Navigation – Plan du site

AccueilNuméros43VariaLe Deuxième Sexe : violences, fem...

Varia

Le Deuxième Sexe : violences, femmes, soins

Tiphaine Martin
p. 271-286

Résumés

Comment les violences contre les femmes sont-elles analysées par Simone de Beauvoir dans Le Deuxième Sexe ? Quelles solutions propose l’écrivaine ? Nous établirons des parallèles avec les descriptions de harcèlements sexuels et de viols décrits par Beauvoir dans ses mémoires de récits de voyage. Nous montrerons comment la philosophe a mis en pièces les mythes de la féminité, en lien avec les clichés racistes qu’elle a observés en 1947 aux États-Unis. Nous rappellerons les combats beauvoiriens pour la concrétisation de l’égalité femmes-hommes dans les années 1970, ce qui fait du féminisme de l’autrice une théorie pratique et non pas éthérée.

Haut de page

Texte intégral

1Des stéréotypes qui ont la vie dure voudraient que violence et femme soient synonymes, alors que les études actuelles démontrent que les sévices sont surtout le fait des hommes. Comment, en 1949, les violences étaient-elles perçues par la société française ? L’écrivaine, philosophe, autobiographe, dramaturge, journaliste, scénariste, dialoguiste et essayiste Simone de Beauvoir a publié, en effet, des analyses des violences au féminin dans son essai Le Deuxième Sexe. D’où proviennent les violences auxquelles sont confrontées les femmes ? Comment se manifestent-elles ? Quelles en sont les conséquences pour les femmes ? L’objet de cet article est de proposer, dans une première et dans une deuxième partie, des réponses à ces questions. L’autrice, qui a si souvent décrit la violence subie par la moitié de l’humanité, propose également des remèdes pour diminuer drastiquement ces violences. Nous les examinerons dans une troisième partie.

Violences contre les femmes

2Dans Le Deuxième Sexe, essai de 1949 qui a été violemment attaqué à sa sortie et qui continue de susciter des polémiques et des interdictions, Beauvoir refuse les explications toutes faites sur une des moitiés de l’espèce humaine, parmi lesquelles l’essentialisme, c’est-à-dire le fait de considérer que tout vient de la nature et que l’éducation ne construit rien de l’individu. L’écrivaine scrute avec minutie ce qu’enseignent l’histoire, la biologie, la psychanalyse. Elle fait appel, de manière novatrice, à la littérature, pour dégager les mythes propagés par les auteurs et par les sociétés. Elle met à nu les contradictions et la mauvaise foi des écrivains, qui prétendent parler des femmes à leur place ou décrire ce que seraient réellement les femmes.

  • 1 Simone de Beauvoir, Le Deuxième Sexe I. Les Faits et les mythes, p. 308.
  • 2 Ibid., p. 31.

3Les femmes ne sont jamais considérées pour elles-mêmes et dans leur individualité : « chaque femme est habitée par l’essence générale de la Femme »1. Elles sont examinées et critiquées sous le sceau de l’universalité et avec un « F » majuscule, comme si elles formaient une entité indissociable. L’homme, le mâle, au contraire, désigne l’espèce humaine lorsqu’il est écrit avec une majuscule. Il est le Premier, elle est l’Autre, la Seconde : « ce qui définit d’une manière singulière la situation de la femme, c’est que, étant comme tout être humain, une liberté autonome, elle se découvre et se choisit dans un monde où les hommes lui imposent de s’assumer comme Autre : on prétend la figer en objet […] »2. L’homme est le juge et l’ordonnateur en toutes choses et en tout temps. Il a décidé de la considérer non comme une égale, comme un sujet, mais comme une inférieure, un objet. Beauvoir oppose le singulier féminin au pluriel masculin, la singularité figée dans un cadre à la libre diversité.

  • 3 Ibid., p. 235.
  • 4 Ibid., p. 228.

4La femme ne se conçoit que par rapport au masculin : « la femme est exclusivement définie dans son rapport avec l’homme »3. Elle doit regarder et se voir uniquement dans le regard masculin, au détriment de son propre ressenti et de ses propres envies et volontés : « Il s’ensuit que la femme se connaît et se choisit non en tant qu’elle existe pour soi mais telle que l’homme la définit »4. Elle ne s’appartient jamais, elle doit se contraindre à correspondre aux desiderata masculins. Chaque femme se doit d’être parfaite, c’est-à-dire de correspondre aux injonctions explicites ou implicites des hommes, sachant que ces dernières évoluent au fil du temps :

  • 5 Ibid., pp. 257-258.

« Les coutumes, les modes se sont souvent appliquées à couper le corps féminin de sa transcendance : la Chinoise aux pieds bandés peut à peine marcher, les griffes vernies de la star d’Hollywood la privent de ses mains, les hauts talons, les corsets, les paniers, les vertugadins, les crinolines étaient destinées moins à accentuer la cambrure du corps féminin qu’à en augmenter l’impotence. Alourdi de graisse, ou au contraire si diaphane que tout effort lui est interdit, paralysé par des vêtements incommodes et par les rites de la bienséance, c’est alors qu’il apparaît à l’homme comme sa chose »5.

