Navigation – Plan du site
Note de lecture

Christine de Pizan, Heures de contemplacion sur la Passion de Nostre Seigneur Jhesucrist, avec, en appendice, Petit traictié de la mort et passion de nostre Seigneur Jhesucrist attribué à Jean Gerson, Liliane Dulac et René Stuip (éds), avec la collaboration de E. J. Richards, Paris, Champion (études christiniennes, 15), 2017, LXII / 208 p

Xavier Leroux
p. 333-338

Texte intégral

1Alors qu’une transcription des Heures de contemplacion sur la Passion de Nostre Seigneur Jhesucrist établie par Liliane Dulac a longtemps circulé entre les Christiniens, la présente édition nous en fournit une version parachevée par René Stuip et nous permet d’accéder « au texte religieux le plus puissant de Christine », selon Nadia Margolis (p. XII, n. 3). Cette édition critique vient ainsi compléter la publication d’une œuvre incontournable dans la littérature du XVe siècle. Très vraisemblablement écrites entre 1418 et 1429 au couvent de Poissy où Christine de Pizan s’est retirée, ces Heures sont composées, comme l’Epistre de la prison de vie humaine, « pendant les périodes les plus noires de la Guerre de Cent Ans » (Christine de Pizan, Le Livre de l’advision Christine, Christine Reno et Liliane Dulac (éds), Paris, Champion (études christiniennes, 4), 2001, p. XXV). L’écriture de ce texte religieux trouve donc son origine dans les événements qui troublent alors la vie politique et de telles circonstances poussent Christine, devant la misere des infinies tribulacions (Ep 11), à rechercher le réconfort dans la contemplation des painnes et doleurs que souffrit […] tant paciemment le roy du ciel, createur de toutes choses, en sa tres saincte humanité (Ep 28-30).

2L’introduction littéraire s’attache à souligner les spécificités des Heures. La première est de combiner l’aspect didactique des traités religieux écrits par des hommes « avec l’intensité personnelle que nous rencontrons avant tout dans les relations de visions par les femmes » (p. XIV). Pour la forme, le texte s’inspire naturellement du genre des Heures, mais s’en distingue notamment par le choix du français plutôt que du latin. Enfin, l’écriture tend à accentuer l’intériorisation des sentiments provoqués par la contemplation de la Passion du Christ. Doué d’une puissance évocatrice qu’on a déjà pu apprécier dans d’autres textes de Christine, le récit des souffrances endurées par le Christ forme la trame de ces Heures. Pour donner plus de vie encore à ce récit, le narrateur ne cesse d’interpeller les différents acteurs de la Passion et dialogue avec eux, rapportant leurs paroles au discours direct. Enfin, quand il s’adresse à son lecteur ou sa lectrice, le narrateur ne l’invite pas à penser, comme le fait régulièrement Jean Gerson dans le Petit traictié de la mort et passion de nostre Seigneur Jhesucrist, dont l’édition critique est proposée en appendice (p. 175-205). Dans les Heures de Christine, la méditation s’apparente moins à une réflexion qu’à un élan du cœur, empli de compassion.

3Dans un deuxième temps, l’introduction fait le point sur les œuvres dont a pu s’inspirer Christine et sur ce que ces Heures ont de commun avec différentes spiritualités. Avec beaucoup de concision et de clarté, René Stuip replace ainsi le texte dans une littérature religieuse qui marque par sa profusion et analyse dans le détail quelques emprunts effectués par Christine. L’éditeur consacre une partie de son introduction à la comparaison des Heures et des sources privilégiées, notamment le De meditatione passionis Christi per septem diei horas libellus attribué de manière incertaine au pseudo-Bède et le Petit traictié attribué à Jean Gerson. Au terme de cette étude précise (p. XXXII-XLVI), René Stuip fait apparaître la tournure personnelle que Christine a su donner à ses méditations.

