Navigation – Plan du site

Voix de femmes dans L’Adolescence clémentine (1538)

Michèle Clément
p. 85-101

Résumé

Marot donne la parole dans L’Adolescence clémentine à des voix féminines, tantôt fictionnelles, tantôt attestées dans l’histoire. Ces délégations de paroles, selon leur degré de fictionnalité justement, ne construisent pas la même autorité. Un « je » féminin sans nom et dans une posture topique amoureuse n’a pas la même légitimité qu’un « je » nommé, identifiable dans la société de l’époque. Pourquoi faire parler des femmes ? Selon quels procédés énonciatifs différents ? Répondre à ces questions permet de mieux cerner l’insertion d’un poème d’autrice dans le recueil.

Haut de page

Texte intégral

1Ce n’est pas toujours Marot qui parle dans L’Adolescence clémentine. Il représente ou présente des voix qui ne sont pas toujours assimilables à la sienne.

  • 1 Éliane Kotler, « Des contrastes énonciatifs dans L’Adolescence clémentine », p. 79.
  • 2 Voir Guillaume Berthon, section « Le Dialogisme de L’Adolescence », dans Clément Marot. L’Adolescen (...)

2Pour étudier les contrastes énonciatifs dans L’Adolescence clémentine, Éliane Kotler s’est penchée sur « les textes où le locuteur et le poète semblent ne faire qu’une seule et même personne, ou, pour dire cela autrement, où le je fait référence à l’image textuelle de Marot »1 et elle annonce laisser les autres textes où le locuteur et le poète ne se confondent pas. Ce sont ces textes que je vais analyser, qui sont le produit d’une polyphonie2, et précisément les poèmes énoncés au féminin. Plusieurs poèmes de L’Adolescence clémentine font parler un « je » lyrique féminin. Cette plasticité énonciative (qui est le propre de la fiction poétique) construit des voix féminines très différentes. Un « je » féminin anonyme et dans une posture topique amoureuse n’a pas la même légitimité qu’un « je » nommé, identifiable dans la société de l’époque. Quelle autorité est donnée à ces voix féminines selon les poèmes et les situations d’énonciation ?

Voix hétérogènes et hétérogénéité maximale

3Face à l’hétérogénéité énonciative traditionnelle en poésie qui fait parler tantôt une allégorie (comme « Crainte » dans « L’épître du dépourvu »), tantôt un dieu (comme Mercure dans la même épître) tantôt un homme, tantôt une femme, ce qui est troublant dans L’Adolescence clémentine, ce sont les cas d’hétérogénéité maximale : celle des textes qui ne sont pas de Marot, et qui ne sont pas disposés à la périphérie du recueil, dans un péritexte accueillant à l’hétérogénéité énonciative, mais au contraire insérés dans le livre, intégrés à sa matière et à son ordre.

4C’est le cas dans les rondeaux par paire : rondeaux à Étienne Clavier et d’Étienne Clavier (R. 16 et 17) ; rondeaux à Jeanne Gaillarde et de Jeanne Gaillarde (R. 18 et 19), rondeaux à Victor Brodeau et de Victor Brodeau (R. 62 et 63). Ce n’est pas une innovation dans le genre du rondeau. Selon Jean Vignes,

  • 3 Pierre-Yves Badel, « Le rondeau au temps de Jean Marot », p. 31.
  • 4 Jean Vignes, « En un rondeau ou deux ou davantage… Effets de singularité et de parallélisme dans le (...)

les couples de rondeaux sont une vieille tradition : dans son article sur le rondeau au temps de Jean Marot, Pierre-Yves Badel rappelle que plusieurs anthologies « font un bloc des rondeaux qui vont par couple »3. Il donne l’exemple du Recueil Jean Marot publié en 1532 par Clément, qui présente une séquence de six rondeaux allant par paire, et surtout d’un manuscrit lillois dont cent pièces forment cinquante couples d’envoi/réponse, la plupart faisant dialoguer un homme et une femme.4

  • 5 Catherine M. Müller, « “En donnant lieu à la main feminine” : lecture de quelques dialogues poétiqu (...)

5Catherine M. Müller part du même constat de l’abondance au XVe siècle des dialogues poétiques de pièce à pièce, mais relève qu’ils sont souvent fictifs, avant d’analyser cinq cas d’échanges lyriques des XVe et XVIe siècles5 dans lesquels l’adresse est à un poète ou une poétesse historiquement attestés (dont Clément Marot et Jeanne Gaillarde).

6L’hétérogénéité des voix est donc reprise à des pratiques antérieures mais l’hétérogénéité des voix auctoriales dans un recueil d’auteur reste une rareté. Cette hétérogénéité apparaît aussi dans L’Adolescence clémentine dans la chanson 41, écrite moitié par Héroët pour le premier couplet, moitié par Marot pour le second couplet.

7Ce n’est, en revanche, pas le cas avec les vers de David Minfant, insérés dans l’« Épître en prose à ladite Dame touchant l’armée du roi en Hainaut » (éd. Roudaut, p. 193), car, dans ce cas, la nature citationnelle du neuvain (il est inséré dans une parole première) semble l’emporter sur la présence – à égalité – d’une autre voix auctoriale.

