Navigation – Plan du site

Les épîtres de L’Adolescence clémentine : le parti-pris du familier

Pauline Dorio
p. 123-144

Résumé

Radicale et novatrice, la section d’épîtres de L’Adolescence clémentine manifeste un éclatant parti-pris pour le genre épistolaire. Premier poète à rassembler des épîtres non-héroïdes en série, Marot unifie le genre en le dotant de repères péritextuels stables. Fort de cette assise, il déconstruit via la succession des épîtres les codes poétiques et épistolaires de la génération précédente pour leur substituer un modèle familier. Celui-ci, tout en étant fondé sur les principes épistolographiques des humanistes, conserve la dimension fictionnelle propre à la poésie. Ayant modelé un genre qui convient à son ingenium, Marot y donne à voir une persona d’auteur recherchant la proximité de son destinataire, sans toutefois se dévoiler directement à lui. Entre le poète et son genre de prédilection s’établit ainsi une affinité ontologique, tous deux se dérobant en effet sous le jeu de la fiction en même temps qu’ils se donnent par le moyen de la familiarité.

Haut de page

Texte intégral

1Que la section d’épîtres insérée au début de L’Adolescence clémentine manifeste, de la part de Clément Marot, une prédilection singulière, l’histoire du genre épistolaire et de son inscription dans la poésie imprimée de langue française nous l’apprend sans détour.

  • 1 Jean Lemaire, Le Temple d’honneur et de vertus, [Paris, A. Vérard, 1504], f. A4 r°-v° : « À son amy (...)
  • 2 Guillaume Cretin, Chantz royaulx oraisons et aultres petitz traictez, éd. de François Charbonnier, (...)

2En effet, à partir de la publication, au tout début des années 1500, des XXI Epistres d’Ovide traduites par Octovien de Saint-Gelais, et durant les trois premières décennies du XVIe siècle, la production imprimée des épîtres, genre versifié le plus souvent isométrique et décasyllabique et présentant une situation d’énonciation similaire à celle de la lettre, se voit dominée par l’héroïde, laquelle met en scène la correspondance fictive de personnages historiques ou légendaires. Par contraste, l’épître personnelle, cultivée à la même époque mais dans un style le plus souvent simple, sur un modèle d’interlocution apparemment référentiel et sans s’adosser à un intertexte antique, s’épanouit rarement en dehors du contexte limité des manuscrits d’auteur. Lorsqu’elle accède à une diffusion imprimée, c’est souvent par la marge ou bien indépendamment de la volonté du poète épistolier : la première épître personnelle à avoir été publiée se trouve ainsi insérée parmi les pièces liminaires du Temple d’honneur et de vertus de Jean Lemaire de Belges, paru en 15041. Quant à la première série véritable d’épîtres personnelles, elle a été diffusée de manière posthume, dans le recueil des Chantz royaulx, oraisons et aultres petitz traictez, publié en 1527 par François Charbonnier pour rendre hommage à son maître Guillaume Cretin2.

3En 1532, Clément Marot est ainsi le premier poète de langue française à faire le choix de rassembler des épîtres majoritairement personnelles dans une section entièrement dédiée au genre épistolaire. Cette série se trouvant placée juste après les traductions et les poèmes de forme longue qui inaugurent le volume de L’Adolescence clémentine, l’épître constitue le premier genre à être mis en vedette dans l’économie du recueil, au détriment des formes mieux établies ou plus prestigieuses du rondeau, de la ballade et du chant royal. Dès lors, c’est sur le plan combiné de la poétique des genres et de l’émergence d’un discours auctorial revendiquant des choix d’écriture inattendus que l’initiative du poète apparaît fondatrice.

  • 3 Parmi les poètes ayant, sur le modèle marotique, fait la part belle au genre épistolaire dans les a (...)

4Misant sur l’épître personnelle, Marot contribue spectaculairement à en lancer la vogue : de fait, entre l’édition princeps de L’Adolescence clémentine et la parution des Œuvres, ouvrage somme diffusé pour la première fois en 1538, l’épître personnelle s’est radicalement transformée. Désormais cultivée par tous les poètes imitateurs de Marot, elle jouit d’une visibilité sans pareille dans les recueils de poésie imprimés3. Contrairement toutefois à ce qui se produit pour les formes de l’élégie, du blason, de l’étrenne ou encore du sonnet, que le « Prince des Poetes » a largement contribué à installer dans le champ poétique français mais qu’il a peu ou prou abandonnées après un premier « coup d’essay » retentissant, Marot prolonge pour l’épître son geste inaugural en continuant, tout au long de sa carrière et jusque dans l’exil final, de cultiver le genre sous sa forme personnelle. Une telle constance semble désigner l’épître comme un lieu d’investissement poétique et personnel tout à fait unique dans l’ensemble de sa production.

  • 4 Dans le Quintil horatian, Marot est ainsi le seul auteur moderne, avec Jean Lemaire de Belges, à êt (...)
  • 5 Pour Corinne Noirot, c’est ainsi comme « maître épistolier » que Marot a été consacré par l’histoir (...)

5Cette inclination n’est pas passée inaperçue, loin s’en faut. Depuis les auteurs d’art poétique publiés au milieu du siècle4 jusqu’aux plus récents critiques5, nombreux sont les lecteurs de Marot à avoir distingué les épîtres parmi les pièces les plus caractéristiques de sa manière poétique et le genre épistolaire comme l’un des plus aptes à exprimer son ingenium d’auteur. Le recours au style simple et à des narrations enjouées, la mise en scène d’une transparence énonciative visant à rapprocher l’écriture de la parole, tous ces traits maintes fois relevés lorsqu’il s’agit de caractériser l’écriture marotique, auraient trouvé dans l’épître personnelle un terrain particulièrement propice à leur développement. Plus qu’une coïncidence, le parti-pris de l’épître personnelle esquissé dans L’Adolescence clémentine de 1532 et réaffirmé dans Les Œuvres manifesterait ainsi la convergence féconde d’une forme poétique et d’une voix de poète s’affermissant mutuellement.

  • 6 Nous utiliserons pour édition de référence de cet article le recueil de L’Adolescence clémentine ét (...)

6Ce sont les ressorts secrets de cette affinité élective que nous voudrions ici démêler, en mettant au jour la détermination réciproque qui semble s’opérer au cœur de la section épistolaire de LAdolescence clémentine, dans sa version augmentée de 15386. Il s’agira tout d’abord de prendre l’entière mesure de l’éclat qui entoure cette série de onze épîtres s’exhibant comme le tour de force d’un auteur en pleine maîtrise de son art. Ainsi taillée pour ouvrir de nouvelles voies poétiques, la section se déroule selon un double mouvement de déconstruction des codes épistolaires traditionnels et de reconstruction d’un modèle inspiré des nouvelles tendances de l’épistolographie humaniste. Nous verrons enfin comment les contours que Marot fixe pour l’épître inscrivent le familier au cœur du poétique, cette articulation délimitant, pour le « je » auctorial, un espace d’expression inédit.

Une illustration du genre épistolaire

7En 1538, la section d’épîtres de L’Adolescence clémentine se présente aux yeux du lecteur comme un ensemble à la fois uniforme et bigarré, une juxtaposition foisonnante que le « je » vient harmoniser de manière à mettre en valeur le genre épistolaire.

  • 7 Dans la première moitié du XVIe siècle, la suscription est une partie de l’épître typographiquement (...)
  • 8 Sur l’identité du « Docteur Bouchart », voir les travaux de James K. Farge, Bibliographical Registe (...)

