Navigation – Plan du site
Varia

Marcel Pagnol et l’écriture d’une Provence cosmopolite

Marion Brun
p. 289-304

Résumés

Marcel Pagnol semble un auteur paradoxal pour interroger le rapport de la littérature au cosmopolitisme, lui qui, au contraire, peut incarner la manifestation du repli sur le national et, plus étroitement encore, sur le régional. En vérité, la représentation locale de la Provence engage la définition de l’espace méditerranéen qui est, par excellence, un carrefour d’échanges. Aussi Pagnol décrit-il le monde méridional de façon double : il reprend l’imaginaire latin et hellénique dans une perspective néoclassique, sans nier les influences arabo-sémites. En équilibrant cosmopolitisme et attachement au pays natal, l’écrivain peut être qualifié de nationaliste ouvert.

Haut de page

Texte intégral

1On s’attend d’emblée à ce que l’écriture de la Provence soit régionaliste, rattachée au discours félibre ou au « provençalisme », circonscrite à une littérature locale et rustique, promouvant le patois et la décentralisation. Au mieux, son influence pourrait être nationale en soulignant, selon le raisonnement analogique de Maurice Barrès, le lien entre les racines d’une province et celles de la nation. Le régionalisme, souvent perçu comme opposé à la littérature nationale et envisagé comme repli identitaire, est éloigné d’un discours cosmopolite qui suppose une ouverture sur la diversité culturelle. Écrire sur la Provence ne peut qu’être, semble-t-il, une attitude anti-cosmopolite, le régionalisme défendant la préservation de la tradition locale, des dialectes, de l’unité des mœurs de son peuple. Le cosmopolitisme mettrait en « danger » ces aspirations régionalistes par un métissage qui brouillerait l’identité originelle provençale. Nous mettrons en évidence à travers l’exemple de Marcel Pagnol que, contre la doxa, l’écriture régionale peut s’accommoder du cosmopolitisme.

I. Une représentation de la Provence au carrefour du nationalisme et du cosmopolitisme

A. La Provence régionale et nationale

  • 1 Charles Maurras, Corse et Provence, p. 60.
  • 2 Ibid., p. 42.
  • 3 Ibid., p. 182.

2Dans Corse et Provence, Charles Maurras donne un exemple de cette écriture anti-cosmopolite de la Provence. Dans cet ouvrage, il formule le souhait de préserver la race pure primitive et s’émeut devant « le tableau d’une antique race qui se maintient »1. Il déplore la mixité corse, venue du cosmopolitisme, qui a entraîné cette race sur la voie de la décadence : « La population de Cargèse a [...] perdu son homogénéité primitive. Beaucoup de Corses autochtones sont entrés dans le fond de la population »2. Selon lui, les Juifs, êtres par excellence sans patrie et cosmopolites, œuvrent, comme les Orientaux, à une dissolution de l’identité régionale et nationale. Ces discours racistes et antisémites l’inscrivent dans la mouvance fascisante de la race pure : « il faut bien se garder de juger Marseille antique par un coin de la ville moderne, le rendez-vous des Levantins, des nègres et des juifs »3. Ainsi, la Provence peut être le support d’un discours anti-cosmopolite qui craint le nivellement, l’homogénéisation des peuples et la disparition des spécificités, régionales et nationales. La province, dans son récit Corse et Provence, est instrumentalisée au service d’un discours nationaliste. Imitant sans doute l’entreprise virgilienne qui légitimait Rome par le mythe des origines, Maurras rappelle la prestigieuse antiquité de cette région, latine et grecque, et glorifie le sol national.

  • 4 Frédéric Mistral, L’Ode à la race latine, dans Virgile, Le Moretum, Lourmarin, Les Cahiers de la Co (...)

3Cette référence à la latinité et à l’hellénisme peut néanmoins être lue dans une autre perspective. Elle montre que la Provence, à l’image de la France dans son entier qui parvient à équilibrer les influences du Nord et du Midi, fait figure d’exception en Europe. Même quand elle est utilisée par un discours national, régionaliste et anti-cosmopolitique, la Provence est renvoyée à Rome et à la Grèce, ce qui l’ouvre à l’Europe et au monde. La Provence, comme la nation dans laquelle elle s’intègre, possède une identité cosmopolite, qui permet une synthèse des cultures méditerranéennes. De l’« ode à la race latine » de Mistral, composée en 18784, au Corse et Provence de Maurras, la Provence est une terre antique et classique, ce qui tend à rendre son identité composite.

B. La Provence cosmopolite

4Maurras exclut l’héritage sémite, judéo-arabe de l’identité provençale pour se limiter à l’origine helléno-romaine. À cet égard, contre la position maurassienne, des écrivains comme Gabriel Audisio, Albert Camus, Jean Ballard, Jean Giono ou André Suarès s’élèvent pour revendiquer le cosmopolitisme provençal, rattachant ainsi la Provence davantage à l’ensemble du bassin méditerranéen qu’à la Grèce et l’Italie. Gabriel Audisio affirme par exemple dans Le Sel de la Mer (1936) :

  • 5 Gabriel Audisio, Le Sel de la mer, p. 117-119.

Je ne vois pas malgré Mistral qu’il existe une race latine .... Par contre, je vois une race méditerranéenne mais c’est le type de la race impure, fait de tous les apports et de tous les mélanges, exactement le contraire de ces entités ethniques qui voudraient, se croyant spécifiques, en tirer la raison d’une imposition universelle. Vos Latins, grattez un peu : le Juif, le Maure, et parfois le Noir ne sont pas loin. Ainsi en Italie, en Espagne, et sur les côtes de notre Provence : je songe à ces squelettes que les anthropologues appellent « les petits négroïdes de Grimaldi »5.