8Donc, si l’on exclut les pratiques citationnelles (d’intertextualité), dont relève ce dernier cas, il y a au moins quatre auteurs, autres que Marot, qui s’expriment en tant que tels (comme auteurs et non pas cités ou traduits) au cœur des sections de L’Adolescence clémentine : Victor Brodeau, Antoine Héroët, Étienne Clavier et Jeanne Gaillarde.

  • 6 Voir Claire Sicard, « La carole des rondeaux dans L’Adolescence clémentine de 1538 » : elle y analy (...)

9Ma problématique est la suivante : dans quelle série lire le rondeau de Jeanne Gaillarde ? Dans la série des voix de femmes (c’est-à-dire les poèmes où s’exprime un « je » lyrique féminin) ou dans la série des voix d’auteurs accueillis dans le recueil6 ? Essayons les deux hypothèses.

Un « je » féminin dans la série des voix de femmes

  • 7 Diane Desrosiers a fait une communication au Congrès de la Société canadienne d’études de la Renais (...)
  • 8 Cette complainte qui pourrait être une complainte réelle de la nièce de Jeanne Bonté est une pure p (...)

10Si on répertorie les voix féminines, une échelle apparaît immédiatement, qui va du personnage fictionnel à la personne réelle, qui parle ou pour laquelle on parle7. Il y a donc trois cas de voix de femmes. Le plus fréquent est une fiction de parole féminine (le poète feint la parole féminine) : c’est la voix de Maguelonne qui parle en première personne, dans l’imitation d’héroïde que construit Marot dans l’« Épître de Maguelonne à son ami Pierre de Provence » ; c’est la voix de la nièce qui pleure sa tante dans la deuxième complainte (p. 218-221)8 ; c’est la voix de « la jeune femme qui a vieil mary » (R. 8) ; celle « de la mal mariée qui ne veut faire ami » (R. 65) ; c’est la voix de la chanson 4 : « Jouissance vous donneray / Mon Ami » (p. 350-351) ; ce sont aussi les interventions en style direct d’un personnage féminin (comme Hélène dans le R. 47, p. 324)… Dans tous ces cas, c’est le poète qui s’empare de la voix féminine dans le processus de fictionnalisation de la parole. Le rondeau portant la signature acrostiche de Marot à la fin de l’épître de Maguelonne (p. 171-172) signale clairement cette réappropriation par l’auteur de la parole déléguée.

11Dans ces cas de voix fictionnelles, quelle autorité leur est accordée ?

12Ou bien la femme porte un message évangélique : c’est le cas de Maguelonne, qui n’est pas Didon (voir le refrain du rondeau final : « Comme Didon »), parce qu’elle est une héroïne chrétienne. Féminisme et christianisme se retrouvent ici conjoints (pour cette raison, « Ferme Amour » est une allégorie féminine dans « Le Temple de Cupido », ainsi que la Paix, fille de Jésus Christ dans l’« Épître en prose »). La voix féminine est alors autorisée par son éthos chrétien, admirable de vertu, mais c’est rare. C’est peut-être aussi le cas dans la « Complainte d’une nièce, sur la mort de sa tante ».

  • 9 Les lieux communs misogynes, souvent renforcés de nourrir des querelles poétiques, se trouvent ici (...)

13Ou bien, plus souvent, dans les poèmes d’amour, le je lyrique féminin porte un message d’émancipation amoureuse, tout à fait ambigu. On ne distingue pas clairement au premier abord s’il est en faveur des femmes ou en faveur des hommes, si l’appel à la pratique amoureuse est au profit d’une économie libidinale féminine (le droit à la jouissance des femmes) ou masculine (le droit des hommes à jouir des femmes interdites). Il y a là une instrumentalisation de la voix féminine au profit d’un allégement des interdits moraux et religieux et il s’agit moins de prêter la voix aux femmes que d’utiliser une duplicité énonciative : faire plaider par une femme la cause de la liberté sexuelle au profit des jeunes hommes, frustrés par les vieux d’une légitime jouissance ; la liberté sexuelle de la jeune dame reste, elle, peu recevable. C’est le rondeau « De la jeune dame, qui a vieil mari » (R. 8) qui expose le plus clairement cette situation érotique défavorable et le dilemme moral en première personne féminine pour une juste jouissance sexuelle. C’est aussi la stratégie de la chanson 4 : « Jouissance vous donneray / Mon Ami » (p. 350-351). Le rondeau 4, au masculin lui, « De celui, qui incite une jeune dame à faire ami » éclaire ce processus, envisagé cette fois de l’autre côté de la barrière genrée, par un homme qui a justement besoin d’une simulation de parole féminine : « Que si j’étais jeune et gaillarde femme… », vers qui semble appeler la fiction du rondeau 8 ou de la chanson 4. L’autorité de la parole féminine est donc très douteuse dans ces cas de délibération sur la liberté amoureuse, puisqu’aucune femme ne pourrait tenir ce discours dans l’espace social9.

