Navigation – Plan du site
Note de lecture

Ewa Tartakowsky, Les Juifs et le Maghreb. Fonctions sociales d’une littérature d’exil, Tours, Presses Universitaires François Rabelais, coll. « Migrations », 2016, 330 p.

Samuel Everett
p. 259-263

Texte intégral

1Ewa Tartakowsky nous propose une étude inédite (issue de sa thèse de doctorat) d’une très grande finesse.

2Elle s’y arrête, avec un sens du détail extraordinaire, sur les différents termes qu’articule le titre, lesquels relèvent d’une complexité aigüe et recouvrent chacun une problématique singulière. Ainsi l’étude traite-t-elle de l’histoire minorée des juifs d’Afrique du Nord depuis leur arrivée en France par rapport à une population ashkénaze et française de plus longue date, dont la mémoire génocidaire est prédominante dans l’histoire juive. Ewa Tartakowsky interroge la pertinence de la sociologie comme grille de lecture pour la littérature et l’intérêt de la littérature pour la sociologie. À partir de là, elle se demande comment l’on compose avec le texte. Car, pour l’auteure, le matériau littéraire (du point de vue de sa véracité et de la fonction testimoniale qu’il assume) présente un intérêt indéniable pour les sciences sociales. De plus, l’auteure retient la thématique littéraire de l’exil en cela qu’elle permet d’accéder à la question identitaire de la population concernée. Ainsi, chaque mot du titre relève-t-il de choix concertés dans la mesure où l’auteure aurait pour chacun d’eux pu s’arrêter à d’autres options. Ces tensions lexicales et conceptuelles sont présentes à tous les niveaux : juif-arabe ou juifs d’Afrique du Nord vs. juifs du Maghreb pour la question identitaire ; sociologie et texte pour le matériau et, pour l’exil : diaspora, ou population postcoloniale.

3L’acuité de l’auteure s’insinue jusque dans la conjonction de coordination « et » entre « les Juifs » et « le Maghreb », qui permet de dresser un tableau plus large d’un point de vue géographique comme sociologique que ne l’aurait permis l’expression « les juifs DU Maghreb », qui aurait réduit la perspective. Plus avant dans le titre, les « fonctions sociales » considérées sont indicielles des multiples méthodologies, qualitatives et quantitatives, en même temps qu’elles comprennent le matériau biographique et d’analyse de discours, offrant ainsi une approche pluridisciplinaire. En effet, l’idée de jeu littéraire (pour aller au-delà du champ) chère à Bertrand Lahire (2010) traverse l’ouvrage de Tartakowsky. Son choix du mot « exil » est aussi judicieux tant le terme de « diaspora » s’avère quelque peu galvaudé dans le champ public et de recherche où il est pris en étau par des postcolonial studies considérées comme étant de parti pris en France et, donc, mises au ban de la recherche. Néanmoins, l’auteure ne nie pas la pertinence conceptuelle et analytique de ces approches. Or, pour Ewa Tartakowsky, le topos de l’exil, associé au parcours de l’exilé(e), aurait aussi une fonction à la fois pédagogique et heuristique puisque, en raison de son ancrage dans l’entre-deux rives, elle nous renseigne sur les nouveaux modes de pensée et l’émergence de modèles culturels et linguistiques qui produisent des perspectives mixtes et inédites (p. 25 ; 266).

4Pour aborder le champ social du littéraire, cette étude repose sur une méthodologie au croisement de plusieurs disciplines, anthropologique, sociologique (quantitative et qualitative) et de critique littéraire, pour aborder le champ social du littéraire en rapprochant analyses de production et analyses d’interprétation des ouvrages. Les tableaux graphiques placés au cœur de la monographie résument toute la différence de l’approche méthodologique des recherches d’Ewa Tartakowsky, qui ajoute une nouvelle dimension aux travaux bibliographiques de Guy Dugas sur les juifs du Maghreb de langue française. Alors que ce dernier a constitué une bibliographie extensive des auteurs juifs d’Afrique du Nord et de leurs ouvrages en langue française, Ewa Tartakowsky, quant à elle, a construit un corpus focalisé sur le thème de l’exil (p. 83 ; 114 ; 133) puis elle a analysé ces œuvres en déployant des méthodes de type sociologique en partant de l’évolution de leur production, se basant par exemple sur la comparaison annuelle entre production littéraire et historiographique, (p. 243-45) et sur la profession/carrière des auteurs (p. 87-95). Grâce aux travaux statistiques, ces graphiques ajoutent une dimension très intéressante à l’étude et dégagent des pistes de réflexion quant à cette production (sur l’exil) qui perdure, parfois même de manière intergénérationnelle. Ils permettent aussi de saisir les effets d’une œuvre sur la construction identitaire au niveau des évolutions sociales de la société accueillante, la France.

