Navigation – Plan du site
Nous et les autres : quelle poétique du divers ?

La Méditerranée orientale ou la fusion des altérités et des cultures

Latifa Sari
p. 27-48

Résumés

Amin Maalouf et Sirine Husseini Shahid s’affirment des détenteurs des plus précis de l’histoire du Levant. Ils tentent, à travers leurs fresques romanesques, de réhabiliter l’histoire et l’identité d’un Orient actuellement fracturé et dés-orienté. Ils retracent dans leurs textes un monde riche de sa diversité ethnique, culturelle et linguistique, un monde positivement hétérogène. Dans cette étude, notre démarche s’inscrit dans une perspective qui vise à faire apparaître l’ancrage réaliste de la fusion des altérités et des cultures dans la Méditerranée orientale.

Haut de page

Entrées d’index

Haut de page

Texte intégral

Introduction

1La Méditerranée a été, depuis l’aube des temps, le foyer et le carrefour de plusieurs invasions et conquêtes, qui ont joué un rôle déterminant dans l’histoire de l’humanité. Un patrimoine très riche s’est répandu dans cet espace grâce aux liens tissés entre les peuples, à la mobilité des commerçants et aux imbrications des familles. Cette mer constitue un creuset incomparable dans la formation des identités qui ont, pour partie, façonné le monde méditerranéen.

2L’histoire représente dans ce contexte un témoin garant de ce que cet espace a pu transmettre à travers les âges, dans la suite des générations. Sa prise en compte prépare la découverte et la connaissance de cette aire dont la stratification, des terres et des populations, est en perpétuelle recomposition. Cette mer enferme entre ses rives un feuilleté de civilisations, de monuments, de patrimoines et de mémoires et aussi d’événements sociohistoriques dont les traces peuvent se suivre dans la mémoire collective.

3L’une des régions méditerranéennes le plus en prise avec ce foisonnement est le Proche-Orient. Héritière d’une culture riche et variée, la Méditerranée orientale porte la marque des civilisations qui s’y sont succédé depuis des millénaires, qu’elles soient phénicienne, romaine, byzantine, arabe, ottomane ou européenne. Cet espace, mythique et sacré à la fois, est connu pour ses vieilles cités mouvantes, ses vagues migratoires successives et la diversité de ses populations. Les échanges commerciaux et la transmission des savoirs et des cultures ont, eux aussi, pesé dans la construction de l’identité orientale. C’est grâce à ce legs pluriséculaire qu’un véritable brassage a pu s’installer.

4L’identité d’une nation ne saurait se réaliser que si elle tient compte de son passé et de son histoire. Comprendre le passé de l’Orient suppose de remonter le temps pour, sur la longue durée, saisir les diverses articulations des civilisations et des identités qui ont jalonné la région. De sa pluralité originelle et de ses métissages successifs, le Levant conserve un goût prononcé pour les croisements et le brassage des identités. Ouvert à une pluralité de langues et de cultures, ce lieu demeure incontestablement un centre de confluences et de rencontres.

  • 1 David Rabouin, « Je parle de voyage comme d’autres parlent de leur maison », entretien avec Amin Ma (...)

5Dans la présente étude, nous essayerons d’inscrire notre démarche dans une perspective qui vise à faire apparaître l’ancrage réaliste de la fusion des altérités et des cultures dans la Méditerranée orientale. Pour ce faire, nous nous appuierons sur Souvenirs de Jérusalem (Fayard, 2005) de Sirine Husseini Shahid, Origines et Les Échelles du Levant (Grasset, 2004, 1996) d’Amin Maalouf. Les deux écrivains s’affirment comme des détenteurs des plus précis de l’histoire du Levant. Ils tentent, à travers ces fresques romanesques, de réhabiliter l’histoire et l’identité d’un Orient actuellement fracturé et dés-orienté et dépeignent un monde (arabe) riche de sa diversité, ethnique, culturelle et linguistique, un monde positivement hétérogène. Ils tentent d’établir des comparaisons entre le passé et le présent en insistant sur le regard que porte le monde oriental sur l’histoire de la Méditerranée : « J’ai toujours eu envie », explique Maalouf, « de raconter l’Histoire vue de l’autre côté, c’est-à-dire du côté où l’on n’a pas l’habitude de l’entendre »1.

6Dans un premier temps, un panorama historique de la Méditerranée s’impose, qui mette notamment l’accent sur les strates socioculturelles que renferme le bassin levantin. Nous tenterons ensuite d’approcher ce que recouvre la notion d’altérité en la situant à la croisée de plusieurs identités et aires culturelles de la région. Puis, nous essayerons de brosser un tableau sociohistorique reflétant l’image que tentent de transmettre les deux auteurs à travers leurs écrits, qui insistent sur la diversité et le brassage des identités et des cultures dont jouit le Levant et leurs retentissements sur les sociétés contemporaines.

La Méditerranée orientale ou l’hospitalité pluriséculaire

  • 2 Jean-Paul Gourevitch, Le Rêve méditerranéen, Paris, L’œuvre, 2009, p. 11.

7La Méditerranée, comme son nom l’indique, est une mer au milieu des terres, « Mare internum » disaient les Romains. Une autre appellation latine, mediterraneus, signifie au centre de la terre (medius pour milieu et terra pour terre), en grec mesogeios2. Chacun des pays situés sur le pourtour de la Méditerranée attribue à cette mer un nom propre à sa culture. Les Turcs l’ont appelée Akdeniz, la mer blanche ou la mer du sud. Le même nom a été adopté par le monde arabe : la mer blanche du milieu / البحر الأبيض المتوسط. Les berbères la nomment Ilel-Agr-Akkal. Sa jonction tricontinentale (Europe, Asie, Afrique) favorise le contact des peuples et des cultures. La Méditerranée abrite actuellement sur ses côtes vingt-cinq pays avec leurs différences sociales, raciales, cultuelles et culturelles.

8Ce qui nous retiendra ici, c’est la partie Est de la Méditerranée : le Proche-Orient ou le Levant (là où le soleil se lève). En jetant un pont entre passé et présent de l’Orient, on rencontre un espace d’échanges et de fusion des altérités. Le long de la côte orientale de la Méditerranée, le bassin levantin a de longue date été un creuset de conquêtes et d’occupations. Il est aussi un lieu d’entrelacs et d’échanges, faisant de cette région une plaque tournante de l’évolution de l’humanité. Berceau des civilisations et des populations d’origines diverses, cette terre ancestrale, appelée aussi le Croissant fertile, a connu un extraordinaire mélange des identités : Sumériens, Akkadiens, Élamites, Babyloniens, Hittites, Égyptiens, Assyriens, Araméens, Phéniciens, Mésopotamiens, Juifs, Perses, Byzantins, Arabo-musulmans, Ottomans, Européens… Tous participent de ce monde mouvant, où les échanges sont riches et multiples. C’est sur cette terre mythique que s’inventent la ville, l’écriture, les mythes, les dieux et les religions monothéistes. Le cosmopolitisme de la région fait d’elle une clé de voûte de la pluralité et un dispositif important du processus d’expansion et d’affirmation de la diversité identitaire et culturelle. Les liens tissés avec les peuples voisins et l’apport de leur richesse culturelle ont fait du bassin méditerranéen une source de confluences, de rencontres et de pluralité. Le Recteur de l’Institut Catholique de Paris souligne à ce propos :

  • 3 Joseph Maïla, « Mare nostrum », Études, février 1997, p. 44.

