Navigation – Plan du site
Le futur entre colonisme et indigénisme

Louis Bertrand, l’Orient et le militarisme

Hassen Bkhairia
p. 115-124

Résumés

Cette étude s’intéresse à une figure de proue du nationalisme français de l’entre-deux-guerres, Louis Bertrand, romancier et essayiste qui, par son radicalisme, rappelle Maurice Barrès et Charles Maurras. Le propos est de mettre l’accent sur ses écrits militaristes – Devant l’islam, Le Sens de l’ennemi, Le Mirage oriental – qui rejettent l’idée de « fraternité universelle » et, au nom de la Nation, appellent à « se rebarbariser » pour pouvoir « [s’adapter] aux conditions du monde moderne, qui est, en grande partie, un monde barbare ». Une conception colonialiste associant l’altérité à une menace permanente qui suppose d’éclaircir la vision bertrandienne de l’orientalisme.

Haut de page

Texte intégral

  • 1 Louis Bertrand, Le Sens de l’ennemi, Paris, Arthème Fayard & Cie, 1917, p. 17. Les citations du rés (...)
  • 2 Louis Bertrand, Le Mirage oriental, Paris, Perrin et Cie, 1910, p. 35.
  • 3 Ibid.

1Pour l’auteur du Mirage oriental, les voyageurs en Orient qui célèbrent la diversité et déstabilisent la dichotomie barbarie/civilisation sont partisans d’un « intellectualisme creux »1. Or, selon lui, le voyageur en Orient doit avoir le « sens colonial »2. « Le vrai voyageur », écrit-il, « doit être, au moins d’intention, le colon qui s’établit sur une terre, avec la volonté de la faire sienne... »3.

2Parmi les écrivains orientalistes du XIXe siècle, le seul qui échappe aux invectives de Louis Bertrand est sans doute Chateaubriand qui donne, dans son Itinéraire de Paris à Jérusalem, une image négative de l’Oriental quand, à l’inverse, d’autres figures représentatives de l’orientalisme, comme Gautier ou Nerval, n’ont pas abouti au même résultat. Au lieu de célébrer la grandeur de leurs origines latines et romaines et de défendre l’œuvre coloniale, ils se laissent fasciner par la culture arabo-musulmane. Indifférents à « l’impérialisme culturel », ces exotes sont restés prisonniers des Orientales de Hugo :

  • 4 Ibid., p. 2.

Nous restons, malgré tout et toujours, les lecteurs éblouis des Orientales. Cet orient méditerranéen, qui est si près de nous, qui est semblable à nos pays latins, nous le voyons encore avec les yeux de nos grands-pères romantiques4.

Louis Bertrand dénonce violemment l’enfermement de l’orientalisme dans la stéréotypie romantique du pittoresque et la tendance à poétiser et à embellir les Orientaux. Humanistes et partisans des idéaux des Lumières, des voyageurs en Orient refusent d’assimiler l’autre à l’éternel ennemi et remettent en cause les considérations religieuses et raciales :

  • 5 Louis Bertrand, Devant l’islam, Paris, Plon, 1926, p. 56.

Il y a particulièrement en France un préjugé pro-islamique, pro-oriental, qui date des origines du romantisme et qui est défendu autant par la routine et l’autosuggestion littéraire que par le fanatisme sectaire [...] des légions de naïfs, de malins et d’imbéciles, sans parler de quelques artistes de génie, s’évertuent à entretenir et à faire flamboyer à nos yeux le vieux mirage oriental [...]. Par quel miracle une pouillerie, une saleté, une misère et une laideur affligeante, une stupidité et une barbarie toutes pures devenaient-elles admirables dès qu’elles étaient arabes ou orientales ? [...] Mais si cet éloge de l’indigène était vrai, nous n’aurions plus qu’à nous s’en aller ! [...] De parti pris, par pose littéraire toujours, ou par préjugé humanitaire, on se refusait à voir les tares, les vices irrémédiables du vaincu, tout ce qui, dans l’état actuel de la civilisation, le voue à une infériorité méritée et sans espoir5.

