Navigation – Plan du site

"Chantons Noël"
(à propos de la ballade XI de L’Adolescence clémentine)

Jean-Charles Monferran
p. 103-122

Résumé

Afin de mieux comprendre le sens de la ballade « du jour de Noël » insérée dans L’Adolescence clémentine, l’article s’intéresse à la manière dont Clément Marot reprend la tradition de la poésie noëlique tout en jouant avec elle et en déplaçant les enjeux. Après avoir réinscrit la pièce dans cette veine, l’avoir restituée dans sa dimension musicale d’origine et s’être interrogé sur le contexte qui fut celui de sa première émission, il cherche notamment à évaluer la portée du recours fait ici aux rimes dites « rauques » et au classement alphabétique qui les organise. Par-delà la célébration de la naissance du Christ, Marot semble célébrer ainsi, de façon aussi ingénieuse que militante, la langue française et sa capacité à rendre compte de l’Évangile.

Haut de page

Texte intégral

  • 1 Voir notamment pour une réflexion d’ensemble sur la section des ballades, Franck Bauer, « Ballades (...)
  • 2 Gianni Mombello, « À propos d’une édition préoriginale de la ballade de Clément Marot. Deux noëls d (...)
  • 3 Je tiens à remercier ici pour leur aide et leur générosité Alice Tacaille, Guillaume Berthon et Jea (...)

1Si la section des ballades de L’Adolescence clémentine a donné lieu à d’importantes contributions et que certaines des pièces qui y sont recueillies ont eu la faveur d’études monographiques1, il n’en va pas de même de la Ballade XI consacrée au jour de Noël, peu ou prou laissée pour compte par la critique, sans doute quelque peu désemparée devant sa naïveté et son pieux contenu. Plus que d’autres, il est vrai qu’une telle poésie a sans doute besoin pour être appréciée aujourd’hui d’être replacée dans le contexte qui fut le sien à l’origine, dans son contexte d’émission comme de diffusion. De fait, la présente étude n’aurait sans doute pu voir le jour sans le regain d’intérêt que linguistes, philologues ou historiens ont pu avoir ces dernières années pour la poésie noëlique à la fin du Moyen Âge et à la Renaissance dans différents travaux qui ont permis de mettre à disposition un imposant corpus, de l’interroger et de le renseigner. Elle est redevable notamment au livre de Pierre Rézeau sur les Noëls en France au XVe et au XVIe siècle (ainsi qu’aux chapitres de Jean-François Courouau, de Daniele Speziari et à l’étude de Marina Fey), comme à la découverte qu’a faite Gianni Mombello d’une première version alors inconnue de notre poème, particulièrement digne d’intérêt au sein d’un recueil de noëls2. C’est donc fort de ce travail effectué en amont par les spécialistes de la littérature noëlique (comme de l’aide de collègues et amis musicologues3) que nous essaierons de mieux comprendre le sens et la portée du poème de Clément Marot lequel, fidèle à son principe, semble se conformer à la tradition pour en déplacer subrepticement les enjeux.

Une pièce de la poésie noëlique

  • 4 Pierre Rézeau, Les Noëls en France aux XVe et XVIe siècles. Édition et analyse, p. 2-4.

2La Ballade « Du jour de Noël » écrite par Clément Marot s’inscrit sans conteste dans la tradition de la poésie noëlique qui s’est développée en France dans le dernier quart du XVe siècle et au début du XVIe siècle et dont les nombreux manuscrits et éditions (sous formes de minces plaquettes ou de livres plus développés) conservés aujourd’hui ne constituent que la partie émergée d’une production alors sans doute considérable. Ayant pour objet la célébration de la Nativité, ces textes, bien que variés, constituent un genre poétique à part entière, même si aucun art de seconde rhétorique ou de poésie ne vient le définir : c’est d’abord que le noël ne correspond à aucune forme métrique privilégiée ; c’est aussi qu’il est le fait, dans la majorité des cas, d’auteurs aussi anonymes que mineurs, pour beaucoup d’hommes d’église qui écrivaient ces poèmes à l’attention de leurs paroissiens. Ces textes étaient en effet destinés à être chantés (nous y reviendrons) en famille et à l’Église « au temps de Noël », pendant la période de l’Avent ou, bien sûr le 25 décembre, voire le premier janvier4.

  • 5 Daniele Speziari, La Plume et le pinceau, Nicolas Denisot, poète et artiste de la Renaissance, p. 9 (...)
  • 6 Ibid., p. 94 : « dans certains textes, il arrive aussi que l’énonciateur s’identifie lui-même à l’u (...)
  • 7 Pierre Rézeau, op. cit., p. 407-415.
  • 8 Ibid., p. 403.
  • 9 Pierre Rézeau, op. cit., p. 22-23 et Jean-François Courouau, Moun lengatge bèl. Les choix minoritai (...)

3Ils ont notamment en commun une trame narrative nécessairement contrainte, une tonalité simple et rustique et une poétique assez codifiée. Celle-ci repose notamment sur la répétition au cours du poème du nom de « Noël » qui apparaît souvent dans l’incipit (comme signal du genre) et, de façon assez régulière, au sein du refrain. Plus précisément encore, « la plupart des noëls s’ouvrent sur une apostrophe (adressée dans bien des cas aux bergers et aux bergères ou “aux cœurs endormis” qu’il faut réveiller) ou bien, plus rarement, sur une invective […] pour aboutir, presque régulièrement, soit sur une invitation à chanter, à la première (“Chantons Noël”) ou à la deuxième personne du pluriel (“Chantez Noël”) qui peut reprendre une invitation lancée au tout début, soit sur une invocation ou une prière, tour à tour ou à la fois, au Christ [...] ou à la Vierge »5. Le poème de Marot correspond en tous points à ce cahier des charges. Il se plaît à placer le nom de Noël aux lieux les plus stratégiques du poème, l’intégrant au sein du refrain à la formule rituelle (« Chantons Noël ») qui permet à la parole de la première personne, courante dans les noëls6, de rejoindre celle de la communauté des chrétiens dans un unisson. À partir du texte de l’Évangile selon Saint Luc (II, 1-20) dont il constitue une énième variation plaisante et pastorale, il met en place le personnel attendu dans des attitudes et des scènes de convention : adresse aux bergers et aux bergères aux noms stéréotypés (Colin, Georget, Margot, Robin, Gautier7) à aller voir l’enfant-Jésus né à Bethléem8, apparition de l’ange du Seigneur aux bergers et annonce de la naissance du Christ (Luc, II, 8-12), victoire par la Nativité du Bien contre Satan9.

