Navigation – Plan du site
Nous et les autres : quelle poétique du divers ?

Le rastaquouère oriental et le modèle occidental

Jalel El Gharbi
p. 15-25

Résumés

Dans ses Fragments autobiographiques, Mahmoud Bayrem Ettounsi porte sur les Orientaux en France un regard sévère, sans concession. Il est le premier à fournir un portrait du rastaquouère oriental dont il fait l’archétype de l’Oriental même. Le portrait de l’Oriental constitue ici une mise à mal de son identité, une épreuve, qui s’avère constitutive de l’être. Tel que dépeint par Bayrem Ettounsi, l’Occident se présente comme un modèle à suivre.

Haut de page

Texte intégral

  • 1 Bayrem est un nom turc qui signifie fête. Son correspondant en arabe était Aïd (nom aujourd’hui inu (...)
  • 2 Mahmoud Bayrem Ettounsi, Fragments d’une autobiographie. Chronique d’un exil en France, traduction (...)

1Mahmoud Bayrem Ettounsi naquit à Alexandrie en 1893. Son père était un tisserand venu de Tunis et établi en Égypte au retour d’un pèlerinage à la Mecque. Dès 1912, il commença à composer des zadjal, genre poétique lyrique d’origine andalouse privilégiant le dialectal, dans lequel il excellera et qui le fera connaître partout dans le monde arabe. La postérité a retenu son nom surtout grâce aux chansons qu’il écrivit pour Oum Kalthoum. En 1919, il publia en arabe une brochure Obélisque, ni quotidien ni bulletin stigmatisant la colonisation anglaise, ce qui lui valut d’être condamné à vingt ans d’exil. Il fut extradé à Tunis avec l’aval des autorités coloniales françaises et du pouvoir local. À Tunis, il reçut un accueil froid. On snoba Bayrem, accusé d’être à la solde des Ottomans (son prénom trahissait ses origines turques1, nonobstant le patronyme « tounsi », gentilé arabe de « tunisien »). Il se sentit alors contraint de se rendre en France, dans « l’espoir de trouver plus de portes ouvertes dans ce monde qui respire la liberté »2.

2Débarqué à Marseille, il se rend à Lyon, Grenoble, Montpellier, où il déplore que nombre d’étudiants aient oublié les qualités de leurs parents sans avoir adopté, en contrepartie, celles des Français :

« J’ai également visité Montpelier plusieurs fois et j’ai vu les étudiants arabes inscrits dans ses universités. Malheureusement, j’ai trouvé que bon nombre d’entre eux oubliaient les grandes qualités qu’on connaît à leurs parents telles la vaillance et la générosité sans pour autant adopter les vertus qu’on reconnaît aux Européens comme le sérieux, la ponctualité ; l’amour de la recherche et de l’invention » (20).

  • 3 Poète de l’époque abbasside, surtout connu pour son ascétisme. Il a vécu de 747 à 826.
  • 4 Compositeur égyptien innovateur et engagé. 1892-1923.
  • 5 Écrivain et critique égyptien connu pour la rigueur de son style. 1889-1964.

3À Grenoble et à Lyon, il souffrit du froid et de la faim. Il fut même amené à faire du « combustible avec un dictionnaire arabe-français, le recueil d’Abu al’Atahiya3, de nombreuses lettres d’amis et de parents » (83), dont sa correspondance avec Sayed Darwich4, natif d’Alexandrie comme Bayrem Ettounsi, et Abbas al ‘Akkad5.

4Il se fit tour à tour ardoisier dans les Bouches-du-Rhône, ferrailleur, ouvrier dans un restaurant, manœuvre dans un chantier et saunier à Saline-de-Giraud, près d’Arles. Il donna également des leçons d’arabe à Marseille et travailla dans une fonderie. Accusé par le premier ministre égyptien d’avoir voulu attenter à sa vie, il fut contraint de revenir à Tunis d’où il sera exilé à Damas, puis vers L’Afrique de l’Ouest. Il profita d’une escale à Port-Saïd pour s’enfuir.