3Dans ce texte, Louis Bertrand ne lésine pas sur les qualificatifs dysphoriques pour décrire les Arabes. En filigrane, il livre une critique acerbe de Lamartine qui, dans son Voyage en Orient, se refuse à adopter une posture ethnocentriste. D’après l’auteur du Sens de l’ennemi, le rêve lamartinien d’une « interpénétration culturelle » entre Orient et Occident, comme aussi la fascination pour l’islam, sont l’expression de l’idéalisme romantique. Le brassage entre les ethnies, comme il le souligne dans Le Mirage oriental, est une chimère. C’est ce qu’il remarque après un séjour de dix ans en Algérie :

  • 6 Louis Bertrand, Le Mirage oriental, op. cit., p. 105.

Pour ma part, je l’avoue, après dix ans de séjour en Algérie, je n’avais pu encore m’accoutumer à considérer les Arabes comme des frères, sinon en tant que sauvés par Jésus-Christ, ou affranchis platoniquement par la Déclaration des droits de l’homme. Trop de choses nous séparent, trop d’oppositions irréductibles. Nous ne serons jamais les citoyens d’un même peuple ; les uns en face des autres, nous resterons toujours, quoi qu’on affirme, des étrangers ou des ennemis – pour la raison élémentaire que nous n’avons ni même peau ni même figure et que nos crânes construits différemment ne peuvent pas penser de la même manière des idées pourtant semblables6.

  • 7 Dans Devant l’islam, Louis Bertrand évoque Gobineau. Il affirme : « Le chef-d’œuvre de Gobineau, ce (...)
  • 8 Ibid., p. 31.

4Adepte fervent de l’idéologie ultranationaliste et des théories de Gobineau7 qu’il considère comme un « excellent connaisseur des choses orientales »8, Louis Bertrand procède à une hiérarchisation des races où l’Arabe est voué à être colonisé parce qu’il a des origines sémitiques. Selon Bertrand, le voyage en Orient n’est pas une quête de couleur locale mais, bien plutôt, une pratique qui vise à construire un savoir mettant en valeur la supériorité européenne. Pour cette raison, il dénonce la tendance à réduire l’autre, l’Arabe ou le Turc, à un objet d’art, à « une silhouette ». Ce qu’il faudrait voir dans ces types, ce n’est ni la résignation ni l’hospitalité mais bien le ressentiment pour l’Européen :

  • 9 Louis Bertrand, Le Sens de l’ennemi, op. cit., p. 19.

Pour eux, un Arabe, c’est une silhouette équestre, un manteau rouge qui papillonne dans le vent d’une fantasia. Un étranger, quel qu’il soit, est un original [...]. Et derrière ce burnous écarlate, aux plis lourds et somptueux, personne ne devine le cœur brûlant de haine contre l’Oppresseur et l’Infidèle9.

5De toute évidence, ces propos constituent une critique du Voyage en Algérie de Théophile Gautier où la représentation des indigènes met à mal l’ethnocentrisme :

  • 10 Théophile Gautier, Voyage en Algérie, La Boîte à Documents, 1997, p. 132.

Et pourtant nous les avons vus, ces stoïques barbares, ces descendants des Carthaginois et des Numides ; drapés dans leurs toges romaines, avec leurs gestes et leurs poses de statue, leurs regards lumineux et noirs, leur tristesse sereine et leur majesté primitive, certainement ils n’avaient rien de facétieux10.

  • 11 Louis Bertrand, Le Mirage oriental, op. cit., p. 14.
  • 12 Denise Brahimi, préface au Voyage en Algérie, op. cit., p. 49.
  • 13 Ce n’est pas par la force que l’Algérie peut devenir française, mais par le biais de la culture. C’ (...)

6Aux yeux de Louis Bertrand, « il n’y a pas de quoi s’exciter l’imagination sur ces exemplaires d’une humanité certainement inférieure à la nôtre »11 et il faudrait bien plutôt mettre en avant la sauvagerie de l’Oriental, sa haine implacable pour les Occidentaux. Cependant, Gautier s’attache à portraiturer des personnages « originaux ». En ce sens, il fausse la réalité et revalorise « l’ennemi ». L’auteur du Roman de la momie refuse d’investir le voyage en Orient d’une fonction idéologique. Il n’a, comme le souligne Denise Brahimi, « aucune idée préconçue de conquête ou de civilisation »12 et s’il ne s’oppose pas à la colonisation de l’Algérie, il ne va pas jusqu’à soutenir le militarisme13.

  • 14 Louis Bertrand, Le Mirage oriental, op. cit., p. 2.