  • 10 Noelz nouveaux sur tous les aultres composez allegoriquement selon le temps qui court sur aucunes g (...)
  • 11 Sur le lien des noëls et de la danse, voir Pierre Rézeau, op. cit., p. 30. Voir, pour le texte de l (...)
  • 12 Ce vers fait écho au vers 7 de la ballade des « enfants sans souci » à l’orée de la section (« saut (...)
  • 13 Chanson Verse of the Early Renaissance, éd. Brian Jeffery, Londres, Tecla, 1971 et 1976, t. II, p.  (...)
  • 14 La mise en musique pour quatre voix par Certon se trouve dans le Troisième livre de chansons spirit (...)
  • 15 Premier Livre de psalmes et cantiques en vulgaire françoys, composez en musique par divers autheurs (...)

4Conformément à l’usage des noëls et à leur destination première, la ballade de Clément Marot était originellement chantée : elle l’était sur un timbre (c’est-à-dire un air), issu en général d’une chanson profane connue, plutôt enjouée, quand celle-ci n’était pas tout bonnement libre ou franchement paillarde – manière d’assurer une meilleure diffusion auprès d’un large auditoire. C’est bien à cette logique de la contrafacture que la ballade de Marot se prête, ce qui toutefois n’est plus perceptible dans l’édition de 1538 de L’Adolescence clémentine, la rubrique mentionnant le timbre n’y ayant pas été reconduite. En 1532, la pièce se présente en effet sous le titre de « Noel en forme de Ballade, sur le chant, J’ay veu le temps que j’estoye à bazac ». Quant à la première version que nous connaissons du poème, celle retrouvée par Giovanni Mombello à la Bibliothèque Colombine de Séville au sein d’une plaquette de neufs noëls publiée à Lyon par Claude Nourry10, elle était chantée sur l’air de « La fièvre quarte a saisy Lohéac », chanson joyeuse et fatrasique qui, d’après l’analyse musicologique d’Alice Tacaille, a toutes les chances d’être une chanson à danser11. Ces informations sont précieuses à plus d’un titre et rappellent d’abord que la poésie lyrique de Marot n’est pas à l’origine cantonnée à la seule section des chansons. Dans les ballades aussi, parfois, comme le souligne le vers 6 de notre pièce, on « chant[e] », on « saut[e] » et on « dans[e] ric à ric » … pour de vrai12 : aussi le texte de notre ballade se retrouve-t-il logiquement imprimé en 1538 au sein des Chansons nouvellement assemblées oultre les anciennes Impressions, un copieux parolier de 267 chansons qui s’ouvre au demeurant sur la transcription des chansons de L’Adolescence clémentine de 153213. Par ailleurs, et sans qu’on puisse savoir exactement qui décide de l’imposition des timbres, ces données nous rappellent à quel point l’écriture poétique peut être pensée par rapport à un substrat sonore (voire être suscitée par elle). Enfin, elles soulignent a contrario la distinction que cherche à organiser le recueil de 1538 entre pièces lyriques et non lyriques, la suppression de la mention du timbre rangeant notre pièce dans la catégorie des pièces non chantées. La fortune de la ballade démentira toutefois ce strict partage : après avoir été fredonnée sur l’air de chansons gaies et profanes qui lui préexistent, celle-ci va connaître les honneurs de la mise en musique par des grands compositeurs de l’époque, par Pierre Certon (pour quatre, puis pour cinq voix)14 et par Jean Le Gendre15.

  • 16 Recueil de vieulx et nouveaulx Noëlz, Ms. fr. 14983, f. 12 r°-v°. Le texte (conclu par Amen) suit n (...)

5Noël comme un autre, fondu dans l’abondante production du genre, que notre ballade, encore retranscrite dans un manuscrit de la fin du XVIe siècle qui collectionne ce type de pièces16 ? Pas tout à fait sans doute, du fait de la forme poétique qui est la sienne et de la destination qu’on peut prêter au poème. Au contraire de la vingt-cinquième chanson (et pour cause !) de L’Adolescence, l’autre essai noëlique du recueil, conforme au type de formes libres employées pour les noëls (qui ont assez souvent recours à l’hétérométrie), Marot choisit la forme fixe et exigeante de la ballade, d’une ample ballade de surcroît (composée d’onzains décasyllabiques avec un envoi de 6 vers) peu usitée, semble-t-il, dans la littérature noëlique – sa composition nécessitant une maîtrise de l’art de seconde rhétorique qui n’était pas à la portée de tout « facteur ». Ce constat est tout sauf anodin et nous oblige à réfléchir (quand bien même nous ne possédons pas à l’heure actuelle d’élément décisif pour trancher définitivement la question) aux conditions d’écriture qui furent celles de Marot lors de la rédaction de la pièce et au public qu’il cherchait à atteindre. Genre « populaire » sans doute (bien qu’écrit par des hommes lettrés, souvent ecclésiastiques) destiné à la vie quotidienne des fidèles, le noël n’est toutefois pas étranger à cette même époque à l’univers de la Cour :

  • 17 G. Mombello, op. cit., p. 997.

Ce genre littéraire avait ses entrées à la cour et cela dès l’époque de la reine Charlotte de Savoie [la femme de Louis XI]. Il n’y a donc rien d’étonnant que Marot ait composé des noëls, puisqu’il passa son enfance à la cour d’Anne de Bretagne. On sait que l’un des plus anciens recueils manuscrits de noëls, le ms. fr. 2368 de la Bibliothèque Nationale de Paris avait appartenu aux deux maris successifs de cette reine : Charles VIII et Louis XII.17

  • 18 Marot, Œuvres poétiques complètes, t. I, p. 513.
  • 19 Ibid., p. 996 : « Le terminus post quem repose sur le fait que l’imprimeur a adopté le surnom de “l (...)

6Au vu de ce contexte, le recours à la forme de la ballade associé ici, comme on le verra, à une sophistication formelle singulière mais surtout la formulation de l’envoi dédié au « Prince dévot, souverain catholiq » (et ce, dans l’intégralité des versions connues à ce jour du poème) semblent conforter l’hypothèse d’une pièce initialement destinée à François Ier et qui aurait pu lui être « présentée » à l’occasion du jour de Noël, jour dont il n’est cependant guère possible de préciser l’année. Si, comme la très grande majorité des pièces de L’Adolescence clémentine, celle-ci a toutes les chances d’avoir été écrite avant 1527, il est sans doute peu prudent en l’état de nos connaissances d’aller plus loin et d’écrire, comme le fait Gérard Defaux dans son édition, que la composition de la pièce est « largement antérieure à 1527 »18 – la première version de la pièce signalée par G. Mombello n’étant pas d’un grand recours ici, puisque la plaquette dont elle est issue, qui ne comporte pas de date d’impression, permet de la situer de façon lâche entre 1515 et 153019.

Poétique de la rime dite « rauque »

  • 20 Henri Guy, Histoire de la poésie française au XVIe siècle, Paris, Champion, 1910, t. I, p. 89 (§ 13 (...)