5Les cadres vestimentaires qui lui sont imposés sont un dressage supplémentaire. Ils permettent aux hommes de jouer les pygmalions et d’arrêter toute velléité de liberté de mouvements pour les femmes. Ainsi, elles sont à la merci des hommes et justifient par le langage corporel leur relégation à la maison. L’enfermement dans la maison et la dichotomie radicale entre l’oikos (la maison, le dedans) et la polis (la Cité, le dehors) est très ancienne, au moins pour les femmes des classes aisées. Beauvoir en rappelle les dates et les différentes terminologies dans la partie « Histoire » du tome un du Deuxième Sexe :

  • 6 Ibid., p. 188.

« [...] gynécée, harem, foyer en un mot. Ce piège tendu par la société aux femmes est soigneusement préparé : les femmes sont asservies à la cuisine, au ménage, on surveille jalousement leurs mœurs ; on les enferme dans les rites d’un savoir-vivre qui entrave toute tentative d’indépendance. Par compensation, on les honore, on les entoure des plus exquises politesses »6.

6La galanterie est un prétexte pour mieux enfermer les femmes déjà entravées. Affirmer sa liberté en découvrant le monde leur est refusé, à petite comme à grande échelle :

  • 7 Simone de Beauvoir, Le Deuxième Sexe, II. L’expérience vécue, p. 556.

« [...] la rue lui est hostile [...] il faut qu’elle inspire du respect par sa toilette, sa tenue : ce souci la rive au sol et à soi-même. [...] À 18 ans, T. E. Lawrence accomplit seul une vaste randonnée à bicyclette à travers la France ; on ne permettra pas à la jeune fille de se lancer dans une pareille équipée : encore moins lui serait-il possible comme Lawrence le fit un an plus tard de s’aventurer à pied dans un pays à demi désert et dangereux »7.

7Hors de question qu’elles sortent ou voyagent seules, l’extérieur n’est pas fait pour elles.

  • 8 Simone de Beauvoir, Mémoires d’une jeune fille rangée, p. 225.
  • 9 Ibid., p. 379.
  • 10 Simone de Beauvoir, La Force de l’âge, p. 110.

8Les femmes sont réduites à leur statut d’objet sexuel, parées pour le mâle. Beauvoir rapporte dans ses mémoires plusieurs tentatives de viol et de harcèlement sexuel dont elle a été l’objet ou dont ont été victimes des touristes. Adolescente, elle a eu affaire à un libraire exhibitionnisme dans une pieuse librairie parisienne8. Pendant ses virées dans les bars de la capitale, dans sa vingtième année, elle se débat contre des hommes trop pressants9. Adulte, lorsqu’elle part en randonnée autour de Marseille, elle échappe à de nombreuses tentatives de viol, notamment de la part de camionneurs qui voulaient la prendre en auto-stop10. Dans La Force des choses, elle raconte qu’une jeune Anglaise a été violée, à l’été 1945, en Tunisie :

  • 11 Simone de Beauvoir, La Force des choses, 1, p. 84.

« Décidément ici le viol n’est pas un mythe, pensai-je ; beaucoup d’hommes vivent dans un si extrême dénuement que le mariage, donc la femme, leur sont interdits : leur ventre crie ; et puis, habitués au voile et à la réserve des Musulmanes, une femme qui s’étend sur le sable, seule, demie nue, est une femme offerte, c’est une femme à prendre »11.

  • 12 Ibid., p. 86.
  • 13 Ibid., p. 84.

9L’écrivaine explique les raisons de ce type de viol par les coutumes religieuses et sociétales, mais sans les condamner. Peu auparavant, elle narre une tentative de vol et de viol dont elle a été victime dans le même endroit. Un peu plus tard, le patron de son hôtel à Gabès tente de la séduire : « le patron de l’hôtel glissa sous ma porte un poème où il déplorait, entre deux compliments galants, que je fusse existentialiste »12. Cela s’est déjà produit en 1950 en Algérie, à Tamanrasset13. L’autobiographe se moque de la mauvaise réputation des existentialistes, propagée par les journaux jusque dans la société coloniale, tout en mettant à nouveau en évidence l’adéquation femme voyageant seule / femme facile. De toutes parts, les femmes sont ramenées à l’intérieur ou exposées au harcèlement.

  • 14 Simone de Beauvoir, Le Deuxième Sexe, II, op. cit., p. 257.

10Le travail effectué dans la maison par l’épouse étant gratuit, il est rendu invisible. L’économie du couple puis de la famille repose sur les épaules du mari. La femme doit mendier de l’argent pour les frais du ménage et pour ses propres besoins. Sa dépendance économique permet sa soumission complète vis-à-vis de son mari, dont elle ne peut rien contester, du moins ouvertement : « Mais sans être nommée, l’hostilité n’en est pas moins vécue. Elle s’exprime avec plus ou moins de violence par l’effort de la jeune femme pour refuser la domination de l’époux »14. L’inégalité économique engendre une révolte mal contenue qui aigrit le caractère des femmes. En tout temps et en tout lieu, la femme doit se conformer – et pas seulement dans son apparence vestimentaire – à ce que l’homme attend de sa part :

  • 15 Ibid., pp. 275-276.