7L’auteur du Mirage oriental s’en prend également à Gérard de Nerval qui exprime une distance critique par rapport au colonialisme et ne déroge pas aux représentations marquées par la « fantasmagorie de l’exotisme »14.

  • 15 C’est ainsi que Louis Bertrand représente la ville orientale : « Nulle part au monde, pas même à Jé (...)

8La vision que Louis Bertrand donne de l’Égypte repose en effet sur une démystification15 systématique du Voyage en Orient nervalien. Chez Nerval, la description de la ville orientale est extrêmement euphorique :

  • 16 Gérard de Nerval, Voyage en Orient, Paris, Gallimard, 1998, p. 404.

Ô nature ! beauté, grâce ineffable des cités d’Orient bâties aux bords des mers, tableaux chatoyants de la vie, spectacle des plus belles races humaines, des costumes, des barques, des vaisseaux se croisant sur des flots d’azur, comment peindre l’impression que vous causez à tout rêveur, et qui n’est pourtant que la réalité d’un sentiment prévu ?16.

9Il en est de même pour les mœurs orientales et les cultes. Nerval met à mal la perception manichéenne et réductrice de l’autre. À l’encontre de Louis Bertrand, son Voyage en Orient célèbre la tolérance des indigènes :

  • 17 Ibid., p. 790.

Dois-je me défendre près de toi de mon admiration successive pour les religions diverses des pays que j’ai traversés ? Oui, je me suis senti païen en Grèce, musulman en Égypte, panthéiste au milieu des Druzes et dévot sur les mers aux astres-dieux de la Chaldée ; mais à Constantinople, j’ai compris la grandeur de cette tolérance universelle qu’exercent aujourd’hui les Turcs17.

10Quant à la colonisation, si Nerval ne s’y oppose pas, il la considère toutefois dans sa dimension humaniste et culturelle. Ce n’est pas une guerre entre les races et les cultes mais plutôt un échange, un partage. Au Moyen Âge, l’Orient a exercé le monopole de la culture au bénéfice l’humanité ; au moment où il se dégrade, c’est à l’Occident d’intervenir pour sauver « la mère universelle ».

  • 18 Ibid., p. 770.

Dans le Moyen Âge, nous avons tout reçu de l’Orient ; maintenant, nous voudrions rapporter à cette source commune de l’humanité les puissances dont elle nous a doués, pour faire grande de nouveau la mère universelle.
Le beau nom de la France est cher à ces nations lointaines : c’est là notre force future, [...] c’est ce qui nous permet d’attendre, quoi que fasse la dynastie usée de nos gouvernements18.

  • 19 Louis Bertrand, Devant l’islam, op. cit., p. 50.

11Pour Louis Bertrand, une telle représentation de l’Orient est utopique. C’est pourquoi il fait remarquer que « l’Oriental, et, en particulier, le musulman, est notre ennemi. Ne l’oublions jamais »19. Dans ces contrées, l’Occidental demeure un intrus qui n’a que la force pour y survivre :

  • 20 Louis Bertrand, Le Mirage oriental, op. cit., p. 96-97.

Nous y sommes des étrangers qui ne s’y imposent que par la force, comme ont fait tous les conquérants depuis les expéditions d’Alexandre jusqu’à l’hégémonie britannique ou allemande. Et soyons-en bien convaincus : quels que soient les progrès ou les changements qui s’y opèrent dans l’avenir, en dépit de toutes les protestations pacifiques de part et d’autre, ce n’est que par la force que nous pouvons nous y maintenir – à moins que nous-mêmes nous ne préférions subir la loi du plus fort20.

12Guidé par une idéologie ethnocentriste et islamophobe, Louis Bertrand donne une image très négative des peuples orientaux où il ne voit que des sauvages contre lesquels il faut lutter sans cesse pour survivre. En dehors de la guerre, il n’est pas d’autre issue pour apprivoiser cette altérité qui constitue une menace. Telle est la perception que révèlent les écrits de Louis Bertrand sur l’Orient. Pour des raisons liées essentiellement à la foi, il est impossible de concevoir un rapport pacifique avec les Orientaux :

  • 21 Ibid., p. 81.

Il faut bien l’avouer : les entraves religieuses, que nous ne subissons plus, ont gardé, en Orient, toute leur force, et, pour le voyageur qui a étudié les âmes d’un peu près, c’est une inquiétante surprise de constater combien l’Islam est resté, quoi qu’on en dise, intact et exclusif dans sa foi21.