14« D’une dame, à un importun » (R. 64, p. 341) est peut-être le seul rondeau où un « je » féminin parle pour une femme, en faveur de la liberté féminine d’accepter ou de refuser un serviteur sans être menacée d’équivocité ; en l’occurrence dans le refus, la voix de femme est autorisée. Et comme ce rondeau est peut-être le rondeau responsif au rondeau 54 : « À une dame, pour lui offrir cœur et service » (R. 54, p. 331), puisque les deux rondeaux recourent au même rentrement (« Tant seulement »), il serait le rondeau où une voix féminine l’emporte sur une voix masculine.

15Le deuxième cas de voix féminine est strictement une ventriloquie, une parole dite pour une femme dont l’existence est attestée et qui aurait pu s’exprimer, une vraie parole féminine endossée par Marot : c’est le cas du rondeau « Sur la devise de Madame de Lorraine » (R. 61, p. 338-339). Après une hésitation sur le « je » unique du dernier vers de ce rondeau, il s’avère que c’est Madame de Lorraine qui parle (derniers vers : « Pour ce les ai en devise liés, / Amour et Foi »). En général, cette ventriloquie est au service d’une personne haut placée, comme on le voit dans l’épître 25 de la Suyte de L’Adolescence clémentine, « Pour la petite princesse de Navarre. À Madame Marguerite », où c’est bien Jeanne d’Albret, fille de Marguerite de Navarre, qui parle dans l’épître, par l’entremise de Marot (le « Pour » signale la délégation de parole) :

Voyant que la Royne ma Mere
Trouve à présent la ryme amere
Ma Dame, m’est prins fantasie
De vous monstrer qu’en Poesie
Sa fille suis […]. (v. 1-5)

  • 10 Guillaume Berthon, L’Intention du poète. Clément Marot « autheur », p. 125.

16G. Berthon souligne ce fait dans L’Intention du poète : « on sait que Marot écrit à plusieurs reprises pour le compte d’autres personnages »10 ; le poète est alors au plus près de sa fonction de secrétaire. L’autorité accordée à cette parole féminine (où le genre importe moins que le statut social) est maximale mais elle est d’avant la littérature : elle est sociale ; ce n’est pas la littérature qui confère l’autorité.

17Le troisième cas de parole de femme (qui signale une présence de parole et non une représentation de parole) est celui d’une autrice dont la voix est incrustée dans le recueil, sous la forme d’une unique pièce, le rondeau de Jeanne Gaillarde (R. 20).

18Ce rondeau répond à une louange individuelle dont la singularité consiste à faire entrer Jeanne Gaillarde dans une conception du temps lettré (Jeanne serait louée par Christine de Pizan « s’elle vivoit »), la faire entrer dans une histoire littéraire, faite d’une perception historique de la langue et d’une perception sérielle de l’auctorialité. Ce n’est pas un hapax qu’une femme écrivant, nous dit Marot. Que répond Jeanne Gaillarde ?

De m’acquitter je me trouve surprise
D’un faible esprit, car à toi n’ai savoir
Correspondant : [...]. (p. 297)

19Derrière l’humilité topique, qui culmine avec « l’ignorance » finale (« Dont ignorance a rompu l’entreprise / De m’acquitter », v. 11-12), c’est le silence sur la lignée auctoriale féminine de la part de Jeanne Gaillarde qui est remarquable et le choix du face-à-face, même déséquilibré, avec le seul Marot. Jeanne Gaillarde oublie Christine de Pizan.

20Posons la question qui fâche. Peut-on être sûr qu’il s’agit d’une vraie voix de femme puisque le poète peut feindre la parole féminine ? Quelle réalité pour Jeanne Gaillarde ?

  • 11 En fait à propos de Jeanne Gaillarde. Le de se comprend mieux dans le titre de l’épigramme que devi (...)
  • 12 Clément Marot, Œuvres complètes, éd. F. Rigolot, t. I, p. 163.

21Jeanne Gaillarde est deux fois nommée et louée par Marot dans L’Adolescence clémentine, dans son rondeau (qui précède la réponse) et dans un dizain : « Le dixain de11 ma dame Jehanne Gaillarde. Lyonnoise » en 1532, qui se trouve dix feuillets plus loin (f° lxxiv v°) dans la section des « Dixains » ; ce dizain est retiré de L’Adolescence clémentine (avec tous les autres dizains) en 1538 pour devenir une épigramme « De Dame Jeanne Gaillarde Lyonnaise », dans la section des épigrammes des Œuvres12.

22Trois textes portent donc le nom de Jeanne Gaillarde : deux textes de Marot et un texte de Jeanne Gaillarde (on peut établir un parallèle exact avec le cas de Victor Brodeau, qui reçoit deux textes de Marot et en donne un dans L’Adolescence clémentine).

  • 13 Daniel Martin, « Voix de femmes, livres d’hommes. Autour de trois poétesses : Jeanne Gaillarde, Jac (...)

23Il y a ici une singularité, celle d’un texte unique écrit par une autrice, une « voix de femme dans un livre d’homme » pour reprendre la formule de Daniel Martin13 ; et c’est aussi ce qu’expose le rondeau de Marot grâce à l’expression-clé « donner lieu à la main féminine », qui consiste à faire entrer un écrit de femme dans un livre d’homme (stricto sensu : publier un texte de femme), en même temps qu’inscrire Jeanne Gaillarde dans une généalogie d’autrices, depuis Christine de Pizan. Non seulement il n’y a pas de frilosité de Marot envers les femmes de savoir, mais il leur confère une autorité, par le geste littéraire d’intégrer le texte d’une consœur à son œuvre.

