Navigation – Plan du site

AccueilNuméros43Note de lectureLouis-Jean CALVET, La Méditerrané...

Note de lecture

Louis-Jean CALVET, La Méditerranée. Mer de nos langues, Paris, CNRS Éditions, 2016

Dalila Morsly
p. 289-295

Texte intégral

1Le titre engageant de l’ouvrage de Louis-Jean Calvet La Méditerranée. Mer de nos langues s’entend aussi, ou pourrait s’entendre : La Méditerranée. Mère de nos langues. Car la Méditerranée est bien – tout au moins pour nous, Méditerranéens – à la fois notre mer et notre mère.

2L’histoire linguistique de la Méditerranée que Calvet nous propose est marquée par l’histoire d’une succession d’empires, de populations conquises ou conquérantes, de migrations diverses et multiples. Partant du constat évident que « Les langues que l’on parle aujourd’hui ne sont pas les mêmes que celles parlées il y a trois mille ans », Calvet se demande : « Comment est-on passé de l’une à l’autre de ces situations ? » (p. 10).

3Pour répondre à cette question il nous invite à déambuler dans les siècles, sur les nombreux rivages et territoires qui, depuis trois mille ans, ont bordé ou bordent encore la Méditerranée. Il nous invite à découvrir et à suivre le cheminement des langues parlées par les communautés sociales qui entrent en contact à l’occasion ou sous la pression de bouleversements historiques. Il s’intéresse aussi aux répercussions de cette histoire sur les situations sociolinguistiques actuelles.

4Le point de vue adopté est un point de vue historique et sociolinguistique. Calvet reprend ici des concepts et outils d’analyse déjà engagés dans des travaux antérieurs, comme la notion de niche écolinguistique qu’il définit comme « un ensemble constitué par une communauté sociale et des langues » (p. 291). La Méditerranée représente, donc, une « niche écolinguistique » qui se caractérise par une suite de mutations, de « perturbations écolinguistiques » débouchant sur des phénomènes « d’acclimatation linguistique » et ou de « circulation » des langues et variétés, des mots...

5Son approche sociolinguistique s’intéresse, par ailleurs, aussi bien aux pratiques linguistiques qu’aux politiques linguistiques et interventions sur les langues, à l’in vivo aussi bien qu’à l’in vitro, distinction qu’il établit, déjà, dans La Guerre des langues et les politiques linguistiques (Paris, Payot, 1997).

6Pour écrire cette histoire sociolinguistique de la Méditerranée, pour retrouver et reconstituer les itinéraires des populations et des langues parlées et écrites, Calvet nous embarque dans une sorte de lecture archéologique des textes, documents ou travaux spécialisés qu’il nourrit, en même temps, du témoignage heureux de nombreux textes littéraires (de V. Alexis, Umberto Eco, Rabelais, Flaubert, Rousseau, Molière, Hugo et tant d’autres) qu’il se plaît à citer et à analyser.

7Dans une première partie, la plus dense et la plus conséquente, Calvet présente et analyse l’histoire des relations entre communautés sociales et des contacts linguistiques que celles-ci ont pu développer ainsi que les traces de cette histoire dans les langues et les configurations sociolinguistiques actuelles.

8En guise d’entrée dans cette histoire complexe, il rappelle d’abord les différents noms qui ont désigné, dans le passé et, pour certains, désignent, encore aujourd’hui, la Méditerranée. La pluralité des dénominations rend compte d’un paradigme de noms qui s’élabore, selon les langues et les époques, à partir des critères de proximité affective, de situation ou d’orientation géographiques. Calvet explique :

« ... il apparaît que les locuteurs des langues de la Méditerranée l’ont successivement baptisée d’abord comme “la” mer, puis comme “leur” mer, ou par référence soit à sa situation “entre les terres” soit à sa situation au sud, à l’ouest, en empruntant soit au latin “mer du milieu”, soit au turc “mère blanche”, soit aux deux dans le cas de l’arabe “mer blanche du milieu” » (p. 27).

9La Méditerranée est aussi le « berceau des alphabets » (p. 31). L’écriture alphabétique est née progressivement pour répondre à des besoins économiques et politiques de peuples parlant des langues sémitiques et une langue véhiculaire diplomatique, l’araméen.