« Étonnante civilisation méditerranéenne qui, au fur et à mesure de son déploiement, balisa les trajectoires de notre culture, fixant l’un après l’autre les repères majeurs de notre histoire et faisant de nous les dépositaires d’un héritage où l’alphabet fut phénicien, le concept grec, le droit romain, le monothéisme sémite, l’ingéniosité punique, la munificence byzantine, la science arabe, la puissance ottomane, la coexistence andalouse, la sensibilité italienne, l’aventure catalane, la liberté française et l’éternité égyptienne »3.

9Mue par des flux migratoires qui remontent loin dans l’histoire de l’humanité, cette mer de voyages, de circulations, de passages et de transferts a vu l’homme tisser des liens très étroits avec l’aventure, poursuivie au fil de périples qui sont le fait des Phéniciens, des Grecs, des Romains, des Byzantins et des Turcs ottomans. La Méditerranée demeure toutefois un ensemble géopolitique et humain global, cohérent et mouvant, dont l’identité est multiple et disparate. Les intérêts communs y sont nombreux et une véritable communauté d’affinités culturelles lie fortement les hommes qui y vivent, par-delà les particularismes et les différences : religions, régimes politiques, cultures, niveaux et conditions de vie.

Le bassin levantin, une altérité aux confluents des identités et des cultures

10D’un point de vue historique, la Méditerranée orientale a hérité d’un patrimoine très riche, en fait de cultures, de religions et d’identités. Du fait des conquêtes, elle a connu des influences multiples, qui ont traversé les siècles. L’Orient a ainsi pu structurer un espace géoculturel commun tissu d’une pensée mythologique que les anciens peuples de la Méditerranée ont en partage. À ce propos, Maalouf évoque une divinité qui change d’une culture à l’autre au sein du bassin oriental :

  • 4 Amin Maalouf, Les Jardins de lumière, Paris, Lattès, 1991, p. 10.

« En fin de journée, on vient rôder autour du sanctuaire de Nanaï pour guetter l’arrivée des caravanes ; c’est auprès de la Grande Déesse que les voyageurs trouvent étape pour la nuit […]. Ceux qui viennent de loin peuvent donner à Nanaï le nom d’une divinité familière, les Grecs l’appellent parfois Aphrodite, les Perses Anahita, les Égyptiens Isis, les Romains Vénus, les Arabes Allat, pour chacun elle est mère nourricière, et son sein généreux sent la chaude terre rouge qu’irrigue le fleuve éternel »4.

11L’identité orientale est ainsi faite : identité composite qui revendique une appartenance au passé et au présent, identité fondée sur une culture plurielle qu’assume Maalouf :

  • 5 Amin Maalouf, « Le sentiment d’appartenir à une minorité détermine tout dans la vie », par Catherin (...)

« Tout cela appartient à mon identité et je le revendique. Entre autres ma double appartenance au passé et au présent. Cette diversité, je ne la pense pas en termes de rupture mais de richesse. Je ne supprime pas, j’ajoute. Je crois qu’il est urgent de rompre avec l’idée d’une appartenance univoque et exclusive sous peine d’accentuer les crispations identitaires. Surtout qu’appartenance ne signifie pas systématiquement adhésion. Je suis né dans une famille catholique au sein de la communauté melkite. Je ne veux pas faire semblant d’être croyant, j’éprouve autant de doute que Baldassare mais, pour autant, je ne me situe pas en dehors de la communauté. Je garde mes liens, mes attachements... »5.

Dans les œuvres de Maalouf et de Sirine Shahid, c’est tout l’Orient qui paraît, un Orient qui se conçoit au pluriel : l’Orient musulman, chrétien, byzantin, sassanide, mésopotamien, parcourant les sphères géographiques et les jalons historiques qui ont marqué cette partie de la Méditerranée : Ctésiphon, Constantinople, Jérusalem, Bethléem, Gibelet/Byblos, Jéricho, Istanbul, Adana et autres cités séculaires.

  • 6 Edward W. Saïd, L’Orientalisme, l’Orient créé par l’Occident, Paris, Seuil, 1996.
  • 7 Mona Chollet, « Edward W. Saïd. “L ’Outsider” », Périphéries, 1998, http://www.peripheries.net/arti (...)
  • 8 Sirine Husseini Shahid, Souvenirs de Jérusalem, Paris, Fayard, 2005, p. 84.

Même Edward Saïd, l’auteur de L’Orientalisme6, reconnaît cette diversité dont jouit le bassin levantin. Né dans un milieu cosmopolite, Saïd conteste toute idée de séparation et d’homogénéité nationale. Il soutient, en revanche, le fait de s’ouvrir à l’autre et d’embrasser plusieurs identités : « Être arabe, libanais, palestinien, juif, c’est possible. Quand j’étais jeune, c’était mon monde. On voyageait sans frontières entre l’Égypte, la Palestine, le Liban. Il y avait avec moi à l’école des Italiens, des Juifs espagnols ou égyptiens, des Arméniens. C’était naturel »7. Ce qui caractérise les pays du Levant, c’est cette diversité ethnique et linguistique ainsi que l’étroite relation qui se tisse entre ses peuples et qui constitue un facteur important de cohabitation et de tolérance, comme le souligne Sirine Shahid dans ses Souvenirs de Jérusalem : « Cette atmosphère cosmopolite nous éveillait tout naturellement au monde environnant sans le moindre sentiment sectaire, sans le moindre choc culturel »8.

Brassage des identités et des cultures

12L’ancrage du référent historique représente un élément fondamental dans l’écriture de nos deux auteurs, fortement tributaires de l’histoire du Proche-Orient. Ils possèdent le don de rallier écriture intime (autobiographie), fiction et réécriture de l’histoire. Leur fiction est tissée de récits documentés empruntant à l’histoire ses grandes figures. Ils ont l’art de mêler la réalité à l’imaginaire, le passé au présent, l’individuel au collectif. De fait, selon Maalouf :

  • 9 Maurice Tournier, « Identité et appartenances », entretien avec Amin Maalouf, Mots, « Les langages (...)

« L’histoire n’est pas que pour l’histoire, le passé que pour le passé. Il s’agit toujours de préoccupations liées à aujourd’hui, aux questions de coexistence, aux affirmations exacerbées d’appartenance, aux conflits proches, qu’il s’agisse du Liban, de la Palestine et d’Israël, du Proche-Orient en général. L’histoire est un réservoir immense d’événements, de personnages, dont on peut tirer toutes sortes d’enseignements. On la reconstruit, à chaque époque, selon ses propres besoins d’explication du monde »9.