5Nous connaissons le détail de l’exil de Bayrem Ettounsi par une somme de textes relevant de la littérature intime – journal, mémoires – qui nous sont parvenus. L’ensemble de ces textes a été publié à Tunis par Faouzi Zemerli chez Sud Éditions, en 2005, sous le titre Mémoires. Nous avons donné en 2016 une traduction de ces textes, publiée chez L’Harmattan sous le titre : Fragments d’une autobiographie. Chronique d’un exil en France, avec des illustrations de Viviane Falgueyrettes. Ce livre de 115 pages comprend ses mémoires – texte très bref de 20 pages –, une série de huit articles publiés dans le journal tunisien Az-Zaman en 1933 et ironiquement signés « un touriste », à quoi s’ajoute un journal que l’auteur tint en exil et qu’il publia à Tunis dans le journal Echabab entre 1936 et 1937 et, enfin, un dernier article consacré à Paris, publié dans le journal Az-zaman en 1933.

6On cherchera en vain des relents de ressentiment ou de rancœur dans ce livre. Bayrem Ettounsi a plutôt tendance à incriminer les siens. S’il souffre en Occident, c’est souvent de leur faute : il est maintes fois victime de leurs machinations, de leurs délations, de leur ladrerie. L’Occidental est capable d’escroquerie et de vol, cependant il offre un modèle contrastant avec l’extravagance de l’Oriental, et qui mérite d’être suivi. L’incarnation de cette extravagance, son allégorie, est sans conteste le rastaquouère.

7Le mot « rastaquouère », attesté dès 1880, a commencé par désigner ces marchands latino-américains baragouinant et exhibant des accoutrements ridicules à Paris. Il s’est d’abord orthographié « rastacouère », forme proche de son étymologie, puis « rastaquère », avant que la graphie actuelle ne soit définitivement adoptée. Le mot vient de l’espagnol rastacuero ou arrastacuero, de rasta : râteau et cueros : cuir. Il a servi à désigner les tanneurs venus d’Amérique du Sud qui se sont fait connaître pour leur mauvais goût et pour cet exotisme de pacotille qui les distinguait. « Rastaquouère » demeure rattaché aux seuls latino-américains pendant une dizaine d’année. Après l’exposition universelle de 1889, le mot s’universalise pour qualifier tous les Levantins : Juifs, Grecs, Égyptiens, Syriens… Si naguère on acceptait cette présence qui faisait de Paris la capitale du monde, on commence, à vrai dire, bien avant 1889, à être excédé par ces étrangers qui prennent Paris pour une scène de mauvais goût, voire pour un lupanar. René Maizeroy, romancier dont le souvenir s’est perpétué grâce au portrait que fit de lui Manet plus que par ses romans, écrit :

  • 6 René Maizeroy, La Fin de Paris, Paris, Victor Havard, 1886, p. 56.

« C’est une lèpre moderne, une contagion qui date de l’Empire, de l’époque heureuse qu’emporta comme un coup de folie, où l’on voulut s’amuser quand même et sans trêve. Les rastaquouères commencèrent alors à s’abattre sur l’asphalte, silencieusement, ainsi que des oiseaux pillards qui sentent une proie et n’osent pas encore prendre leur part de ripaille. Il en arriva ensuite de partout comme une conquête victorieuse. Il en vint de Madrid et du Chili, de Constantinople et de Saint-Pétersbourg, du Portugal et de l’Allemagne avec des titres, des décorations, des don, des ki, des off à grand orchestre. Ils se nichaient tous dans les quartiers les plus élégants, essuyant les plâtres des hôtels neufs, achetant des terrains, bâtissant, fondant comme une colonie bruyante, dans ces quartiers à peine défrichés. Leurs salons ressemblaient à des tripots. Entrait qui voulait »6.

  • 7 Dans le parler maghrébin, ce fait est attesté dans de nombreux emprunts au français (« formage » di (...)

