Navigation – Plan du site
De la tentation autoritaire à la tentation messiannique

Cité modèle et Cité guerrière : utopie et dystopie dans Les Cinq cents millions de la Bégum de Jules Verne

Patrick Hubner
p. 173-185

Résumés

Il s’agit d’une réflexion autour du motif de la guerre présente et future sur le mode de l’uchronie selon un schéma habituel dans les romans de Jules Verne. Les Cinq cents millions de la Bégum correspondent dans la fiction à l’héritage miraculeux d’une grand-tante éloignée, ladite Bégum, épouse en secondes noces d’un lointain parent commun aux deux héros selon une généalogie fictive. L’héritage fabuleux se trouve partagé entre deux ennemis, parents par le hasard d’un autre mariage : d’une part Herr Schultze, professeur allemand passionné de chimie, d’autre part François Sarrasin, docteur français préoccupé par les problèmes de santé et d’hygiène. Et c’est à l’occasion d’un Congrès international d’Hygiène à Londres en 1871 que le docteur français lance le projet philanthropique d’une Cité modèle. L’histoire, comme intrigue romanesque, est une transposition de l’Histoire, du conflit franco-prussien, sous forme d’une uchronie projetée vers la marge nord-ouest des États-Unis, une utopie située géographiquement mais en une sorte de non-lieu produit par l’éloignement. Dans la fiction, l’héritier allemand riposte en annonçant au même Congrès devoir fonder une Place forte, Stahlstadt, la Cité de l’Acier. Mais cette dialectique manichéenne structurant le roman serait faussée par une absence, cette fonction vacante révélée par le chaos du conflit entre la Cité de l’Acier et ladite Cité de la Paix.

Haut de page

Texte intégral

  • 1 Jules Verne, Les Cinq Cents Millions de la Begum, Chap. V, La Cité de l’Acier, p. 49.

1La Cité de l’Acier, par la projection qu’en fait Jules Verne dans son roman, se situe significativement en marge du continent nord-américain, au Nord-Ouest des États-Unis, au Sud de l’Oregon, dans un « district vague encore, mal délimité entre les deux puissances limitrophes, qui forme comme une sorte de Suisse américaine »1. Cette expression associe curieusement les idées d’exiguïté territoriale et d’immensité, de neutralité et d’impérialisme, en fonction de l’opposition de taille entre la Suisse, petit pays enclavé, et l’immensité continentale des États-Unis d’Amérique. À cela s’ajoute le relief escarpé qu’il faut transgresser pour gagner cet ailleurs évidemment mis à l’écart. Or cette « Suisse américaine », loin d’être le lieu d’activités pacifiques, touristiques et pastorales, va se présenter comme une zone industrielle, avec tout ce que cela peut supposer d’agression contre l’homme et la nature. L’industrie y trouve un site privilégié grâce à des gisements conjoints de fer et de houille dont la coexistence est rêvée pour la fabrication de l’acier, bien que l’auteur extrapole par rapport aux ressources réelles du Nord-Ouest américain tout en anticipant de façon surprenante sur l’existence de grands centres sidérurgiques actuels comme Astoria dans l’Orégon. Imitant les développements d’un Élisée Reclus, l’écrivain précise alors que la région appelée jusqu’en 1871 « désert rouge », en raison de son incroyable richesse en oxyde de fer, a été rebaptisée « Stahlfield », littéralement le champ d’acier, conformément à la germanisation supposée du territoire. Stahlstadt, la Cité de l’Acier, propriété personnelle de Herr Schulze, l’ancien professeur de chimie d’Iéna, devenu, grâce aux millions de la Bégum, le fondateur de ce grand centre sidérurgique imaginé par Jules Verne, s’est installée sur cette marge éloignée du continent nord-américain, justifiant par cette situation particulière une politique d’autarcie industrielle. La machine est désormais dans le jardin, selon l’expression consacrée par Leo Marx dans son essai décrivant l’irruption du machinisme dans la nature américaine. La projection de l’auteur l’illustre en soulignant le télescopage entre le silence et l’harmonie de la nature, et le vacarme, le mouvement du nouveau monde industriel. À l’harmonie naturelle s’est substitué l’ordre humain, au sens d’organisation mais aussi d’injonction totalitaire par la structure même de la Cité de l’Acier. Par structure il faut d’abord entendre construction, selon l’étymologie dynamique du terme. De même qu’il a recours au mythe d’Amphion pour évoquer l’émergence soudaine des villes américaines, semblant surgir au coup de sifflet des locomotives comme avaient surgi les remparts de Thèbes au son de la lyre du poète musicien, fils de Zeus et d’Antiope, dans Le Tour du monde en quatre-vingts jours, le narrateur des Cinq cents millions de la Bégum souligne la rapidité avec laquelle est construite la Cité de l’Acier en plein désert américain. D’emblée, l’architecture est associée à l’industrie, pour loger au plus vite les trente mille ouvriers composant le potentiel humain nécessaire au fonctionnement de la Cité de l’Acier, si bien que la standardisation industrielle s’étend hors de l’usine :