« Il a épousé une « honnête femme » ; par essence elle est vertueuse, dévouée, fidèle, pure, heureuse, et elle pense ce qu’il faut penser. [...] La femme est vouée à l’immoralité parce que la morale consiste pour elle à incarner une inhumaine entité : la femme forte, la mère admirable, l’honnête femme, etc »15.

11Elle doit s’adapter à des cadres préconstruits qui dictent sa conduite et jouer en permanence des rôles imposés.

12Les femmes n’ont donc pas le droit à une sexualité heureuse. Leur apprentissage de la sexualité est placé sous le mode des tabous et des interdits, dans leur enfance et dans leur adolescence. Ensuite, leur accès à la libido ne leur ouvre pas le chemin du paradis sur Terre, mais les crispe sur elles-mêmes :

  • 16 Ibid., pp. 140, 142-144.

« La « nuit de noces » qui livre la vierge à un homme que d’ordinaire elle n’a pas vraiment choisi, et qui prétend résumer en quelques heures – ou quelques instants – toute l’initiation sexuelle n’est pas non plus une expérience facile. [...] même éprise passionnément de son image, toute jeune fille au moment du verdict masculin doute de soi [...]. C’est pourquoi l’attitude de l’homme aura des résonances si profondes. [...] D’ailleurs, l’homme fût-il déférent et courtois, la première pénétration est toujours un viol »16.

13Beauvoir insiste sur l’agressivité des rapports sexuels et la puissance du bouleversement qu’elle opère dans la chair et la psyché de la femme. L’habitude, acquise dès l’enfance, de douter de son jugement et de prendre pour argent comptant les diktats masculins l’enchaîne au jugement de celui-ci. La sexualité est impérieusement réglementée :

  • 17 Ibid., p. 349.

« Une femme qui sollicite trop clairement le désir mâle a mauvais genre ; mais celle qui semble le répudier n’est pas plus recommandable : on pense qu’elle veut se masculiniser, c’est une lesbienne ; ou se singulariser ; c’est une excentrique ; en refusant son rôle d’objet elle défie la société : c’est une anarchiste. Si elle veut seulement se faire remarquer, il faut qu’elle conserve sa féminité. C’est la coutume qui réglemente le compromis entre l’exhibitionnisme et la pudeur [...] »17.

14Il n’est concédé aucun espace ni aucun moment de liberté aux femmes. Les femmes qui sortent de la norme de la plante verte/potiche bien pensante et bien agissante ne sont acceptées par quiconque. Vivre sa sexualité selon ses propres désirs et envies est refusée aux femmes.

  • 18 Ibid., p. 476.

15La sexualité féminine est canalisée et orientée depuis des siècles vers la reproduction. L’arrêt des règles à la ménopause engendre logiquement la fin de la sexualité et d’éventuels plaisirs. Beauvoir décrit l’agitation des femmes âgées : « Amusée ou amère, la sagesse de la vieille femme demeure encore toute négative : elle est contestation, accusation, refus ; elle est stérile »18. Les femmes seraient donc mises dans l’incapacité de vivre leur vie, quel que que soit leur âge.

  • 19 Ibid., p. 287.

16Des lois répressives s’ajoutent aux injonctions morales. La législation en vigueur à l’époque de Beauvoir interdit l’avortement, la contraception féminine et le préservatif, n’autorise le divorce qu’avec parcimonie et seulement avec la preuve de l’adultère. Le divorce est un long combat juridique, auquel s’ajoute des problèmes de pensions alimentaires pas ou peu payées : « Le divorce n’est pour la femme qu’une possibilité abstraite si elle n’a pas les moyens de gagner elle-même sa vie [...] »19. Beauvoir souligne la nécessité de l’indépendance économique, malgré des salaires féminins bas et plus inégalitaires encore que de nos jours et l’obligation pour les femmes mariées de demander l’autorisation à leur mari pour ouvrir un compte bancaire.

  • 20 Ibid., pp. 521-522.

17Cependant, disposer de ses propres moyens économiques ne suffit pas plus que d'avoir enfin obtenu quelques droits politiques. Selon l’essayiste : « il ne faudrait pas croire que la simple juxtaposition du droit de vote et d’un métier soit une parfaite libération : le travail aujourd’hui n’est pas la liberté »20. Beauvoir se montre toujours très méfiante envers la politique, trop abstraite et ne donnant pas les moyens à la nouvelle citoyenne de vivre au quotidien. En outre, elle insiste sur la pénibilité du travail en général. Les femmes passent d’une contrainte à une autre, ce qui explique l’attractivité du travail au foyer.

  • 21 Ibid., pp. 542-543.

18Une fois le pouvoir économique assuré, encore faut-il pouvoir parler, s’exprimer, créer. Beauvoir décrit dans Le Deuxième Sexe le manque de motivation et de courage des étudiantes : « un très grand nombre des élèves n’entendent pas poursuivre leurs études, elles travaillent très superficiellement et les autres souffrent d’un manque d’émulation. [...] elle[s] décide[nt] d’économiser [leurs] forces : c’est là un détestable calcul »21. Beauvoir reproche aux jeunes filles de ne pas se battre contre les bâtons dans les roues et de borner leur horizon estudiantin à l’acquisition d’un vernis culturel.