5Il s’agit bien ici d’une remise en question du mythe d’une race originelle pure qui serait d’essence latine et Audisio convoque avec ironie l’anthropologie pour ridiculiser les discours de pureté et de noblesse de race. Jean Giono, plus tardivement, dans un article intitulé « Méditerranée » paru en 1959, évoque la conformité de mœurs du peuple provençal et des peuples du pourtour méditerranéen. À quoi s’ajoute la conformité du climat, des paysages et des traditions culturelles :

  • 6 Jean Giono, « Provence », La Méditerranée, p. 251-252.

Aux peuples de ses rivages, bien que de races différentes, de religions opposées, elle impose les mêmes gestes. L’Espagnol des sierras montera son âne comme le Libanais ; le gauleur d’olives du Var frappe son arbre comme le gauleur d’olives de Delphes ; on voit près d’Aigues-Mortes, les mêmes rivages de chaleur que près d’Alexandrie d’Égypte .... En août, Marseille dort comme Carthage ; Carthage fait sécher ses raisins comme Rhodes .... J’ai longtemps trouvé dans les collines autour de Manosque le décor de l’Orestie ; tel vallon au nord de Sainte-Victoire semble avoir été décrit par Sinbad le marin ; ce laboureur est dans Théocrite et Virgile ; ce piégeur de grives est dans l’histoire arabe de Tabari ; ce marchand de porcs de Draguignan a la ruse d’Ulysse ; ce fanfaron de Naples insulte comme Achille ; ce charretier andalou boit à la cruche d’argile comme buvait Haroun al Rachid6.

6Giono multiplie les comparaisons pour marquer la proximité des pratiques agricoles, artisanales, chez les peuples méditerranéens. La simultanéité de certains gestes permet de suggérer la présence d’un double ou un alter ego de part et d’autre de la Méditerranée. L’écrivain joue sur les temps pour insister sur la durée de ces similitudes passées, présentes et à venir. L’unité des mœurs n’écrase pourtant pas la diversité des pratiques. Les réalisations culturelles les plus diverses sont possibles et Giono d’évoquer les différences en matière de races et de religions. La ruse méditerranéenne, servie par la verve langagière, se réalise en des êtres opposés : Ulysse et un marchand de porcs de Draguignan, Achille et un fanfaron de Naples. L’identité cosmopolite provençale est possible lorsque les discours se libèrent de la hantise de l’uniformité. Diversité et unité s’équilibrent de façon dialectique.

7De plus, la Provence entre dans des projets cosmopolites au sens étymologique du terme : au moment même où est affirmée une identité méditerranéenne, une unité politique qui transcenderait les nationalités est également rêvée. Audisio, dans Le Sel de la Mer, est le représentant même de ce cosmopolitisme méditerranéen, où il rêve moins d’être citoyen du monde que citoyen de la Méditerranée :

  • 7 Gabriel Audisio, Le Sel de la mer, p. 122-123.

Du point de vue racial, si la Méditerranée peut donner une leçon au monde, c’est justement celle d’un rassemblement par affinités, d’une libre agrégation, d’une communauté humaine qui existe malgré les cloisons du sang et au-dessus des frontières nationales. Une constitution méditerranéenne, dans son premier article, proclamerait le droit des races et leur égalité. Pour moi, je suis citoyen de cette Méditerranée, à condition d’avoir pour concitoyens tous les peuples de la mer, y compris les Juifs, les Arabes, les Berbères et les Noirs.
Fonder le patriotisme méditerranéen sur la latinité et sur la mare nostrum impérialiste des Romains, je dis que c’est le trahir7.

8Audisio dénonce une unité politique qui est à l’œuvre entre les deux rives de la Méditerranée, celle réalisée par le modèle colonial désigné comme « impérialisme méditerranéen ». L’unité politique qu’il propose « au-dessus des frontières nationales » – termes qui justifient bien le caractère cosmopolite du projet – se distingue de l’entreprise coloniale par la revendication d’une égalité des peuples dont la réunion se trouve justifiée par la présence d’une conscience et d’une culture commune autour d’« affinités ». La conscience d’une appartenance méditerranéenne prime, pour Audisio, sur l’appartenance nationale : il se pense davantage comme citoyen méditerranéen que français. La proposition d’une multiplicité de capitales garantirait l’égalité des peuples et l’absence de hiérarchisation entre les régions méditerranéennes. La Provence devient ainsi partie prenante d’un projet cosmopolite, en opposition avec le discours national et le débordement guerrier qui peut en résulter.

II. Marcel Pagnol et l’écriture d’une Provence cosmopolite ?

A. Une écriture latine de la Provence

  • 8 Son œuvre autobiographique, les Souvenirs d’enfance, regarde vers le début du siècle avec nostalgie (...)
  • 9 Marcel Pagnol, « Le Château de ma mère », dans Souvenirs d’enfance, p. 290 : « Dans les collines de (...)
  • 10 Marcel Pagnol, « Jean de Florette », dans L’Eau des collines, p. 677 : « À cette époque, les gentil (...)