8À première vue, les onze épîtres rassemblées par Marot sont si hétéroclites qu’elles semblent dévoiler les coulisses de son apprentissage du genre. La variété de la série se manifeste tout d’abord sur le plan visuel. Chacune des quatre épîtres introductives comprend des éléments qui la singularisent et la font ressortir sur la page imprimée : l’épître de Maguelonne est précédée d’une suscription7 et suivie d’un rondeau. Dans l’épître du « Dépourvu » sont insérés deux rondeaux et une ballade rompant la linéarité des vers suivis pour figurer un dialogue entre l’auteur, « Crainte » et « Bon Espoir ». L’épître « du camp d’Attigny » est précédée d’une suscription, et l’épître « touchant l’armée du Roi en Hainaut » est en prose. Sur le plan de la tradition littéraire, la même diversité est de mise : dans l’épître de Maguelonne, Marot donne à une légende médiévale la forme classique d’une héroïde ; l’enchâssement sur lequel repose l’épître du « Dépourvu » reproduit un schéma caractéristique de la poésie des Rhétoriqueurs. L’épître « du camp d’Attigny » se présente comme une chronique d’historiographe ; la « Petite épître au Roi » et l’épître à Bouchart sont des poèmes de requête à plus puissant que soi ; enfin, l’épître « À son ami Lyon » emprunte à la fable ésopique. Du côté des destinataires, hormis Marguerite à laquelle trois épîtres sont adressées, on note également une grande variété : la « Demoiselle négligente » et celle des « jarretières blanches » sont des dames anonymes ; Pierre de Provence est l’amant fictif d’un personnage légendaire. Les destinataires masculins référentiels entretiennent avec Marot des relations de nature très diverse : François Ier est son protecteur, Lyon Jamet son familier et le docteur en théologie Nicolas Bouchart semble nourrir à son encontre une certaine inimitié8. L’énonciation est toute aussi instable, Marot empruntant en effet la voix de trois locuteurs fictifs, dont une femme.

  • 9 Mireille Huchon, « Rhétorique de l’épître marotique ».
  • 10 Dans les traités d’épistolographie du XVIe siècle, les différents types de lettres sont regroupés s (...)

9Enfin, les onze épîtres de la série accomplissent des actes de langage variés, correspondant aux différentes catégories répertoriées par la rhétorique épistolaire. Comme l’a montré Mireille Huchon9, les épîtres de Maguelonne et du « Dépourvu » appartiennent au genre délibératif, les deux épîtres du camp d’Attigny relèvent du genre démonstratif, l’épître à Bouchart du genre judiciaire. Les épîtres restantes sont à la fois délibératives et familières, si l’on admet avec Érasme que le familier constitue le quatrième genre rhétorique du discours épistolaire10. À l’intérieur de ces catégories, les types sont tout aussi divers : épître de déclaration amoureuse, de requête, de lamentation, d’encouragement, de réponse aux critiques, épître jocosa de plaisanterie… Marot offre à son lecteur un vaste échantillonnage témoignant de sa maîtrise des codes épistolaires. Il n’est guère que la versification qui donne à voir une certaine régularité, puisque la plupart des poèmes sont bâtis sur l’enchaînement régulier de décasyllabes à rimes plates : encore devons-nous exclure ici les rondeaux et les ballades des deux premiers poèmes ainsi que l’épître en prose « touchant l’armée du roi en Hainaut », véritable hapax dans l’ensemble des œuvres publiées par Marot.

10Dynamique et foisonnante, cette éclatante entrée en scène est pourtant loin d’égarer le lecteur, dans la mesure où elle se voit dirigée d’une main de maître par un auteur apparemment désireux de faire briller son genre de prédilection. À y regarder de plus près, Marot instaure en effet des repères extra et intra-textuels qui, harmonisant la section d’un point de vue essentiellement générique, affermissent les assises sous-tendant le discours épistolaire.

  • 11 Dans les deux recueils que Michel d’Amboise publie antérieurement à L’Adolescence clémentine, les t (...)
  • 12 Sur les artes dictaminis, ces traités de première rhétorique destinés à l’apprentissage par les cle (...)

11Sur le plan éditorial tout d’abord, Marot fixe un dispositif paratextuel aisément reconnaissable. Signalons ainsi l’omniprésence du nom définitoire « épître », répété dans les titres courants et au début de chaque poème, comme pour mieux marteler la décision du poète d’intégrer le genre à sa gamme poétique. Le phénomène est d’autant plus remarquable qu’en 1532, les épîtres imprimées sont encore très souvent désignées par le terme moins spécifique de « lettres »11. Les titres des poèmes incluent, outre cette indication générique, le nom du destinataire (« Pierre de Provence », « Monsieur Bouchart », le « seigneur de la Roque »), son statut civil (la « Demoiselle négligente » est par exemple une jeune femme célibataire), sa fonction (« Docteur en théologie ») ou son titre de noblesse (la « duchesse d’Alençon », le « roi »). Ces détails rappellent l’importance de la salutation dans la rhétorique épistolaire : première partie de la lettre, elle sert à établir la nature exacte des relations liant l’expéditeur au destinataire (est-il supérieur, inférieur ou égal à l’épistolier ?) et s’avère donc primordiale dans le contexte administratif où l’apprentissage des règles d’épistolographie s’inscrit depuis le XIIe siècle12. L’adaptation de cette pratique codifiée à un contexte poétique n’est pas sans conséquence : en étant intégrée au titre, la salutation se transforme en annonce métatextuelle, soulignant la spécificité générique de l’épître, qui se fonde en premier lieu sur l’adresse à un interlocuteur absent.

12Les repères intratextuels mis en place par le poète, s’ils sont moins immédiatement repérables, n’en contribuent pas moins à établir, pour l’ensemble de la section, un soubassement rhétorique déterminant pour l’illustration du genre épistolaire.

  • 13 Les théoriciens du Moyen Âge préservent l’héritage rhétorique des Grecs et des Romains en le transf (...)
  • 14 Sur la dispositio rhétorique des épîtres de Marot, voir l’étude de John E. Clark, « Marot and Fabri (...)
  • 15 Cette description commence au vers 15 (« Or est ainsi… ») et se termine au vers 135 (« Bien écrirai (...)
  • 16 Sur la capacité de la lettre à rapprocher les correspondants soit en estompant la distance qui les (...)
  • 17 Francis Goyet voit en effet en la demoiselle attendue par ses amis une allégorie de la Paix (« Sur (...)

13Rappelons pour commencer que les manuels d’épistolographie médiévaux, reprenant le schéma du discours cicéronien, traditionnellement composé de cinq parties, divisent la lettre en salutatio, exordium, narratio, petitio et conclusio13. Ce schéma est calibré en fonction du statut du destinataire et des circonstances entourant l’écriture de la lettre ; il est orienté par l’exigence d’efficacité que suppose sa visée pragmatique. Une observation attentive des onze épîtres de L’Adolescence clémentine nous apprend que Marot fait non seulement usage de cette division en cinq parties, mais encore qu’il l’adapte avec finesse en fonction du résultat désiré14. On peut ainsi évoquer le cas de l’épître du « camp d’Attigny », dont l’objet principal est de donner à Marguerite d’Alençon des nouvelles de son époux et qui développe par conséquent une longue narratio décrivant la vie des soldats engagés dans la campagne de Hainaut15. Notons au passage que le compte rendu du poète est déclenché par une précision spatiale (« En ce lieu où nous sommes », v. 17) rappelant le principe fondateur de la correspondance, c’est-à-dire l’éloignement des interlocuteurs, et soulignant sa visée de rapprochement : à travers la narratio, le poète cherche à donner à Marguerite d’Alençon l’impression d’être présente avec lui dans le camp d’Attigny16. L’épître à la « Demoiselle négligente de venir voir ses amis » est quant à elle entièrement déterminée par le souhait des locuteurs de voir leur amie revenir parmi eux. Loin d’être réservé à la conclusio, qui permet normalement de formuler des vœux à l’égard du destinataire, cet espoir est décliné dans toutes les parties de l’épître : l’exordium souligne l’amour indéfectible que les amis portent à la dame, et qu’ils promettent de lui porter jusqu’à son retour, dût-elle s’absenter quarante ans. Du vers 11 au vers 32, la narratio raconte qu’à chaque rassemblement de la communauté, le souhait de voir la demoiselle est réitéré par les uns et les autres. La petitio formule le vœu que la dame ait les moyens de se déplacer aisément afin que son retour parmi les amis ne soit imputable qu’à sa bonne volonté. C’est encore un espoir qu’expriment les deux vers conclusifs, Marot achevant par là d’inscrire l’épître à la Demoiselle négligente dans une logique d’attente conforme à Ferme Amour17.