13Occidentaliser l’Orient, le transformer par l’introduction des mœurs européennes est voué à l’échec du fait des entraves religieuses. Dans Devant l’islam, Louis Bertrand met en lumière la haine implacable du musulman pour l’Autre. Il y voit une religion meurtrière opposée à toute tentative de modernisation :

  • 22 Louis Bertrand, Devant l’islam, op. cit., p. 51.

Ils sont nos ennemis pour toutes espèces de raisons, dont la principale est la différence des religions et des mentalités – une religion qui n’a pas su et qui même n’a pas voulu s’adapter aux conditions du monde moderne ; une mentalité fanatique et belliqueuse, qui est restée la même qu’aux temps d’Ali et d’Abou-Bekr. D’autre part, nous les humilions en leur faisant sentir notre tutelle ou même simplement notre supériorité. Nous les affamons, nous leur rendons la vie impossible par le renchérissement de tout, nous bousculons des gens dont l’idéal est d’avoir le derrière sur une natte pendant des journées entières, nous introduisons chez eux notre fièvre de mouvement, notre agitation perpétuelle et quelquefois sans but22.

14Selon Bertrand, l’européanisation de l’Orient n’aboutit pas à une fusion. D’une race inférieure, les peuples orientaux, remarque-t-il, demeurent en dehors de l’Histoire, indifférents au progrès :

  • 23 Louis Bertrand, Le Mirage oriental, op. cit., p. 384.

Je n’arrive pas à me convaincre que les Musulmans pris en masse aient la volonté ferme et bien arrêtée de s’instruire à l’européenne. [...] La meilleure preuve qu’ils n’y viennent point spontanément, c’est que, sans la présence et, quelquefois, la pression des Occidentaux, ils continueraient à se reposer sur le mol oreiller de l’ignorance23.

  • 24 Louis Bertrand, Le Sens de l’ennemi, op. cit., p. 33.

15Xénophobe, Louis Bertrand considère les Orientaux comme des arriérés. Dans Le Sens de l’ennemi, il écrit que « laisser à ceux-ci la libre disposition d’eux-mêmes serait, pour le moment, un acte de folie dont ils seraient les premiers à souffrir »24. La diversité ethnique et cultuelle entrave, selon l’auteur du Mirage oriental, l’organisation politique des Orientaux :

  • 25 Louis Bertrand, Le Mirage oriental, op. cit., p. 388.

Malheureusement, l’unité ethnique n’existe pas en Orient. Partout, dans tous les territoires où il s’est établi, l’Islam est entouré de religions concurrentes qui ont exaspéré dans leurs adeptes le sentiment de la race et les tendances séparatistes25.

16Mais, si difficile qu’elle soit, l’unification des Orientaux ne les détourne jamais de leur inimité pour les Occidentaux dont la cause fondamentale est la colonisation :

  • 26 Ibid., p. 144.

À supposer enfin que les haines s’apaisent, qu’une sorte de niveau finisse par s’établir entre ces éléments ethniques si divers, il resterait toujours si divers, il resterait toujours, pour la plèbe orientale réconciliée, un ennemi commun plus ou moins déclaré. Ne nous le dissimulons pas : cet ennemi, c’est nous-mêmes, nous Européens, qui, par nos entreprises industrielles, nos opérations financières [...] bouleversons sans cesse les conditions économiques de ces pays. Et, ainsi, quoi qu’on fasse pour remédier à la situation, l’avenir, de ce côté-là, ne s’annonce point très rassurant26.

17Pour défendre son militarisme contre le cosmopolitisme, Louis Bertrand évoque la minorité orientale (égyptienne ou turque) éduquée à l’européenne. Nationalistes et panislamistes, les jeunes-Turcs et les jeunes-Égyptiens s’opposent à la colonisation et menacent la présence occidentale en Orient :

  • 27 Ibid., p. 447-449.