24Voilà donc une autrice parmi des autrices et placée dans un livre d’homme. Ce qui nous amène à reconsidérer l’insertion sérielle de Jeanne Gaillarde dans la série Étienne Clavier, Victor Brodeau, Antoine Héroët, pour discerner l’autorité de cette voix.

Un « je » féminin dans la série des auteurs accueillis dans le livre

25L’agencement du recueil nous pousse à prendre en compte cette hypothèse de lecture. Jeanne Gaillarde est un des quatre auteurs invités à écrire dans le recueil. Si on reprend la série des auteurs écrivant dans L’Adolescence Clémentine, on note que dans trois de ces quatre cas (pour deux couples de rondeaux et pour la chanson 41), la parité auctoriale est parfaite : rondeaux doubles en décasyllabes face à rondeaux doubles en décasyllabes (pour Étienne Clavier-Marot et pour Victor Brodeau-Marot) ; quatrain de décasyllabes face à quatrain de décasyllabes pour Héroët-Marot. De plus, dans le cas des couples de rondeaux, le rentrement est partagé par Marot et Clavier (« Pour bien louer »), et par Marot et Brodeau (« Au bon vieux temps »). Tous les codes de la joute littéraire sont affichés : même forme, même vers et même contrainte d’écho.

26Dans le cas du rondeau de Jeanne Gaillarde, il n’en va pas de même : à un rondeau double en décasyllabes répond un rondeau simple en décasyllabes (unique spécimen du recueil) ; de plus, Jeanne Gaillarde ne reprend pas le rentrement de Marot (« D’avoir le prix ») mais joue avec en lui opposant « De m’acquitter », dans une sorte de métaphore filée financière, et joue peut-être aussi sur la féminisation de « prix » en « -prise » (rime A du rondeau). En tout cas, le déséquilibre est net dans cette paire de rondeaux par rapport aux autres paires du recueil. Le tableau suivant révélera la singularité du rondeau de Jeanne Gaillarde :

27Marot n’écrit aucun rondeau simple en décasyllabes parmi ses 67 rondeaux de L’Adolescence clémentine. D’où la singularité formelle d’un texte unique.

  • 14 V.-L. Saulnier, « Documents nouveaux sur Jeanne Gaillarde et ses amis : Clément Marot, Jacques Coli (...)
  • 15 Pour la datation de ce manuscrit fr 2335, voir l’article de Gérard Defaux, « De la traduction du Co (...)

28J. Gaillarde a-t-elle écrit autre chose ? Contrairement à ce qu’écrivent François Rigolot et Gérard Defaux dans les notes de leurs éditions respectives, à savoir que le seul texte connu de Jeanne Gaillarde est ce rondeau, elle est l’autrice d’autres rondeaux, découverts par V.-L. Saulnier en 1952, puis étudiés par Catherine M. Müller en 2005 et par Daniel Martin en 200814. Ils se trouvent dans le manuscrit français 2335, aux f° 72 v°-75 v°, qui enregistrent sept rondeaux successifs de Jeanne Gaillarde, précédés de ses initiales J. G., voire des initiales du destinataire15.

29Six des sept rondeaux de Jeanne Gaillarde sont des rondeaux doubles en décasyllabes, seul le rondeau à Marot (dans le ms. fr. 2335) est un rondeau simple, ce qui renforce l’hypothèse de Catherine M. Müller : Jeanne Gaillarde a délibérément rompu le code formel de la réponse poétique en instaurant un déséquilibre, de sorte que ce déséquilibre interroge le bien-fondé du dialogue avec Marot. Est-elle une femme parmi des auteurs (dissonance et déséquilibre des positions d’autorité) ou un auteur parmi d’autres (consonance) ? Le jeu n’est pas d’égal à égal, c’est ce que signifie le rondeau simple. Derrière l’humilité affichée (rhétorique de l’excusatio), c’est le constat d’une inégalité, discrètement rappelée par le choix du rondeau simple et donc d’un vers de moins dans chaque strophe, et fortement illustrée par l’insertion d’un poème unique de femme dans un livre d’homme. Les femmes écrivent et ne publient pas, sauf si on les autorise/encourage, processus clé de la publication imprimée féminine au XVIe siècle. C’est la raison pour laquelle Jeanne Gaillarde souhaite être dans un dialogue d’homme à femme et non inscrite dans une généalogie féminine (ce qu’elle neutralise dans son rondeau).

30Notons cependant – dans le manuscrit – ce qui n’est peut-être pas un hasard : sept rondeaux successifs de Marot précèdent sept rondeaux successifs de Jeanne Gaillarde ; une forme de parité est obtenue par la composition du manuscrit.

  • 16 G. Berthon, L’Intention du poète, op. cit., p. 512. Et p. 510-512 pour le cas suivant.