14Qu’on ne s’y trompe donc pas : la variété formelle, énonciative, intertextuelle et typologique mise en scène dans la première série d’épîtres des Œuvres de 1538 ne donne aucunement à voir une image brouillée du genre épistolaire. Associée à un dispositif extra et intratextuel normalisé, elle illustre au contraire les potentialités de l’épître tout en délimitant ses particularités génériques, à savoir la situation d’énonciation particulière sur laquelle elle repose et son origine rhétorique, que Marot adapte à un nouveau contexte. Le tour de force ainsi réalisé trahit un investissement auctorial important et constitue en outre la section épistolaire de L’Adolescence clémentine en vitrine désignée au lecteur comme lieu d’accomplissement d’un nouveau programme poétique.

Déconstruction et reconstruction des codes épistolaires

  • 18 Dans l’épître liminaire « À un grand nombre de frères qu’il a, tous enfants d’Apollon », L’Adolesce (...)
  • 19 Si la chronologie semble être un des critères d’agencement des épîtres marotiques, d’autres princip (...)

15Les onze épîtres de la série qui nous occupe ont été composées sur une assez large période et semblent se succéder selon un ordre globalement chronologique. Cela ne signifie pas que le poète n’ait pas procédé à quelques remaniements visant à créer une impression de progrès, à mettre en scène l’évolution de sa pratique épistolaire au cours de la décennie précédant la première publication de L’Adolescence clémentine. N’oublions pas en effet que l’idée de maturation est inscrite au cœur même du programme déterminé par le titre et l’appareil liminaire du recueil18. Il convient dès lors d’interroger l’enchaînement des épîtres de la section afin de déterminer dans quelle direction celle-ci semble progresser19.

  • 20 Mary McKinley, « Marot, Marguerite de Navarre et “L’Epistre du Despourveu” ».
  • 21 François Cornilliat, « Or ne mens », p. 330-338. Sur cette épître, voir également Annette Tomarken, (...)
  • 22 Nous reprenons ici l’analyse stylistique et poétique développée par Gérard Defaux dans Marot, Rabel (...)

16La première piste qu’il est possible d’emprunter concerne la mise à distance des pratiques héritées de la génération poétique précédente. Les études critiques de Gérard Defaux, François Cornilliat ou encore Mary McKinley ont montré qu’au moins trois poèmes de la section mettent en scène une rupture esthétique importante. Aux vers 82-88 de l’épître du « Dépourvu », Marot a recours à la rime sénée pour figurer une crise momentanée de l’écriture que le poète ne peut surmonter sinon en s’engageant sur un nouveau chemin poétique20. Bâtie sur un enchaînement de rimes équivoquées, la « Petite épître au Roi » exhibe l’artificialité des ornementations du vers auxquelles le poète se livre pour attirer la faveur des puissants, le « je » souhaitant instaurer avec son protecteur une relation fondée sur le don plutôt que l’échange de bons procédés21. Enfin, la prétérition anaphorique qui inaugure l’épître « À son ami Lyon » figurerait un mécanisme libérateur affranchissant le discours poétique de la « prison formelle » dans laquelle la tradition le maintenait jusqu’alors22. Cette épître, qui n’a été ajoutée à L’Adolescence clémentine qu’en 1538, permettrait ainsi de parachever la fonction subversive de l’ensemble de la section épistolaire.

17Si l’on examine ces poèmes par rapport au contexte générique dans lequel ils s’inscrivent, un tel phénomène devient à la fois plus visible et plus précis, Marot semblant en effet chercher à déconstruire les codes épistolaires traditionnels pour proposer à la place un modèle essentiellement familier. Qu’écarte-t-il de son programme épistolaire ? Tout d’abord, l’hésitation générique dont témoigne « l’Épître du Dépourvu » : en plus d’être un support à l’enchâssement de formes anciennes, le cadre épistolaire y sert en effet de prétexte pour narrer un songe allégorique, lui-même conçu comme un débat entre des entités conseillant le poète. Ce dispositif complexe fait perdre de vue la situation d’énonciation épistolaire du texte et partant, son appartenance au genre de l’épître. La fin du poème dépasse cet écueil pour revenir à plus de simplicité : après bien des tergiversations, le poète entreprend de composer son épître, qu’il présente à son interlocutrice pour ce qu’elle est, tout simplement à la mesure de son « petit pouvoir » (v. 160).

  • 23 Quintilien associe ainsi le sermo et l’epistula dans son analyse du fonctionnement de la prose relâ (...)
  • 24 Cicéron, De Republica, ii 3.

18Semblablement, la « Petite Epître au Roi » en appelle à plus de simplicité, non sur le plan du dispositif textuel cette fois mais du point de vue du style. Dans l’Antiquité, l’écriture épistolaire est associée au sermo quotidianus plutôt qu’à la contentio orationis dans laquelle les artes dictaminis médiévales tendront plus tard à la reléguer23 : en poussant à l’extrême le principe de la rime équivoquée, Marot pourrait bien montrer du doigt ce glissement stylistique et réclamer un genus humile faisant retour à la définition de l’épître comme absentis ad absentem colloquium24, c’est-à-dire conversation avec un absent. Malgré la sophistication de la rime, on observe d’ailleurs plusieurs marqueurs propres au style conversationnel : parenthèses produisant un décrochage énonciatif (« (dont je suis marri) », v. 8), dialogue au style direct, adresse à l’interlocuteur (« Viens çà » v. 10, « vois-tu bien », v. 13) et, dès le troisième vers du poème, un connecteur résomptif (« Bref, c’est pitié ») sapant la tension propre à la contentio. Or, tandis que cette dernière se rattache à l’éloquence publique, le sermo relève de la sphère privée et se déploie donc plus volontiers à l’égard d’un familier. Non content de réclamer, de la part de son royal destinataire, qu’il passe outre à la non-conformité de leur relation avec le système d’échange propre au rapport de patronage, Marot s’autorise donc du contexte épistolaire pour le traiter avec privauté : ce faisant, il souligne la dimension nécessairement familière de l’épître qu’il entend pratiquer.

19Dans l’épître « à son ami Lyon », enfin, c’est l’association conventionnelle entre certaines matières et certaines formes que le poète semble mettre en cause au bénéfice de l’épître. Les quinze premiers vers du texte passent en revue, pour mieux les rejeter, des thèmes poétiques traditionnels : l’amour, la guerre, Dieu, les abus du monde :

  • 25 L’Adolescence clémentine, p. 209-210.