8Ils sont Russes, Moldaves, Grecs, Chiliens… et ils sont excentriques. Le motif du rastaquouère se popularise au point que le journal satirique L’Assiette au beurre publie deux numéros spéciaux consacrés au « Rasta » en 1903, et au « Rastaquouère » en 1904, raillant ceux qu’on nomme les « cosmopolites ». À elle seule, la forme abrégée « rasta » témoigne de la popularité du mot. On se contente désormais de cette forme frappée d’apocope, « rasta ». Je soupçonne le mot d’être passé en dialecte tunisien sous la forme « ratsa ». Je prétends que « ratsa » ne vient pas de l’italien « razza » mais du français « rasta », qui a subi une métathèse7.

9L’évocation du rastaquouère se rencontre en musique dans l’opéra-bouffe d’Offenbach La Vie parisienne (1866), qui brosse le portrait d’un rasta brésilien. On le voit, il n’est pas question de rastaquouère arabe.

10S’il est vrai que le Paris de la fin du XIXe siècle imaginait volontiers des Parisiens du Brésil et qu’il ne concevait pas des Brésiliens de Paris, le XXe siècle avait plus de mal à admettre les Parisiens d’Orient et, plus encore, les Orientaux de Paris.

11Bayrem Ettounsi est, à notre connaissance, le premier à avoir donné une description de ce modèle du rastaquouère, bien que le mot n’ait pas d’équivalent en arabe. La version qu’il donne de ce personnage haut en couleurs présente la particularité d’en faire un provincial et de le sortir ainsi du cadre parisien. Voici ce que les Marseillais de l’époque avaient pu voir sur la Cannebière :

« Un officier syrien de l’armée du roi Fayçal, du temps où il régnait, avait attiré sur lui les regards des Marseillais. Il était en tenue de colonel, avait sur la tête un tarbouche élégant et tenait une cravache dont la poignée est en or et en argent. Il marchait les mains croisées derrière le dos, la joue de biais, n’ayant de regard que pour ses moustaches recourbées vers le haut près de lui entrer dans les yeux. Les gens s’attroupaient autour de ce spectacle jusqu’à ce qu’il s’en allât. Il finit par ne plus attirer l’attention ni des hommes ni des femmes. Il eut alors l’idée de mieux faire en louant un beau cheval sellé. Il acheta un rosier haut d’un mètre et demi au moins et portant une demi-douzaine de roses. Il monta à cheval, tenant les rênes de la main droite et de la gauche le tronc du rosier qu’il mit sur sa hanche, le faisant pendre au niveau de la croupe et de la queue du cheval. C’est pourquoi les gens l’accompagnaient de rire, de sifflements et le menu peuple l’appelait “pacha ! pacha !” alors qu’il longeait l’avenue dans les deux sens jusqu’à huit heures. Il semble que ce fût sa sortie d’adieux à Marseille, parce que depuis, on ne le revit plus. On voit comme ces étrangers qui viennent en France rêvant de femmes peuvent être ingénieux ! » (48-49).

12Le premier trait distinctif de cet officier est son anachronisme. Il est une survivance du règne éphémère de Fayçal Ier d’Irak, qui n’a été roi de Syrie que de mars à juillet 1920. Il ne comprend rien à l’Occident, où il croit mener grand train. Cherchant à séduire, il ne fait que pervertir sa propre image, se couvre d’un ridicule qui rejaillit sur les siens, car ses fanfaronnades ne sont pas le fait d’une personne. Elles résultent – semble dire l’auteur – d’une culture inadaptée. Ici, le pittoresque se mue en caricatural. Sans doute, sommes-nous à une époque où l’exotisme a épuisé ses ressources. Les équipées chevaleresques et les roses orientales sont désormais anachroniques. Et il ne le sait pas. S’il est proche de la figure du nabab – elle-même passée de mode –, c’est sous une forme dépravée. Le rastaquouère concentre ces connotations dysphoriques que commence à prendre l’exotisme vers la fin du XIXe siècle pour incarner le tape-à-l’œil et le clinquant. Le rastaquouère oriental n’est pas un individu ; il est représentatif des siens. Il n’est pas un individu ; il est l’emblème de l’Oriental. À la réflexion, il est à peine exagéré.

