (apprécié entre autres par Chénier ou M. de Pongerville, dont sera tiré un opéra mis en musique par Jean-Paul-Egide Martini) ainsi que d’autres textes concernant la situation féminine à l’époque, tels que Les Femmes politiques, Épître à l’Empereur Napoléon, Pensées ou Vingt-quatre heures d’une femme sensible. Le cadre limité de cet article ne permet pas de les examiner tous. Au sein de ce riche corpus, l’importance que l’autrice attache à l’Épître aux femmes motive assez le choix que nous avons fait de ce texte qui semble par ailleurs le mieux servir cette problématique. En nous y intéressant, nous pourrons donc présenter un portrait féminin de l’époque, en insistant particulièrement sur les différences et les inégalités entre les sexes et leurs sources, singulièrement dans les domaines familial, social et artistique ainsi que lire dans ces versets la situation socio-historique précédemment décrite.

  • 14 Le Biographe universel..., op. cit., pp. 207-208.
  • 15 Ibid.., p. 208.
  • 16 D’après Le Biographe universel, op. cit., p. 208.
  • 17 Ibid.

13Pour en avoir une image complète, il faut ajouter qu’après la Grande Révolution, la volonté d’exclure les femmes du champ des Lettres, prétendument par peur de nuire à la littérature, était fortement ancrée. « Les femmes de lettres (c’est à peine si, alors, elles osaient se décorer de ce titre), qui comptaient dans leurs rangs quelques hautes individualités, à la tête desquelles se plaçait Mme de Staël, soutinrent vaillamment le choc de leurs adversaires : c’est qu’en effet il s’agissait pour elles d’être ou ne pas être, to be or not to be. Leur émancipation intellectuelle, c’est-à-dire leur existence même, était mise en question »14. Parmi les voix ayant pris position contre l’activité littéraire des femmes, celle poète du Ponce-Denis Écouchard-Lebrun, que Duverger considère comme « un rude joûteur »15. Pour lui, « [l]’encre sied mal aux doigts de rose », comme on peut le lire dans sa Décade philosophique16. Constance de Pipelet y est montrée comme une exception, une nature suffisamment forte pour braver l’interdit. Pourtant, en dépit de cette opinion favorable de Lebrun sur son compte, elle décide d’agir. Soucieuse de défendre la cause commune, elle écrit son Épître aux femmes – « œuvre énergique de haute raison, de sagesse et d’impartialité » –17, afin de la lire au lycée républicain, où la réception sera enthousiaste. Cet ouvrage, s’inscrivant par sa thématique dans le courant de la revendication féminine, a été publié pour la première fois en 1797. On peut cependant le retrouver également dans le recueil de Poésies, paru en 1811, ce qui est intéressant au vu de certaines différences entre les deux versions de ce texte. Dans la mesure où la seconde édition est précédée d’un avant-propos apportant des aspects significatifs à la compréhension de l’épître, l’analyse de cette œuvre sera complétée par des références à cet extrait. Ainsi, l’autrice révèle ses intentions, ses motifs pour écrire un tel texte et commente certains développements du contenu. Il est aussi remarquable que, dans l’édition en question ainsi que dans l’édition des Œuvres complètes de 1842, cette œuvre figure en première position, ce qui peut certes être motivé par la chronologie, mais pourrait également attester de la grande valeur qu’on lui attribue. Quelle qu’en soit la raison, c’est une position qui lui confère un statut de primauté et qui peut affecter l’optique du lecteur eu égard aux autres ouvrages de Constance de Salm.

  • 18 Constance D. T. Pipelet, Épître aux femmes, Paris, Desenne, 1797, p. 5.

