Navigation – Plan du site
Nous et les autres : quelle poétique du divers ?

La complexité de nos héritages

Mustapha Bencheikh
p. 73-83

Résumés

La Méditerranée est au coeur d’un héritage économique, social et culturel dont l’importance est soulignée par tous les acteurs de la vie politique. Comment cet héritage est-il transmis ? Comment la société, par le biais des écrivains, s’approprie-t-elle cette mémoire ? C’est à ce type de questions que tente de répondre cet article à partir de deux romans écrits à soixante-dix ans d’intervalle, L’Étranger d’Albert Camus et Meursault, contre-enquête de Kamel Daoud, placés en miroir sur toile de fond historique, la critique qui les sous-tend étant elle-même interrogée.

Haut de page

Texte intégral

« Aujourd’hui, maman est morte »
Albert Camus, L’Étranger, 1942.

« Aujourd’hui, M’ma est encore vivante »
Kamel Daoud, Meursault, contre-enquête, 2013.

1S’il est une région où la mémoire a élu domicile, c’est bien la Méditerranée. Cette mémoire, ou plutôt ces mémoires, traversent nos héritages culturels et façonnent notre manière d’en parler et de les vivre. Les littérateurs de divers horizons qui entreprennent l’aventure de l’écriture savent comment les mots nous viennent et comment le livre par la langue prend forme. Le pourtour méditerranéen offre une histoire et une géographie qui ont fait et continuent de faire couler beaucoup d’encre. Celui-ci n’a pas fini de livrer tous ses secrets que déjà toute une mythologie, qui prend ses racines avec la naissance du monde, l’entoure et en fait le lieu de toutes les croyances, de toutes les mystifications et de tous les espoirs.

2À plus d’un demi-siècle d’intervalle, la littérature va faire croiser deux romans et communiquer des points de vue, des ressentis, des identités singulières, composant ainsi les mémoires d’une histoire controversée, portée par des souvenirs qui viennent retentir dans nos consciences en alerte.

  • 1 Discours prononcé par André Malraux à la Maison de la Culture de Bourges le 18 avril 1964.

3La colonisation que l’on appréhende aujourd’hui avec un peu plus de recul n’a pas manqué de laisser des traces. Au-delà des intérêts économiques, que la puissance dominante a pu mettre à son profit, c’est plus symboliquement et plus durablement qu’elle a façonné des esprits, produit une manière de penser le monde, de comprendre les relations humaines, particulièrement quand celles-ci s’exercent dans des espaces de conflits, opposant dominés et dominants. L’appareil culturel qui sous-tend la politique des États, la façon dont les événements construisent et orientent notre appréciation d’un univers social et politique conquérant et déjà marqué au fer, tout cela rend plus complexe l’idée que l’on peut se faire de nos littératures et de nos écrivains. « Si la culture existe, ce n’est pas du tout pour que les gens s’amusent »1,écrivait André Malraux. Ce propos de l’écrivain est d’autant plus convaincant lorsque l’héritage culturel, par la force des choses, a croisé une langue, une école, des maîtres à penser, au milieu des bruits de bottes des indépendances et des tyrannies des post indépendances.

4Que dire alors d’une littérature qui s’écrit et se vit à l’intérieur d’un espace conquis puis soumis par les armes ? Elle entreprend la difficile tâche de se réaliser au travers d’une quête philosophique mettant aux prises des personnages dont chacun va porter des marques symboliques. Chacun va percevoir, consciemment ou inconsciemment, l’autre à sa façon. Les mots nous trahissent et la conscience la plus élaborée finit par trébucher. L’écrivain bouscule nos habitudes, dérange parfois nos convictions, nous aide à poser des questions, ses erreurs même nous convient à plus d’humilité et sa gloire, soumise au feu de l’actualité, est bien souvent fragile. Pour toutes ces raisons, l’écrivain a droit au respect, à tout le moins à notre compréhension.

