Navigation – Plan du site

AccueilNuméros48VariaLa répartie : place et enjeux dan...

Varia

La répartie : place et enjeux dans les Discours des misères de ce temps de Pierre de Ronsard

Sangoul Ndong
p. 401-422

Résumés

Dans sa Responce aux injures et calomnies des predicans et ministres de Geneve sur son Discours et Continuation des misères de ce temps (1563), Ronsard promet de ne rien cacher de sa vie lorsqu’il entame sa réponse à Bernard de Montméja sur quelques points le concernant. Le mensonge devient ainsi non envisageable dans la Responce. Il est repoussé avec force. Mais faut-il croire tout ce que Ronsard dit dans sa polémique contre les protestants ? Les formules d’attestation ne relèvent-elles pas dans sa Responce d’un artifice rhétorique ? Faut-il aussi voir les huguenots tels que Ronsard tente de les faire voir ? C’est autour de ces interrogations que s’articule cette étude sur la répartie dans les Discours des misères de ce temps.

Haut de page

Texte intégral

  • 1 Nous citons cette œuvre poétique en suivant l’orthographe et la numérotation des vers de l’édition (...)
  • 2 Julien Auboussier, Présentation, in « Semen », n° 39, 19 novembre 2015, <http://journals.openeditio (...)

1Du point de vue rhétorique, la répartie appartient au registre de la réfutation. Parole hostile et appel à la raison, elle privilégie l’objection et la sommation pour pousser l’allocutaire à renier ses convictions. Un de ses traits dans les Discours des misères de ce temps1 de Pierre de Ronsard, c’est qu’installé dans ses convictions, le sujet énonciateur suspend plusieurs fois la satire pour dialoguer avec ses ennemis idéologiques et les contredire. Ronsard réagit aux opinions doctrinales et autres allégations des réformés en envisageant la contestation comme moyen de les arracher à l’erreur. La répartie comporte ainsi chez lui les traits de la désapprobation. C’est le domaine de la contre-argumentation, puisque Ronsard développe une protestation fondée sur la condamnation des thèses des adversaires. Plus précisément, la répartie correspond chez ce poète à l’ensemble des pensées et des convictions qu’il exprime pour démolir, sur un plan polémique, les pensées des réformés et leurs attaques contre sa personne. Avec la répartie, l’allocutaire-cible fait face, dans les Discours, aux arguments qui contestent ses positions doctrinales et ses allégations. Il est confronté au contre-discours de Ronsard qui cherche à le convaincre autour des mêmes questions. Il s’établit entre eux ce que Julien Auboussier2 appelle une situation d’interaction verbale entre un locuteur et un opposant.

2Nous analysons dans cette étude d’une part les arguments qui construisent le contre-discours polémiste ronsardien en vue de rétablir sa dignitas ; d’autre part les remontrances qui lui permettent de délégitimer les positions doctrinales des réformés et de proposer des points de vue concurrents pour l’adhésion des lecteurs tiers au discours de protestation. Les réformés font l’objet d’un double enjeu dans les Discours. Attaquer leurs thèses pour les ramener à la raison c’est aussi, pour Ronsard, parler au lecteur et le conquérir.

3La contestation ne se forme et ne se manifeste dans toute sa force dans les Discours que par rapport aux charges et positions des protestants envers lesquelles Ronsard tente de produire un impact marquant. La répartie envisage elle-même d’exercer sur les esprits un pouvoir considérable. Le discours qu’elle véhicule veut influencer contre le discours réformé, explicite ou latent, qui l’a influencé. Cette prérogative s’accomplit au moyen de compétences rhétoriques du sujet énonciateur qui, pour rectifier ou annihiler les thèses adverses, centre la riposte discursive sur le pouvoir de la contre-argumentation à convaincre de l’erreur et à contraindre à renier certaines pensées. C’est en ce sens que la Continuation, la Remontrance et la Responce sont remplies de répliques qui montrent toutes le Vendômois désireux d’anéantir, avec la matière et avec la manière, les charges contre ses positions doctrinales, sa personne et sa poésie.

4Ainsi que son titre l’indique, la Responce travaille à démonter chacune des accusations contenues dans la Responce de Bernard de Montméja aux Discours des misères et à la Continuation. Cette section des Discours prétend mettre à nu la vie de Ronsard telle qu’elle est depuis son entrée en poésie avec la Pléiade jusqu’en 1563. Le but visé consiste à pousser Montméja, et à travers lui les autres accusateurs réformés, à se dédire et à renier leurs allégations sur son compte :

[...] si tu as souci d’ouyr la verité,
Je jure du grand Dieu l’immense deité
Que je te diray vray, sans fard ny sans injure [2015d, 65-67].

5Avec ces vers, le mensonge devient non envisageable dans la Responce. Il est repoussé avec force. En effet, on ne ment pas devant Dieu. Il sait tout. Son invocation témoigne de la véracité de l’histoire de la vie de Ronsard que la Responce présente. S’en remettre à lui comme gage de sa bonne foi c’est, pour Ronsard, proclamer sa sincérité dans un contre-discours polémiste qui s’inscrit dans la dynamique d’un dire-vrai authentiquement et fondamentalement conforme aux faits de la vie personnelle. Les formules d’attestation (« je jure du grand Dieu l’immense déité » ; « j’ateste l’Éternel » ; « j’invoque l’Éternel » [66, 72, 514]) érigent ainsi le poète en diseur de vérité soucieux de rétablir la vérité sur sa vie.

6Mais ce n’est qu’artifice rhétorique destiné à créer la captatio benevolontiae en vue de mener Montméja et les autres prédicants genevois à l’écoute attentive puis à la conviction. Ronsard veut également impressionner le lecteur. En plus des ennemis réformés, celui-ci est, au fond, le juge de Ronsard dans sa polémique avec les protestants, l’allocutaire que le poète vise à détromper sur son compte. Cependant l’auteur des Discours s’écarte de la vérité promise sur sa vie à deux reprises.

7Ronsard nie avoir cherché à ruiner la réputation du chef spirituel de la Réforme : « tu dis que j’ay blasmé cette teste Calvine, / Je ne la blasme pas, je blasme sa doctrine » [2015d, 711-712]. Or il sort des lois de la satire dans la Continuation où il traite celui-ci de « desja vieux » [201] puis l’associe à « ceux qui font les tragedies » [204]. « D’estre injurieux ce n’est pas ma nature », dit-il encore au vers 67 de la Responce. Or dans la Remonstrance il décrit Martin Luther par une suite d’injures :

[...] croté apostat Augustin,
Un Picard usurier, un teneur de racquette,
Un mocqueur, un pipeur, un bon nieur de debte,
Qui vend un benefice et à deux et à trois,
Un paillard, un causeur, un renyé françoys,
Nous presche le contraire, et tellement il ose
Qu’à toy la vérité sa mensonge il oppose [2015c, 102-108].

  • 3 Bernard de Montméja, Response aux calomnies contenues au Discours et suyte du Discours sur les misè (...)
  • 4 Ivi, p. 349.

8Plus d’une fois, Ronsard a appliqué aux chefs spirituels de la Réforme la calomnie que Montméja lui reproche3 et qu’il conteste. Il dément aussi l’accusation d’avoir « hanté la Court »4. Nul calcul de profit ne lui a commandé sa prise de parti en faveur du catholicisme quand il se penche sur le Discours des misères, c’est ce qu’il souligne et veut faire croire dans cette réplique :

Tu dis que j’ay loué ma Muse pour flater :
Nul Prince ny Seigneur ne se scauroit vanter
[Dont je suis bien marry] de m’avoir donné gage [2015d, 681-683].