  • 2 Ibid., p. 51-52. Deux pages plus loin se trouve résumée la fondation de cette cité industrielle : « (...)

Sur la plaine nue et rocailleuse, en cinq ans, dix-huit villages d’ouvriers, aux petites maisons de bois uniformes et grises, ont surgi, apportés tout bâtis de Chicago [...]. C’est au centre de ces villages, au pied des Coal Butts, inépuisables montagnes de charbon de terre, que s’élève une masse sombre, colossale, étrange, une agglomération de bâtiments réguliers percés de fenêtres symétriques, couvertes de toits rouges, surmontés d’une forêt de cheminées cylindriques, et qui vomissent par ces mille bouches des torrents de vapeurs fuligineuses2.

  • 3 Cf. Michel Ragon, « Une ville pour un homme qui n’existe pas ».

2L’utilisation de bâtiments préfabriqués, la proximité des matières premières, la position centrale du complexe sidérurgique et l’uniformité de l’ensemble sont les caractéristiques d’une cité industrielle où l’urbanisation se confond avec l’industrialisation. D’ailleurs le nom allemand de la Cité de l’Acier, Stahlstadt, souligne par une équivalence phonique l’absolue dépendance entre la ville et son industrie, d’autant plus qu’il s’agit de l’industrie de base de la sidérurgie. Il faut ajouter que la projection vernienne n’est pas sans rappeler le modèle de ville industrielle imaginée par Claude-Nicolas Ledoux et construite autour d’une usine, Fille et mère de l’industrie selon un plan radio-concentrique imaginé pour le site industriel des salines de Chaux, un siècle auparavant, entre 1775 et 1779. La Cité de l’Acier renvoie aussi au modèle proposé par Étienne Cabet dont L’Icarie est composée de bâtiments pareillement standardisés par l’industrialisation, avec des îlots strictement identiques et disposés en échiquier3.

  • 4 Jules Verne, Les Cinq Cents Millions de la Begum, Chap. XIV, Branle-bas de combat, p. 149.

3L’organisation de la Cité de l’Acier est entièrement déterminée par et pour l’industrie, selon une double volonté d’autarcie et d’autocratie qui définit la politique guerrière de son fondateur, Herr Schultze : « cette concentration de tous en un seul [...] était la loi fondamentale de la Cité de l’Acier »4. À aucun moment il n’est question de relation avec l’extérieur pour cette Cité entièrement soumise au bon vouloir de son propriétaire autocrate. C’est bel et bien en fonction d’une telle clôture que l’espace urbain a été organisé. Centralisation et rationalisation sont les principes majeurs de Stahlstadt, divisée en vingt-quatre secteurs auxquels il faut ajouter l’organisme directeur. Ainsi se présente la Cité de l’Acier aux yeux de l’ouvrier espion envoyé par le Docteur français dans la fiction. Il s’agit donc d’un espace surdéterminé, cloisonné, comme en témoigne l’avis du chef de poste contrôlant le nouvel arrivant dès son entrée dans la ville. Il n’est donc pas étonnant que l’organisation de la Cité de l’Acier soit paramilitaire, l’ordre y relevant plus que jamais de l’injonction totalitaire dans la définition d’un véritable État de guerre. Plus frappant encore est le tissu urbain, dans la mesure où la métaphore du tissage se retrouve dans sa structure arachnéenne, celle d’une toile tissée par une araignée maléfique. Et la référence aux Cyclopes achève d’assimiler cette Cité guerrière au feu volcanique de l’antre de Vulcain, le forgeron des anciens dieux qui ont cependant déserté le monde dans cette parabole guerrière.