9Les choix esthétiques d’arrière-garde8 de Marcel Pagnol nous invitent à croire qu’il s’arrête à un traitement traditionaliste de cette matière provençale sujette à débat. Il s’orienterait dès lors vers une représentation antique et classique, porteuse d’une idéologie passéiste d’un retour à la terre, éloignée par conséquent de la modernité et de l’échange cosmopolite. La conclusion du Château de ma mère, qui évoque la mort du frère et d’une tradition bucolique9, ainsi que l’incise dans Jean de Florette sur l’invasion des « gentils boys scouts » et « sympathiques campeurs »10 semblent l’orienter vers un régionalisme promouvant le repli sur soi au nom de la conservation des traditions.

  • 11 Voir Marcel Pagnol, Critique des critiques, dans Œuvres complètes, t. i, p. 1025 : « La science c (...)
  • 12 Ibid., p. 743.
  • 13 Ibid., p. 671.

10Pourtant, à l’égard de la tradition, Pagnol n’adopte pas toujours le ton nostalgique qui conclut Le Château de ma mère. Il revendique même, à d’autres endroits de son œuvre, sa méfiance par rapport à la tradition et son goût pour le progrès11. Jean de Florette a pour thème la modernisation d’un domaine agricole entré en décadence, à l’image de la Provence en son entier. L’échec de Jean de Florette, à propos duquel le narrateur évoque des « conceptions chimériques »12, ne signifie pas l’impossibilité de toute entreprise de modernisation. Là où Jean de Florette a échoué, Ugolin, lui, réussit. Son entreprise est, elle aussi, fondée sur un renouvellement du domaine agricole et il rejette les propositions traditionalistes du papet attaché à « refaire le grand verger Soubeyran [...] comme il était du temps de son père »13. À cet égard, le choix des œillets rompt avec l’agriculture maraîchère traditionnelle. L’idée de cette exploitation nouvelle lui vient pendant son service militaire, à l’imitation d’Attilio Tornabua, immigré italien. Assurément, donner une telle origine à l’inspirateur d’Ugolin n’est pas innocent de la part de Pagnol. Le voyage, la rencontre avec l’autre, la confrontation de cultures différentes permettent un renouvellement des pratiques agricoles. L’évocation d’une région et de ses pratiques ancestrales n’amène pas Pagnol à adopter un discours passéiste. Partisan, au contraire, du progrès, du renouvellement, il met en évidence comment l’ouverture au monde et à l’altérité est un moyen de sortir de la décadence.

  • 14 Ibid., p. 662.
  • 15 Ibid.
  • 16 Marcel Pagnol, « La Gloire de mon père », dans Souvenirs d’enfance, p. 69.
  • 17 Marcel Pagnol, La petite fille aux yeux sombres, p. 1238.
  • 18 Marcel Pagnol, « Manon des sources », dans L’Eau des collines, p. 1008.
  • 19 Lettre inédite, disponible dans le fonds Cahiers du Sud à la bibliothèque de l’Alcazar à Marseille  (...)

11Néanmoins, les références antiques, latines et grecques, même non exclusives, déterminent son regard sur la Provence et l’orientent vers une écriture classique. Cette prépondérance de la référence latine et grecque signifie-t-elle que Pagnol opte pour une représentation anti-cosmopolite de la Provence ? On sait, en effet, que la revendication d’un héritage helléno-romain appuyait les discours réactionnaires maurrassiens. En effet, l’ethnotype méridional est d’abord pensé comme latin. Ainsi, dans Jean de Florette, Pagnol imagine le village comme « descendant de quelque tribu ligure »14. Il flirte même avec l’idée d’une race originelle puisqu’il ajoute : « ils étaient peut-être les plus anciens habitants de la terre provençale »15. La référence à Virgile revient à plusieurs reprises pour établir une équivalence entre les paysages décrits dans les Bucoliques et ceux de la Provence : « c’était le thym, qui pousse au gravier des garrigues : ces quelques plantes étaient descendues à ma rencontre, pour annoncer au petit écolier le parfum futur de Virgile »16. On le retrouve comme référence pour décrire le pays provençal dans le court roman La Petite fille aux yeux sombres : « C’était là seulement que l’on pouvait comprendre Virgile ou Théocrite, au milieu de cette nature frustre, maigre, sèche, odorante, si pareille aux coteaux de Sicile ou aux collines de l’Arcadie »17. Le Sud de la France est représenté à travers les références classiques. Les intertextes le disent encore davantage. La trilogie marseillaise fonctionne comme une intrigue homérique où un nouvel Ulysse part pour un long voyage, Fanny, sa fiancée et nouvelle Pénélope, devenant la proie, non des prétendants, mais d’un prétendant, Panisse. Et Césariot, le fils de Marius, sur la ligne de Télémaque, partira à la recherche de son père. Le cycle L’Eau des collines peut se lire comme une réécriture d’Œdipe-roi, le sermon du curé le rappelle18. Les Bastides Blanches est le village terrassé par cette nouvelle peste, la sécheresse et le tarissement de la source. Le Papet Soubeyran, pater familias de la plus vieille et riche famille, fait figure de roi du village avec son neveu Ugolin. Ce sont eux, comme dans le mythe, qui sont à l’origine du fléau : ils portent la responsabilité de la mort de Jean de Florette, fils du Papet. L’infanticide se substitue ainsi au parricide du mythe. Ces quelques exemples d’intertextes mettent en évidence l’importance de la référence classique pour son écriture, importance au reste soulignée dans la correspondance de Marcel Pagnol avec Jean Ballard en juin 192319.