L’ardeur belliqueuse du nationalisme jeune-turc est trop évidente. Un jour ou l’autre, il cèdera à l’exaltation du sentiment populaire. Nous croyons trop aisément que tout s’arrange avec des notes diplomatiques et des tribunaux d’arbitrage. En réalité, on n’obéit qu’à la force, ou à la peur [...].
Il devient de plus en plus nécessaire de le répéter dans un pays comme le nôtre, en mal d’utopies révolutionnaires ou de chimères pacifistes. Hélas ! malgré tout ce qui nous est enseigné, on n’a jamais vu d’idées victorieuses qu’à la suite des armées. Intellectuels que nous sommes, le monde est loin de notre rêve [...]. Il faut que nous-mêmes, tout en restant des intellectuels, nous redevenions capables d’agir comme des Barbares, si nous ne voulons pas être mangés par les Barbares [...]. Si nous ne revoyons pas précisément des Croisades, je crains bien que l’avenir ne nous réserve encore de beaux égorgements internationaux27.

  • 28 Louis Bertrand, Le Sens de l’ennemi, op. cit., p. 15.
  • 29 Ibid., p. 16
  • 30 Ibid., p. 24.
  • 31 Ibid., p. 16
  • 32 Ibid., p. 24.

18Louis Bertrand voit l’avenir en noir : entre Orient et Occident, il n’y aura que des guerres. C’est pourquoi il faudrait rejeter « les prédications pacifistes et humanitairese28 et « tourn[er] résolument le dos aux Droits de l’homme et à la Fraternité universelle »29. À ses yeux, le pacifisme dérivé des Lumières est une tare, car il dénue les peuples de leur énergie. La démocratie, elle-aussi, est « une utopie arriérée et meurtrière, qui a failli tuer la France »30. Les crédos humanistes de « la Justice et de la Civilisation »31 participent de l’amollissement et de la dégénérescence qui mettent l’avenir de la nation en danger. C’est la raison pour laquelle la France doit œuvrer à « une coordination et une intensification progressives de toutes les énergies nationales, si [elle] v[eut] seulement mériter de vivre »32. Ainsi, pour se régénérer, faut-il reconquérir sa barbarie, cette force que la civilisation a défigurée. C’est ce que Louis Bertrand soutient avec véhémence dans Le Sens de l’ennemi :

  • 33 Louis Bertrand, Le Mirage oriental, op. cit., p. 438.

On se demande avec angoisse : « Qu’arriverait-il, si nous n’étions plus les plus forts... » . Qu’on se rappelle ce qu’étaient nos établissements de Terre-Sainte et du Levant, au début du siècle qui vient de finir. Pour se remémorer combien l’existence en était précaire, à quelles vexations et à quels dangers les nôtres y étaient exposés, en ce temps-là, il n’est que de relire l’Itinéraire de Chateaubriand. C’est seulement depuis la débâcle complète de l’absolutisme ottoman, que nous avons pu prendre pied dans le pays et nous y installer avec une sécurité relative. Le couteau sur la gorge, l’Islam nous subit – résigné dans son humiliation momentanée33.

  • 34 Louis Bertrand, Hitler, Paris, Fayard, 1936.

19Admirateur de Franco, Mussolini et Hitler34, auquel il consacrera une biographie, Louis Bertrand se situe à contre-courant de la pensée humaniste et fait l’éloge de la guerre. Il assimile l’Autre à l’éternel ennemi et ne voit dans l’univers qu’une jungle régie par la loi du plus fort.

20La pensée de Louis Bertrand est représentative des idéologies radicalistes de la première moitié du XXe siècle. Son œuvre – les essais mais aussi les romans – fait écho aux mouvements totalitaires (fascisme et nazisme) qui, au nom du nationalisme, ont provoqué les deux guerres mondiales. Mais cette conception de la littérature qui rejette l’autre et défend le colonialisme sera ébranlée et subvertie par la philosophie humaniste attachée aux idéaux des Lumières, et l’on assistera, dans la deuxième moitié du siècle, à la naissance d’un esprit qui s’opposera aux visions monolithiques, ethnocentristes et célèbrera la pluralité des appartenances. Gabriel Audisio en est une illustration exemplaire.

Haut de page

Bibliographie

Bertrand, Louis. Le Mirage oriental. Paris : Perrin et Cie, 1910.

Bertrand, Louis. Le Sens de l’ennemi. Paris : Arthème Fayard & Cie, 1917.

Bertrand, Louis. Devant l’islam. Paris, Plon, 1926.

Bertrand, Louis. Hitler. Paris : Fayard, 1936.

Gautier, Théophile. Voyage en Algérie. La Boîte à Documents, 1997 [1845].

Nerval, Gérard (de). Voyage en Orient. Paris : Gallimard, 1998 [1851].

