Navigation – Plan du site
Culture endogène et acculturation : fils de ses œuvres ?

Malika Mokeddem : la greffe biologique métaphore d’une interculturalité Nord-Sud

Nasser Benamara
p. 195-208

Résumés

L’Interdite de Malika Mokeddem dit la transgression des genres biologique et grammatical. La métaphore du « métissage en greffe » dont traite cet article dit « l’identité tissulaire » qui se moque des frontières dressées par la bêtise humaine, grâce au mélange des genres « sexe » et « origine ». Cette vision de l’identité mixte, voire plurielle, permet d’explorer autrement la redéfinition de la notion d’identité en renouvelant l’idée de métissage et de syncrétisme et, partant, en déconstruisant les stéréotypes du genre.

Haut de page

Texte intégral

1L’œuvre de Malika Mokeddem, commencée au début des années 90, reste l’une des écritures algériennes les plus singulières de par le pari qui est le sien d’exister singulièrement comme écriture, écriture rebelle qui œuvre à battre en brèche les amalgames et les jugements simplistes véhiculés de par le monde à l’encontre des femmes, et qui ne considèrent pas que les Algériennes représentent un groupe monolithique, se refusant à se déclarer porte-parole, revendiquant un territoire d’écriture.

2Malika Mokeddem écrit des livres de transgression. Elle a toujours été du côté de la rébellion, jamais de la soumission. Elle se définit comme « une femme de frontières » qui refuse tous les enfermements, que ce soit dans un territoire ou dans une tradition. Ce qui lui permet, en demeurant au dehors, de conserver une capacité de discernement, de lucidité et de liberté dans le regard qu’elle porte sur son pays, qui reste la matière, le sujet dominant de son écriture.

3Sa production romanesque révèle au fil du temps, de 1991 à 2011, au travers de dix romans, des discours variés ainsi qu’une information politique et sociale aisément repérable.

  • 1 Yolande Aline Helm, Malika Mokeddem, envers et contre tout, Paris, L’Harmattan, 2000, p. 7.

4Cependant, c’est depuis le désert de l’enfance qu’il faut tenter de lire et de relier entre eux les romans de Malika Mokeddem. Des romans qui touchent aux origines et à la transgression des origines. Un métissage aussi bien biologique – Malika Mokeddem étant « fille du désert et de l’oralité, petite fille d’une nomade bédouine, héritière du sang noir d’une ancêtre africaine » – que culturel, selon Yolande Aline Helm qui affirme que « son identité s’est aussi nourrie de la culture occidentale transmise par les lectures et l’écriture »1.

5C’est en 1977 que Malika Mokeddem quitte l’Algérie, bien avant les exodes massifs. Besoin était d’aller finir ses études ailleurs, d’être plus libre. Elle ira jusqu’à refuser une bourse de l’État, pour ne rien lui devoir et s’en sortir par ses propres moyens. Devenue médecin, en exil en France, le refuge dans la lecture ne suffira pas :

  • 2 Malika Mokeddem, « De la lecture à l’écriture : résistance ou survie ? », La Nouvelle République, 2 (...)

« Encore une fois, j’ai essayé de trouver refuge dans la lecture. Mais je ne pouvais plus y entrer. Le trop plein de mots et de maux en moi muets, depuis si longtemps, m’avaient saturée. Il ne me restait plus dans ma tête d’espace disponible aux mots des autres. Non-dits refoulés, sabrés, oubliés, secrets, couvés, morts nés […]. Il y avait surpopulation d’inexprimés en moi »2.

6Après une scolarité primaire à Kenadsa, des études secondaires à Béchar, Malika Mokeddem entame des études de médecine à l’Université d’Oran, études qu’elle poursuivra à Paris, puis à Montpellier, en se spécialisant en néphrologie. C’est en 1985, après l’obtention du diplôme de néphrologue, qu’elle interrompt ses activités professionnelles pour se consacrer à l’écriture. C’est donc en France, à Montpellier, qu’elle conquiert l’espace nécessaire à l’écriture. Cette double appartenance lui offre le recul nécessaire pour aiguiser son esprit critique, sa lucidité entre les deux rives.