13Dans l’espace romanesque, fiction et réalité se rencontrent pour conférer au récit une dimension tant réaliste que mythique et légendaire. Les deux auteurs tentent d’établir des comparaisons entre le passé et le présent en focalisant leur écriture sur l’histoire de la Méditerranée vue d’Orient. D’une identité cosmopolite et d’une utopie d’universalité va naître cette écriture particulière propre aux auteurs levantins. Le monde étant une mosaïque de langues, de religions, de croyances, de communautés toutes différentes les unes des autres, ces auteurs vont les faire vivre ensemble dans une harmonie parfaite.

Dans les textes retenus, Maalouf et Shahid nous invitent à découvrir un autre visage du « Mare nostrum », une autre dimension du bassin oriental, fondée sur la mémoire, le souvenir et, surtout, à suivre ici Maalouf, la nostalgie :

  • 10 Stéphane Lazure, (2007), « Amin Maalouf : écrire au confluent des appartenances », Contact. L’Encyc (...)

« La nostalgie est omniprésente dans ma vie. Enfant, j’ai constamment entendu parler de la maison de mes grands-parents qui se trouvait en Égypte et que nous n’avions plus, de celle de mes arrières grands-parents à Constantinople que nous n’avions plus. Ensuite, la guerre au Liban m’a éloigné des lieux qui m’étaient chers. J’ai le sentiment aujourd’hui d’avoir derrière moi tout un chapelet de maisons abandonnées et de pays perdus »10.

Sirine Shahid, elle aussi, jette un regard empreint de nostalgie sur le passé de son pays perdu. Dans Souvenirs de Jérusalem, elle remonte le temps, ravivant les souvenirs de sa ville natale :

  • 11 Sirine Husseini Shahid, Souvenirs de Jérusalem, op. cit., p. 11-13 et 39.

« Certains jours, le passé pèse lourd sur le cœur. Mais je m’y replonge et je me souviens. Mes souvenirs de Jérusalem, qui tendaient à s’estomper, ont retrouvé de leur acuité. J’ai revu les rues pavées, les fenêtres pointues, les cours à colonnades, les fontaines et les arcades des vieilles maisons, j’ai senti les parfums, perçu les bruits de cette cité sans pareille, ma ville natale… Les cloches orthodoxes se mêlaient aux appels à la prière des minarets voisins. J’aimais aussi entendre les bruits de pas des promeneurs qui descendaient la rue »11.

Les textes qui constituent notre corpus se veulent la découverte d’une mosaïque de communautés humaines et de cultures marquées par la pluralité et la diversité. Conjuguant le passé avec le présent, les deux auteurs empruntent un parcours analeptique et tentent de transmettre au lecteur une image spatio-culturelle mouvante et en constante transformation du bassin levantin. Une image où les départs et les retours se succèdent sans cesse et où la mouvance et la circulation des cultures se trouvent au centre de la narration et participent des procédés de la représentation de l’espace et de la mobilité de ses populations. Autant de signes qui évoquent la coexistence, le multiculturalisme, la tolérance et la réconciliation.

Dans cette perspective, Les Échelles du Levant illustre bien la fusion des altérités et des cultures. Empruntant un parcours rétrospectif, le narrateur invite à un voyage temporel qui commence avec la mort du Sultan ottoman Abdulaziz, en 1876, et se termine avec la guerre civile libanaise, en 1975. À travers cette période, le récit représente tout un cycle de conflits, de crises et de guerres qui ont forgé l’identité du Levant.

La narration romanesque s’étend sur un espace géographique qui englobe la côte orientale et une partie de l’Occident (la France). L’histoire procède par succession de déplacements, qui mènent jusqu’à la capitale du Levant, Istanbul, et jusqu’aux rives du Bosphore. Puis à Adana, une grande métropole située en Anatolie, qui a accueilli la famille d’Ossyane Ketabdar, un descendant de la famille princière ottomane. Quelques années plus tard, les guerres entre la Turquie et l’Arménie ont obligé la famille d’Ossyane et d’autres familles turques et arméniennes à se réfugier à Beyrouth, ville passerelle entre l’Occident et l’Asie.

  • 12 Henri Laurens, « Le Liban et l’Occident. Récit d’un parcours », Vingtième siècle. Revue d’histoire, (...)

14Pourquoi Beyrouth ? Depuis le déclin de l’Empire ottoman, le Liban a pris de l’importance, autour de Beyrouth, devenue une importante métropole, ville portuaire exposée au gré des vents et marées méditerranéens et à tous les contacts entre l’Orient et l’Occident : « Dans ces lieux », précise un orientaliste, « la transmission passe dans les deux sens. Des pays peuvent même fonder leur vocation historique sur ces contacts, passages et transferts. Loin de perdre leur authenticité originelle largement imaginaire, ils construisent leur force et leur originalité dans cette civilisation du contact »12. Ce qui fait la spécificité du Levant, Liban compris, c’est le brassage des cultures et des civilisations, c’est la coexistence des religions et l’entremêlement des peuples qui donnent une couleur et un cachet particuliers à l’histoire de cette région. Un espace de l’entre-deux où la proximité de la Méditerranée invite à tous les voyages et à tous les horizons.

  • 13 Les échelles du Levant sont les ports et les villes de l’Empire ottoman situés au Proche-Orient ou (...)
  • 14 Amin Maalouf, Les Échelles du Levant, Paris, Grasset, 1996, p. 49.

15Vu sa situation géostratégique, le bassin levantin a dès longtemps fait office de passerelle maritime et commerciale entre l’Asie, l’Europe et l’Afrique. Ses ports, ses comptoirs maritimes et ses échelles13 baignaient dans une dynamique de diversité ethnique et linguistique. Même le père du héros, dans Les Échelles du Levant, évoque ce monde et ce temps de rêve avec ferveur, qui se souvient de « cet âge où les hommes de toutes origines vivaient côte à côte dans les échelles du Levant et mélangeaient leurs langues... »14.

  • 15 Ottmar Ette, « Cartographies mobiles de la recherche littéraire », Revue germanique internationale, (...)

16Maalouf identifie dans la langue le moyen qui contribue à l’intégration et à la multiplication des appartenances. Il considère la langue comme l’un des principaux piliers d’échange et de passation. Parler une autre langue, c’est embrasser une autre identité, c’est s’ouvrir à d’autres horizons, d’autres cultures et enrichir, par conséquent, son identité propre : « Vivre dans une autre langue, une autre réalité »15. C’est le cas du personnage d’Ossyane, grandi au sein d’une famille (de père Turc et de mère Arménienne) qui use de plusieurs langues, établissant ainsi un dialogue entre les cultures. La pluralité des cultures, répandue par le passé à travers le Levant, s’est notamment coagulée à Beyrouth, où plusieurs communautés ethniques et linguistiques cohabitaient et vivaient dans un climat de paix et de partage :

  • 16 Amin Maalouf, Les Échelles du Levant, op. cit., p. 43.

« Il y aura une somptueuse réception, peut-être la dernière fête dans l’histoire où Turcs et Arméniens chanteront et danseront ensemble. Y assistera, entre mille autres, le gouverneur de la Montagne libanaise (Le Vieux pays), en ce temps-là un Arménien... Vieux fonctionnaire Ottoman, il improvisera pour l’occasion un discours sur la fraternité retrouvée entre les communautés de l’Empire – Turcs, Arméniens, Arabes, Grecs et Juifs, les cinq doigts de l’auguste main sultanienne […] »16.