Haut de page

Notes

1 Louis Bertrand, Le Sens de l’ennemi, Paris, Arthème Fayard & Cie, 1917, p. 17. Les citations du résumé proviennent du même ouvrage, respectivement p. 6 et 23.

2 Louis Bertrand, Le Mirage oriental, Paris, Perrin et Cie, 1910, p. 35.

3 Ibid.

4 Ibid., p. 2.

5 Louis Bertrand, Devant l’islam, Paris, Plon, 1926, p. 56.

6 Louis Bertrand, Le Mirage oriental, op. cit., p. 105.

7 Dans Devant l’islam, Louis Bertrand évoque Gobineau. Il affirme : « Le chef-d’œuvre de Gobineau, cet admirable Essai sur l’inégalité des races humaines, est d’une lecture plus actuelle que jamais », op. cit., p. 46.

8 Ibid., p. 31.

9 Louis Bertrand, Le Sens de l’ennemi, op. cit., p. 19.

10 Théophile Gautier, Voyage en Algérie, La Boîte à Documents, 1997, p. 132.

11 Louis Bertrand, Le Mirage oriental, op. cit., p. 14.

12 Denise Brahimi, préface au Voyage en Algérie, op. cit., p. 49.

13 Ce n’est pas par la force que l’Algérie peut devenir française, mais par le biais de la culture. C’est ainsi que Gautier soutient l’introduction de l’enseignement de l’arabe dans les établissements scolaires : « Ne serait-il pas sage que le gouvernement, puisque l’Algérie est tout à fait française, substitue dans les collèges, à l’étude parfaitement inutile du latin et à celle encore plus fantastique du grec, l’enseignement de l’arabe, qui ouvrirait aux élèves mille carrières dans cet Orient profond et mystérieux que la civilisation doit fatalement envahir d’ici à un temps très court ? », ibid., p. 69.

14 Louis Bertrand, Le Mirage oriental, op. cit., p. 2.

15 C’est ainsi que Louis Bertrand représente la ville orientale : « Nulle part au monde, pas même à Jérusalem, je n’ai respiré un pareil bouquet de puanteurs. Des effluves asphyxiants se dégagent du fleuve obstrué d’immondices et de charognes d’animaux ; le sol où l’on marche n’est qu’un dépotoir, un entassement de débris innommables que la chaleur recuit et liquéfie en des chimies invraisemblables. C’est d’une telle véhémence, d’une concentration d’arômes si nuancée, que l’odorat se pervertit et qu’à la longue on croit humer, en un prodigieux élixir, tous les fumets troublants de l’exotisme », Le Mirage oriental, ibid., p. 59.

16 Gérard de Nerval, Voyage en Orient, Paris, Gallimard, 1998, p. 404.

17 Ibid., p. 790.

18 Ibid., p. 770.

19 Louis Bertrand, Devant l’islam, op. cit., p. 50.

20 Louis Bertrand, Le Mirage oriental, op. cit., p. 96-97.

21 Ibid., p. 81.

22 Louis Bertrand, Devant l’islam, op. cit., p. 51.

23 Louis Bertrand, Le Mirage oriental, op. cit., p. 384.

24 Louis Bertrand, Le Sens de l’ennemi, op. cit., p. 33.

25 Louis Bertrand, Le Mirage oriental, op. cit., p. 388.

26 Ibid., p. 144.

27 Ibid., p. 447-449.

28 Louis Bertrand, Le Sens de l’ennemi, op. cit., p. 15.

29 Ibid., p. 16

30 Ibid., p. 24.

31 Ibid., p. 16

32 Ibid., p. 24.

33 Louis Bertrand, Le Mirage oriental, op. cit., p. 438.

34 Louis Bertrand, Hitler, Paris, Fayard, 1936.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Hassen Bkhairia, « Louis Bertrand, l’Orient et le militarisme », Babel, 38 | -1, 115-124.

Référence électronique

Hassen Bkhairia, « Louis Bertrand, l’Orient et le militarisme », Babel [En ligne], 38 | 2018, mis en ligne le 01 février 2019, consulté le 15 novembre 2019. URL : http://journals.openedition.org/babel/6074

Haut de page

Auteur

Hassen Bkhairia

Institut Supérieur des Études Appliquées en Humanités, Tozeur
Université de Gafsa

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Babel. Littératures plurielles est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Laboratoire Babel
  • Logo Université de Toulon
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • OpenEdition Journals