  • 5 La Metropolis de Fritz Lang, projection d’une cité gratte-ciel au XXIe siècle oppose, pareillement (...)

4Le mythe de Vulcain est celui d’un forgeron habile censé fabriquer les foudres de Jupiter, ainsi que les armes des dieux et des héros, dans son atelier sous des montagnes volcaniques, avec pour auxiliaires les Cyclopes. Ce mythe sous-tend la description qui est faite de la Cité de l’Acier, pareillement vouée à la sidérurgie et à l’armement. On y construit d’ailleurs un gigantesque canon à l’image de la Grosse Bertha. De nombreux détails appellent une lecture mythocritique, à commencer par le choix du site escarpé dans une région volcanique du Nord-Ouest des États-Unis où grogne encore le Mont St Helens. Quand le narrateur évoque « les coups sourds du marteau pilon », « le sol [...] machiné comme un décor de théâtre », cela suffit à planter le décor de l’antre du forgeron Vulcain. Même les foudres de Jupiter s’intègrent dans le décor mythique de Stahlstadt. Par-delà le « vulcanisme » de la description se dessine la figure du Père terrible et guerrier, à l’autorité démesurée. De même que le forgeron mythique avait été précipité enfant du haut de l’Olympe par Zeus, dont il est le bâtard, de même les ouvriers de la Cité de l’Acier sont soumis au paternalisme guerrier de Herr Schultze, dominant et contrôlant la ville industrielle de Stahlstadt du haut de la tour du Taureau, symbole terrestre de la puissance, où se cache un Eden artificiel opposé à l’Enfer souterrain des travailleurs préfigurant la dualité terrible de la dystopie cinématographique de Metropolis5.

5À la noirceur et à la crasse sidérurgique de Stahlstadt dont la structure arachnéenne souligne le caractère maléfique, Jules Verne oppose, bien sûr de façon idéaliste et manichéenne, la Cité modèle de France-Ville, utilisant pour la décrire le subterfuge d’un prétendu article tiré d’une revue allemande, ce qui permet d’introduire un décalage ironique dans la narration. C’est paradoxalement avec une extrême précision que l’eutopie de la Cité modèle de France Ville se trouve située dans la fiction :

  • 6 Op. cit., Chap. X, Un article de l’Unsere Centurie, Revue allemande, p. 114.

C’est sur le point exact indiqué sur la carte par le 43° degré 11’ 3’’ de latitude nord, et le 124° degré 41’ 17’’ de longitude à l’ouest de Greenwich. Il se trouve, comme on voit, au bord de l’océan Pacifique et au pied de la chaîne secondaire des montagnes Rocheuses qui a reçu le nom de Mont-des-Cascades, à vingt lieues au nord du cap Blanc, État d’Oregon, Amérique septentrionale6.

6Il s’agit tout simplement de retenir que France-Ville est en fait voisine de Stahlstadt, cependant plus à l’intérieur des terres, ce qui accentue la violence de l’opposition entre les Cités, selon une dialectique confrontant l’eutopie vernienne à la contre utopie. Une fois de plus, l’écrivain déploie tout son art de la dissertation géographique pour justifier site et situation de la Cité modèle, en rivale elle aussi nord-américaine de la Cité industrielle. Signalant d’entrée que la meilleure des localisations avait été choisie pour France-Ville, le rapporteur de l’Unsere Centurie poursuit en énumérant minutieusement les raisons qui ont préludé à un tel choix : la nouveauté de l’État, la proximité de l’Océan, la présence d’un cours d’eau limpide et d’un port naturel sont égrenées avant que le paragraphe suivant en vienne à indiquer méthodiquement les avantages secondaires, ces ressources minérales mises au premier plan de la fondation de Stahlstadt. Ainsi le marbre et la pierre ont facilité sur place la construction de maisons en dur, à l’inverse des maisons préfabriquées et importées dans la Cité de l’Acier. Pareille multiplicité des raisons géographiques et géologiques, motivant la fondation de la Cité modèle de France-Ville, est bien signe a priori d’une polyvalence harmonieuse contrastant avec la monovalence dangereuse de la Cité industrielle et guerrière. De plus, à la clôture de Stahlstadt, enserrée dans ses murailles et repliée sur elle-même, ne manque pas de s’opposer l’ouverture de France-Ville sur le monde grâce à son port sur l’océan Pacifique et à la ligne de train rapide la reliant à l’Ouest du continent nord-américain.

