Navigation – Plan du site
Varia

Le Proème d’Eustathe de Thessalonique sur l’Odyssée : traduire en français un commentaire autonome et suivi sur l’épopée

Georgia E. Kolovou
p. 287-301

Résumés

On doit à Eustathe de Thessalonique, l’un des plus grands savants du XIIe siècle, un commentaire grammatical et philologique sur l’Iliade et l’Odyssée. Ce texte, intitulé Parekbolai, repose sur un choix d’extraits compilés de commentaires sur Homère qui constituent une sorte d’anthologie en même temps qu’ils fondent un nouveau commentaire autonome sur le texte homérique. Cet article s’intéresse à son Proème sur l’Odyssée où il évoque lui-même sa technique, indiquant la méthode qui préside à son interprétation du texte homérique.

Haut de page

Texte intégral

  • 1 Je tiens à exprimer, en tout premier lieu, ma très grande reconnaissance envers Monsieur le Profess (...)
  • 2 Pour l’édition du commentaire sur l’Odyssée, nous renvoyons à celle qu’a donnée Johann Gottfried St (...)
  • 3 En 1987, Marchinus Van der Valk achève son édition critique des Parekbolai sur l’Iliade en s’appuya (...)

1Lorsque les spécialistes d’Homère et de la poésie archaïque lisent Eustathe1, ils ne le lisent jamais d’une manière suivie, mais vont y chercher telle ou telle glose. De la même manière, les spécialistes de la période byzantine s’intéressent plutôt à ses écrits théologiques et historiques qu’à ses œuvres philologiques. Ce travail s’attache à la continuité du commentaire d’Eustathe, et en particulier à son Proème sur l’Odyssée2 où Eustathe donne la clé pour comprendre la méthode sur laquelle repose son travail. Évoquant lui-même les particularités et les complexités de sa technique, il la livre condensée dans ce texte, avant de la compléter dans son Proème sur l’Iliade3.

2Le Proème sur l’Odyssée est un texte court par rapport au Proème sur l’Iliade où l’auteur distingue l’histoire de la fable, met à jour l’aspect rhétorique et stylistique de l’Odyssée, exprime son opinion sur le Poète, signale les visées didactiques de l’Odyssée, justifie l’écriture de son propre commentaire et présente sa méthode.

3Sachant que le texte, édité par Johann Gottfried Stallbaum, ne présente pas d’articulation au point d’être parfois rendu illisible, nous avons regroupé les passages du Proème selon leur thématique, en ajoutant des intertitres, qui donnent les grandes lignes du contenu des passages.

Traduction

Proème sur l’Odyssée4

Histoire et fable

  • 5 Il s’agit de personnes qui raisonnent, de rationalistes, ou bien de ceux qui exigent des comptes.
  • 6 Nous traduisons Παλαιοὶ, les Νεώτεροι et Ἀκριβέστεροι (les Anciens, les Modernes, les Plus Rigoureu (...)

4Certains examinateurs5, âpres, ont traité l’Odyssée comme l’Iliade, et c’est celle-là, plus que celle-ci, qu’ils mettent en pièces. Ce qui leur donne prise, c’est la grande présence de l’élément fabuleux là aussi. Et en l’accusant, ceux-là en viennent à rejeter la vérité avec la fable, car l’insertion du mensonge les rend soupçonneux à l’égard de l’histoire elle-même. Il ne faut pas réagir ainsi, mais il faut considérer la tâche de la poésie, en sachant ceci : c’est justement une loi pour les poètes de ne pas exposer l’histoire nue, mais de la couvrir de fables. Parmi celles-ci, certaines, qui ont déjà été forgées par d’autres [poètes], sont reprises, tandis que d’autres sont imaginées en outre par eux-mêmes. En effet, d’après les auteurs de traités rhétoriques, la poésie a le droit de raconter aussi des choses extraordinaires, afin de susciter par là plaisir et étonnement, et de même chez les auditeurs. C’est ainsi qu’en de nombreux vers, le Poète, comme disent les Palaioi6, en s’accordant avec les faits historiques, les entremêle aussi de fables. Et aux vérités répétées partout, il ajoute quelque chose qui n’est pas vrai, s’exposant lui-même volontairement à l’accusation d’une narration de l’impossible.