5Lorsqu’au début des années quarante, Albert Camus achève d’écrire L’Étranger, la France est sous occupation alors même qu’elle occupe aussi des pays et que son empire commence à tressaillir. Le roman, publié en 1942, rencontre un franc succès et l’on salue cette plume épurée, ce passé composé qui travaille en creux un personnage énigmatique, cette écriture blanche, dira Roland Barthes. Les Algériens connaissent Camus, apprécient son talent et partagent avec lui une certaine conception de la justice. Ils cèdent également au charme de ses mots qui mêlent si brillamment poésie et précision linguistique. C’est dire que L’Étranger ne suscite à cette époque aucune réaction négative particulière d’autant que l’écrivain, journaliste à Combat, livre une bataille sans merci pour plus de justice et plus de considération pour les Algériens. Son article sur la Kabylie est dans toutes les mémoires et L’Étranger reste un monument d’écriture dans la littérature algérienne. Le frère Camus est alors un compagnon de route dans une période difficile. La critique littéraire, qui s’empare du livre, n’y voit que l’illustration d’une quête philosophique que Camus contribue lui-même à développer :

  • 2 Albert Camus, préface à l’édition américaine de L’Étranger, 1955.

« J’ai résumé L’Étranger, il y a très longtemps, par une phrase dont je reconnais qu’elle est très paradoxale : “Dans notre société tout homme qui ne pleure pas à l’enterrement de sa mère risque d’être condamné à mort”. Je voulais dire seulement que le héros du livre est condamné parce qu’il ne joue pas le jeu »2.

6Le livre traverse les continents et les Algériens eux-mêmes encensent ce récit parfait, à la langue tantôt tragique, tantôt d’une sensualité rugueuse quand il s’agit de l’environnement algérien, et d’un lyrisme parfaitement maîtrisé. On y voit d’abord les faiblesses d’un jugement humain, la naissance d’un anti héros qui, par son comportement, ses hésitations, va accéder à l’héroïsme parce qu’il « ne joue pas le jeu ». Les années 1940 ne voient apparaître aucune fissure dans cet édifice critique élogieux, qui prend forme progressivement, et portent aux nues ce jeune et talentueux écrivain français d’Algérie, moraliste jusqu’au bout des ongles et fervent défenseur des causes justes. C’est vrai qu’Albert Camus est un écrivain atypique. Il n’appartient pas à la sphère parisienne et à ses mondanités, il n’en a pas les réflexes et son Algérie lui colle à la peau, lui l’enfant de Belcourt. Mais l’histoire est têtue et les événements qui s’enchaînent, par la force des choses, interpellent les écrivains. La France elle-même compte ses collaborateurs et ses résistants et le tableau n’est pas reluisant. On le sait aujourd’hui, les langues se sont déliées et les archives ont parlé. Dans un texte documenté et savamment construit, Christiane Chaulet Achour met en exergue les premières et timides réactions algériennes, quelques années après la publication de La Peste en 1947. La première arrive en 1951 et c’est Mouloud Feraoun, pourtant fervent admirateur de Camus, qui décoche la première salve :

  • 3 Mouloud Feraoun, cité par Christiane Chaulet Achour, « Albert Camus face à la question algérienne » (...)

« J’ai lu La Peste et j’ai eu l’impression d’avoir compris votre livre comme je n’en avais jamais compris d’autres. J’avais regretté que parmi tous ces personnages, il n’y eût aucun indigène et qu’Oran ne fût à vos yeux qu’une banale préfecture française. Oh ! ce n’est pas un reproche. J’ai pensé simplement que s’il n’y avait pas ce fossé entre nous, vous nous auriez mieux connus. Vous vous seriez senti capable de parler de nous avec la même générosité dont bénéficiait les autres. Je regrette toujours de tout mon cœur que vous ne vous connaissiez pas suffisamment et que nous n’ayons personne pour nous comprendre, nous faire comprendre et nous aider à nous connaître nous-mêmes »3.