  • 17 Ibid., quatrième de couverture.

17En somme, les échelles du Levant symbolisaient jadis un lieu de passage et de brassage : « C’est le nom qu’on donnait autrefois à ce chapelet de cités marchandes par lesquelles les voyageurs d’Europe accédaient à l’Orient, un lieu de brassage où se côtoyaient langues, cultures et croyances »17. Mais si l’auteur recourt au passé en fouillant dans l’histoire de la région, c’est dans l’espoir de trouver une solution aux conflits qui menacent le présent en mettant en avant des héros qui symbolisent la paix et luttent pour une unité faite de diversités et de tolérance.

Maalouf enfonce le clou avec Origines, texte en forme de paysage, riche de souvenirs qui recueillent l’héritage culturel et le poids de l’histoire dans la construction identitaire du Machrek. En relatant le passé de ses aïeuls, c’est en même temps l’histoire du Liban de la fin du XIXe siècle qu’il retrace, d’un Liban qui demeure sous l’égide de l’Empire ottoman jusqu’au début du XXe siècle, d’un Liban que n’ont pas épargné les conflits, les déchirements et les rivalités européennes, qui défilent à travers les pages du livre. Origines est un retour aux sources, un texte autobiographique dans lequel l’auteur retrace le chemin parcouru par ses ancêtres, interrogeant leurs mémoires. Pour ce faire, Maalouf dépoussière des archives (manuscrits, correspondances, brouillons de lettres, photos, courriers, poèmes…) entreposées dans une malle retrouvée dans la maison familiale. Il dévoile le mystère d’une famille libanaise nomade suivie sur plusieurs générations : « En effet, on naît naturellement nomade, cosmopolite, polyglotte ; et c’est la famille, le lignage sacré, qui fonde l’identité diasporique des êtres qui vont, depuis le Liban, essaimer de par le monde. La trajectoire de ceux qui l’ont précédé, elle lui fut restituée, un jour, à la faveur d’une valise encombrée de papiers, de photographies, de traces »18.

18Curieux d’en savoir plus sur sa propre identité et sur celle de ses ancêtres, Maalouf va entamer un long voyage dans le temps. Parcourant les écrits de ses grands-parents, il va percer la part d’ombre de ses ancêtres – en particulier concernant son grand-père Botros – et exposer non-dits et secrets de famille. Dans cette quête identitaire à travers les manuscrits de Botros, l’auteur va s’identifier, au terme d’un échange entre le même et l’autre :

  • 19 Ibid., p. 91.

« J’ai lu et relu ces paragraphes. J’ai l’impression d’y entendre la voix de ce grand-père que je n’ai jamais connu […], des questions que j’allais devoir me poser moi-même trois quarts de siècle plus tard, dans des circonstances bien différentes. Mais étaient-elles si différentes ? De cette terre, on émigre depuis toujours pour les mêmes raisons ; et avec les mêmes remords, que l’on ressasse quelque temps, tout en se préparant à les enterrer »19.

Dans ce texte, l’auteur retrouve le Liban de ses ancêtres, un Liban qui demeure jusqu’à ce jour un centre d’échanges entre l’Orient et l’Occident, donnant d’une main et prenant de l’autre ; un lieu connu comme point de rencontre millénaire des mouvements migratoires, de mutations, de transferts et d’interactions. On y retrouve la Montagne libanaise – le Vieux pays – et Beyrouth, la ville moderne, deux repères spatiaux récurrents dans l’écriture maaloufienne.

  • 20 L’Anatolie (Orient, Levant, lever du soleil ou Asie mineure) désigne une péninsule située en Europe (...)

En effet, à travers la saga familiale, c’est l’histoire de sa communauté et celle du Levant qui est ressuscitée. L’auteur embrasse l’histoire de l’immense Turquie et de l’Anatolie20 d’avant la Première Guerre Mondiale. L’Empire ottoman dominait alors toute cette partie de la Méditerranée orientale, avant son démembrement et la création des États ethniques, au début du XXe siècle : Syrie, Irak, Liban, Palestine, Jordanie, sans oublier la Grèce d’aujourd’hui.

Il y a un siècle, cette région était un vaste territoire ouvert à la diversité ethnique, un territoire de tolérance et de cohabitation où plusieurs identités, plusieurs langues et plusieurs confessions se côtoyaient au sein d’une même communauté. Situé aux frontières de plusieurs cultures, le Liban manifeste une ouverture sur le monde héritée des anciens Phéniciens. Nomadisme et émigration y sont perçus comme un héritage ancestral, et la Méditerranée comme une route menant à la découverte de l’Autre :

  • 21 Amin Maalouf, Origines, op. cit., p. 10.

« Je suis d’une tribu qui nomadise depuis toujours dans un désert aux dimensions du monde. Nos pays sont des oasis que nous quittons quand la source s’assèche, nos maisons sont des tentes en costume de pierre, nos nationalités sont affaire de dates ou de bateaux. Seul nous relie les uns aux autres, par-delà les générations, par-delà les mers, par-delà le Babel des langues, le bruissement d’un nom… »21.

Le Liban que Maalouf évoque dans Origines, celui de son grand-père Botros et de son grand-oncle Gébrayel, incarne des appartenances multiples et complexes. Pour désigner le pays des ancêtres, la « Montagne libanaise », le « Vieux Pays », Maalouf précise :

  • 22 Ibid., p. 267.

« Si l’État turc est né après la Première Guerre Mondiale sur les décombres de l’empire Ottoman, ce dernier était communément appelé “Turquie” depuis un certain temps déjà. Quand Botros, par exemple, lors de son passage par Ellis Island (Amérique), avait dû indiquer son pays d’origine, c’est ce nom là qu’il avait marqué ; puis, dans la rubrique “Race ou peuple”, il avait noté “Syrien”. En revanche, dans la requête adressée aux autorités à propos de son école, il s’était présenté comme “Ottoman libanais du village de Machrah” »22.

19Un natif du Levant ne peut pas être insensible à la diversité des appartenances. Il est conscient que ces appartenances constituent son identité et il revendique souvent cet attachement à ses origines, notamment aux grandes valeurs héritées :

  • 23 La Montagne libanaise était une province autonome à l’époque de l’Empire ottoman. C’est sous le man (...)
  • 24 Amin Maalouf, Origines, op. cit., p. 268.

« Ces appartenances diverses avaient chacune sa “case” propre : leur État était “la Turquie”, leur langue était l’arabe, leur province était la Syrie, et leur patrie la Montagne libanaise23. Et ils avaient, en plus de cela, leurs diverses confessions religieuses. [...] Il y a cent ans à peine, les chrétiens du Liban se disaient volontiers Syriens, les Syriens se cherchaient un roi du côté de La Mecque, les juifs de Terre sainte se proclamaient Palestiniens... et mon grand-père Botros se voulait citoyen ottoman. Pas un seul des États de l’actuel Proche-Orient n’existait encore et le nom même de cette région n’avait pas encore été inventé »24.

