Navigation – Plan du site
III. Transferencias

Transformation et transmission de la mémoire dans Crónicas del inxilio de Silvio Galizzi et Esteban Tolj

Marta Álvarez Izquierdo
p. 247-259

Résumés

Crónicas del inxilio de Silvio Galizzi et Esteban Tolj est un roman graphique dans lequel nous voyons un jeune évoluer dans un environnement hostile, celui de la dictature uruguayenne, entre 1973 et 1985. Le propos de ce travail est d’étudier comment, à travers les diapositifs narratifs propres au roman graphique, le narrateur raconte, longtemps après, son expérience pendant la dictature uruguayenne. Il s’agit d’un témoignage personnel, raconté depuis l’intérieur, mais qui a aussi une valeur de témoignage collectif puisque Crónicas del inxilio transmet une partie de la mémoire collective uruguayenne.

Haut de page

Texte intégral

Introduction

1Crónicas del inxilio de Silvio Galizzi et Esteban Tolj est un roman graphique en dix épisodes dans lesquels nous voyons un jeune évoluer dans un environnement hostile, celui de la dictature uruguayenne, entre 1973 et 1985.

2Le 27 juin 1973 eut lieu un coup d’État en Uruguay. Le Président de la République, Juan María Bordaberry, dissout l’assemblée avec le soutien des Forces Armées. C’est le début de ce qui a été appelé « dictature civique-militaire », qui va durer jusqu’en février 1985. Pendant cette période les partis politiques, les medias et les syndicats ont été interdits, il y a eu des persécutions, des emprisonnements arbitraires, des assassinats et des disparitions des opposants au régime.

3Ces années là furent terribles dans toute la région du cône sud puisque l’Uruguay n’a pas été le seul État où a été mise en place une dictature à cette époque-là, avec des milliers d’assassinats et de personnes portées disparues jusqu’à nos jours.

4Même si le protagoniste de ce roman graphique n’a pas vécu des expériences terribles comme celles qu’ont vécu certains de ses compatriotes assassinés ou toujours portés disparus, il est aussi vrai qu’il a dû lutter contre la répression, le manque de libertés, la violence et la peur. Et c’est exactement ce qu’il expose dans ce texte plus de trente ans après.

5À partir des différents épisodes présentés sous forme de chroniques, nous verrons que le personnage-narrateur ne parle pas d’actes héroïques de résistance, mais il se remémore plutôt les élans de rébellion et d’anticonformisme, des actes de résistance massive ou individuelle.

6Dans un premier temps, nous nous demanderons comment il est possible de raconter la dictature. Le protagoniste le fait depuis « l’inxil » et il choisit de le faire à partir de dix diapositives qui dessinent cette période de son passé et du passé de l’Uruguay. Ensuite, et grâce aux dispositifs visuels caractéristiques du roman graphique, nous aborderons la résistance à « l’inxil » culturel et intellectuel auquel le protagoniste est soumis, un « inxil » qui est également très connecté au contexte international. Nous verrons, dans un dernier temps, que ces chroniques sont faites depuis la distance temporelle, ce qui permet d’installer un certain humour nostalgique. C’est à partir de cet humour qu’il sera possible d’aborder la récupération de la mémoire et, à la fois, de réactualiser le passé.

I. Comment raconter la dictature ?

1.1. La raconter de l’intérieur

7Le protagoniste de Crónicas del inxilio raconte, à la première personne, certaines de ses expériences de vie pendant la dictature. Il n’a pas de prénom, pas de nom, pas de passé, nous savons très peu de choses sur lui. Ce que nous savons, que nous apprenons au fur et à mesure que le roman avance, c’est que le jeune Uruguayen s’efforce de survivre dans un contexte de répression, en essayant de ne pas trahir ses valeurs et ses principes de vie.

  • 1 Real Academia española. Diccionario de la lengua española.
  • 2 Ibid.