  • 7 Ibid., p. 120.

7La structure de France-Ville est beaucoup plus dynamique que celle de la Cité de l’Acier, limitée à la disposition de bâtiments préfabriqués autour de la toile d’araignée fortifiée, tandis que la Cité modèle est présentée en train de se faire, de se construire, c’est-à-dire de se structurer au sens premier du terme. Par exemple, le choix du matériau de construction – la pierre de taille pour les édifices publics, une brique spéciale pour les maisons – témoigne d’une volonté de différenciation entre l’architecture publique et le monde privé. Le long développement de l’article énonçant les dix règles fixes pour la construction des habitations particulières parvient à imposer un schéma de base tout en évitant l’écueil de l’uniformité caractérisant la Cité industrielle. L’organisation de l’espace urbain répond aux mêmes critères de régularité tout en acceptant la différence, toutefois au prix d’un manichéisme quelque peu sommaire : « Les dispositions générales ne sont pas moins soigneusement étudiées. D’abord le plan de la ville est essentiellement simple et régulier, de manière à pouvoir se prêter à tous les développements »7.

  • 8 Cf. notamment Le Testament d’un Excentrique où les villes américaines deviennent les étapes d’un gi (...)

8La structure de France-Ville est ainsi ouverte, tant dans le temps que dans l’espace, puisqu’elle est tournée vers l’expansion et le futur, à l’opposé de la structure figée de Stahlstadt, clôturée, fortifiée, et d’une modernité en fait rétrograde. Il convient de noter que France-Ville, en dépit de son nom, reprend le plan en damier caractéristique des villes américaines en y ajoutant l’idéal tout anglo-saxon de la cité jardin. En fait, lorsqu’il distingue les rues des avenues en fonction du plan géométrique où domine l’angle droit, Jules Verne se contente de reprendre le jeu d’échecs auquel il compare le tissu urbain américain dans plusieurs de ses romans8.

9Cependant, deux doctrines viennent s’inscrire dans l’organisation de ladite Cité modèle dont on peut craindre la dérive : l’hygiénisme et l’eugénisme. La première constitue un leitmotiv obsédant facilement repérable dans presque chacune des dix règles énoncées comme suffisantes et nécessaires à la construction des habitations particulières, telles que les présente la fiction du rapport inscrit dans l’article allemand. La hantise particulière de Jules Verne face à la souillure et à la pollution, que caricaturent le fonctionnement et l’aspect de la Cité guerrière et industrielle, détermine significativement le projet de France-Ville ainsi annoncé au congrès d’Hygiène au début du roman :

  • 9 Ibid., chap. III, Un fait divers, p. 30.

Messieurs, parmi les causes de maladie, de misère et de mort qui nous entourent, il faut en compter une à laquelle je crois rationnel d’attacher une grande importance : ce sont les conditions hygiéniques déplorables dans lesquelles la plupart des hommes sont placés. Ils s’entassent dans des villes, dans des demeures souvent privées d’air et de lumière, ces deux agents indispensables à la vie9.

10Si cette obsession de l’hygiène n’est pas étrangère à de mauvais souvenirs remontant à l’épidémie de choléra qui a touché la France en 1854 lors du retour des blessés de Crimée, l’eugénisme lié aux images de dressage indiquant la nature de cette éducation préalable, nécessaire au maintien de la qualité des habitants de France-Ville, renvoie à ce que l’on pourrait appeler un fantasme idéologique de l’homme politique par-delà l’écrivain, que ne suffit pas à masquer le recours au subterfuge de l’article allemand intégré dans la fiction avec des éléments descriptifs qu’un tiers est censé rapporter dans son compte rendu.