7Si des zones d’ombre persistent encore sur le contexte qui fut celui des conditions d’élaboration et de diffusion de la ballade, une enquête sur la tradition des poèmes écrits au cours des XVe et XVIe siècles en rimes « rauques » permet en revanche de mieux évaluer le sens du procédé retenu par Marot et de mieux comprendre le choix poétique singulier qui est le sien. Cette enquête, qui mériterait néanmoins d’être complétée et affinée, permet d’abord de mettre au jour certains de nos anachronismes critiques comme celui, conservé ici par commodité, qui désigne sous l’appellation de « rimes rauques », les rimes en voyelle + C. Absente du lexique métalittéraire médiéval et renaissant, cette étiquette, régulièrement utilisée par la critique actuelle, ne remonte selon toute vraisemblance qu’aux premières décennies du XXe siècle et au livre d’Henri Guy sur les Grands Rhétoriqueurs20. L’inconvénient de la formule n’est bien sûr pas qu’elle soit moderne mais qu’elle tende à faire accroire que le procédé est comparable à ceux, répertoriés par les arts de seconde rhétorique, des rimes « équivoquées, couronnées, annexées, emperières », etc. Or, malgré l’ingéniosité patente requise par le procédé, celui-ci constitue pour ainsi dire l’envers ou le strict opposé de ces divers enrichissements de la rime : c’est en effet, comparé à de tels ornements, un « bijou d’un sou » que ce recours pauvret à une rime masculine qui ne comporte la plupart du temps pas même de consonne d’appui. Sans nom et sans grande valeur, cette rime n’a donc guère sa place dans les traités de poétique… sauf dans celui de Thomas Sébillet (1548), qui lui consacre quelques lignes à la toute fin de sa typologie des rimes organisée, selon un classement axiologique, des plus riches aux plus pauvres :

  • 21 Sébillet, Art poétique français, I, VII, dans Traité de poétique et de rhétorique de la Renaissance(...)

La cinquième et dernière espèce de rime est de demie syllabe : et est appelée pauvre à cause de son indigence et imbécilité. Tu en as exemple en une ballade de Marot du jour de Noël. Or est Noël venu son petit trac [Sébillet cite l’entier de la première strophe]. Tu vois par tout ce couplet et les autres suivants que tu pourras voir en Marot, la plupart des vers ne se ressembler que d’une syllabe demie seulement.21

  • 22 Ibid., p. 81.
  • 23 Marot, Œuvres complètes, t. I, p. 547, n. 296.

8Quand bien même Sébillet trouve-t-il par la suite de quoi sauver l’art de Marot et de sa ballade en rappelant que « cette espèce est comme la précédente excusée aux masculins, singulièrement ceux contre lesquels est malaisé de trouver dictions symbolisant d’une entière syllabe »22, il fait du procédé celui d’un art pauvre qui nous paraît convenir à certains égards à l’occasion, celle de la Nativité, à son récit pastoral, à la simplicité familière de la scène, à la « maison » où naît Jésus qui n’est « de pierre, ne de bric ». Faut-il aller avec François Rigolot jusqu’à entendre derrière ces rimes « le clic-clac des sabots de bois portés par les petits santons qui s’avancent vers la crèche »23 ? Peut-être, à condition, d’entendre dans ce cliquetis ostentatoire des rimes, qui est là assurément pour susciter l’imagination, d’abord tout autre chose.

  • 24 Élyse Dupras, Diables et saints. Rôle des diables dans les mystères hagiographiques français, Genèv (...)
  • 25 « La fiebvre quarte assaillit Loheac / Par le morceau d’un harenc celerin / La fiebvre quarte assai (...)
  • 26 Rondeau du Jardin de Plaisance retranscrit par Marcel Schwob dans Le Parnasse satyrique du Quinzièm (...)
  • 27 Ms. fr. 1717, f. 9 v°-10 v° (voir Noël Dupire, Les Faictz et dicts de Jean Molinet, Paris, 1937, t. (...)

9C’est que le vacarme déclenché par ces rimes masculines en -C, relayé souvent par des allitérations à l’intérieur du vers, fait d’abord a priori résonner des sons qui, dans la mémoire auditive des contemporains, sont tout sauf pieux et vertueux. Dans les mystères médiévaux, la rime rauque est en effet souvent l’apanage… des diables, comme le rappelle Élyse Dupras, qui étudie de ce point de vue le Mystère de Saint-Martin d’André de La Vigne qui fait place entre autres à une « ballade de chant royal finissant toutes par C », construite sur une « accumulation de termes injurieux adressés par un diable à Lucifer »24. Elle apparaît aussi dans des pièces fatrasiques où elle marque la déraison du locuteur et de son monde : c’est le cas des deux textes qui servent justement de timbre pour chanter la ballade marotique, sortes de coq-à-l’âne qui ne recourent qu’aux seules rimes masculines et font résonner certaines rimes en -C à l’instar des grelots du fou25. La rime rauque semble enfin chez les grands rhétoriqueurs s’épanouir au sein de textes libres. Elle s’invite au sein de rondeaux obscènes (« Mon mary s’emburelicoque /Et dit, par sa foy, que je troque /A un flageol son virely/ Est-il pas fol ? Certes oüy / Combien que je croy qu’il se mocque »26), fait son apparition dans les premiers vers des strophes de la « Ballade de la maladie de Naples » de Jean Molinet (« O faulse goutte, appellée reumaticque, /diabolicque, pire que sciatique »27). Entièrement masculine cette fois, elle structure l’ensemble de la ballade « pour un vieil gaudisseur caducque », attribuée à Jean Molinet :

Adieu Venus et Mars, de moy est pic.
Je suis proscript et jà passé au bac :
Car quant je veulx à bauldryer ou à cric
Tendre l’engin, j’ay mal en l’esthomac ;
Les reins me tirent ; les nerfs me dient crac.
Je décline par hic et hec et hoc.
J’en lairray faire à Lancelot du Lac :
Car plus ne puis de taille ne d’estoc.

Pour vous servir j’ay passé ric à ric
De maint dangier ; qui bien sçauroit mon trac,
Et qui m’eust sceu, j’eusse esté pris au bric,
Et dépecé comme chair en boussac ;
Ores ne suis Bourguignon ne Armaignac.
Tout autant m’est Flandres que Languedoc :
J’en lairray faire à Lancelot du Lac
Car plus ne puis de taille ne d’estoc.

Plus je ne quiers q’un beau feu et le glic,
Force bon vin, dragée et codoignac ;
Car amour hait gens vieulx comme ung aspic,
Ainsi que dit maistre François Petrac.
Je suis mouillé et retraict comme ung sac ;
Et n’y voy tour de hanche ne de croc :
J’en lairray faire à Lancelot du Lac
Car plus ne puis de taille ne d’estoc.

  • 28 La pièce est signalée par F. Roudaut dans son édition de L’Adolescence clémentine, p. 261, n. 1. El (...)

Prince d’amours, je ne compte ung patac :
Car je voy bien selon mon almanac
Que aage m’a ja donné eschec et roc.
J’en lairray faire à Lancelot du Lac
Car plus ne puis de taille ne d’estoc.28

  • 29 Voir sur ce point et à propos de cette chanson 25 le commentaire de Guillaume Berthon dans cette mê (...)