Je ne t’écris de l’amour vaine, et folle :
Tu vois assez, s’elle sert, ou affole :
Je ne t’écris ne d’armes, ne de guerre,
Tu vois, qui peut bien, ou mal y acquerre :
Je ne t’écris de fortune puissante,
Tu vois assez, s’elle est ferme, ou glissante :
Je ne t’écris d’abus trop abusant,
Tu en sais prou, et si n’en vas usant :
Je ne t’écris de Dieu, ne sa puissance,
C’est à lui seul t’en donner connaissance :
Je ne t’écris des dames de Paris,
Tu en sais plus que leurs propres maris :
Je ne t’écris, qui est rude, ou affable,
Mais je te veux dire une belle fable :
C’est à savoir du Lion, et du Rat.25

  • 26 Voir l’« Epistre des excuses de Marot faulsement accusé d’avoir faict certains adieux au desadvanta (...)

20Marot juge-t-il ces thèmes inconciliables avec le genre épistolaire ? Si l’on regarde les deux épîtres qui suivent et précèdent immédiatement l’épître « À son ami Lyon » dans le recueil de 1538, une telle supposition se trouve immédiatement mise en porte-à-faux : la référence aux « Dames de Paris » (v. 11) est une possible allusion à la fausse querelle dont Marot constitue l’un des protagonistes et qu’il reproduit au tout début de la section épistolaire de la Suite26. La distinction établie entre les personnes « rudes » et les « affables » (v. 13) pourrait quant à elle renvoyer au double sens de l’épître à Bouchart : sous les traits de l’« ami » que Marot prétend solliciter se cache en fait un redoutable adversaire dont il dénonce l’acharnement. Ce procédé d’encadrement est bien sûr extrêmement piquant, puisque en attirant notre attention sur les thèmes « traditionnels » que développent les épîtres adjacentes, Marot semble pointer du doigt sa propre inconséquence.

  • 27 En 1548, c’est d’ailleurs la polyvalence de l’épître qui permet à Thomas Sébillet de la distinguer (...)

21Peut-être nous invite-t-il en réalité à faire preuve de souplesse dans notre lecture des premiers vers de l’épître « À son ami Lyon » : ce ne sont pas tant les sujets eux-mêmes que le poète rejetterait, mais le traitement rigide auquel les soumet la tradition poétique. L’énumération mise en scène par Marot repose en effet sur l’exclusion réciproque des thèmes traités, chacun se trouvant enfermé dans les bornes d’un seul vers, de même qu’ils s’incarnent en poésie dans certains genres prédéterminés : rondeaux amoureux, vastes sommes héroïques, chants royaux édifiants, allégories satiriques. Contre une poétique valorisant l’unité et la cohérence du sujet, le poète défendrait ainsi une polyvalence nécessitant pour pouvoir s’épanouir la flexibilité propre au genre épistolaire, capable d’accueillir tous les sujets27.

22Porté par ces textes jalons, le double mouvement de déconstruction et de reconstruction sur lequel repose la section épistolaire de L’Adolescence clémentine est rendu sensible par l’enchaînement saisissant des deux épîtres du Camp d’Attigny. Loin d’occasionner une répétition inutile, la bascule entre le premier texte, qui présente le point de vue de l’historiographe, et le second, où le poète abandonne sa posture officielle pour se présenter sous un èthos à la fois accablé et confiant, participe à l’individualisation du discours épistolaire, donc à sa familiarisation. L’épître « touchant l’armée du roi en Hainaut » clôt de plus l’ensemble disparate formé par les quatre premières épîtres de la section, qui s’achève ensuite sur des poèmes décasyllabiques à rimes suivies. L’unique lettre en prose de la section s’apparente ainsi à une tabula rasa enclenchant une nouvelle dynamique d’écriture, marquée par le surgissement d’un modèle épistolaire simplifié.

  • 28 Érasme définit la lettre par une souplesse fondamentale, laquelle autorise toutes les variétés de s (...)

23Simplicité du dispositif textuel, modestie du style, familiarité du rapport au correspondant, valorisation de l’expression individuelle, souplesse dans le traitement de la matière : tels sont les principes de la poétique épistolaire que le rejet successif de traditions antérieures fait peu à peu émerger au sein de L’Adolescence clémentine. Cette esthétique nouvelle se rattache manifestement à la réflexion rhétorique des humanistes, lesquels défendent alors un idéal de « naturel » qui finira par imposer la lettre familière comme modèle incontournable du discours épistolaire28. Dans le recueil de Marot, le familier s’inscrit toutefois dans un contexte poétique inédit : il se transforme en conséquence, pour offrir au poète en quête de son identité un espace d’expression absolument singulier.

L’entrelacement inédit du poétique et du familier

  • 29 Henry Guy, Histoire de la poésie française au xvie siècle, vol. 1. L’École des rhétoriqueurs, Genèv (...)

24En 1910, Henry Guy a proposé de distinguer dans la production épistolaire du XVIe siècle les épîtres « artificielles » d’une part et les « naturelles » de l’autre : il prétendait ainsi établir une hiérarchie entre les héroïdes des Rhétoriqueurs et les épîtres de la génération marotique29. Les premières reposeraient sur une situation d’énonciation fictive et seraient donc impersonnelles tandis que les secondes, plus « vraisemblables » et plus « sincères », auraient été adressées par les poètes eux-mêmes à un destinataire existant véritablement. Si l’on conçoit que, dans cette perspective, l’épître de Maguelonne puisse être envisagée comme un poème de jeunesse prolongeant le souvenir d’une pratique dépassée, que dire de l’épître « À son ami Lyon », située à l’extrême fin de la section, mais évoquant la situation de Marot prisonnier par le moyen indirect d’une fable ésopique ?

  • 30 Mary McKinley, « Marot, Marguerite de Navarre et “L’Epistre du Despourveu” », p. 615-626.

25À y regarder de plus près, c’est d’ailleurs l’ensemble des onze épîtres de L’Adolescence clémentine qui paraissent reposer sur une situation d’énonciation « artificielle », le « moi » du locuteur ne s’y faisant entendre qu’à travers des dispositifs obliques. Après l’épître de Maguelonne, celle du « Dépourvu » utilise en effet la fiction allégorique pour évoquer l’actualité vécue par le poète : le dieu Mercure facilitant l’introduction de Marot auprès de sa future protectrice ne serait autre que François Ier ; quant au Bon Vieillard encourageant le poète à poursuivre son œuvre, il s’agirait de Jean Marot, auquel son fils espère succéder à la cour30. Les épîtres écrites depuis le camp d’Attigny présentent deux versions antithétiques d’un même témoignage : la première est narrée d’un point de vue officiel et ironique, qui dévoile la violence désordonnée des troupes françaises sous couvert d’en célébrer l’esprit martial. La seconde dresse un tableau pathétique des souffrances engendrées par la guerre, l’investissement du « je » venant mettre en question la posture de chroniqueur adoptée dans l’épître précédente.

  • 31 Pour un éclairage de la portée évangélique de l’épître « À la Demoiselle négligente », voir Francis (...)
  • 32 Voir l’analyse que François Cornilliat propose de cette épître dans « Or ne mens », p. 330-335.
  • 33 Voir Michael A. Screech, Marot Évangélique, p. 28-30.
  • 34 Dès le début du poème, Marot pousse ainsi à son extrême le topos épistolaire consistant à reprocher (...)
  • 35 La première expression construite autour du verbe « bouscher » que renferme le Dictionnaire françoi (...)