14La première strophe, qui constitue une vaste apostrophe aux femmes, met l’accent sur le sujet de l’ouvrage en présentant certains aspects soulevés par l’autrice dans les parties suivantes du texte : les vers « Assez et trop longtemps la honteuse ignorance / A jusqu’en vos vieux jours prolongé votre enfance » (PO, 13) envisagent d’emblée la question du rabaissement de la femme à travers l’infantilisation et la maternité tandis que la formulation de « censeurs éclairés » (PO, 13) en référence aux femmes dont les hommes ont peur suppose la thématique du savoir, de l’éducation et de la production artistique. Il faut prendre en considération aussi les versets qui referment cette strophe : « Un siècle de justice à nos yeux vient de naître : / Femmes, soyez aussi ce que vous devez être ! » (PO, 13) car ils sont absents de la première version du texte – c’est l’une des différences mentionnées plus haut. À leur place, dans la variante plus ancienne, nous pouvons lire : « Les temps sont arrivés, la raison vous appelle : / Femmes, réveillez-vous, et soyez dignes d’elle »18. Dans la seconde mouture, la poétesse insiste sur la justice, qui ne se trouvait auparavant que dans une courte introduction au texte (la version des œuvres complètes en est dépourvue). On peut interpréter ce changement comme une forme de réaction aux nuances de la réception de cette épître, puisque Constance de Salm souligne fortement la justice entre les sexes dans l’avant-propos qui sert de guide pour le lecteur des Poésies : « justice dont le seul but est de nous ennoblir à nos propres yeux, et aux yeux d’un sexe dont l’estime est le premier et le plus digne de nos besoins » (PO, 12).

  • 19 Michèle Riot-Sarcey, Histoire du féminisme, Paris, La Découverte, 2015, p. 9.

15L’un des aspects présentés par le sujet lyrique est la reconnaissance de la différence entre les sexes, dont la source est dans la nature. La femelle et le mâle en tant que formes différentes de la même espèce sont soumis à « même loi, même erreur, même ivresse » (PO, 13). Ce problème est illustré par une métaphore de la séparation des pouvoirs dans un pays : « L’un et l’autre propose, exécute, ou décide » (PO, 13) – chaque sexe a accès aux trois types de pouvoir dans la vie commune et familiale de manière que leurs charges s’équilibrent. « Tour à tour l’un de l’autre enfin guide et soutien, / Même en se donnant tout ils ne se doivent rien » (PO, 14) – ce sont les versets qui referment la deuxième strophe et expriment le fond de ce que Constance de Salm a à dire sur la justice et le partage entre l’homme et la femme. Dans son manifeste, l’autrice ne méprise pas les hommes au bénéfice des femmes mais montre la nécessité de la coexistence à parité et de l’estime réciproque. Pour le dire avec Michèle Riot-Sarcey, « consciente de la béance qui sépare l’universalité des principes d’une réalité d’exclusion, elle cherche à faire valoir la nécessité d’une loi générale en faveur d’une humanité composée d’hommes et de femmes »19.

16Au fur et à mesure, le topos de la nature fait retour, assorti des remarques suivantes, associé à un être supérieur à tout : « méconnais-tu la sagesse profonde / qui dirige en secret tous les êtres du monde ? » (PO, 15), demande la voix lyrique à l’homme en attirant son attention sur le fait qu’il est la seule espèce vivante à ne pas respecter ces lois. Avant que la poétesse énumère les animaux sauvages pour étayer sa thèse et dénoncer que « l’homme seul à ses lois est rebelle et parjure » (PO, 15).

17Dans la suite de l’épître, l’homme se montre injuste, offusqué d’avoir à partager ses prérogatives avec une femme, lui qui « veut seul nous imposer des devoirs et des lois » (PO, 14) ; en conséquence de quoi la femme devient un objet au lieu d’être « sa compagne et sa consolatrice » (PO, 14). Que la femme puisse être sa propriété est le point suivant que l’autrice s’attache à réfuter. Le sujet lyrique compare alors la femme à une esclave, ce qui souligne de manière contrastive encore plus fortement la relation seigneur / servante et illustre la position de la femme dans la société de la fin du XVIIIe siècle qui la voudrait douce et soumise – ce qui est exigé par l’homme qui « fait de la douceur notre seule vertu... » (PO, 15). De cette façon, Constance de Salm parvient à récuser l’image de la femme en usage étroite et stéréotypée. À propos de ce type de relations, Christine Planté remarque que

  • 20 Christine Planté, La petite sœur de Balzac. Essai sur la femme auteur, Lyon, Presses universitaires (...)