7Il est donc important de ne pas cantonner ces littératures à une littérature féministe militante et de les appréhender comme une culture, une langue, voire une vision du monde, autres. C’est ce que souligne Mireille Calle-Gruber à propos du renouvellement de la littérature française par l’écriture des femmes :

  • 3 Mireille Calle-Gruber, Histoire de la littérature française du XXe siècle ou les repentirs de la li (...)

« C’est un art exigeant, à l’écoute des différences, du pluriel, de l’altérité, du corps et de la lettre […]. Les littératures au féminin […] sont réinvention de la langue contre le logocentrisme ; réinterprétation de notre héritage culturel contre la doxa ; désir de passage à l’autre et d’adresse à l’étranger »3.

8C’est ce besoin d’exprimer l’imaginaire du monde, ce qu’Édouard Glissant appelle « l’imaginaire de la totalité-monde » défini comme « un rhizome dans lequel tous ont besoin de tous » à partir d’un lieu et d’une culture, en l’occurrence le désert, qui forgera, chez Malika Mokeddem, cette poétique de l’ouverture, du déplacement, de l’errance, qui n’entre pas en contradiction avec l’enracinement.

  • 4 Édouard Glissant, Introduction à une poétique du divers, Montréal, PUM, 1995, p. 62.
  • 5 Id. ibid.

9C’est justement en ce sens que nous considérons que la poétique au féminin singulier de Malika Mokeddem est conjuguée à une pensée qui préserve de l’esprit de système, fonctionne selon le principe des mythes fondateurs, et qui, ainsi que l’explique Édouard Glissant, vise à « consacrer la présence d’une communauté sur un territoire, en rattachant par filiation légitime cette présence, ce présent, à une Genèse, à une création du monde »4. Ainsi, selon Édouard Glissant, la filiation et la légitimité garantissent la force et supposent la fin de ce mythe : la légitimation universelle de la présence de la communauté, à l’exemple du fonctionnement de ce qu’on appelle l’Histoire5. L’Histoire, fille du mythe fondateur, sera revisitée par Malika Mokeddem dans une écriture qui s’exerce envers et contre sa légitimation même.

10Les romans de Malika Mokeddem, à l’instar des romans algériens d’expression française écrits dans une situation d’exil, insistent sur le thème de l’expérience de l’émigration-immigration, ainsi que sur la rupture rigoureuse avec une définition identitaire par l’origine. Les discours d’ordres historique, politique ou social, basés sur l’idée de l’homogénéité et de l’unité, par souci de légitimité, sont battus en brèche par des écrivains, à l’image des auteurs sensibles à la critique post-coloniale, qui visent à étaler dans leurs fictions que toute vision monolithique et unitaire d’une nation, d’une culture ou d’une identité sert avant tout à asseoir et à légitimer une idéologie, une construction imaginaire.

  • 6 Benjamin Stora, Histoire de l’Algérie depuis l’indépendance, Paris, La Découverte, 1995, p. 73.

11L’exemple le plus frappant, à nos yeux, reste l’historiographie algérienne qui présente une histoire basée sur l’oubli délibéré de faits et d’événements, ainsi que l’explique Benjamin Stora : « L’histoire officielle a institué des repères, construit sa propre légitimité, effacé toute démarche pluraliste. Elle a, en fait, fabriqué de l’oubli »6. Aussi n’est-ce pas par hasard si Malika Mokeddem, notamment dans ses deux premiers romans, a abordé l’écriture par le détour du conte, lui-même pratique du détour qui s’exerce singulièrement contre l’inflexibilité de la filiation.

Rupture avec une définition identitaire par l’origine

  • 7 Nasser Benamara, Pratique d’écritures de femmes algériennes des années 90. Cas de Malika Mokeddem, (...)