  • 22 Simone de Beauvoir, Mémoires d’une jeune fille rangée, op. cit., p. 242.
  • 23 Simone de Beauvoir, Le Deuxième Sexe II, op. cit., p. 542.

19L’autrice y revient dans les Mémoires d’une jeune fille rangée, parues en 1958, lorsqu’elle décrit l’abandon des études par ses camarades de classe à l’Institut Sainte-Marie, à la fin des années vingt : « je continuais à aller de l’avant, je me développais tandis que, pour s’adapter à leurs exigences de filles à marier, elles commençaient de s’abêtir »22. Il ne s’agit pas uniquement de forcer les jeunes filles à arrêter leur développement intellectuel. Elles sont forcées de se rendre moins intelligentes qu’elles ne le sont, afin de plaire aux hommes et d’avoir leurs chances dans la chasse au mari. Beauvoir met en relief le parcours d’obstacles qu’est une carrière féminine : « plus elle va de l’avant, plus elle renonce à ses autres chances ; en se faisant bas-bleu, femme de tête, elle déplaira aux hommes en général ; ou elle humiliera son mari, son amant, par une réussite trop éclatante »23. Ce triste constat est dû au poids des traditions et au manque de confiance inculqué aux femmes depuis leur enfance. L’essayiste ne prend pas en compte la difficulté pour les classes sociales moins favorisées d’accéder aux concours. Elle se focalise sur les bourgeoises et petites-bourgeoises blanches qu’elle a pu avoir comme élèves lorsqu’elle était professeure.

20Cependant, elle établit un parallèle entre la condition des femmes blanches et celle des Noirs américains :

  • 24 Ibid., pp. 24-25.

« [...] les unes et les autres s’émancipent aujourd’hui d’un même paternalisme et la cause naguère maîtresse veut les maintenir “à leur place”, c’est-à-dire à la place qu’elle a choisie pour eux ; dans les deux cas elle se répand en éloges plus ou moins sincères sur les vertus du “bon Noir” à l’âme inconsciente, enfantine, rieuse, du Noir résigné, et de la femme “vraiment femme”, c’est-à-dire frivole, puérile, irresponsable, la femme soumise à l’homme »24.

  • 25 Ibid., pp. 540-541.
  • 26 Ibid., p. 524.

21Les hommes enferment les Noirs et les femmes dans des catégories de race ou de sexe pour mieux les opprimer. Les femmes, comme les Noirs américains, doivent parcourir tant d’obstacles et se défaire d’un si grand nombre de chaînes que leurs libertés et leur créativité en sont fortement réduites25. Être une femme n’est pas être un homme, non pas tant d’un point de vue biologique que de la construction sociale que cette différence implique : « quand elle aborde sa vie d’adulte, elle n’a pas derrière elle le même passé qu’un garçon ; elle n’est pas considérée par la société avec les mêmes yeux ; l’univers se présente à elle dans une perspective différente »26. L’écart entre l’éducation des femmes et celle des hommes creuse un abîme, qui engendre une incompréhension difficilement réductible.

  • 27 Ibid., p. 260.

22Cette séparation est aussi intellectuelle et peut avoir de lourdes conséquences : « Entre des mains masculines la logique est souvent violence. [...] Dans une lutte où son insuffisance intellectuelle la condamne à être vaincue à tout coup, la jeune femme n’a d’autre recours que le silence, les larmes, ou la violence [...] »27. La guerre entre les sexes se manifeste par le triomphe intellectuel des hommes et la défaite des femmes. L’écrivaine montre combien il est difficile pour une femme de créer des œuvres durables et profondes :

  • 28 Ibid., pp. 547-548, 552.

« Pour ne pas laisser sombrer dans le néant une vie intérieure qui ne sert à rien, pour s’affirmer contre le donné qu’elle subit dans la révolte, pour créer un monde autre que celui où elle ne réussit pas à s’atteindre, elle a besoin de s’exprimer. Aussi est-il connu qu’elle est bavarde et écrivassière ; elle s’épanche en conversations, en lettres, en journaux intimes. [...] Mais les circonstances mêmes qui orientent la femme vers la création constituent aussi des obstacles qu’elle sera bien souvent incapable de surmonter. [...] [les femmes] ne font que balbutier »28.

  • 29 Simone de Beauvoir, Le Deuxième Sexe, I, op. cit., p. 388.
  • 30 François Mauriac, Le Romancier et ses personnages, p. 158.

23Beauvoir se désole de voir les femmes se cantonner dans des « ouvrages de dame ». Rappelons qu’en 1949 il n’existait pas d’histoire des femmes, d’où son analyse négative de la créativité féminine. En outre, la manière de s’exprimer des femmes n’intéresse personne : « Dire que la femme est mystère, c’est dire non qu’elle se tait mais que son langage n’est pas entendu [...] »29. Ses discours sont réduits à un babil que personne n’écoute. Un des sous-textes possibles de ces propos beauvoiriens est le discours prononcé par François Mauriac en 1923, au sujet de l’éducation des filles : « Ces débats intellectuels, qui sont le plus beau plaisir de la camaraderie et de l'amitié masculine, sont toujours insupportables avec une femme parce que le secret que nous attendons d'elle est d'un autre ordre »30. L’écrivain bordelais pose avec arrogance la prédominance de la voix virile et des groupes non-mixtes dans le domaine intellectuel, ainsi que la mise à l’écart volontaire d’une parole intelligente venue des femmes.