« les femmes auteurs mettent l’ordre social en question non parce que leurs ouvrages avancent des idées féministes et des revendications subversives – c’est d’ailleurs loin d’être toujours le cas , – mais par le simple fait qu’elles écrivent. C’est-à-dire qu’elles font usage de capacités intellectuelles et humaines qui prouvent qu’elles ne sont pas par nature inférieures aux hommes, et posent donc de ce fait la question de l’égalité, et celle du rapport entre ordre de la nature et lois humaines. Rien d’étonnant à ce que les rapports maîtres/esclaves et hommes/femmes se servent mutuellement de fable ou de métaphore, et demeurent liés dans la discussion de ces problèmes. Dans la période révolutionnaire, il semblait évident de voir Constance Pipelet en appeler aux idéaux de justice, d’égalité et de liberté, et mettre en place une dialectique du maître et de l’esclave »20.

18Cependant, le sujet lyrique présente aussi le moment où le comportement de l’homme change entièrement pour, paradoxalement, revenir à sa véritable nature : « l’homme redevient homme aussitôt qu’il nous aime » (PO, 15). Dans ce passage, il faut remarquer le double sens du mot « homme » – à la fois genre masculin et être humain. « Défenseur généreux, être sensible et bon, / Il retrouve à la fois son cœur et sa raison » (PO, 15) ; l’optique masculine concernant une femme aimée est radicalement différente – chaque élément présenté jusqu’alors négativement se retourne positivement. Ainsi se dessine une relation délétère entre les sentiments et les droits, les possibilités qui s’offrent à la femme, comme si le simple fait d’appartenir au genre humain ne suffisait pas. De plus, la voix lyrique souligne la fugacité de cet état – « Trop souvent ce bonheur s’éclipse à son aurore » (PO, 16) – relevant le besoin de « traits plus sûrs » (PO, 16).

19En outre, la voix lyrique, en donnant la parole à un homme, développe un portrait féminin dépeint du point de vue masculin :

« Femmes, est-ce bien vous qui parlez d’esclavage ?
Vous, dont le seul regard peut nous subjuguer tous,
Vous, qui nous enchaînez tremblants à vos genoux !
Vos attraits, vos pleurs fins, vos perfides caresses,
Ne suffisent-ils pas vous rendre maîtresses ?
Eh ! Qu’avez-vous besoin de moyens superflus ?
Vous nous tyrannisez ; que vous faut-il de plus ? » (PO, 17-18).

  • 21 Cité d’après Yannick Ripa, Les femmes, actrices de l’histoire, France, de 1789 à nos jours, op. cit (...)
  • 22 Jean-Louis Debré, Valérie Bochenek, Ces femmes qui ont réveillé la France, op. cit., p. 16.
  • 23 Ibid., p. 17.

20Dans ce passage, l’homme s’emploie à conférer un pouvoir provisoire et irréel à la femme, pendant que la loi sur les élections de décembre 1789 l’exclut même du droit de vote ; selon la constitution du 3 septembre 1791 les femmes sont des citoyens passifs. « Il n’est pas possible que les femmes exercent les droits politique »21, est-il posé pour interdire l’activité féminine au sein des clubs. La poétesse, sûre de ce qui constitue le vrai besoin de la femme, proclame ouvertement : « Ce qu’il nous faut de plus ! Un pouvoir légitime » (PO, 18). À ce stade, nous pouvons à nouveau nous référer aux postulats révolutionnaires susmentionnés, que Jean-Louis Debré et Valérie Bochenek résument en écrivant : « [l]a Révolution à laquelle de nombreuses femmes prirent une part importante, marque, pour la reconnaissance des droits sociaux et politiques des femmes, le début d’une prise de conscience »22. Cette exigence est par la suite réaffirmée : « Laissez-nous plus de droits », Constance de Salm embrayant sur la situation de la femme par rapport à la politique et à la vie publique en général, car le fruit de ces considérations est un autre aspect envisagé par l’autrice, qui montre que l’éducation, l’art, la voie d’une carrière ne concernaient à l’époque que les hommes. Néanmoins il est crucial d’observer que ce manifeste ne se propose pas seulement de dénoncer le comportement des hommes et que Constance de Salm ne leur attribue pas toute la faute : « Osons y pénétrer » (PO, 18) répète-t-elle plusieurs fois, demandant aux femmes de se prendre en main. Par ces mots, la poétesse se réfère aussi aux actions menées par d’autres femmes : la revendication du droit de siéger comme députée d’une « requête des dames à l’Assemblée », la fondation du club des « Amis de la loi » par Théroigne de Méricourt, des « Citoyennes républicaines et révolutionnaires » à qui préside Claire Lacombe ou de la « Société fraternelle des deux sexes »23.