Mensonge et vérité

  • 7 ψεύδεα πολλὰ λέγων ἐτύμοισιν ὁμοῖα Homère, Odyssée, XIX, 203.
  • 8 Καὶ οὐ μόνον γε περὶ Ἰταλίαν, ἀλλὰ καὶ μέχρι τῶν ἐσχάτων τῆς Ἰβηρίας ἐστὶν εὐρεῖν ἴχνη τῆς ἐκείνουν (...)
  • 9 Κίρκη δἨελίου θυγάτηρ Ὑπεριονίδαο/ γείνατὉδυσσῆος ταλασίφρονος ἐν φιλότητι / Ἄγριον ἠδὲ Λατῖνον (...)
  • 10 Αὔσονος τοῦ παιδὸς Ὀδυσσέως καὶ Κίρκης, Eduard Scheer, Scholia in Lycophronem (scholia vetera et re (...)
  • 11 ἀλλὰ καὶ ἐν τῇ Ἰβηρίᾳ Ὀδύσσεια πόλις δείκνυται, Strabon, 3, 2, 13, 13-14.
  • 12 δολοφονηθέντα ὑπὸ τῶν βαρβάρων γενέσθαι βαρύμηνιν, ὥστε τοὺς περιοίκους δασμολογεῖν αὐτῷ κατά τι λό (...)

5Il ne dispose pas cependant toujours les fables sur le mode de la fiction, mais pour parler comme lui « πολλὰ ψεύδεα λέγει ἐτύμοις ὁμοῖα »7 – « il dit de nombreux mensonges semblables à des propos véridiques », de sorte qu’on ne peut pas même s’en apercevoir. Cependant, il ment souvent, et pas toujours. En effet, la poésie ne ferait plus entendre de paroles semblables à des propos véridiques si elle tressait une chaîne de purs mensonges. Par exemple, on répète partout, en accord avec le Poète, que la plus grande partie de l’errance d’Ulysse a eu lieu dans la région de la Sicile et de l’Italie et au-delà8. C’est ce que montrent, à côté de beaucoup d’autres, les personnages historiques de Latinus9 et d’Ausone10, qui sont, selon certains, les enfants d’Ulysse et de Circé, et ont régné sur les régions qui leur sont homonymes, et ont appelé leurs peuples d’après eux-mêmes. La ville d’Odysseia, en Ibérie11, s’accorde aussi avec eux, de même que le héros Témésios12, mentionné dans les proverbes pour sa profonde colère, est l’un des compagnons qui ont navigué avec Ulysse, honoré à Témésa, en Italie. Ainsi, on ne peut pas douter qu’Ulysse a erré surtout là.

  • 13 Eustathe, Comm. ad Hom. Od., 1389, 26-1390, 44.
  • 14 Eustathe, Comm. ad Hom. Od., 1389, 24-1390, 44 ; 1645, 45-57 ; 1644,6-61 ; 1670, 59-1671, 44.

6Il est manifeste que le Poète place certaines étapes de l’errance d’Ulysse en les transportant de l’autre côté de l’Océan, comme je le montrerai manifestement dans la suite13 ; en conservant, d’une part, la vérité historique, en ajoutant, d’autre part, un récit extraordinaire poétique, et en mêlant le mensonge à la vérité, selon la loi de la poésie. D’une part, il enseigne, d’autre part, il saisit ou il charme. De cette façon, alors qu’il tire Éole, les Cimmériens, et ce qui concerne Calypso d’histoires véritables, comme je le montrerai14, il ajoute en outre une sorte de récit extraordinaire ; tantôt en déplaçant les faits historiques et en les transférant de certains lieux aux autres, tantôt en accroissant les particularités des faits historiques et en les portant à l’exagération. En les déplaçant, comme lorsqu’il transporte faussement les Cimmériens, peuple véritablement nordique, dans les régions occidentales proches de l’Hadès, et lorsqu’il déplace aussi l’île de Calypso dans l’Océan. En accroissant les particularités, lorsque les Lestrygons qui, par ailleurs, sont sauvages, il les représente de sa propre autorité comme des anthropophages, et lorsqu’il dit qu’Éole, qui est expert en navigation, enferme les vents. Il ne ment pas absolument, mais exagère par rapport au fait historique.

  • 15 ψεῡδος δ’οὐκ ἐρέει μάλα γὰρ πεπνυμένος ἐστί, Homère, Odyssée, III, 20.
  • 16 Homère, Odyssée, XIV, 364-365.
  • 17 Παρνησόν δ’ἐλθόντα μετ’ Αὐτολυκόν τε καὶ υἷας / μητρὸς ἑῆς πατέρ’ἑσθλόν, ὅς ἀνθρώπους ἐκέκαστο / κλ (...)

7En effet, c’est en tout cas faux de condamner simplement l’ensemble de la poésie d’Homère comme un mensonge. Un tel mensonge, en effet, « Il ne le dirait pas lui-même », dirait le poète, « car il est très prudent »15. En effet, il pourrait entendre ce qu’Ulysse avait dit chez Eumée : « pourquoi tel que tu es, te faut-il mentir sans raison ? »16. Justement pour ce motif, mentir non pas sans raison, mais en temps opportun, est parfois, pour les personnes sensées, conseillé et non blâmable. Homère dit, par exemple, qu’Autolykos s’est paré d’un serment17, c’est-à-dire qu’il parle en sophiste en usant habilement de faux serments. Il introduit (dans son texte) manifestement Ulysse lui-même comme une personne qui ment dans les discours qu’il tient à son serviteur Eumée, et ailleurs. Il ne faut donc ni croire que le poète ment sur tous les points, ni qu’il parle sur tous les points selon la vérité, mais qu’il entremêle ce qui est vrai avec une sorte de mensonge, comme il semble à Polybe, qui dit que le poète n’ajoute que peu de détails imaginaires à l’errance d’Ulysse, comme à la guerre d’Ilion. Voilà ce qu’il en est.