24Les conséquences de ces multiples entraves et violences contre les femmes couvrent beaucoup de domaines. Tout d’abord, il y a des avantages à faire partie des collaboratrices du patriarcat et de sa propre destruction en tant qu’être humain :

  • 31 Simone de Beauvoir, Le Deuxième Sexe, I, op. cit., p. 21.

« Refuser d’être l’Autre, refuser la complicité avec l’homme, ce serait pour elles renoncer à tous les avantages que l’alliance avec la caste supérieure peut leur conférer. [...] tentation [...] de fuir sa liberté et de se constituer en chose : c’est un chemin néfaste car [elle est] passi[ve], aliéné[e], perdu[e] [...]. Mais c’est un chemin facile : on évite ainsi l’angoisse et la tension de l’existence authentiquement assumée »31.

  • 32 Simone de Beauvoir, Le Deuxième Sexe, II, op. cit., p. 542.
  • 33 Ibid., p. 264.
  • 34 Ibid., p. 478.
  • 35 Ibid., p. 264.

25Être un sujet responsable de soi-même et non plus un objet est très compliqué pour les femmes, prises entre des injonctions et des désirs contradictoires. Les femmes sont tiraillées : « L’espoir d’être un jour délivrée du souci d’elle-même, la crainte de devoir, en assumant ce souci, renoncer à tout espoir, se liguent pour l’empêcher de se livrer sans réticence à ses études, à sa carrière »32. Les femmes sont aussi entravées par elles-mêmes. La frustration consécutive aux premières expériences sexuelles la conduit soit à la frigidité33, soit à faire de l’amour une religion où se perdre34 : « [...] d’une manière ou d’une autre elle essaie de l’humilier dans sa virilité »35. Les femmes se vengent en utilisant leur corps contre leur mari.

Violences féminines

  • 36 Simone de Beauvoir, La Femme rompue, p. 87.

26Une autre façon de manifester son profond mal-être est de devenir folle. Les portraits de folles abondent dans l’œuvre mémorielle et dans les romans de Beauvoir. Murielle, narratrice de « Monologue », deuxième nouvelle du recueil La Femme rompue paru en 1968, concentre toutes les tares féminines liées au mythe de la gorgone : elle s’est bouclée dans une chambre à la suite du suicide de sa fille Sylvie. Elle nie sa responsabilité dans ce douloureux évènement, alors qu’elle n’a cessé d’espionner sa fille et de contrôler ses mouvements et ses tenues. Dans sa logorrhée, Murielle évoque les souvenirs de son enfance, de la préférence de sa mère pour son petit frère, des danses érotiques de sa mère et de son oncle lors des fêtes de Noël, de ses mariages et de ses échecs sentimentaux, dus en partie à ses incessantes récriminations. Elle se glorifie de ne pas tricher, de voir clair en toutes circonstances. Elle ne cesse de se mirer avec complaisance dans son passé de jeune adulte tout en se bourrant de médicaments et en enfonçant des boules Quies dans les écouteurs du téléphone pour « entendre que le téléphone ne sonne pas »36. Elle résume en elle toutes les aliénations et toutes les chaînes dont sont chargées les femmes et dont peu d’entre elles arrivent à se défaire. Murielle a tourné son mal de vivre contre elle-même puis contre sa fille, pendant que son mari, père de Sylvie, ne faisait rien pour empêcher le drame.

27Autres cas de folie féminine, ceux des faits-divers, que Beauvoir suivait assidûment dans les années trente, selon ses propos dans La Force de l’âge (deuxième tome de ses mémoires, paru en 1960). Elle cite, entre autres, les cas de Violette Nozières la parricide, des Sœurs Papin, domestiques durement exploitées et meurtrières de leurs patrons. Elle choisit d’analyser ces cas sous l’angle de la culpabilité de la société, voyant dans ces femmes des victimes plus que des coupables.

  • 37 Simone de Beauvoir, Le Deuxième Sexe, I, op. cit., pp. 134-135.

28En ces temps d’interdiction de l’avortement et de la contraception, les infanticides sont légion, surtout ceux des filles. Beauvoir rappelle le cas des mœurs antiques37.

  • 38 Simone de Beauvoir, Le Deuxième Sexe, II, op. cit., pp. 326-327.
  • 39 Ibid., pp. 328-330.

29Il y a également, moins visibles mais tout aussi terribles, les violences envers les enfants. Beauvoir commence par définir la maternité comme un « étrange compromis de narcissisme, d’altruisme, de rêve, de sincérité, de mauvaise foi, de dévouement, de cynisme »38. Elle continue en montrant comment la mère exerce une omnipotence sur ses enfants, filles et garçons : « ce qui les enchante c’est de dominer ; tout petit, le bébé est un jouet [...] la mère donne comme prétexte à ses colères qu’elle veut “former” l’enfant ; et inversement l’échec de son entreprise exaspère son hostilité. [...] Leur intérêt et le sien ne se recoupent pas, de là le drame »39.

  • 40 Ibid., p. 331.