4La question du public visé par les Heures revient de manière récurrente dans cette introduction. Si Christine paraît bien s’adresser à un public féminin, certaines formules « suggèrent que son texte n’est pas uniquement adressé aux femmes » (p. XV). De notre point de vue, ce n’est pas seulement à la nature de ce destinataire qu’il conviendrait de réfléchir, mais également à celle du je utilisé dans l’œuvre. En effet, il n’est pas assuré que le je qui, dans l’Epistre (p. 3-4), assume l’autorité des Heures et se distingue nettement de son public soit identique au je qui nous conduit ensuite au fil des heures et auquel le lecteur ou la lectrice devrait pouvoir s’identifier. À bien y regarder, on s’aperçoit que, si ce je peut entraîner l’accord au féminin (Ma 107, P 44, T 101), il est plus fréquemment suivi du masculin (CC 15, CI 99, 108, Ma 5, 219, P 20, 32, T 7, V 15) ; il est d’ailleurs considéré comme un bon sergent (CI 107) et un pecheur (Ma 231). Enfin, l’hésitation des manuscrits à Prime (P 15), l’un donnant je m’en rens certaine et l’autre je m’en rens certain, nous semble significative et, au-delà du commentaire des éditeurs (p. 87, n. 15), on peut se demander si cette variation ne tient pas moins à l’attribution du texte à une femme ou à un homme qu’à la nature d’un je qu’une lectrice ou un lecteur devrait s’approprier.

5En somme, cette introduction littéraire se révèle très stimulante. Elle est utilement complétée par de nombreuses notes (p. 75-104) qui précisent ponctuellement les différentes sources utilisées par Christine et mettent en relief les liens que les Heures entretiennent avec ses autres textes. Sans craindre d’indiquer les rares passages pour lesquels aucune source n’a été identifiée, comme par exemple dans la n. 96-107 (p. 98), les éditeurs fournissent les renseignements nécessaires pour aborder les Heures avec intelligence.

6La description des manuscrits est bien informée (p. XLVII-LVII) et le choix du manuscrit de base est dûment justifié (p. LVII-LXI). En revanche, l’établissement du texte explique trop sommairement les choix éditoriaux (p. LXII). S’ils sont bien attentifs à signaler en bas de page chacune de leurs interventions, les éditeurs semblent hésiter sur l’analyse de certaines graphies, faisant parfois le choix de ne pas intervenir « pour des formes verbales qui ont une odeur de ‘faute’«  (p. LXII). Parmi les exemples fournis, on notera cependant que les formes tourmenter ‘tourmenté’ et ensevely ‘ensevelir’ ne sauraient être considérées comme fautives. En effet, dans d’assez nombreux textes du XVe siècle, l’amuïssement de r final se traduit à l’écrit par l’effacement de la consonne et favorise notamment l’alternance des graphies au participe passé comme à l’infinitif. En revanche, à la 2e personne de l’indicatif présent du verbe estre, l’emploi de est paraît clairement fautif, comme par exemple dans est tu (P 35) qu’il conviendrait de corriger en es tu. Ailleurs, à la 3e personne du passé simple du même verbe, la forme fuy (V 76) résulte d’une intervention du copiste qui surcharge la fin du mot d’un y. Il conviendrait ici de rejeter cette correction et de noter fu, fut, fust, fuz ou fus, suivant l’une des multiples graphies utilisées dans le texte.

7La transcription du manuscrit est fiable. Dans les passages que nous avons confrontés au manuscrit de base (Paris, BnF, nouv. acquis. fr. 10059), nous n’avons relevé que de très rares imprécisions. Ainsi, il faudrait développer les barres de nasalité qui apparaissent dans le manuscrit et noter tesmoingne au lieu de tesmoigne (CI 16) et loingnié au lieu de loignié (CI 32). Par ailleurs, nous lisons dispite au lieu de despite (Ma 168), meins au lieu de mains (N 43) et Ce matin au lieu de Le matin (CII 89).