  • 10 Ibid., p. 31.

11Par-delà le fantasme de l’eugénisme associé à l’hygiénisme dans cette Cité du Bien-Être « où la jeunesse, élevée d’après des principes sages, propres à développer et à équilibrer toutes les facultés morales, physiques et intellectuelles, nous préparerait des générations fortes pour l’avenir »10, la description de France-Ville se trouve envahie par tout un symbolisme maternel. Le plan de la Cité modèle a beau reposer sur des « données rigoureusement scientifiques », cette quête du bien-être n’en garde pas moins le caractère régressif d’une nostalgie des origines, dont est investie la ville mère :

  • 11 Ibid., Chap. XI, Un dîner chez le docteur Sarrasin, p. 127.

Cachée dans d’épais massifs de lauriers-roses et de tamarins, la cité s’allongeait gracieusement au pied de Cascade Mounts et présentait ses quais de marbre aux vagues courtes du Pacifique, qui venaient les caresser sans bruit. Les rues, arrosées avec soin, rafraîchies par la brise, offraient aux yeux le spectacle plus riant et le plus animé. Les arbres qui les ombrageaient, bruissaient doucement. Les pelouses verdissaient. Les fleurs des parterres, rouvrant leurs corolles, exhalaient toutes à la fois leurs parfums. Les maisons souriaient, calmes et coquettes dans leur blancheur. L’air était tiède, le ciel bleu comme la mère, qu’on voyait miroiter au bout des longues avenues11.

  • 12 Ibid., Chap. VI, Le Puits Albrecht, p. 63.

12Cette ville ouverte sur la nature et l’Océan se prête facilement à une lecture psychocritique identifiant la Cité modèle, liée à l’archétype de l’espace rêvé, à la matrice maternelle, ce qui en fait une ville mère au sens plein de l’apposition. D’ailleurs, l’évidente personnification de France-Ville, la sensualité de la description, la surabondance d’éléments féminins, jusqu’à la facile analogie mère/mer, s’inscrivent dans une perspective où l’ontogénèse, l’histoire de l’homme en particulier, rejoindrait la phylogénèse, l’histoire de l’humanité en général. Cette lecture psychocritique conforte l’opposition caricaturale entre France-Ville et Stahlstadt, Cité manifestement virile avec sa tour du Taureau et l’énorme canon placé en son centre. Tandis que France-Ville rappelle la figure idéalisée de la mère, la matrice donnant la vie que suggèrent les métaphores de l’ouverture et du souffle. En revanche, la Cité industrielle et guerrière y oppose terme à terme sa clôture, son opacité et autant de traits propres à suggérer la constriction, l’étouffement et la mort, renvoyant à la figure du Père terrible, autoritaire et belliqueux. D’ailleurs, il est un épisode significatif, concernant un jeune mineur de Stahlstadt, sortant de la mine et retrouvant en quelque sorte la vie : « Le dimanche matin seulement, il revenait à la lumière et pouvaient pour quelques heures profiter de ce patrimoine commun des hommes : le soleil, le ciel bleu et le sourire maternel »12.

13Quant au fondateur de France-Ville, ce n’est pas davantage un hasard si le narrateur le décrit installé avec sa femme et sa fille au bord de l’Océan, et non pas au centre de la ville, pour encore mieux marquer la différence avec le fondateur de Stahlstadt, seul dans son donjon gardé par deux brutes. Ce décentrement de la demeure du Docteur Sarrasin et l’importance de la marge océanique marquent de façon trop évidente et caricaturale l’opposition au centralisme totalitaire et autarcique de Herr Schultze dans son intention belliqueuse. Mais le déclenchement inexorable du conflit va provoquer la défiguration du modèle de la Cité de l’harmonie et de la paix, opposé au départ à la Cité guerrière de l’Acier.

  • 13 Charles Renouvier, Uchronie (l’Utopie dans l’Histoire). Esquisse historique apocryphe du développem (...)