10Autant dire que suivant la logique, déjà entrevue à propos des timbres, du contrafactum qui fait greffer un message religieux sur des mélodies (ou des paroles) souvent lestes du répertoire profane, ici, la rime, qui loue allègrement la naissance du Christ à sa manière à la fois pauvre et sonore, transpose un cliquetis usuellement associé à un univers tout autre, plaisamment diabolique ou lubrique. Elle le convertit ou le parodie, mais en conserve son énergie joyeuse qu’elle continue à faire résonner. La pièce noue ainsi indissociablement profane et sacré, comme souvent dans les noëls, ce dont témoigne parmi d’autres la chanson 25 associant jeu et grivoiserie à l’Annonciation29.

  • 30 Il n’est pas impossible que Rabelais ait connu ce poème, et qu’il y fasse allusion sous forme de cl (...)

11L’entreprise est toutefois suffisamment originale pour ne guère susciter, semble-t-il, d’imitations dans une veine pieuse ou spirituelle30. Si Roger de Collerye s’inspire sans nul doute du poème de Marot pour composer les trente premiers vers de son « Monologue du résolu », c’est pour proposer sa propre version galante à partir des rimes de la ballade de Noël :

  • 31 Le poème est publié pour la première fois en 1536 dans les Œuvres de maistre Roger de Collerye (Par (...)

Qu’i vaut le songer ? Pas le truc
Tant au soir, la nuyct qu’au desjuc,
Prompt, prest, preux d’actendre le choc,
Bon pied, bon œil, frès comme un suc,
Accoustré comme un petit duc,
Asseuré, plus ferme qu’un roc,
Donnez du taillant, de l’estoc,
Gardez vous d’estre prins au bric,
Baillez, comptez, payez en bloc,
Tousjours joyeulx, franc comme ung coq,
Aussi esveillé que ung aspic.
S’on vous menasse, dictes pic ;
A tout propos ayez bon bec.
Ne soyez longuement au nic,
Mais poursuivez moy ric à ric
Voz amourettes chault et sec.
La fluste ! le luc ! le rebec !
Quant et quant vostre petit trac
Parlez françoys, hebrieu ou grec,
C’est tout ung, je n’en donne un zec [...].31

12Quant à Jean-François Sarasin, dont on sait l’intérêt qu’il porte au poète de L’Adolescence clémentine en plein cœur du XVIIe siècle, il s’ingénie à écrire une variation franchement grivoise (« De l’argent qui fait tout en amours ») à partir de certaines rimes ou formules de la ballade marotique, retrouvant les accents gaillards des rimes rauques des rhétoriqueurs. Et voila en quelque sorte, ce contrefacteur de Marot pris au bric et à son jeu et … contrefacté !

Un jour, ce fut le jour de Saint Rustic
Trouvai Catin, qui me rend maigre et sec,
Par trop d’amour m’ayant causé le tic ;
Je lui donnai l’humble salamalec
Et la priai qu’à moi, n’étant suspec,
Baillât en main l’anagramme d’Enoc,
Non pas de l’E, mais seulement du noc,
Et prît en don chaperon de satin ;
Lors me répond : ma foi, c’est pauvre affroc,
Un autre y est passez votre chemin.

[...] Envoi

  • 32 Jean-François Sarasin, Œuvres, éd. Paul Festugière, Paris, Champion, 1926, t. I, p. 242-243. Dans u (...)

Prince, connu d’ici jusqu’à Lubec,
Ecus font tout au jeu de l’Arétin,
Et qui les a peut, et soir et matin,
A tous venants dire en français ou grec :
Un autre y est, passez votre chemin32.

De l’alphabet, de la langue française, du latin et du grec

13Marot ne fait pas toutefois qu’introduire avec virtuosité dans la poésie noëlique le bruit des rimes rauques puisqu’il s’ingénie aussi à classer ces dernières selon l’ordre des voyelles du français AC, EC, IC, OC, UC. Pour être rare, une telle contrainte surimposée à celle, déjà particulièrement exigeante demandée par l’usage des rimes rauques, n’est toutefois pas totalement inédite chez les Grands rhétoriqueurs, ainsi qu’en témoigne cette pièce du XVe siècle sous forme de ballade, la seule que nous ayons trouvée pour notre part et qui se rattache à la veine libre précédemment évoquée :

Se je porte à ma devise coac,
Et que d’amours je frappe sur le pec,
Et je despens tous les jors un patac,
Et se je suis fetis comme ung gros bec,
Ce sont amours qui par hic et par hec
A leur mercy m’ont si bien pris au bruyct,
Que j’ayme et sers la belle ric à ric
Qui mieulx me tient que à cord ne qu’à crocq,
Et va toujours hantant de blic en bloc.
Oncques n’oystes ung si terrible huc.
Amours, amours, benoit soit ton afroc !
S’il n’y a gaing, au moins y a il pluc.

Elle a le corps aussy uny qu’un sac,
Et a le cul aussi plat comme ung hec,
Dedens son sain a des tripes plain bac,
Et a la barbe longue comme ung Grec.
Amy son trou se mucheroit l’espec :
Car il est fait et de houc et de pic.
Entre ses jambes a le chancre et le fic :
L’on en feroit morceaulx de haricoc,
A les yeux vers comme ung moyne le froc.
Pour ce je di… prince ou duc
En doibt estre content sur l’escaboc :
S’il n’y a gaing au moins y a il pluc.

  • 33 Cité d’après Le Parnasse satyrique du Quinzième siècle, op. cit., pièce 57, p. 113 [BnF ms. fr. 171 (...)

Puis se rebrasse jusque amy l’estomac,
Et voit son cuir d’escaloffes tout blec ;
Puis va pisser ung grant desrivé flac,
Aussi fin cler comme l’eaue de rebec.
Il me souvyent d’un visage ou d’un bec.
A ung vent sauge qui pust comme l’astic ;
Quant elle a soif, la gueulle baye à clic,
Et vous y verse de servoise ung plain broc ;
Puis poist et roust et dit : « Echic à roc,
Beau doulx amy, ennuyt m’aurez au juc ».
....................................................................
[S’il n’y a gaing au moins y a il pluc].33

  • 34 Voir le très beau chapitre de Paul Zumthor, op. cit., intitulé « Les Jongleurs de syllabe », dans l (...)
  • 35 Recueil d’arts de seconde rhétorique, « Les Règles de la seconde rhétorique », p. 36.
  • 36 Ibid., « Doctrinal de seconde rhétorique », p. 125-126 ; L’Art et science de rhétorique, p. 338 (po (...)