  • 20 Lettre inédite, disponible dans le fonds Cahiers du Sud à la bibliothèque de l’Alcazar à Marseille.
  • 21 Marcel Pagnol, « Jean de Florette », dans L’Eau des collines, p. 823 : « Non... C’est bien pire : c (...)
  • 22 Marcel Pagnol, « La Gloire de mon père », dans Souvenirs d’enfance, p. 81.

12Ces références latines et grecques doivent-elles pour autant, nous amener à conclure que Pagnol adhère à une idéologie réactionnaire ? Valorisée sur le plan littéraire, la référence n’est pas associée aux questions idéologiques du métissage et de la filiation. Tous ces exemples qui évoquent la filiation helléno-romaine voisinent avec des mentions de l’héritage arabe. La mention des origines sarrasines du peuple provençal éloigne des positions réactionnaires maurrassiennes. Dans une lettre à Jean Ballard datée de mars 1924, Pagnol écrit : « Gaston, comme moi, sort du peuple, de ce peuple de Provence, si mêlé de grecs, de latins, de sarrasins. Ça le rend plus compliqué »20... Cette conscience de la proximité entre le Sud de la France et l’Afrique du Nord se retrouve dans son œuvre. Le sirocco, vent venu du Sahara, rapproche la Provence de l’Afrique : Pagnol en fait mention dans Jean de Florette21. Il compare la chaleur estivale provençale à celle de l’Afrique dans La Gloire de mon père : « Après le déjeuner, lorsque le soleil africain tombe en pluie de feu sur l’herbe mourante, on nous forçait à nous “reposer” une heure, à l’ombre du figuier »22. Dans La Petite Fille aux yeux sombres, un flamant rose permet de faire un parallèle entre le Sud de la France et l’Égypte :

  • 23 Marcel Pagnol, La Petite Fille aux yeux sombres, p. 1192.

En face du concierge, le flamant, la tête sous l’aile, dormait au bruit de l’eau ; et cet homme tranquille, qui fumait sa pipe au soleil, ne voyait point dans ses pattes rouges, des temples énormes, un soleil splendide, et la nappe du Nil hanté de crocodiles où glisse l’ombre d’un ibis23.

13Ainsi, les références antiques inscrivent Pagnol dans un néoclassicisme, sans qu’il revendique par ailleurs des positions idéologiques réactionnaires. Son choix d’écriture apparaît alors comme paradoxal : alors même qu’il perçoit les influences cosmopolites de la région, il ne s’engage pas sur des formes hybrides, mais se replie sur l’héritage grec et latin.

  • 24 Marcel Pagnol, « Jean de Florette », dans L’Eau des collines, p. 662 : « Parce que la route qui men (...)
  • 25 Ibid., p. 661.
  • 26 Angèle, réal. Marcel Pagnol.
  • 27 Jean Giono, Un de Baumugnes, Œuvres romanesques complètes, t. i, Paris, Gallimard, coll. « Biblioth (...)

14Dès lors, peut-on soutenir jusqu’au bout l’idée d’une Provence cosmopolite dans l’œuvre pagnolienne ? Dans nombre de ses textes, il donne à voir une France profonde, coupée du monde, inaccessible aux transports modernes, où le voyage le plus exotique reste la lointaine Marseille, inépuisable source de récit. C’est ce qu’il précise dans l’incipit de Jean de Florette24. Il s’y réfère à une région qui ne peut qu’être étrangère au cosmopolitisme. Si ce phénomène est favorisé par le train et les transports modernes, qui permettent un rétrécissement des distances, il insiste dans la première page de Jean de Florette sur le caractère vétuste des routes : « une route de terre y conduisait par une montée si abrupte que de loin elle paraissait verticale »25. Aussi, même s’il précise que le village ne se trouve qu’à deux lieues d’Aubagne, ces « chemins muletiers » qu’il évoque ne peuvent qu’éloigner ce village du monde. La région est en partie étrangère à sa propre nation. Elle est en cours d’intégration, notamment grâce au service national et à l’apprentissage de la langue dans les écoles. La Treille, village mythique de son enfance, qu’il semble mettre toujours en scène dans son œuvre méridionale, est un exemple de cette enclave. Les développements sur le voyage interminable du Château de ma mère soulignent l’isolement, gage de l’authenticité du terroir purifiée de toutes influences externes. L’idée de pureté est à l’œuvre dans le film Angèle26, adaptation de la nouvelle de Jean Giono Un de Baumugnes27. Pagnol reprend les trois espaces de la nouvelle : la montagne d’Albin, espace pur et blanc comme son nom, la campagne d’Angèle, ange déchu, lieu intermédiaire, et enfin Marseille, l’espace urbain de la corruption et de la prostitution. La géographie respecte le degré de moralité : l’altitude figure l’élévation morale tandis que Marseille symbolise l’absence de moralité. Pureté et souillure sont pensées aussi en fonction de la densité géographique : la montagne, lieu d’isolement et d’absence d’échange, conserve sa pureté originelle ; la campagne, lieu davantage ouvert au monde et aux rencontres allogènes, est déjà contaminée par la corruption quand Marseille, port cosmopolite, représente la déchéance.

  • 28 Marcel Pagnol, « Jean de Florette », dans L’Eau des collines, p. 723.
  • 29 Ibid., p. 662.