14Par deux fois, l’étude géographique du site et de la situation a mis en relief une utilisation particulière de l’ailleurs nord-américain en ses marges occidentales comme lieu de l’utopie et de l’eutopie. Telle est la marque de cet idéalisme politique et urbaniste du XIXe siècle projetant le rêve de cités idéales sur les vastes espaces du Nouveau Monde, même si la projection vernienne intègre d’entrée la contre-utopie d’une cité industrielle maléfique et guerrière. Il convient de rappeler les rapports étroits existant entre l’utopie rêvée et l’utopie pratiquée, à une époque où l’Amérique fonctionne encore comme un ailleurs pour l’Europe, comme une table rase où il serait possible de recommencer l’Histoire. Dès 1825, le socialiste britannique Robert Owen tenta de réaliser la cité modèle de New Harmony en Indiana. De son côté, après avoir publié Le Voyage en Icarie, une des sources des Cinq cents millions de la Bégum, Étienne Cabet tentera lui aussi de passer de la théorie à la pratique en installant son Icarie dans l’Iowa, tout comme le fouriériste Victor Considérant, instaurateur de l’autre Cité modèle de Réunion au Texas. Ainsi, dans sa projection, Jules Verne ne fait que perpétuer une tradition féconde choisissant l’ailleurs nord-américain comme lieu de l’utopie. L’originalité de sa projection réside cependant dans le fait que ce lieu de l’utopie se trouve doublé par le temps de l’uchronie, selon le néologisme de Charles Renouvier13. Par le biais de sa double projection, Jules Verne refait l’Histoire puisque le conflit opposant une Cité pacifique et une Cité guerrière dirigée par un savant allemand transpose évidemment le conflit franco-prussien de 1870, en une vision partisane et très manichéenne. Mais l’intérêt de cette uchronie réside moins dans la déclaration de guerre de Stahlstadt à France-Ville que dans la mise en évidence d’une défaillance et d’une déficience de la Cité modèle mise dans la nécessité de se défendre face à l’agression en dénaturant ses principes fondateurs.

  • 14 Op. cit., Chap. X, Un article de l’Unsere Centurie, p. 120.

15Si l’équivalence entre ville et industrie fonctionnait comme principe d’ordre pour la Cité de l’Acier, cette structure industrielle caractéristique du monde moderne se trouve évidemment gommée de la description idéaliste et idyllique de France-Ville sur laquelle règnent les plus stricts préceptes de l’hygiénisme. Pourtant, se trouve affirmé sans autre commentaire que « toutes les industries […] sont libres »14, ce qui n’est pas sans indiquer une faille déjà présente dans le modèle en temps de paix. Or, dès que le conflit est déclenché par la belliqueuse Cité de l’Acier, l’eutopie se transforme presque aussitôt en dystopie guerrière et industrielle :

  • 15 Ibid., Chap. XIV, Branle-bas de combat, p. 147-148.

Aucun emploi n’était dédaigné, qui devait contribuer à l’œuvre de défense. Des hommes de tout âge, de toute position, se faisaient simples ouvriers en cette circonstance. Le travail était conduit rapidement et gaiement. Des approvisionnements de vivres suffisants pour deux ans furent emmagasinés dans la ville. La houille et le fer arrivèrent aussi en quantités considérables : le fer, matière première de l’armement, la houille, réservoir de chaleur et de mouvement, indispensables à la lutte15.

16En dépit de l’enthousiasme civique que le narrateur prête à ces préparatifs, la Cité modèle se retrouve corrompue par la nécessité d’une industrie vouée à la guerre et à l’armement, principe même de la contre-utopie de Stahlstadt. Le désordre révèle une absence au cœur de la représentation, une fonction vacante dissimulée par la structure pacifique, en contestant les préceptes qui réglaient auparavant l’organisation générale de l’eutopie, dans son harmonie constitutive. Et celle-ci de se métamorphoser rapidement en dystopie, soulignant l’importance de la dissuasion militaire même en temps de paix, et de la puissance de l’armement en cas d’agression :

  • 16 Chap. XIX, Branle-bas de combat, p. 148. Après avoir précisé que « toutes les industries et tous le (...)

Mais en même temps que la houille et le fer s’entassaient sur les places, des piles gigantesques de sacs de farine et de quartiers de viande fumée, des meules de fromage, des montagnes de conserves alimentaires et de légumes desséchés s’amoncelaient dans les halles transformées en magasins16.