12Les espaces signifiants qui nous semblent donc pertinents pour aborder la poétique de l’auteure s’organisent autour d’un point de départ qui réside dans « la rupture avec une définition identitaire par l’origine » autour duquel s’articulent dans un premier temps, au niveau de l’écriture, le recours au conte, à l’oralité du conte, et, dans un deuxième temps, « le recours à l’autobiographie »7 pour reconstruire les points nodaux ayant amené l’auteure, en tant que femme, à cette ultime liberté qui est celle d’écrire, par où elle peut échapper à l’imposition d’une tradition patriarcale musulmane marquant le traditionnel partage des pratiques sociales selon des critères d’appartenance sexuelle.

13La définition que donne le Petit Robert de l’identité mobilise les notions d’« homogénéité » et d’« unité », impliquant explicitement l’idée d’« exclusion » de tout ce qui n’est pas « identique » :

Caractère de ce qui est identique ;
Caractère de ce qui est un ;
Caractère de ce qui demeure identique à soi-même.

14De par sa position d’écrivaine femme algérienne, Malika Mokeddem redéfinit, en fait, la notion d’identité telle que représentée par le discours théorique postcolonial et par le discours féministe, ainsi que le rappelle Birgit Mertz-Baumgartner :

  • 8 Birgit Mertz-Baumgartner, « Identité et écriture rhizomiques au féminin », in Malika Mokeddem, Pari (...)

« Du point de vue de la théorie féministe française, la pensée de la racine unique telle qu’elle est présentée par Édouard Glissant serait l’expression par excellence d’une société patriarcale. Dominée par des normes masculines, celle-ci définit le différent, le féminin, par la négativité, par l’absence et le manque et tend à réduire l’Autre, l’Étranger, dans l’économie du Même pour se l’approprier »8.

  • 9 Id. ibid.

15L’œuvre de Malika Mokeddem s’inscrit bien dans la lignée de la théorie féministe, à contre-courant de la pensée de la racine unique, dans le sens où elle prend ses distances par rapport à une identité figée et unitaire telle que définie par le concept de la « déterritorialisation » forgé par Gilles Deleuze et Félix Guattari, et qui signifie une rupture avec les périphéries traditionnelles et les anciens repères en permettant une liberté vis-à-vis des origines à travers une re-création du sujet, voire l’exploration d’une nouvelle identité féminine. Les notions deleuziennes de « rhizome » et de « déterritorialisation » dénotant une « poétique du divers », refus d’une racine unique telle que définie par Édouard Glissant, « remplaçant l’idée de l’unicité par celle de la multiplicité, l’exclusion par la relation, la vocation d’enracinement par la vocation à l’errance, la profondeur par l’étendue, la route par la race »9, nous permettront de cerner ce sujet nomade au féminin, valorisant les territoires de l’errance, de la marge, de l’entre-deux, se réinventant sans cesse dans ses déplacements, selon le principe de la marche des nomades que tente de reconstruire l’écriture de Malika Mokeddem.

  • 10 Édouard Glissant, Introduction à une poétique du divers, op. cit., p. 23.
  • 11 Ibid., p. 15.

16À cette pensée de l’Un, de l’unité, qui implique que « toute identité est une identité à racine unique et exclusive de l’autre »10, Glissant oppose le modèle d’une culture composite, « créolisée » : « une rencontre d’éléments culturels venus d’horizons absolument divers et qui réellement se créolisent, qui réellement s’imbriquent et se confondent l’un dans l’autre pour donner quelque chose d’absolument imprévisible, d’absolument nouveau »11. Ces nouvelles voix qui s’élèvent à l’intérieur de la littérature francophone rassemblent tous les éléments qui justifient de parler de « sujet nomade », voire de conscience nomade autorisant une liberté vis-à-vis des origines.