  • 5 Introduction, in Pierre de Ronsard, La Promesse (1564), Le Procès (1565), Œuvres complètes, XIII, é (...)

9Ronsard ajoute qu’il aurait pu passer dans le camp des réformés dont la doctrine l’a tenté [2015c, 211-214], mais a gardé sa foi catholique intacte par la grâce de Dieu [85-87]. Plutôt que de souscrire à la poésie encomiastique, Ronsard prend donc résolument parti en 1562 pour la monarchie catholique au nom de ses convictions confessionnelles. Or avec Paul Laumonier5, on apprend que la Complainte à la Royne, écrite en 1563, le montre réclamant indirectement les récompenses qu’il pense avoir méritées par ses œuvres antérieures aux Discours, mais surtout par ce puissant écrit de circonstance qui vient de servir contre les huguenots la cause de la France catholique et de son Roi. Lui-même avoue dans l’Epistre au lecteur, écrit moins d’un an après la Responce aux prédicants : « autresfois je me suis faché voyant que la faveur ne respondoit à mes labeurs » [1946, 5].

  • 6 Paul Laumonier, Introduction, in Pierre de Ronsard, La Promesse, cit., p. 543.

10Tandis que la Reine Catherine de Médicis tarde à récompenser son œuvre anticalviniste, Ronsard compose La promesse. Malgré les reproches à l’endroit de la Reine (« Apres m’avoir trompé quinze ans, sans recompense / De tant de beaux labeurs dont j’honore la France / Me veux-tu retromper ? » [2015e, 195-197]), cette pièce porte encore les paroles d’éloge (« sœur ou femme d’un dieu » [10] ; « brave Deesse » [44]) qui rappellent le ton par moments flatteur du Discours des misères : « vous [Royne] dont l’esprit prend plaisir quelque fois / De lire et d’escouter l’histoire des François » [25-26] ; « Vous Royne tressage » [197]. N’ayant rien obtenu de Charles de Lorraine, son ancien condisciple au collège de Navarre à qui il a fait une cour régulière, Ronsard produit également contre lui un réquisitoire qu’il publie en 1565 sous le titre significatif du Proces. Composée selon Laumonier dans la première moitié de 15616, à la veille de la polémique contre les protestants, cette pièce montre que, plus d’une fois, Ronsard a écrit pour des motivations courtisanes. La preuve c’est qu’il crie son amertume, en accusant le Cardinal d’ingratitude :

[...] Seigneur, apres que ce Ronsard
A despendu pour vous son labeur et son art
À vous rendre immortel, pour toute recompense
Un autre a pris le fruit de sa veine esperance,
Vous ne l’ignorant point : car par vostre moyen
Le mettant en oubly un autre a eu son bien [2015e, 163-168].

11Ainsi, il ne faut pas croire tout ce que Ronsard dit dans la polémique protestante sur les questions personnelles. Si on se limite aux protestations qu’il énonce dans la Responce, on lui concédera sans ambages d’être victime de calomnie de la part des quelques ministres réformés. On l’entend marteler envers Montméja : « tu mens impudemment », « tu mens mechantement » [2015d, 465, 509]. Puis il avance les formules d’attestation à l’appui de sa bonne foi à n’avoir ni cherché à médire des chefs réformés ni convoité les faveurs du Louvre. Il peint une âme assez honnête pour ne pas se rabaisser à la médisance ou à la flatterie :

Je sers à qui je veux, j’ay libre le courage :
Le Roy, son Frere, et Mere, et les Princes, ont bien
Pouvoir de commander à mon Luth Cynthien :
Des autres je ne suis ny valet, ny esclave,
Et si sont grands Seigneurs, j’ay l’esprit haut et brave [2015d, 684-688].

12Or plusieurs vers des Discours ou en dehors de cette œuvre de circonstance donnent raison à son accusateur. Le lecteur s’interroge, à partir de ce moment, sur la raison de l’absence de sincérité de Ronsard, dont il sait qu’il est, avant les Discours, poète des princes pour avoir chanté les seigneurs de France à travers les Odes (1550-1552) et les Hymnes (1555-1556).

13Ronsard proclame vouloir être sincère dans la Responce. Malgré les formules d’attestation prononcées dans ce sens, l’enjeu de sa polémique avec les prédicants protestants ne lui permet pas d’avouer la flatterie permanente dans ses écrits. Reconnaître que les Discours s’inscrivent dans la voie de la poésie courtoise ou dans le règlement de compte personnel atténuerait leur impact. Les traits de la poésie de cour sont incompatibles avec la nécessaire efficacité du discours sur les guerres de religion. Ils aboutiraient à la suspicion du poète. Pour la justification de son action discursive, Ronsard met alors en avant dans la Remonstrance la proclamation suivante : « l’amour du pays, et de ses loix aussi, / Et de la verité me fait parler » [2015c, 709-710]. Par ailleurs, à l’attention de chacun de ses lecteurs, il reprécise dans l’Epistre au lecteur : « Si tu pensois que je fusse un ambitieux courtisan, ou à gage de quelque seigneur, tu me ferois grand tort, et t’abuserois beaucoup. Je dy ceci pource que ces nouveaux rimasseurs m’appellent tantost Evesque futur, tantost Abbé » [1946, 5].

14Ronsard soumet ses réfutations à une visée de précaution méthodologique. Il lui faut, dans la polémique avec les protestants, tenir compte des exigences du parler public. L’orateur mu par des intérêts personnels gagne très peu d’estime. Dès l’exorde et tout au long de la Responce, Ronsard ne cesse par conséquent de ranger les accusations de Montméja dans le cadre de l’intoxication, proclamant n’avoir jamais vécu tel que cet auteur, qui n’a pas daigné dévoiler son identité, le fait croire. Il repousse la flatterie et la calomnie pour signifier à son lectorat que les Discours sont l’œuvre d’un poète sensible aux misères de son royaume. Par cette précision, Ronsard impose à la fois respect et écoute.

15Faute peut-être du génie poétique nécessaire pour arriver au même niveau d’éloquence que lui, les voix protestantes qui ont répondu à son Discours des misères s’en prennent à sa personne et parodient sa poésie afin de l’atteindre dans sa chaire et de le condamner au silence. Piqué dans son amour propre, Ronsard se montre alors polémiste farouche dans la Responce où il centre le propos sur sa personne puis enchaîne les démentis. Au delà de la défense de son image sociale et de sa réputation d’écrivain, Ronsard justifie la composition du Discours des misères et de la Continuation, son droit à la satire aussi. Sans l’avoir cherché, ou sans s’y attendre, Montméja et ses coreligionnaires lui offrent ainsi l’occasion de parler, à travers la Responce, de lui-même et de sa poésie, en particulier de celle sur les guerres de religion.

  • 7 Tatiana Debbagi Baranova, Le libelle entre la condamnation et la nécessité, in À coups de libelles. (...)
  • 8 Pascal Debailly, Ronsard et la satire dans lesDiscours des misères de ce temps”, in Pierre de Ron (...)
  • 9 Tatiana Debbagi Baranova, La poésie dénonciatrice pendant les guerres de religion. “Faites fondre s (...)
  • 10 Tatiana Debbagi Baranova, Taxer modestement les vices, in À coups de libelles, cit., p. 73.