30Les enfants sont au pouvoir total de la mère, puisque le père ne s’en occupe que rarement, ou lorsqu’ils sont plus âgés pour les fils. Le fossé entre les fonctions maternelles et paternelles est abyssal et ne recouvre jamais la même réalité. Rien n’entrave la mainmise des mères sur leurs bambins. Elle peut à loisir en faire ses choses et se défouler sur eux, qui lui sont inférieurs. Cependant, l’essayiste fait la distinction entre avoir une fille ou un fils : « À travers lui elle possédera le monde : mais à condition qu’elle possède son fils »40. Le fils est comme le mari, il a le pouvoir sur le monde, dont il apprend vite qu’il est à lui. Il permet à la mère de s’échapper vers l’extérieur et de réaliser ses rêves. Les garçons échappent plus rapidement et plus facilement, selon Beauvoir, à l’emprise maternelle.

  • 41 Ibid., p. 332.

31Les filles sont moins favorisées : « Dans une fille, la mère ne salue pas un membre de la caste élevée : elle y cherche son double. Elle projette en elle toute l’ambiguïté de son rapport à soi ; et quand s’affirme l’altérité de cet alter ego, elle se sent trahie »41. La mère cherche à ce que sa fille reproduise exactement ce qu’elle a vécu, sans avoir le droit d’explorer de nouveaux chemins ni, surtout, d’être libre à l’extérieur.

  • 42 Ibid., p. 288.

32Au final, la violence féminine se tourne vers l’homme : « le fait est que c'est le code masculin, c'est la société élaborée par les mâles et dans leur intérêt, qui a défini la condition féminine sous une forme qui est à présent pour les deux sexes une source de tourments »42. La société patriarcale est une prison double, quoique les hommes y trouvent plus d’avantages que de désavantages.

Des solutions ?

33Pour que femmes et hommes sortent de l’enfer patriarcal, quelles sont les solutions proposées par Beauvoir ? Comment le cercle de la violence envers les femmes et des femmes peut-il être définitivement brisé ?

  • 43 Ibid., p. 562.

34En 1949, Beauvoir estime que la libération des femmes est loin d’être accomplie, mais qu’elle est en marche : « la femme [...] se pique de penser, agir, travailler, créer au même titre que les mâles ; au lieu de chercher à les ravaler, elle affirme qu’elle s’égale à eux »43. Les femmes auraient donc pris conscience de l’oppression qu’elles subissent et se seraient en partie libérées de leur soumission aux hommes. Le verbe « se piquer de » est à prendre dans un mode ironique : l’autrice se sert d’un verbe utilisé par les misogynes et autres paternalistes pour diminuer la portée des efforts des femmes pour devenir les égales des hommes.

35À la fin du Deuxième Sexe, Beauvoir décrit la société idéale qu’elle souhaite voir advenir :

  • 44 Ibid., p. 494.

« [...] les femmes élevées et formées exactement comme les hommes travailleraient dans les mêmes conditions [...] et pour les mêmes salaires ; la liberté érotique serait admise par les mœurs, mais l’acte sexuel ne serait plus considéré comme un “service” qui se rémunère ; la femme serait obligée de s’assurer un autre gagne-pain ; le mariage reposerait sur un libre engagement que les époux pourraient dénoncer dès qu’ils le voudraient ; la maternité serait libre, c’est-à-dire qu’on autoriserait le birth-control et l’avortement et qu’en revanche on donnerait à toutes les mères et à leurs enfants exactement les mêmes droits, qu’elles soient mariées ou non ; les congés de grossesse seraient payés par la collectivité qui assumerait la charge des enfants, ce qui ne veut pas dire qu’on retirerait ceux-ci à leurs parents mais qu’on ne les leur abandonnerait pas »44.

  • 45 Eva Gothlin, Sexe et existence, p. 19.

36Ce programme comporte plusieurs volets. Beauvoir reprend le plan de son essai et insiste d’abord sur l’importance de l’éducation. Ce serait une éducation mixte et égalitaire. Beauvoir refuse une quelconque « spécificité féminine » qui ferait que les filles auraient des qualités que ne possèdent pas les garçons. Le référent reste masculin, et l’écrivaine ne va pas plus loin, ce qui lui a valu de nombreuses critiques, surtout dans les années quatre-vingts et quatre-vingt-dix. Ainsi, Eva Gothlin, dans son ouvrage Sexe et existence, prend l’exemple de la critique Mary Evans, qui, dans Simone de Beauvoir : A Feminist Mandarin (paru en 1986) déclare : « la théorie de Beauvoir est patriarcale et reflète une idéologie libérale marquée par l’individualisme possessif qui glorifie un mode de vie masculin traditionnel et déprécie le mode de vie féminin »45. Evans tombe dans le piège de l’essentialisation qu’a dénoncé Beauvoir en parlant de « mode de vie féminin/masculin », alors qu’il s’agit de la construction de deux manières de vivre antinomiques, dont l’une est le modèle admiré (le masculin) et l’autre le modèle déprécié. Ne serait-il pas plus juste de concevoir, ce que ne fait pas Beauvoir, des manières de vivre qui ne seraient pas marquées par l’appartenance à un sexe ou à un autre ?