  • 24 La première symbolise l’intelligence, la sagesse, elle est la patronne des artisans, tandis que la (...)

21La question de l’écriture féminine, déjà évoquée, trouve dans les versets suivants son développement. Le lecteur y prend contact avec la situation de l’époque qui regarde les autrices d’un mauvais œil : « Mais déjà mille voix ont blâmé notre audace ; / On s’étonne, on murmure, on s’agite, on menace ; / On veut nous arracher la plume et les pinceaux » (PO, 18). Constance de Salm y fait aussi référence à Molière que les hommes citent aux femmes et que la poétesse évoque ainsi dans l’avant-propos : « Un homme d’esprit, devant qui je m’étonnais de cette bizarrerie, prétendait que Molière en était la principale cause, et que le ridicule que son génie a jeté sur tant de travers, existant encore, il n’était point étonnant qu’il en fût de même de celui dont il a entaché les femmes savantes ou savantasses, sorte de précieuses, qu’on se plaît si souvent à confondre avec les femmes à talent » (PO, 8). La référence à cet auteur du XVIIe siècle montre clairement que des associations négatives et moqueuses aux ridicules femmes savantes avaient encore cours à l’époque post-révolutionnaire. Mais Constance de Salm sait mettre fin à la discordance entre la beauté et le savoir, qui rappelle en un verset symbolique « Que Minerve était femme aussi bien que Vénus » (PO, 19)24.

  • 25 Christine Planté, La petite sœur de Balzac. Essai sur la femme auteur, op. cit., p. 49.

22Combattant sans relâche les idées reçues, Constance de Salm s’attaque aussi à la famille et revient sur la maternité, à quoi on entend alors assigner tout destin de femme. La société des XVIIIe et XIXe siècles, dominée par le patriarcat, présente tout ce qui relève du libre-arbitre féminin comme « un larcin à la maternité » (PO, 20) et se fait fort de rappeler qu’élever un enfant devrait constituer une priorité. Tandis qu’à l’époque la mère joue le rôle du pédagogue, de l’enseignante, du guide, le sujet lyrique demande : « Oublieront-ils toujours, ces vains déclamateurs, / Qu’en éclairant nos yeux nous éclairons les leurs ? » (PO, 21). Si ces passages ne signifient pas que l’intérêt de la femme ne consiste pas à ne pas avoir d’enfants, ils défendent l’idée qu’en s’éduquant, on peut devenir une meilleure mère qui transférera son savoir à sa postérité. « Cruels, vous oubliez que les hommes sont pères » (PO, 21) rappelle l’autrice en revendiquant de nouveau le partage des tâches, cette fois à propos des soins et des charges liés aux enfants. Mais, comme l’écrit Christine Planté, « cette revendication qui constitue une évidence pour le féminisme contemporain fut oubliée au cours du XIXe siècle, et reprise seulement par les féministes les plus radicales sous la Troisième République »25.