17Des thèmes fortement autobiographiques nourrissent son œuvre. Le désert y fait figure de repère fondamental, espace métonymique et métaphorique, espace complexe, lieu d’enfermement et de mort. La Méditerranée lui fait pendant en tant qu’espace bénéfique, que champ transculturel d’errance et de nomadisation qui lui restitue le caractère de son désert natal, symbole de refus des frontières permettant de dépasser la notion d’identité unique par l’ancrage territorial.

18L’« entre-deux » se manifeste à tous les niveaux, insistant sur la difficulté de se définir à travers l’ambiguïté de la différenciation sexuelle qui oriente la lecture des corps féminins des personnages. Ainsi de Sultana et de Vincent le Français, à travers la métaphore de la greffe, de Yasmine la « Hartania », la métisse, ou encore de Zohra. C’est cette greffe biologique comme métaphore d’une interculturalité Nord-Sud dont nous avons choisi de traiter ici pour mettre en avant l’originalité avec laquelle est traitée par Malika Mokeddem la problématique de l’Étranger au prisme des cultures.

La greffe biologique comme métaphore d’une interculturalité Nord-Sud

19Dans L’Interdite, ce métissage en greffe dit « l’identité tissulaire » qui se joue des frontières érigées par la bêtise humaine, grâce au mélange des genres « sexe » et « origine ». Cette vision de l’identité mixte, plurielle même, annoncée par le choix de l’épigraphe, extrait du Livre de l’intranquillité de Fernando Pessoa, permet d’explorer autrement la redéfinition de la notion d’identité en renouvelant l’idée de métissage et de syncrétisme, et en déconstruisant les stéréotypes du genre :

« Il y a des êtres d’espèces différentes dans la vaste colonie de notre être, qui pensent et sentent diversement […].

Et tout cet univers mien, de gens étrangers les uns aux autres, projette, telle une foule bigarrée mais compacte, une ombre unique – ce corps paisible de quelqu’un qui écrit […] ».

20La citation de Michel Serres à propos de l’homme métis semble convenir parfaitement à la vision romancée de Malika Mokeddem de ce que devrait être l’homme en situation d’être et de devenir :

  • 12 Michel Serres, « Les corps mêlés », in L’Identité française, Actes du colloque tenu à Paris, Paris, (...)

« Toujours quelque chose dans mon corps me rapproche d’un homme. Ce n’est pas mon universalité théorique et intellectuelle prétendue, c’est mon métissage corporel, acquis dans la vie. Il faut partager tant de choses avec tant d’hommes, que je porte dans mon corps un mélange de formes, de gestes, de mots et de couleurs. La connexion du local et du global réside dans ce mélange-là […]. Chaque singulier, inimitable, porte en lui de quoi ressembler au prochain »12.

21Le métissage, étranger à la notion de clôture, détruirait donc le mythe du retranchement en soi. Le personnage de Yasmine, qui a la peau foncée, n’est pas métis du fait de la couleur de sa peau mais parce que son père et sa mère appartiennent à des groupes culturels différents. Le métis est le résultat d’une transgression et celui-ci apparaît comme une « corruption » de la pureté, avec les problèmes d’identité que cela pose. Yasmine et Nedjma, dans Le Siècle des sauterelles, ou Nora Carson dans N’Zid, incarnent le métissage selon un mouvement perpétuel générateur de nouvelles entités culturelles. C’est, paradoxalement, une source de différenciation. Il ne suffit pas de paraître « entre deux » pour être métis. Les enfants métis ne sont ni l’un ni l’autre mais d’un troisième type, et c’est précisément leur spécificité. Le métissage des origines est déjà inscrit dans le corps des femmes, dans le tatouage de la grand-mère, la conteuse Zohra, dans le corps de Yasmine et de sa mère Nedjma.

22Cette première trace du corps permettant d’effectuer un retour sur le passé pour dire la complexité des histoires individuelles est nécessaire à Malika Mokeddem dans sa critique des valeurs de l’identité basée sur la notion de pureté et de totalité. L’Interdite s’ouvre sur l’arrivée de Sultana à l’aéroport de Tammar, dans le Sud algérien, et se termine par l’annonce de son départ en France, quelques jours plus tard.