14Rattachant bien sûr Marot à ses prédécesseurs, « jongleurs de syllabes » qui ont aimé mêler allitération et abécédaire au cours de jeux formels d’un raffinement infini, la gageure que constitue l’écriture de la pièce n’en reste pas moins étonnante34. Comment comprendre le procédé qui fait émerger, de façon visuelle et auditive à la fin du vers, non exactement un alphabet mais la liste ordonnée des voyelles suivies de la deuxième des consonnes ? Une réponse à cette question peut être proposée à la lecture des traités d’arts de seconde rhétorique de la fin du Moyen Âge et du début du XVIe siècle. Ceux-ci rappellent en général d’emblée la liste des voyelles A, E, I, O, U, nécessaire « pour apprendre à épelir toutes paroles » et confectionner l’Abc (BA, BE, BI, BO, BU, CA, CE…)35, avant de proposer parfois un inventaire de rimes qui partira souvent de ce classement en l’inversant et le complexifiant – rimes en A (BA, CA), B, C, D… Quand ces traités destinés aux poètes comportent justement des listes de rimes, celles-ci font bien sûr la part belle à celles pour lesquelles l’appariement est particulièrement rare et délicat. Aussi ne manquera-t-on pas de trouver le petit lot de termes qui riment en AC, EC, IC, OC, UC chez Baudet Herenc (« sanc, parc, marc, Marc, lac, sac, dac, bac, estomac, Arminac, le seigneur de Boussac, le comte de Murac / Enoc, ung noc, ung croc / ung alembic, arabic, un pic, Judic, colerique »…) ou dans L’Art et science de Rhétorique, traité anonyme du début du XVIe siècle (« il y a pluc, sainct Luc, jouer du luc, au suc, caduc, ung duc, demourer au cruc, au desjucq, le Vaudeluq, Turc »36). C’est dire que Marot, en mettant en avant ce jeu dictionnairique, exhibe la part d’exercice en matière de seconde rhétorique qu’il constitue : cette ballade conviendra alors particulièrement bien à L’Adolescence clémentine qu’elle rejoindra, à l’apprentissage du jeune poète qui s’y lit et y fait ses gammes. C’est peut-être signifier aussi, en relation avec la Nativité et de façon convenante et volontairement naïve, une sorte d’enfance du langage et de la poésie marquée par cette déclinaison des voyelles, substrat nécessaire et premier à l’apprentissage de la langue (et des premières rimes).

  • 37 Marie-Françoise Notz, op. cit., p. 14.
  • 38 Voir Jean-François Courouau, op. cit., p. 73 et suiv., Pierre Rézeau, op. cit., p. 31 et suiv., ain (...)
  • 39 Le DMF signale toutefois que nic (v. 7) est une forme attestée pour nid en Poitou et en Normandie. (...)
  • 40 Phénomène qui caractérise l’ensemble des écrivains francophones selon l’expression de Lise Gauvin ( (...)

15Cette dernière remarque toute hypothétique en appelle une autre qui l’est beaucoup moins. C’est qu’en exhibant cet ordre alphabétique, Marot fait signe vers le français qu’il illustre et défend ici, de façon aussi virtuose qu’originale, voire polémique. Dans un bel article, Marie-Françoise Notz avait naguère suggéré de façon séduisante d’éventuellement reconnaître « dans ce jeu de sonorités rustiques, la gangue qui protège un autre trésor, peut-être le souvenir de ces Noëls d’enfance quand Marot parlait la langue d’oc »37. Or il en va tout autrement. Alors que le genre des noëls connaît un développement considérable dans diverses langues locales (en poitevin, en limousin, en franco-provençal38), que bien des noëls, à base française, comportent des traits linguistiques qui les rattachent à une région du Royaume, il n’en est rien ici, et on sera bien en peine de trouver dans le poème de Marot le moindre trait dialectal (ni au demeurant la moindre marque d’un ancrage régional39). Témoignage parmi d’autres de cette « surconscience linguistique »40 d’un auteur, d’abord sans doute occitanophone, qui découvre le français tardivement et en fait l’objet d’une conscientisation et d’une objectivation, la ballade, loin de tout regard en arrière vers la langue d’oc, demande au contraire à ce que l’on chante Noël … « en français, ou en grec » (v. 26). Or cet appel explicite à chanter la Nativité en français n’est ni courant dans les noëls, ni sans doute tout à fait innocent de la part de Marot.

  • 41 G. Mombello, op. cit., p. 1001. D’autres leçons de cette première publication ne sont pas commentée (...)
  • 42 La délatinisation du lexique au cours du travail de récriture de Marot est une constante. Voir, par (...)
  • 43 Cette idée a d’abord été avancée et développée par Gérard Defaux dans son édition, p. 515 (n. 5). L (...)
  • 44 La première traduction en français de l’Évangile par Lefèvre d’Étaples date de 1523 ; celle latine, (...)

16Il l’est d’autant moins que le vers n’apparaissait pas ainsi dans la première version de la ballade repérée par G. Mombello où l’on pouvait lire, de façon plus traditionnelle, l’incantation à « chant[er] Noël en latin et en grec »41. Le militantisme linguistique en faveur de la langue vernaculaire que révèle la correction opérée par Marot peut encore se lire dans une autre variante du poème, le « dangereux aspic » (v. 17) venant supplanter le « mortifère aspic » de la version primitive, lequel sentait sans doute par trop son écolier limousin42. Ce militantisme affiché pour le français possède surtout dans ces années-là, quand il s’applique comme ici à la diffusion de la parole de l’Évangile, une résonance évangélique forte, d’autant que le français est mis en relation dans le même vers avec le grec, langue du Nouveau Testament, objet d’une reconnaissance et de la bataille que l’on sait de la part des humanistes soucieux de revenir aux sources des textes bibliques43. Étonnant noël décidément que cette ballade aux accents apparemment naïfs qui se révèle tout autre et semble se faire l’écho des revendications d’un Érasme ou d’un Lefèvre d’Étaples faisant parler saint Luc en français et en grec44 ! Il ne faudrait toutefois sans doute pas surévaluer le propos de Marot associant le français au grec – terme que la contrainte rimique tendait à favoriser. Celui-ci surprend sans doute l’auteur du manuscrit 14983, « frère Jean de Vilgontier, prestre, religieux profex de l’abbeye de la Coulture, prieur de Saint Saulveur, près Fresnoy » qui, copiant la ballade dans sa version de 1538, préfère rajouter au refrain un vers qu’il adapte à son propre public (« Chantons Noël tant au soir qu’au déjuc / Chantons Noël en latin et en grec »). Mais ce propos n’est toutefois guère comparable à celui qu’on retrouvera chez Marot à la suite de l’affaire des placards. Qu’on en juge par ces vers qu’il adresse à François Ier depuis l’exil sans doute au cours de l’année 1535 :

  • 45 C. Marot, « Epistre au Roy, du temps de son exil à Ferrare », v. 39-48, Œuvres complètes, t. II, p. (...)