L’aspect rhétorique et stylistique de l’Odyssée

  • 18 Sur les notions rhétoriques dont l’usage est hermogénien chez Eustathe, voir l’étude de Gertrud Lin (...)
  • 19 Sur l’usage de la notion rhétorique « ἀφέλεια » chez Eustathe et Hermogène respectivement, voir Ger (...)
  • 20 Τιμόλαος, Λαρισσαῖος ἐκ Μακεδονίας, ῥήτωρ, Ἀναξιμένους τοῦ Λαμψακηνοῦ μαθητής ὃς καὶ ποιητικῶς ἔχων (...)

8Selon la vérité des Anciens, l’Odyssée est plus éthique que l’Iliade, c’est-à-dire plus douce18 et plus simple19.Elle est donc plus fine en raison de la profondeur des réflexions qui se présentent à l’imagination avec une simplicité superficielle, comme le disent les Grammairiens. Cela est en effet la finesse rhétorique, la profondeur des réflexions en une simplicité superficielle. Il faut savoir que les sujets dans ce livre sont très réduits, stériles, et de peu de matière. Et si le Poète n’avait pas inventé, fidèle à lui-même, diverses méthodes d’amplification du poème, comme la traversée de Télémaque, la longue conversation chez les Phéaciens, des mensonges splendides racontés à Eumée etc., l’arrangement du texte poétique lui serait complètement restreint. Mais lui qui a fabriqué avec beaucoup d’art de telles choses, il a eu la grande force d’élargir le chemin étroit de l’aventure dans ce livre à la plaine d’un récit. Et comme d’un cours d’eau torrentiel, il en a fait couler des fleuves débordants de rhétorique, comme ceux qui coulent aussi et surtout autour de l’Iliade. Malgré cela, un certain Timolaos de Larissa ou de Macédoine20, ou des deux, en condamnant l’Océan poétique à cause de la sécheresse ici [dans ce poème], a amené par des canalisations, ses propres inventions, semblables à la bave ou à la morve. On dit en effet qu’il a inséré dans l’Iliade un vers après chaque vers, et il a intitulé son ouvrage Τρωϊκ, « La guerre de Troie ». Par exemple :

  • 21 Homère, Iliade, I, 1.
  • 22 Homère, Iliade, I, 2.
  • 23 Homère, Iliade, I, 3.

Chante-nous, déesse, la colère d’Achille, le fils de Pélée21 ;
Qu’il conçut irrité à cause de la fille de Chrysès,
détestable colère, qui aux Achéens valut d’innombrables malheurs22
lorsqu’ils faisaient la guerre sans chef contre les Troyens qui luttaient
et jeta en pâture à Hadès beaucoup d’âmes fières de héros23
déchirés par la lance qu’Hector avait dans ses mains.

  • 24 Τρυφιόδωρος, Αἰγύπτιος, γραμματικὸς καὶ ποιητὴς ἐπῶν ἔγραψε Μαραθωνιακά, Ἰλίου ἄλωσιν, τὰ κατὰ Ἱππο (...)
  • 25 ἔσωσά σὡς ἴσασιν, Euripide, Médée, 476, tome I.

9Et c’est ainsi que ledit Timolaos a engraissé, pour ainsi dire, l’Iliade homérique en la farcissant. On dit que Tryphiodore24 a suivi un chemin contraire de celui-ci, on raconte qu’il a rendu une Odyssée lipogrammatique en excluant de celle-ci le sigma. Peut-être inutilement, mais peut-être aussi afin qu’il ne desserve pas sa récitation à cause du fait qu’il bégaie certains sons. Comme ceux qui grasseyent s’abstiennent de prononcer la lettre rhô afin que leur grasseyement ne les démasque pas. Que le son du sigma semble par ailleurs gêner les oreilles de l’auditoire en raison de sa fréquence lorsqu’il est accumulé, comme dans l’expression d’Euripide « ἔσωσά σ’ὡς ἴσασι »25, « je t’ai sauvé, comme le savent » et la suite ; c’est ce que montre celui qui dit à quelqu’un qui double les tau à la manière de la langue atticisante : « Parfait, parce que tu nous a débarrassés des sigmas d’Euripide ». Voilà sur ce sujet.