15Bien que Pagnol semble à certains égards fasciné par ce lieu de repli identitaire, par l’idée d’un lieu pur, il dénonce néanmoins les conséquences de la xénophobie et valorise a contrario toute ouverture à l’autre. C’est le cas dans L’Eau des Collines où se manifeste la xénophobie des villageois contre les gens du Nord, de Crespin, et de la ville. Jean de Florette synthétise l’image de l’étranger, contre lequel les habitants se liguent, son handicap physique soulignant son altérité. Si Pagnol met bien en scène la région dans ce qu’elle a de plus traditionnel, il n’en fait pourtant pas l’apologie. Il prend ses distances par rapport au discours utopique qui associe repli et Arcadie. Jean de Florette, le naïf citadin, compare la Provence au Paradou de Zola28. Mais l’enfer qu’il vivra dans ce pays discrédite cette idéalisation initiale. La Provence de Florette est livresque et imaginaire. Sa retraite, qu’il croit idyllique, permettra de découvrir la sécheresse d’un pays et du cœur de ses habitants. Le roman, sous forme de conte moral, dénonce les cruautés commandées par ce repli xénophobe qui, loin de préserver une quelconque pureté, entraîne un meurtre. Dans l’incipit, lors de la présentation du village, la narration, dominée par l’ironie, se moque discrètement des villageois. Le terme « étranger »29, toujours entre guillemets lorsqu’il est question de la xénophobie des habitants, met en évidence la connotation autonymique prise en charge par le narrateur, soulignant ainsi la méfiance injustifiée des habitants envers les étrangers. L’amitié qu’entretient la famille de Jean de Florette avec Giuseppe et Baptistine, le couple d’immigrés italiens, se révèle, au contraire, exemplaire d’une logique d’intégration de l’altérité. Ainsi, si son classicisme ou l’opposition ville / campagne qu’il illustre semblent attester une vision conservatrice, Pagnol adopte souvent une position plus nuancée où la Provence est comprise comme une terre d’altérité.

B. Un cosmopolitisme ?

  • 30 Marcel Pagnol, « Le Temps des secrets », dans Souvenirs d’enfance, p. 561.
  • 31 Regain, réal. Marcel Pagnol.
  • 32 Manon des sources, réal. Marcel Pagnol.
  • 33 Marcel Pagnol, Jazz, dans Œuvres complètes, t. i, Paris, Éditions de Fallois, 1995.

16Le thème de l’immigration en Provence est particulièrement présent dans l’œuvre de Pagnol, qui rappelle l’importance de ce phénomène dans Le Temps des secrets : « La Provence était restée une colonie romaine, une terre d’immigration pour les Lombards, les Napolitains, et il y avait dans les écoles publiques beaucoup de petits garçons qui étaient les premiers de leur famille à savoir lire, et à parler français »30. Il est là fait référence à un fait sociologique contemporain : la vague d’immigration italienne en France au début du xxe siècle. Les immigrants italiens prolifèrent chez Pagnol, présents qu’ils sont dans le film Regain31, dans le cycle romanesque L’Eau des collines ou le diptyque parallèle Manon des sources et Ugolin32 comme dans la trilogie marseillaise. De façon plus anecdotique, Pagnol met en scène un Serbe dans sa pièce de théâtre Jazz, qui a pour cadre l’Université d’Aix-en-Provence33. Il y rend compte de la marginalisation des immigrés, qui ne connaissent pas la langue et ne font pas partie de l’espace villageois. Dans L’Eau des collines, Baptistine incarne la marge : sorcière, elle vit dans une grotte et entre en conflit avec les villageois à la suite de la destruction de la tombe de son mari. Les personnages principaux, qui fréquentent ces Italiens, sont concernés par cette exclusion : Manon, devenue, elle aussi, « sorcière », est victime d’un procès factice organisé par les villageois, dans le film de 1952. Le lien de ces personnages secondaires avec les personnages principaux est exemplaire et dénonce, par extension, la ségrégation des autres habitants. Ces relations, de Cécile avec le Serbe Stépanovitch dans Jazz, de Manon avec Baptistine, d’Ugolin avec Attilio, mettent en valeur qu’il n’y a pas de crainte de la part de Pagnol que la rencontre avec l’autre mette fin à la diversité, provoque l’uniformité. L’échange et le métissage sont gage de renouvellement. À la fin de la nouvelle Les Secrets de Dieu, qui raconte la vie d’une femme muette et handicapée, Pagnol prend position face au mythe de la race pure pour le condamner. Il écrit à propos de Sparte :

  • 34 Marcel Pagnol, Les Secrets de Dieu, p. 1096-1097.

Ce fut une ville d’héroïques et de farouches patriotes soucieux avant tout, comme Hitler de la pureté et de la beauté de leur race .... Finalement cette race si belle et si soigneusement épurée que nous a-t-elle laissé ? Des noms de rois, auteurs de lois aussi sévères qu’un règlement pénitentiaire, des noms de généraux .... Pourquoi leur héritage est-il si misérable ? ... C’est parce qu’ils ont abruti sur leurs champs de manœuvres, et sacrifié sur des champs de bataille, leurs poètes, leurs philosophes, leurs peintres, leurs architectes, leurs sculpteurs ; c’est parce qu’ils ont peut-être précipité sur les rocs aigus, au fond du Barathre, un petit bossu qui était Ésope, ou le bébé aveugle qui eût chanté à travers les siècles les dieux et la gloire de leur patrie34.