26Les poèmes cinq et six poursuivent ce jeu de masques : l’épître « À la Demoiselle négligente » et celle des « jarretières blanches » empruntent des schémas amoureux topiques, l’absence de la dame d’une part, le fait de porter les couleurs de son amante de l’autre, mais cachent respectivement un message évangélique – les amants qui attendent la demoiselle forment une communauté de croyants unis dans l’espérance de la paix31 – et une intention parodique – la fermeté affichée par l’amant s’épuisant en effet dans la couleur de sa livrée. Dans la « Petite épître au Roi », Marot feint d’adopter la posture d’un poète de cour payant son protecteur de mots, pour mieux la détruire de l’intérieur et faire éclater son audace sociale et formelle32. Les deux poèmes suivants sont attribués au capitaine Bourgeon et au capitaine Raisin, deux locuteurs de fiction que le poète ne se préoccupe pas de rendre crédibles. De nombreux indices signalent enfin qu’en fait de supplique destinée à prouver l’innocence du poète, l’épître à Bouchart maintient ironiquement ses positions hétérodoxes. Citons pour preuve le contexte paulinien et luthérien dans lequel Marot formule sa prétendue abjuration33, les dysfonctionnements de la communication épistolaire, qui figurent l’intransigeance des théologiens34, enfin la dimension symbolique du nom de Bouchart : plutôt qu’un interlocuteur véritable, celui-ci représente l’archétype du « docte docteur », adversaire obtus qui se bouche les oreilles pour éviter tout dialogue religieux35.

  • 36 Nous nous appuyons ici sur l’analyse de Mireille Huchon qui démontre, contre l’interprétation autob (...)
  • 37 Cicéron, De Inventione, I, xix (trad. Guy Achard, Paris, Les Belles Lettres, 1994, p. 83) : « [Le t (...)

27Si l’on rapporte cette constante mise en œuvre de situations d’énonciation fictives, indirectes ou ironiques à l’épître « À son ami Lyon », dont la position finale, dans l’édition de 1538, établit la valeur métapoétique et résomptive36, l’écart séparant le discours épistolaire du réel se conçoit plus clairement. À condition de ne pas s’en tenir au récit ésopien qui suit, le vers 14 (« Je te veux dire une belle fable ») attire l’attention du lecteur sur l’affinité existant entre l’épître poétique et la fabula. Selon la triade cicéronienne, ce terme désigne toutes les narrations fictives qui ne prétendent pas être vraies, par opposition à l’historia qui expose des événements dont elle garantit la véracité, et à l’argumentum, auquel échoit la fiction vraisemblable37. Gardons-nous donc de prendre au sérieux « l’effet de réel » que le caractère pseudo-référentiel et l’énonciation personnelle de l’épître familière tendent à produire : Marot nous avertit ici que les épîtres de L’Adolescence clémentine doivent être lues pour ce qu’elles sont, c’est-à-dire des narrations poétiques enveloppant le réel d’un tissu fabuleux.

28Une telle révélation nous fait réévaluer la distance qui sépare l’héroïde de l’épître personnelle : cette dernière se caractériserait peut-être moins par la matière qu’elle met en œuvre, ou par le rapport qu’elle entretient à la fiction, que par le modèle discursif – contentio ou sermo – auquel elle se réfère. C’est bien ce que suggère le parcours qui s’établit dans L’Adolescence clémentine de 1538, depuis l’« Epistre à Maguelonne » jusqu’à l’épître « À son ami Lyon » : telle qu’elle est pratiquée par Marot, le trait propre à l’épître personnelle n’est pas la vraisemblance mais la familiarité, une familiarité qui s’accommode de l’hétérogénéité énonciative et s’en nourrit même pour instaurer, entre l’épistolier et son destinataire, un rapport de proximité s’exprimant sur le modèle de la confidence.

29Il semblerait en effet que ce soit via le jeu spéculaire de la fabula que le « je » marotique se donne à voir le plus ouvertement. Significativement, dans notre corpus, ce processus de dévoilement indirect se traduit par une métaphore épistolaire, celle du pli que l’on décachète afin d’en lire le contenu. L’analogie entre le moi du poète et la substance de la lettre est mise en place dès la fin de l’épître du « Dépourvu ». Pour évoquer le dénuement et la sincérité avec lesquels il s’expose à Marguerite d’Alençon, dont il espère gagner la confiance et la protection, Marot emploie en effet deux verbes fréquemment usités en contexte épistolaire : au v. 175, il explique qu’aucun talent caché n’est « enclos » en lui-même ; au v. 179, il affirme avoir été « envoyé » vers son destinataire par le roi François Ier. De la même manière qu’une lettre demande à être « déclose », l’intériorité du « je » n’est accessible qu’une fois levés les obstacles de la fiction poétique, la familiarité entre les deux pôles de l’interlocution s’établissant au terme d’un déchiffrement à valeur heuristique.

  • 38 « Bien écrirais encores autre chose, / Mais mieux me vaut rendre ma lettre close / En cet endroit » (...)
  • 39 Clément Marot, L’Adolescence clémentine, p. 202-203.

30Entre deux correspondants aussi socialement éloignés que le sont Marot et Marguerite de Navarre, une telle familiarité n’est jamais donnée. C’est ce que montrent les vers 135 et 136 de l’épître « du camp d’Attigny », second poème à exploiter cette image38. Le contexte formel dans lequel s’inscrit la chronique de Marot ne lui permet guère de s’exprimer librement : aussi ne condamne-t-il la guerre que par le biais de l’ironie, sans divulguer le fond de sa pensée, enclose dans le double sens de son compte rendu. Le dévoilement passe dans ce cas par la mise en parallèle du texte avec l’épître qui suit, laquelle développe tout ce que la prétérition « Bien écrirais encores » donnait seulement à supposer. Dans l’épître du capitaine Raisin enfin, ce motif acquiert une fonction thérapeutique. Au tout début du poème, le locuteur déclare : « Et m’attends bien, qu’en maint lieu, où iras / À mes amis cette épître liras. / Je ne veux pas aussi que tu leur celles39 ». Prenant exemple sur sa lettre, que son décachetage expose aux yeux de tous les amis à qui le destinataire jugera approprié de la montrer, le « je » termine son épître en soulignant combien le fait d’écrire à un ami peut adoucir un chagrin. Le soulagement qu’il ressent naît d’un mouvement d’extériorisation exprimé par l’opposition entre les participes « caché » et « déclaré », et les prépositions « en » et « hors » :

  • 40 Ibid., p. 206.

En fin d’écrit, bien dire le te veuil,
Pour adoucir l’aigreur de mon grand deuil,
(Car deuil caché en déplaisant courage,
Cause trop plus de douleur, et de rage,
Que quand il est par paroles hors mis,
Ou déclaré par lettre à ses amis)
Tu es des miens le meilleur éprouvé :
Adieu celui, que tel j’ai bien trouvé.40

31De nouveau, la pérennisation de la familiarité passe par une opération de dévoilement qui reproduit, sur le plan de l’échange interpersonnel, la réception et la lecture d’une lettre. Par cette analogie s’éclaire l’affinité existant entre notre auteur et son genre de prédilection : à la fois poétique et familière, l’épître telle qu’il la pratique lui offre la possibilité de transformer le réel à sa guise tout en investissant les fictions qu’il élabore d’un substrat personnel absolument unique. Fait remarquable, c’est dans un contexte d’hétérogénéité énonciative que Marot choisit d’éclairer les dessous de son inclination pour le genre épistolaire. Par son caractère indirect, une telle confidence témoigne avec force de l’exigence à laquelle le poète soumet le lien de familiarité s’établissant à la faveur de l’épître.

