Navigation – Plan du site

Introduction

Guillaume Berthon et Nathalie Dauvois
p. 7-12

Texte intégral

  • 1 À la notable exception des Œuvres complètes publiées par François Rigolot chez Garnier-Flammarion ( (...)
  • 2 Pour une mise au point sur le sujet, voir Guillaume Berthon, Clément Marot. L’Adolescence clémentin (...)

L’Adolescence clémentine revient périodiquement au programme des agrégations de lettres : elle le fut ainsi en 1997 et 2007, avant de l’être à nouveau en 2019 – comme s’il s’agissait de célébrer de dix ans en dix ans ce rite de passage que constitue l’agrégation. Choix et rythme d’autant plus intéressants qu’ils correspondent à une redécouverte de l’œuvre de Marot et à une histoire conjointe de sa réception et de ses éditions. Si L’Adolescence est bien, en 1532, une œuvre publiée sous ce titre par son auteur, le texte que nous lisons aujourd’hui dans l’édition au programme, comme dans la plupart des éditions disponibles1, n’est pas celui de la première Adolescence, mais d’une partie des Œuvres publiées en 15382. Quand Marot occupait déjà les agrégatifs dans la lointaine année 1977, l’édition de référence était celle de Claude A. Mayer qui redistribuait tous les poèmes par genres. L’émergence de L’Adolescence clémentine dans les programmes répond ainsi à une valorisation des recueils d’auteur, et à une lecture de cette partie à la lumière de l’œuvre complète.

Le choix de l’édition de Gérard Defaux pour l’agrégation de 1997 allait du moins en ce sens. Celui-ci publia en effet les œuvres complètes du poète pour les Classiques Garnier en 1990 et 1993, en se fondant sur l’édition des Œuvres réalisée par Étienne Dolet en 1538. Ces deux volumes introduits par de véritables essais critiques proposent une lecture évangélique et téléologique des œuvres, orientées tout entières vers l’accomplissement des Psaumes. Gérard Defaux invite à relire les modifications et le réordonnancement par Marot de L’Adolescence clémentine comme modelés par l’histoire d’un homme, de ses engagements évangéliques et des ennuis qu’ils lui attirèrent, en même temps que d’un auteur, se libérant progressivement des contraintes formelles de la génération des Rhétoriqueurs – d’où l’ordre à la fois biographique et générique qu’aurait pris en 1538 L’Adolescence.

  • 3 Clément Marot « Prince des poëtes françois » 1496-1996, éd. Gérard Defaux et Michel Simonin et La G (...)
  • 4 L’Idéal et la différence. La perception de la personnalité littéraire à la Renaissance, Genève, Dro (...)
  • 5 « Or ne mens ». Couleurs de l’éloge et du blâme chez les « Grands Rhétoriqueurs » Paris, Champion, (...)

Cette lecture s’inscrit dans un paysage critique d’ensemble qu’illustre la publication des actes des deux grands colloques de Baltimore et de Cahors dont il fut en 1996 l’un des promoteurs3. S’y exprimaient notamment des points de vue qui non seulement valorisaient l’évangélisme de Marot comme clé de lecture d’ensemble, mais aussi mettaient en avant l’émergence d’une conscience critique d’auteur, ou l’invention par Marot d’une écriture de la familiarité. Ces années 1990 virent en effet paraître à la fois L’Idéal et la différence de Jean Lecointe qui analyse notamment la promotion, dans la lignée érasmienne, d’un style éthique du naïf et du naturel4 et l’Or ne mens de François Cornilliat qui traite, entre autres, du passage de la poésie épidictique et monumentale des Grands Rhétoriqueurs à l’écriture enjouée d’un Marot prince des poètes autant que poète des princes dont la petite épître au roi avec ses détournements de l’ornement de la rime équivoque serait l’emblème5.

  • 6 Actes publiés dans les Cahiers Textuel, 16 (« Clément Marot, L’Adolescence clémentine », éd. Simone (...)