17Le cosmopolitisme est ainsi au service du patriotisme : la gloire artistique d’un pays est entretenue par la rencontre avec l’autre, par le métissage des races. Pagnol, sur ce point, n’est pas loin du raisonnement d’André Gide, qui écrit à propos de la supériorité de la littérature française :

  • 35 André Gide, « Nationalisme et littérature » dans Essais critiques, p. 179.

À quoi la France doit-elle cette extraordinaire faveur ? Sans doute ainsi que la Grèce, à un heureux confluent de races, à un mélange que précisément les nationalistes déplorent aujourd’hui. Car il est à considérer que nos plus grands artistes sont le plus souvent les produits d’hybridation et le résultat de déracinements, de transplantations35.

18S’équilibrent dialectiquement unité et diversité et l’unité nationale est renforcée par les apports de la diversité.

  • 36 Ibid., p. 774.
  • 37 Marcel Pagnol, Fanny, p. 639 : « Empoisonnato ! la colica frenetica et la morte ! allez chez Mostég (...)
  • 38 Marcel Pagnol, Judas, dans Œuvres complètes, t. i, p. 813.

19Pagnol défend la proximité du Français, de l’Italien et des Provençaux, rappelant la parenté étroite de leurs langues. Les personnages, pour se faire comprendre, mêlent ces trois variétés d’une même langue avec le latin, pour former un genre d’espéranto. Ainsi Baptistine qui, dans L’Eau des Collines, parle cette « langue bizarre, faite de quelques mots français, mêlés de provençal et de piémontais »36. Et César, dans Fanny, s’adresse aussi à un Italien entré dans son bar dans cette langue bizarre et comique37. Une communauté linguistique et culturelle qui transcende les nations est donc pensée. Leur compréhension aisée justifie une parenté méditerranéenne. Dans Judas, la communauté méditerranéenne est mise en scène à l’acte V à travers les gardes du tombeau de Jésus-Christ, venus d’horizons différents38. Germains, Toulousains, Marseillais, barbares, ils se trouvent réunis par une langue et une autorité politique. Mais Judas permet aussi de dresser un parallèle entre la Provence et la Palestine. La pièce souligne la conformité des paysages, de fléaux comme la sécheresse, la proximité de la flore avec la présence d’oliviers ou de figuiers. Pagnol mène ainsi la même réflexion que Giono sur la parenté des climats et des paysages méditerranéens. Ce rapprochement souligne une fois de plus l’identité arabo-sémite que Pagnol accorde à la Provence.

  • 39 Marcel Pagnol, « Préface », dans Marius, p. 459.
  • 40 Marcel Pagnol, Marius, p. 557. 

20Cette identité orientale est davantage présente à Marseille et le thème cosmopolite y est bien plus explicite. Dans la trilogie, Pagnol se plaît à mettre en scène plusieurs figures d’étrangers, permettant de souligner l’identité portuaire de la métropole. Une Malaise et un Annamite entrent ainsi en scène dans Marius et Fanny pour évoquer un exotisme colonial qui exerce une véritable fascination sur le personnage de Marius. Marseille est décrite, dans la préface, comme une « ville de marchands, de courtiers et de transitaires »39. Pagnol reprend à son compte un imaginaire romantique qui fait de ce port la porte de l’Orient et la porte de l’Afrique. La scène de la jetée, coupée lors des répétitions scéniques mais évoquée dans les propos de Marius à l’Acte II, scène 5, représente de manière concrète cette porte du Pacifique : « Lorsque je vais sur la jetée, et que je regarde le bout du ciel, je suis déjà de l’autre côté »40. Marseille intègre ainsi le lointain, rend proche ce qui est étranger :

  • 41 Ibid., p. 557.

Et un matin, là devant le bar, un grand voilier s’est amarré... C’était un trois-mâts franc qui portait du bois des Antilles, du bois noir dehors et doré dedans, qui sentait le camphre et le poivre. Il arrivait d’un archipel qui s’appelait Îles sous le vent... J’ai bavardé avec les hommes de l’équipage quand ils venaient s’asseoir ici ; ils m’ont parlé de leur pays, ils m’ont fait boire du rhum de là-bas, du rhum qui était très doux et très poivré41.

  • 42 Ibid., p. 496.

21À la porte du foyer, au bar de la marine, réside l’exotisme, mêlant familiarité et ailleurs. Marseille, univers cosmopolite, se définit comme un lieu d’échange où l’on peut rencontrer diverses civilisations. On retrouve l’imaginaire romantique oriental fait d’une exacerbation des sensations, de la vue, du goût et de l’odorat, synesthésie qui permet d’exercer une fascination sur le spectateur. Et, de fait, en partant, Marius se réalise comme homme cosmopolite : libéré de ses attaches nationales, il voyage, comme Ulysse, à travers le monde, sans jamais se fixer. Il s’oppose en cela au navigateur du Vieux-Port Escartefigue, qui exprime son attachement au sol français : « Madagascar, tu ne peux pas te figurer à quel point je m’en fous ! Question de patriotisme »42.

  • 43 Marcel Pagnol, « Préface » dans Marius, p. 459.

