Navigation – Plan du site

Avant-propos

José García-Romeu, Laure Lévêque et Mariano Martín Rodríguez
p. 11-16

Texte intégral

1La charnière des XIXe et XXe siècles voit fleurir un sous-genre littéraire, dérivé du roman d’anticipation : le récit des guerres futures. Particulièrement bien servi par l’édition populaire, celui-ci connaît un large succès à l’échelle européenne et, tant en France qu’en Angleterre ou en Allemagne, les années 1870-1914 livrent une abondante littérature d’anticipation guerrière. D’inspiration tantôt patriotique tantôt apocalyptique, ces fictions font la part belle à la technologie et accouchent d’un arsenal terrifiant, emportées par la certitude qu’une guerre en Europe est, à plus ou moins brève échéance, inévitable.

2À la veille de la chute du Second Empire, Jules Verne écrivait, nostalgique des espoirs portés par 1848, bien vendangés dans un contexte, national et international, ultra polarisé :

  • 1 Marguerite Allote de la Fuÿe, Jules Verne, sa vie, son œuvre, Paris, Kra, 1928, p. 116.

3Voilà le bilan de l’Empire après dix-huit ans de règne : un milliard à la banque, plus de commerce, plus d’industrie. Quatre-vingts valeurs de Bourse qui ne rapportent rien, sans compter celles qui sombreront encore. Une loi militaire qui nous ramène au temps des Huns et des Wisigoths. De stupides guerres en perspective1.

  • 2 Verne, mais Michel plus que Jules, qui réécrit à l’aune des positions anarchisantes qui sont les si (...)

4Et telle est bien la leçon que retiendront, de Robida à Marcel Schwob ou Gustave Le Rouge, les émules d’un Verne chantre critique du scientisme et des dérives positivistes dont il est gros, quand les inquiétudes que font naître les liaisons dangereuses des trusts – incarnation de la toute-puissance du capital, de la science (ère de l’électricité, progrès de la balistique...) et d’un nationalisme agressif qu’embrasse une classe politique opportuniste et irresponsable – font le lit de La Guerre au XXe siècle (Robida, 1869, 1883, 1887) et, même, de celle du XXIXe siècle, avec La Journée d’un journaliste américain en 2889 (Verne, 1889), où l’équilibre de la terreur a certes neutralisé les conflits armés, mais au bénéfice d’une société fachoïde, que gouverne un inquiétant soft power lourd d’anti-humanisme (L’étonnante aventure de la mission Barsac, Verne, 19192), filon fertile que ne devait cesser de creuser la science-fiction, d’H. G. Wells à Asimov, Huxley, Robert Hugh Benson, Orwell ou Ray Bradbury, et jusqu’à Edgar P. Jacobs (Le Piège diabolique, 1962), dont l’art de la ligne claire n’est pas de trop pour contrecarrer les noirs desseins d’aspirants dictateurs qui prétendent à l’empire du monde.

5Conjuguant l’internationalisation des conflits à la destruction industrielle de masse, ces questions inspirent à la fois des militaires portés vers l’écriture romanesque (Émile Driant, dit le capitaine Danrit) et des romanciers férus de spéculation technologique (Jules Verne). Retrempée dans le terrifiant spectacle de la guerre moderne : guerre de Sécession aux États-Unis, guerre de 1870 contre la Prusse, guerre russo-japonaise (1904-1905)... relayées par l’apparition des correspondants et des photographes de presse, cette littérature procède aussi directement de l’aventure coloniale, où la rencontre brutale avec des civilisations exotiques suscite des discours qui ne le sont pas moins, et des projections dont témoigne le cycle de Marcel Barrière, La dernière épopée, (avec Le Monde noir, roman sur l’avenir des sociétés humaines, 1909, et La nouvelle Europe, anté-histoire de la dernière guerre, 1911), bien représentatif d’une production qui fait la part belle au fantasme, lequel est encore potentialisé chez des auteurs ouvertement colonistes comme Robert Randau, Victor Trenga ou Louis Bertrand.

6Dans le volumineux corpus ainsi produit se donnent à lire les préoccupations et les représentations idéologiques de l’époque : péril jaune (Danrit, L’invasion jaune, 1905 ; Pierre Giffard, La guerre infernale, 1908), revanche contre l’Allemagne (Jules Verne, Les Cinq cents millions de la Bégum, 1879), guerre des civilisations et des races (Danrit, L’invasion noire, 1895), monde industriel contre monde traditionnel... Par essence agonistique, cette littérature s’intéresse de très près aux développements sociaux qu’induisent ces mutations et n’ignore en rien ce qui relève de la guerre sociale, comme le laissent à entendre les prospectives d’Émile Pataud ou d’Émile Pouget, Comment nous ferons la révolution (1907) ou Demain (1911).