13Les Orientaux qui débarquent en France, finissent souvent par se couvrir de ridicule. Ce qui les anime, c’est le désir d’attirer l’attention de l’autre, surtout celle des femmes, or l’Oriental échoue lamentablement devant l’Occidentale. Ses menées séductrices se résolvent en une misérable perversion, en exhibition de sa misère sexuelle :

« Ce genre de personnes, qui vient d’Orient avec cette idée en tête, se voit beaucoup à Marseille, point de rencontre de tous les étrangers. Certains gardent tarbouche et chéchias pour attirer l’attention, alors qu’en réalité ils la détournent ainsi. Il arrive souvent qu’on en voie devant les stations de tramway ou devant les portes des magasins debout avec la main gauche dans la poche du pantalon en train de manipuler ce qui s’y trouve en regardant avec de grands yeux les visages des filles comme s’il n’attendait qu’un signe et ce jusqu’à ce qu’une prostituée le débusque plutôt qu’il ne la débusque » (48).

14Le malentendu avec l’Occident semble être avant tout un malentendu sur la séduction. Croyant « traquer » une femme, ces jeunes venus d’Orient finissent par être traqués par une prostituée et se font plumer. Il n’y a que des quiproquos, rien que des contre-sens. Le rastaquouère oriental communique par signes, il n’a même pas ce que Proust appelle dans Sodome et Gomorrhe « l’accent rastaquouère ».

15Quand il lui arrive de parler, le rastaquouère fait montre d’une ignorance totale, comme l’illustre l’exemple de ce guide choisi par un groupe de Syriens en escale à Marseille :

« Il portait un fez entouré d’un turban brodé. Il avait un gilet arabe avec en dessous un pantalon européen noir avec, au milieu, une ceinture énorme en cachemire coloré et il avait par-dessus tout une gabardine blanche » (40).

16Les réponses qu’il donne au groupe sont à l’image de son accoutrement clownesque :

« Le groupe s’est mis à l’interroger sur ces plantes marines et il répondait “ceci, c’est le raisin de mer, ceci est le chou maritime, ceci est le chou-fleur de mer. Là ; c’est l’abricot de mer !” S’étant retourné, il a vu une collection de scorpions tunisiens sous-verre, il a dit : “ là, ce sont des insectes d’Égypte”. Et voyant dans une autre galerie le squelette énorme d’un éléphant d’une variété disparue, il dit : “j’ai tout identifié, sauf ce chameau” » (41).

17Ce portrait confirme que le rastaquouère n’est que le parangon d’une extravagance propre à un grand nombre d’Orientaux. Il est possible d’extrapoler et de le considérer comme une caricature du rastaquouère, une sorte de rastaquouère du rastaquouère.

18Lorsqu’il débarque en France, l’Oriental est interpellé par les femmes. Mais il a vite fait de constater combien les relations hommes-femmes sont différentes de ce qu’il imaginait. Et pourtant, il est attiré par ces Marseillaises qui répondent aux canons de la femme idéale :

« La femme grande, replète, au derrière lourd était la beauté idéale chez les Orientaux et je crois que ces canons resteront éternellement » (72).

19Les femmes rencontrées à Marseille reproduisent les canons de la beauté arabe : visage amène et hanches d’une rondeur prononcée, pour ne pas dire fessues. Ce sont les mêmes canons que dans la poésie antéislamique.

20Ces femmes semblent prêtes, par leur physique, à répondre même aux fantasmes polygames…

« Il y a parmi ces pauvres des dizaines de poissonnières, de marchandes de légumes et fruits dont une seule suffit à assouvir l’avidité du préposé oriental qui mesure le derrière au mètre et le visage à l’empan ou encore celle d’un homme qui voudrait épouser quatre femmes réunies en une seule » (72).