10Calvet reconstitue la chaîne des évolutions qui mènent à la naissance de l’écriture alphabétique. On passe d’un code qui utilise des bulles et calculi aux cunéiformes dont les stylisations progressives et successives produisent une écriture phonétique qui débouche, ensuite, sur les alphabets méditerranéens dont sont issus les alphabets latin et arabe. Sumériens, Phéniciens, Akkadiens, Araméens contribuent à cette œuvre et l’enchaînement des graphies « montre qu’il y a une relation étroite entre l’histoire sociale et politique, les langues que parlaient ou parlent les peuples impliqués dans cette histoire et les systèmes de transcription de ces langues » (p. 44).

11La Méditerranée est surtout l’histoire de strates de langues qui se superposent, cohabitent, se mêlent ou s’imbriquent en fonction des mouvements de populations, des configurations politiques, sociales ou culturelles imposées par les conquêtes. C’est cette histoire que Calvet décrit dans un troisième temps, de façon précise, en rappelant le déroulement des conquêtes et en expliquant comment ces conquêtes sont un facteur qui contribue à l’émergence ou à la réorganisation des configurations sociales et linguistiques caractéristiques de la Méditerranée.

12Impossible d’entrer dans le détail des différentes situations exposées dans l’ouvrage. Ce compte-rendu est, de ce fait, nécessairement schématique. Il s’arrête sur quelques-uns des aspects saillants qui caractérisent ces situations où des locuteurs parlant des langues différentes se côtoient et favorisent, par leur cohabitation, l’émergence de nouvelles pratiques sociolinguistiques.

13L’expansion phénicienne qui commence en 1200 av. J.-C. pour durer un millénaire montre comment une expansion motivée par des raisons commerciales – les Phéniciens créent des comptoirs sur les rives de la Méditerranée – introduit dans les villes une langue, le punique, dont l’usage est attesté en tant que langue parlée et écrite par des documents ou par le témoignage, pour ce qui concerne le Maghreb, par exemple, de certaines personnalités (Apulée, Septime Sévère, Saint Augustin...). Avec l’occupation romaine et, donc, l’implantation du latin, la pratique du punique se réduit dans les centres urbains et s’étend dans les plaines avant de disparaître en laissant, cependant, des traces dans la toponymie : les noms de Carthage, Syrte, Ibiza, Skikda, Annaba, Bizerte seraient composés à partir d’éléments appartenant au punique.

14L’hébreu représente l’exemple singulier d’une langue qui « évolue entre mythe et réalité, entre histoire, religion et théologie » (p. 63). Après s’être évanoui en tant que langue parlée puisque les populations juives qui émigrent parlent les langues des pays dans lesquels elles vivent, l’hébreu devient la langue nationale et officielle de l’État d’Israël. La conjonction de plusieurs facteurs explique et préside à cette promotion : des facteurs identitaires (la revendication de l’identité juive), mythiques (dont témoignent les débats qui surgissent en Europe autour du mythe de la Tour de Babel et de la question de la langue adamique), politiques (controverses autour de l’idée de nation, création de l’État d’Israël...).

15L’expansion de la Grèce (VIIIe - VIIe s. av. J.-C.) est déterminée par l’environnement géographique (la Méditerranée), l’environnement géopolitique (les Phéniciens occupent le sud de la Méditerranée) et l’environnement technologique (les progrès de la navigation) ainsi que par l’importance prise par Athènes. La ville bénéficie de l’arrivée de nombreux migrants et de ruraux qui abandonnent les campagnes. Contacts entre des communautés sociales diverses – il faut ajouter le fait que les troupes d’Alexandre parlent des dialectes différents –, contacts entre langues différentes expliquent l’émergence progressive d’une koiné qui fonctionne comme langue véhiculaire de la Méditerranée, comme langue de l’empire d’Alexandre, mais aussi comme langue de la philosophie et de la science (p. 100)... Aujourd’hui, pour les autres langues de la Méditerranée, la langue grecque sert, explique Calvet, de « boîte à outils néologique » (p. 96) c’est-à-dire de « réservoir de racines dans lequel elles puisent pour créer des « mots nouveaux, savants ou populaires » (p. 100).

16L’histoire du latin est aussi une histoire étonnante : langue, au Ve av. siècle av. J.-C., d’un petit territoire qui comprend Rome et les alentours, entouré de plusieurs autres langues, le latin s’installe, deux siècles plus tard, sur l’ensemble de la Méditerranée avant d’être détrôné, sur les rives sud et à partir du VIIIe s. ap. J.-C par l’arabe.