7« Une banale préfecture française »... Et ce « nous », à qui renvoie-t-il ? Qui exclut-il ? Les propos polis et feutrés de Mouloud Feraoun n’en cachent pas moins de l’amertume et de l’incompréhension. Ils mettent le doigt, pour la première fois, sur cet effacement des Algériens dans la fiction camusienne. Mouloud Feraoun pensait possible pour Camus d’écrire en Algérien qui connaît son pays et qui en porte les traces. La réponse de Camus, pour habile qu’elle soit, n’en demeure pas moins un aveu déguisé. Ce pas, il ne peut le faire et il le dit :

  • 4 Ibid.

« Ne croyez pas que si je n’ai pas parlé des Arabes d’Oran c’est que je me sente séparé d’eux. C’est que pour les mettre en scène, il faut parler du problème qui empoisonne notre vie à tous, en Algérie ; il aurait fallu écrire un autre livre que celui que je voulais faire. Et pour écrire cet autre livre d’ailleurs, il faut un talent que je ne suis pas sûr d’avoir – vous l’écrirez peut-être parce que vous savez, sans effort, vous placer au-dessus des haines stupides qui déshonorent notre pays »4.

8« Séparé d’eux », « empoisonne notre vie à tous », autant de marques linguistiques qui désignent deux parties distinctes. Ce nous inclusif qui rappelle l’existence d’entités différentes mais que l’on souhaite, au nom du refus de la haine, oublier, passer sous silence.

  • 5 Christiane Chaulet Achour, « Camus, Roblès, Sénac : le choc des humanismes », Berbères, revue de l’ (...)
  • 6 Yves Ansel, Albert Camus, totem et tabou, politique de la postérité, Rennes, Presses universitaires (...)
  • 7 Roger Fayolle, Comment la littérature nous arrive, Paris, Presses Sorbonne Nouvelle, 2009.

9La littérature va faire surgir les contradictions qui agitent les sociétés et montrer en quoi le roman ne peut échapper aux conditions de sa production comme il ne peut éviter de porter les marques de son histoire. Cette Algérie, qu’on le veuille ou non, est sous domination française et c’est le point de vue d’un pied-noir, avec toute sa générosité, son talent, mais aussi ses limites, qui s’exprime. D’un inconscient littéraire vont surgir les premières questions qui dérangent et qui, fatalement, vont embarrasser Albert Camus, qui n’arrive pas à penser l’Algérie en dehors de la France et qui passe à côté d’une histoire en mouvement. Une autre critique va également naître, moins encline à s’attacher uniquement à la poésie de la phrase. L’Algérie est entrée en guerre et, pour paraphraser Camus lui-même, bien nommer les choses évite les malentendus. Du malentendu algérien, Camus ne voudra jamais se défaire et l’Algérie pour lui ne peut exister qu’avec la France et dans la France. Si la France est injuste avec l’Algérie, le colonialisme, lui, n’existe pas. Il en appelle à un destin commun France / Algérie, vœu pieux, alors que la guerre est engagée et que le monde se recompose sur une base politique plus exigeante. L’humanisme camusien, sa générosité et son sens de la justice s’effondrent. « L’appel à la trêve civile », le 23 janvier 1956, lancé par Camus et présenté par Roblès comme « une entreprise purement humanitaire, et quasi désespérée dans cette période où le conflit algérien se transformait déjà en une guerre de plus en plus impitoyable aux feux des antagonismes et des passions »5, n’y peut rien. Cet humanisme arrivait trop tard et n’allait pas manquer de jeter une lumière plus franche, plus nette, sur la fiction camusienne. Ainsi, du roman à la politique et de la politique au roman, dans ce chassé-croisé, la réception critique de l’œuvre de Camus va trouver de nouveaux arguments et montrer un auteur tantôt encensé, tantôt critiqué, mais surtout un Camus vu sous un autre angle. Le livre d’Yves Ansel est, à cet égard, édifiant. Albert Camus : totem et tabou, politique de la postérité6 relit Camus à partir d’un prisme nouveau : « Comment la littérature nous arrive »7. Il met le doigt sur des questions qu’à la fin des années 1950 déjà, quelques amis algériens de Camus commençaient à se poser.