16C’est que la calomnie, Tatiana Debbagi Baranova7 le précise, fournit à l’homme qui en a fait l’objet la possibilité de prendre la parole en public pour se défendre. Fondée tantôt sur une interprétation fausse de la vie privée, tantôt sur une accusation montée de toutes pièces, elle correspond à cet art de noircir le portrait social d’autrui pour provoquer à son égard un quiproquo dans l’opinion publique et troubler son esprit. Le danger de cette pratique par les ministres genevois est que l’enjeu de la vérité au niveau duquel Ronsard a voulu situer le Discours des misères et la Continuation, la Remonstrance aussi, perd tout lien avec la justice, l’injure étant un énoncé agressif et destructeur où la violence verbale se substitue au droit. La calomnie ne parle pas des vices propres à chacune des catégories sociales de la France déchirée et exposée à la guerre civile. Elle fait descendre la poésie satirique au plus bas niveau de la polémique sans traiter du fond du sujet de l’heure8, qui est la crise politique et religieuse. La calomnie s’en prend à la personne et ne fait que l’aigrir. La satire permet, au contraire, grâce à l’anonymat et au caractère général de ses dénonciations, à chacun de se corriger dans le secret de sa conscience9. Il est impossible de corriger les mœurs de son temps en s’occupant à nuire à des individualités. Tatiana Debbagi Baranova10 souligne cet aspect en disant qu’à l’intérieur de la communauté, seule la critique impersonnelle est permise, en temps de crise en l’occurrence. La désignation de l’ennemi signifie son expulsion symbolique du corps sacré de la société. Lorsque cette rupture est consommée, la diffamation se transforme en une punition infamante.

  • 11 Tatiana Debbagi Baranova, Le libelle entre la condamnation et la nécessité, in À coups de libelles, (...)

17Tant qu’ils contiennent leurs réactions au Discours des misères et à la Continuation dans une médisance contre Ronsard, Montméja et ses frères s’expriment hors des lois de la prise de parole en public. Ils compromettent l’efficacité de leurs réponses aux Discours. À leur opposé, Ronsard met à profit les ressources rhétoriques relatives au code de la légitimité et de la légitimation de la parole accusatrice11. D’après ce qu’il dit au vers 67 de la Responce (« D’estre injurieux ce n’est pas ma nature »), la médisance n’est pas son domaine. Il la concède à ses adversaires, convaincu que les discours satiriques censés contribuer à faire entendre raison aux Français de 1562 viennent d’être infiltrés par les mauvaises langues.

  • 12 Introduction, in La polémique protestante contre Ronsard, éd. Jacques Pineaux, p. XXVI.

18Pour écrire utilement contre ses Discours, Montméja et ses frères auraient mieux fait de prendre leurs distances par rapport au male dicere, puis de suivre son exemple en s’interdisant « tout développement qui ne sert pas la cause de la vérité »12. Toute l’efficacité pragmatique de la Responce par rapport aux pamphlets des prédicants tient dans la constante affirmation des postures éthiques qui légitiment le Discours des misères, la Continuation et la Remonstrance. La contestation s’appuie, dans ces discours, sur l’éthos. Ronsard met à contribution son patriotisme, sa loyauté royale, son sens de la paix que la France lui reconnaît, tout le poids de sa réputation donc. Il exècre la flatterie et réprouve la médisance.

19Cette précision a pour fonction d’amener Montméja et ses collègues, l’opinion publique aussi, à lui reconnaître son intégrité restée intacte. Ses discours sur les guerres de religion, d’après ce qu’il en dit dans la Responce [2015d, 681-688, 711-712], dressent un réquisitoire qui place chacun des acteurs de ces guerres devant ses responsabilités. Il s’est attaché à défendre la cause collective en adressant, dans un sens large, ses dénonciations à la postérité comme la juridiction qui doit se prononcer sur les agissements des contemporains. Cet arbitrage posthume, redoutable pour ceux qui se soucient de leur réputation, lui sert de moyen de pression sur les consciences pour conduire à des corrections individuelles. Ainsi, autant les réformés doivent éviter de mettre la France à feu et à sang, autant les princes catholiques sont rappelés à leur devoir de paix. La nécessité de préserver le royaume de la ruine et de veiller à son honneur impose à chaque français de se remettre en cause et de mesurer sa responsabilité dans la crise politico-religieuse qui suit l’échec du colloque de Poissy.

20Ronsard soupçonne ses ennemis de ne savoir pas lire : « interpretant faucement mes escrits », dit-il dans l’Epistre au lecteur qui ouvre la Responce. Du moment qu’ils lisent le Discours des misères et la Continuation comme des écrits médisants envers les chefs spirituels de leur cause, Montméja, La Roche-Chandieu, Zamariel ou Florent Chrestien font montre, laisse-t-il à penser, d’une terrible erreur, manifestant leur incompétence à cerner le sens de discours qui se veulent au-dessus de la politique ou des opinions partisanes. Cette inaptitude à interpréter convenablement les discours adressés à la reine Catherine de Médicis disqualifie ces prédicants genevois à prendre la parole dans la querelle d’arguments ouverte par le prince des poètes. Elle les exclut aussi du droit de lui faire des reproches. Il a manqué à ces prédicants de connaître les codes culturels de la parole publique et les lois de la satire. Malheur donc à eux, à qui Ronsard se voit contraint de servir par ailleurs une leçon de poésie :

En l’art de Poësie, un art il ne faut pas
Tel qu’ont les Predicans, qui suivent pas à pas
Leur sermon sceu par cueur, ou tel qu’il faut en prose,
Où toujours l’Orateur suit le fil d’une chose.
Les Poëtes gaillards ont artifice à part,
Ils ont un art caché qui ne semble pas art
Aux versificateurs, d’autant qu’il se promeine
D’une libre contraincte, où la Muse le meine [2015d, 869-876].

21Ronsard est convaincu que sa plume n’est pas celle de Montméja ni celle d’aucun des autres prédicants qui ont attaqué sa personne sous de faux noms. Quand ces écrivains lui reprochent de s’en prendre sans raison à leurs chefs spirituels et de convoiter les faveurs du Louvre, ils l’humilient. Toutefois, ils lui donnent en même temps l’occasion de mieux esquisser les traits de la personne qu’il est. En lui écrivant sous des faux noms, Montméja et ses coreligionnaires lui laissent le choix entre deux possibilités : soit une réponse anonyme, soit un écrit signé de son nom comme dans ses discours précédents.

22Ronsard ne balance pas entre ces alternatives. Son anonymat ne tromperait personne. En revanche, sur le plan rhétorique, signer encore de son nom un nouveau discours contre la Réforme présente un avantage singulier pour lui. Puisque la plupart de ses ennemis ne se nomment pas, Ronsard, sans fuir aucun danger, fait à nouveau acte de gentilhomme en ne parlant jamais en cachette :

Quand à mourir, Paschal, je suis tout resolu,
Et mourray par leurs mains si le ciel l’a voulu,
Si ne veux je pourtant me retenir d’escrire,
D’aymer la verité, la prescher et la dire [2015c, 541-544].

