Navigation – Plan du site

Texte intégral

  • 1 Paul Valéry, Regards sur le monde actuel, Gallimard, 1951, p. 317.
  • 2 Fernand Braudel (dir.), La Méditerranée. L’espace et les hommes, Arts et métiers graphiques, 1977, (...)
  • 3 Gabriel Audisio, « Vers une synthèse méditerranéenne », Cahiers du Sud, n° 181, mars 1936. Dans son (...)

1La Méditerranée est un espace de la diversité, raciale, culturelle, linguistique et religieuse… Point de transition entre l’Asie, l’Afrique et l’Europe, espace habité par diverses ethnies – Aryens et Sémites – et lieu de divers cultes – christianisme, judaïsme, islam –, la Méditerranée, lieu et mémoire(s), ne se définit qu’au pluriel. C’est « une machine à fabriquer des civilisations »1, et Égyptiens, Phéniciens, Romains, Grecs… y ont existé et édifié pour l’humanité un patrimoine culturel d’une profondeur et d’une variété inépuisables. Diverses nationalités s’y sont affirmées d’une façon exacerbée sans toutefois arriver à éradiquer les minorités. C’est cette pluralité qui constitue sa valeur, sa richesse et, comme l’écrit Fernand Braudel, en fait « mille choses à la fois, non pas un paysage, mais d’innombrables paysages, non pas une mer, mais une succession de mers, non pas une civilisation, mais des civilisations entassées les unes sur les autres »2. Sur cette terre, « l’Homme méditerranéen », se réclamant d’Ulysse, pourrait s’exclamer, comme Gabriel Audisio : « [J’ai] pour concitoyens tous les peuples de la mer, y compris les Juifs, les Arabes, les Berbères et les Noirs. Je me dévoue à l’humanisme méditerranéen, à condition qu’il tienne compte non seulement de l’ordre romain, du miracle grec et du christianisme, mais encore des apports civilisateurs de l’Égypte, de la Perse et de l’Orient phénicien, hébraïque et musulman »3. Toutefois, la rencontre des races, des cultures et des religions se définissant par la propension à l’hégémonie est génératrice de rivalités, de ruptures et de « crispations identitaires ». C’est pourquoi la représentation d’UNE Méditerranée est soit lyrique-idéaliste soit idéologique-« totalitaire ». La conception unitaire et le monolithisme ramenant le tout à un centre et recentrant l’identité sur une origine bien définie est mise à mal par l’Histoire méditerranéenne dont l’écriture est aussi problématique que la production littéraire et artistique qui la projette.

2Regards croisés sur la Méditerranée au pluriel, conscient des risques du manichéisme et du « choc des civilisations », ce travail part du postulat que la Méditerranée est – elle le demeure – hétérogène et mouvante. Il réunit des réflexions qui, se basant sur « l’Histoire globale » et sur les représentations et les discours qui en découlent, tiennent compte de la géographie, de l’espace en tant que donnée déterminante dans la création artistique. La réflexion prend en considération le fait que le milieu et le climat, comme l’atteste Montesquieu et comme le ressent Meursault, déterminent le caractère de l’individu et, par là-même, sa culture et ses rapports à Autrui. Ici, le lieu méditerranéen est examiné comme tenant plus de la sémiosis que de la mimésis. Les diverses contributions en font la démonstration, et la géopolitique se trouve contrecarrée par une approche géo-poétique.

3Dans le but d’élucider une question extrêmement complexe, ce travail diversifie les approches : la pluralité de la Méditerranée y est perçue à travers le prisme de la littérature, de l’Histoire, du cinéma… Mais ces études s’attellent surtout à montrer comment l’« interface » se mue en « intertexte ». Le motif de la rencontre, du miroir, du regard travaillé par l’analogie structure les réflexions qui refusent de conclure et optent pour une représentation critique, une représentation rejetant tout clivage. C’est l’expression de la pluralité de cet espace où « la relation » à l’Autre n’a jamais été linéaire parce que faite d’échanges et de tensions, d’harmonie et d’hostilité, de lyrisme et de rationalité. La représentation de la Méditerranée apporte ainsi un démenti aux tentatives de saisie taxinomique et téléologique.

4S’appuyant sur des œuvres littéraires françaises (Alphonse de Lamartine, Jules Verne, Albert Camus…) et francophones (Malika Mokaddem, Kamel Daoud, Hélène Cixous, Colette Fellous, Albert Memmi, Hubert Haddad, Amin Malouf, Kateb Yacine, Kaouther Adimi…) mais aussi sur le cinéma, ce travail adopte une démarche historique et poétique pour interroger la pluralité des cultures et des appartenances du bassin méditerranéen. Le dénominateur commun est, de toute évidence, le refus d’une représentation idéalisée de la rencontre des races, des religions et des identités autour de la mer Méditerranée. Dans la production artistique, l’idéologie émerge et s’oppose au rêve de la fusion et de l’interpénétration. Dans sa diégèse, sa structure, son énonciation et son image poétique, l’œuvre se fait palimpseste et mémoire. Elle est sans cesse traversée par une Histoire où l’identité n’a jamais été une « donnée immuable » ou figée. En même temps, les artistes ne sont pas indifférents aux questions brûlantes de l’actualité sociopolitique : la complexité des liens intercommunautaires, la colonisation, le radicalisme religieux, l’immigration, l’intégration et le nationalisme étroit obsèdent et façonnent leur esthétique.