31Quel est le degré de propriété de Marot sur un texte qui n’est pas de lui ? On sait qu’il peut prendre des libertés avec les textes d’autres auteurs. Le rondeau d’Etienne Clavier à Marot (R. 17) subit une métamorphose textuelle symbolique dès l’édition Tory-Roffet de juin 1533 : l’édition de 1532 donnait : « qu’il n’a second en rhétorique insigne », mais dès 1533, et dans les éditions imprimées suivantes (dont l’édition Dolet), on trouve : « qu’il n’a second en Poésie insigne » (v. 14). G. Berthon, qui analyse cette métamorphose pour révéler l’évolution chez Marot de la rhétorique (« seconde rhétorique ») vers la poésie16, cite aussi deux épigrammes de Marguerite de Navarre incluses dans les Œuvres de 1538 portant des variantes, pour l’une par rapport au manuscrit de Chantilly de la même année 1538, et pour l’autre entre l’édition Dolet et l’édition Gryphe du même été 1538, variantes qui sauraient difficilement être de Marguerite de Navarre. Marot intervient sur les textes des auteurs qu’il fait entrer dans son œuvre.

  • 17 Est-elle alors encore en vie ? Est-elle à Lyon ? Nous ne connaissons rien d’elle hormis les sept ro (...)

32Or, pour Jeanne Gaillarde, il n’existe pas de variantes textuelles (sinon dans les titres) au fil des éditions ; les seules variantes sont entre le ms. fr. 2335 d’un côté et la série des imprimés marotiques entre 1532 et 1546 qui, elle, est stable. Marot ne s’est pas autorisé à retoucher le texte de Jeanne Gaillarde entre 1532 et 1538 (les éditions de 1544 et 1546 à Lyon n’ont pas été revues par lui). Est-ce la preuve d’un respect de sa « plume dorée » ? Jeanne Gaillarde, pourtant lyonnaise17, n’a pas non plus retouché ses textes dans les éditions lyonnaises de 1542 (Dolet), 1544 (Sabon-Constantin) et 1546 (J. de Tournes).

33Voici les deux variantes que présente le ms. fr. 2335, du v. 1 et du dernier vers de J. Gaillarde :

v. 1 : « De m’acquiter vers toy je suis surprise » (imprimés : « De m’acquitter je me trouve surprise »)
v. 11 : « Dont ignorance a brisé l’entreprise » (imprimés : « Dont ignorance a rompu l’entreprise »).

34Il est difficile d’interpréter ces variantes, peu significatives sémantiquement.

  • 18 G. Berthon, L’Intention du poète, op. cit., p. 314. 

35En revanche, le rondeau de Marot a connu aussi deux variantes entre le ms. fr. 2335 (f° 66) et les imprimés. G. Berthon en a étudié une18, celle qui porte sur les mots bouche et main (v. 13-14) :

« Fors que ta bouche est sur tout bien heurée / D’avoir baisé celle » (ms. fr. 2335)
« Fors que tu es une main bienheurée / D’avoir touché celle… » (imprimés de 1532 à 1546)

36On relève aussi cette variante au v. 4 :

« S’elle vivoit en sa forme pristine » (ms. fr. 2335)
« S’elle vivoit par volonté divine » (imprimés de 1532 à 1546)

37Marot, dans ce deuxième cas, élimine un latinisme, par recherche de simplicité en français, comme il le fait ailleurs.

  • 19 Qu’on pense au sonnet 14 de Louise Labé, v. 5-6 : « Tant que ma main pourra les cordes tendre / Du (...)

38Pour en revenir à la main, elle est centrale dans le rondeau de Marot à Jeanne Gaillarde, dont l’objectif est de « donner lieu à la main féminine », et la variante main insiste sur la mise en série de Jeanne Gaillarde avec les auteurs (la main est le moyen de l’écriture, et reste un organe peu genré19) et non sur la mise en série avec les femmes (la « bouche qui a baisé » renvoyant à un érotisme sans rapport direct avec l’écriture). Marot met délibérément Jeanne Gaillarde dans la série des auteurs par la synecdoque insistante de la main et par le classement des rondeaux : elle est placée entre la paire Clavier-Marot et le rondeau acrostiche à Brodeau.

39À rebours de cette promotion forte d’une autrice, de cette volonté de Marot de promouvoir une voix féminine qui devient un texte imprimé, on note une évolution vers l’affaiblissement de la persona d’autrice au fil des rééditions (à Lyon qui plus est !), via la titrologie de plus en plus désinvolte dans les imprimés.

Titres du rondeau de Marot à Jeanne Gaillarde :
Ms. fr. 2335 : pas de titre mais « c. m. à j. g. »
1532 : « À Ma Dame Jehanne gaillarde de Lyon, Femme de grant scavoir »
1538 : « À Ma Dame Jehanne Gaillarde de Lyon, femme de bon scavoir »
1544 : « À Jehanne Gaillarde, Lyonnoise »
1546 : « À Jehanne Gaillarde, Lyonnoise »

Titres du rondeau de Jeanne Gaillarde à Clément Marot :
Ms. fr. 2335 : pas de titre mais « j. g. a. c m »
1532 : « Responce au precedent Rondeau par ma ditte Dame Jeanne Gaillarde »
1538 : « Responce au precedent Rondeau par la dicte Jehanne Gaillarde »
1544 : « Responce de ladicte Gaillarde »
1546 : « Responce de ladicte Gaillarde »

  • 20 Dans le rondeau 4 évoqué plus haut, « De celui, qui incite une jeune dame à faire ami », on trouve (...)