23Pour la France et pour la paix, Ronsard reste prêt à braver tous les périls. Au péril de sa vie, il reste digne et vrai Français, se proclame noble d’esprit par sa fermeté à prêcher la paix en dépit des inquiétudes de ses amis. Cette précision exhibe l’éthos rigide qui l’amène à réprimander jusqu’à Louis Condé, chef militaire des réformés [2015c, 611-758], épinglant au passage Dieu [34-36], les Rois de la France [375-396], ses prélats [425-450], ses justiciers [451-464] ainsi que sa noblesse [469-496]. Le refus de l’effacement énonciatif accroît son crédit auprès de l’opinion générale et lui permet de rester une icône de l’intransigeance éthique. Il ne manque pas de courage, contrairement à ses ennemis.

24Les prédicants manquent par ailleurs de prudence, quand ils s’en prennent à ce poète que « la France renomme » et que « l’Europe estime » [2015d, 4, 26]. Cela n’est pas étonnant de la part de personnes qui, selon Ronsard, manquent de jugement et de raison parce qu’ils n’ont pas reçu une éducation comme la sienne : « que sort du sac ? cela dont il est plain », dit-il à l’endroit de ses ennemis aux vers 267 et 270 de la Responce. Ronsard se trouve accusé d’être sourd et d’avoir eu la vérole. Or « un chaste predicant de fait et de parolle / Ne debvroit jamais dire un propos si vilain », précise-t-il encore [268-270]. Il récuse sans détour l’accusation selon laquelle il aurait pris part à un culte en l’honneur de Bacchus : « tu mens impudemment, [...] il n’en est rien » [465-466], rétorque-t-il à Montméja. Puis il s’autorise ensuite de son statut de simple humain pour excuser, avec une habileté fort remarquable, la faute mise sur son dos au sujet du paganisme :

De Baize, qui reluist entre vous tout ainsi
Qu’un Orion armé par le ciel obscurcy,
Que Dieu [ce dittes vous] en tous lieux acompaigne,
A bien fait sacrifice aux Muses d’une Taigne.
S’il a fait tel erreur, luy qui n’a rien d’humain,
Permettés que j’en face un autre de ma main [2015d, 489-494].

25La révélation, avec insistance, de la participation de Théodore de Bèze à un rituel païen vise à détruire les accusations d’athéisme. Si Montméja et ses acolytes en veulent à la participation supposée du Vendômois à un culte bachique, ils doivent, pour être équitables, en vouloir également à leur chef spirituel. Bèze doit d’ailleurs être plus condamnable, puisque ses disciples le voient comme un surhomme.

26En fin de compte, Ronsard n’est peut-être pas trop mécontent d’avoir été attaqué. La calomnie est une aubaine pour lui, et les prédicants, à travers Montméja, en reçoivent l’amère réponse. Il montre avec la Responce l’intégrité qui l’a poussé à prendre la plume contre la Réforme, cette intégrité qui fait précisément qu’il faut compter avec lui dans les guerres de religion. Ceux qui ne doivent pas l’oublier, ce ne sont pas seulement les protestants craignant, à travers leurs prédicants inquiétés par le Discours des misères et la Continuation, la subtilité de son génie ; mais aussi les catholiques et la monarchie valoise qui doivent être contents de l’avoir de leur côté comme porte-étendard.

27Les charges des prédicants sont gênantes. Et c’est là qu’éclate toute l’habileté du prince des poètes à planter ses pas dessus l’arène du corps à corps textuel de son temps [2015d, 30] pour être un fantôme à Montméja. Par chance pour lui-même, celui-ci n’a pas donné son identité réelle, l’avertit Ronsard : « Si j’avois meilleure cognoissance de toy, [...] tu n’en serois quitte à si bon marché, et au lieu de quinze ou seze cent vers que t’envoye pour rechaufer ta colere, je ferois de ta vie une illiade toute entiere » [1946, 112]. Imprudent disciple de Bèze, ce prédicant était persuadé que, de concert avec ses collègues genevois, leurs réponses au Discours des misères et à la Continuation contribueraient à contraindre le gentilhomme vendômois au silence. Ils ont cru bon de montrer au monde que Ronsard, poète au sommet de son art, convoitait les faveurs des Valois en écrivant contre la Réforme, qu’il en voulait aux chefs de cette doctrine, qu’il n’était pas bon chrétien. Cependant, ils auraient mieux fait de ne pas attaquer en lui ni l’homme privé, ni le poète. En effet, ils ont offert à Ronsard l’opportunité de mieux mettre en évidence l’intransigeance éthique au nom de laquelle il a composé le Discours des misères, la Continuation et la Remonstrance. La riposte offensive est l’occasion pour Ronsard d’afficher son mépris envers ses accusateurs. D’ailleurs, c’est avec dédain qu’il entre puis se retire du terrain de la basse querelle, en adressant à Montméja au début puis à la fin de la Responce :

Or je te laisse là, car je ne veux descendre
En propos contre toy, ny moins les armes prendre,
Tu es foible pour moy, si je veux escrimer
Du baston qui me fait par l’Europe estimer [2015d, 23-26].

Tu as beau repliquer pour respondre à mes vers,
Je deviendray muet, car ce n’est moy qui sers
De bateleur au peuple, et de farce au vulgaire [1157-1159].

28Bref, pour Ronsard, c’est faire trop d’honneur à Montméja que de jouter contre lui par œuvres interposées. En dépit du défi qu’il lui lance dès le liminaire de la Responce (« que l’honneur soit rendu à celuy de nous deux qui l’aura mieux merité » [1946, 115]), il se dit trop bon maître de la satire pour descendre sur le terrain du débat de bas étage : « predican, [...] je ne suis rien moins que toy, quel que tu sois » [114]. Avec cet avertissement, Ronsard croit défier les protestants dans le vide. Bèze est le seul réformé qu’il pense être en mesure de batailler contre lui dans le cadre de la polémique déclenchée par le Discours des misères et sa suite [2015d, 27-36]. Cependant, ce chef réformé oppose une fin de non-recevoir à ses textes antiprotestants.

29Outre les réponses aux questions qui touchent sa vie privée, Ronsard évoque, sans détour, ses désaccords avec les thèses calvinistes. Sur cet aspect, il admet d’abord avec les réformateurs que l’Église de France est corrompue. Jean Calvin, par exemple, se plaint dans sa Confession de foy : « Il n’y a homme si petit de jugement, moyennant qu’il veuille ouvrir les yeux, qui ne cognoisse toute la religion Chrestienne estre abastardie, d’autant qu’il n’y a nulle pureté de doctrine, que tout est farci d’abus, que le service de Dieu est vileinement perverti : bref, que la Papauté est un meslinge des [...] tromperies » [1952, 305]. Bèze a lancé sur le même sujet :

Le baptesme est vilainement profané et pollué en la papauté [...]. Quant à la Cene du Seigneur, je dy que non seulement les papistes l’ont souillee d’horribles sacrileges : mais aussi l’ont du tout changee en une idole execrable qu’ils appellent le sacrement de l’autel, et laquelle ils adorent d’un service special, qu’ils appellent la messe [Bèze 1561, 232-233].

  • 13 « Prestre veut dire vieil, [...] estre / De cent mille pechez tout delivre et tout franc », précise (...)

30La Remonstrance, en dénonçant la vente des offices qui met à la tête de l’Église les premiers venus, le plus souvent de grands ignorants de la Parole ou des individus qui n’ont rien du prêtre13 [2015c, 381-387], confirme ces reproches :

Voyant en nostre Église une lascivité,
On pouvoit bien juger qu’elle seroit destruicte,
Puis que jeunes pillots luy servoient de conduicte [394-396].