32En définitive, le parti pris original de Clément Marot pour le genre de l’épître enclenche, au sein de L’Adolescence clémentine, un processus visible d’affermissement du genre épistolaire. Délimitée par des repères péritextuels clairs, formellement harmonisée et soutenue par une architecture rhétorique imitée de l’épistolographie en prose, l’épître marotique atteint, malgré sa variété énonciative et typologique, une stabilité digne des formes poétiques les mieux établies. Dans ce cadre fondant la dignité du genre qu’il s’est choisi pour étendard, Marot procède à la transformation du modèle dont il hérite : s’appuyant sur les principes épistolographiques défendus par les humanistes, le poète impose au discours épistolaire un dispositif textuel simplifié, une familiarité de ton transcendant les différences sociales, un style simple et une grande souplesse dans le maniement des thèmes traités. Le paradigme familier qu’il met en place demeure toutefois incontestablement poétique, dans la mesure où il ne semble pas avoir vocation à imiter le réel : Marot le réélabore au contraire via un constant jeu de masques que le lecteur, ultime destinataire du discours épistolaire, est invité à déchiffrer s’il veut à son tour devenir un « familier » du poète. Entre Marot et l’épître, c’est bien un rapport d’attraction et d’influence réciproques qui semble se dessiner : si le rôle du poète dans l’affirmation du genre paraît indiscutable, l’analogie mise en place entre le dévoilement du « je » et la lecture de la lettre nous signale également que l’épître constitue un cadre idéal à l’affirmation d’une voix poétique dont la présence se fait sentir malgré la distance de l’écriture, et d’une figure auctoriale qui s’offre volontiers au regard, pour peu toutefois qu’on se donne la peine d’ouvrir le pli.

Haut de page

Bibliographie

Berchtold, Jacques. « Le poète-rat : Villon, Érasme, ou les secrètes alliances de la prison dans l’épître “À son amy Lyon” de Clément Marot. » Bibliothèque d’Humanisme et Renaissance L-1 (1988) : 57-76 ; repris dans Berchtold, Jacques. Des Rats et des Ratières. Anamorphoses d’un champ métaphorique de saint Augustin à Jean Racine. Genève : Droz, 1992. p. 149-170.

Berthon, Guillaume. L’Intention du poète. Clément Marot « autheur ». Paris : Classiques Garnier, 2014.

Clark, John E. « Marot and Fabri’s Rhetoric of Letters. » Crossroads and Perspectives : French literature of the Renaissance. Studies in Honor of V. E. Graham. Éd. Catherine M. Grisé et Cameron D. E. Tolton. Droz : Genève, 1986. p. 121-133.

Colard, Jean-Max. « Marot, une parole de proximité. » Clément Marot « Prince des poëtes françois » 1496-1996. Éd. Gérard Defaux et Michel Simonin. Paris : Champion, 1997. p. 551-552.

Cornilliat, François. « Or ne mens ». Couleurs de l’éloge et du blâme chez les « Grands Rhétoriqueurs. » Paris : Champion, 1994.

Defaux, Gérard. Marot, Rabelais, Montaigne : l’écriture comme présence. Paris-Genève : Champion-Slatkine, 1987.

Dorio, Pauline. « La plume en l’absence », Le devenir familier de l’épître en vers dans les recueils imprimés de poésie française (1527-1555). Thèse de doctorat sous la direction de Michel Magnien (Paris Sorbonne Nouvelle, 2017). Genève : Droz, à paraître.

Dorio, Pauline. « Les Epistres veneriennes de Michel d’Amboise : une transformation de l’épître marotique. » Camenae. 2019 (à paraître). <http://saprat.ephe.sorbonne.fr/revue-en-ligne-camenae-16.htm>

Goyet, Francis. Le Sublime du « lieu commun » : l’invention rhétorique dans l’Antiquité et à la Renaissance. Paris : Champion, 1995. 

Goyet, Francis. « Sur l’ordre de L’Adolescence clementine. » Clément Marot « Prince des poëtes françois » 1496-1996. Éd. Gérard Defaux et Michel Simonin. Paris : Champion, 1997. p. 593-613.

Huchon, Mireille. « Rhétorique de l’épître marotique. » Clément Marot et L’Adolescence clémentine, Actes des cinquièmes Journées d’études du XVIe siècle de l’Université de Nice-Sophia Antipolis, 10 janvier 1997. Éd. Christine Martineau‑Génieys. Nice : Association des Publications de la Faculté des Lettres de Nice, 1997. p. 39-57.

Huchon, Mireille. « Rhétorique et poétique des genres : L’Adolescence clementine et les métamorphoses des œuvres de prison. » Le génie de la langue française, autour de Marot et La Fontaine. Fontenay Saint-Cloud : ENS éditions, 1997. p. 53-71.

Marot, Clément. Œuvres poétiques complètes, Éd. Gérard Defaux. Paris : Classiques Garnier, 1990 (t. I) et 1993 (t. II).

Marot, Clément. L’Adolescence clémentine. Éd. François Roudaut. Paris : Librairie générale française, 2005 (2e éd. revue 2018).

Mayer, Claude Albert. Clément Marot. Paris : Nizet, 1972.

McKinley, Mary B. « Marot, Marguerite de Navarre et “L’Epistre du Despourveu.” » Clément Marot « Prince des poëtes françois » 1496-1996. Éd. Gérard Defaux et Michel Simonin. Paris : Champion, 1997. p. 615-626.

Rice-Henderson, Judith. « Erasmus on the Art of Letter-Writing. » Renaissance Eloquence : Studies in the Theory and Practice of Renaissance Rhetoric. Éd. James J. Murphy. Berkeley-Los Angeles-Londres : University of California Press, 1983. p. 331-355.

Rice-Henderson, Judith. « Defining the genre of the letter, Juan Luis Vives’ De conscribendis epistolis. » Renaissance and Reformation VII, 2 (mai 1983) : 89-105.

Rigolot, François. Le Texte à la Renaissance : des rhétoriqueurs à Montaigne. Genève : Droz, 1982.

Rosenthal, Olivia. « Clément Marot : une poétique de la requête. » Clément Marot « Prince des poëtes françois » 1496-1996. Éd. Gérard Defaux et Michel Simonin. Paris : Champion, 1997. p. 283-299.

Screech, Michael Andrew. Marot évangélique. Genève : Droz, 1967.

Vaillancourt, Luc. La Lettre familière au XVIe siècle : rhétorique humaniste de l’épistolaire. Paris : Champion, 2003.

Haut de page

Notes

1 Jean Lemaire, Le Temple d’honneur et de vertus, [Paris, A. Vérard, 1504], f. A4 r°-v° : « À son amy le Maire Cretin mande / salut assez pour comblë une mande ».

2 Guillaume Cretin, Chantz royaulx oraisons et aultres petitz traictez, éd. de François Charbonnier, Paris, Simon Du Bois pour Galliot Du Pré, 1527.

3 Parmi les poètes ayant, sur le modèle marotique, fait la part belle au genre épistolaire dans les années 1530, on peut citer Michel d’Amboise, Eustorg de Beaulieu ou encore Roger de Collerye. Sur les épîtres publiées par ces auteurs, nous nous permettons de renvoyer à nos travaux à paraître : « La plume en l’absence », Le devenir familier de l’épître en vers dans les recueils imprimés de poésie française (1527-1555) et « Les Epistres veneriennes de Michel d’Amboise : une transformation de l’épître marotique ».

4 Dans le Quintil horatian, Marot est ainsi le seul auteur moderne, avec Jean Lemaire de Belges, à être cité par Barthélemy Aneau lorsqu’il recense les auteurs épistoliers. Voir Barthélemy Aneau, Le Quintil Horatian publié dans Joachim Du Bellay, La Deffence, et Illustration de la langue françoyse, éd. Jean-Charles Monferran, Genève, Droz, 2008, p. 299-361 : le passage auquel nous faisons référence se trouve p. 345.