20Évoluant dans un climat et un environnement mouvants, les ancêtres de l’auteur, tout comme les habitants du Levant, se considèrent comme des nomades rêvant de voyages et d’ouverture sur le monde. Aspirant à l’enracinement, Maalouf se sent partagé entre des appartenances diverses qui sont celles de patries perdues. Du côté maternel comme du côté paternel, l’auteur se voit rattaché à plusieurs contrées de la Méditerranée orientale. Il tient à Istanbul, la ville natale de sa mère, qui parlait souvent de la belle maison abandonnée en hâte lorsque la famille fut obligée de quitter la Turquie, avant la guerre de 1914. Il est lié au Caire, où le grand-père paternel avait fait fortune. Et Maalouf projette dans ses personnages toutes ces appartenances identitaires. Ainsi d’Ossyane, le héros des Échelles du Levant, qui hérite de ces lieux – références propres à la famille de Maalouf :

  • 25 Amin Maalouf, Discours de réception à l’Académie française et réponse de Jean-Christophe Rufin. htt (...)

« Ma vie a commencé, dit Ossyane, un demi-siècle avant ma naissance, dans une chambre que je n’ai jamais visitée, sur les rives du Bosphore. Une autre ville qui sert de référence est le Caire, plus précisément Héliopolis, la cité construite par le baron Empain où mon grand-père, fils d’un simple paysan, avait fait fortune dans le commerce »25.

21Le texte insiste sur la diversité, la complexité culturelle libanaise. Dressant un portrait vivant de son grand-père Botros, il le peint sous les traits d’un homme cultivé et religieux (protestant) et retient le caractère complexe, humaniste, de sa personnalité libre et à contre-courant de son époque.

« À Zahleh, dans les rues de la vieille ville comme dans les cafés en plein air qui bordaient le fleuve Berdaouni, Botros ne passait pas inaperçu. Ceux qui l’ont connu en ce temps-là décrivent un jeune homme élégant, vêtu avec goût, avec recherche, et même avec un certain sens de la provocation.

Ainsi, il allait toujours tête nue, ce qui faisait se retourner les gens à son passage. À l’époque, la plupart des hommes portaient les couvre-chefs orientaux, soit le fez haut, le tarbouche, soit le fez court, qu’on appelait maghrébin, soit encore le keffieh arabe, soit même des bonnets brodés ; ceux qui voulaient suivre la mode occidentale portaient le chapeau ; beaucoup, d’ailleurs, passaient de l’un à l’autre selon les occasions… Mais personne de respectable ne sortait de chez lui tête nue. Sauf mon grand-père. Certains passants ne pouvaient s’empêcher de murmurer, ou de grommeler, et parfois même de l’apostropher ; ce qui ne l’a pas empêché de continuer à aller nu-tête jusqu’au dernier jour de sa vie.

  • 26 Amin Maalouf, Origines, op. cit., p. 84.

Comme pour affirmer encore son originalité, il portait constamment sur les épaules une sorte de cape noire, retenue à l’avant par un anneau d’or, et qui voletait derrière lui comme une paire d’ailes. Au-dessous, un costume également noir, et une chemise au col large et bouffant. Personne d’autre au pays n’avait la même silhouette, on le reconnaissait de loin »26.

  • 27 Le Mont Liban est une chaîne montagneuse du Liban dominant la mer Méditerranée, située à l’Ouest. C (...)

22Botros, très attaché au Levant, posait au sédentaire conscient de ses responsabilités, contrairement à son frère Gébrayel, qui rêvait de voyages, d’horizons nouveaux et de fortune. Se consacrant entièrement à l’enseignement, Botros a fondé une école au sein des petits villages du Mont Liban27, école qu’il qualifiait d’universelle et qui accueillait toutes les appartenances confessionnelles (protestants, catholiques, orthodoxes, musulmans), où la mixité était de règle et où l’on enseignait l’arabe, le turc, le français et l’anglais.

  • 28 Patryck Froissart, « L’analyse de Patryck Froissart de Origines d’Amin Maalouf », 10 octobre 2006. (...)

23Dans cette quête des origines, l’auteur s’identifie en interrogeant les morts, ses ancêtres (Botros et Gébrayel) par le biais des documents enfouis dans cette vieille malle. Faire renaître ses ancêtres, c’est se redonner naissance à soi-même, identifier en soi ce qui est d’eux, en assumer l’héritage afin de le transmettre à sa descendance et de se situer, en pleine conscience de soi, comme un maillon de la chaîne hors de laquelle le soi n’a pas de sens28 :

  • 29 Amin Maalouf, Origines, op. cit., p. 271.

« Ni lui, ni aucun de ceux à qui je dois la moindre parcelle d’identité – mes noms, mes langues, mes croyances, mon sang, mon exil. Je suis le fils de chacun des ancêtres et mon destin est d’être également, en retour, leur géniteur tardif. Toi, Botros, mon fils asphyxié, et toi, Gébrayel, mon fils brisé. Je voudrais vous serrer contre moi l’un et l’autre et je n’embrasserai que vos ombres »29.

  • 30 Sirine Husseini Shahid, Souvenirs de Jérusalem, op. cit., p. 269.

24Ce long voyage dans l’espace et dans le temps entamé par l’auteur lui permet de se re-positionner après avoir dévoilé la vérité de ses ancêtres. Dans ce parcours, il a pu écouter la respiration de ces morts en décryptant les traces de leur vie, accumulées dans cette malle familiale. Il a aussi réhabilité un passé enterré, tout en s’identifiant par le truchement de son grand-père et de son grand-oncle. « Nous les âmes nomades, avons le culte des vestiges. Nous ne bâtissons rien de durable, mais nous laissons des traces. Et quelques bruits qui s’attardent »30.

  • 31 Article paru dans La Revue du Liban, n° 3954, 19-26 juin 2004.

25Maalouf l’humaniste, fort de plusieurs appartenances, s’est vu reconnaître comme un médiateur, un « passeur de cultures » entre Orient et Occident : « Je suis à la lisière de plusieurs traditions culturelles. Je revendique toutes mes appartenances, notamment linguistiques. Comme beaucoup de Libanais, je suis né avec trois langues dans la bouche : l’arabe, le français et l’anglais. Pour moi, ce sont des langues qui ont chacune son importance »31. Prônant la pluralité et la diversité, il s’emploie à transmettre cet héritage en vue de préserver la filiation, facteur important de la construction identitaire. Amin Maalouf ne se contente pas de raconter des histoires, il invite aussi à réfléchir la complexité du monde, du monde arabe en l’occurrence, dans toutes les composantes ethniques, culturelles et cultuelles qui sont les siennes. Par ses écrits, il dévoile l’histoire telle qu’elle est vue et vécue par les habitants du Levant, et par là-même, favorise l’ouverture et tente d’établir une sorte de conciliation, avec soi et avec l’Autre.