Le Poète

  • 26 ἐχρημάτιζε δὲ καὶ Ναυκράτης Ἐρυθραῖος, Ὅμηρον ὑπομνηματίσας, Étienne de Byzance, Ethnika, 280, 12 (...)
  • 27 Ὅτι Φαντασία τις Μεμφῖτις Νικάρχου θυγάτηρ συνέταξε πρὸ Ὁμήρου τὸν Ἰλιακὸν πόλεμον καὶ τὴν περὶ Ὀδύ (...)
  • 28 Sur ce point, voir également Marchinus Van der Valk, Eustathii archiepiscopi Thessalonicensis Comme (...)
  • 29 Homère, Odyssée, XII, 61.
  • 30 Eustathe, Comm. ad Hom. Od., 1713, 17-26.

10Tel est le poète. Il est riche en paroles. Personne n’est meilleur que lui pour l’expression. Il est le plus habile pour la disposition en bon ordre, le plus persuasif dans la narration. C’est le maître de tout art dans les paroles. Et à partir de lui, comme d’un océan, sont nés tous les fleuves et toutes les sources des méthodes de discours ; même-lui n’a cependant pas échappé à l’accusation de plagiat. On dit en effet qu’un certain Naucratès26 a raconté donc que Phantasia27, une femme de Memphis, prêtresse de la sagesse, fille de Nicarque, a composé La Guerre d’Ilion et L’errance d’Ulysse, et a déposé les livres dans le sanctuaire d’Héphaïstos à Memphis. Lorsque le poète s’est rendu là, il a reçu des copies de la part d’un des prêtres qui interprètent les saintes écritures, et à partir de là, il a composé l’Iliade et l’Odyssée. Certains racontent que le Poète est Égyptien ou a fréquenté l’Égypte28, a appris des gens de là-bas, et dans cet endroit sur les Roches errantes29, dans la suite de ce livre, j’exposerai une certaine histoire qui le montrera30.

Le but éducatif de l’Odyssée

11Le but le plus fondamental de ce poème est la sagesse. Ce livre enseigne aussi l’amour légitime de la femme pour son mari, en présentant Pénélope comme le modèle original de ces deux vertus. Il engage déjà à s’éloigner de l’injustice par les passages dans lesquels il raconte que les Prétendants qui commettent des iniquités périssent. Par toutes les autres choses que le poète enseigne çà et là, selon une loi appropriée, en effet, tout le poème est utile à la vie, les diverses parties du livre le montreront.

L’Iliade et l’Odyssée

  • 31 Homère, Odyssée, XI, 467-537.
  • 32 Homère, Odyssée, XI, 541-565.
  • 33 Homère, Odyssée, IV, 499-510.
  • 34 Homère, Odyssée, XI, 467-537.
  • 35 κατέδυ Τρώων πόλιν, Homère, Odyssée, IV, 249.

12Ce livre complète, d’une certaine manière, l’Iliade. En effet, ce que le poète y avait négligé, il l’a suppléé ici. On peut trouver ainsi, à côté d’autres faits, la mort d’Achille31 qui est passée sous silence là, les faits du grand Ajax32 et de celui de Locres33 que nous n’avons pas appris là [dans l’autre poème], l’exploit de Néoptolème34 et l’artifice aussi d’Ulysse « lorsqu’il s’est enfoncé dans la ville des Troyens »35, et ce qui concerne le cheval de bois, et d’autres faits qui ne sont pas du tout insérés clairement dans l’Iliade. Et en général, les omissions de l’Iliade constituent ici un certain mets préparé avec un assaisonnement délicat par le Poète.

La méthode d’Eustathe dans son commentaire sur l’Odyssée

  • 36 Sur ce point, il nous faut signaler l’explication de Filippomaria Pontani : Eustathe ferait une dis (...)
  • 37 À partir de ce passage, on voit que les Parekbolai sur l’Odyssée constituent une œuvre indépendante (...)

13Nous entreprendrons là aussi, comme pour l’Iliade, de traiter le sujet, non à la manière d’une exégèsedont d’autres se sont occupés36, mais en choisissant ce qui est utile à ceux qui parcourent les choses rapidement et ne peuvent pas s’appliquer avec loisir à toute l’étendue du poème. Dans ces extraits de commentaires, beaucoup d’extraits se trouvant dans l’Odyssée ont été passés sous silence, parce qu’on en a parlé suffisamment dans les extraits de l’Iliade37. Ici commencent les Parekbolai de l’Odyssée.

Haut de page

Bibliographie

I. Eustathe de Thessalonique :

a) Édition des Commentarii ad Homeri Iliadem – Odysseam.

Eustathe De Thessalonique. Commentarii ad Homeri Iliadem pertinentes, ad fidem codicis Laurentiani, ed. Marchinus Van der Valk. Leiden: Brill, 1971-1987.