  • 4 Sarga Moussa, La Relation orientale. Enquête sur la communication dans les récits de voyage en Orie (...)

5La question des identités et des interférences identitaires est au centre de cet ouvrage. C’est ce qu’on voit clairement dans le Voyage en Orient d’Alphonse de Lamartine où « l’orientalisme orthodoxe », « style de domination », est mis à mal. Sans nostalgie pour Rome ou la latinité, il rêve d’une autre « relation orientale »4 basée sur l’« interpénétration culturelle ». La résistance au clivage et à la récupération idéologique se manifeste également chez Jules Verne qui, sur la rive Nord de la Méditerranée, construit une utopie qui dialogue avec Qu’est-ce qu’une nation ? d’Ernest Renan, et déconstruit le nationalisme borné. Son roman uchronique Mathias Sandorf renvoie à l’actualité sociopolitique et dénonce « l’impérialisme d’État ».

  • 5 Mahmoud Bayrem Ettounsi, Fragments d’une autobiographie. Chronique d’un exil en France, traduction (...)
  • 6 Malika Mokaddem, L’Interdite, Paris, Grasset, 1993, p. 243-235.
  • 7 Amin Maalouf, Les Identités meurtrières, Paris, Grasset & Fasquelle, 1998, p. 7.

6Le rejet d’une conception unitaire de l’identité et de la culture s’effectue, dans l’œuvre de Mahmoud Bayrem Ettounsi5, à travers la poétique de son œuvre qui véhicule dérision et auto-dérision : si la figure du rastaquouère stimule le rire en condensant les clichés de « l’Oriental désorienté », elle rappelle cependant que l’identité est « une construction », un projet, une intentionnalité, au sens existentialiste du terme. Telle est la philosophie que creusent les romans de Malika Mokaddem. N’Zid, L’Interdite et La Désirante ne sont pas seulement un plaidoyer pour la liberté de la « femme méditerranéenne », mais aussi la revendication d’une « identité plurielle », une identité empruntant à la fois à l’Algérie et à la France et, par là-même, colmatant les déchirures provoquées par une Histoire qui ne s’oublie pas. Son héroïne Sultana – la reine, en arabe – qui s’écrie : « Ma survivance n’est que dans le déplacement, dans la migration […] [Il lui faut] détruire [ses] dernières illusions d’ancrage »6, revendique des origines plurielles dépassant les frontières artificielles de la nation, de la race ou de la religion. Malika Mokaddem fait écho à Amin Maalouf qui, interrogé sur son identité – Libanais ou Français ? –, répondait ainsi : « “L’un et l’autre !” Non par quelque souci d’équilibre ou d’équité, mais parce qu’en répondant différemment, je mentirais. Ce qui fait que je suis moi-même et pas un autre, c’est que je suis ainsi à la lisière de deux pays, de deux ou trois langues, de plusieurs traditions culturelles. C’est précisément cela qui définit mon identité. Serais-je plus authentique si je m’amputais d’une partie de moi-même ? »7.

  • 8 Kamel Daoud, Meursault, contre-enquête, Arles, Actes Sud, 2014, p. 76.
  • 9 Pol Serge Kakon, La Porte du lion, Paris, Souffles, 1987, p. 9-10.

7Toutefois, la représentation de la pluralité des identités, des appartenances et des cultures de la Méditerranée ne répond pas toujours aux vœux de Gabriel Audisio. La résurrection de la Sicile et de l’Andalousie et l’espoir d’une fusion totale sont entravés par l’ethnocentrisme, la colonisation, l’intégrisme religieux... Dans ce sens, La poétique n’est pas indifférente à la politique. C’est ce que le lecteur découvre dans Meursault, contre-enquête où Kamel Daoud, dans une intertextualité « négative », confronte deux identités. Si le récit illustre exemplairement « l’échange des littératures et des fabulations » entre les deux rives de la Méditerranée, il n’en est pas moins une condamnation de la colonisation. Comme Kateb Yassine, Kamel Daoud défend les « damnés de la terre » et réhabilite l’Arabe tué en silence par le soleil d’Alger. Néanmoins, de l’Histoire passée, le romancier algérien renvoie à l’Histoire contemporaine, et son récit s’en prend violemment à l’intégrisme religieux. Sur une tonalité comique qui n’occulte pas la filiation voltairienne, il note : « La religion, pour moi, est un transport collectif que je ne prends pas. J’aime aller vers ce Dieu, à pied s’il le faut, mais pas en voyage organisé. Je déteste les vendredis depuis l’indépendance, je crois »8. La dénonciation des « religions meurtrières » qui jalonne le Meursault de Daoud émerge également dans la littérature judéo-maghrébine marquée par deux rapports à l’Autre : une coexistence où « le destin nous a voulus ensemble »9, pour utiliser l’expression de Pol Serge Kakon, et une exclusion cherchant à se justifier par la différence cultuelle.