26C’est aussi ce que vise Sirine Husseini Shahid avec Souvenirs de Jérusalem, publié en 2005. Dans une perspective humaniste, l’auteur présente le Proche-Orient des années vingt et trente, cosmopolite, traversé de multiples cultures, riches d’identités, de civilisations et de langues qui naguère parvenaient à cohabiter.

27À quatre-vingt-dix ans, Sirine, la narratrice, se remémore une Palestine paisible comme nul ne peut l’imaginer. Brouillant les frontières de l’imaginaire et du réel, elle revoit son pays perdu, sa ville natale, Jérusalem ; ville chargée d’histoire et où les différentes communautés se côtoient dans une symbiose teintée de quiétude et de bonheur. Sa narration retient une trame chronologique qui confronte le lecteur au déchirement d’une famille et d’une ville, à l’histoire d’un pays jadis si paisible.

28Entre mémoire et témoignage, dans un parcours analeptique empreint de nostalgie, Sirine nous invite à un poignant voyage dans le temps et dans l’espace. Elle revient avec beaucoup d’émotion sur son enfance à Masrara et à Sharafat, vieux quartiers de Jérusalem Est, et évoque aussi Jéricho – la nouvelle Cisjordanie – et Beyrouth, ses lieux de refuge. La trame narrative ménage un va-et-vient constant entre personnages, lieux et dates. Elle retrace en pointillés la vie et le drame de sa famille et de ses amis ainsi que les débuts de la résistance palestinienne des années trente et quarante. Ses souvenirs dépassent toutefois ses expériences personnelles au sein d’une famille cultivée contrainte à l’exil pour aborder aussi le sort des Palestiniens plus modestes voués, eux aussi, au même destin. Dans ses souvenirs d’enfance, Sirine évoque un passage très marquant de l’histoire du bassin oriental au début du XXe siècle, période très agitée en raison des tensions et conflits entre la Turquie et l’Arménie : 

  • 32 Sirine Husseini Shahid, Souvenirs de Jérusalem, op. cit., p. 22-23.

« Mon père me demanda si je me souvenais de ce jour où, à Jéricho, nous avions vu des familles de réfugiés arméniens. Effectivement, l’image de cette marée humaine qui descendait la route de Jérusalem, de tous ces gens qui parcouraient les rues de Jéricho, portant leurs biens sur leur dos et traînant leurs enfants derrière eux, était restée très présente dans mon esprit. "Te rappelles-tu que je t’ai expliqué qu’ils cherchaient un abri ? N’avons-nous pas éprouvé de la peine pour eux, parce qu’ils étaient chassés de leurs maisons et de leur pays ? Si nous les Palestiniens, nous ne travaillons pas de toutes nos forces, ce sera bientôt à nous de parcourir le monde en quête d’un refuge, et…” »32.

  • 33 Ibid., p. 13.

29La famille de la narratrice, tout comme d’autres familles palestiniennes, était installée à Jérusalem depuis plusieurs siècles. En 1936, une grande majorité des Palestiniens de Jérusalem ont été obligés de prendre le chemin de l’exil pour se réfugier à Beyrouth. Au fil d’une écriture rétrospective, Sirine revit son enfance et son adolescence dans cette ville mythique, cosmopolite, où différentes confessions pouvaient alors se côtoyer dans l’harmonie et la paix. Les souvenirs de Sirine sont teintés de nostalgie : « Certains jours, le passé pèse lourd sur le cœur. Mais je m’y replonge souvent, et je me souviens »33.

30À travers l’histoire individuelle, c’est l’histoire de la Palestine et de l’identité palestinienne d’avant 1936 qui resurgit. Une identité constituée de plusieurs appartenances :

  • 34 Ibid., p. 33.

« Le temps de descendre la colline depuis notre maison de Musrara, à l’ombre des anciennes murailles de Jérusalem, j’arrivai à Bab el-Amoud, l’entrée de la vieille ville. Sous sa haute voûte chargée d’histoire, les passants semblaient aller et venir entre deux mondes. Peut-être, en franchissant ces grandes portes, les adultes cultivés avaient-ils l’impression de pénétrer dans le passé. Pour moi, c’était la voie d’accès à un monde de mystère et d’histoires étranges. De l’autre côté de ces portes, je me trouvais dans un vaste espace menant aux marches qui descendaient au cœur de la vieille ville. Là, les pavés des rues étaient usés par les pas de tous ceux qui les avaient foulés au fil des siècles. Il y avait toujours foule dans la vieille ville de Jérusalem. Des cheikhs, des prêtres et des rabbins vêtus de noir, la tête couverte d’un couvre-chef différent selon les prescriptions de leur religion respective, vaquaient à leurs affaires. Des paysannes des villages voisins, venues vendre leurs produits au marché. Leurs longues jupes noires ornées de broderies complexes aux motifs caractéristiques. Des étudiants en uniforme bleu, des hommes portaient le keffieh, des femmes en robe islamique, d’autres en costume occidental, des fonctionnaires et des commerçants, tous déferlaient et se mêlaient en une foule disparate »34.

  • 35 Ibid., p. 18.

31Tous les États du Levant baignaient dans une altérité enchevêtrée. Tout comme Amin Maalouf, Sirine témoigne de ce passé de l’Orient aux multiples aspects. Elle recompose un monde historique et humain à la manière d’une mosaïque de fragments séduisants et de plaisirs fugaces, de malheurs plus durables aussi, disposés avec beaucoup d’affection avec l’espoir de faire découvrir au lecteur la face occultée de ce peuple dont l’essentiel est aujourd’hui perdu35.

  • 36 Ibid., p. 21.

32Dans la nostalgie de son pays natal, la narratrice évoque, avec force détails, souvent douloureux, Jérusalem et Jéricho, la Palestine et le Liban. Elle dit le drame d’un peuple dont la vie a volé en éclats, un peuple dont les terres et les maisons ont été envahies du jour au lendemain, un peuple dispersé sous des cieux pas forcément favorables, un peuple voué au déracinement, à l’anéantissement de son identité et à la suppression de son histoire par une organisation politique mise en place en 1948. C’est ainsi qu’elle commence son roman : « Mon père est au cœur de mes premiers souvenirs de Jérusalem »36, mêlant inextricablement destins personnel et collectif.

33Ce roman se conçoit comme une trajectoire que segmente une suite d’événements parmi lesquels les déplacements, les conflits et les tragédies dus à la mort, à la séparation, à la perte, aux changements de vie forcés et à l’exil, mais aussi les joies et la richesse des relations humaines, qui ont marqué et forgé le vécu des habitants du Levant au cours d’une partie significative du XXe siècle.

34L’écriture de nos deux auteurs repose sur une articulation entre factuel et fictionnel. Une dimension socioculturelle, voire géopolitique, surplombe le texte, imposant à son horizon les grandes questions politiques qui ont travaillé le monde arabe et qui déchirent jusqu’à présent le Proche-Orient, dont les conflits israélo-palestiniens, auxquels les narrateurs réservent une place prépondérante.

  • 37 Amin Maalouf, Les Échelles du Levant, op. cit., p. 79.