Eustathe De Thessalonique. Commentarii ad Homeri Odysseam ad fidem romani editi, ed. Johann Gottfried Stallbaum. Leipzig : Weigel 1825-1826 : (réimpr. Hildesheim : G. Olms 1970).

b) Éditions et Commentaires des autres œuvres :

Eustathe De Thessalonique. La Espugnazione di Tessalonica, testo critico, introduzione, annotazioni di Stilpon Kyriakidis. Proemio di Bruno Lavagnini. Versione italiana di Vencenzo Rotolo. Palermo : Istituto Siciliano di Studi Bizantini e Neollenici, 1961.

Eustathe De Thessalonique. Prooemium commentarii in Pindari opera, Athanasios Kambylis. Göttingen : Vandenhoeck & Ruprecht, 1991.

II. Éditions de l’Iliade et de l’Odyssée :

Allen, Thomas William. Homeri Ilias, tomus I-II. Oxford: Oxford University Press, 1920.

Berard, Victor. Odyssée, texte établi et traduit par Victor Berard, tome I, chants I-VII, Paris : Les Belles Lettres, 1924, 12e tirage 2002 ; tome II, chants VIII-XV, 1924, 12e tirage 2002 ; tome III, chants XVI-XXIV, (1ère édition 1924, 2ème édition 1956) 9e tirage 2002.

Ebeling, Heinrich. Lexicon Homericum, vol. 1-2, Georg Olms Verlagsbuchhandlung. Hildesheim: G. Olms, 1963.

Graziosi, Barbara et Johannes Haubold. Homer, Iliad, book VI. Cambridge: Cambridge University Press, 2010.

Leaf, Walter. The Iliad, edited with apparatus criticus, prolegomena, notes and appendices, vol. I. Amsterdam: Hakkert, 1900-1902 (réimpr.1960).

Ludwich, Arthurus. Homeri Ilias, vol. II, Ed. Stereotypa, Stutgardiae. Lipsiae : Teubner, 1995.

Mazon, Paul. Iliade, texte établi et traduit par Paul Mazon avec la collaboration de Pierre Chantraine, Paul Collart et René Languimier, tome I, chants I-VI, Paris : Les Belles Lettres, 1937, 9e tirage 2002 ; tome II, chants VII-XII, 1937, 9e tirage 2002 ; tome III, chants XII-XVIII, 1937, 11e tirage 2005 ; tome IV, chants XIX-XXIV, 1938, 10e tirage 2002.

III. Scholies sur Homère :

a) Collections anonymes

Erbse, Hartmut, Scholia Graeca in Homeri Iliadem (scholia vetera). Berlin: de Gruyter, 1969-1983.

b) Auteurs médiévaux

Tzetzes, Joannes, Exegesis in Homeri Iliadem, Anastasios Lolos, Der unbekannte Teil der Ilias-Exegesis des Ioannes Tzetzes (A 97-609), Beiträge zur klassischen Philologie 130. Königstein : Hain, 1981.

IV. Autres auteurs :

Etienne de Byzance. Ethnika, August Meineke. Berlin : Reimer, 1849 (réimpr. 1958).

Euripide. Médée, tome I, texte établi et traduit par Louis Méridier. Paris : Les Belles Lettres, (1926) 10ème tirage 2003.

Hesiode. La Théogonie, 1011-1013, texte établi et traduit par Paul Mazon. Paris : Les Belles Lettres, (1928) 16ème tirage 2002.

Photius. Bibliothèque, René Henry. Paris : Les Belles Lettres, 1960.

Strabon. The Geography of Strabo, tome I, with an English translation by Horace Leonard Jones, London, William Heinemann. Cambridge (Mass.): Harvard University Press, 1969.

V. Scholies sur d’autres auteurs :

Scheer, Eduard. Scholia in Lycophronem (scholia vetera et recentiora partim Isaac et Joannis Tzetzae), 44, 5-6, vol. 2. Berlin : Weidmann, 1958.

VI. Dictionnaires et lexiques anciens :

Suda. Lexicon Lexicographi Graeci, Praefationem indices dissertationem, Continens, Ada Adler. München, Leipzig : K. G. Saur, 2001.

VII. Études et articles :

Kambylis. Athanasios. Eustathios über Epinikiendichtung. Ein Kapitel der klassischen Philologie in Byzanz, Jahrgang 9, Heft 1, Hamburg : Berichte aus den Sitzungen der Joachim Jungius- Gesellschaft der Wissenschaften e. V., 1991.

Lindberg, Gertrud. Studies in Hermogenes and Eustathios: The theory of ideas and its application in the commentaries of Eustathios on the epics of Homer. Lund: J. Lindel & Co KB, 1977.

Maas, Paul. « Verschiedenes zu Eustathios », Byzantinische Zeitschrift, 45 (1952): 1-3.

Maricq, André. « Le manuscrit d’Eustathe de Thessalonique. La prise de Thessalonique en 1185 », Byzantion 20 (1950) : 81-87.

Patillon, Michel. La théorie du discours chez Hermogène le rhéteur. Paris : Les Belles Lettres, 1988.