8L’édition est également fiable. En Ma 293, nous proposons seulement de ponctuer du filz de Dieu, benoy createur plutôt que du filz de Dieu benoy, createur, l’adjectif étant le plus souvent antéposé au substantif qu’il qualifie, comme par exemple en Ma 290. Par ailleurs, en P 7-8, il conviendrait sans doute de noter piteusement traictiez fuz (au lieu de traictiez, fuz) parmy la presse de ceulx qui la tendoient (au lieu de l[a] actendoient). Tandis que le manuscrit P donne le actendoient et que le manuscrit H donne latendoient, noté par l’éditeur l’atendoient (p. 24, n. a), il semble préférable de corriger le manuscrit de base d’après le manuscrit H en notant la tendoient plutôt que la actendoient. En effet, le texte évoquant peu après la presse qui hors sailloit (P 10-11), il faut imaginer que ceux qui forment la foule la tendoient ‘se dirigeaient là’ plutôt que la actendoient ‘attendaient là’.

9Alors que l’ouvrage fournit une traduction des Heures (p. 115-164), le glossaire proposé aux p. 105-113 permet de préciser le sens de plusieurs termes. Un index « des anthroponymes, des toponymes et des termes liés au thème des Heures de contemplacion » (p. 165-166), suivi d’une bibliographie (p. 167-173), est renvoyé après la traduction. On ne peut que regretter que cette édition critique ne laisse aucune place à l’étude linguistique du texte.

10Nous formulons quelques remarques sur le glossaire :

11compaier (p. 106b) ― Le glossaire relève le verbe compaier ‘payer’ Mi 91, 128. Ce verbe étant absent des dictionnaires consultés et, par ailleurs, la distinction dans les deux cas entre -aie- et -are- demeurant incertaine dans le manuscrit, nous suggérons de lire comparer ‘acquérir en se donnant du mal, obtenir à grand peine’ (DMF s.v. comparer 2).

12compassionnable (p. 106b) ― Les trois emplois relevés constituent les premières occurrences connues de l’adjectif suivant le FEW 2, 973b.

13despit (p. 107b) ― L’adjectif despit devrait être l’objet d’une entrée spécifique et la glose proposée pourrait être ‘méprisable, misérable’ (Gdf 2, 630b-c, et GdfC 9, 352c, s.v. despit 2 ; DMF, s.v. despect ; AND, s.v. despit2) plutôt que ‘méchant’.

14hast (p. 109b) ― L’adjectif hast ‘hâté’ relevé par le glossaire est absent des dictionnaires consultés. En revanche, le participe passé de haster est bien mentionné avec le sens de ‘fait à la hâte’ (GDC 9, 749b). Par conséquent, en CI 54, alors que P donne ton oroison fut longue, non mie haste, il conviendrait sans doute de corriger haste en hastee.

15inchoisible (p. 109b) ― Absent des dictionnaires consultés, l’adjectif appelle un commentaire.

16mais (p. 110a) ― La tournure ne mais ‘excepté, sinon, si ce n’est’ (DMF) est relevée par le glossaire en Ma 221 et Ma 252. Cependant, en Ma 221, c’est l’adverbe mais seul, et non ne mais, qui marque l’idée d’exception.

17L’édition des Heures est suivie de celle du Petit traictié de la mort et passion de nostre Seigneur Jhesucrist. Une brève introduction (p. 177-181) rend compte de l’état des discussions sur l’attribution du texte à Jean Gerson, propose une présentation sommaire du manuscrit et fournit quelques remarques sur le texte et l’édition. Plusieurs termes y sont mentionnés pour l’intérêt qu’ils présentent (p. 180), mais ne sont pas commentés. Certains appellent quelques remarques :

18anglot ‘recoin’ (l. 269) ― Le substantif est effectivement rare (FEW 24, 572a).

19deshonsteusement ‘honteusement’ (l. 200) ― L’adverbe est effectivement rare (Gdf 2, 598a ; DMF).

20despiteablement ‘de façon méprisante’ (l. 199) ― L’adverbe est effectivement rare (DMF).

21ensangonnee ‘couverte de sang’ (l. 478) ― Absente des dictionnaires consultés, la forme relevée peut être rattachée au paradigme morphologique issu du latin sanguinare (FEW 11, 156a-163c). Il conviendrait de la rapprocher de formes du type ensangenar ‘ensanglanter’ (FEW 11, 162b) et sangona (FEW 11, 163a).