10Yves Ansel, revient sur les romans et le théâtre d’Albert Camus, recontextualise ses écrits et, à la lumière d’une approche althussérienne, se pose des questions. Qui est Meursault dans L’Étranger ? Un pied-noir. C’est lui qui parle et c’est lui qui voit. C’est son monde qui est le théâtre de toutes les actions qui se jouent. L’autre n’existe pas, l’Algérie est pied-noir et, probablement, à ses yeux l’Arabe n’est qu’un épiphénomène. Le meurtre ne serait-il pas une façon de refuser de partager le même espace ? Le meurtre non assumé : « la gâchette a cédé », écrit Camus, qui ouvre un vaste champ à la critique littéraire. La critique américaine, par la voix d’Alice Kaplan, rapporte le fait divers à l’origine de la genèse de L’Étranger :

  • 8 Interview avec Alice Kaplan et Tobias Wolff, le 17 janvier 2017.

« Une bagarre survenue sur une plage aux environs d’Oran entre un Européen d’Algérie et un Algérien arabe, à la veille de la Seconde Guerre mondiale. Il n’y a pas eu mort d’homme, mais plusieurs détails indiqueraient que Camus s’est inspiré de cet épisode pour L’Étranger. Les biographes ont interrogé l’Européen de la rixe, un homme nommé Raoul Bensoussan. C’était un juif algérien, de citoyenneté française – la nuance est importante. Ces deux biographes n’ont émis aucune curiosité envers l’Arabe qui était sur la plage ce jour-là. J’étais motivée par l’idée de retrouver la trace du “côté arabe” de l’histoire. En travaillant avec les archives du quotidien L’Écho d’Oran, à ma grande surprise, j’ai retrouvé l’article intitulé “Rixe sur la plage de Bouisseville”, où il s’agissait de Raoul Bensoussan. Et, plus surprenant, qui donnait le non de l’adversaire arabe »8.

11Voilà comment la littérature nous arrive, à coups de projecteur, à coups d’omissions aussi. En 1955, Roland Barthes avait déjà consacré un article à La Peste, auquel la critique universitaire officielle fait rarement référence. Il reprochait à Camus de sortir de l’histoire : « Seulement », disait-il, « le mal a quelquefois un visage humain, et ceci La Peste ne le dit pas. Se défendre de la Peste, et c’est en somme, en dépit des efforts du livre, problème de conduite plus que de choix »9. Cette obsession d’une certaine critique de faire de Camus le parangon de l’humanisme, de s’approprier à bon compte sa pensée, loin de servir l’auteur, l’asservit au contraire à une idéologie dont, probablement, lui-même se serait méfié. Sans doute le moraliste était-il sincère, sans doute voulait-il cette intégration totale de l’Algérie à la France mais, avec toute la bienveillance que l’on peut éprouver pour cet humanisme, ce dernier ne grandirait-il pas à reconnaître le colonialisme et, partant, le droit à l’Algérie de disposer d’elle-même ?

  • 10 Yves Ansel, Camus, totem et tabou : politique de la postérité, op. cit.