21Bayrem Ettounsi donne une typologie des femmes françaises dont nous ne connaissons pas les sources. Relisons cet assortiment de clichés :

« Les femmes de chaque région ont une caractéristique qui les distingue des autres. La Normande ou la Bretonne a le visage oblong, le nez fin, les cheveux blonds. Douce, elle a en plus la hanche souple et la démarche belle. Les femmes des Alpes ont la taille élégante, les yeux très noirs et la peau enivrante, couleur de vin. Revenons à nos Marseillaises, à qui la nature a donné un gros derrière oscillant de haut en bas et se dandinant de gauche à droite en douceur. Ses taquineries suscitent le sérieux ; et sérieux, il fait naître tous les transports. Un poète arabe a écrit à ce propos :

Quand une Marseillaise se lève, elle fait montre de deux qualités : langueur et indolence.

Car, de toutes les femmes du monde, elles ont les derrières les plus parfaits » (31).

22On le voit, l’Oriental débarque à Marseille avec un imaginaire anachronique, qui, usant des topoï de la poésie arabe classique, peut même assimiler, par exemple, la femme à une gazelle ou à une velle comme on peut le lire sous la plume du poète Bacharah El Khouri (1885-1968), dit Al Akhtal, cité par Bayrem Ettounsi, qui prend bien soin de préciser qu’il s’agit de « notre poète chrétien ». Relisons ce distique :

« Qui un jour entre dans une église

Y trouve velles et gazelles » (53).

23Ailleurs, Bayrem Ettounsi relate l’histoire de cet étudiant venu en France avec des fantasmes débridés :

« Combien je désirais quand j’étais en Orient, être en France, quand j’en entendais parler… Ceux qui en revenaient affirmaient qu’il suffisait de tendre la main vers la femme qu’on apprécie pour l’arracher fût-ce à son mari » (47).

24L’étudiant découvre désabusé qu’on ne poursuit pas les femmes dans la rue pour leur conter fleurette, ce dont il tient rigueur à la France, coupable de ne pas être conforme à ses fantasmes : « Où était donc cette prétendue joie de vivre dans ce pays ? » (47).

25Il semble que Bayrem Ettounsi ait trouvé plaisant d’agrémenter son texte des déboires des étudiants orientaux. Rappelons cet étudiant égyptien qui, voulant attirer le regard de la tenancière d’un bar, n’a pas trouvé mieux que de s’y rendre en pyjama pour commander une bouteille de whisky et se faire congédier aussitôt après. Bayrem Ettounsi explique que le jeune étudiant voulait prouver par son accoutrement qu’il était un voisin très proche, quasiment chez lui dans ce bar.

26Ce souci de proximité avec les Français se retrouve, le ridicule en moins, chez Bayrem Ettounsi lui-même. Ayant vécu cinq ans à Marseille, il peut écrire :

« Ce qui séduit ici, c’est ce soleil éclatant même pendant la saison des pluies et des orages et sa brise qui inocule santé et bien-être et accroît ainsi la force vitale, le désir de boire, de manger et de céder à toutes les tentations. Tous les habitants de la ville jouissent de corps sains, élancés, et affichent des sourires triomphants » (30).

27On pourrait s’étonner de voir ce Méditerranéen, accoutumé au soleil d’Égypte et de Tunisie, priser avant tout « le soleil éclatant ». En vérité, ce soleil n’est apprécié que par la « brise » qui l’accompagne dans cette ville qui fleure la bonne santé. Ici, la ville « séduit » parce qu’y prévalent les principes de vie. Ces lignes constituent un contrepoint à la culture orientale versée dans les considérations funèbres, voire funéraires.

28Un autre trait social attire l’attention de Bayrem Ettounsi, c’est la liberté de l’individu. Évoquant les amoureux qui s’isolent sur les plages ou dans les forêts, l’auteur note que :

« Ce qui est bien, c’est que les gens surprennent ces scènes sans faire preuve de curiosité ni sans prétexter de prêcher la bonne parole pour se mêler de ce qui ne les regarde pas » (42).