8Nous le voyons donc en train de vivre différentes situations : dans le travail, en voyage avec ses amis, dans un concert qui sera interrompu par la censure, dans différentes manifestations, à l’Université, quand il décide de reprendre ses études, etc. C’est lui l’élément commun aux dix chroniques et c’est à travers son expérience que nous pouvons nous faire une idée de ce à quoi pouvait ressembler la vie pendant la dictature, depuis l’intérieur, depuis « l’inxil ». Dans le Diccionario de la Real Academia Española nous ne trouvons pas le terme « inxilio » (inxil) ; cependant, nous retrouvons le terme « exiliar » (exiler), dont la deuxième acception est : « Expatriarse, generalmente por motivos políticos »1. (s’expatrier, généralement pour des raisons politiques), la première étant « Expulsar a alguien de un territorio »2 (expulser quelqu’un d’un territoire). Dans Crónicas del inxilio, nous voyons que, quelque part, le protagoniste sent qu’il a été expulsé de son territoire, si nous comprenons le terme « territoire » comme un ensemble d’éléments qui se donnent dans un espace déterminé et qui correspondent à ce que nous appelons le plus souvent « culture » ou encore « identité ». Le régime politique instauré à partir de 1973 met fin à la réalité de l’Uruguay jusqu’à ce moment-là et instaure une nouvelle situation, avec de nouveaux paramètres. C’est dans ce sens-là que le jeune se sent étranger dans son propre espace, il se sent rejeté et, en même temps, il rejette la nouvelle réalité qui lui a été imposée.

9Par ailleurs, « l’inxil » (inxilio), peut aussi se comprendre en tant qu’exil intérieur, un moyen d’essayer d’échapper à une réalité insupportable en se réfugiant à l’intérieur de soi-même.

10Puis, finalement, « l’inxil » représente aussi la chronique depuis l’intérieur, en focalisation interne, c’est-à-dire, que la voix narrative est créée à partir du point de vue du protagoniste, et homodiégétique, puisqu’il raconte ses propres expériences de vie depuis l’intérieur, vécues à la première personne… depuis un déracinement interne.

11Il est vrai qu’il y a un personnage central autour duquel tournent toutes les chroniques ; cependant, au fur et à mesure que le récit avance, nous retrouvons d’autres personnages, deux de ses amis avec lesquels il part en voyage, avec lesquels on le voit aussi dans d’autres situations (sur le chemin du cinéma, dans un café, etc.), le propriétaire de la pharmacie dans laquelle il travaille, Cristina qu’il rencontre à l’Université et dont il tombe amoureux…, une série de personnages dont nous ne connaissons absolument rien (pas plus que sur le protagoniste d’ailleurs) mais qui ont une grande importance au sein des chroniques puisqu’ils sont les représentants de la société uruguayenne, du peuple uruguayen, protagoniste incontestable de la période historique durant laquelle se situe l’action du roman.

1.2. La dictature en dix diapositives

  • 3 Silvio Galizzi et Esteban Tolj, Crónicas del inxilio, p. 54.

12Comme nous l’avons dit, Crónicas del Inxilio est composé de dix chroniques qui retracent dix moments qui, dans la vie de n’importe quel jeune, seraient des anecdotes banales mais qui, dans ce cas concret, se transforment en moments symboliques. Dix diapositives qui retracent l’univers, l’ambiance dans laquelle vivaient les Uruguayens pendant la dictature, à partir du point de vue d’un jeune qui voit comment ses ailes ont été coupées et qui, comme un de ses amis le dit dans la sixième chronique, « Trasnoche », voit comment « Nos están robando nuestros mejores años »3.

13La première chronique correspond à la grande manifestation contre le coup d’État qui eut lieu à Montevideo le 9 juillet 1973. Cette chronique qui joue le rôle d’incipit nous fait rentrer dans le contexte de violence sociopolitique de l’Uruguay des années 70 et, plus concrètement, de Montevideo.

14La chronique suivante intitulée « En la carretera » raconte les aventures de trois jeunes, le protagoniste et deux de ses amis quand ils décident d’entreprendre un voyage à Paysandú et Salto, régions rurales de l’Uruguay qui se trouvent près de la frontière de l’Argentine. À travers cette chronique les auteurs insistent sur le profond décalage qui existait entre l’Uruguay rural et la capitale. Ce voyage des trois jeunes pourrait avoir eu lieu à n’importe quel endroit du monde ; cependant, l’atmosphère de censure et de répression de la dictature fait qu’il s’agit d’un voyage unique.