37L’écrivaine croit fermement qu’une égalité totale est possible et c’est ce qui importe : égalité de l’éducation, mais aussi égalité économique, autre moyen d’être autonome. L’essayiste s’attarde longuement sur le pan privé de la vie, en revendiquant l’arrêt des tabous sexuels. L’emploi du terme « service » dans la citation est ambigu, car il désigne ici plutôt la prostitution que l’acte conjugal, rémunéré en termes d’habitat et d’achats de vêtements, d’objets de consommation et de nourriture. Dans les deux cas, Beauvoir pense en termes d’indépendance économique, loin des proxénètes, loin du mari, afin d’avoir la liberté complète de se marier ou non. L’apport d’un salaire qui est à soi dans le ménage fait tomber les guerres intestines et les violences dans le couple, en même temps qu’il facilite le divorce. Plus de disputes âpres autour de la pension alimentaire, plus besoin de constat d’adultères humiliants, plus de démarches juridiques qui traînent en longueur.

38En parlant de maternité choisie, Beauvoir rappelle de manière implicite les batailles féministes qui ont lieu depuis le dix-neuvième siècle pour le droit à la contraception et à l’avortement et elle annonce les combats à venir dans les années soixante-dix, dont ceux du MLAC (Mouvement pour la Liberté de l’Avortement et de la Contraception), fondé en avril 1973 par l’avocate Monique Antoine. Beauvoir désire mettre fin au statut juridique et social infamant des filles-mères et des enfants naturels, stigmatisés tous deux par la société hypocrite des bien-pensants. Pour finir, l’autrice prône la prise en charge matérielle de l’accouchement et du congé de maternité et la multiplication des crèches. Une autre solution pour mettre fin aux violences est l’engament dans des mouvements de lutte féministes, ce que fera Beauvoir dans les années soixante-dix. Cependant, la lutte collective a-t-elle gagné la victoire du quotidien et de la vie de couple ? Sans doute faut-il puiser dans la vie de l’écrivaine des propositions qui apparaissent en filigrane dans Le Deuxième Sexe.

39Beauvoir a très longtemps vécu dans un hôtel, elle a toujours pris ses repas au restaurant à partir de sa majorité, elle ne s’est jamais mariée avec Sartre, elle a eu un certain nombre d’amants et pas d’enfants. Elle a essayé de garder intacte sa liberté sexuelle et mentale grâce au pacte proposé par Sartre. Elle a écrit plusieurs articles politiques, contre le régime de Franco en Espagne et contre celui de Salazar au Portugal en 1945, pour ne citer qu’eux. Elle a défendu Djamila Boupacha, une résistance algérienne violée et torturée par des militaires français. Elle a signé le Manifeste des 121 et celui des 343. Elle a écrit contre la justice de classe des années soixante-dix. Elle n’a pas jouée à l’écrivaine, elle s’est entièrement consacrée à l’écriture, en essayant d’agir sur le monde.

40Surtout, elle a énormément voyagé. Simone de Beauvoir s’est déplacée tant par terre que par mer et ciel, de Paris à Pékin, en passant par Rome, Quimper, Stockholm, les Cyclades, Marseille, New York, Tokyo, Rouen, Prague... Le voyage est vécu par elle comme l’expérience existentielle la plus importante, indispensable pour penser notre modernité. Elle est un corps ouvert à toutes les sensations, à de multiples expériences. Mais cette circonscription de l’univers ne signifie pas ennui et attitude passive. Beauvoir prend en main ses voyages, elle ne se laisse pas entraîner par la foule. Femme, elle ouvre la voie à un voyage au féminin en solitaire, où chacune assume son statut d’être de sexe féminin, mais sans revendiquer des droits et des égards particuliers. Son peu d’attention aux dangers qui peuvent la menacer est un encouragement pour ses consœurs à passer outre leurs peurs. L’exemple beauvoirien nous montre comment se défaire progressivement des contraintes liées à une éducation sexuée, de manière individuelle, sans attendre l’aide d’un quelconque compagnon.

Conclusion

41Simone de Beauvoir a écrit une œuvre extrêmement riche, à l’image de son existence très remplie. Voulant écrire sur elle, elle a découvert qu’il fallait qu’elle s’interroge d’abord sur le fait d’être femme. Elle s’est plongée dans les études historiques, sociologiques, psychanalytiques, ainsi que dans les romans, pièces de théâtre, biographies, autobiographies de femmes et d’hommes. Il en a résulté une analyse pointue et sans concession des mythes forgés par les hommes dans le but de garder une supériorité sur les femmes. Le scandale lors de la parution du Deuxième Sexe en 1949 a éclaté non seulement à cause des tabous que brise Beauvoir, mais également de la tranquillité philosophique avec laquelle elle met à nu les rouages de l’exploitation féminine.

42La violence faite aux femmes existe depuis son enfance et se termine avec sa mort. À chaque étape et dans chaque circonstance de sa vie, elle est confrontée à l’omnipotence des hommes, à son manque de confiance en soi et à l’obligation de se taire. La violence est autant implicite qu’exprimée clairement. Les femmes intègrent dès leur plus jeune âge qu’elles sont inférieures aux hommes et qu’elles ne doivent pas essayer de se mesurer à eux, qui sont le référent à tout instant. Elles sont arrêtées dans leur développement intellectuel ou forcées de se faire plus bêtes qu’elles ne le font, afin de ne pas froisser la susceptibilité masculine et de trouver un mari qui les entretient.