23Elle vit la tragédie qui déchire son pays natal à la fois en tant que médecin que comme femme intervenant dans un monde masculin. La liberté du présent de l’exil et l’amère réalité du pays l’amènent à refaire son identité, qui ne peut se situer qu’à la jonction de deux mondes : la France, espace de refuge et d’ouverture, et l’Algérie, espace du passé, d’un passé de douleur, d’amour perdu, celui de Yacine, le médecin kabyle mort dont l’enterrement l’amènera à faire retour ; passé de mort, mort de sa mère tuée par son père.

  • 13 Julia Kristeva, Étrangers à nous-mêmes, Paris, Fayard, 1988, p. 23.

24Dans L’Interdite, Sultana essaie de concilier sa vie d’exil en France et le défi de son passé algérien à Ain Nekhla, où les villageois l’appelaient l’interdite. Cependant, pour Sultana, être étranger n’est pas un drame : « C’est une richesse tourmentée. C’est un arrachement grisé par la découverte et la liberté et qui ne peut s’empêcher de cultiver ses pertes » (L’Interdite, 23). Et ce quand bien même, pour Julia Kristeva, c’est l’absolu de cette liberté qui « s’appelle pourtant solitude »13.

25L’étrangeté de Sultana remonte à son père, lui aussi étranger pour venir d’une autre tribu, les Châamba. Cette étrangeté fait naître l’idée d’un ailleurs refusé. C’est cette différence qui a touché Sultana dès son plus jeune âge. L’arrivée de l’héroïne dans son village est problématique du fait de cette différence de clan dont elle est porteuse ainsi que de par son histoire à l’étranger. Seul le tissage entre différents langages, cultures, races et sexes peut sauver les personnages de Malika Mokeddem.

  • 14 Françoise Lionnet, Autobiographical Voices: Race, Gender, Self Portraiture, Ithaca, Cornell UP, 198 (...)

26C’est donc l’histoire d’une femme métissée par deux cultures qui est racontée, une femme qui entre dans un espace à découvrir. Pour Françoise Lionnet, le monde du métissage est un « domaine indéterminé »14. C’est ce domaine indéterminé que l’écriture de Malika Mokeddem tente d’explorer en disant une identité féminine à la recherche d’elle-même, une pluralité identitaire que le texte veut assumer aussi bien dans la terre d’exil que dans la terre d’origine. Ainsi, la métaphore de la greffe biologique permet de renforcer le métissage de l’héroïne à travers cette identité plurielle.

27Le syncrétisme culturel des personnages demeure néanmoins, selon nous, moins percutant que le métissage biologique, ce « métissage en greffe » que subit le personnage-narrateur, Vincent, et qui ne passe pas par la grille de l’intellect dans ses effets de lecture.

28Ce métissage se lit dans la greffe que subit Vincent, le Français – le deuxième narrateur qui répond en écho à la première narratrice, Sultana –, qui reçoit le rein d’une femme algérienne décédée qu’il ne connaît pas. Vincent est non seulement ramené à la vie par la greffe de ce corps étranger, mais également au désir de l’autre. Vincent est conduit dans le Sud algérien par la recherche de son autre moitié. Ce propos sonne en quelque sorte, selon l’auteur, comme « un pied de nez à tout ce discours sur les races qu’on nous fait » (L’Interdite, 47). Car Vincent sait que l’identité tissulaire se moque des frontières érigées par les lois et les hommes :

« La chirurgie a incrusté en moi deux germes d’étrangeté, d’altérité : l’autre sexe et une “race”. Et l’enracinement dans mes pensées du sentiment de double métissage de ma chair me poussait irrésistiblement vers les femmes et vers cette autre culture, jusqu’alors superbement ignorée » (L’Interdite, 42).