17L’auteur a beau prendre toutes les précautions nécessaires au maintien de son modèle, allant jusqu’à affirmer qu’« une circonstance très favorable […] était qu’on pût utiliser le grand nombre de fourneaux fumivores que possédait la ville », ces fourneaux, tout « fumivores » qu’ils soient, ne vont pas moins servir à l’industrie guerrière. La problématique entre Cité modèle et Cité guerrière, loin du manichéisme sommaire de départ, conduit ladite Cité modèle au contre modèle de la Cité « polémique ». C’est bien sous le signe de la guerre que se place le chapitre précisément intitulé « Branle-bas de combat ». Le point d’intersection de ces deux projections verniennes correspond à la zone d’ombre de l’industrie constitutive du monde moderne. Si l’industrie détermine dès le départ l’ordre guerrier de la Cité de l’Acier, elle va en revanche provoquer un bouleversement de l’ordonnancement pacifique et harmonieux de France-Ville et donc défigurer le modèle seulement valable en temps de paix, période cependant d’activités industrielles curieusement passées sous silence dans la description de la Cité prétendue idéale. Se trouve ainsi appliqué le fréquent courant de pensée selon lequel l’état de guerre profite à l’industrie tandis que l’état de paix favorise l’essor de la culture. C’est pourquoi la Cité de l’Acier repose tout entière sur l’industrie de l’armement et la construction d’un gigantesque canon que Krupp, le baron de l’industrie allemande, avait offert au Roi de Prusse, à l’occasion de l’Exposition Universelle de Paris, en 1867. L’obus que devait lancer la « Grosse Bertha » de Stahlstadt pour détruire la cité rivale de France-Ville ne pourra heureusement pas atteindre sa cible, à la suite d’une explosion prématurée ayant entraîné la momification de l’autocrate allemand. La morale paraît sauve mais s’avère lourde d’ambiguïté puisque, désormais, l’ancienne Cité de l’Acier pourra servir à la fois de centre industriel et d’arsenal à la prétendue Cité modèle illustrant la fameuse devise « Si vis pacem para bellum ».

  • 17 Tony Garnier, La Cité industrielle, projet publié en 1917.
  • 18 Paschal Grousset, auteur reconnu à l’époque, a servi de « nègre » à Jules Verne, en rédigeant une p (...)

18La parabole des Cinq cents millions de la Bégum rend bien compte de l’indépassable contradiction entre urbanisme et industrie, entre Cité modèle et Cité industrielle et guerrière que cherchera à dépasser l’urbaniste Tony Garnier dans son projet original de Cité industrielle. Tony Garnier élabore les plans d’une cité idéale, appelée « Une Cité Industrielle »17, pendant son séjour à la Villa Médicis entre 1899 et 1904. Publié en 1917, ce projet constitue une référence majeure dans l’histoire de l’architecture et de l’urbanisme du XXe siècle. Il se consacre à des idées avant-gardistes en travaillant sur le projet de sa ville moderne, conçue pour environ 35.000 habitants. Comparée à une cité du travail, la « Cité Industrielle » de Tony Garnier reflète les idées fouriéristes. Il établit son projet sur un site que l’on pourrait localiser dans la région de Saint-Étienne, fortement industrialisée en ce début de siècle. Allant à l’encontre des conceptions urbaines de son époque, l’architecte développe le concept du zonage en séparant dans sa ville les grandes fonctions : travail, habitat, santé, loisirs. La ville est installée sur un promontoire rocheux. La zone industrielle est nettement et significativement détachée de l’ensemble. Elle est située en contrebas, au confluent d’un fleuve. Quatre grands principes se dégagent : fonctionnalisme, espace, verdure, ensoleillement, conjuguant certains principes de la Cité modèle avec une conception fouriériste et pacifiste réhabilitant l’industrie stigmatisée par Jules Verne18.

Haut de page

Bibliographie

Verne, Jules. Les Cinq Cents Millions de la Begum. Dans la série des Voyages Extraordinaires, réédition reconstituant la forme matérielle de l’édition princeps dans la Bibliothèque d’Education et de Récréation, Jules Hetzel et Cie : Paris, 1879. Fac similé chez Michel de l’Ormeraie, Paris, 1976.

