Navigation – Plan du site

Texte intégral

1Assia Belhabib est Professeure de l’enseignement supérieur en littérature française, francophone et comparée à l’Université Mohammed V (Rabat) et critique littéraire. Son domaine de prédilection est l’interculturel et ses travaux publiés sont marqués par une exploration de la littérature dans sa dimension universelle. Elle a notamment publié La Langue de l’hôte. Lecture de Abdelkébir Khatibi (éd. Okad, 2009). Elle est la directrice de publication de l’ouvrage collectif Littérature et Altérité (éd. Okad, 2009), de l’ouvrage collectif en hommage posthume à Abdelkébir Khatibi Le jour d’après (éd. Afrique-Orient, 2010) et de l’ouvrage collectif Quand le printemps est arabe (éd. La Croisée des Chemins, 2014).

2Mustapha Bencheikh est Professeur de littérature française et francophone, directeur du pôle Langues, Cultures et Civilisations à l’IUR, ancien directeur du laboratoire des études pluridisciplinaires et de la formation doctorale des études littéraires françaises et francophones de l’Université Ibn Tofaïl. Ancien doyen de faculté, il a publié L’Université marocaine à l’épreuve (Okad, 2004), dirigé plusieurs ouvrages collectifs, dont Désir d’identité, désir de l’autre (Okad, 2001), La Pensée des interstices (Okad, 2014), Edmond Amram El Maleh : retour à l’œuvre (Publications de l’IUR, 2013), Exil, mémoire, migration (Publications de l’IUR, 2017). Il est l’auteur des présentations de Driss Chraïbi et Abdelkébir Khatibi dans l’Encyclopédie universalis.

3Nasser Benamara a enseigné la littérature française et francophone à l’Université A. Mira de Béjaïa, Algérie. Président du Comité scientifique de 2007 à 2012, il y a dirigé le Département de Français (2005-2006). Docteur en Sciences des Textes Littéraires, il est actuellement enseignant contractuel dans le secondaire, en France. Ses recherches portent principalement sur les pratiques d’écriture de femmes algériennes de langue française, singulièrement sur la littérature féminine des années 90, décennie de violence en Algérie ayant engendré nombre d’écrits de femmes. Parmi les publications qui se rattachent à ces thématiques : « Le style oral chez Malika Mokeddem ou l’écriture du conte » (« Synergies », Algérie n° 8, 2009) ; « Poétique du divers et identité en devenir chez Malika Mokeddem » (« Figures de l’Étranger dans la littérature francophone », Inter Francophonies, n° 3, 2003).

4Hassen Bkhairia est directeur d’un institut d’enseignement supérieur et de recherche scientifique à l’Université de Gafsa (Tunisie). Ses travaux de recherche portent sur les rapports entre littérature et Histoire au XIXe siècle et sur les récits de voyage en Orient. Il est l’auteur de Flaubert et l’Histoire ou la genèse d’un « livre sur rien », Publications de l’ISEAH de Tozeur, Inédite, Sfax, 2017 et de nombreux articles sur Chateaubriand, Balzac, Flaubert, Zola ou Le Clézio.

5Sylvie Brodziak est MCF-HDR en Littérature et Histoire des idées à l’Université de Cergy-Pontoise. Docteure en littérature française et francophone, elle s’intéresse à l’expression des groupes et individus dits minoritaires ou marginaux. Chercheur au Centre de recherche pluridisciplinaire AGORA, elle s’attache aux littératures francophones sur l’écriture de l’histoire et des mémoires, les études de genres, et sur la création artistique après les grandes catastrophes : guerres, génocides, séismes. Elle a dirigé plusieurs ouvrages collectifs dont, parmi les plus récents : Haïti, enjeux d’écriture, Presses Universitaires de Vincennes, 2013 ; Clemenceau et les arts (avec Matthieu Seguela), Éditions du Centre Vendéen de Recherches Historiques, 2016. Elle a édité Clemenceau aux PUV, collection « Libre cours », 2015. Parmi ses articles récents : « Clemenceau, critique théâtral », in Clemenceau et les arts ; « Écrire le quotidien pour apaiser les brûlures de la mémoire », in Les littératures francophones aujourd’hui : de l’universel et du quotidien, Romanica Silesiana, n° 14, 2017 ; « Globalisation et création littéraire. Nouveaux corpus ? Nouveaux échanges ? Le réel en fictions dans les littératures francophones du Maghreb », in L. Lévêque, Ph. Bonfils, Y. Kocoglu, Th. Santolini, D. van Hoorebeke (éds), Les Échanges dans l’espace euro-méditerranéen : formes et dynamiques, Paris, L’Harmattan, coll. « Histoire, Textes, Sociétés », 2016.