31En proclamant qu’

On ne doit en l’Église evesque recevoir
S’il n’est vieil, s’il ne presche, et s’il n’est de sçavoir,
Et ne faut eslever par faveur ny richesse
Aux offices publiqs l’inexperte jeunesse
D’un escolier qui vient de Tholose, davant
Que par longue prudence il devienne sçavant [401-406].

32 Ronsard rejoint également Pierre Viret pour qui « il y a au sein de l’Église des individus qui proposent, au lieu de la parole de Dieu, tout ce qui leur vient en la tête, et qui leur plaît. Il y en a d’autres, qui combien qu’ils proposent les propres témoignages des saintes écritures, toutefois ils corrompent le sens d’icelles par leur fausse intelligence et exposition, et par l’application qu’ils en font, et les conséquences qu’ils en tirent » [Viret 2004, 289].

33La Réforme, en dénonçant la vente des offices et celle des indulgences, était alors partie pour attirer Ronsard dans les rangs de ses fidèles. Toutefois, le poète des Discours stigmatise avec fermeté les sacrilèges qui, à ses yeux, signalent l’écart entre la vie chrétienne et celle des réformés. Reprenant l’Exode 20, Guillaume Farel écrit : « Tu ne tueras point. Tu ne paillarderas point. Tu ne déroberas point. Tu ne diras point faux témoignage contre prochain. Tu ne convoiteras point la maison de ton prochain et ne désireras point sa femme, ni son serviteur, ni sa chambrière, ni son bœuf, ni son âne, ni autre chose qui soit à lui » [Farel 1986, 46].

  • 14 Persuadés de leur insécurité après le massacre de plusieurs des leurs à Wassy le 1er mars 1562, mal (...)

34Ronsard, qui voit cependant que la violence et l’iconoclasme sont de règle dans le camp des réformés, conteste et leur rétorque : « Dieu n’est point auteur de vostre opinion » [2015b, 258]. Si les réformés sont vraiment soucieux de rebâtir l’Église, il leur faut privilégier la force de conviction de l’argumentation, comme dans leurs confessions de foi, et non recourir aux armes et à l’iconoclasme. Ils peuvent alléguer devoir porter des épées en plein cœur de Paris et prendre certaines villes stratégiques par nécessité de se protéger contre les menaces de François de Guise14. Leurs épées donnent toutefois l’impression d’un comble de la folie à Ronsard qui voit Bèze en porter une. Ces épées signalent le scandale : « quelle Evangile helas ! [...] Qu’un Prescheur porte au flanc une espée cruelle ! » [147-148], se désole Ronsard. Pour laisser ses interlocuteurs sans voix sur le sujet de la foi, le poète leur rappelle que la Bible, dont ils disent suivre les lois, met en garde contre la violence : « Christ n’est pas un dieu de noise ny discorde, / Christ n’est que charité, qu’amour, et que concorde » [255-256]. Il oppose précisément aux réformés leurs violences iconoclastes comme les preuves que Dieu n’inspire pas leur foi :

Et quoy ! bruler maisons, piller et brigander,
Tuer, assassiner, par force commander,
N’obeir plus aux Roys, amasser des armées,
Appelez vous cela Eglises reformées ? [2015b, 45-48].

35Ronsard se sert ici des actes des briseurs d’images pour exciter la haine des huguenots. Le thème de l’iconoclasme lui permet de mobiliser la France de 1562 contre eux, de susciter douleur et horreur chez les catholiques les plus attachés à la tradition. La Continuation fait partie, dans ce sens, de la multitude de libelles qui appellent, au début des guerres de religion, à la défense de l’Église romaine. En disant sa colère devant l’iconoclasme huguenot, Ronsard présente notamment Calvin et Bèze tels les suppôts de l’Antéchrist. Il faut, selon lui, que les princes du sang et leurs hommes s’arment et deviennent le bras de Dieu pour frapper ces hérétiques. C’est l’appel au devoir de violence pour restaurer l’ordre. Il faut remédier à la violence par la violence.

  • 15 Arlette Jouanna, Le sens de l’iconoclasme, in La France du XVIe siècle. 1483-1598, pp. 382-383.
  • 16 Denis Crouzet, La métamorphose chrétienne, in Les guerriers de Dieu. La violence au temps des troub (...)

36Il ne faut pas, cependant, voir les actes iconoclastes des huguenots tels que Ronsard tente de les faire voir. Arlette Jouanna15 le dit, ces destructions des statuts, des croix et des images dans les églises catholiques ne traduisent pas le vandalisme incontrôlé de foules de pauvres insensés en délire. L’objectif des huguenots est précis : renverser les idoles. Leur refus des images dans les lieux de culte catholiques s’appuie sur une interprétation des textes bibliques de l’Exode (20, 4) et du Deutéronome (4, 15) qui prescrivent, pour éviter la tentation de l’idolâtrie, de ne faire aucune image taillée de Dieu. L’iconoclasme est pour eux un geste de rupture à vocation pédagogique. Il s’agit, comme le souligne Denis Crouzet16, d’une manière de manifester avec éclat l’imposture romaine et de déclarer, à la face du monde, la nécessité de régénérer le monde en faisant le vide. Plus profondément, le pillage des statuts, des croix et des images dans les églises catholiques a un contenu théologique.

  • 17 Christian Gross, L’importance des prédications, « Histoire vivante. RTS découverte », 31 octobre 20 (...)

37D’ailleurs, c’est souvent après avoir écouté les prêches d’un pasteur que les foules huguenotes se dirigent vers les églises et les couvents. Christian Gross17 le précise : il y a au XVIe siècle une efficacité de la parole prédicatrice qui est vérifiable sur le terrain. Avec les idées qu’ils diffusent sur la nécessité de faire revenir l’Église au christianisme des premiers siècles, les prédicants conquièrent les âmes et déclenchent des prises de responsabilité confessionnelle. Cette capacité de la prédication à convertir à la Réforme un ensemble de gens, dont des illettrés, puis à les engager dans des actions concrètes se vérifie chez Guillaume Farel. En août 1535, l’abolition de la messe qui marque le passage de Genève à la Réforme fait suite à un sermon de ce pasteur suivi d’un moment de carnaval iconoclaste.

  • 18 Ibid.

38Quand les réformés brisent les images des églises, ils veulent revenir à l’ordre ancien du christianisme dont l’Église catholique s’est écartée selon leurs pasteurs. Les pillages qu’ils mènent sont censés rétablir le christianisme des origines et, ainsi, écarter l’Église de tout paganisme. Il s’agit pour eux de rejeter l’inflation du sacré. À leurs yeux, ni l’hostie, ni la croix, ni les statues ne sont le lieu d’une présence surnaturelle. Ce ne sont que du pain, du bois et de la pierre. Brûler ces objets ou les piétiner n’est pas un sacrilège. Il s’agit d’instaurer, de manière visible et non plus spéculative, une séparation nette entre le sacré et le profane18.