23Enfin, il convient également de noter que toutes ses œuvres sont signées de son nom (ou de ses noms : consécutivement son patronyme et les noms de ses deux maris), ce qui renforce encore la croyance que l’écriture est accessible aux femmes comme aux hommes chez une Constance consciente de se présenter comme une écrivaine. Ce texte contient en germes tout ce dont elle traitera dans son œuvre à venir où elle se montre toujours soucieuse, non pas de critiquer les hommes au profit des femmes, mais de demander la coexistence équitable des sexes, qui ont besoin l’un de l’autre : « Et cet échange heureux des soins de deux époux / Fait leur bien mutuel et le charme de tous » (PO, 24).

  • 26 Ibid., p. 203.
  • 27 Le nom de cet auteur n’est mentionné ni dans Le Biographe universel ni dans la Notice biographique (...)
  • 28 Le Biographe universel..., op. cit., pp. 203-204.
  • 29 Michèle Riot-Sarcey, Histoire du féminisme, op. cit., p. 3.
  • 30 Dictionnaire Robert, Paris, nouv. éd., 1978, p. 768, cité d’après Andrée Michel, Le féminisme, Pari (...)
  • 31 Le Biographe universel…, op. cit., p. 226.

24Constance de Salm a bien marqué son époque par ses poésies décrites en son temps comme « remarquables par une manière franche et vive d’exprimer la pensée, qui était un des caractères de son talent »26 ; un auteur, son contemporain, lui confère le surnom de « Boileau des Femmes »27. Dans cette courte épître, d’une façon révolutionnaire, moraliste et parfois ironique, la poétesse traite des problèmes auxquels s’affrontent les femmes de son époque : la liberté d’écriture, l’expression artistique, la situation dans la famille, les rapports avec les hommes, l’objectivation ou la justice alors que, comme nous l’apprend J. Duverger, « la politique n’avait point encore, à cette époque, usurpé dans les salons la place de la littérature »28. Mue par une exigence de réciprocité, elle demande pour les femmes les mêmes droits et les mêmes chances que ceux dont jouissent les hommes. Aux hommes, elle enjoint de traiter les femmes comme des égales, aux femmes, elle prône le courage de se battre pour ce qu’elles méritent du fait même d’appartenir au genre humain, pour que cesse l’état de dépendance où la société entend les maintenir. « La Révolution française inaugure une ère nouvelle : l’aspiration collective à l’égalité de tous et de chacun. [...] moment fondateur de l’idée de liberté possible pour les unes comme pour les uns »29 – cela Constance de Salm l’exprime comme personne. Et bien que le mot « féminisme », dont la primauté d’usage est attribuée à Charles Fourier, n’entre dans la langue française qu’en 1837, en tant que « doctrine qui préconise l’extension des droits, du rôle de la femme dans la société »30, l’ensemble des actions qui ont donné naissance à l’idée même était connu à travers les siècles et a atteint son apogée pendant la Révolution. Constance de Salm, bien qu’elle soit issue de la noblesse, éduquée et devenue princesse, prenant la parole au nom de toutes les femmes, présente déjà elle aussi des aspects qui ressortissent clairement au féminisme, et laisse de cette façon « un véritable testament littéraire, testament dont la postérité n’appellera pas »31.

Haut de page

Bibliographie

Philippe Ariès et Georges Duby (dir.), Histoire de la vie privée, t. 4 : De la Révolution à la Grande Guerre, Paris, Seuil, 1999.

Simone Balayé, Madame de Staël. Lumières et Liberté, Paris, Klincksieck, 1979.

Marianne Cornevin, Liberté, que de crimes on commet en ton nom ! : Vie de madame Roland, guillotinée le 8 novembre 1793, Paris, Maisonneuve et Larose, 2002.

Pierre Cornut-Gentille, Madame Roland : une femme en politique sous la Révolution, Paris, Perrin, 2015.

Jean-Louis Debré, Valérie Bochenek, Ces femmes qui ont réveillé la France, Paris, Seuil, « Points », 2014.

Geneviève Haroche-Bouzinac, La Vie mouvementée d'Henriette Campan, Paris, Flammarion, 2017.

Albert Jourcin, Philippe Van Tieghem, Dictionnaire des femmes célèbres, Paris, Larousse, 1969.