Les actes de la journée d’étude consacrée à L’Adolescence clémentine organisée à Paris-Diderot à l’occasion du programme d’agrégation 1997 rendaient compte de ces avancées critiques tout en prenant un certain recul par rapport à elles, en faisant, déjà, la part belle au dialogue poétique ou à l’écriture comme passetemps, à l’ironie et à l’humour dans la mise en scène par Clément Marot de ses propres jeunesses6. Ils donnaient aussi la parole à une jeune critique marotique aux côtés des critiques éprouvés, comme Frank Lestringant, éditeur dès 1987 chez Poésie-Gallimard d’une Adolescence qui incluait quelques autres textes. Ces années avaient vu en effet fleurir de nouvelles thèses consacrées au poète, malheureusement non publiées : celle de Thierry Mantovani (1996) sur l’art du vers au début du XVIe siècle, notamment chez Marot père et fils, belle illustration de la virtuosité mais aussi de la liberté du second, et celle de Jean-Max Colard (1999), consacrée aux poèmes d’adresse de la période 1515-1560, qui replaçait l’entreprise marotique dans une sociologie curiale, définissant la poétique de Clément Marot comme poétique de la proximité.

  • 7 Vertu du discours, Discours de la vertu, Genève, Droz, 1999, notamment p. 46 sur « l’hyperbole de l (...)
  • 8 Clément Marot: the Mirror of the Prince, Charlottesville, Rookwood Press, 2005.
  • 9 L’Épithète et la connivence. Écriture concertée chez les Évangéliques français (1523-1534), Genève, (...)
  • 10 Clément Marot et les métamorphoses de l’auteur à l’aube de la Renaissance, Genève, Droz, 2004.
  • 11 The Comic Genius of Clément Marot. The Function of Humor in His Poetry, Lewiston, E. Mellen Press, (...)
  • 12 « Entre deux airs. » Style simple et ethos poétique chez Clément Marot et Joachim Du Bellay (1515-1 (...)
  • 13 Cahiers Textuel, 30 (« En relisant L’Adolescence clémentine », éd. Jean Vignes), janvier 2007.

La décennie suivante a récolté les fruits de ce renouveau éditorial et critique en en approfondissant les acquis et parfois en les nuançant, à travers des ouvrages sur l’éthique (Ulrich Langer7) et le rapport au roi (Ehsan Ahmed8), sur le discours évangélique commun à un groupe d’écrivains dont Marot (Isabelle Garnier9), sur la figure d’auteur (Florian Preisig10), sur le comique (Honor Aldred11) et sur la « poéthique » du style simple (Corinne Noirot12). Rendaient bien compte là encore de cette ouverture des approches critiques les actes de la journée organisée à Paris-Diderot, publiés dans les Cahiers textuel de 200713. Comme le précisait Jean Vignes dans la préface, l’enjeu était d’y « rendre compte sans exclusive idéologique ou méthodologique des divers aspects de L’Adolescence clémentine, d’en faire percevoir toute la diversité, notamment formelle et générique ». Nulle dispersion ici, mais une attention à la « multiplicité des visages ou des masques de Marot : l’humble berger, l’historiographe des Princes, le fidèle chrétien, serviteur de Ferme Amour, ou militant évangélique, mais aussi le baladin badin, qui n’est pas son rôle le moins sympathique ».

La journée du 30 novembre 2018, dont nous publions ici les actes, prolonge cette tradition des journées agrégatives organisées à Paris Diderot avec la collaboration de Paris III Sorbonne nouvelle (et avec le concours exceptionnel, cette année, de l’Université de Toulon pour la publication) et se situe résolument dans le même esprit. Mais conformément au titre choisi pour cette journée, il s’est agi cette fois de faire entendre plus particulièrement les différentes voix du texte, en donnant au mot voix toute sa résonance musicale mais aussi sa dimension énonciative. En son adolescence, Clément s’est délecté des rimes tintinnabulantes de ses prédécesseurs et des airs à la mode qu’entonnaient les « Musiciens à la voix argentine » (B. IV) dont l’écho résonne dans bien des textes, jusqu’au quasi-centon constitué par la seconde complainte de L’Adolescence. Les premières émotions artistiques du poète doivent sans doute autant à l’ouïe qu’à la vue. Et quand il trempe la plume dans l’encrier, c’est d’abord pour écrire des textes destinés à être chantés. Jean Vignes le rappelle utilement à la fin de ce numéro : la poésie marotique a connu une intense vie de musique avant de passer sous la presse.