29Le métissage de la chair vaut reconnaissance du corps féminin en même temps que, métaphoriquement, il donne corps au désir de féminité. Vincent, conscient de sa « nouvelle identité », entreprend une quête « chevaleresque » à la recherche de sa « jumelle algérienne ». Le don d’organe d’une donneuse morte va provoquer dans, le corps de Vincent, une une envie irrésistible de connaître l’étrangère.

30Pour Jean-Luc Nancy, l’intrus

  • 15 Jean Luc Nancy, L’Intrus, Paris, Galilée, 2000, p. 11-12.

« […] s’introduit de force ou par ruse, en tout cas sans droit ni sans avoir été d’abord admis. Il faut qu’il y ait de l’intrus dans l’étranger, sans quoi il perd son étrangeté […]. Une fois qu’il est là, s’il reste étranger, aussi longtemps qu’il le reste, au lieu de simplement se “naturaliser”, sa venue ne cesse pas : il continue à venir, et elle ne cesse pas d’être à quelque égard une intrusion : c’est-à-dire sans droit et sans familiarité, sans accoutumance, et au contraire d’être un dérangement, un trouble dans l’intimité »15.

  • 16 Ibid., p. 12.

31Le motif de la greffe d’un corps étranger, de l’intrus, fonctionne comme une intrusion dans nos certitudes qui, modifiant en profondeur le receveur, bouscule son appréhension de l’étranger. Pour autant, selon Jean-Luc Nancy, « Cette correction morale suppose qu’on reçoive l’étranger en effaçant sur le seuil son étrangeté : elle veut donc qu’on ne l’ait point reçu. Mais l’étranger insiste, et fait intrusion. C’est cela qui n’est pas facile à recevoir, ni peut-être à concevoir »16.

32La présence de Sultana, ou son intrusion, ne se fera pas sans heurts. Elle est source de fracture d’avec des traditions séculaires de domination des femmes. Sultana apprend l’altérité dans un espace dysphorique, violent.

33Le ressourcement, la reconstruction, viendront peut-être de la relation amoureuse avec Vincent, l’autre voix/e que représente ce Français à la recherche de sa donatrice algérienne, qui incarnera l’identité plurielle dans son corps métissé, féminisé. La femme n’apparaît pas seulement comme un corps doublement étranger, femme et Algérienne, mais comme élément désirable, en dépit des discours haineux tenus sur la femme dans l’Algérie des années 90. D’ailleurs, arrivé en Algérie, Vincent ne trouve que des rues vidées de femmes.

  • 17 Christine Renaudin, « Guérir, dit-elle, le double pouvoir de la médecine et de l’écriture », in Yol (...)
  • 18 Yolande Aline Helm, Malika Mokeddem, envers et contre tout, op. cit., p. 226.
  • 19 Ibid., p. 228.

34« L’absence féminine est comparable à l’absence de la morte qu’il porte désormais en lui »17, avance Christine Renaudin dans un article critique qui traite d’un aspect important dans la vie et dans l’écriture de Mokeddem, en concluant par une analyse révélatrice de la fameuse greffe du rein qui constitue un « modèle médical d’intégration sociale »18. Une « intégration de l’autre »19, une vision d’espoir pour l’Algérie.

35Vincent, en s’adressant à Sultana, établit le parallèle entre la « greffe médicale », avec toutes ses conséquences sur les traitements immunosuppresseurs pour pallier le rejet par le système immunitaire, et l’étranger, cet « intrus » difficile à accepter, à intégrer en soi :

« Il en va de la greffe comme de toute intégration d’“étranger”. Un travail d’acceptation réciproque est nécessaire : travail chimique exercé par les remèdes pharmaceutiques sur le corps des patients, pour l’une, remèdes pédagogiques sur le corps social, pour l’autre » (L’Interdite, 26).

36Ainsi, selon Jean-Luc Nancy :

  • 20 Jean Luc Nancy, L’Intrus, op. cit., p. 31.