  • 10 Tzvetan Todorov, La Peur des barbares. Au-delà du choc des civilisations, Paris, Robert Laffont, 20 (...)
  • 11 Gabriel Audisio, Jeunesse de la Méditerranée, Paris, Gallimard, 1935, p. 21.
  • 12 Edward Saïd, L’Orientalisme L’Orient créé par l’Occident (préface), Paris, Seuil, 2003, p. 12.

8L’Autre est toujours une donnée déterminante dans la représentation de la Méditerranée qui transcende les frontières et les cloisons. Sur les deux bords de la mer Méditerranée, c’est l’Art qui permet d’assumer le passé commun et déstabilise la dichotomie dominant / dominé, « pays de la peur » / « pays du ressentiment »10 ; la littérature, comme le cinéma, tentent d’abolir les frontières et, en lutte permanente contre les partis pris idéologiques, reconnaissent la valeur de l’altérité. Et on peut affirmer, comme Gabriel Audisio : « Non, la Méditerranée n’a jamais séparé ses riverains. Même les grandes divisions de la Foi, et ce conflit spirituel de l’Orient et de l’Occident, la mer ne les a pas exaltés, mais au contraire adoucis en les réunissant au sommet sensible d’un flot de sagesse, au point suprême de l’équilibre »11. De ce fait, l’inter-culturalité devient une donnée essentielle dans la création. Sans défendre un universalisme étroit qui sacrifie la différence, l’artiste s’attache à fonder une « esthétique du divers », une éthique qui lutte contre la frénésie de s’affirmer et le danger de l’assimilation niveleuse. Dans cette perspective, mare nostrum retrouve toute sa signification, celle de l’échange entre les races, les cultures et les identités « qui se chevauchent, empruntent les unes aux autres et cohabitent de manière bien plus profonde que ne le laissent penser des modes de compréhension réducteurs et inauthentiques »12.

Haut de page

Notes

1 Paul Valéry, Regards sur le monde actuel, Gallimard, 1951, p. 317.

2 Fernand Braudel (dir.), La Méditerranée. L’espace et les hommes, Arts et métiers graphiques, 1977, p. 8.

3 Gabriel Audisio, « Vers une synthèse méditerranéenne », Cahiers du Sud, n° 181, mars 1936. Dans son ouvrage Jeunesse de la Méditerranée, il défend le rêve d’une interpénétration culturelle entre les deux rives de la Méditerranée (Gallimard, 1935).

4 Sarga Moussa, La Relation orientale. Enquête sur la communication dans les récits de voyage en Orient (1811-1861), Paris, Klincksieck, 1995.

5 Mahmoud Bayrem Ettounsi, Fragments d’une autobiographie. Chronique d’un exil en France, traduction Jalel El Gharbi, Paris, L’Harmattan, 2016.

6 Malika Mokaddem, L’Interdite, Paris, Grasset, 1993, p. 243-235.

7 Amin Maalouf, Les Identités meurtrières, Paris, Grasset & Fasquelle, 1998, p. 7.

8 Kamel Daoud, Meursault, contre-enquête, Arles, Actes Sud, 2014, p. 76.

9 Pol Serge Kakon, La Porte du lion, Paris, Souffles, 1987, p. 9-10.

10 Tzvetan Todorov, La Peur des barbares. Au-delà du choc des civilisations, Paris, Robert Laffont, 2008, p. 16.

11 Gabriel Audisio, Jeunesse de la Méditerranée, Paris, Gallimard, 1935, p. 21.

12 Edward Saïd, L’Orientalisme L’Orient créé par l’Occident (préface), Paris, Seuil, 2003, p. 12.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Hassen Bkhairia, « Avant-propos », Babel, 36 | -1, 7-11.

Référence électronique

Hassen Bkhairia, « Avant-propos », Babel [En ligne], 36 | 2017, mis en ligne le 07 février 2018, consulté le 20 septembre 2018. URL : http://journals.openedition.org/babel/4925

Haut de page

Auteur

Hassen Bkhairia

Université de Gafsa

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Babel. Littératures plurielles est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Laboratoire Babel
  • Logo Université de Toulon
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • OpenEdition Journals