Navigation – Plan du site

Texte intégral

1Hassen Bkhairia est directeur d’un institut d’enseignement supérieur et de recherche scientifique à l’Université de Gafsa (Tunisie). Ses travaux de recherche portent sur les rapports entre littérature et Histoire au XIXe siècle et sur les récits de voyage en Orient. Il est l’auteur de Flaubert et l’Histoire ou la genèse d’un « livre sur rien », Publications de l’ISEAH de Tozeur, Inédite, Sfax, 2017 et de nombreux articles sur Chateaubriand, Balzac, Flaubert, Zola ou Le Clézio.

2Marion Brun est agrégée de Lettres Modernes et docteur en littérature française. Elle a soutenu une thèse sous la direction de Didier Alexandre à Paris IV en novembre 2017 intitulée Marcel Pagnol, un « illustre méconnu » : réflexions sur les valeurs d’une œuvre littéraire et cinématographique qui paraîtra chez Classiques Garnier en 2019. Elle a co-dirigé avec Magalie Myoupo un ouvrage collectif, La Leçon en fiction, paru en 2018 chez Eurédit.

3Christiane Chaulet Achour, née en 1946 à Alger (Algérie), est actuellement professeur émérite de Littérature Comparée et francophone de l’Université de Cergy-Pontoise. Elle a enseigné antérieurement à l’Université d’Alger, de 1967 à 1994. Spécialiste des francophonies littéraires pendant la période coloniale et après les indépendances, elle a publié de nombreuses études (articles et ouvrages) sur ces littératures. Elle s’intéresse plus particulièrement aux écritures féminines. Spécialiste de l’œuvre d’Albert Camus, elle s’est intéressée à son rapport à l’Algérie et à la Méditerranée ; elle a participé au collectif, Quand les Algériens lisent Camus, Alger, Casbah éditions, 2014. Elle a publié également un ouvrage consacré à Malika Mokeddem, Malika Mokeddem, métissages, Blida (Algérie), éditions du Tell, 2007. Toute information la concernant est disponible sur son site, libre d’accès : http://www.christianeachour.net.

4José García-Romeu est Professeur des Universités et membre du Laboratoire Babel. Il enseigne la littérature et la civilisation hispano-américaines à l’Université de Toulon. Ses recherches portent sur la littérature argentine contemporaine, envisagée à partir de ses contextes de production idéologiques et socio-culturels. Il s’est également penché sur la littérature équato-guinéenne d’expression espagnole. Il a publié Dictature et littérature en Argentine (2006), L’Univers de Julio Cortázar (2010) et Cortázar : Rayuela, Queremos tanto a Glenda (2018). Il a codirigé plusieurs numéros de la revue Babel-Littératures plurielles, dont Renverser la norme : figures de la rupture dans le monde hispanique (2012) et Lo “trans-” y la ficción hispanoamericana contemporánea (2018). Actuellement, il prépare une monographie sur les mondes imaginaires dans la littérature argentine.

5Maud Gaultier est Maître de Conférences à Aix Marseille Université, et membre du CAER (Centre Aixois d’Etudes Romanes - EA 854), ancienne élève de l’École Normale Supérieure de Fontenay Saint-Cloud, agrégée d’espagnol. Sa thèse, soutenue en 2002 et intitulée « La littérature enfantine en Argentine des années soixante à nos jours. Une analyse littéraire des cuentos », trace un panorama de la littérature pour enfants en Argentine depuis ses origines et mène une analyse des techniques d’écriture des récits destinés au jeune public. Elle est l’auteur d’une vingtaine d’articles et chapitres de livres portant sur la littérature argentine contemporaine, en particulier sur le genre policier et ses formes hybrides (J.L. Borges, J. Cortázar, M. Giardinelli, C. Salem, G. Orsi, N. Ponce, etc.).

6Rocío Hernández Arias (Ponferrada, 1985), diplômée en philologie hispanique de la Universidade de Vigo (2012), elle prépare une thèse de Doctorat en Études littéraires intitulée « Semiótica de la Utopía Libertaria Hispánica ». Elle a travaillé comme attachée temporaire de recherches à la Universidade de Vigo et comme technicienne en édition. En 2016, elle a obtenu une bourse pour un séjour de recherche à l’IISH (Amsterdam). Elle a consacré différents articles à l’utopie libertaire et réalisé plusieurs conférences sur des thématiques apparentées.