« La possibilité du rejet installe dans une double étrangeté : d’une part, celle de ce cœur greffé, que l’organisme identifie et attaque en tant qu’étranger, et d’autre part, celle de l’état où la médecine installe le greffé pour le protéger. Elle abaisse son immunité, pour qu’il supporte l’étranger. Elle le rend donc étranger à lui-même, à cette identité immunitaire qui est un peu sa signature physiologique »20.

  • 21 Ibid., p. 31.

37Ce qui se manifeste est moins la femme, l’étrangère, que l’autre immunitaire insubstituable qu’on a pourtant substitué. L’intrusion mortelle de l’intrus doit être traitée car, s’« il y a l’intrus en moi […], je deviens étranger à moi-même »21. Les personnages aux multiples identités se révèlent tous étrangers à eux-mêmes, en référence à l’expression consacrée de Julia Kristeva. La réduction de l’identité à l’Un est d’emblée écartée :

« Mon identité butine à son gré, fait son miel et mâtine ses vieux tanins. Elle mélange, accommode. Elle ne renie rien. Je suis un éclectique, un arlequin, dirait Michel Serres » (L’Interdite, 87).

38Ce prétexte narratif original explore à sa façon la quête identitaire à travers le thème du métissage et du syncrétisme qui remet en question le monolithisme en jouant sur des registres contradictoires. Ainsi les personnages de « la marge », habitant le désert, à l’exemple de Yacine, Salah et Dalila, dans L’Interdite, et de Mahmoud, El Madjnoun, Yasmine et Bénichou le Juif, dans Le Siècle des Sauterelles, disent-ils le déplacement, la contradiction.

39Entre rupture et mémoire, Sultana est, comme elle le dit à Salah, « sur une ligne de fracture, dans toutes les ruptures […]. Dans un entre-deux qui cherche ses jonctions entre le Sud et le Nord, ses repères dans deux cultures » (L’Interdite, 65-66).

40Le métissage, tel que traité à travers cette métaphore, nous apparaît comme un concept important chez Malika Mokeddem, qui a commencé sa vie dans le désert – espace du possible où se forgent des alliances entre Berbères, Juifs, Arabes et Français – et qui vit actuellement à Montpellier, dans une région méditerranéenne qui reste un espace hybride et métissé, lieu de rencontre de cultures diverses, du Nord au Sud. Au-delà de ce « métissage en greffe », ce versant du roman dit aussi l’amour de la vie par-delà la maladie, et l’amour du désert revisité, réécrit.

Haut de page

Bibliographie

Corpus d’étude

Mokeddem Malika, L’Interdite, Paris, Grasset, 1993.

Mokeddem Malika, N’Zid, Paris, Seuil, 2001.

Mokeddem Malika, Le Siècle des sauterelles, Paris, Ramsay, 1992.

Ouvrages critiques

Benamara Nasser, Pratique d’écritures de femmes algériennes des années 90. Cas de Malika Mokeddem. Dissertation, sous la dir. du Professeur Farida Boualit, Université de Béjaia et sous la co-direction du Professeur Mireille Calle-Gruber, Université de Paris 3, Sorbonne Nouvelle, 07 Juillet 2010.

Calle-Gruber, Mireille. Histoire de la littérature française du XXe siècle ou les repentirs de la littérature, Paris, Honoré Champion, 2001.

Deleuze Gilles et Guattari Félix, Mille Plateaux, Montréal, PUM, 1995.

Glissant Édouard, Introduction à une poétique du divers, Montréal, PUM, 1995.

Helm Yolande Aline (dir.), Malika Mokeddem, envers et contre tout, Paris, L’Harmattan, 2000.

Kristeva Julia, Étrangers à nous-mêmes, Paris, Fayard, 1988.

Lionnet Françoise, Autobiographical Voices : Race, Gender, Self Portraiture, Ithaca, Cornell UP, 1989.