Peppink, Simon Peter. « De autographis Eustathianis cum codice Suidae comparatis », Byzantinische Zeitschrift 60 (1932) : 423-424.

Pernot, Laurent. La rhétorique de l’éloge dans le monde gréco-romain, t. I-II. Paris : Institut d’Etudes Augustiniennes, 1993.

Pontani, Filippomaria. « Il proemio al Commento all’Odissea di Eustazio di Tessalonica, con appunti sulla tradizione del testo », Bollettino dei Classici, vol. s. III, XXI (2000) : 5-58.

Wilson, Nigel Guy. “Three Byzantine Scribes. The autographs of Eustathius ” Greek Roman and Byzantine Studies, vol. 14, no 2, North Carolina, Duke University Durham (1973): 223-228.

Haut de page

Notes

1 Je tiens à exprimer, en tout premier lieu, ma très grande reconnaissance envers Monsieur le Professeur Georges Varsos (Université d’Athènes), directeur de ma recherche postdoctorale, qui a lu très attentivement ma traduction et a fait des remarques particulièrement riches et importantes qui m’ont permis d’améliorer mon texte. Je remercie également très vivement Monsieur le Professeur Pierre Ducrey, directeur de la Fondation Hardt à Genève, qui m’a fait obtenir une bourse me permettant de profiter de toutes les richesses de la bibliothèque de la Fondation.

2 Pour l’édition du commentaire sur l’Odyssée, nous renvoyons à celle qu’a donnée Johann Gottfried Stallbaum, Eustathii archiepiscopi Thessalonicensis commentarii ad Homeri Odysseam, 2 vols. in 1. Leipzig, Weigel, 1:1825; 2:1826 (réimpr. Hildesheim : G. Olms, 1970).

3 En 1987, Marchinus Van der Valk achève son édition critique des Parekbolai sur l’Iliade en s’appuyant sur le manuscrit d’Eustathe (Codex Laurentianus Plut. LIX 2 et 3). L’éditeur confirme dans son introduction (Marchinus van der Valk, Eustathii Commentarii ad Homeri Iliadem pertinentes, p. IX-XVI) que le manuscrit Laurentianus Plut. LIX 2 et 3 qui contient les scholies sur l’Iliade, de même que les manuscrits Marcianus.gr.460 et Parisinus.gr.2702 qui contiennent les scholies sur l’Odyssée, sont considérés comme les autographes d’Eustathe. Cette thèse est suivie par Nigel Guy Wilson, “Three Byzantine Scribes. The autographs of Eustathius”, p. 226. Sur ce point, voir aussi Paul Maas, “Verschiedenes zu Eustathios”, pp. 1-3. Voir aussi : André Maricq, « Le manuscrit d’Eustathe de Thessalonique. La prise de Thessalonique en 1185 », pp. 81-87 ; Simon Peter Peppink, “De autographis Eustathianis cum codice Suidae comparatis”, pp. 423-424 ; Stilpon Kyriakidis, La Espugnazione di Tessalonica, testo critico, introduzione, annotazioni di Stilpon Kyriakidis. Proemio di Bruno Lavagnini. Versione italiana di Vencenzo Rotolo, Palermo, Istituto Siciliano di Studi Bizantini e Neollenici, 1961. Pour Nigel Guy Wilson et Stilpon Kyriakidis, c’est à raison que ces manuscrits célèbres sont considérés comme des autographes des commentaires homériques d’Eustathe de Thessalonique.

4 Ce texte est traduit en italien et précisément analysé par Filippomaria Pontani, “Il proemio al Commento all’Odissea di Eustazio di Tessalonica, con appunti sulla tradizione del testo”, pp. 5-58.

5 Il s’agit de personnes qui raisonnent, de rationalistes, ou bien de ceux qui exigent des comptes.

6 Nous traduisons Παλαιοὶ, les Νεώτεροι et Ἀκριβέστεροι (les Anciens, les Modernes, les Plus Rigoureux) en suivant la méthode d’Athanasios Kambylis, Eustathios über Epinikiendichtung. Ein Kapitel der klassischen Philologie in Byzanz, 1991. Voir aussi Athanasios Kambylis (éd.), Prooemium commentarii in Pindari opera, Göttingen, Vandenhoeck & Ruprecht, 1991, qui traite ces trois termes, parfois énigmatiques chez Eustathe, en les transcrivant : les Palaioi, les Neoteroi, les Akribesteroi, étant donné qu’Eustathe mentionne fréquemment des sources qu’il n’a pas consultées et qu’il attribue faussement des scholies à des groupes précis de commentateurs. Toutefois, le terme παλαιοί a un double usage chez Eustathe. D’une part, il s’agit des scholiastes anciens, c’est la raison pour laquelle nous traduisons : « ὡς φασὶν οἱ παλαιοί », « comme disent les Palaioi » etc. ; d’autre part, parfois, ce terme ne se réfère pas aux commentateurs mais, plus rarement, aux mœurs et coutumes d’autrefois, et dans ce cas-là, on le traduit par le terme « Anciens ». À titre indicatif, nous citons l’exemple suivant : « οἱ δε γε παλαιοί, ὁποῖόν τι καὶ οἱ Αἰγύπτιοι ἐποίουν, ζωΐδιά τινα ἱερογλυφοῦντες καὶ λοιποὺς δὲ χαρακτῆρας εἰς σημασίαν ὧν λέγειν ἐβούλοντο » (632,49-52), « Les Anciens faisaient d’une certaine manière comme les Égyptiens, en gravant en hiéroglyphes certaines figurines d’animaux et d’autres caractères, afin d’indiquer ce qu’ils voulaient dire ».