[...] Sans cause, qui soit bonne,
Me veult de mal l’ignorante Sorbonne ;
Bien ignorante elle est, d’estre ennemye
De la trilingue et noble Academie
Qu’as erigée. Il est tout manifeste,
Que là dedans contre ton vueil céleste
Est deffendu qu’on ne voyse allegant
Hebrieu, ny Grec, ny Latin élégant,
Disant que c’est langaige d’Hereticques.
O paovres gens de sçavoir tout ethicques !45

  • 46 Voir, parmi d’autres, le poème intitulé « Noel [sur hélas Olivier Basselin] » dont l’incipit et le (...)

17Bien qu’elle comporte encore quelques zones d’ombre, la lecture de la ballade du jour de Noël permet de souligner une nouvelle fois à quel point Marot possède l’art de se glisser dans le moule de la tradition (ici noëlique) pour en déplacer subrepticement les codes, la destination, les formes et leurs sens ainsi que les enjeux. Considérée la plupart du temps dans cet article de façon autonome, la ballade mériterait d’être également comprise comme partie intégrante du recueil et d’une section générique dans laquelle elle initie le passage des pièces profanes aux pièces religieuses, le passage du calendrier de l’histoire à celui, chrétien, de la liturgie et des fêtes religieuses. À ce titre, plus encore qu’on ne le soupçonne, notre ballade pouvait faire écho à l’autre ballade généthliaque du recueil, celle consacrée à la « naissance du Dauphin » (quand bien même le parallèle entre la naissance du jeune François et de l’enfant Jésus prenait des airs sombres à la mort de l’héritier du royaume en 1536) : il n’était pas rare en effet que, dans les noëls et leur recueil, la naissance du Christ soit présentée comme celle … d’un dauphin46.

Haut de page

Bibliographie

Sources primaires

Marot, Clément. L’Adolescence clémentine. Éd. François Roudaut. Paris : Librairie générale française, 2005 (2e éd. revue 2018).

Marot, Clément. Œuvres poétiques complètes. Éd. Gérard Defaux. Paris : Classiques Garnier, 1990.

Marot, Clément. Œuvres complètes. Éd. François Rigolot. Paris : Flammarion, GF, 2 vol. , 2007 et 2009.

Le Parnasse satyrique du quinzième siècle, Anthologie de pièces libres. Éd. Marcel Schwob, Paris : H. Welter, 1905.

Recueil d’arts de seconde rhétorique. Éd. Ernest Langlois, Paris : Imprimerie nationale, 1902.

Sources secondaires

Courouau, Jean-François. Moun lengatge bèl. Les choix minoritaires en France (1490-1660). Genève : Droz, 2008, p. 66-107 (« Les Noëls »).

Fey, Marina. Noëls en français et en dialectes du XVIe siècle. Lyon : Centre d’études linguistiques Jacques Goudet, 2008.

Lécuyer, Sylvie. Roger de Collerye, un héritier de Villon. Paris : Champion, 1997.

Mombello, Gianni. « À propos d’une édition préoriginale de la ballade de Clément Marot. Deux noëls du début du xvie siècle. » Miscellanea mediaevalia : mélanges offerts à Philippe Ménard. Éd. J. Claude Faucon, Alain Labbé et Danielle Quéruel. Paris : Champion, 1998. t. II, p. 993-1006.

Notz, Marie-Françoise. « Ballades et rondeaux dans L’Adolescence clémentine ». Les Cahiers du Centre Jacques de Laprade. Biarritz : J et D éditions, 1996. p. 7-18.

Rézeau, Pierre, Les Noëls en France aux XVe et XVIe siècles. Édition et analyse. Strasbourg : Édition de linguistique et de philologie, 2013.

Speziari, Daniele, La Plume et le pinceau, Nicolas Denisot, poète et artiste de la Renaissance. Genève : Droz, 2016.

Zumthor, Paul. Le Masque et la lumière, la poétique des Grands Rhétoriqueurs. Paris : Éditions du Seuil, 1978.

Haut de page

Notes

1 Voir notamment pour une réflexion d’ensemble sur la section des ballades, Franck Bauer, « Ballades clémentines : l’ordre du sens », En relisant L’Adolescence clémentine, Cahiers textuel, 2007 n° 30, p. 137-152 et Claude Blum, « “L’ordre de mes livres”. Les Ballades dans L’Adolescence clémentine de Marot », Désirs et plaisirs du livre. Hommage à Robert Kopp, éd. Regina Bollhalder Mayer et alii, Paris, Champion, 2004, p. 69-80. Et, pour des études plus ponctuelles, Frank Lestringant, « Variations volatiles sur le Christ Pélican. À propos de la ballade XIII de L’Adolescence clémentine », Les Cahiers du Centre Jacques de Laprade, Biarritz, J et D éditions, 1996, p. 71-84 et mon article, « Sur la ballade VII de L’Adolescence clémentine. Lecture et effets de lecture », En relisant L’Adolescence clémentine, op.cit., p. 153-170.

2 Gianni Mombello, « À propos d’une édition préoriginale de la ballade de Clément Marot. Deux noëls du début du xvie siècle ».

3 Je tiens à remercier ici pour leur aide et leur générosité Alice Tacaille, Guillaume Berthon et Jean Vignes. Je dois notamment à la première bon nombre de références et d’explications musicales de cet article.

4 Pierre Rézeau, Les Noëls en France aux XVe et XVIe siècles. Édition et analyse, p. 2-4.

5 Daniele Speziari, La Plume et le pinceau, Nicolas Denisot, poète et artiste de la Renaissance, p. 93. D. Speziari insiste également sur l’accord qui doit s’établir entre les fidèles, marqué par l’omniprésence de pronoms comme trestous ou chacun (voir ici le v. 3).

6 Ibid., p. 94 : « dans certains textes, il arrive aussi que l’énonciateur s’identifie lui-même à l’un d’eux [des bergers], prenant la parole à la première personne en tant que témoin oculaire ».

7 Pierre Rézeau, op. cit., p. 407-415.

8 Ibid., p. 403.

9 Pierre Rézeau, op. cit., p. 22-23 et Jean-François Courouau, Moun lengatge bèl. Les choix minoritaires en France (1490-1660), p. 84-89.

10 Noelz nouveaux sur tous les aultres composez allegoriquement selon le temps qui court sur aucunes gayes chansons. Avec le noel des eglises et villaiges du Lyonoys non jamais que a present imprimez.

11 Sur le lien des noëls et de la danse, voir Pierre Rézeau, op. cit., p. 30. Voir, pour le texte de la chanson, la note 24.

12 Ce vers fait écho au vers 7 de la ballade des « enfants sans souci » à l’orée de la section (« sauter, danser, chanter à l’avantage »), sans qu’on puisse savoir ici si le programme est métaphorique ou non.

13 Chanson Verse of the Early Renaissance, éd. Brian Jeffery, Londres, Tecla, 1971 et 1976, t. II, p. 331 et suiv. Il s’agit de la pièce n° 239 du recueil qui apparaît sous le titre suivant, « Noel nouveau sur le chant “J’ay veu le temps que j’estoie à Basac”, faict par Clement Marot ». Je n’ai pu vérifier le texte lui-même dans le seul exemplaire connu à ce jour qui se trouve à la Bibl. de Stuttgart.