5La monographie démontre aussi une corrélation entre production des ouvrages et conjoncture socio-historique et les batailles de mémoires que connaît la France. La dimension statistique de l’ouvrage n’est pas dénuée d’épaisseur humaine et affective. L’auteure recoupe par exemple les données d’un certain nombre de « profils-types », qui vont d’auteurs d’ouvrages en autoédition ou à compte d’auteur (dominés) aux plus grands écrivains réputés en dehors du champ de la littérature de l’exil (dominants). D’ailleurs, elle note bien que le baromètre des auteurs les plus publiés est fonction de leur renommée en dehors de ce champ, donc moins marqué par le topos de l’exil (p. 108). Elle relève que les auteurs de son corpus peuvent être susceptibles d’être marginalisés en raison des stratégies des maisons d’édition, qui cantonnent cette littérature soit dans des rubriques de type orientaliste, soit dans celles qui renvoient à une littérature « communautaire » juive. Néanmoins, l’approche de Tartakowsky sur les fonctions sociales repose aussi, et peut-être de façon plus importante que l’auteure ne le mentionne, sur l’analyse textuelle et thématique des ouvrages étudiés. C’est, en effet, grâce à l’analyse fine du parcours des acteurs que les trois fonctions de Tartakowsky prennent forme.

6Les « fonctions sociales » que repère Ewa Tartakowsky constituent la thèse principale présentée dans l’ouvrage qui, par ailleurs, préconise, à juste titre mais pas forcément pour des raisons sociologiques, la lecture sociale des ouvrages des juifs du Maghreb ayant pour thème l’exil. Dans la thématique de l’exil, la production littéraire dépasse largement la production historiographique (p. 243), ayant pour pics de production 1989 et 2003, qui témoignent, selon Tartakowsky, de l’entrée en jeu du « moment mémoire » (voir graphique 1) dans le champ politique français, autour des crimes de la France pendant la Seconde Guerre mondiale ainsi que de l’entrée dans le champ littéraire d’auteurs en fin de carrière venus de différents horizons. Pour une étude aussi transnationale dans sa perspective, l’enjeu idéologique des deux périodes en question (la chute du mur de Berlin en 1989 et le 11 septembre 2001) – défaut de place pour les hypothèses ? – semble éludé. La fonctionnalité est donc triple : mémorielle, historiographique et d’adaptation. La fonction mémorielle est un processus de re-mémorisation de la trajectoire migratoire (qui continue en diaspora) avec un focus particulier sur la sauvegarde de cette mémoire et sa transmission intergénérationnelle. Ainsi, nous apprend l’auteure, son corpus déploie des archétypes exiliques prenant, tel Ulysse, une importance symbolique universelle en fixant les flux mémoriels en écriture. C’est pour cette raison surtout que la fonction historiographique est aussi intrinsèquement liée à cette littérature. Au vu du statut historique des Juifs maghrébins « assujettis » à une Histoire juive (avec un H majuscule), Ewa Tartakowsky postule qu’il n’y a pas eu de projet autour de leur historiographie. De ce fait, en puisant dans les idées de Pierre Nora, Tartakowsky démontre que la littérature exilique aurait un rôle fondamental dans l’historiographie – depuis la Seconde Guerre, elle a pour vocation de déplacer les frontières disciplinaires – et sur la question de la subjectivité, pour Yerushalmi (autre source d’inspiration de cet ouvrage), elle aurait un rôle majeur dans le maintien du groupe cohésif. L’exilé(e) doit ainsi, malgré ce silence universitaire et intellectuel et cette mise à l’écart éditoriale, être le personnage principal dans la narration de l’histoire d’Afrique du Nord par des personnes de la région. Cette implication directe démontre l’enjeu politique postcolonial de cette littérature et les possibilités qu’elle possède de faire voir et d’appréhender le monde d’autres façons.