  • 4 Le nom officiel de l’Uruguay est République orientale de l’Uruguay, c’est de là que provient le ter (...)

15Tout au long des chroniques se multiplient les références culturelles concernant la vie uruguayenne de l’époque. La troisième chronique, « Adiós orientalidad », fait référence à ce que, pendant le processus de réorganisation nationale, le gouvernement a décrété l’année 1975 comme « El año de la orientalidad », insistant ainsi sur le devoir d’être patriote4. Dans ce contexte d’imposition de la part du gouvernement d’une identité patriotique, la critique portée implicitement par le titre en ajoutant « adiós » s’éclaire : en imposant une nouvelle façon d’être patriote, la dictature a détruit l’essence de ce qu’était « l’orientalité », de ce qu’avait été l’identité uruguayenne jusqu’à ce moment-là.

16Le texte fait aussi référence à des symboles culturels comme le groupe Sui Generis ou l’auteur compositeur uruguayen Darnauchans, tous les deux ayant souffert de la censure de la dictature uruguayenne, deux événements auxquels l’œuvre fait référence.

17L’encadrement historique des chroniques est très précis : les chroniques, comme son nom l’indique, sont organisées de façon chronologique et vont du 9 juillet 1973 au 9 septembre 1987. Ainsi, nous voyons apparaître des événements importants qui ont eu lieu à cette période-là, comme la manifestation du 9 juillet 1973 ou celle du 9 novembre 1983 aussi appelée « Río de Libertad ».

18La contextualisation est extrêmement importante puisque toutes ces données historiques appartiennent à la réalité uruguayenne, réalité dans laquelle le protagoniste se sentait enfermé.

  • 5 Silvio Galizzi et Esteban Tolj, op. cit., p. 32.

19Dans la chronique « Adiós orientalidad » nous voyons aussi le protagoniste pendant un match de football de la Copa América où l’Uruguay s’imposa face à la Colombie. Dans une des vignettes, nous voyons le protagoniste crier plus fort la phrase « Tiranos temblad »5 de l’hymne national, mais nous voyons aussi qu’il est complètement décalé, puisque personne ne le soutient.

20Cette scène est aussi très représentative puisque pendant la dictature, l’éducation physique a été militarisée et a acquis un rôle central dans la production du patriotisme.

  • 6 Ibid., p. 43.

21La cinquième chronique intitulée « Hasta sucumbir » reprend un moment historique très emblématique dans l’Histoire de l’Uruguay : la défense de Paysandú (1864-1865). En 1863, le général Venancio Flores promouvait depuis l’Argentine un soulèvement contre le gouvernement du président Bernardo Prudencio Berro. Le colonel Leandro Gómez fut envoyé à ce moment-là à la ville de Paysandú. Flores fit part à Gómez d’une dernière exigence de renoncement à laquelle Gómez répondit laconiquement : « Cuando sucumba »6. Phrase qui est devenue mythique en Uruguay.

22Les auteurs ont inséré cette chronique sur la défense de Paysandú qui eut lieu au XIXème siècle et, même si elle ne fait pas partie des expériences du protagoniste, elle illustre bien l’ambiance dans laquelle essayait de survivre le protagoniste et, surtout son attitude face à certaines impositions. La référence à ce moment clef de l’histoire de l’Uruguay est très importante, puisque cela montre comment le protagoniste essayait de résister sans trêve à travers de petits actes, de petits gestes quotidiens.