29La description des mœurs joue un double rôle : elle vaut en tant que portrait-charge des pratiques sociales en Orient et en tant que revendication d’une proximité avec l’Occident. Relisons cet autre passage, encore plus explicite :

« Parlant du carnaval, me reviennent en tête les fêtes en Orient, non pas des fêtes de carnaval, mais des fêtes religieuses où l’ordre, la sécurité et la quiétude sont troublés et où la populace s’amuse en groupes serrés n’avançant ni ne reculant. Leur vacarme fait fendre le ciel et aucune femme, voire aucun homme, n’échappe à leurs mains ni à leurs langues… Et la police ne daigne honorer de sa présence ces festivités qu’à la dernière minute, après des batailles sanglantes, après des vols commis et après que les étrangers se sont repus du spectacle du chaos oriental et de ses pratiques sociales » (55-56).

30Ce qui semble manquer à l’Oriental tel que décrit par Bayrem Ettounsi, c’est le savoir vivre. En la matière, c’est l’Occidental qui a des leçons à donner. À l’étudiant oriental qui se plaint que sa fiancée française perfide lui refuse le moindre baiser et se donne avec fougue à un marin de passage chez elle et qui souffre d’avoir entendu le bruit de leurs ébats sur la table de la cuisine mitoyenne, Bayrem Ettounsi répond :

« Si le marin était à ta place et que tu étais avec la fille dans la cuisine, il ne t’aurait pas espionné et il ne se serait pas caché derrière la porte comme tu l’as fait. Les fiançailles se seraient bien passées et il serait devenu un mari adoré, un époux vénérable. Mais vous les Orientaux, vous êtes turpides. Cette turpitude vous fait aujourd’hui le plus grand bien ! » (46).

31Les préférences occidentales de l’auteur se lisent aussi au niveau des goûts alimentaires. Bayrem Ettounsi est l’un des rares auteurs arabes ayant visité l’Europe à être attentif à ses mets et à ses boissons. Ettounsi s’intéresse aux restaurants, donne des conseils au lecteur sur la façon de reconnaître les meilleurs et s’intéresse aux étals proposant ces crustacés dont on n’était pas très friands en Orient :

« Nous revenons à la plage pour en savourer les réjouissances en nous épargnant ses maux. Il y a des restaurants dont les tables sont dressées près du bleu houleux. À côté, on voit les marchands de coquillages, de crustacés, d’échinodermes et de mollusques tels les huîtres, les moules, les clams et les oursins » (36).

32À la même page, il évoque d’autres réjouissances tels le vin et la bouillabaisse. La question du manger halal ou haram ne se posait pas encore. Ailleurs, il relate son voyage vers le Château d’If, sur les traces de Monte-Cristo, qui « compte parmi les curiosités que toute personne de passage à Marseille tient à visiter » (34).

33Les accointances avec l’Occident ne se limitent pas aux plaisirs de la table. Cela concerne également l’Autel. Le clergé chrétien est un modèle, comme dans ce passage où les allusions aux travers des religieux dans le monde arabe sont à peine voilées. Bayrem Ettounsi s’enthousiasme pour ces prêtres qui :

« sont toujours au fait des réalités de la vie. Leurs sermons tournent autour de cela. Les prêtres ne reprennent pas des prêches consignés depuis cinq cents ans. C’est la parole du jour, la question de l’heure. Sans parler de leur façon de prêcher la bonne parole et de convaincre ni des efforts qu’ils fournissent pour acquérir les sciences importantes… Nombre d’entre eux sont agrégés en astronomie, chimie, philosophie, théologie, langues anciennes, sans parler de leur mérite indéniable ni de leur incontestable adresse. Ils ne sont pas du nombre de ceux qui cherchent à percevoir des traitements, à dormir dans les lits douillets, à recevoir des baisemains au nom de la religion. Peut-être était-ce leur fait par le passé, mais aujourd’hui, ils donnent beaucoup plus qu’ils ne reçoivent » (54).

34Les prêtres ne sont ni cupides, ni coupés du monde, ni quasi illettrés comme le sont les religieux sous d’autres cieux, insinue le texte. Cette critique vaut également pour les lieux de culte. La description élogieuse des églises dont l’auteur loue la propreté, la sérénité des fidèles, tous de « bonnes gens », est à lire comme critique du délabrement des lieux de culte en terre d’islam. Même si le trait est excessif, la critique de l’Orient par un Oriental n’était pas injustifiée.