22larronnerresse ‘voleuse’ (l. 587) ― Absente des dictionnaires consultés, la forme relevée implique la création d’un féminin en -esse d’après le masculin larroneux (Gdf 4, 730b ; DMF) suite à la confusion des finales -eux et -eur après l’amuïssement de r final.

23prompter ‘projeter’ (l. 627) ― Absent des dictionnaires, le verbe ne peut être rapproché de prompter ‘emprunter’ (Gdf 6, 433b ; FEW 4, 607b).

24tresfervelle ‘passionnée’ (l. 152) ― L’adjectif est étonnamment ajouté au glossaire sous sa forme préfixée (p. 205b). La forme féminine fervelle présuppose le masculin fervel qu’il convient de rattacher à l’adjectif ferveux (Gdf 3, 769a ; DMF ; FEW 3, 482a). À côté du féminin ferveuse, la forme relevée dans le texte implique la création d’une forme féminine d’après le masculin non fléchi fervel.

25À cette liste de mots, il conviendrait d’ajouter la locution au deloing, notée dans le texte au de loing (l. 204-205), qui n’est relevée que par le FEW au XVIe siècle : « Mfr. au desloing ,,au loin“ (1542) » (FEW 5, 404b).

26Nous n’avons pas pu confronter l’édition du Petit traictié au manuscrit. Celle-ci n’appelle que de rares remarques. Comme nous l’avons souligné plus haut, il serait opportun de corriger ne t’est tu (l. 299-300) en ne t’es tu. En revanche, la correction de qui (l. 251) en qu’il et la substitution de cinq à v (l. 366) ne paraissent pas nécessaires. Un peu plus loin, les éditeurs remplacent rougmarin (l. 371) par ionq marin. La correction est justifiée, mais il faudrait noter jonq plutôt que ionq, puisque l’établissement du texte distingue i et j (p. 181). Plusieurs textes rapportent effectivement que la couronne du Christ est faite en jonc marin, autrement dit avec des branches d’ajonc (DMF, s.v. jonc). Il est intéressant de remarquer qu’Eustache Marcadé met à la rime le jonc marin et le romarin dans la Passion d’Arras au début du XVe siècle : Mais la couronne pas d’argent / ne sera, ne d’or vraiement. / Elle sera de jons marins / qui valent pis que romarins (DMF, s.v. jonc). Le jeu sonore qui a permis l’association des deux termes à la rime explique peut-être la confusion du copiste.

27Cette belle édition des Heures de Christine de Pizan est donc la bienvenue. Elle nous donne accès à une œuvre dont les qualités et les spécificités sont très bien mises en valeur. Forts d’un travail patiemment développé et longuement mûri, les éditeurs accordent ainsi à ces Heures de contemplacion sur la Passion de Nostre Seigneur Jhesucrist la juste place qu’elles méritent au sein de la littérature religieuse du XVe siècle.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Xavier Leroux, « Christine de Pizan, Heures de contemplacion sur la Passion de Nostre Seigneur Jhesucrist, avec, en appendice, Petit traictié de la mort et passion de nostre Seigneur Jhesucrist attribué à Jean Gerson, Liliane Dulac et René Stuip (éds), avec la collaboration de E. J. Richards, Paris, Champion (études christiniennes, 15), 2017, LXII / 208 p », Babel, 37 | 2018, 333-338.

Référence électronique

Xavier Leroux, « Christine de Pizan, Heures de contemplacion sur la Passion de Nostre Seigneur Jhesucrist, avec, en appendice, Petit traictié de la mort et passion de nostre Seigneur Jhesucrist attribué à Jean Gerson, Liliane Dulac et René Stuip (éds), avec la collaboration de E. J. Richards, Paris, Champion (études christiniennes, 15), 2017, LXII / 208 p », Babel [En ligne], 37 | 2018, mis en ligne le 06 juin 2018, consulté le 21 août 2018. URL : http://journals.openedition.org/babel/5490 ; DOI : 10.4000/babel.5490

Haut de page

Auteur

Xavier Leroux

Université de Toulon - Laboratoire Babel (EA 2649)

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Babel. Littératures plurielles est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Laboratoire Babel
  • Logo Université de Toulon
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • OpenEdition Journals