23La septième chronique, « Contradicciones », située en 1980, essaye de montrer les incongruités de certains événements. Contradictoire est le moins que l’on puisse dire d’un régime dictatorial qui arriva au pouvoir à travers un coup d’État et s’imposa par la force et qui organisa un plébiscite pour mener à bien une reforme constitutionnelle, pour pouvoir légaliser la dictature et garder ainsi le pouvoir. Le 30 novembre 1980, les citoyens refusèrent le projet de reforme constitutionnelle proposé par le régime à travers un plébiscite, ce qui déclencha le long processus d’ouverture politique qui entraîna le retour de la démocratie en 1985. Il est très surprenant de voir comment un régime qui s’est instauré par la force, finit par accepter les résultats des urnes…

24La dernière chronique intitulée « Epílogo ¿democracia ? » est située en décembre 1986, c’est-à-dire après le rétablissement de la démocratie. Dans cette chronique nous voyons le protagoniste en train de s’investir dans la campagne pour le « non » à la « Ley de caducidad de la pretensión punitiva del Estado », ce que nous appelons la loi d’Amnistie. Le referendum eut lieu et le « oui » l’emporta. En Uruguay le peuple décida de ne pas punir les responsables de la dictature…

II. Comment résister ?

2.1. Depuis un « inxil » interconnecté : intertextualité

25Comme nous l’avons vu à travers les nombreuses références à l’Histoire et à la culture uruguayenne, les auteurs veulent situer l’action dans un contexte très précis, ce qui donne cette apparence de chroniques qui finit par être un véritable témoignage historique sur une des étapes les plus sombres de l’Uruguay, tout en restant une fiction.

  • 1 Ibid., p. 35.

26Mais les références culturelles, historiques et littéraires ne sont pas que des références locales. Nous retrouvons aussi de nombreuses références qui sortent de la sphère uruguayenne pour situer la narration dans un contexte international. La plupart de ces références, d’une façon ou d’une autre, font appel à des œuvres ou à des personnalités engagées. La quatrième chronique « Viaje inesperado » fait référence au 8 octobre, jour de la mort de Che Guevara. La troisième chronique, « Adiós orientalidad », finit avec une phrase que le protagoniste prononce quand il apprend la mort de Franco, le 20 novembre 1975 : « ¡Después de todo, no termina tan mal este año de mierda ! »1.

  • 2 Ibid., p. 56.

27Dans la septième chronique, « Contradicciones », qui se déroule en pleine mobilisation contre le référendum de reforme constitutionnelle que voulait mettre en place le régime, lors d’une conversation sur la dictature et les forces armées, le protagoniste dit : « Recordad a Ionesco, siempre hay rinocerontes »2. Cette référence explicite à Rhinocéros, publiée en 1959 est très symbolique. Appartenant au théâtre de l’absurde, cette pièce a souvent été interprétée comme une métaphore de l’essor des totalitarismes avant la deuxième Guerre Mondiale : finalement le conformisme et la soumission du peuple ont permis l’essor des totalitarismes, et c’est exactement ce qui s’est passé en Uruguay où une partie de la population, malgré la violence de la dictature, a quand même soutenu le referendum pour le projet de reforme constitutionnelle que prévoyaient les militaires pour rester au pouvoir, mais ça n’a pas été la majorité…

28Une des références les plus importantes est celle faite au poème de Federico García Lorca « La cogida y la muerte » publié dans Llanto por Ignacio Sánchez Mejías en 1935, que nous retrouvons dans la première chronique qui s’intitule « A las cinco de la tarde », comme un des vers du poème du recueil.

29Les références ne sont donc pas que nationales, la narration crée des liens entre la réalité du protagoniste et le reste du monde. Toutes ces références aident à recréer le climat de résistance, univers dans lequel survit le protagoniste. Les références à des symboles comme Ernesto Che Guevara, ou la joie quand il apprend la mort de Francisco Franco établissent la base de l’idéologie du jeune et son profond refus de la dictature. Cette résistance intellectuelle s’ajoute aux différents actes de résistance quotidienne dans lesquels nous pouvons le voir : lors des manifestations, à travers ses habits ou son aspect physique comme ses cheveux notamment.