7En France, la réalité ayant dépassé la fiction, ce genre tombe en désuétude après 1918, l’héroïsme et le patriotisme belliqueux qui le soutenaient devenant proprement illisibles aux yeux des rescapés du grand massacre. Il se développe en revanche ailleurs dans le monde, et notamment en Espagne, où il prospère à l’ombre de la Grande guerre – bien après néanmoins que se furent exprimées les spéculations d’auteurs conscients de ce qu’impliquaient les signes annonciateurs de la guerre de 1898 contre les États-Unis (Manuel Montero y Rapallo, La batalla naval de Manila, 1896 ; Nilo María Fabra, La guerra de España con los Estados Unidos, 1897). Dans ce pays neutre, non soumis à la censure pour raison de guerre, de nombreux romans ont été publiés durant le conflit même, qui spéculaient sur les possibles développements futurs des opérations, certains soutenant les alliés, d’autres les empires centraux, d’autres encore manifestant leur neutralité, tel l’humoristique Don Quijote en la guerra de Elías Cerdá (1915).

8En revanche, à la différence de ce que l’on observe en France, le « péril jaune » ne nourrit pas le genre, au contraire du « péril vert » qui fait l’objet de plusieurs récits décrivant une invasion musulmane de la Péninsule ibérique en dépoussiérant un vieux fond historique. Ainsi du roman de Nicolau M. Rubió i Tudurí, écrit en français, Le Réveil de l’Afrique, publié en 1936. L’époque a également vu paraître d’importantes fantaisies admonitrices sur de prochaines guerres apocalyptiques, dont Después del gas, de David Arias (1936). Il est vrai que l’Espagne de 1936 serait lourdement intoxiquée par les miasmes annonçant la guerre de 1939.

9En Amérique latine, et singulièrement dans l’Amérique hispanophone, l’impérialisme anglo-saxon et la dénonciation du fait colonial furent les principaux thèmes à inspirer, d’abord sous forme d’essais prospectifs, l’anticipation catastrophiste. Les auteurs y conçurent des guerres terminales entre Indigènes et Européens (Luis Valcárcel au Pérou, avec Tempestad en los Andes, 1927) ou entre métis hispano-indiens et blancs anglo-saxons (José Vasconcelos au Mexique, avec La raza cósmica, 1925) ainsi qu’entre latino-américains et anglo-américains (Carlos Gagini au Costa Rica, avec La caída del águila, 1920). Mais, parallèlement à ces thèses strictement autochtones, des idées et des phénomènes propres à l’Europe inspirèrent également les auteurs du Nouveau monde : le péril jaune (Adrián del Valle, Los diablos amarillos, 1912 ; Manuel Ugarte, El camino de los dioses, 1926) et la Grande guerre, déchaînement de barbarie ayant disqualifié la civilisation dont les Amériques prétendaient tirer leur modèle. À partir de la boucherie de 14-18, on imagine donc avec pessimisme les massacres à venir (Vicente Huidobro, La próxima, 1934), parfois avec une lucidité troublante capable d’anticiper les horreurs génocidaires de la Seconde Guerre mondiale (Roberto Arlt et ses chroniques al margen del cable, 1937-38).

10Parallèlement à cette littérature qui anticipe la barbarie suscitée par la haine entre les peuples que ne cesse d’entretenir un nationalisme vissé dans ses convictions inébranlables, se développe une fiction anarchiste qui annonce le bain de sang révolutionnaire, nécessaire à la fondation de l’utopie libertaire. L’écrivain franco-argentin Pierre Quiroule s’illustre particulièrement dans ce genre militant avec trois récits : Sobre la ruta de la anarquía (1909), La ciudad anarquista americana (1914) et En la soñada tierra del Ideal (1924).

11Que cette production prolifique, qui s’est complu à embraser l’Europe avant que le conflit ne se propage aux Amériques et même aux étoiles en mettant le feu aux poudres intergalactiques, ne se démente pas aujourd’hui où, même, elle connaît un net regain avec des fictions qui investissent des espaces particulièrement sensibles aux frictions n’incite pas à l’optimisme lorsque, précisément, l’on sait de quels lendemains elle a fait le lit. Et si l’on peut trouver salutaire qu’Abdourahman Ali Waberi fasse entendre, en contrepoint et en forme de pied de nez à la topique encomiastique de la précellence européenne, un plaidoyer pour le fait décolonial avec Aux États-Unis d’Afrique (2005) où l’écrivain djiboutien bouleverse la carte mentale d’un lectorat peu habitué à voir dans l’Afrique le gendarme du monde, d’autres déclinaisons récentes du genre ne laissent pas d’inquiéter.