5 Pour Corinne Noirot, c’est ainsi comme « maître épistolier » que Marot a été consacré par l’histoire littéraire (« Entre deux airs » : style simple et ethos poétique chez Clément Marot et Joachim Du Bellay, 1515-1560, Paris, Hermann, 2013, p. 166).

6 Nous utiliserons pour édition de référence de cet article le recueil de L’Adolescence clémentine établi et annoté par François Roudaut à partir de l’exemplaire BnF Ye 1457-1460 des Œuvres (Lyon, Dolet, 1538). Les poèmes de Marot ne faisant pas partie de cet ouvrage seront cités d’après les Œuvres poétiques complètes éditées par Gérard Defaux.

7 Dans la première moitié du XVIe siècle, la suscription est une partie de l’épître typographiquement séparée du reste du texte et parfois mise en relief sur le plan de la versification. Le plus souvent, le poète y apostrophe directement sa lettre, soit pour l’enjoindre de se rendre au plus vite à l’endroit qu’il lui a désigné, soit pour la rassurer quant à l’accueil que lui réservera le destinataire. Doublement adaptée de la salutatio propre à la rhétorique épistolaire et de la tradition poétique de l’envoi, la suscription fournit des repères génériques et typologiques au lecteur, à une époque où l’épître en vers de langue française est encore peu implantée en poésie. Les poètes tendent à l’abandonner à mesure que le genre s’affermit. Sur cette partie de la lettre et son évolution jusque dans les années 1550, voir notre article « Suscription et souscription de l’épître en vers au XVIe siècle : des lieux de rencontre entre destinataire et expéditeur », La Licorne 120, 2016, p. 93-103.

8 Sur l’identité du « Docteur Bouchart », voir les travaux de James K. Farge, Bibliographical Register of Paris Doctors of Theology, Toronto, Pontifical Institute of Medieval Studies, 1980 et Dick Wursten, « “Dear Doctor Bouchart, I am no lutheran”: a reassessment of Clément Marot’s epistle to Monsieur Bouchart », Bibliothèque d’Humanisme et Renaissance, LXX/3 (2008), p. 567-578. Cette hypothèse a remplacé celle avancée par Claude A. Mayer (« Clément Marot et le docteur Bouchart », Bibliothèque d’Humanisme et Renaissance, XXI/1 (1959), p. 98-102), qui avait proposé le nom de Jean Bouchart, frère de Nicolas et avocat de la Sorbonne dans les années 1520.

9 Mireille Huchon, « Rhétorique de l’épître marotique ».

10 Dans les traités d’épistolographie du XVIe siècle, les différents types de lettres sont regroupés selon les trois genres traditionnels de la rhétorique. À l’intérieur de ce schéma, la lettre familière constitue d’abord un type – c’est le cas par exemple dans Le Grand et vrai art de pleine Rhétorique de Pierre Fabri, premier traité à proposer une théorie épistolaire en français – avant de devenir, dans l’Opus de Conscribendis Epistolis publié par Érasme en 1522, un genre à part entière.

11 Dans les deux recueils que Michel d’Amboise publie antérieurement à L’Adolescence clémentine, les textes épistolaires, qu’ils soient en vers ou en prose, sont indistinctement désignés comme des « epistres » ou des « lettres ». Ce n’est qu’après la publication de L’Adolescence clémentine que Michel d’Amboise adoptera une terminologie plus stricte, intitulant systématiquement « epistres » ses épîtres personnelles versifiées, pour ne réserver le titre de « lettres » qu’aux épîtres amoureuses ou aux lettres liminaires en prose. Voir Michel d’Amboise, Les Complainctes de l’Esclave fortuné, Paris, Jean Saint-Denis, 1530, La Panthaire de l’Esclave fortuné, Paris, A. Lotrian et D. Janot, 1531 et Les Epistres veneriennes, Paris, A. Lotrian et D. Janot, 1532.

12 Sur les artes dictaminis, ces traités de première rhétorique destinés à l’apprentissage par les clercs de l’art épistolaire et diffusés dans toute l’Europe du XIe jusqu’au XVe siècle, voir l’étude fondatrice de James J. Murphy, Rhetorics in the Middle Ages, a History of Rhetorical Theory from St Augustine to the Renaissance, Berkeley-LA-Londres, University of California Press, 1974.

13 Les théoriciens du Moyen Âge préservent l’héritage rhétorique des Grecs et des Romains en le transférant vers les deux genres littéraires privilégiés par le christianisme depuis son origine : l’épistolaire et l’homilétique. Cf. Marc Fumaroli, La Diplomatie de l’esprit, de Montaigne à La Fontaine, Paris, Gallimard, 1994, p. 164.

14 Sur la dispositio rhétorique des épîtres de Marot, voir l’étude de John E. Clark, « Marot and Fabri’s Rhetoric of Letters ».

15 Cette description commence au vers 15 (« Or est ainsi… ») et se termine au vers 135 (« Bien écrirais encores autre chose »).

16 Sur la capacité de la lettre à rapprocher les correspondants soit en estompant la distance qui les sépare soit en déplaçant l’ancrage géographique et énonciatif de l’épistolier, voire celui du destinataire, voir Jean Lebel, « Littérature de voyage et genre épistolaire au XVIe siècle », Bulletin de l’Association Guillaume Budé, 2 (2000), p. 175-192. Marot tend pour sa part à projeter l’instance énonciatrice du discours épistolaire dans des espaces inaccessibles ou interdits : voir Olivia Rosenthal, « Clément Marot : une poétique de la requête » et Jean-Max Colard, « Marot, une parole de proximité ».

17 Francis Goyet voit en effet en la demoiselle attendue par ses amis une allégorie de la Paix (« Sur l’ordre de L’Adolescence clementine »).

18 Dans l’épître liminaire « À un grand nombre de frères qu’il a, tous enfants d’Apollon », L’Adolescence clémentine est introduite comme un « coup d’essai », un avant-goût à l’aune duquel le lecteur pourra juger de la maîtrise acquise par l’apprenti-poète, et apprécier les Autres œuvres […] faites depuis l’âge de son adolescence, insérées dans le même volume (en 1532). Sur la mise en scène poétique de l’accès du poète à l’âge des responsabilités, voir Guillaume Berthon, L’Intention du poète.

19 Si la chronologie semble être un des critères d’agencement des épîtres marotiques, d’autres principes d’organisation moins immédiatement évidents viennent compléter ce classement général. Francis Goyet remarque ainsi que la cohérence de L’Adolescence clémentine de 1532 naît du thème de Ferme Amour, qui, dans la section épistolaire, prend une coloration amicale et collective. Sa lecture serrée des enchaînements qui lient l’épître à Maguelonne, l’« Epistre du dépourvu », la lettre « touchant l’armée du roi en Hainaut » ou encore l’épître « À la Demoiselle négligente de venir voir ses amis », met en relief le cheminement des textes vers un horizon évangélique où la paix se voit garantie par l’entente entre amis. Voir Francis Goyet, « Sur l’ordre de L’Adolescence clementine ».

20 Mary McKinley, « Marot, Marguerite de Navarre et “L’Epistre du Despourveu” ».

21 François Cornilliat, « Or ne mens », p. 330-338. Sur cette épître, voir également Annette Tomarken, « Clément Marot and the Grands Rhétoriqueurs », Symposium, XXXII-1 (1978), p. 41-55 et Honor Aldred, « From bonds of rhétorique to vehicule for eloquence: Clément Marot’s “Petite Epistre au roy” », French Studies Bulletin, 79 (été 2001), p. 2-4.