12Il y a chez Camus une vision de pied-noir algérien oublieux des blessures de l’histoire. Cet aspect particulier de son œuvre, Yves Ansel l’a fait parler pour conclure que c’est bien la fiction qui ment le moins dès lors qu’on l’interroge avec des outils renouvelés, à l’abri des commémorations complaisantes et n’excluant pas « les inquisitions de la vérité »10. La littérature nous vient de l’école, de l’université aussi, mais l’appareil conceptuel universitaire n’est pas neutre, ne saurait l’être, et c’est bien cela qui fait la richesse de la critique quand elle est à rebours, quand elle ne craint pas de porter haut et le plus loin possible l’étendard d’un vœu de vérité. Bien entendu, tous les points de vue, tous les commentaires, dès lors qu’ils se déploient dans un cadre rationnel et de bonne foi, sont, sinon acceptables, du moins légitimes. C’est dire que l’herméneutique littéraire ne connaît pas de limites mais souscrit à un pacte d’explication nécessaire. Ce pacte est le résultat d’un travail incessant qui ne minimise rien, qui ne grandit aucune performance sans l’avoir située et resituée dans son contexte historique, soumise au double éclairage d’une conscience critique qui indique le lieu d’où elle parle et explique comment elle en parle. Avec une morale et une éthique de l’amitié et du silence à la fois, Camus tient à distance la politique et ses romans, comme son théâtre, jouent habilement sur le rejet du mal sous toutes ses formes. « Ce visage humain » qu’évoque Roland Barthes nécessite le recours à la politique, et qui dit politique peut accepter, doit pouvoir accepter, aussi bien le dialogue que la rupture. La morale est trop ambiguë pour nous permettre de rompre avec le passé et accéder à une expérience commune de la vérité à partir de laquelle un protocole du changement ou « un changement orienté » serait établi. Ainsi l’héritage social et culturel complexe de Camus a résisté à sa morale. Sommé de s’expliquer sur ses propos tenus à l’égard de Camus, Roland Barthes répond :

  • 11 Roland Barthes, « Réponse de Roland Barthes à Albert Camus », in Œuvres complètes, 1, Paris, Seuil, (...)

« Vous me demandez de dire au nom de quoi je trouve la morale de La Peste insuffisante. Je n’en fais aucun secret, c’est au nom du matérialisme historique ! J’estime une morale de l’explication plus complète qu’une morale de l’expression »11.

13L’humanisme camusien a bien réussi, au niveau de ses prises de position politiques, à masquer une réalité historique, mais sa fiction, à la fois dans sa forme et dans son contenu, est plus retorse et révèle qu’un protocole de vérité, une expérience commune du changement, sont probablement les épreuves les plus difficiles à surmonter. Ici l’amitié d’Albert Camus pour ses frères algériens a trouvé ses limites. Malgré la générosité de l’écrivain, malgré une critique faite de trous et d’omissions, d’encensements et d’embellissements, le roman camusien a fini par interroger ses lecteurs. Ses derniers vont alors puiser dans cet héritage d’un maniement délicat la matière de leurs fictions et les écrivains algériens, en particulier, seront les plus en vue.

  • 12 Salim Bachi, Le dernier été d’un jeune homme, Paris, Flammarion, 2013.
  • 13 Salah Guemriche, Aujourd’hui, Meursault est mort, Tizi Ouzou, Éditions Frantz Fanon, 2017, e-book, (...)
  • 14 Kamel Daoud, Meursault, contre-enquête, Arles, Actes Sud, 2014.

14Salim Bachi dans Le dernier été d’un jeune homme12, Salah Guemriche dans Aujourd’hui Meursault est mort13et, bien entendu, Kamel Daoud avec Meursault, contre-enquête14, tous ont ravivé la flamme de l’histoire, chacun à sa façon, à la conquête de plus de vérité ou, à tout le moins, de la construction d’une histoire plus complète. Chacun livrant son expérience de lecture, ils disent tous leur embarras face à la mort de cet Arabe dont la filiation est absente, qu’ils ressentent comme un frère et qu’Albert Camus, leur idole de jeunesse, laisse choir à la fin de la première partie de L’Étranger, sans identité, sans existence.

15Dès le premier chapitre Kamel Daoud donne le ton. Son narrateur à la première personne s’adresse à un « tu » :

  • 15 Ibid., p. 11.