39Anne du Bourg, dans sa confession de foi reproduite par Jean Crespin dans l’Histoire des martyrs, souligne en détail sur cet aspect :

Je suis chrestien, et veux vivre et mourir pour ensuyvre et maintenir la doctrine du bon Dieu Père Eternel, et de son Fils unique Jesus Christ, nostre seul sauveur, mediateur et avocat, qui est de mesme substance que son Père, eternel et immortel. [...] Je crois qu’à cette tressaincte Parole il n’est licite à aucune personne, de quelque estat ou qualité qu’elle puisse estre, adjouster ou diminuer aucune chose en loix, edits, ceremonies, ou autrement, concernant la police de la religion chrestienne. [...] [Au] chapitre du Deutéronome [...] il est dit : « vous n’adjousterez rien à la doctrine que je vous baille ». [...] Toutes les loix faites par les papes, ou autres, concernantes la religion chrestienne, ne peuvent assujettir les chrestiens à suivre autre reigle ou doctrine, que ce qui est contenu au livre de la Bible. Ainsi que Dieu est parfait, sa doctrine est parfaite ; et n’a besoin de glose ou augmentation [...]. M’appuyant donc à la seule Parole de Dieu, je rejette, ainsi que font toutes les Eglises reformees par le vouloir de Dieu, toutes les constitutions du Pape, qui se monstre plus savant que Jesus Christ et ses apostres ; ou autrement lui veut totalement contrarier. [...] Je renonce à toutes idolatries et fausses doctrines qui sont contraires et contrevenantes à la doctrine de mon Maistre Jesus Christ, qui est la saincte et pure parole de Dieu, contenue aux livres canoniques du vieil et nouveau testament, revelee par le saint Esprit, laquelle je pren pour ma guide et conduite en ceste vie mortelle [Crespin 1885, 690].

40 Ces mots rappellent littéralement Jean Calvin affirmant que, doux et charitable envers son prochain, le réformé accorde sa vie avec les lois de l’Église ancienne puis garde un courage tranquille devant les risques de persécution :

Nous accordons avec l’Église ancienne, laquelle s’est tenue à la Loy et à l’Évangile [...] c’est de cette seule source que nous devons puiser tout ce qui appartient à nostre salut. Dequoy chacun pourra juger par nostre confession en laquelle il n’y a rien de fardé, et nous avons declaré de bouche devant les hommes, ce que nous croyons de cœur devant Dieu, voire y vivre constamment et mourir par sa grace [Calvin 1952, 306].

41Toutefois, Ronsard ne voit pas le chef spirituel des réformés descendre sur les champs de bataille. Sur ce point, les disciples de Calvin peuvent alléguer qu’il a la charge de faire construire des églises et de répandre leur message pour consolider la foi des fidèles. Ronsard, qui l’accuse de confesser Jésus seulement de bouche et non de cœur [2015b, 49-50], estime que sa croyance est faible :

Ha que vos estes loing de nos premiers docteurs,
Qui sans craindre la mort ny les persecuteurs,
Alloient de leur bon gré aux plus cruels suplices,
Sans envoyer pour eux je ne scay quels novices.
Que vit tant à Geneve un Calvin desja vieux ? [2015b, 197-201].

  • 19 Au colloque de Poissy, Bèze, parlant au nom de Calvin, affirme : « le corps du Christ est esloigné (...)
  • 20 « Ce qui est tenu au royaume du Pape de sept sacrements, nous le condamnons comme fable et mensonge (...)

42Tandis que les réformés, qui ne croient pas à la présence du corps et du sang du Christ dans l’hostie19, conservent le Baptême et la Cène comme les deux seuls sacrements relevant de l’autorité de Dieu20, Ronsard, sans entrer dans l’érudition théologique, leur réplique :

Il fait bon disputer des choses naturelles,
Des foudres, et des vents, des neiges, et des gresles,
Et non pas de la foy dont il faut douter,
Seullement il faut croire, et non en disputer [2015c, 143-146].

  • 21 Pascal Debailly, La satire politique dans les Discours, in La muse indignée. La satire en France au (...)
  • 22 Sur ce thème, voir Emmanuel Buron, L’opinion dans les Discours, in Lectures de Ronsard, pp. 115-136 (...)

43À de grands moments de la satire des Discours, surgissent donc les désaccords de Ronsard avec le calvinisme. Le poète met à jour les clivages entre les catholiques et les protestants qui aboutissent au désastre des guerres de religion21. La responsabilité de la Réforme dans ces guerres est un fait patent à ses yeux. Il n’y a pas, d’après lui, de conformité entre les prêches des prédicants et leurs agissements. Pour lui, ils trahissent l’obligation du chrétien d’être doux et charitable, de ne pas non plus philosopher sur la Parole. Il se scandalise de l’interprétation de l’Écriture, convaincu que l’opinion, jugement qui peut varier, n’est pas connaissance solide du vrai22.

44Dans le cas où les réformés ne seraient pas convaincus qu’ils sont loin de la chrétienté, Ronsard invoque la multiplicité de leurs factions comme la preuve ultime qu’aucun d’entre eux ne peut assurer de la validité irréfutable de ses convictions : « vous devriez pour le moins avant que nous trouble, / Estre ensemble d’accord sans vous desassembler » [2015b, 253-254]. Les divergences entre luthériens, calviniens et autres sectes sur l’Écriture montrent assez que les thèses du premier réformé manquent de solidité ou sont fausses. Si Luther avait été visité par Dieu, aucun de ses fidèles n’eût discuté ses thèses.

  • 23 D’après Arlette Jouanna, les nobles dont l’engagement spirituel est véritable, parce que les écrits (...)

45Les contradictions sur la Bible révèlent à Ronsard quelque chose de la folie. Ce mot signifie absence de lucidité, incapacité à distinguer le faux du vrai. La raison étant au contraire ce qui permet d’être mesuré dans ses conduites, l’évocation de ses limites permet à Ronsard de souligner l’arrogance des réformés : « comment pourrions-nous bien avecq’ nos petits yeux / Cognoistre clerement les misteres des cieux ? » [2015c, 161-162]. L’impuissance des prédicants à produire des miracles signale aussi qu’il n’y a pas moyen de dire que leur religion émane de Dieu. Ronsard souligne d’ailleurs que la prédication réformée touche rarement les hommes qui ont jugement rassis [225-226]. À ses yeux, ne deviennent généralement réformés que les personnes sans instruction (« Les barbiers, les maçons en un jour y sont clercs » [192]), ou celles qui espèrent se faire une place dans la hiérarchie sociale si le pouvoir royal revient à un protestant. Le Prince de Condé lui-même est accusé de s’être converti au protestantisme par ambition personnelle [627-634], les gentilshommes nobles qui le rejoignent aussi [469-474]. Ces conversions calculées indiquent que Dieu occupe une place très mince chez beaucoup de nobles réformés23. La foi apparaît chez eux un moyen d’ascension sociale. Beaucoup de nobles sont d’ailleurs revenus à la religion catholique dès que la reine Catherine leur eut promis des postes s’ils déposaient les armes pendant le siège de Paris. Dire que le protestant valse d’une confession à l’autre selon les circonstances est ainsi un argument de taille qui démonte l’idée qu’il est enfant de Dieu.

46Sans être théologien, Ronsard proteste donc contre les pensées des théologiens de la Réforme et entre en conflit avec eux. Tandis que la Responce prend la défense de sa personne contre les accusations des prédicants, la Continuation et la Remonstrance apportent la réplique aux confessions de foi par lesquelles Guillaume Farel, Pierre Viret, Jean Calvin et Théodore de Bèze construisent la religion du réformé. À défaut de faire écho aux arguments des catholiques sur les questions de la foi chrétienne au colloque de Poissy, Ronsard se fonde sur les faits des guerres civiles pour se constituer avocat de la France catholique. La répartie, telle qu’il l’articule dans sa polémique avec les réformés, tient lieu de parole de vérité. Tout y est réfutation subtile, sans argument biblique fondamental, des positions des réformés sur la vie chrétienne, des allégations sur sa vie personnelle aussi.