Le Biographe universel, Revue générale biographique, politique et littéraire par Une Société d’Hommes de Lettres français et étrangers, sous la direction de M. E. Pascallet. Troisième volume, tome second, Paris, 1842.

Andrée Michel, Le féminisme, Paris, Presses Universitaires de France, 2007.

Notice biographique sur la vie et les écrits de Mme la princesse Constance de Salm-Dyck, publiée par MM. Tisseron et de Quincy, 1845.

Ovide, Les Métamorphoses, Paris, Gallimard, 1992.

Jean-Noël Pascal, in Béatrice Didier, Antoinette Fouque et Mireille Calle-Gruber (dir.), Dictionnaire universel des créatrices, Paris, Éditions des femmes, 2013.

Constance D. T. Pipelet, Épître aux femmes, Paris, Desenne, 1797.

Christine Planté, La petite sœur de Balzac. Essai sur la femme auteur, Lyon, Presses universitaires de Lyon, 2015.

Qui est Germaine de Staël ?, Société des Études Staëliennes, http://www.stael.org/qui-est-germaine-de-stael/, consulté le 05.08.2021

Michèle Riot-Sarcey, Histoire du féminisme, Paris, La Découverte, 2015.

Yannick Ripa, Les femmes, actrices de l’histoire, France, de 1789 à nos jours, Paris, Armand Colin, « U », réédition 2010 [1999].

Florence Rochefort, Histoire mondiale des féminismes, Paris, Presses Universitaires de France, « Que sais-je ? », 2018.

Constance de Salm, Œuvres complètes de madame la princesse Constance de Salm. Épîtres. Discours, Paris, Librairie de Firmin Didot Frères, 1842.

Constance de Salm, Poésies, Paris, Librairie de Firmin Didot Frères, 1811.

Haut de page

Notes

1 Florence Rochefort, Histoire mondiale des féminismes, Paris, Presses Universitaires de France, « Que sais-je ? », 2018, p. 19.

2 D’autres avant lui avaient dénoncé le danger de la participation des femmes à la vie publique : « ces sociétés ne sont point composées de mères de famille, de filles de famille, de sœurs occupées de leurs frères ou sœurs en bas âge, mais d’espèces d’aventurières, de chevalières errantes, de filles émancipées, de grenadiers femelles ». Ce jugement de Fabre d’Églantine à propos des clubs féminins traduit la conviction générale sur les femmes qui, une fois sorties de l’espace privé qui leur est naturellement réservé, auraient tendance à se masculiniser. Cf. Philippe Ariès et Georges Duby (dir.), Histoire de la vie privée, t. 4 : De la Révolution à la Grande Guerre, Paris, Seuil, 1999, p. 23.

3 Jean-Louis Debré, Valérie Bochenek, Ces femmes qui ont réveillé la France, Paris, Seuil, « Points », 2014, p. 17.

4 Ce pensionnat pour les jeunes filles de la haute bourgeoisie est fondé en 1795 par Henriette Campan (1752-1822, lectrice des filles de Louis XV, Première femme de chambre de Marie-Antoinette). Elle y élabore sa propre méthode d’éducation qui donne aux jeunes filles l’accès à des savoirs jusque-là réservés seulement aux garçons ; l’un des objectifs visés, quoique jamais pleinement atteint, est de préparer les pensionnaires aux affres de la vie, les dotant d’une certaine autonomie. Cf. Geneviève Haroche-Bouzinac, La Vie mouvementée d'Henriette Campan, Paris, Flammarion, 2017.

5 « Les mères ont une beaucoup plus grande responsabilité en ce qui concerne leurs filles, que l’État leur abandonne (retard de scolarisation des filles) et que l’Église leur confie », Histoire de la vie privée, op. cit., p. 142.

6 Jean-Louis Debré, Valérie Bochenek, Ces femmes qui ont réveillé la France, op. cit., pp. 11-12.

7 Yannick Ripa, Les femmes, actrices de l’histoire, France, de 1789 à nos jours, Paris, Armand Colin, « U », réédition 2010 [1999], p. 24.