17Il marque durablement la situation sociolinguistique des pays de la rive nord puisqu’il donne naissance aux langues romanes qui se développent sous des formes variées, selon les territoires, c’est-à-dire, selon les langues avec lesquelles il entre en contact et les politiques linguistiques mises en œuvre dans ces territoires.

18La situation en Italie, après une phase de diglossie qui oppose dialectes (variétés basses)/ toscan (variété haute), débouche sur une phase d’unification linguistique avec l’italien. Mais si, précise Calvet, « Vingt siècles d’histoire ont donné à l’Italie unie une langue à peu près unifiée », ils « n’ont [...] pas mis fin à la pluralité dialectale » (p. 116).

19En Espagne, le latin s’impose entre le IIIe et le Ier siècle sur un « patchwork » (p. 119) de langues (ibère, celtibère, basque, précelte) réparties sur ce qui était la péninsule ibérique... De ce fait, l’Espagne connaît une « latinisation lente [...] passant par des phases de bilinguismes régionaux » (p. 119). L’occupation arabe (711-1492), au sud, contribue à complexifier la situation : elle exerce un impact sur la répartition et la structure linguistique des langues. Ainsi le castillan, si l’on s’en tient, seulement à cette langue, est cantonné vers le nord de la péninsule pendant l’occupation arabe. Avec la chute de Grenade (1492), il regagne « ses positions », il devient la langue dominante « dont la forme normée donnera l’espagnol ».

20L’histoire latine de la Gaule est façonnée par l’occupation romaine (IIe s. av. J.-C.) puis par ce que l’on appelle « les invasions germaniques » (VIe s.). Calvet décrit un processus complexe qui s’est déroulé de la manière suivante : le latin s’implante sur des langues locales c’est-à-dire sur un substrat d’où découle une forte dialectalisation de la langue ; les dialectes qui sont issus de ces premiers contacts deviennent, dans un second temps, des langues autochtones que les Germains adoptent tout en leur imprimant des caractéristiques de leurs propres langues qui jouent ainsi le rôle de superstrats. Calvet en conclut que la latinisation de la Gaule peut être vue comme un « scénario d’acclimatation à double détente » (p. 128).

21En résumé : « ... l’expansion du latin touchait toutes les rives de la Méditerranée. L’arrivée des Arabes sur la rive sud de la Méditerranée réduit sa présence et son influence aux côtes nord et ouest où il évolue vers différentes langues : le catalan, le corse, l’espagnol, le français, l’italien, et le sarde » (p. 129).

22La conquête arabe (VIIe-VIIIe siècles) est un autre événement qui contribue à redessiner la physionomie de la Méditerranée orientale et occidentale. Calvet s’intéresse, plus précisément, à l’arrivée et à l’expansion de la langue arabe au Maghreb, au Levant et dans la péninsule ibérique. Comment s’effectue l’arabisation de ces territoires, et quelles formes ou variétés d’arabe se sont implantées ? Telles sont les questions auxquelles il veut répondre en tenant compte des réalités suivantes : les conquérants sont peu nombreux, ils sont originaires de différentes régions de la péninsule arabique, ils parlent différentes variétés d’arabe, ils entrent en contact avec des populations qui parlent des langues diverses dont, pour le Maghreb, le berbère qui va donner à l’arabe son aspect local, tout comme le copte sert de substrat à l’arabe égyptien, le phénicien à l’arabe levantin... L’arabe est d’abord une langue des villes. Trois siècles plus tard, il gagne les plaines. On assiste alors à des formes de dialectalisation de l’arabe qui se structurent, à un premier niveau, sous l’opposition arabe citadin/arabe rural ; à un second niveau, sous l’opposition arabe maghrébin/arabe oriental. Un arabe que Calvet désigne par les termes d’arabe « périphérique » prend aussi « racine » à Chypre et à Malte (p. 140). La langue arabe marque, enfin, de façon durable la langue espagnole : en atteste le lexique avec ses nombreux emprunts à l’arabe.

23Deux autres moments et événements de cette histoire méditerranéenne ont pu contribuer à l’émergence, à l’apparition et à l’évolution des pratiques linguistiques : les Croisades, qui se situent entre les XIe et XIIIe siècle, et le développement du commerce et de la course entre le XVe et le XIXe siècle. Pendant ces deux périodes, on assiste à l’apparition d’une langue véhiculaire : le français levantin marqué par les langues d’oc, d’oil et romanes parlées par les croisés et la lingua franca que Calvet définit comme un « mixte de langues septentrionales » (p. 177).