35On le voit, le sentiment identitaire n’est pas – c’est le moins qu’on puisse dire – exacerbé. Face à la soif de vie et de connaissance, l’identité importe peu. Peut-être même le propre de l’identité est-il de se prêter au doute ou, tout au moins, d’admettre sa négation, comme dans cette anecdote que Bayrem Ettounsi a vécue à bord du paquebot Chili des Messageries maritimes :

« Un jeune Libanais prénommé Georges, dont j’avais remarqué qu’il me regardait longuement depuis que j’avais escaladé la passerelle, m’a demandé :

Père, vous êtes catholique ou orthodoxe ?

Catholique, ai-je répondu » (65).

36L’unique mention de la religion de l’auteur se lit dans le réquisitoire que le père de sa fiancée française dresse contre lui :

« nous convînmes que nous étions faits l’un pour l’autre. Mais il y avait de nombreux obstacles à notre mariage dont le plus affreux était que je ne gagnais que les quarante sous mensuels que me payait son frère.

Les autres obstacles, son père en prenait toute la mesure. Il lui expliqua qu’il n’acceptait pas qu’elle épousât un musulman, un Oriental au chômage et de faible complexion » (104-105).

37Par-delà l’image par moments complaisante et parfois béatement admirative que Bayrem Ettounsi donne de la France, et par-delà le portrait-charge de l’Orient qui s’y lit en filigrane, il y a lieu de retenir la pronominalité du regard porté sur l’autre. Toute scopie est affectée d’un coefficient de pronominalité, dans cette synonymie quasi parfaite entre regarder et se regarder, entre scopie et autoscopie. Fustiger les siens n’est pas à lire comme signe de déracinement, mais plutôt comme la preuve que l’identité n’est pas une donnée immuable, parce que transcendante ou tenant de la transcendance. La leçon de Byrem Ettounsi est que l’identité relève du faire, du poïen. S’attacher obstinément aux attributs de cette identité quand bien même ils seraient éculés, c’est s’exposer au ridicule inhérent à tout rastaquouère.

38C’est pourquoi cette mise à mal de l’identité est salutaire. Elle est prélude à un changement salutaire scellant la proximité entre altérité et ipséité.

Haut de page

Notes

1 Bayrem est un nom turc qui signifie fête. Son correspondant en arabe était Aïd (nom aujourd’hui inusité).

2 Mahmoud Bayrem Ettounsi, Fragments d’une autobiographie. Chronique d’un exil en France, traduction Jalel El Gharbi, Paris, L’Harmattan, 2016, p. 17. Sauf indication contraire, toutes les citations y réfèrent désormais.

3 Poète de l’époque abbasside, surtout connu pour son ascétisme. Il a vécu de 747 à 826.

4 Compositeur égyptien innovateur et engagé. 1892-1923.

5 Écrivain et critique égyptien connu pour la rigueur de son style. 1889-1964.

6 René Maizeroy, La Fin de Paris, Paris, Victor Havard, 1886, p. 56.

7 Dans le parler maghrébin, ce fait est attesté dans de nombreux emprunts au français (« formage » dit-on encore au lieu de « fromage », lui-même métathèse. Le mot « formage » retrouve de la sorte sa forme étymologique qui dérive, au XIIe siècle, de « forma », moule servant à la fabrication du fromage).

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Jalel El Gharbi, « Le rastaquouère oriental et le modèle occidental », Babel, 36 | -1, 15-25.

Référence électronique

Jalel El Gharbi, « Le rastaquouère oriental et le modèle occidental », Babel [En ligne], 36 | 2017, mis en ligne le 07 février 2018, consulté le 19 décembre 2018. URL : http://journals.openedition.org/babel/4928 ; DOI : 10.4000/babel.4928

Haut de page

Auteur

Jalel El Gharbi

Université de La Manouba, Tunis

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Babel. Littératures plurielles est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Laboratoire Babel
  • Logo Université de Toulon
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • OpenEdition Journals