« Les gens en parlent encore, mais n’évoquent qu’un seul mort – sans honte vois-tu, alors qu’il y en avait deux, de morts. Oui deux. La raison de cette omission ? Le premier savait raconter, au point qu’il a réussi à faire oublier son crime, alors que le second était un pauvre illettré… »15.

16Le narrateur entreprend de raconter l’histoire qui n’a pas été racontée. La première phrase du livre est à cet égard éloquente : « Aujourd’hui, M’ma est encore vivante », qui répond en miroir à « Aujourd’hui, maman est morte ». Derrière l’attributif M’ma, c’est une langue qui parle, c’est l’Algérie. Elle va entrer dans l’histoire et ce roman, tout en étant un hymne à l’écriture camusienne, va redresser un tort. Ce tort, il le redresse dans la langue de celui qui a tué, mais cette langue, il va l’habiter à sa manière :

  • 16 Ibid., p. 12.

« c’est pourquoi je vais faire ce qu’on a fait dans ce pays après son indépendance : prendre une à une les pierres des anciennes maisons des colons et en faire une maison à moi, une langue à moi »16.

  • 17 Ibid., p. 23.

17Il s’agit bien d’une réappropriation d’une somme de lectures, d’une langue étrangère devenue « un bien vacant ». Le pari n’est pas facile et le risque est grand. Mais, fixant si haut son modèle ou sa cible, et constatant les limites de l’absence de voix – « comment dire ça à l’humanité quand tu ne sais pas écrire de livres »17 –, sa volonté n’en sera que plus forte. Ainsi va se jouer dans ce roman une scène inédite. À soixante-dix ans d’intervalle, deux narrateurs vont dialoguer. La construction d’un récit a pour corollaire la lecture et l’interprétation d’un autre. Si l’intertextualité a un sens, Meursault, contre-enquête lui donne une forme. Tout au long de son propos le narrateur-enquêteur mime le questionnement du lecteur et superpose des territoires, des quartiers arpentés soixante-dix ans plus tôt par le lecteur, aujourd’hui écrivain, en service commandé. Des indices de reconnaissance sont égrenés çà et là et traversent le temps. Ils produisent une nouvelle langue, celle du frère qui choisit de parler de Moussa, l’oublié de Meursault, tout en habitant la prose et la poésie de Meursault. Plaisir d’une langue apprise, apprivoisée, et douleur d’avoir été par cette langue même, par cet idiome, bafoué et nié. La quête, le désir de comprendre et de déconstruire le mécanisme de l’identité pour le reconstruire avec de nouvelles pièces, confère à Meursault, contre-enquête le double avantage de revendiquer une langue imposée par l’histoire et le droit de la faire parler d’une certaine histoire.

18Le narrateur, en tête à tête avec l’écriture, décompose et recompose des phrases, croise des temporalités et, en creux, assène quelques coups. L’Algérie est aux prises avec ses démons. La religion qui paralyse et obscurcit la pensée, au milieu d’un pastiche de L’Étranger, de fragments repris mot pour mot, à l’intérieur desquels Kamel Daoud invente sa voix et dépose ses phrases. Dans le matériau d’un autre, sans jamais lasser ou trébucher, il compose une symphonie personnelle à la fois en hommage à son écrivain fétiche et en solidarité avec cette Algérie arabe dont il fait parler un témoin.

19On sait que Camus a volontairement quitté l’Algérie pour la France dès 1940, tout en continuant à faire de brefs mais fréquents séjours dans son pays natal pour y rencontrer ses frères. Cet exilé volontaire avait coutume de dire qu’il « avait mal à l’Algérie comme on a mal au poumon ». Aujourd’hui, soixante-dix ans après, la littérature fait communiquer deux voix. Aux armes ont succédé des mots et des deux rives de la Méditerranée, en apparence apaisée, continuent d’arriver des questions, des doutes, des espoirs parfois. L’histoire rapproche, éloigne, puis rappelle à nouveau ses acteurs et, sans consommer une rupture totale, fait jouer une tragi-comédie qui semble s’éterniser. La Méditerranée, frontière poreuse entre le Nord et le Sud, est à la fois mortifère et grandiose. Elle livre ses secrets avec parcimonie et en surprend plus d’un. Les hommes politiques le savent et, pourtant, bien souvent leur communication vacille sitôt de l’autre côté de la rive. La rigueur, l’esprit cartésien, s’absentent un moment pour laisser la place à la passion, parfois au déni de vérité.