40Le nom « ladicte Gaillarde », à la fois laconique et peu civil, incite à remotiver négativement le nom propre20.

  • 21 Voir par exemple les œuvres de Gabrielle de Bourbon et de Catherine d’Amboise restées manuscrites a (...)

41Notons aussi qu’aucun autre poète, hormis Marot, n’a autorisé Jeanne Gaillarde à entrer dans ses œuvres. Ses poèmes sont restés manuscrits (et sans doute plus nombreux que les seuls sept aujourd’hui répertoriés). La résistance à la publication féminine est une donnée vérifiée une nouvelle fois21.

  • 22 C’est aussi l’expression qu’utilise Marot pour parler de Mellin de Saint-Gelais dans l’épître « À c (...)

42Il y a trois gestes forts dans la louange de la « plume dorée »22 de Jeanne Gaillarde. Marot l’inscrit
- dans une histoire de la langue (langue du début XVIe siècle distincte d’une langue du début XVe), comme il l’a fait avec son édition de Villon,
- dans une histoire des autrices à partir de C. de Pizan,
- et dans le présent des auteurs contemporains admis dans son œuvre (Brodeau, Clavier et Heroët).

43Pour répondre à la problématique initiale : dans quelle série lire le rondeau de Jeanne Gaillarde, dans la série des poèmes où s’exprime un « je » lyrique féminin ou dans la série des voix d’auteurs accueillis dans le recueil ? La réponse est qu’il faut le lire dans les deux séries à la fois, qui font l’autrice doublement entourée, preuve de cette souplesse et richesse organisationnelle de L’Adolescence clémentine, mais aussi que le rondeau prend tout son sens dans la micro-série des auteurs.

44La louange assortie du geste de publication modifie la rhétorique encomiastique toujours suspecte d’exagération, en donnant la preuve de la performativité de la louange ; cette performativité consiste à donner effectivement « lieu à la main féminine ». L’éloge a une vertu programmatique, une valeur prescriptive. Pour Aristote,

  • 23 Aristote, Rhétorique, I, 9, 1367b 36 et 1368a 8, citée par Anne Régent-Susini (voir note suivante), (...)

L’éloge et les conseils relèvent d’une espèce commune, car ce que l’on peut prescrire (hupothoio) quand on se livre à l’activité de conseil, si l’on en change l’expression, se transforme en louanges […]. Par conséquence, quand tu veux faire un éloge, examine ce que tu prescrirais, et quand tu veux prescrire, vois ce que tu louerais.23

45Selon Anne Régent-Susini,

  • 24 Anne Régent-Susini, « L’éloge : quoi de neuf ? », § 15.

C’est en ce sens qu’on peut nuancer le « déficit interactif » et « argumentatif » d’un éloge face auquel l’auditeur n’aurait pas à prendre position. Il serait sans doute plus juste de dire que face à l’éloge, l’auditeur n’a pas à prendre position immédiatement : l’éloge ne se présente pas comme une réponse à une question posée, à un débat en cours ; il ne vise pas à éclairer une décision devant être prise sans délai. Toutefois, il participe à la mise en place du cadre axiologique dans lequel s’articuleront les discussions et les décisions futures. L’éloge – en particulier de personne – peut en outre valoir exhortation, voire injonction : louer l’action bonne, c’est inciter à l’accomplir, et louer la personne bonne, c’est l’inciter – voire l’obliger – à le rester.24

46La visée de Marot ici est un appel à reconfigurer l’espace littéraire, en y faisant place aux femmes. C’est aussi une « intention du poète ».

  • 25 Étrangement, la voix de Marguerite de Navarre n’est pas audible dans L’Adolescence Clémentine : si (...)
  • 26 Voir Contes amoureux par Madame Jeanne Flore, éd. Régine Reynolds-Cornell, Saint-Étienne, PUSE, 200 (...)

47On peut donc attester un féminisme discret mais ferme de Marot en matière littéraire, comme en matière religieuse25, mais qui se complique d’un féminisme parodique, instrumentalisé en matière amoureuse (comme dans Les Contes amoureux par Madame Jeanne Flore en 154226) où la parole des femmes crypte la demande érotique des hommes.

48Marot n’est pas un champion des dames mais sa conscience historique, continuiste, de la littérature, aux antipodes de la conscience avant-gardiste de la Pléiade, ainsi que son évangélisme le rendent attentif à des potentialités féminines et le mènent à faire entendre des voix féminines autorisées au sein de voix féminines contrefaites. Et une autrice, comme Jeanne Gaillarde, fait partie des voix autorisées autant qu’une grande dame du royaume.

Haut de page

Bibliographie

Sources primaires

Aristote, Rhétorique. Trad. Pierre Chiron. Paris : Garnier Flammarion, 2007.

Marot, Clément. Œuvres poétiques complètes. Éd. Gérard Defaux. Paris : Bordas, « Classiques Garnier », 2 t., 1990 et 1993.