22Le cosmopolitisme de Marius va pourtant servir en partie son patriotisme, l’ailleurs lui permettant de révéler son attachement à son pays natal et à Fanny. De même, la pièce de Marius, écrite pendant l’« exil » de Pagnol à Paris, a permis à l’auteur de révéler son attachement à Marseille, comme il le précise dans sa préface : « Mais l’absence souvent nous révèle nos amours... »43. La pièce conduit ainsi une réflexion sur la distance comme révélateur de soi où le cosmopolitisme démontre l’attachement national. Pagnol peut ainsi être qualifié de nationaliste ouvert, qui pense le monde comme un enrichissement, à partir de l’unité nationale. Une innutrition, une imitation de l’autre qui mène à soi, pas si lointaine d’un idéal classique tenant la balance entre cosmopolitisme et nationalisme. Dès lors, l’association entre choix esthétique d’arrière-garde et conscience d’un cosmopolitisme régional n’est sans doute pas aussi paradoxale que nous aurions pu le penser. Nicolas Di Méo le soulignait au reste en conclusion de son ouvrage Le Cosmopolitisme dans la littérature française :

  • 44 Nicolas Di Méo, Le Cosmopolitisme dans la littérature française, de Paul Bourget à Marguerite Yourc (...)

... le classicisme tel qu’il est conçu entre 1890 et 1950 est rarement figé ; c’est au contraire un principe dynamique, une poétique du renouvellement fondée sur les notions d’harmonie et d’assimilation, dans une relation de cause à effet où le sens de l’équilibre, soi-disant propre à la France et aux individus qu’elle produit, rendrait possible l’intégration mesurée d’éléments étrangers au patrimoine national. La France classique serait par conséquent une France prête au cosmopolitisme44.

Haut de page

Bibliographie

Audisio, Gabriel. Le Sel de la mer. Paris : Gallimard, 1936.

Di Méo, Nicolas. Le Cosmopolitisme dans la littérature française, de Paul Bourget à Marguerite Yourcenar. Genève : Droz, 2010.

Gide, André. « Nationalisme et littérature », Essais critiques. Paris : Gallimard, coll. Bibliothèque de la Pléiade, 1999.

Giono, Jean. « Provence », La Méditerranée. Paris : Gallimard, 1993.

Maurras, Charles. Corse et Provence. Paris : Flammarion, 1930.

Pagnol, Marcel. Marius, dans Œuvres complètes, t. i. Paris : Édition du Fallois, 1995.

Pagnol, Marcel. Fanny, dans Œuvres complètes, t. i. Paris : Édition du Fallois, 1995.

Pagnol, Marcel. Jazz, dans Œuvres complètes, t. i. Paris, Éditions de Fallois, 1995.

Pagnol, Marcel. Critique des critiques, dans Œuvres complètes, t. i. Paris, Éditions de Fallois, 1995.

Pagnol, Marcel. Les Secrets de Dieu, dans Œuvres complètes, t. iii. Paris : Édition du Fallois, 1995.

Pagnol, Marcel. Souvenirs d’enfance, dans Œuvres complètes, t. iii. Paris : Édition du Fallois, 1995.

Pagnol, Marcel. L’Eau des collines, dans Œuvres complètes, t. iii. Paris : Édition du Fallois, 1995.

Angèle. Réal. Marcel Pagnol, Act. Henri Poupon, Annie Toinon, Orane Demazis, Fernandel, Delmont, Jean Servais, Andrex, Blavette, Blanche Poupon, Fernand Flament, Rellys, Darcelys, Scénario de Marcel Pagnol, Films Marcel Pagnol, 1934. DVD.

Regain. Réal. Marcel Pagnol, Act. Gabriel Gabrio, Orane Demazis, Margueite Moreno, Fernandel, Robert Le Vigan, Henri Poupon, Odette Roger, Milly Mathis, Delmont, Blavette, Dullac, Louisard, Charblay, Mme Chabert, Jean Castans, Robert Bassac, Scénario de Marcel Pagnol, Films Marcel Pagnol, 1937. DVD.

Manon des sources. Réal. Marcel Pagnol, Act. Jacqueline Pagnol, Raymond Pellegrin, Annie Roudier, Rellys, Robert Vattier, Henri Vilbert, René Sarvil, Bréols, Fernand Sardou, Arius, André Bervil, Blavette, Milly Mathis, Henri Poupon, Delmont, Daxely, Del Bosco, Julien Maffre, Jean-Marie Bon, Jenny Helia, Jean Panisse, Jean Toscane, Marguerite Chabert, Edmond Ardisson, Luce Dassas, Valois, Marcel Géniat, Marthe Marty, Andrée Tyrcy, Scénario de Marcel Pagnol, Films Marcel Pagnol, 1952. DVD.

Haut de page

Notes

1 Charles Maurras, Corse et Provence, p. 60.

2 Ibid., p. 42.

3 Ibid., p. 182.

4 Frédéric Mistral, L’Ode à la race latine, dans Virgile, Le Moretum, Lourmarin, Les Cahiers de la Colette, 1931.

5 Gabriel Audisio, Le Sel de la mer, p. 117-119.

6 Jean Giono, « Provence », La Méditerranée, p. 251-252.

7 Gabriel Audisio, Le Sel de la mer, p. 122-123.

8 Son œuvre autobiographique, les Souvenirs d’enfance, regarde vers le début du siècle avec nostalgie et permet de conserver la mémoire de l’instituteur de la IIIe République. Équivalent d’un Anatole France, Pagnol apparaît comme un conservateur qui prône de film en film le retour à la terre, thème ambigu politiquement, particulièrement sous Vichy. Sa défense de l’artisanat exhale des relents de poujadisme.

9 Marcel Pagnol, « Le Château de ma mère », dans Souvenirs d’enfance, p. 290 : « Dans les collines de l’étoile, qu’il n’a jamais voulu quitter, il menait son troupeau de chèvres ; le soir, il faisait des fromages dans des tamis de joncs tressés, puis sur le gravier des garrigues, il dormait, roulé dans son grand manteau : il fut le dernier chevrier de Virgile ».