8 Constance de Salm, Poésies, Paris, Librairie de Firmin Didot Frères, 1811, p. 10. Les citations se réfèrent toutes à cette édition et seront désormais signalées par l’abréviation PO suivie du numéro de page directement après la citation.

9 Marianne Cornevin en donne une analyse détaillée dans son ouvrage Liberté, que de crimes on commet en ton nom !: Vie de madame Roland, guillotinée le 8 novembre 1793, Paris, Maisonneuve et Larose, 2002. Pour situer ce personnage dans le panorama de la vie politique de cette époque, on pourra se référer également à la monographie de Pierre Cornut-Gentille, Madame Roland : une femme en politique sous la Révolution, Paris, Perrin, 2015.

10 Il convient de renvoyer, pour le détail de ces questions, à l’ouvrage incontournable de Simone Balayé, Mme de Staël : lumières et liberté, Paris, Klincksieck, 1979.

11 Le Biographe universel, Revue générale biographique, politique et littéraire par Une Société d’Hommes de Lettres français et étrangers, sous la direction de M. E. Pascallet. Troisième volume, tome second, Paris, 1842, p. 203.

12 Albert Jourcin, Philippe Van Tieghem, Dictionnaire des femmes célèbres, Paris, Larousse, 1969, p. 213.

13 Le Biographe universel..., op. cit., p. 204.

14 Le Biographe universel..., op. cit., pp. 207-208.

15 Ibid.., p. 208.

16 D’après Le Biographe universel, op. cit., p. 208.

17 Ibid.

18 Constance D. T. Pipelet, Épître aux femmes, Paris, Desenne, 1797, p. 5.

19 Michèle Riot-Sarcey, Histoire du féminisme, Paris, La Découverte, 2015, p. 9.

20 Christine Planté, La petite sœur de Balzac. Essai sur la femme auteur, Lyon, Presses universitaires de Lyon, 2015, p. 52.

21 Cité d’après Yannick Ripa, Les femmes, actrices de l’histoire, France, de 1789 à nos jours, op. cit., p. 22.

22 Jean-Louis Debré, Valérie Bochenek, Ces femmes qui ont réveillé la France, op. cit., p. 16.

23 Ibid., p. 17.

24 La première symbolise l’intelligence, la sagesse, elle est la patronne des artisans, tandis que la deuxième s’occupe avant tout de la beauté et de l’amour. Ovide, Les Métamorphoses, Paris, Gallimard, 1992.

25 Christine Planté, La petite sœur de Balzac. Essai sur la femme auteur, op. cit., p. 49.

26 Ibid., p. 203.

27 Le nom de cet auteur n’est mentionné ni dans Le Biographe universel ni dans la Notice biographique sur la vie et les écrits de Mme la princesse Constance de Salm-Dyck, publiée par MM. Tisseron et de Quincy, 1845.

28 Le Biographe universel..., op. cit., pp. 203-204.

29 Michèle Riot-Sarcey, Histoire du féminisme, op. cit., p. 3.

30 Dictionnaire Robert, Paris, nouv. éd., 1978, p. 768, cité d’après Andrée Michel, Le féminisme, Paris, Presses Universitaires de France, 2007.

31 Le Biographe universel…, op. cit., p. 226.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Eliza Sasin, « « Ô femmes ! reprenez la plume et le pinceau » : un manifeste féministe de Constance de Salm »Babel, 43 | -1, 255-270.

Référence électronique

Eliza Sasin, « « Ô femmes ! reprenez la plume et le pinceau » : un manifeste féministe de Constance de Salm »Babel [En ligne], 43 | 2021, mis en ligne le 01 décembre 2021, consulté le 19 mai 2022. URL : http://journals.openedition.org/babel/12284 ; DOI : https://doi.org/10.4000/babel.12284

Haut de page

Auteur

Eliza Sasin

Université de Łódź

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Babel. Littératures plurielles est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Laboratoire Babel
  • Logo Université de Toulon
  • DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • OpenEdition Journals
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search