Marx, Leo. The Machine in the Garden : Technology and the Pastoral Ideal in America. New York : Oxford University Press, 1964.

Ragon, Michel, « Une ville pour un homme qui n’existe pas ». La Fin des Utopies, dossier du Magazine Littéraire, n° 139, juillet-août 1975, p. 31-34.

Haut de page

Notes

1 Jules Verne, Les Cinq Cents Millions de la Begum, Chap. V, La Cité de l’Acier, p. 49.

2 Ibid., p. 51-52. Deux pages plus loin se trouve résumée la fondation de cette cité industrielle : « Grâce à la puissance d’un capital énorme, un établissement monstre, une ville véritable, qui est en même temps une usine modèle, est sortie de terre comme à un coup de baguette », p. 52.

3 Cf. Michel Ragon, « Une ville pour un homme qui n’existe pas ».

4 Jules Verne, Les Cinq Cents Millions de la Begum, Chap. XIV, Branle-bas de combat, p. 149.

5 La Metropolis de Fritz Lang, projection d’une cité gratte-ciel au XXIe siècle oppose, pareillement à la Cité de l’Acier imaginée par Jules Verne, une quarantaine d’années plus tôt, les jardins enchantés de Yoshiwara, où vivent les maîtres du monde, au monde souterrain dans lequel travaillent les ouvriers, automates humains assujettis. De plus s’y retrouve la figure du savant fou, fabriquant cette fois une Ève future, et non plus une « grosse Bertha ».

6 Op. cit., Chap. X, Un article de l’Unsere Centurie, Revue allemande, p. 114.

7 Ibid., p. 120.

8 Cf. notamment Le Testament d’un Excentrique où les villes américaines deviennent les étapes d’un gigantesque Jeu de l’Oie et où transparaît aussi la structure du jeu d’échecs parcouru par des personnages-pions.

9 Ibid., chap. III, Un fait divers, p. 30.

10 Ibid., p. 31.

11 Ibid., Chap. XI, Un dîner chez le docteur Sarrasin, p. 127.

12 Ibid., Chap. VI, Le Puits Albrecht, p. 63.

13 Charles Renouvier, Uchronie (l’Utopie dans l’Histoire). Esquisse historique apocryphe du développement de la civilisation européenne tel qu’il n’a pas été, qu’il aurait pu être, Paris, 1875.

14 Op. cit., Chap. X, Un article de l’Unsere Centurie, p. 120.

15 Ibid., Chap. XIV, Branle-bas de combat, p. 147-148.

16 Chap. XIX, Branle-bas de combat, p. 148. Après avoir précisé que « toutes les industries et tous les commerces sont libres », le règlement de France-Ville ne fait que cette autre allusion aux activités industrielles : « Pour obtenir le droit de résidence à France-Ville, il suffit, mais il est nécessaire de donner de bonnes références, d’être apte à exercer une profession utile et libérale, dans les industries, les sciences et les arts ». Chap. X, p. 120.

17 Tony Garnier, La Cité industrielle, projet publié en 1917.

18 Paschal Grousset, auteur reconnu à l’époque, a servi de « nègre » à Jules Verne, en rédigeant une première mouture intitulée L’Héritage de la Bégum. Sa collaboration multiple avec l’auteur des Voyages extraordinaires ne manque pas de faire débat mais il aurait fallu une étude génétique solide pour en mesurer la portée et les limites dans le cadre de cette réflexion sur la Cité modèle et la Cité guerrière.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Patrick Hubner, « Cité modèle et Cité guerrière : utopie et dystopie dans Les Cinq cents millions de la Bégum de Jules Verne  », Babel, 38 | -1, 173-185.

Référence électronique

Patrick Hubner, « Cité modèle et Cité guerrière : utopie et dystopie dans Les Cinq cents millions de la Bégum de Jules Verne  », Babel [En ligne], 38 | 2018, mis en ligne le 01 février 2019, consulté le 14 novembre 2019. URL : http://journals.openedition.org/babel/6186

Haut de page

Auteur

Patrick Hubner

Université de Toulon - BABEL (EA 2649)

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Babel. Littératures plurielles est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Laboratoire Babel
  • Logo Université de Toulon
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • OpenEdition Journals