« […] les mots d’occupation et d’occupant ne produisaient pas chez moi l’effet de révolte immédiat qu’ils pouvaient produire sur un Français. Je viens d’une région du monde où il n’y a eu, tout au long de l’histoire, que des occupations successives, et mes propres ancêtres ont occupé pendant des siècles une bonne moitié du bassin méditerranéen. Ce que j’exècre, en revanche, c’est la haine raciale et la discrimination. Mon père est Turc, ma mère était Arménienne, et s’ils ont pu se tenir la main au milieu des massacres, c’est parce qu’ils étaient unis par leur refus de la haine »37.

35Dans Souvenirs de Jérusalem, Sirine Shahid raconte la guerre de Palestine (1948) et la dispersion de son peuple :

  • 38 Sirine Husseini Shahid, Souvenirs de Jérusalem, op.cit., p. 166-177.

« En 1948, la guerre de Palestine éclata et la majeure partie du pays fut occupée par la nouvelle entité juive. Le quartier de Jérusalem où se trouvait notre maison tomba aux mains des Israéliens. Les membres de ma famille, comme plusieurs centaines d’autres Palestiniens, furent réduits au rang des réfugiés. Beyrouth fut alors submergée de centaines de milliers de réfugiés palestiniens. La même année (1948), lorsque les Palestiniens furent condamnés à la dispersion permanente, mon oncle Moussa resta à Jéricho. La ville faisait partie de la région palestinienne qu’on appellerait plus tard la Cisjordanie. Mais mon oncle faisait de fréquents séjours à Beyrouth, et nous devînmes très proches »38.

36Ces repères spatiotemporels comptent parmi les indices contemporains des grands moments qui fondent l’histoire de la Méditerranée orientale, profondément marquée par la dispersion d’un peuple déchiré par les conflits, ouverts dès la fin du XIXe siècle entre Arméniens et Turcs, notamment à Adana, avant l’occupation de la Palestine et les guerres civiles au Liban, qui ponctuent le XXe siècle.

  • 39 Préface d’Edward W. Saïd, Husseini Shahid Sirine, Souvenirs de Jérusalem, op. cit., p. 18.

37Amin Maalouf et Sirine Husseini Shahid livrent avec beaucoup d’affection et de respect un témoignage vivant, un trésor historique et humain sur le bassin oriental de la Méditerranée, donné comme le fruit de filiations et d’affiliations39.

  • 40 Julien Burri, « Amin Maalouf. Les printemps arabes méritent leur “Guerre et paix” », L’Hebdo, septe (...)
  • 41 Maurice Tournier, « Identité et appartenances », entretien avec Amin Maalouf, Mots, « Les langages (...)

38Nos deux auteurs tentent, à travers leurs écrits, d’approcher la vérité de cette région, inséparable des questions qui touchent à l’histoire et à l’identité cosmopolite du Levant. Enchevêtrant délibérément le fictionnel et le factuel, ils tendent à réhabiliter l’histoire de l’Orient : « Je suis persuadé », explique Maalouf, « que le roman a plus de vérité que la vérité historique »40. En d’autres termes, la fiction leur sert de truchement pour envisager la réalité du bassin levantin, appuyée sur des faits historiques. L’histoire n’est pas que pour l’histoire, le passé que pour le passé. L’un et l’autre touchent à des préoccupations en prise avec l’actualité : questions de coexistence, affirmations exacerbées d’appartenance, conflits proches du Proche-Orient en général41...

39Inscrite dans la filiation, l’écriture d’Amin Maalouf comme celle de Sirine Shahid s’engage dans cette quête interminable du passé de l’Orient et de son identité multiple. L’un et l’autre s’appliquent à instaurer des passerelles susceptibles de transmettre une vérité que l’histoire est incapable d’énoncer. Cette filiation représente, en effet, un fil conducteur qui instaure une articulation entre passé et présent et que nos deux auteurs appréhendent comme une substance leur permettant de poursuivre leur mission d’écrivains, de passeurs et de transmetteurs en vue de préserver la fusion des altérités qu’a connue le Levant par le passé et d’intervenir en faveur de la diversité des cultures et de la pluralité des appartenances que revendique le temps présent, celui de la mondialisation. Cette diversité pourrait être une ouverture sur l’Autre et une voie qui mène à l’entente et à la cohabitation.

Haut de page

Bibliographie

Corpus d’étude

Husseini Shahid Sirine, Souvenirs de Jérusalem, Paris, Fayard, 2005.

Maalouf Amin, Les Échelles du Levant, Paris, Grasset, 1996.

Maalouf Amin, Origines, Paris, Grasset, 2004.

Ouvrages et articles

Gourevitch Jean-Paul, Le Rêve méditerranéen, Paris, L’œuvre, 2009.

Laurens Henri, « Le Liban et l’Occident. Récit d’un parcours », Vingtième siècle. Revue d’histoire, n ° 32, octobre-décembre 1991.

Maalouf Amin, Les Jardins de lumière, Paris, Lattès, 1991.

Maalouf Amin, Léon l’africain, Paris, Lattès, 1986.

Maïla Joseph, « Mare nostrum », Études, février 1997.

Nyssen Hubert et Wespieser Sabine, « Le Liban second », Revue Internationale de l’imaginaire, n° 6, 1996.

Saïd Edward W., L’Orientalisme : l’Orient créé par l’Occident, Paris, Seuil, 1996.

Sassine Antoine, « Amin Maalouf : l’homme a ses racines dans le ciel », entretien, Études francophones, Université de Louisiane, Lafayette, XVI, 2, 1999.

Tournier Maurice, « Identité et appartenances », entretien avec Amin Maalouf, Mots, « Les langages du politique », mars 1997, p. 121.

Sources Internet

Burri Julien, « Amin Maalouf. Les printemps arabes méritent leur “Guerre et paix” », L’Hebdo, septembre 2012. http://www.payot.ch. Consulté le 25-07- 2014.

Chollet Mona, « Edward Saïd, “l’outsider” », Périphéries, 1998. http://www.peripheries.net/article69.html Consulté le 28-04-2017.

Ette Ottmar, « Cartographies mobiles de la recherche littéraire », Revue germanique internationale, 22 mai 2007. Consulté le 27-07-2014. http://rgi.revues.org.

Froissart Patryck, « L’analyse de Patryck Froissart de Origines d’Amin Maalouf », 10 octobre 2006. Consulté le 25-04-2017. https://www.amazon.fr/Origines-Amin-Maalouf/product-reviews/2253115940

Maalouf Amin, « Origines, Le discours de réponse de Jean-Christophe Rufin à Amin Maalouf ». Consulté le 27-04-2017. http://www.ndj.edu.lb/amin_maalouf_discours_rufin

Maalouf Amin, « Identité et appartenances », entretien, Persée, vol. n° 50, 1997. Consulté le 10-05-2017. http://www.persee.fr/doc/mots_02436450_1997_num_50_1_230

Maalouf Amin, « Le sentiment d’appartenir à une minorité détermine tout dans la vie », entretien avec Catherine Argand, publié le 23/06/2011. http://www.lexpress.fr/culture/livre/amin-maalouf-le-sentiment-d-appartenir-a-une-minorite-determine-tout-dans-la-vie_805544.html

Rabouin David, « Je parle de voyage comme d’autres parlent de leur maison », entretien avec Amin Maalouf, Magazine littéraire, no 394, janvier 2001. http://amin.maalouf.free.fr.