24Dans la seconde partie de l’ouvrage, Calvet traite de ce qu’il appelle les « mots méditerranéens » (p. 183) ou « mots voyageurs » c’est-à-dire de ces mots témoins des contacts et échanges sociaux et politiques entre communautés et entre langues. Ces « mots voyageurs » se réalisent sous la forme d’emprunts qui circulent entre les langues et dont on peut retracer les pérégrinations ou sous la forme d’associations sémantiques communes à différentes langues. Parmi les exemples cités par Calvet, on retiendra :

25– pour les emprunts : l’arabe qahwa emprunté par le turc kahve puis par différentes langues européennes : café ou caffè en français, espagnol, italien ;

26– pour les associations sémantiques : les noms de l’olive et de l’huile d’olive : oleum/olea (latin), olio/oliva (italien), zit/zitun (arabe), aceite/aceituna (espagnol) qui montrent que les noms de l’huile, sont, dans ces langues, forgés à partir du fruit dont elles sont extraites.

27La troisième partie aborde une série de questions qui se posent à propos de « L’histoire au présent » de la Méditérranée. Parmi ces questions, celle des politiques linguistiques menées dans différents pays et qui contribuent à reconfigurer les statuts des langues et les pratiques linguistiques héritées de la succession des empires et colonisations. La francisation /arabisation au Maghreb et, en particulier, de l’Algérie, l’émergence de l’hébreu moderne, la question de la réforme de Mustapha Kemal en Turquie, l’évolution de la diglossie Katharévousa/démotiki en Grèce, etc., l’évolution des langues minoritaires (l’amazighe au Maghreb)... sont des exemples développés dans l’ouvrage.

28Calvet propose aussi, pour finir, une réflexion sur les circuits de traductions dans la mesure où ceux-ci sont révélateurs de ce que « pèsent » les langues sur les marchés scientifiques, culturels... Ils sont révélateurs des rapports de force entre les langues et, plus exactement, entre les pays où ces langues sont parlées et écrites : « Les flux de traduction ne sont pas seulement un fait linguistique ou culturel, ils constituent aussi, et peut-être surtout, un fait géopolitiques » (p. 283).

29Ce voyage historique et linguistique dans l’espace méditerranéen est une sorte d’initiation à la compréhension des phénomènes qui génèrent les contacts de langues, qui expliquent l’évolution de ces contacts, les interactions entre langues et communautés sociales ainsi que le rôle que jouent les politiques linguistiques. Il montre donc comment se forme et se dé-forme ce que Calvet appelle une « niche écolinguistique ». Au terme de ce voyage, on peut retenir cette idée forte selon laquelle le mouvement des langues en Méditerranée est :

« [un] lent mouvement dans l’espace et le temps, [un] mouvement déterminé à la fois par des facteurs internes, linguistiques, et par des facteurs externes variés, militaires, sociologiques, historiques [...] il faudrait concevoir l’expansion de ces langues impériales comme de l’eau qui coule, contournant les hauteurs, profitant des pentes, se séparant en plusieurs bras qui, selon la nature du terrain, se chargeront de minéraux différents, prendront des dimensions différentes, s’écouleront à des vitesses différentes, recevant des apports d’autres cours d’eau, etc. Et cette métaphore un peu simpliste a cependant l’avantage de souligner la continuité de ces phénomènes » (p. 107).

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Dalila Morsly, « Louis-Jean CALVET, La Méditerranée. Mer de nos langues, Paris, CNRS Éditions, 2016 »Babel, 43 | -1, 289-295.

Référence électronique

Dalila Morsly, « Louis-Jean CALVET, La Méditerranée. Mer de nos langues, Paris, CNRS Éditions, 2016 »Babel [En ligne], 43 | 2021, mis en ligne le 01 décembre 2021, consulté le 19 mai 2022. URL : http://journals.openedition.org/babel/12337 ; DOI : https://doi.org/10.4000/babel.12337

Haut de page

Auteur

Dalila Morsly

Universités d’Alger et d’Angers

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Babel. Littératures plurielles est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Laboratoire Babel
  • Logo Université de Toulon
  • DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • OpenEdition Journals
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search