7 ψεύδεα πολλὰ λέγων ἐτύμοισιν ὁμοῖα Homère, Odyssée, XIX, 203.

8 Καὶ οὐ μόνον γε περὶ Ἰταλίαν, ἀλλὰ καὶ μέχρι τῶν ἐσχάτων τῆς Ἰβηρίας ἐστὶν εὐρεῖν ἴχνη τῆς ἐκείνουν πλάνης καὶ ἄλλων πλειόνων, Strabon, The Geography of Strabo, 1, 2, 11, 8-10, (tome I).

9 Κίρκη δἨελίου θυγάτηρ Ὑπεριονίδαο/ γείνατὉδυσσῆος ταλασίφρονος ἐν φιλότητι / Ἄγριον ἠδὲ Λατῖνον ἀμύμονά τε κρατερόν τε Hésiode, La Théogonie, 1011-1013.

10 Αὔσονος τοῦ παιδὸς Ὀδυσσέως καὶ Κίρκης, Eduard Scheer, Scholia in Lycophronem (scholia vetera et recentiora partim Isaac et Joannis Tzetzae), 44, 5-6, vol. 2. Berlin, Weidmann, 1958.

11 ἀλλὰ καὶ ἐν τῇ Ἰβηρίᾳ Ὀδύσσεια πόλις δείκνυται, Strabon, 3, 2, 13, 13-14.

12 δολοφονηθέντα ὑπὸ τῶν βαρβάρων γενέσθαι βαρύμηνιν, ὥστε τοὺς περιοίκους δασμολογεῖν αὐτῷ κατά τι λόγιον καὶ παροιμίαν εἶναι πρὸς τους ἀηδεῖς, τὸν ἥρωα τὸν ἐν Τεμέσῃ λεγόντων ἐπικεῖσθαι αὐτοῖς Strabon, 6, 1, 5, 6-10.

13 Eustathe, Comm. ad Hom. Od., 1389, 26-1390, 44.

14 Eustathe, Comm. ad Hom. Od., 1389, 24-1390, 44 ; 1645, 45-57 ; 1644,6-61 ; 1670, 59-1671, 44.

15 ψεῡδος δ’οὐκ ἐρέει μάλα γὰρ πεπνυμένος ἐστί, Homère, Odyssée, III, 20.

16 Homère, Odyssée, XIV, 364-365.

17 Παρνησόν δ’ἐλθόντα μετ’ Αὐτολυκόν τε καὶ υἷας / μητρὸς ἑῆς πατέρ’ἑσθλόν, ὅς ἀνθρώπους ἐκέκαστο / κλεπτοσύνη θ’ὅρκῳ τε θεὸς δε οἱ αὐτὸς ἔδωκεν, Homère, Odyssée, ΧΙΧ, 393-395.

18 Sur les notions rhétoriques dont l’usage est hermogénien chez Eustathe, voir l’étude de Gertrud Lindberg, Studies in Hermogenes and Eustathios: The theory of ideas and its application in the commentaries of Eustathios on the epics of Homer, 1977. Sur le sens et la traduction des notions rhétoriques d’Hermogène, voir également, l’étude de Laurent Pernot, La rhétorique de l’éloge dans le monde gréco-romain, 1993, et celle de Michel Patillon, La théorie du discours chez Hermogène le rhéteur, 1988. En particulier, voir l’index des mots grecs de cette étude, pp. 378-392. Plus particulièrement, sur l’usage de la notion rhétorique « γλυκύτης » chez Eustathe et Hermogène respectivement, voir Lindberg, Op. cit., pp. 229-235.

19 Sur l’usage de la notion rhétorique « ἀφέλεια » chez Eustathe et Hermogène respectivement, voir Gertrud Lindberg, Ibidem, pp. 222-229.

20 Τιμόλαος, Λαρισσαῖος ἐκ Μακεδονίας, ῥήτωρ, Ἀναξιμένους τοῦ Λαμψακηνοῦ μαθητής ὃς καὶ ποιητικῶς ἔχων παρενέβαλε τῇ Ἰλιάδι στίχον πρὸς στίχον καὶ ἐπέγραψε τὸ σύνταγμα Τρωϊκόν SUDA,Lexicon Lexicographi Graeci, τ 626, 1-2, Praefationem indices dissertationem, Continens, Ada Adler, München, Leipzig, K. G. Saur, 2001.