Marot, Clément. Œuvres complètes. Éd. François Rigolot. Paris : GF, 2 t., 2007 et 2009.

Marot, Clément. L’Adolescence clémentine. Éd. François Roudaut. Paris : Librairie générale française, 2005 (2e éd. revue 2018).

Sources secondaires

Badel, Pierre-Yves. « Le rondeau au temps de Jean Marot. » Cahiers V.-L. Saulnier. 14 (1997) : 13-35.

Berthon, Guillaume et Le Flanchec, Vân Dung. Clément Marot. L’Adolescence Clémentine. Paris : Atlande, 2018.

Berthon, Guillaume. L’intention du poète. Clément Marot « autheur ». Paris : Classiques Garnier, 2014.

Defaux, Gérard. « De la traduction du Courtisan à celle de L’Hécatomphile : François Ier, Jacques Colin, Mellin de Saint-Gelais et le ms. fr. 2335. » Bibliothèque d’Humanisme et Renaissance LXIV. 3 (2002) : 513-548.

Hudson, Robert J. « Clément Marot’s initial visit to Lyon and Jeanne Gaillarde’s Plume dorée : Announcing the French Renaissance in Verse (ca. 1524). » Chimères XXXII. 1 (2015) : 1-17. journals.ku.edu <https://journals.ku.edu/chimeres/article/view/5956/5373>.

Kotler, Éliane. « Des contrastes énonciatifs dans L’Adolescence clémentine. » Clément Marot et l’Adolescence clémentine. Éd. Christine Martineau-Génieys. Nice : Association des Publications de la Faculté des Lettres de Nice, 1997. p. 79-100. Revel.unice.fr. <http://revel.unice.fr/loxias/index.html?id=1412>.

Martin, Daniel. « Voix de femmes, livres d’hommes. Autour de trois poétesses : Jeanne Gaillarde, Jacqueline de Stuard et Claude de Bectoz. » L’Émergence littéraire des femmes à Lyon à la Renaissance 1520-1560. Éd. Michèle Clément et Janine Incardona. Saint-Etienne : PUSE, 2008. p. 89-106.

Müller, Catherine M. « “En donnant lieu à la main feminine” : lecture de quelques dialogues poétiques des XVe et XVIe siècles. » « De vrai humain entendement » : études sur la littérature française de la fin du Moyen Âge offertes en hommage à Jacqueline Cerquiglini-Toulet. Éd. Yasmina Foehr-Janssens et Jean-Yves Tilliette. Genève : Droz, 2005. p. 65-82.

Régent-Susini, Anne. « L’éloge : quoi de neuf ? » Exercices de rhétorique. 11 (2018). openedition.org. Consulté le 31 octobre 2018 <http://journals.openedition.org/rhetorique/613>.

Saulnier, Verdun-Léon. « Documents nouveaux sur Jeanne Gaillarde et ses amis : Clément Marot, Jacques Colin, Germain Colin. » Bulletin de la Société historique de Lyon. 18 (1952) : 79-100.

Sicard (Bottineau), Claire. « La carole des rondeaux dans L’Adolescence clémentine de 1538. » L’Information littéraire LIX. 2 (2007) : 16-21.

Vignes, Jean. « En un rondeau ou deux ou davantage… Effets de singularité et de parallélisme dans les rondeaux de Marot. » Cahiers Textuel. 16 (1997) : 171-182.

Haut de page

Notes

1 Éliane Kotler, « Des contrastes énonciatifs dans L’Adolescence clémentine », p. 79.

2 Voir Guillaume Berthon, section « Le Dialogisme de L’Adolescence », dans Clément Marot. L’Adolescence Clémentine, p. 193-199.

3 Pierre-Yves Badel, « Le rondeau au temps de Jean Marot », p. 31.

4 Jean Vignes, « En un rondeau ou deux ou davantage… Effets de singularité et de parallélisme dans les rondeaux de Marot », p. 180.

5 Catherine M. Müller, « “En donnant lieu à la main feminine” : lecture de quelques dialogues poétiques des XVe et XVIe siècles ».

6 Voir Claire Sicard, « La carole des rondeaux dans L’Adolescence clémentine de 1538 » : elle y analyse comment au sein des rondeaux « s’opère, derrière l’apparente volonté d’instaurer un équilibre, la mise en place d’un systématique déséquilibre » (p. 18).

7 Diane Desrosiers a fait une communication au Congrès de la Société canadienne d’études de la Renaissance, le 28 mai 2017, sur « Les personæ féminines de Clément Marot » ; son corpus est plus vaste (Œuvres complètes) que la seule Adolescence clémentine de 1538 mais nos relevés se recoupent pour une bonne part. Je remercie Romain Menini de m’avoir signalé cette conférence et communiqué l’exemplier afférent.

8 Cette complainte qui pourrait être une complainte réelle de la nièce de Jeanne Bonté est une pure production fictionnelle (artificielle plutôt) puisque la complainte est construite sur le réemploi d’incipit de chansons qui tissent les strophes entre elles. C’est un emprunt à l’esthétique de la fricassée qui a peu à voir avec le pathétique d’une complainte censée prononcée par une personne réelle.