Haut de page

Notes

1 David Rabouin, « Je parle de voyage comme d’autres parlent de leur maison », entretien avec Amin Maalouf, Magazine littéraire, no 394, janvier 2001. http://amin.maalouf.free.fr.

2 Jean-Paul Gourevitch, Le Rêve méditerranéen, Paris, L’œuvre, 2009, p. 11.

3 Joseph Maïla, « Mare nostrum », Études, février 1997, p. 44.

4 Amin Maalouf, Les Jardins de lumière, Paris, Lattès, 1991, p. 10.

5 Amin Maalouf, « Le sentiment d’appartenir à une minorité détermine tout dans la vie », par Catherine Argand, publié le 23/06/2011.

http://www.lexpress.fr/culture/livre/amin-maalouf-le-sentiment-d-appartenir-a-une-minorite-determine-tout-dans-la-vie_805544.html

6 Edward W. Saïd, L’Orientalisme, l’Orient créé par l’Occident, Paris, Seuil, 1996.

7 Mona Chollet, « Edward W. Saïd. “L ’Outsider” », Périphéries, 1998, http://www.peripheries.net/article69.html Site consulté le 28-04-2017.

8 Sirine Husseini Shahid, Souvenirs de Jérusalem, Paris, Fayard, 2005, p. 84.

9 Maurice Tournier, « Identité et appartenances », entretien avec Amin Maalouf, Mots, « Les langages du politique », mars 1997, p. 121.

10 Stéphane Lazure, (2007), « Amin Maalouf : écrire au confluent des appartenances », Contact. L’Encyclopédie de la Création, 2007. http://www.contacttv.net

11 Sirine Husseini Shahid, Souvenirs de Jérusalem, op. cit., p. 11-13 et 39.

12 Henri Laurens, « Le Liban et l’Occident. Récit d’un parcours », Vingtième siècle. Revue d’histoire, n° 32, octobre-décembre 1991, p. 25-32.

13 Les échelles du Levant sont les ports et les villes de l’Empire ottoman situés au Proche-Orient ou en Afrique du Nord. Le mot « échelle » vient du mot turc « iskele », corruption de l’italien « scala ». En turc, on appelle « iskele » les embarcadères bâtis sur pilotis qui permettaient d’avoir accès aux barques et aux bateaux. Chaque village sur le Bosphore avait son iskele / échelle. Dès le XVe siècle, les Français ont appelé « échelles » tous les ports de la Méditerranée qui appartenaient à l’Empire ottoman. http://fr.wikipedia.org

14 Amin Maalouf, Les Échelles du Levant, Paris, Grasset, 1996, p. 49.

15 Ottmar Ette, « Cartographies mobiles de la recherche littéraire », Revue germanique internationale, 22 mai 2007, http://rgi.revues.org. Site consulté le 27 juillet 2014.

16 Amin Maalouf, Les Échelles du Levant, op. cit., p. 43.

17 Ibid., quatrième de couverture.

18 Amin Maalouf, Origines, Paris, Grasset, 2004. Site consulté le 30-04-2017. Url : http://www.grasset.fr/origines-9782246634416

19 Ibid., p. 91.

20 L’Anatolie (Orient, Levant, lever du soleil ou Asie mineure) désigne une péninsule située en Europe occidentale entre la Méditerranée orientale, le Bosphore et la mer Noire. Pour les Turcs, Anadulu désigne la partie asiatique de leur État, y compris l’Arménie et le Kurdistan. Cette région a été le berceau du peuple turc, qui y a fixé sa capitale, Ankara.

http://www.larousse.fr/encyclopedie/autre-region/Anatolie/105330.

21 Amin Maalouf, Origines, op. cit., p. 10.

22 Ibid., p. 267.

23 La Montagne libanaise était une province autonome à l’époque de l’Empire ottoman. C’est sous le mandat français, en 1920, que cette province a été réunie avec Beyrouth, Tripoli, Saïda, Tyr et la plaine de la Bekaa pour constituer l’État du Liban.

24 Amin Maalouf, Origines, op. cit., p. 268.

25 Amin Maalouf, Discours de réception à l’Académie française et réponse de Jean-Christophe Rufin. http://www.ndj.edu.lb/amin_maalouf_discours_rufin

26 Amin Maalouf, Origines, op. cit., p. 84.

27 Le Mont Liban est une chaîne montagneuse du Liban dominant la mer Méditerranée, située à l’Ouest. C’est le plus haut relief montagneux du Proche-Orient. Cette montagne a constitué le noyau du Grand Liban, à l’origine de la république libanaise moderne. Elle est majoritairement peuplée par des chrétiens maronites, avec une minorité druze. https://fr.wikipedia.org/wiki/Mont_Liban

28 Patryck Froissart, « L’analyse de Patryck Froissart de Origines d’Amin Maalouf », 10 octobre 2006. Site consulté le 25-04-2017. https://www.amazon.fr/Origines-Amin-Maalouf/product-reviews/2253115940

29 Amin Maalouf, Origines, op. cit., p. 271.

30 Sirine Husseini Shahid, Souvenirs de Jérusalem, op. cit., p. 269.

31 Article paru dans La Revue du Liban, n° 3954, 19-26 juin 2004.

32 Sirine Husseini Shahid, Souvenirs de Jérusalem, op. cit., p. 22-23.

33 Ibid., p. 13.

34 Ibid., p. 33.

35 Ibid., p. 18.

36 Ibid., p. 21.

37 Amin Maalouf, Les Échelles du Levant, op. cit., p. 79.

38 Sirine Husseini Shahid, Souvenirs de Jérusalem, op.cit., p. 166-177.

39 Préface d’Edward W. Saïd, Husseini Shahid Sirine, Souvenirs de Jérusalem, op. cit., p. 18.

40 Julien Burri, « Amin Maalouf. Les printemps arabes méritent leur “Guerre et paix” », L’Hebdo, septembre 2012. Site consulté le 25 juillet 2014. http://www.payot.ch.

41 Maurice Tournier, « Identité et appartenances », entretien avec Amin Maalouf, Mots, « Les langages du politique », mars 1997, p. 121.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Latifa Sari, « La Méditerranée orientale ou la fusion des altérités et des cultures », Babel, 36 | -1, 27-48.

Référence électronique

Latifa Sari, « La Méditerranée orientale ou la fusion des altérités et des cultures », Babel [En ligne], 36 | 2017, mis en ligne le 07 février 2018, consulté le 18 juin 2018. URL : http://journals.openedition.org/babel/4938 ; DOI : 10.4000/babel.4938

Haut de page

Auteur

Latifa Sari

Université de Tlemcen, Algérie
Laboratoire de recherche L.L.C

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Babel. Littératures plurielles est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Laboratoire Babel
  • Logo Université de Toulon
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • OpenEdition Journals