  • 14 René Char, Feuillets d’Hypnos, fragment 194 (dans Fureur et mystère, Paris, Gallimard, 2000 (1re éd (...)

Or, à partir de 1532, Marot commence à bâtir un véritable monument de papier, métamorphosant son chant adolescent en « voix d’encre »14. Le recueil qu’il imagine garde pourtant la mémoire d’une vocalité que souligne en ouverture la traduction de la première églogue de Virgile. Les voix musicales des deux bergers antiques s’y entremêlent et convoquent au seuil du livre l’univers des chansons qui le refermeront aussi :

Toi Tityrus, gisant dessous l’ormeau
Large, et épais, d’un petit chalumeau
Chantes chansons rustiques en beaux chants.

  • 15 Voir à ce sujet l’article récent de Jérémie Bichüe, « Voix singulières, voix collectives : pratique (...)

L’insistance du troisième vers, qui n’est pas de Maro mais bien de Marot, dit assez ce que le recueil doit au chant et aux voix entrelacées. Même lorsqu’il délaisse apparemment la musique, le poète de L’Adolescence se fait volontiers porte-voix : voix plaintives des amoureux dans « Le Temple de Cupido », voix livresques des femmes du temps jadis dans l’« Épître de Maguelonne », voix des morts et des vivants dans les épitaphes, et jusqu’aux éclats de voix qui retentissent dans les ballades et les rondeaux et que le refrain amplifie bien souvent15. À la ventriloquie du poète répondent aussi parfois, dans la trame même de L’Adolescence, quelques voix amies : le concert des « enfants d’Apollon », frères et sœurs en poésie, qui sert de contrepoint à la mélodie clémentine, renforçant la polyphonie ou l’enrichissant de notes plaisamment discordantes.

  • 16 L’Intention du poète. Clément Marot « autheur », Paris, Classiques Garnier, 2014.
  • 17 Signalons aussi, à propos de parties de l’œuvre marotique qui se situent en marge du programme de l (...)

Pour rendre compte de cette diversité, notre journée d’étude a bénéficié de l’expérience d’orateurs déjà présents dans les grands colloques de 1997 et/ou dans les Cahiers Textuel de 2007, spécialistes reconnus de l’auteur et de la période, porteurs chacun à sa manière d’interrogations nouvelles sur le texte (qu’il s’agisse de l’apport musical ou de la question des femmes), mais aussi du renouveau qu’apportent de jeunes chercheurs ayant soutenu leur thèse sur Marot ou ses contemporains durant la décennie écoulée qui tous éclairent un nouvel aspect de l’œuvre marotique : l’implication de Marot dans la publication de son œuvre et sa réflexion sur ce qu’est un recueil poétique (Guillaume Berthon en 2010, thèse publiée en 201416), la sociologie de l’œuvre (Claire Sicard en 2013), le genre de l’épître (Pauline Dorio en 2016), les contraintes judiciaires (censure, procès, etc.) et la défense de la liberté d’écrire (André Bayrou, 2017), le rapport de filiation à ses pères en écriture, de Jean Marot à Guillaume Crétin (Ellen Delvallée, 201717).

Un des apports majeurs de cette journée est de rendre compte de cette vie de la critique marotique, de l’attention renouvelée à la diversité même des sons, des tons, des voix de cet ensemble de poèmes du premier Marot. L’enjeu était bien de faire entendre et d’explorer la variété des voix du texte en fonction des genres, des interlocuteurs, des circonstances mais aussi, comme dans les épitaphes, des postures énonciatives endossées (ainsi que le montre Mathilde Vidal) ou, dans les rondeaux notamment, des voix multiples que le recueil insère, voix de femmes, de Jeanne Gaillarde notamment, ou de cet autre enfant d’Apollon qu’est Victor Brodeau, ce qu’illustrent respectivement les articles de Michèle Clément et de Claire Sicard. Il s’agissait également de mettre en lumière les inflexions diverses et les jeux de rôle d’un Clément Marot maître en son art, dont témoigne la virtuosité des épîtres (Pauline Dorio).