Mokeddem Malika, « De la lecture à l’écriture : résistance ou survie ? », La Nouvelle République, 231 (6-7 novembre 1998).

Najib Redouane, Bénayoun-Szmidt Yvette, Elbaz Robert (dir.), Malika Mokeddem, Paris, L’Harmattan, 2003.

Nancy Jean Luc, L’Intrus, Paris, Galilée, 2000.

Renaudin Christine, « Guérir, dit-elle, le double pouvoir de la médecine et de l’écriture », in Yolande Aline Helm (dir.), Malika Mokeddem, envers et contre tout, Paris, L’Harmattan, 2000, p. 215-28.

Serres Michel, « Les corps mêlés », in L’identité française, Actes du colloque tenu à Paris, Paris, Tierce, 1972.

Stora Benjamin, Histoire de l’Algérie depuis l’indépendance, Paris, La Découverte, 1995.

Haut de page

Notes

1 Yolande Aline Helm, Malika Mokeddem, envers et contre tout, Paris, L’Harmattan, 2000, p. 7.

2 Malika Mokeddem, « De la lecture à l’écriture : résistance ou survie ? », La Nouvelle République, 231, 6-7 novembre 1998, p. 6-7.

3 Mireille Calle-Gruber, Histoire de la littérature française du XXe siècle ou les repentirs de la littérature, Paris, Honoré Champion, 2001, p. 30.

4 Édouard Glissant, Introduction à une poétique du divers, Montréal, PUM, 1995, p. 62.

5 Id. ibid.

6 Benjamin Stora, Histoire de l’Algérie depuis l’indépendance, Paris, La Découverte, 1995, p. 73.

7 Nasser Benamara, Pratique d’écritures de femmes algériennes des années 90. Cas de Malika Mokeddem, thèse, Université de Béjaia / Université de Paris 3 – Sorbonne Nouvelle, 2010, p. 4.

8 Birgit Mertz-Baumgartner, « Identité et écriture rhizomiques au féminin », in Malika Mokeddem, Paris, L’Harmattan, 2003, p. 124.

9 Id. ibid.

10 Édouard Glissant, Introduction à une poétique du divers, op. cit., p. 23.

11 Ibid., p. 15.

12 Michel Serres, « Les corps mêlés », in L’Identité française, Actes du colloque tenu à Paris, Paris, Tierce, 1972.

13 Julia Kristeva, Étrangers à nous-mêmes, Paris, Fayard, 1988, p. 23.

14 Françoise Lionnet, Autobiographical Voices: Race, Gender, Self Portraiture, Ithaca, Cornell UP, 1989, p. 6.

15 Jean Luc Nancy, L’Intrus, Paris, Galilée, 2000, p. 11-12.

16 Ibid., p. 12.

17 Christine Renaudin, « Guérir, dit-elle, le double pouvoir de la médecine et de l’écriture », in Yolande Aline Helm (dir.), Malika Mokeddem, envers et contre tout, Paris, L’Harmattan, 2000, p. 227.

18 Yolande Aline Helm, Malika Mokeddem, envers et contre tout, op. cit., p. 226.

19 Ibid., p. 228.

20 Jean Luc Nancy, L’Intrus, op. cit., p. 31.

21 Ibid., p. 31.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Nasser Benamara, « Malika Mokeddem : la greffe biologique métaphore d’une interculturalité Nord-Sud », Babel, 36 | -1, 195-208.

Référence électronique

Nasser Benamara, « Malika Mokeddem : la greffe biologique métaphore d’une interculturalité Nord-Sud », Babel [En ligne], 36 | 2017, mis en ligne le 07 février 2018, consulté le 20 septembre 2018. URL : http://journals.openedition.org/babel/5034 ; DOI : 10.4000/babel.5034

Haut de page

Auteur

Nasser Benamara

Université Montpellier III

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Babel. Littératures plurielles est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Laboratoire Babel
  • Logo Université de Toulon
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • OpenEdition Journals