6Christiane Chaulet Achour, née en 1946 à Alger (Algérie), est actuellement professeur émérite de Littérature Comparée et francophone de l’Université de Cergy-Pontoise. Elle a enseigné antérieurement à l’Université d’Alger, de 1967 à 1994. Spécialiste des francophonies littéraires pendant la période coloniale et après les indépendances, elle a publié de nombreuses études (articles et ouvrages) sur ces littératures. Elle s’intéresse plus particulièrement aux écritures féminines. Spécialiste de l’œuvre d’Albert Camus, elle a consacré des analyses à son rapport à l’Algérie et à la Méditerranée ; elle a participé au collectif, Quand les Algériens lisent Camus, Alger, Casbah éditions, 2014. Elle a publié également un ouvrage consacré à Malika Mokeddem, Malika Mokeddem, métissages, Blida (Algérie), éditions du Tell, 2007. Toute information la concernant est disponible sur son site, libre d’accès : http://www.christianeachour.net

7Simona Crippa est Docteur en littérature de l’Université Sorbonne Nouvelle – Paris 3. Elle est spécialiste de Marguerite Duras et de la théorie du roman. Sa thèse sera publiée en avril 2018 aux éditions Minard / Classiques Garnier, dans la collection « Bibliothèque des Lettres Moderne, série critique ». Elle est chargée de cours à l’Université Catholique d’Angers. Elle est également co-rédactrice en chef du magazine culturel en ligne Diacritik.

8Jalel El Gharbi est poète, universitaire et traducteur. Il œuvre pour une utopie qu’il nomme « Occirient ». Il enseigne à l’Université de La Manouba la littérature française et la traduction et est engagé dans le dialogue des cultures. Il a publié de nombreux travaux sur les poètes Deguy, Baudelaire, Supervielle et Ensch.

9José García-Romeu est Professeur des Universités et membre du Laboratoire Babel. Il enseigne la littérature et la civilisation hispano-américaines à l’Université de Toulon. Ses recherches portent sur la littérature argentine contemporaine, envisagée à partir de ses contextes de production idéologiques et socio-culturels. Il s’est également penché sur la littérature équato-guinéenne d’expression espagnole. Il a publié Dictature et littérature en Argentine (1976-1983) ainsi que L’Univers de Julio Cortázar. Il prépare en ce moment un ouvrage sur les mondes imaginaires dans la littérature argentine.

10Shayma Hamedawi est née en 1985 au sud de l’Irak, dans une famille simple et traditionaliste qui, malgré les interdits sociaux et tribaux, l’a encouragée à faire des études. Après une licence en langue et littérature anglaises, obtenue en 2006 à la Faculté des Arts et des Lettres de l’Université de Bagdad, elle a poursuivi ses études à l’Université libanaise à Beyrouth où, après avoir soutenu un Master en 2011, elle a inscrit une thèse intitulée Globalization and Hybrid Cultural Identity Crises in the Selected Novels of R.K Narayan, Ama Ata Aidoo and Hugo Hamilton, déposée en décembre 2016. Elle vient d’obtenir l’autorisation de la soutenir et espère pouvoir le faire au printemps 2018. Elle habite actuellement en Floride où elle est employée comme assistante sociale dans un camp de réfugiés. Sa recherche se fait dans un cadre multiculturel, orientée sur l’analyse du roman post-colonial d’un point de vue sociopolitique. Elle aimerait écrire des romans et des nouvelles et enseigner la littérature selon les perspectives de la critique féministe, tout en poursuivant ses activités de conseillère.