En même temps se fait entendre ici un Marot propre à L’Adolescence, dont l’édition de 1538 soigne d’autant plus la représentation, l’incarnation, le style et la voix, qu’il est passé : celui des amoureuses chansons, de la tendresse et du jeu qu’ont étudié Jean Vignes, André Bayrou ou Guillaume Berthon. C’est bien cette voix, et notamment celle du beau Noël commenté par Jean-Charles Monferran, que les chansons magnifiquement interprétées par Esther Labourdette et Miguel Henry ont su rendre, pour clore notre journée, à sa vibrante jeunesse.

Haut de page

Notes

1 À la notable exception des Œuvres complètes publiées par François Rigolot chez Garnier-Flammarion (2007-2009) dont le premier volume propose le texte dans l’édition de 1532.

2 Pour une mise au point sur le sujet, voir Guillaume Berthon, Clément Marot. L’Adolescence clémentine, Neuilly, Atlande, 2018 (2e éd. revue), p. 11-19.

3 Clément Marot « Prince des poëtes françois » 1496-1996, éd. Gérard Defaux et Michel Simonin et La Génération Marot. Poètes français et néo-latins (1515-1550), éd. Gérard Defaux, tous deux parus à Paris, Champion, 1997.

4 L’Idéal et la différence. La perception de la personnalité littéraire à la Renaissance, Genève, Droz, 1993, p. 428-447 et 688-695.

5 « Or ne mens ». Couleurs de l’éloge et du blâme chez les « Grands Rhétoriqueurs » Paris, Champion, 1994, p. 322-338.

6 Actes publiés dans les Cahiers Textuel, 16 (« Clément Marot, L’Adolescence clémentine », éd. Simone Perrier), janvier 1997.

7 Vertu du discours, Discours de la vertu, Genève, Droz, 1999, notamment p. 46 sur « l’hyperbole de la louange marotique » comme « calcul éthique, discours qui en louant pousse à la justice ».

8 Clément Marot: the Mirror of the Prince, Charlottesville, Rookwood Press, 2005.

9 L’Épithète et la connivence. Écriture concertée chez les Évangéliques français (1523-1534), Genève, Droz, 2005.

10 Clément Marot et les métamorphoses de l’auteur à l’aube de la Renaissance, Genève, Droz, 2004.

11 The Comic Genius of Clément Marot. The Function of Humor in His Poetry, Lewiston, E. Mellen Press, 2009.

12 « Entre deux airs. » Style simple et ethos poétique chez Clément Marot et Joachim Du Bellay (1515-1560), Paris, Hermann, 2013 (thèse soutenue en 2005).

13 Cahiers Textuel, 30 (« En relisant L’Adolescence clémentine », éd. Jean Vignes), janvier 2007.

14 René Char, Feuillets d’Hypnos, fragment 194 (dans Fureur et mystère, Paris, Gallimard, 2000 (1re éd. en 1967), p. 137).

15 Voir à ce sujet l’article récent de Jérémie Bichüe, « Voix singulières, voix collectives : pratiques du discours rapporté dans les formes poétiques à refrain de L’Adolescence clémentine », Styles, genres, auteurs, 18 (2018), p. 79-95.

16 L’Intention du poète. Clément Marot « autheur », Paris, Classiques Garnier, 2014.

17 Signalons aussi, à propos de parties de l’œuvre marotique qui se situent en marge du programme de l’agrégation, les travaux qui ont porté sur les traductions marotiques : les psaumes, étudiés par Dick Wursten (Clément Marot and Religion. A Reassessment in the Light of his Psalm Paraphrases, Leyde-Boston, Brill, 2010) et Ovide, vu par David Claivaz (« Ovide veut parler ». Les négociations de Clément Marot traducteur, Genève, Droz, 2016).

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Guillaume Berthon et Nathalie Dauvois, « Introduction », Babel, Hors-série Agrégation | 2019, 7-12.

Référence électronique

Guillaume Berthon et Nathalie Dauvois, « Introduction », Babel [En ligne], Hors-série Agrégation | 2019, mis en ligne le 01 janvier 2019, consulté le 15 janvier 2019. URL : http://journals.openedition.org/babel/5525

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Babel. Littératures plurielles est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Laboratoire Babel
  • Logo Université de Toulon
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • OpenEdition Journals