47Le but de ces contestations consiste à confondre ses adversaires puis à les forcer à se dédire, autant sur son compte personnel que sur les questions de christianisme. Et parce que la parole hostile ne fuse pas sans signifier, en contrepartie, à l’interlocuteur des manières nouvelles de conduire sa vie, les réformés doivent également être embarrassés par les vives réprobations de leur inconduite. Ces interpellations fortes visent, dans plusieurs passages des Discours, à réduire les antagonistes au silence avec un usage abondant des ressources du blâme.

Haut de page

Bibliographie

Bèze, Théodore de, Confession de la foy chrestienne, contenant la confirmation d’icelle, et la refutation des superstitions contraires, quatrieme edition, reveuë sur la latine, et augmentée, avec un abregé d’icelle, 1561.

Buron, Emmanuel, L’opinion dans les Discours, in Lectures de Ronsard, Rennes, Presses Universitaires de Rennes, 2009, pp. 115-136.

Calvin, Jean, Confession de foy, faite d’un commun accord par les églises qui sont dispersées en France, et s’abstienent des idolatries papales avec une preface contenant response et defense contre les calumnies dont on les charge, éd. Petrus Barth, Munich, Dora Scheuner, 1952.

Crespin, Jean, Histoire des martyrs persecutez et mis à mort pour la verité de l’Evangile, depuis le temps des apostres jusques à present (1619), éd. Daniel Benoît, Toulouse, Société des livres religieux, 1885, II, livre 2.

Crouzet, Denis, Les guerriers de Dieu. La violence au temps des troubles de religion, vers 1525 – vers 1610, Seyssel, Champ Vallon, 1990.

Debailly, Pascal, La muse indignée. La satire en France au XVIe siècle, I, Paris, Classiques Garnier, 2012.

Debailly, Pascal, Ronsard et la satire dans lesDiscours des misères de ce temps”, in Pierre de Ronsard, Discours des misères de ce temps, Poésie et guerre civile, in « Cahiers textuels », n° 33, 2009, pp. 153-177.

Debbagi Baranova, Tatiana, À coups de libelles. Une culture politique au temps des guerres de religion. 1562-1598, Genève, Droz, 2012.

Debbagi Baranova, Tatiana, La poésie dénonciatrice pendant les guerres de religion. “Faites fondre sur luy vos carmes satyriques”, in « Revue française d’histoire des idées politiques », 2, 26, 2006, pp. 251-291.

Farel, Guillaume, Confession de la foy, laquelle tous bourgeois et habitans de Geneve et subjectz du pays doivent jurer de garder et tenir, extraicte de l’instruction dont on use en l’eglise de la dicte ville (1536), in « La vraie piété » : divers traités de Jean Calvin et Confession de foy de Guillaume Farel, éd. Irena Dorota Backus, Claire Chimelli, Genève, Labor et Fides, 1986.

Jouanna, Arlette, La noblesse : le rôle des femmes dans les confessions nobiliaires, in La France du XVIe siècle. 1483-1598, Paris, PUF, 1996, pp. 327-330.

Jouanna, Arlette, Le sens de l’iconoclasme, in La France du XVIe siècle. 1483-1598, Paris, PUF, 1996, pp. 382-383.

Laumonier, Paul, Introduction, in Pierre de Ronsard, Discours des misères de ce temps. À la Royne mere du Roy. Par Pierre de Ronsard Vandomois (1562), Œuvres complètes, IV, éd. Paul Laumonier, Paris, Société des Textes Français Modernes, Classiques Garnier, 2015.

Pineaux, Jacques, La polémique protestante contre Ronsard, Paris, Marcel Didier, 1973.

Ronsard, Pierre de, Discours des misères de ce temps. À la Royne mere du Roy. Par Pierre de Ronsard Vandomois (1562), Œuvres complètes, IV, éd. Paul Laumonier, Paris, Société des Textes Français Modernes, Classiques Garnier, 2015a, pp. 33-48.

Ronsard, Pierre de, Continuation du discours des misères de ce temps. À la Royne par Pierre de Ronsard Vandomois (1562), Œuvres complètes, IV, éd. Paul Laumonier, Paris, Société des Textes Français Modernes, Classiques Garnier, 2015b, pp. 49-76.

Ronsard, Pierre de, Remonstrance au peuple de France (1563), Œuvres complètes, IV, éd. Paul Laumonier, Paris, Société des Textes Français Modernes, Classiques Garnier, 2015c, pp. 77-122.

Ronsard, Pierre de, Responce de Pierre de Ronsard gentilhomme Vandomois aux injures et calomnies, de je ne sçay quels predicans, et ministres de Geneve. Sur son Discours et Continuation des misères de ce temps (1563), Œuvres complètes, IV, éd. Paul Laumonier, Paris, Société des Textes Français Modernes, Classiques Garnier, 2015d, pp. 123-195.

Ronsard, Pierre de, La promesse par Pierre de Ronsard Vandomois, à la Royne (1564), Le procès (1565), Œuvres complètes, XIII, éd. Paul Laumonier, Paris, Société des Textes Français Modernes, Classiques Garnier, 2015e, pp. 538-571.

Ronsard, Pierre de, Epistre au lecteur. Les trois livres du Recueil des nouvelles poesies de Pierre de Ronsard gentilhomme vandomois. Lesquelles n’ont encores esté par cy devant imprimées. Ensemble une epistre par laquelle succintement il respond a ses calomniateurs (1564), Œuvres complètes, XII, éd. Paul Laumonier, Paris, Didier, 1946, pp. 673-682.

Viret, Pierre, Instruction chrestienne en la doctrine de la loy et de l’Evangile : et en la vraye philosophie et theologie tant naturelle que supernaturelle des chrestiens : et en la contemplation du temple et des images et œuvres de la providence de Dieu en tout l’univers : et en l’histoire de la creation et cheute et reparation du genre humain (Genève, 1564), éd. Arthur-Louis Hofer, Genève, L’âge d’homme, 2004, vol. 1.

Sites Internet

Auboussier, Julien, Présentation, in « Semen », n° 39, <http://journals.openedition.org/semen/10463>.

Gross, Christian, L’importance des prédications, « Histoire vivante. RTS découverte », 31 octobre 2017, <https://player.rts.ch/p/rts/inline?urn=urn:rts:audio:9005125&hideendscreen&autoplay=1>.

Montméja, Bernard de, Response aux calomnies contenues au Discours et suyte du Discours sur les misères de ce temps, faits par Messire Pierre de Ronsard, jadis poêle, et maintenant prebstre. Ou est aussi contenue la metamorphose dudict Ronsard en prebstre, Lyon, 1563, <gallica.bnf.fr>.

Traité d’association faicte par Monseigneur le Prince de Condé, avec les Princes, Chevaliers de l’ordre, Seigneurs, Capitaines, Gentilshommes, et autres de tous estats qui sont entrez ou entreront ci-apres en ladicte association, pour maintenir l’honneur de Dieu, le repos de ce Royaume, et l’estat et liberté du Roy, sous le gouvernement de la Royne sa mere. Fait, arresté et publié à Orléans, l’an de nostre Seigneur, l’onzieme jour d’avril 1562, The Newberry Librairy, 1562, <gallica.bnf.fr>.