9 Les lieux communs misogynes, souvent renforcés de nourrir des querelles poétiques, se trouvent ici ou là sous la plume de Marot : « Je ne t’écris des Dames de Paris / Tu en sais plus que leurs propres maris », dans l’« Épître à son ami Lyon », v. 9-10, p. 210 ; voir chanson 22, p. 366 : « Qui veut entrer en grâce / Des dames bien avant / En cautelle et fallace / Faut être bien savant […] », et aussi l’« Épître pour le Capitaine Raisin », v. 21-24, p. 203.

10 Guillaume Berthon, L’Intention du poète. Clément Marot « autheur », p. 125.

11 En fait à propos de Jeanne Gaillarde. Le de se comprend mieux dans le titre de l’épigramme que devient le dizain : « De Dame Jeanne Gaillarde Lyonnaise » = au sujet de.

12 Clément Marot, Œuvres complètes, éd. F. Rigolot, t. I, p. 163.

13 Daniel Martin, « Voix de femmes, livres d’hommes. Autour de trois poétesses : Jeanne Gaillarde, Jacqueline de Stuard et Claude de Bectoz ».

14 V.-L. Saulnier, « Documents nouveaux sur Jeanne Gaillarde et ses amis : Clément Marot, Jacques Colin, Germain Colin » ; Catherine M. Müller, art. cit. ; Daniel Martin, art. cit. Voir aussi Robert J. Hudson, « Clément Marot’s initial visit to Lyon and Jeanne Gaillarde’s Plume dorée : Announcing the French Renaissance in Verse (ca. 1524) » : les deux rondeaux seraient la trace de cette visite initiale de Marot à Lyon en 1524 et ils sont « Marot’s Renaissance manifesto […] before the Pléiade » (p. 3), annonçant une nouvelle forme de civitas et un protoféminisme.

15 Pour la datation de ce manuscrit fr 2335, voir l’article de Gérard Defaux, « De la traduction du Courtisan à celle de L’Hécatomphile : François Ier, Jacques Colin, Mellin de Saint-Gelais et le ms. fr. 2335 ». Il suppose le début des années 1530 pour la confection du recueil, qui pourrait être un état préparatoire de l’édition de L’Hécatomphile de 1534 chez Galliot Du Pré.

16 G. Berthon, L’Intention du poète, op. cit., p. 512. Et p. 510-512 pour le cas suivant.

17 Est-elle alors encore en vie ? Est-elle à Lyon ? Nous ne connaissons rien d’elle hormis les sept rondeaux du ms. fr. 2335.

18 G. Berthon, L’Intention du poète, op. cit., p. 314. 

19 Qu’on pense au sonnet 14 de Louise Labé, v. 5-6 : « Tant que ma main pourra les cordes tendre / Du mignart Luth ».

20 Dans le rondeau 4 évoqué plus haut, « De celui, qui incite une jeune dame à faire ami », on trouve aux v. 6-8 : « Je vous jure mon âme, / Que si j’étais jeune et gaillarde femme, / J’en aurais un devant qu’il f[û]t trois jours » [un ami] (éd. Roudaut, p. 280).

21 Voir par exemple les œuvres de Gabrielle de Bourbon et de Catherine d’Amboise restées manuscrites au XVIe siècle.

22 C’est aussi l’expression qu’utilise Marot pour parler de Mellin de Saint-Gelais dans l’épître « À ceulx, qui après l’épigramme du Beau tétin en feirent d’aultres », Œuvres poétiques complètes, éd. G. Defaux, t. I, p. 337-340, v. 30 : « ta plume dorée ». Là encore il y a, via un écho textuel, une mise en série de Jeanne Gaillarde dans la production contemporaine.

23 Aristote, Rhétorique, I, 9, 1367b 36 et 1368a 8, citée par Anne Régent-Susini (voir note suivante), § 14.

24 Anne Régent-Susini, « L’éloge : quoi de neuf ? », § 15.

25 Étrangement, la voix de Marguerite de Navarre n’est pas audible dans L’Adolescence Clémentine : si de nombreux poèmes lui sont adressés, elle ne prend pas la parole en première personne, contrairement à ce qui se passera par exemple dans la section des « Épigrammes » des Œuvres accueillant certaines de ses épigrammes.

26 Voir Contes amoureux par Madame Jeanne Flore, éd. Régine Reynolds-Cornell, Saint-Étienne, PUSE, 2005.

Haut de page

Table des illustrations

URL http://journals.openedition.org/babel/docannexe/image/5647/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 28k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Michèle Clément, « Voix de femmes dans L’Adolescence clémentine (1538) », Babel, Hors-série Agrégation | 2019, 85-101.

Référence électronique

Michèle Clément, « Voix de femmes dans L’Adolescence clémentine (1538) », Babel [En ligne], Hors-série Agrégation | 2019, mis en ligne le 01 janvier 2019, consulté le 20 janvier 2019. URL : http://journals.openedition.org/babel/5647 ; DOI : 10.4000/babel.5647

Haut de page

Auteur

Michèle Clément

Université Lyon 2 – UMR 5317 – IHRIM

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Babel. Littératures plurielles est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Laboratoire Babel
  • Logo Université de Toulon
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • OpenEdition Journals