  • 18 Alain Badiou, Changer le monde. Séminaire, Paris, Fayard, 2017, p. 8.

20Ce qu’apporte la littérature, c’est une façon de comprendre le monde au-delà des célébrations montées de toutes pièces ou des anathèmes faits pour humilier et réduire. À la condition de se demander sans cesse « comment la littérature nous arrive », il est possible de se frayer un chemin dans la complexité de nos héritages. Ce chemin, souvent semé d’embûches, est une quête permanente qui nous ramène à notre existence et nous fixe des devoirs. « Le problème », écrit Alain Badiou, « est donc celui du lieu subjectif, d’où l’on peut concevoir, dans une subtile dialectique de l’immanence et du retrait, ce qu’est un changement orienté »18.

21C’est à ce changement que doit aspirer la Méditerranée par la voix de ceux ou de celles qui la portent, en conférant à cette voix un humanisme critique de vérité, constamment rappelé et expliqué.

Haut de page

Notes

1 Discours prononcé par André Malraux à la Maison de la Culture de Bourges le 18 avril 1964.

2 Albert Camus, préface à l’édition américaine de L’Étranger, 1955.

3 Mouloud Feraoun, cité par Christiane Chaulet Achour, « Albert Camus face à la question algérienne », Université populaire de Chambéry, le 14 octobre 2011.

4 Ibid.

5 Christiane Chaulet Achour, « Camus, Roblès, Sénac : le choc des humanismes », Berbères, revue de l’ACB (Association culturelle berbère), Dossier L’autre Camus, 2007, p. 36.

6 Yves Ansel, Albert Camus, totem et tabou, politique de la postérité, Rennes, Presses universitaires de Rennes, 2012.

7 Roger Fayolle, Comment la littérature nous arrive, Paris, Presses Sorbonne Nouvelle, 2009.

8 Interview avec Alice Kaplan et Tobias Wolff, le 17 janvier 2017.

9 Cité par Claude Coste, Presses Sorbonne Nouvelle, 2011. http://www.openedition.org/6540

10 Yves Ansel, Camus, totem et tabou : politique de la postérité, op. cit.

11 Roland Barthes, « Réponse de Roland Barthes à Albert Camus », in Œuvres complètes, 1, Paris, Seuil, 2002, p. 573.

12 Salim Bachi, Le dernier été d’un jeune homme, Paris, Flammarion, 2013.

13 Salah Guemriche, Aujourd’hui, Meursault est mort, Tizi Ouzou, Éditions Frantz Fanon, 2017, e-book, 2013.

14 Kamel Daoud, Meursault, contre-enquête, Arles, Actes Sud, 2014.

15 Ibid., p. 11.

16 Ibid., p. 12.

17 Ibid., p. 23.

18 Alain Badiou, Changer le monde. Séminaire, Paris, Fayard, 2017, p. 8.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Mustapha Bencheikh, « La complexité de nos héritages », Babel, 36 | -1, 73-83.

Référence électronique

Mustapha Bencheikh, « La complexité de nos héritages », Babel [En ligne], 36 | 2017, mis en ligne le 07 février 2018, consulté le 18 août 2018. URL : http://journals.openedition.org/babel/4955 ; DOI : 10.4000/babel.4955

Haut de page

Auteur

Mustapha Bencheikh

Université Internationale de Rabat

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Babel. Littératures plurielles est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Laboratoire Babel
  • Logo Université de Toulon
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • OpenEdition Journals