30Ne pas renoncer à son mode de vie, à son idéologie et vaincre la peur. Malgré l’ambiance de terreur de Montevideo, le jeune et ses amis décident d’entreprendre un voyage à Paysandú et à Salto : ils font du stop et vont à une fête où ils se font traiter de « racaille » à cause de leurs cheveux longs. Mais nous voyons que garder leurs convictions, leurs goûts, leurs apparences est, pour eux, une forme de résistance. Malgré le climat de terreur, ils ne vont pas renoncer. Au fur et à mesure que les chroniques avancent nous les verrons à plusieurs reprises passer la nuit dans la caserne, mais malgré cela, ils vont continuer à aller aux manifestations contre le régime, un des actes de résistance collective les plus importants. Et dans cette atmosphère, résister à la peur est déjà une victoire.

2.2. Les dispositifs visuels

31Étant donné que Crónicas del inxilio est un roman graphique, les dispositifs visuels acquièrent une grande importance. Pour le lecteur, la résistance est visible en grande partie grâce aux images : les cheveux longs, comme nous l’avons vu, en est un exemple, puisque nous apprenons que cela ne rentre pas dans la norme établie.

32Les nuits passées dans la caserne sont aussi un leitmotiv, et nous l’observons, encore une fois, à travers des vignettes qui traduisent la violence exercée par le pouvoir, et donc, par les forces armées, contre la population qui manifestait contre le régime.

33En ce qui concerne le plébiscite, il n’y a pas beaucoup d’explications en termes narratifs, cependant, la force et l’importance de ce moment historique sont transmises à travers les vignettes de la campagne pour le « non », dans lesquelles nous voyons le protagoniste en action.

34La première chronique, « A las cinco de la tarde » joue le rôle d’incipit et présente donc le contexte narratif. C’est au long de cette chronique que les auteurs ont mis en place le dispositif narratif le plus remarquable : tout le texte correspond à des vers du poème « La cogida y la muerte » de Federico García Lorca. Nous voyons les images défiler pendant que nous lisons une partie du poème de Lorca. Lors de ces premières vignettes nous voyons le protagoniste partir de chez lui et se rendre à une manifestation massive en 1973 contre le coup d’État. Puis nous voyons comment la manifestation est violemment réprimée et, finalement, nous voyons le jeune courir par la Rambla (promenade emblématique de Montevideo) pour échapper aux forces de l’ordre.

35À travers ce poème très symbolique de Lorca, poète républicain et symbole de la guerre civile espagnole, et à travers la violence des vignettes qui accompagnent le poème, cette chronique devient la métaphore d’une mort ânonnée, celle de la démocratie, celle de la liberté.

III. Chroniques depuis l’humour nostalgique

3.1. Retrouver la mémoire

36Dans Crónicas del inxilio, publié en 2015, nous voyons comment le temps a réussi à faire son travail, en érodant la mémoire, mais en permettant à la fois de pouvoir se rappeler, depuis un point de vue plus posé, peut-être, moins virulent, plus réfléchi, plus intériorisé. Les effets du temps permettent d’avoir un regard différent, ils permettent de relativiser, mais aussi de catégoriser, de structurer les souvenirs par ordre d’importance.

37Dans Crónicas del inxilio, nous voyons justement que le protagoniste a fait ce travail de mémoire et qu’il essaye d’établir ce qui serait à la fois un témoignage individuel, mais aussi collectif puisque, à partir de son expérience, il illustre aussi l’Histoire d’une des périodes les plus sombres de la société uruguayenne.

38Et il réalise ce travail de mémoire et de témoignage depuis le présent, depuis le pouvoir qu’octroie le présent à un survivant, le pouvoir de relativiser et de dédramatiser. Et il le fait, en plus, depuis l’humour.

39Dans presque toutes les chroniques le lecteur finit par rire ou, du moins, il finit par sourire.

40Nous rions à chaque fois que nous voyons le protagoniste passer la nuit dans la caserne et que nous le voyons lever le doigt comme s’il s’agissait d’un enfant qui lève le doigt à l’école, pour pouvoir aller aux toilettes.

41Nous rions aussi quand, une des fois où, au petit matin, on les laisse enfin quitter la caserne, au moment où les militaires leur rendent leurs affaires, ils ne leurs rendent pas leurs cigarettes. Et nous rions en voyant le jeune et son ami se bagarrer à la sortie de la caserne pour fumer la dernière cigarette qui leur restait. De la même façon nous rions en voyant les têtes des militaires, déformées, grotesques, monstrueuses.