11Laure Lévêque est Professeur de Littérature française à l’Université de Toulon et membre du Laboratoire Babel (EA 2649). Elle travaille sur l’écriture de l’histoire dans le long XIXe siècle et s’intéresse notamment à la part des élaborations imaginaires et idéologiques dans la transmission et la construction des référents culturels et à la sélection des composantes appelées à former le fonds d’une culture commune, qu’elle aborde dans une perspective résolument transdisciplinaire. Elle a notamment publié Le Roman de l’Histoire. 1780-1850 (L’Harmattan, 2001), Penser la nation. Mémoire et imaginaire en révolutions (L’Harmattan, 2011) et, avec Monique Clavel-Lévêque, Rome et l’histoire. Quand le mythe fait écran, (L’Harmattan, 2017). Elle a dirigé nombre d’ouvarges collectifs, parmi lesquels : L’Espace euro-méditerranéen entre conflits et métissages. Rencontres, échanges, représentations (L’Harmattan, 2015), Les Échanges dans l’espace euro-méditerranéen : formes et dynamiques (L’Harmattan, 2016), Continuité et rupture des échanges en Méditerranée. Histoire, religion, littérature, société (Babel « Transverses », 2016), Vulnérabilités, échanges et tensions dans l’espace euroméditerranéen. L’Amer Méditerranée (L’Harmattan, 2017).

12Lobna Mestaoui est spécialiste de Littérature francophone. Auteur d’une thèse sur Kourouma (Tradition orale et esthétique romanesque : aux sources de l’imaginaire de Kourouma, L’Harmattan, 2012), elle déborde aujourd’hui l’aire mande et s’intéresse aux cultures qui ont la Méditerranée en partage. Elle interroge tout spécifiquement les passages – de l’oral à l’écrit, d’une culture à une autre – en tant qu’ils sont indices d’adaptation et d’acculturation, véritables bricolages qui disent la vitalité du terroir, de sa culture et de ses valeurs.

13Latifa Sari est Professeur à la faculté des Lettres et Langues, Université de Tlemcen (Algérie) et chercheuse associée au centre de recherche/CRASC-Oran. Elle y enseigne la littérature d’expression française (Maghreb-Machrek). Actuellement, elle collabore à un projet qui porte sur « Histoire, mémoire, imaginaire et identité(s)/altérité(s) ». Ses recherches ont donné lieu à plusieurs publications dans des revues internationales : Traits-d’Union n° 7 (Université Sorbonne Nouvelle). Revue Frankofoni n° 26 (Université Hacettepe, Turquie). Elle a contribué à plusieurs manifestations scientifiques sur la problématique identité/altérité en Méditerranée.

14Ewa Tartakowsky est docteure en sociologie, chercheuse associée au Centre Max Weber (UMR 5283) et chercheuse post-doctorante au Centre de civilisation française et d’études francophones de l’université de Varsovie. Ancienne ATER à l’université Versailles-Saint-Quentin et à l’Université Paris 10, elle enseigne actuellement à Sciences Po Paris et à la Faculté de sciences sociales et économique de l’Institut catholique de Paris. Ses recherches portent sur la sociologie de la culture, les judéités contemporaines, les migrations et les usages publics du passé. Elle compte de nombreux articles sur la littérature des écrivains d’origine judéo-maghrébine et un ouvrage : Les Juifs et le Maghreb. Fonctions sociales d’une littérature d’exil (Tours, Presses universitaires François-Rabelais, 2016). Elle a co-dirigé avec Marcelo Dimentstein le volume Juifs d’Europe. Identités plurielles et mixité (Tours, Presses universitaires François Rabelais, coll. « Civilisations étrangères », 2017).

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

« Contributeurs », Babel, 36 | -1, 265-269.

Référence électronique

« Contributeurs », Babel [En ligne], 36 | 2017, mis en ligne le 07 février 2018, consulté le 23 juillet 2018. URL : http://journals.openedition.org/babel/5067 ; DOI : 10.4000/babel.5067

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Babel. Littératures plurielles est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Laboratoire Babel
  • Logo Université de Toulon
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • OpenEdition Journals