Navigation – Plan du site
Note de lecture

Anne LENQUETTE, Les romans d’Álvaro Pombo. Savoir et fiction en Espagne (XXe et XXIe siècles), préface de Geneviève Champeau, Paris, Honoré Champion, 2016.

Christine Pérès
p. 307-309

Texte intégral

1L’ouvrage publié par Anne Lenquette aux Éditions Honoré Champion (Paris, 2016) sous le titre Les romans d’Álvaro Pombo. Savoir et fiction en Espagne (XXe et XXIe siècle), avec une préface de Geneviève Champeau, se donne à lire d’entrée de jeu comme un projet ambitieux sur une œuvre romanesque riche et complexe, frisant parfois l’hermétisme, au travers d’une approche pluridisciplinaire embrassant les apports de l’anthropologie, de la sociologie, de la psychanalyse, de l’herméneutique et de la théorie de la lecture. Il s’agit d’une somme inégalée à ce jour sur une œuvre réputée d’accès difficile. Comme le rappelle fort à propos Geneviève Champeau dans sa préface, il s’agit de la première monographie française consacrée à l’œuvre d’Álvaro Pombo, romancier jouissant d’une extrême notoriété en Espagne alors qu’il n’a jusqu’alors suscité qu’un intérêt modéré en France, un paradoxe qu’expliquent vraisemblablement l’encyclopédisme de l’auteur et la complexité de son écriture.

2L’ouvrage d’Anne Lenquette porte sur un corpus de onze romans, publiés par Pombo entre 1979 et 1995, en s’attardant plus particulièrement sur cinq d’entre eux, et vise à rendre compte de la dimension cognitive de son œuvre romanesque. Dès l’introduction, Anne Lenquette pointe l’originalité d’un auteur dont la formation philosophique oriente l’ensemble de l’œuvre vers une réflexion de type éthique et/ou existentiel, rendant ainsi son approche plus complexe pour le lecteur, mais aussi pour le chercheur qui doit maîtriser ce bagage philosophique pour en décrypter les références parfois implicites et donc utiliser par moments une approche philosophique peu répandue dans les études universitaires hispaniques, et ce d’autant plus qu’Álvaro Pombo établit un parallélisme très net entre les procédés de narration et les modes opératoires du discours philosophique.

3L’ouvrage se décline ensuite en trois volets respectivement intitulés « Visages et masques du réel dans la fiction pombienne », « De l’autre côté du miroir : faux-semblants de la parole et dérobade du moi » et « L’ambition herméneutique et cognitive du littéraire ». La première partie examine un certain nombre de termes clés indispensables à la compréhension de cette œuvre (« réalité », « vérité », « fiction ») et met en évidence des traits narratifs de l’écriture de Pombo (fausse omniscience du narrateur, instabilité de l’instance narratrice) qui sont aussi des traits récurrents du roman espagnol contemporain, mis ici au service d’une réflexion originale sur la capacité de la fiction à transmettre un savoir sur le monde et sur soi, qui ne se donne cependant pas à lire comme une vérité totale et unique. Cette réflexion se fonde avec bonheur sur l’utilisation des travaux de Schaeffer sur le dispositif fictionnel conçu comme un possible opérateur cognitif doté d’une capacité modélisante. Se fait jour une réflexion des plus intéressantes sur le mensonge comme feintise sérieuse et sur la fiction comme feintise ludique. L’un des mérites du premier volet de cet ouvrage est la mise à jour d’un fonctionnement diégétique et d’invariants dans la construction des personnages pombiens, que l’on retrouve dans des œuvres écartées du corpus, comme Una ventana al norte. Les références à l’héritage phénoménologique hégelien, très présentes dans El hijo adoptivo, permettent d’apporter un éclairage original à l’étude de cette œuvre.