43L’indépendance économique et les droits civiques sont le premier pas vers l’autonomie mais ne suffisent pas. Il faut que les mentalités féminines et masculines évoluent. Les femmes doivent se prendre en main et ne plus chercher refuge auprès des hommes. Les hommes, quant à eux, doivent accepter qu’une femme ait un cerveau et s’en serve aussi bien qu’eux.

44Beauvoir a intégré les stéréotypes masculins et ne fait pas de propositions pour une société à la fois mixte et plurielle. Cependant, elle prône l’égalité et la reconnaissance des femmes comme sujets et non plus comme objets, ce qui est déjà beaucoup.

45Beauvoir nous invite à réfléchir à toutes les formes de violence et aux moyens de les combattre. Elle montre combien les femmes sont enchaînées à leurs sources de souffrance et comment elles acquiescent et provoquent les violences dont elles sont les premières victimes.

46À nous aujourd’hui de faire le bilan des acquis qui mènent vers l’égalité femmes-hommes et de relire Beauvoir pour y puiser force et inspiration.

Haut de page

Bibliographie

Simone de Beauvoir, La Femme rompue, Paris, Gallimard, 1967.

Simone de Beauvoir, Le Deuxième Sexe, II. L’expérience vécue, Paris, Gallimard, 1987.

Simone de Beauvoir, Le Deuxième Sexe, I. Les Faits et les mythes, Paris, Gallimard, 2000.

Simone de Beauvoir, La Force de l’âge, Paris, Gallimard, « Folio », 1999.

Simone de Beauvoir, La Force des choses, 1, Gallimard, « Folio », 1999.

Simone de Beauvoir, Mémoires d'une jeune fille rangée, Paris, Gallimard, « Folio », 1999.

Eva Gothlin, Sexe et existence, Paris, Éditions Michalon, 2001.

François Mauriac, Le Romancier et ses personnages, Paris, Le Livre de Poche, 1968.

Haut de page

Notes

1 Simone de Beauvoir, Le Deuxième Sexe I. Les Faits et les mythes, p. 308.

2 Ibid., p. 31.

3 Ibid., p. 235.

4 Ibid., p. 228.

5 Ibid., pp. 257-258.

6 Ibid., p. 188.

7 Simone de Beauvoir, Le Deuxième Sexe, II. L’expérience vécue, p. 556.

8 Simone de Beauvoir, Mémoires d’une jeune fille rangée, p. 225.

9 Ibid., p. 379.

10 Simone de Beauvoir, La Force de l’âge, p. 110.

11 Simone de Beauvoir, La Force des choses, 1, p. 84.

12 Ibid., p. 86.

13 Ibid., p. 84.

14 Simone de Beauvoir, Le Deuxième Sexe, II, op. cit., p. 257.

15 Ibid., pp. 275-276.

16 Ibid., pp. 140, 142-144.

17 Ibid., p. 349.

18 Ibid., p. 476.

19 Ibid., p. 287.

20 Ibid., pp. 521-522.

21 Ibid., pp. 542-543.

22 Simone de Beauvoir, Mémoires d’une jeune fille rangée, op. cit., p. 242.

23 Simone de Beauvoir, Le Deuxième Sexe II, op. cit., p. 542.

24 Ibid., pp. 24-25.

25 Ibid., pp. 540-541.

26 Ibid., p. 524.

27 Ibid., p. 260.

28 Ibid., pp. 547-548, 552.

29 Simone de Beauvoir, Le Deuxième Sexe, I, op. cit., p. 388.

30 François Mauriac, Le Romancier et ses personnages, p. 158.

31 Simone de Beauvoir, Le Deuxième Sexe, I, op. cit., p. 21.

32 Simone de Beauvoir, Le Deuxième Sexe, II, op. cit., p. 542.

33 Ibid., p. 264.

34 Ibid., p. 478.

35 Ibid., p. 264.

36 Simone de Beauvoir, La Femme rompue, p. 87.

37 Simone de Beauvoir, Le Deuxième Sexe, I, op. cit., pp. 134-135.

38 Simone de Beauvoir, Le Deuxième Sexe, II, op. cit., pp. 326-327.

39 Ibid., pp. 328-330.

40 Ibid., p. 331.

41 Ibid., p. 332.

42 Ibid., p. 288.

43 Ibid., p. 562.

44 Ibid., p. 494.

45 Eva Gothlin, Sexe et existence, p. 19.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Tiphaine Martin, « Le Deuxième Sexe : violences, femmes, soins »Babel, 43 | -1, 271-286.

Référence électronique

Tiphaine Martin, « Le Deuxième Sexe : violences, femmes, soins »Babel [En ligne], 43 | 2021, mis en ligne le 01 décembre 2021, consulté le 19 mai 2022. URL : http://journals.openedition.org/babel/12309 ; DOI : https://doi.org/10.4000/babel.12309

Haut de page

Auteur

Tiphaine Martin

Laboratoire BABEL (EA 2649)

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Babel. Littératures plurielles est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Laboratoire Babel
  • Logo Université de Toulon
  • DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • OpenEdition Journals
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search