Haut de page

Notes

1 Nous citons cette œuvre poétique en suivant l’orthographe et la numérotation des vers de l’édition établie et présentée par Paul Laumonier, Œuvres complètes, IV, 2015.

2 Julien Auboussier, Présentation, in « Semen », n° 39, 19 novembre 2015, <http://journals.openedition.org/semen/10463>.

3 Bernard de Montméja, Response aux calomnies contenues au Discours et suyte du Discours sur les misères de ce temps, faits par Messire Pierre de Ronsard, jadis poêle, et maintenant prebstre. Ou est aussi contenue la metamorphose dudict Ronsard en prebstre, pp. 317-324.

4 Ivi, p. 349.

5 Introduction, in Pierre de Ronsard, La Promesse (1564), Le Procès (1565), Œuvres complètes, XIII, éd. Paul Laumonier, p. 540.

6 Paul Laumonier, Introduction, in Pierre de Ronsard, La Promesse, cit., p. 543.

7 Tatiana Debbagi Baranova, Le libelle entre la condamnation et la nécessité, in À coups de libelles. Une culture politique au temps des guerres de religion. 1562-1598, pp. 56-57.

8 Pascal Debailly, Ronsard et la satire dans lesDiscours des misères de ce temps”, in Pierre de Ronsard, Discours des misères de ce temps, Poésie et guerre civile, in « Cahiers textuels », n° 33, 2009, p. 168.

9 Tatiana Debbagi Baranova, La poésie dénonciatrice pendant les guerres de religion. “Faites fondre sur luy vos carmes satyriques”, in « Revue française d’histoire des idées politiques », 2, 26, 2006, p. 263.

10 Tatiana Debbagi Baranova, Taxer modestement les vices, in À coups de libelles, cit., p. 73.

11 Tatiana Debbagi Baranova, Le libelle entre la condamnation et la nécessité, in À coups de libelles, cit., p. 42.

12 Introduction, in La polémique protestante contre Ronsard, éd. Jacques Pineaux, p. XXVI.

13 « Prestre veut dire vieil, [...] estre / De cent mille pechez tout delivre et tout franc », précise Ronsard aux vers 388 et 389 de la Remonstrance au peuple de France (1563), 2015c.

14 Persuadés de leur insécurité après le massacre de plusieurs des leurs à Wassy le 1er mars 1562, malgré l’édit de janvier de la même année favorable à leur liberté de culte dans les faubourgs des villes et dans les campagnes, les protestants, avec Théodore Bèze et François Hotman alors conseillers du Prince Louis-Bourbon de Condé, justifient ces ports d’armes avec ces mots du Traité d’association : « Nous soubsignez, [...] voyans l’audace, temerité et ambition d’aucuns des subjects dudict Seigneur [nostre Roy], mesprisans sa jeunesse, avoir esté si grande, qu’ils ont bien osé non seulement s’assembler et prendre les armes contre ses edicts, pour avoir icelles mettre à mort un bon nombre de ses povres subjects, en n’espargnant ni aage ni sexe, sans aucune autre occasion, sinon qu’ils estoyent assemblez pour prier et servir Dieu , fuyant la permission des Edicts [...]. Et ne pouvans par telle et si temeraire entreprise conjecturer, sinon une certaine deliberation de ruiner, sous l’authorité du Roy detenu et captif, avec la vraye religion [...] tous ceux qui en font profession [...]. Nous à ces causes desirans à nostre pouvoir […] conserver les pouvres fideles de ce royaume [...] avons esté [...] forcez et cõtraincts de prendre les armes, qui est le moyen que Dieu nous a mis en main contre violence » (Traité d’association faicte par Monseigneur le Prince de Condé, avec les Princes, Chevaliers de l’ordre, Seigneurs, Capitaines, Gentilshommes, et autres de tous estats qui sont entrez ou entreront ci-apres en ladicte association, pour maintenir l’honneur de Dieu, le repos de ce Royaume, et l’estat et liberté du Roy, sous le gouvernement de la Royne sa mere, 1562, <gallica.bnf.fr>).

15 Arlette Jouanna, Le sens de l’iconoclasme, in La France du XVIe siècle. 1483-1598, pp. 382-383.

16 Denis Crouzet, La métamorphose chrétienne, in Les guerriers de Dieu. La violence au temps des troubles de religion, vers 1525 – vers 1610, p. 539.

17 Christian Gross, L’importance des prédications, « Histoire vivante. RTS découverte », 31 octobre 2017, <https://player.rts.ch/p/rts/inline?urn=urn:rts:audio:9005125&hideendscreen&autoplay=1>.

18 Ibid.

19 Au colloque de Poissy, Bèze, parlant au nom de Calvin, affirme : « le corps du Christ est esloigné du pain et du vin autant que le plus haut ciel est esloigné de la terre, attendu que, quant à nous sommes en la terre et les sacrements aussi, et quant à lui, sa chair [...] à la dextre de Dieu son père ». À cette position, le Cardinal Charles de Lorraine donne la réponse dont Ronsard se fait l’écho, affirmant qu’il faut mesurer les choses de la religion « par théologie et non par philosophie » (voir la note 2 de Paul Laumonier dans Remonstrance au peuple de France, cit.).

20 « Ce qui est tenu au royaume du Pape de sept sacrements, nous le condamnons comme fable et mensonge », Guillaume Farel, Sacrements, in Confession de la foy, laquelle tous bourgeois et habitans de Geneve et subjectz du pays doivent jurer de garder et tenir, extraicte de l’instruction dont on use en l’eglise de la dicte ville, p. 49.

21 Pascal Debailly, La satire politique dans les Discours, in La muse indignée. La satire en France au XVIe siècle, p. 431.

22 Sur ce thème, voir Emmanuel Buron, L’opinion dans les Discours, in Lectures de Ronsard, pp. 115-136.

23 D’après Arlette Jouanna, les nobles dont l’engagement spirituel est véritable, parce que les écrits qu’ils ont laissés l’attestent, sont peu nombreux. Parmi eux, l’Amiral Gaspard de Coligny, François de la Noue et Philippe Duplessis-Mornay. Pour beaucoup d’autres nobles, l’adhésion à la Réforme est ou le fruit de la frustration de combattants licenciés après la fin de la guerre d’Italie, ou un moyen de se battre et gagner des honneurs à la pointe de l’épée. Les guerres de religion auraient permis à ces nobles d’effectuer un transfert de sacralité, les uns devenant des soldats du Christ (les réformés) et les autres des croisés (les catholiques), (voir La noblesse : le rôle des femmes dans les confessions nobiliaires, in La France du XVIe siècle. 1483-1598, p. 329).

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Sangoul Ndong, « La répartie : place et enjeux dans les Discours des misères de ce temps de Pierre de Ronsard »Babel, 48 | 2023, 401-422.

Référence électronique

Sangoul Ndong, « La répartie : place et enjeux dans les Discours des misères de ce temps de Pierre de Ronsard »Babel [En ligne], 48 | 2023, mis en ligne le 31 décembre 2023, consulté le 15 avril 2024. URL : http://journals.openedition.org/babel/15564 ; DOI : https://doi.org/10.4000/babel.15564

Haut de page

Auteur

Sangoul Ndong

Université Assane Seck de Ziguinchor, Sénégal

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

CC-BY-NC-ND-4.0

Le texte seul est utilisable sous licence CC BY-NC-ND 4.0. Les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont « Tous droits réservés », sauf mention contraire.

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search