7En dépit du fait que l’auteure semble tenir au pouvoir de transformation psychique de l’interaction entre l’écrivain et son lectorat, entre champ littéraire et matériau même d’écriture, il y a dans cet ouvrage une critique en filigrane de l’image souvent positive de la coexistence intercommunautaire au Maghreb que Tartakowsky décèle dans nombre de récits du corpus. C’est ainsi que le point de vue de l’auteure a parfois du mal à trancher la question de la volonté ou non des différentes communautés juives d’Algérie d’être faites françaises en masse et sans consultation. Ainsi du décret Crémieux, en 1870. D’un côté, l’auteure montre la contestation mais, par ailleurs, elle accepte l’idée d’une population algérienne juive rassurée et satisfaite de se rapprocher de la France. Tartakowsky prend soin de montrer, d’une part que la coexistence est aussi à l’œuvre chez nombre d’écrivains maghrébins musulmans et que, d’autre part, ce n’est qu’un courant parmi d’autres. Or, les ouvrages retenus et l’association de films au corpus littéraire ne se valent pas toujours sur le plan de l’historiographie. Doukhan et Ladoge, par exemple (p. 155-56), sont très éloignés pour ce qui est de leur valeur historiographique. Et, dans la quête du réalisme, peut-on mettre sur le même plan le Belleville (Ben Aych) des années 70 et le Tunis des années 40 (Albou) ? Sans compter que, si l’exemple de Ladoge est clairement édénique dans la narration des relations intercommunautaires, l’œuvre de Doukhan et d’Albou l’est beaucoup moins. L’auteure a raison de souligner que ce thème, en particulier, présente un enjeu politique très fort et que le réfugié juif arabe peut être mis en scène à des fins éminemment politiques quand on considère la question des retours en Israël. Certes, il s’agit ici d’une entreprise très délicate, au vu des enjeux, mais le lecteur préférerait peut-être plus de clarté intellectuelle autour de ces questions épineuses surtout au vu des positions de l’auteure sur la question de la littérature comme arme des plus faibles...

8Au total, la monographie d’Ewa Tartakowsky permet une réflexion mûre et aboutie concernant l’apport sociologique de la littérature, qui complète d’autres manières d’aborder l’identification de l’exilé(e) juif maghrébin, telle que l’histoire et l’ethnographie. Elle dégage des pistes méthodologiques neuves qui se concrétisent, dans ce cas d’étude précis, sur la base de certaines questions épistémologiques posées par la French School il y a maintenant cinquante ans et qui commencent peu à peu à être intégrées dans les sciences sociales. Comme dans toute entreprise novatrice, on sent parfois un léger déséquilibre – notamment par rapport à l’analyse de texte –, mais ceci est largement pallié par l’importante réflexion sur le personnage exilé maghrébin (surtout en France), son rapport spatio-temporel à l’histoire et à la mémoire et les accommodements que sa présence et la narration de son histoire déploient dans la société d’accueil.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Samuel Everett, « Ewa Tartakowsky, Les Juifs et le Maghreb. Fonctions sociales d’une littérature d’exil, Tours, Presses Universitaires François Rabelais, coll. « Migrations », 2016, 330 p. », Babel, 36 | -1, 259-263.

Référence électronique

Samuel Everett, « Ewa Tartakowsky, Les Juifs et le Maghreb. Fonctions sociales d’une littérature d’exil, Tours, Presses Universitaires François Rabelais, coll. « Migrations », 2016, 330 p. », Babel [En ligne], 36 | 2017, mis en ligne le 07 février 2018, consulté le 24 septembre 2018. URL : http://journals.openedition.org/babel/5064 ; DOI : 10.4000/babel.5064

Haut de page

Auteur

Samuel Everett

Research Associate/Fellow
CRASSH/St Edmund's College, University of Cambridge

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Babel. Littératures plurielles est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Laboratoire Babel
  • Logo Université de Toulon
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • OpenEdition Journals