4La deuxième partie s’ouvre sur une classification de l’œuvre pombienne en « romans de l’écriture » et « romans de la parole » (p. 132). L’analyse du roman Telepena de Celia Cecilia Villalobo comme récit accordant une large place à la voix et à l’oralité s’accompagne d’une réflexion tout à fait pertinente sur l’utilisation de la parole exhibée comme possible masque, pouvant occulter l’inconsistance du discours ou les failles de l’être. Cette importance accordée à l’oralité se retrouve dans bon nombre de romans contemporains (Rivas, Muñoz Molina, etc.). L’originalité ici est que les personnages pombiens, pris dans de véritables jeux de rôle, font de la parole, mais aussi du corps et de l’esprit, des vecteurs de l’imaginaire pour transformer leur vie en fiction. Les analyses de Telepena sur la faculté du personnage pombien de « prendre ses rêves pour la réalité, de pouvoir visualiser hors de soi des choses imaginaires comme si elles existaient vraiment » permettent là encore de faire apparaître des invariants du personnage pombien dont la capacité de fabulation est indissociable d’un profond questionnement identitaire, trait que l’on retrouve dans d’autres romans, comme Una ventana al norte.

5La troisième partie s’interroge sur le rôle de la littérature dans l’entreprise de connaissance de soi et de déchiffrement du monde et interroge les deux pôles, esthétique et artistique, en soulignant la permutabilité, l’interdépendance et la solidarité des instances d’énonciation et de réception. Scindé en deux chapitres respectivement intitulés « Le narrateur herméneute : la stratégie du “doute actif” » et « Le lecteur herméneute : les jeux intertextuels », c’est le volet le plus riche de cette étude : Anne Lenquette démontre ici que les romans de Pombo mettent en œuvre une poétique du leurre fondée sur des jeux de mise en abyme métatextuels et autoréférentiels. Les analyses relatives à la complexité de la construction narrative de El hijo adoptivo sont particulièrement éclairantes sur ce sujet, en soulignant les confusions savamment entretenues entre les différents niveaux de récits, entre fiction et journal intime, entre le manuscrit de la mère et le roman de Pombo. Tout aussi lumineuses sont les analyses qui donnent à lire El metro de platino iridiado comme une « autobiographie cryptée » ou autofiction. Anne Lenquette se livre à l’étude minutieuse de ce qu’elle nomme « le dispositif de brouillage », c’est-à-dire l’ensemble des procédés mis en œuvre par Pombo pour empêcher l’accès immédiat au sens (brouillage syntaxique avec un recours incessant à l’énumération, aux deux points, aux tirets ou à la parenthèse, mais aussi brouillage sonore et sémantique avec, d’une part, l’utilisation de jeux vocaliques et consonantiques qui relèguent le sens au second plan et, d’autre part, la tension entre des registres lexicaux opposés ou la création de néologismes). Tout vise à traduire l’opacité d’un monde et d’une œuvre narrative présentant de riches jeux intertextuels que le lecteur et le narrateur, promus au statut d’herméneutes, ont pour mission de repérer et d’interpréter. Les travaux théoriques de Wolgang Iser et Milagros Ezquerro sont ici convoqués comme fondements théoriques d’une démonstration rigoureuse.

6Cette excellente étude contribuera à une meilleure connaissance de l’œuvre de ce romancier. Avec la publication de cet ouvrage, Anne Lenquette s’affirme comme la spécialiste incontournable d’un auteur peu étudié, qu’elle sait nous faire découvrir avec bonheur et dont elle nous permet d’apprécier l’originalité. Démonstration sans faille portée par une écriture élégante, cette étude rigoureuse vient combler un manque dans les études hispaniques.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Christine Pérès, « Anne LENQUETTE, Les romans d’Álvaro Pombo. Savoir et fiction en Espagne (XXe et XXIe siècles), préface de Geneviève Champeau, Paris, Honoré Champion, 2016. », Babel, 38 | -1, 307-309.

Référence électronique

Christine Pérès, « Anne LENQUETTE, Les romans d’Álvaro Pombo. Savoir et fiction en Espagne (XXe et XXIe siècles), préface de Geneviève Champeau, Paris, Honoré Champion, 2016. », Babel [En ligne], 38 | 2018, mis en ligne le 01 février 2019, consulté le 22 août 2019. URL : http://journals.openedition.org/babel/6495 ; DOI : 10.4000/babel.6495

Haut de page

Auteur

Christine Pérès

Université Toulouse 2 - Jean Jaurès

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Babel. Littératures plurielles est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Laboratoire Babel
  • Logo Université de Toulon
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • OpenEdition Journals