42Nous rions aussi quand, après l’avoir vu maintes fois aller à des manifestations et passer la nuit dans la caserne, une de ses collègues de travail l’appelle « trouillard » parce qu’il a peur d’aller à une manifestation qui réclamait la fin de la dictature, il finira par y aller.

43Parce que l’humour, et avec le temps qui s’est écroulé encore plus, nous permet de dédramatiser, de « des-idéaliser » et de nous remémorer, par petites touches, à travers des « zooms », des actions de la vie quotidienne qui nous rendent humains et qui nous permettent de nous prendre moins au sérieux, surtout après avoir survécu à ces moments-là…

44Mais dans Crónicas del inxilio l’humour est aussi nostalgique. Nous ressentons une certaine nostalgie pour ces années de résistance, des années dans lesquelles il était encore possible de croire et surtout de rêver.

3.2. Una critique de grande actualité

45C’est peut-être la nostalgie du passé, la nostalgie de cette capacité de résistance, qui fait que l’humour dans ces chroniques est aussi rempli d’ironie et de sarcasme. Le titre d’une des chroniques dont nous avons déjà parlé, « Adiós orientalidad » est très éloquent à ce sujet. La dictature établit l’année 1975 comme l’année de « l’orientalité », pour mettre en avant le patriotisme ; ce titre est justement un clin d’œil à la perte, à l’amputation de l’identité par la dictature.

46C’est dans ce sens que nous pouvons aussi lire la critique de la dernière chronique « Epílogo ¿democracia ? ». Malgré le fait que l’on considère qu’à partir de 1985 la démocratie a été rétablie, après avoir vu comment se sont succédé les événements politiques dans son pays, le protagoniste se demande si le système politique de l’Uruguay est une vraie démocratie. Un État qui n’est pas capable de condamner les responsables des milliers de morts et des disparitions est-il une véritable démocratie ? Et, au-delà de l’État, que penser d’un peuple qui vote pour le « oui » à « la ley de caducidad de la pretensión punitiva del Estado », la loi d’amnistie ? La dernière chronique nous conduit à nous poser de nombreuses questions…

47Dans la dernière chronique, qui se déroule en 1986, on nous montre que dans la banque où maintenant travaille le protagoniste, lui-même et certains de ses collègues découvrent que parmi les personnes qui font la queue se trouve un des bourreaux de la dictature et ils le huent. Ces travailleurs finiront par être écartés de leurs postes de travail, et, parmi eux, se trouve le protagoniste. Dans une démocratie ? Oui.

48À travers l’ironie, le narrateur, même après avoir vécu les années de dictature, remet en question le fait que l’Uruguay post-dictature soit un vrai État démocratique… Peut-être qu’avec le passage du temps, quand il regarde en arrière, il se demande si la résistance et la lutte de ses années de jeunesse, si tous ces efforts pour atteindre quelque chose d’autre que cette démocratie édulcorée valaient la peine… C’est une réflexion qui actualise le passé, dans ce moment précis de l’Histoire où nous mettons en questions nos modèles d’État, nos modèles législatifs et nos modèles de sociétés…

Conclusion

49Le passage du temps nous fait prendre du recul et nous permet de traiter des thèmes très douloureux comme cette étape de l’Histoire de l’Uruguay. Que les auteurs aient choisi le format du roman graphique pour traiter cette thématique-là nous semble d’une grande importance. Les dispositifs narratifs mis en place ainsi que les images, très éloquentes, permettent de pouvoir aborder la thématique de la dictature avec tendresse, ironie et humour. Ce qui permet aussi de mettre en place une critique et une autocritique parce que, d’une certaine façon, l’humour est une échappatoire, c’est ce qui nous permet de survivre à certains traumatismes…

50Dans Crónicas del inxilio, l’humour a aussi un pouvoir créateur, puisque c’est grâce à lui qu’a pu être créée la complexité de la voix narrative, ce qui représente un grand apport pour la mémoire collective uruguayenne. Mais pas seulement, puisque cet apport est aussi essentiel pour expliquer et comprendre la société dans laquelle nous vivons.