10 Marcel Pagnol, « Jean de Florette », dans L’Eau des collines, p. 677 : « À cette époque, les gentils boy-scouts et les sympathiques campeurs n’avaient pas encore allumé, sous la côtelette du dimanche, ces poignées de crépitantes brindilles qui ont lancé leurs étincelles depuis Sainte-Victoire jusqu’au mont Boron ; d’immenses pinèdes couvraient encore la longue chaîne de montagnes qui borde notre Méditerranée, et l’on disait, sans trop exagérer, qu’il était possible, en partant d’Aix, d’aller à pied jusqu’à Nice, “sans passer au soleil” ».

11 Voir Marcel Pagnol, Critique des critiques, dans Œuvres complètes, t. i, p. 1025 : « La science continua d’avancer, de son pas tranquille et puissant, de ce pas qui fraie ses propres routes sous les pieds de fer des maîtres des forges ».

12 Ibid., p. 743.

13 Ibid., p. 671.

14 Ibid., p. 662.

15 Ibid.

16 Marcel Pagnol, « La Gloire de mon père », dans Souvenirs d’enfance, p. 69.

17 Marcel Pagnol, La petite fille aux yeux sombres, p. 1238.

18 Marcel Pagnol, « Manon des sources », dans L’Eau des collines, p. 1008.

19 Lettre inédite, disponible dans le fonds Cahiers du Sud à la bibliothèque de l’Alcazar à Marseille : « Ma doctrine, qui est certainement la tienne, est la suivante : fidélité absolue à la vieille langue ; précision, simplicité. Langue classique et pure, autant que possible. Classicisme, c’est-à-dire procédés classiques appliqués à l’âme et à la vie moderne ».

20 Lettre inédite, disponible dans le fonds Cahiers du Sud à la bibliothèque de l’Alcazar à Marseille.

21 Marcel Pagnol, « Jean de Florette », dans L’Eau des collines, p. 823 : « Non... C’est bien pire : c’est un coup de sirocco... C’est le vent d’Afrique ».

22 Marcel Pagnol, « La Gloire de mon père », dans Souvenirs d’enfance, p. 81.

23 Marcel Pagnol, La Petite Fille aux yeux sombres, p. 1192.

24 Marcel Pagnol, « Jean de Florette », dans L’Eau des collines, p. 662 : « Parce que la route qui menait chez eux s’arrêtait sur le Boulevard, on n’y voyait qu’assez rarement des “étrangers”, et parce qu’ils étaient satisfaits de leur sort, ils ne descendaient à Aubagne que pour porter des légumes au marché. Avant la guerre de 1914, on trouvait encore dans les fermes des vieux et des vieilles qui ne parlaient que le provençal des collines ; ils se faisaient “raconter Marseille” par les jeunes qui revenaient des casernes et s’étonnaient que l’on pût vivre dans tout ce bruit, frôler dans la rue des gens dont on ne savait pas les noms, et rencontrer partout des hommes de la police ! ».

25 Ibid., p. 661.

26 Angèle, réal. Marcel Pagnol.

27 Jean Giono, Un de Baumugnes, Œuvres romanesques complètes, t. i, Paris, Gallimard, coll. « Bibliothèque de la Pléiade », 1971.

28 Marcel Pagnol, « Jean de Florette », dans L’Eau des collines, p. 723.

29 Ibid., p. 662.

30 Marcel Pagnol, « Le Temps des secrets », dans Souvenirs d’enfance, p. 561.

31 Regain, réal. Marcel Pagnol.

32 Manon des sources, réal. Marcel Pagnol.

33 Marcel Pagnol, Jazz, dans Œuvres complètes, t. i, Paris, Éditions de Fallois, 1995.

34 Marcel Pagnol, Les Secrets de Dieu, p. 1096-1097.

35 André Gide, « Nationalisme et littérature » dans Essais critiques, p. 179.

36 Ibid., p. 774.

37 Marcel Pagnol, Fanny, p. 639 : « Empoisonnato ! la colica frenetica et la morte ! allez chez Mostégui, au coin. Excellentissimo ! Graziossimo minestrone ! ».

38 Marcel Pagnol, Judas, dans Œuvres complètes, t. i, p. 813.

39 Marcel Pagnol, « Préface », dans Marius, p. 459.

40 Marcel Pagnol, Marius, p. 557. 

41 Ibid., p. 557.

42 Ibid., p. 496.

43 Marcel Pagnol, « Préface » dans Marius, p. 459.

44 Nicolas Di Méo, Le Cosmopolitisme dans la littérature française, de Paul Bourget à Marguerite Yourcenar, p. 325.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Marion Brun, « Marcel Pagnol et l’écriture d’une Provence cosmopolite », Babel, 38 | -1, 289-304.

Référence électronique

Marion Brun, « Marcel Pagnol et l’écriture d’une Provence cosmopolite », Babel [En ligne], 38 | 2018, mis en ligne le 01 février 2019, consulté le 22 septembre 2019. URL : http://journals.openedition.org/babel/6457 ; DOI : 10.4000/babel.6457

Haut de page

Auteur

Marion Brun

Université Paris-Sorbonne - Cellf xix-xx

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Babel. Littératures plurielles est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Laboratoire Babel
  • Logo Université de Toulon
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • OpenEdition Journals