21 Homère, Iliade, I, 1.

22 Homère, Iliade, I, 2.

23 Homère, Iliade, I, 3.

24 Τρυφιόδωρος, Αἰγύπτιος, γραμματικὸς καὶ ποιητὴς ἐπῶν ἔγραψε Μαραθωνιακά, Ἰλίου ἄλωσιν, τὰ κατὰ Ἱπποδάμειαν, Ὀδύσσειαν Suid., τ, 1111.

25 ἔσωσά σὡς ἴσασιν, Euripide, Médée, 476, tome I.

26 ἐχρημάτιζε δὲ καὶ Ναυκράτης Ἐρυθραῖος, Ὅμηρον ὑπομνηματίσας, Étienne de Byzance, Ethnika, 280, 12.

27 Ὅτι Φαντασία τις Μεμφῖτις Νικάρχου θυγάτηρ συνέταξε πρὸ Ὁμήρου τὸν Ἰλιακὸν πόλεμον καὶ τὴν περὶ Ὀδύσσείας διήγησιν καὶ ἀποκείσθαι φασι τὰς βίβλους ἐν Μέμφιφι Ὅμηρον δὲ παραγενόμενον, καὶ τὰ ἀντίγραφα λαβόντα παρὰ Φανίτου τοῦ ἱερογραμματέως, συντάξαι ἐκείνοις ἀκολούθως, Photius, Bibliothèque, 190, 151a, 37-38-151b,1-5.

28 Sur ce point, voir également Marchinus Van der Valk, Eustathii archiepiscopi Thessalonicensis Commentarii ad Homeri Iliadem pertinentes, ad fidem codicis Laurentiani, 6, 4, 21.

29 Homère, Odyssée, XII, 61.

30 Eustathe, Comm. ad Hom. Od., 1713, 17-26.

31 Homère, Odyssée, XI, 467-537.

32 Homère, Odyssée, XI, 541-565.

33 Homère, Odyssée, IV, 499-510.

34 Homère, Odyssée, XI, 467-537.

35 κατέδυ Τρώων πόλιν, Homère, Odyssée, IV, 249.

36 Sur ce point, il nous faut signaler l’explication de Filippomaria Pontani : Eustathe ferait une distinction entre une ἐξήγησις, c’est-à-dire un commentaire continu, et un commentaire fondé sur la sélection et la compilation des passages des auteurs, en particulier des passages qui contiennent les éléments utiles pour la compréhension du texte homérique. Évidemment, le deuxième type de commentaire renvoie clairement au sens du terme παρεκβολαὶ. D’après l’auteur, le choix du terme ἐξήγησις dans le texte d’Eustathe se réfère probablement à l’ἐξήγησις Ἰλιάδος de Joannes Tzetzes, « L’opposizione è dunque fra l’ἐξήγησις o “commento continuato” e un commento fondato sulla scelta delle cose utili, scelta che giustifica poi il termine stesso di παρεκβολαὶ (su questo termine, che vale sia “estratti, excerpta” da un autore, sia i commenti e le note su tali estratti). Non escluderei che alla scelta del termine ἐξήγησις sia sotteso un riferimento all’ἐξήγησις Ἰλιάδος di Tzetze, che si proponeva espressamente di essere un commento continuato e dettagliato e di spiegare anche ciò che i precedenti commentatori avevano tralasciato », Pontani, Op. cit., p. 41, note 122-123.

37 À partir de ce passage, on voit que les Parekbolai sur l’Odyssée constituent une œuvre indépendante des Parekbolai sur l’Iliade, mais le commentaire sur l’Odyssée peut être lu en relation avec le commentaire sur l’Iliade et à la suite de ce dernier. On voit aussi que, pour Eustathe, l’Odyssée suit chronologiquement l’Iliade et la complète.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Georgia E. Kolovou, « Le Proème d’Eustathe de Thessalonique sur l’Odyssée : traduire en français un commentaire autonome et suivi sur l’épopée », Babel, 35 | 2017, 287-301.

Référence électronique

Georgia E. Kolovou, « Le Proème d’Eustathe de Thessalonique sur l’Odyssée : traduire en français un commentaire autonome et suivi sur l’épopée », Babel [En ligne], 35 | 2017, mis en ligne le 15 janvier 2018, consulté le 12 décembre 2018. URL : http://journals.openedition.org/babel/4900 ; DOI : 10.4000/babel.4900

Haut de page

Auteur

Georgia E. Kolovou

Université de Nanterre, Paris X - Labex : Les Passés dans le Présent

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Babel. Littératures plurielles est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Laboratoire Babel
  • Logo Université de Toulon
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • OpenEdition Journals