51Étant donné que la critique se fait depuis le présent, depuis la capacité que nous donne le présent pour comprendre le passé, ces chroniques sont un témoignage historique qui, en même temps, pose des questions d’actualité comme, par exemple, comment résister à la terreur, comment résister à la peur…

Haut de page

Bibliographie

Bailón Goday, Martina. « 1975 : año de la orientalidad–el cuerpo/moral en el proceso de reorganización nacional ». ETD. Educação Temática Digital 8 (2007) : 290-313 <http://nbn-resolving.de /urn :nbn :de :0168-ssoar-73906>.

Bergson, Henri. La risa. Buenos Aires : Losada, 1943.

Butazzoni, Fernando. « Una visión cultural del Uruguay de los ochenta ». Cultura y política en América Latina. Éd. Hugo Zemelman. México : Siglo XXI, 1990.

Caetano, Gerardo et José Rilla. Breve historia de la dictadura. Montevideo : Claeh, Banda Oriental, 1987.

Demasi, Carlos. « Un repaso a la teoría de los dos demonios ». El presente de la dictadura. Éd. Aldo Marchesi, Vania Markarian, Álvaro Rico et Jaime Yaffe. Montevideo : Trilce, 2004.

Demasi, Carlos ; Aldo Marchesi ; Vania Markarian ; et Jaime Yaffé. La dictadura Cívico-Militar : Uruguay 1973-1985. Montevideo : Ediciones de la Banda Oriental, 2013.

Galizzi, Silvio et Esteban Tolj. Crónicas del inxilio. Montevideo : Ninfa Cómics, 2015.

García Lorca, Federico. Llanto por Ignacio Sánchez Mejías. Madrid : Visor libros, 2013.

García, Santiago. La novela gráfica. Bilbao : Ediciones Astiberri, 2010.

Ionesco, Eugène. Rhinocéros. Saint-Amand : Éditions Gallimard, Coll. Folio, 1959.

Le Goff, Jacques. Histoire et mémoire. Saint-Amand : Éditions Gallimard, Coll. Folio, 2001.

Nahun, Benjamín (coord.). Historia uruguaya : La dictadura 1973-1984. vol. 11 y 12. Montevideo : Ediciones Banda Oriental, 2011.

Real Academia Española. Diccionario de la lengua española (22.a ed.). 2001. <http://www.rae.es/rae.html>.

Tadié, Jean-Yves et Marc Tadié. Le sens de la mémoire. Saint-Amand : Éditions Gallimard, Coll. Folio, 2004.

Trabado Cabado, José Manuel. La novela gráfica. Poéticas y modelos narrativos. Madrid : Arco/libros, 2013.

Haut de page

Notes

1 Real Academia española. Diccionario de la lengua española.

2 Ibid.

3 Silvio Galizzi et Esteban Tolj, Crónicas del inxilio, p. 54.

4 Le nom officiel de l’Uruguay est République orientale de l’Uruguay, c’est de là que provient le terme « orientalité ».

5 Silvio Galizzi et Esteban Tolj, op. cit., p. 32.

6 Ibid., p. 43.

1 Ibid., p. 35.

2 Ibid., p. 56.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Marta Álvarez Izquierdo, « Transformation et transmission de la mémoire dans Crónicas del inxilio de Silvio Galizzi et Esteban Tolj », Babel, 37 | 2018, 247-259.

Référence électronique

Marta Álvarez Izquierdo, « Transformation et transmission de la mémoire dans Crónicas del inxilio de Silvio Galizzi et Esteban Tolj », Babel [En ligne], 37 | 2018, mis en ligne le 06 juin 2018, consulté le 14 août 2018. URL : http://journals.openedition.org/babel/5356 ; DOI : 10.4000/babel.5356

Haut de page

Auteur

Marta Álvarez Izquierdo

Université des Antilles - ECMEA-CRILLASH

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Babel. Littératures plurielles est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Laboratoire Babel
  • Logo Université de Toulon
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • OpenEdition Journals