12Ainsi du roman cosigné par Orkun Ucar et Burak Turna, Tempête de métal (2005), vrai phénomène de librairie dans une Turquie peu coutumière des forts tirages mais qui a défendu son identité nationale en adhérant massivement à la vision apocalyptique que lui proposait ce récit mettant en scène une opération punitive états-unienne dirigée contre Ankara, pourtant pilier s’il en est de l’OTAN. Affaiblie militairement mais retrempée au nationalisme d’Atatürk où elle puise ses capacités de résistance jusqu’à parvenir à rayer Washington de la carte, la Turquie de fiction a proposé un miroir suffisamment séduisant aux contemporains pour qu’ils y lavent les humiliations liées aux réticences de l’Europe à ce qu’Ankara intègre l’Union et pour que s’exprime jusque chez cet auxiliaire de la politique états-unienne, mal récompensé de sa fidélité, les inquiétudes que font peser sur la sous-région les agressions impérialistes américaines qui se monnaient dans le roman dans un complotisme délirant unissant aux États-Unis les ennemis héréditaires : Grecs, Arméniens et Kurdes. Si l’on sait de longue date que l’histoire bégaie, les récents rééquilibrages politiques intervenus dans la région peuvent effectivement faire craindre tous les aventurismes, au point d’autoriser la mise en garde des auteurs défendant dans leur fiction « une théorie de possibilité ». C’est là très exactement la lecture que le général Robert Neller, actuel Commandant du Corps des Marines, a retenu de Ghost Fleet, A Novel of the Next World War, qui voit « un aperçu de l’avenir » dans ce roman de 2015 mettant aux prises les États-Unis aux Russes et aux Chinois, dans une compétition pour le contrôle de la mer de Chine.

13C’est de la porosité de la frontière entre présent et à venir que jouent ces textes, réactivant les grandes peurs. Peur des temps atomiques et des menaces que fait peser sur la civilisation une course aux armements conduite par des docteurs Folamour qui couvrent sous le paravent « chirurgical » une guerre qui frappe à l’aveugle, plus inhumaine que jamais sous le déferlement technologique. Peurs millénaristes dont le récent roman de Franck Poupart, Demain les barbares. Chroniques du grand effondrement, agite les fantômes lorsque, emboîtant le pas au Soumission de Houellebecq, il campe une France de 2028 où les affrontements font rage entre intégristes islamistes et blocs identitaires jusqu’à sombrer dans le chaos de la guerre civile, inaugurant le dépérissement de l’État et la régression à une barbarie primitive qui signe l’échec de toute organisation politique et la ruine du corps social.

  • 3 Voir Fernando Reati Postales del porvenir, la literatura de la anticipación en la Argentina neolibe (...)

14En Amérique latine, bien des écrivains – qui ne sont pas obnubilés par les grands items de l’immigration et de l’identité religieuse – considèrent que le dépérissement est à l’œuvre depuis fort longtemps, et non sous l’effet d’un grand remplacement mais sous les ciseaux de doctrines économiques favorisant l’ensauvagement du monde. Naguère laboratoire d’une dictature néolibérale, l’Argentine offre une littérature d’anticipation3 qui envisage sous le prisme des pires dystopies le futur post-apocalyptique auquel nous préparent les renoncements sociaux et le partage assumé des castes. Le roman de Néstor Ponce, Azote (2008), illustre de façon particulièrement frappante ce regard latino-américain qui plonge ici dans une société postmoderne et sauvage dominée par la publicité, l’économie et l’armée.

15Ces récits des guerres futures et des apocalypses à venir, que l’on partage ou non leur position idéologique – loin, au reste, d’être unifiée – ont le mérite de désigner assez clairement leur adversaire, avec lequel ils imaginent une confrontation radicale et définitive. Par-là, ils offrent une entrée particulièrement pertinente pour comprendre les terreurs et les fantasmes d’une époque : hiérarchie des races et des civilisations, colonialisme et anticolonialisme, dangers technologiques, dérives autoritaires et sociales... en un miroir qui revient, du XIXe au XXIe siècle. Ce sont à ces paradigmes, récurrents jusqu’à l’obsession, que s’intéressent les contributions ici réunies qui s’efforcent d’en donner les clés, pour aujourd’hui et pour demain, et pour que la réalité ne dépasse pas la fiction.

Haut de page

Notes

1 Marguerite Allote de la Fuÿe, Jules Verne, sa vie, son œuvre, Paris, Kra, 1928, p. 116.

2 Verne, mais Michel plus que Jules, qui réécrit à l’aune des positions anarchisantes qui sont les siennes, le Voyage d’études laissé inachevé par son père.

3 Voir Fernando Reati Postales del porvenir, la literatura de la anticipación en la Argentina neoliberal (1985-1999), Buenos Aires, Biblos, 2006.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

José García-Romeu, Laure Lévêque et Mariano Martín Rodríguez, « Avant-propos », Babel, 38 | -1, 11-16.

Référence électronique

José García-Romeu, Laure Lévêque et Mariano Martín Rodríguez, « Avant-propos », Babel [En ligne], 38 | 2018, mis en ligne le 01 février 2019, consulté le 17 novembre 2019. URL : http://journals.openedition.org/babel/5815

Haut de page

Auteurs

José García-Romeu

Université de Toulon - BABEL (EA 2649)

Articles du même auteur

Laure Lévêque

Université de Toulon - BABEL (EA 2649)

Articles du même auteur

Mariano Martín Rodríguez

Investigador independiente
Proyecto Histopia (Universidad Autónoma de Madrid)

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Babel. Littératures plurielles est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Laboratoire Babel
  • Logo Université de Toulon
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • OpenEdition Journals