14 La mise en musique pour quatre voix par Certon se trouve dans le Troisième livre de chansons spirituelles, Paris, Le Roy et Ballard, 1553, (n° 19) comme dans Didier Lupi, Premier livre de chansons spirituelles, mises en musique par divers auteurs et excellents musiciens, Lyon, Thomas de Straton, 1561 (ces non chantées. retrouverx)époque, Pierre CErtonant notre pièce dans la catégorie des pièces non chantées. retrouverréédité à Lyon, B. Rigaud, 1568). Voir Laurent Guillo, Les Éditions musicales de la Renaissance lyonnaise, Paris, Klincksieck, 1991, p. 291-292 (n° 22) et p. 335. La ballade mise en musique par Certon pour 5 voix, se trouve dans Les Melanges de Pierre Certon esquelles sont quatre vingt dix-huict tant cantiques que chansons spirituelles, Paris, Nicolas Du Chemin, 1570.

15 Premier Livre de psalmes et cantiques en vulgaire françoys, composez en musique par divers autheurs, en quatre volumes, Paris, M. Fezandat, 1552, Rothschild-4 (6, BIS 54).

16 Recueil de vieulx et nouveaulx Noëlz, Ms. fr. 14983, f. 12 r°-v°. Le texte (conclu par Amen) suit non la version originale de la Bibliothèque colombine mais celui de 1538 à une exception près : est rajouté à la suite de la première strophe le vers « Chantons noël en latin ou en grec » qui semble ainsi constituer avec le vers précédent (« Chantons noel tant au soir qu’au dejuc ») le refrain de la ballade. Voir notre analyse à la fin de l’article.

17 G. Mombello, op. cit., p. 997.

18 Marot, Œuvres poétiques complètes, t. I, p. 513.

19 Ibid., p. 996 : « Le terminus post quem repose sur le fait que l’imprimeur a adopté le surnom de “le Prince” seulement à partir de 1515 et le terminus ante quem par la date de son achat par Fernand Colomb [janvier 1531] ».

20 Henri Guy, Histoire de la poésie française au XVIe siècle, Paris, Champion, 1910, t. I, p. 89 (§ 138) : « De ce nombre [de rimes “abondantes” et “saugrenues”] est ce que j’appellerai la rime rauque. Avec autant de soin que l’on en met d’ordinaire à chercher des fins de vers harmonieuses, les rhétoriqueurs s’ingénient parfois à les rendre dures et croassantes ». Et H. Guy de citer pour exemple les rimes en -C de Roger de Collerye (voir n. 30). La transmission de l’appellation passe aussi sans doute par Paul Zumthor qui, commentant des rimes analogues, parle de leur « effet de raucité » (Le Masque et la lumière, p. 250).

21 Sébillet, Art poétique français, I, VII, dans Traité de poétique et de rhétorique de la Renaissance, éd. F. Goyet, Paris, Livre de poche, 1990, p. 80-81.

22 Ibid., p. 81.

23 Marot, Œuvres complètes, t. I, p. 547, n. 296.

24 Élyse Dupras, Diables et saints. Rôle des diables dans les mystères hagiographiques français, Genève, Droz, 1986, p. 97. Voir aussi l’analyse en ce sens proposée par Marie-Françoise Notz à propos de notre poème, « Ballades et rondeaux dans L’Adolescence clémentine », p. 13 : « En lieu d’allégresse quelque peu mièvre et doucereuse, on croirait entendre les diables grincer des dents ; et sans doute peut-on les supposer furieux de voir naître le Sauveur [...] ».

25 « La fiebvre quarte assaillit Loheac / Par le morceau d’un harenc celerin / La fiebvre quarte assaillit Loheac / Qui pieça fut envoye en Basac / Se Dieu n’eust en pitie du pelerin / Il n’est sirop, plantain ne mestridac / Ne vin qu’on boit à long trait ou grand flac / Soit de Beaulne ou d’Auserre ou de Rin / Ne medecin pour quelque bon florin / Qui le sceust restaurer en son trac / Prendre peust on lors vil meschant marin / Qui luy baillast si mortifereux drac / Par le morceau d’un harenc celerin », in Chansons et Motetz en Canon à quatre parties, Paris, P. Attaingnant, f. 26 v°-27 (http://lmhs.oicrm.org/ressources/chansons-motetz/editions-modernes/chansons-et-motetz-de-pierreattaingnant/table-des-matieres/). Voici, par ailleurs, la première strophe du texte de la chanson sur laquelle était chantée la ballade de 1532 : « (Hé !) J’ai veu le temps que j’estoye à Bazac / Et qu’avec moy chevauchoit le Soudenc / Et mys le siege tout droit devant Uzac / Où il y a trois milliers de hazenc / En garnison et autant d’espelenc / Un chascun d’eulx bon arbalestre au poing / De tirer fort ilz prenoient fort grant soing. / Quant est à moy j’en eus mainct horion / Dont jamais jour je ne seray vengé. / Regardez donc si l’on doit dire ou non / Le pain au fol est le premier mangé » (reproduit avec la musique dans le ms. fr. 9346, dit ms. de Bayeux). Voir Théodore Gérold, Le Manuscrit de Bayeux, texte et musique d’un recueil de chansons du XVe siècle, Strasbourg, Imprimerie alsacienne, 1921, chanson XVIII, p. 19-20.

26 Rondeau du Jardin de Plaisance retranscrit par Marcel Schwob dans Le Parnasse satyrique du Quinzième siècle, p. 215 (pièce 116).

27 Ms. fr. 1717, f. 9 v°-10 v° (voir Noël Dupire, Les Faictz et dicts de Jean Molinet, Paris, 1937, t. II, p. 853-854).

28 La pièce est signalée par F. Roudaut dans son édition de L’Adolescence clémentine, p. 261, n. 1. Elle apparaît dans le ms. fr. 1717, f. 11 r°-f. 12 r° ; nous suivons le texte tel qu’il est retranscrit par Marcel Schwob dans Le Parnasse satyrique du Quinzième siècle, p. 161-162 (pièce 80).

29 Voir sur ce point et à propos de cette chanson 25 le commentaire de Guillaume Berthon dans cette même livraison (« Marot “joueur” : portrait de l’auteur en saltimbanque ») et aussi Frank Lestringant, « Le rire de L’Adolescence », Clément Marot, de L’Adolescence à L’Enfer, Orléans, Paradigme, 2006, p. 46-48. Voir encore, plus généralement, Jean-François Courouau, Moun Lengatge Bèl, p. 89-92 et la proposition de lecture de François Roudaut à propos du v. 10.