22 Nous reprenons ici l’analyse stylistique et poétique développée par Gérard Defaux dans Marot, Rabelais, Montaigne, p. 61-72. L’épître « À son ami Lyon » admet de nombreuses autres lectures : au-delà de la réécriture ésopique et du jeu identificatoire assimilant Marot à l’« om-rat » réclamant l’aide du « lyon », sous les traits duquel se cachent à la fois Lyon Jamet et François Ier (Jacques Berchtold, « Le poète-rat : Villon, Érasme, ou les secrètes alliances de la prison »), on peut signaler la portée politique de cette fable invitant le roi à refonder le royaume sur la relation d’amour réciproque qu’il doit entretenir avec ses sujets (Francis Goyet, Le Sublime du « lieu commun », p. 399-403).

23 Quintilien associe ainsi le sermo et l’epistula dans son analyse du fonctionnement de la prose relâchée : « Donc, avant tout, il y a une prose à contexture liée et serrée, et une autre libre, comme celle de la conversation et de la correspondance, à moins qu’elles ne traitent un sujet au-dessus de leur niveau naturel, philosophie, politique ou matières analogues » (« Est igitur ante omnia oratio alia vincta atque contexta, soluta alia, qualis in sermone et epistulis, nisi cum aliquid supra naturam suam tractant, ut de philosophia, de re publica similibusque », Institutio Oratoria, IX iv 19, trad. Jean Cousin, Paris, Les Belles Lettres, 1978, t. V, p. 236). La lettre ne s’élève vers le style plus serré de la contentio que lorsqu’elle traite de sujets philosophiques ou politiques, lesquels sont « au-dessus » des thèmes que sa nature commande.

24 Cicéron, De Republica, ii 3.

25 L’Adolescence clémentine, p. 209-210.

26 Voir l’« Epistre des excuses de Marot faulsement accusé d’avoir faict certains adieux au desadvantage des principales Dames de Paris » (Œuvres Poétiques Complètes I, p. 282-284) et l’épître « Aux Dames de Paris, qui ne vouloient prendre les precedentes excuses en payement » (Œuvres Poétiques Complètes I, p. 284-290).

27 En 1548, c’est d’ailleurs la polyvalence de l’épître qui permet à Thomas Sébillet de la distinguer de l’élégie, qui lui est quasi identique d’un point de vue formel : « Par ce moyen tu discours en l’Épître beaucoup de menues choses et de différentes sortes sans autre certitude de sujet propre à l’Épître. […] L’Élégie n’est pas sujette à telle variété de sujet : et n’admet pas les différences des matières et légèretés communément traitées aux Épîtres : ains a je ne sais quoi de plus certain. […] » (Art poétique français, publié parmi les Traités de poétique et de rhétorique de la Renaissance, Éd. Francis Goyet, Paris, Livre de Poche, 1990, p. 124).

28 Érasme définit la lettre par une souplesse fondamentale, laquelle autorise toutes les variétés de style et trouve à s’incarner particulièrement dans le genre familier. Prolongeant le discours érasmien, Juan Luis Vives et Juste Lipse font de la lettre familière le modèle idéal du genre épistolaire. À ce sujet, voir Judith Rice‑Henderson, « Erasmus on the Art of Letter-Writing » et « Defining the genre of the letter, J.-L. Vives’ De conscribendis epistolis » ; voir également Luc Vaillancourt, La lettre familière au XVIe siècle, p. 155-168.

29 Henry Guy, Histoire de la poésie française au xvie siècle, vol. 1. L’École des rhétoriqueurs, Genève, Slatkine, 1998, p. 105-112.

30 Mary McKinley, « Marot, Marguerite de Navarre et “L’Epistre du Despourveu” », p. 615-626.

31 Pour un éclairage de la portée évangélique de l’épître « À la Demoiselle négligente », voir Francis Goyet, « Sur l’ordre de L’Adolescence clémentine », p. 600-601.

32 Voir l’analyse que François Cornilliat propose de cette épître dans « Or ne mens », p. 330-335.

33 Voir Michael A. Screech, Marot Évangélique, p. 28-30.

34 Dès le début du poème, Marot pousse ainsi à son extrême le topos épistolaire consistant à reprocher au destinataire de ne pas écrire assez souvent : « Donne réponse à mon présent affaire, / Docte Docteur. Qui t’a induit à faire / Emprisonner depuis six jours en çà / Un tien ami, qui onc ne t’offensa ? / Et vouloir mettre en lui crainte, et terreur / D’aigre justice, en disant que l’erreur / Tiens de Luther ? » (L’Adolescence clémentine, p. 206-207). Le premier vers donne à entendre que les lettres de Marot sont restées sans réponse ; Bouchart ne s’est en outre adressé à Marot que de manière indirecte, soit par l’intermédiaire des gendarmes venus arrêter le poète, soit par le biais d’une accusation publique (« en disant que l’erreur / tiens de Luther »). D’emblée, la communication entre les deux interlocuteurs paraît donc inexistante.

35 La première expression construite autour du verbe « bouscher » que renferme le Dictionnaire françois latin de Robert Estienne est en effet « Bouscher ou estouper ses oreilles ». Le Dictionnaire universel de Furetière signale « se boucher les yeux » (« ne vouloir pas voir, ou faire semblant de ne pas voir, dissimuler quelque chose ») et « se boucher les oreilles » (« ne vouloir pas écouter les plaintes, les remontrances »).

36 Nous nous appuyons ici sur l’analyse de Mireille Huchon qui démontre, contre l’interprétation autobiographique de la dispositio de L’Adolescence clémentine défendue par Gérard Defaux, que la redistribution des poèmes « carcéraux » de 1534 dans l’édition des Œuvres de 1538 correspond à un abandon de la fiction narrative au profit du genre. Les épîtres à Bouchart et « À son ami Lyon », qui sont les deux ajouts faits à la section épistolaire de 1532, devraient être lues comme des « formes récapitulatives », des « clausules archétypales, sortes de modèle idéal du genre » (« Rhétorique et poétique des genres », p. 55).

37 Cicéron, De Inventione, I, xix (trad. Guy Achard, Paris, Les Belles Lettres, 1994, p. 83) : « [Le type de narration] qui consiste à raconter des actions prend trois formes : le récit légendaire, l’histoire, la fiction. Le récit légendaire est une narration qui contient des éléments qui ne sont ni vrais, ni vraisemblables. […] L’histoire raconte un événement qui a eu lieu, à une époque éloignée de la nôtre. […] La fiction est une histoire inventée, mais qui aurait pu arriver. » (« Ea quae in negotiorum expositione posita est tres habet partes : fabulam, historiam, argumentum. Fabula est in qua nec verae nec veri similes res continentur […]. Historia est gesta res, ab aetatis nostrae memoria remota […]. Argumentum est ficta res, quae tamen fieri potuit. »)

38 « Bien écrirais encores autre chose, / Mais mieux me vaut rendre ma lettre close / En cet endroit » (L’Adolescence clemenine, p. 189).

39 Clément Marot, L’Adolescence clémentine, p. 202-203.

40 Ibid., p. 206.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Pauline Dorio, « Les épîtres de L’Adolescence clémentine : le parti-pris du familier », Babel, Hors-série Agrégation | 2019, 123-144.

Référence électronique

Pauline Dorio, « Les épîtres de L’Adolescence clémentine : le parti-pris du familier », Babel [En ligne], Hors-série Agrégation | 2019, mis en ligne le 01 janvier 2019, consulté le 18 janvier 2019. URL : http://journals.openedition.org/babel/5707 ; DOI : 10.4000/babel.5707

Haut de page

Auteur

Pauline Dorio

Sorbonne Nouvelle
FIRL - Formes et Idées de la Renaissance aux Lumières (EA 174)

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Babel. Littératures plurielles est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Laboratoire Babel
  • Logo Université de Toulon
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • OpenEdition Journals