30 Il n’est pas impossible que Rabelais ait connu ce poème, et qu’il y fasse allusion sous forme de clin d’œil dans Pantagruel, faisant raconter à un certain « Marotus du lac monachus » [décalque du nom de Lancelot du lac, mais aussi de celui de la bergère de notre ballade, Margot du Clac] l’histoire bouffonne et obscène de l’origine des lieues de France. Le passage de Rabelais reste toutefois obscur (voir Pantagruel, in Œuvres complètes, éd. Mireille Huchon, Paris, Gallimard, Bibliothèque de la Pléiade, 1994, ch. XXIII, p. 298).

31 Le poème est publié pour la première fois en 1536 dans les Œuvres de maistre Roger de Collerye (Paris, P. Roffet). Voir l’édition du texte proposée par Sylvie Lecuyer, Roger de Collerye, un héritier de Villon, p. 266 et suiv. La prise en compte de l’intertexte marotique permet de préciser quelque peu la datation du « Monologue du résolu », objet de débats rappelés par S. Lecuyer (ibid., p. 81 et suiv.) et d’infirmer la proposition d’É. Picot de faire remonter sa rédaction à 1510. Ses trente premiers vers du moins, liés à la lecture de la ballade de Marot, ont toutes les chances d’être écrits après 1532 – date qui coïncide au demeurant exactement avec le dialogue que Collerye cherche à entamer avec Marot à la suite de l’Épître au Roy pour avoir été dérobé qui date de janvier 1532 (ibid., p. 15, p. 318-319, p. 323).

32 Jean-François Sarasin, Œuvres, éd. Paul Festugière, Paris, Champion, 1926, t. I, p. 242-243. Dans un sens exactement inverse et à une époque bien antérieure, la chanson à boire qui clôt L’Adolescence clémentine de 1532 servira elle de timbre et de texte de départ à un noël de Mathieu Malingre : « Autre Noël sur le chant Changeons propos, c’est trop chanté d’amours, etc. » in Noëls nouveaulx, [Neuchâtel, Pierre de Vingle], [1533 ?], f. Cv r° et v° : « Changeons propos, c’est trop chanté d’amours, / Chantons à Dieu (pasteurs) autres cantiques / Car il a a fait merveilles en ces jours/ Quand il nous a donné son fils unique [...] ».

33 Cité d’après Le Parnasse satyrique du Quinzième siècle, op. cit., pièce 57, p. 113 [BnF ms. fr. 1719, f. 147 r° et v°, Bib. de Stockholm, ms. LIII f. 29] dans un état lacunaire : manquent, en dehors de l’envoi (que certaines ballades omettent) les deux derniers vers du douzain final (dont seul le dernier est évidemment restituable).

34 Voir le très beau chapitre de Paul Zumthor, op. cit., intitulé « Les Jongleurs de syllabe », dans lequel celui-ci analyse de nombreux exemples de poèmes jouant sur l’alphabet (p. 244-266). Voir aussi, dans L’Adolescence clémentine, le jeu à partir des lettres de l’alphabet du rondeau XVIII (« Qui noue mieux, réponds, ou C ou E ? ») et, plus généralement, Claude-Gilbert Dubois, « L’Invention littéraire et les jeux du langage : jeux de nombres, jeux de sons, jeux de sens », Les Jeux à la Renaissance, éd. Philippe Ariès et Jean-Claude Margolin. Paris, Vrin, 1982, p. 245-269.

35 Recueil d’arts de seconde rhétorique, « Les Règles de la seconde rhétorique », p. 36.

36 Ibid., « Doctrinal de seconde rhétorique », p. 125-126 ; L’Art et science de rhétorique, p. 338 (pour ne citer que les rimes en -UC). Voir encore dans le même recueil, les listes des p. 82-83.

37 Marie-Françoise Notz, op. cit., p. 14.

38 Voir Jean-François Courouau, op. cit., p. 73 et suiv., Pierre Rézeau, op. cit., p. 31 et suiv., ainsi que Marina Fey, Noëls en français et en dialectes du XVIe siècle. Ces différents auteurs soulignent aussi l’ancrage géographique ou réaliste fort de bon nombre de textes.

39 Le DMF signale toutefois que nic (v. 7) est une forme attestée pour nid en Poitou et en Normandie. Mais elle est suffisamment courante et répertoriée par les listes de rimes pour ne plus être ressentie comme une forme dialectale.

40 Phénomène qui caractérise l’ensemble des écrivains francophones selon l’expression de Lise Gauvin (voir, parmi d’autres, Lise Gauvin, « D’une langue l’autre. La surconscience linguistique de l’écrivain francophone », L’Écrivain francophone à la croisée des langues, Paris, Karthala, p. 6-15).

41 G. Mombello, op. cit., p. 1001. D’autres leçons de cette première publication ne sont pas commentées ici. En revanche, il n’existe qu’une variante, anecdotique, entre les textes de 1532 et de 1538 – au v. 21, « desroc » (1532) au lieu de « defroc » (1538).

42 La délatinisation du lexique au cours du travail de récriture de Marot est une constante. Voir, parmi d’autres, au gré des versions du Temple de Cupido, le passage de ver à printemps (v. 1, éd. F. Roudaut, n. 1, p. 91), de pharetre à trousse (v. 27, n. 1, p. 93), ou dans le Jugement de Minos, le passage de fulminente à foudroyante (v. 378).

43 Cette idée a d’abord été avancée et développée par Gérard Defaux dans son édition, p. 515 (n. 5). Le sens de la formule marotique (reprise par Sarasin) n’échappe pas à Roger de Collerye qui surenchérit : « Parlez françoys, hebrieu et grec » (voir texte cité, n. 30, nous soulignons).

44 La première traduction en français de l’Évangile par Lefèvre d’Étaples date de 1523 ; celle latine, avec le texte grec en regard, d’Érasme date de 1516.

45 C. Marot, « Epistre au Roy, du temps de son exil à Ferrare », v. 39-48, Œuvres complètes, t. II, p. 208.

46 Voir, parmi d’autres, le poème intitulé « Noel [sur hélas Olivier Basselin] » dont l’incipit et le refrain sont « À la naissance du dauphin », Les grands Noels Nouveaux, [Paris, Lotrian, circa 1530], BnF, Rés Ye 2864 (1), f. cxvi-cxvii ; Marina Fey, op. cit., p. 291. P. Rézeau, op. cit., p. 221.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Jean-Charles Monferran, « "Chantons Noël"
(à propos de la ballade XI de L’Adolescence clémentine)
 », Babel, Hors-série Agrégation | 2019, 103-122.

Référence électronique

Jean-Charles Monferran, « "Chantons Noël"
(à propos de la ballade XI de L’Adolescence clémentine)
 », Babel [En ligne], Hors-série Agrégation | 2019, mis en ligne le 01 janvier 2019, consulté le 23 avril 2019. URL : http://journals.openedition.org/babel/5669 ; DOI : 10.4000/babel.5669

Haut de page

Auteur

Jean-Charles Monferran

Sorbonne Université - CELLF 16-21 UMR 8599

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Babel. Littératures plurielles est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Laboratoire Babel
  • Logo Université de Toulon
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • OpenEdition Journals