7Patrick Hubner est agrégé de Lettres modernes, ancien élève de l’École Normale Supérieure de Saint-Cloud, chargé de cours en littérature comparée à l’Université de Paris-Sorbonne de 1984 à 1992, puis professeur agrégé à l’Université de Bretagne occidentale de 1992 à 1994, enfin détaché sur un poste de Maître de conférences à l’Université de Toulon depuis 1994. Il s’intéresse plus particulièrement, dans ses diverses publications, à l’étude des mythes comme aux études américanistes dans le cadre de la littérature comparée.

8Laure Lévêque est Professeur de Littérature française à l’Université de Toulon et membre du Laboratoire Babel (EA 2649). Elle travaille sur l’écriture de l’histoire dans le long XIXe siècle et s’intéresse notamment à la part des élaborations imaginaires et idéologiques dans la transmission et la construction des référents culturels et à la sélection des composantes appelées à former le fonds d’une culture commune, qu’elle aborde dans une perspective résolument transdisciplinaire. Elle a notamment publié Le Roman de l’Histoire. 1780-1850 (L’Harmattan, 2001), Penser la nation. Mémoire et imaginaire en révolutions (L’Harmattan, 2011) et, avec Monique Clavel-Lévêque, Rome et l’histoire. Quand le mythe fait écran, (L’Harmattan, 2017).

9Martín Lombardo est Maître de Conférences à l’Université Savoie Mont Blanc, où il dispense des cours de littérature et d’histoire latino-américaines. Il a publié des articles dans des revues scientifiques de divers pays. Il a collaboré à des ouvrages collectifs au Canada et en Argentine. En 2015, il a obtenu un accessit au Prix Lucien Freud pour un essai sur littérature et psychanalyse.

10Pierre López est Maître de Conférences en littérature hispano-américaine à l’Université d’Aix-Marseille. Il a consacré sa thèse de doctorat à l’écrivain Pablo Palacio (Pablo Palacio : l’expression d’une avant-garde dans l’espace littéraire équatorien des années 1920-1930) et a publié plusieurs articles sur la littérature d’avant-garde équatorienne. Ses travaux portent également sur la « politique et l’esthétique de la mémoire » dans l’œuvre de divers auteurs contemporains de la zone andine (Santiago Roncagliolo, Alonso Cueto, Fernando Vallejo) et chilienne plus particulièrement, avec Carlos Franz et Roberto Bolaño (« Le là-bas baptismal de Nocturno de Chile, vibrations crépusculaires dans l’espace de la mémoire », Ecritures des dictatures, écriture de la mémoire, Amiens, 2007).

11Mariano Martín Rodríguez est Docteur en philologie de la Universidad Complutense de Madrid, spécialisé en littérature de langues romanes. Il codirige la revue d’études sur les littératures spéculatives Hélice (www.revistahelice.com). Il a publié des livres et de nombreux articles dans des revues scientifiques, en Espagne et ailleurs, consacrés à la fiction utopique et spéculative internationale, ainsi qu’à d’autres aspects des littératures romanes contemporaines. Il a également traduit en espagnol plusieurs textes de fiction spéculative.

12Pierre-François Peirano est Maître de Conférences en civilisation américaine à l’Université de Toulon. Ses recherches ont pour objets principaux l’histoire des idées et le processus de représentation, ce qui inclut une étude plus large de l’univers de la fiction. Il a coordonné, aux éditions Ellipses, un ouvrage sur La Construction de l’Ouest américain dans le cinéma hollywoodien (2017).

13Christine Pérès est Professeur à l’Université de Toulouse 2-Jean Jaurès. Elle est spécialiste du roman espagnol contemporain des XXe et XXIe siècles et de la littérature de jeunesse. Elle a publié plusieurs ouvrages sur l’œuvre romanesque du romancier Antonio Muñoz Molina : Le nouveau roman espagnol et la quête d’identité, Antonio Muñoz Molina (Paris, L’Harmattan, 2001) et Les jeux de la création et de la réception dans le roman mosaïque. Lecture de Sefarad, d’Antonio Muñoz Molina (Bern, Peter Lang, 2011). Elle a dirigé ou co-dirigé plusieurs ouvrages collectifs sur le roman espagnol contemporain et sur la littérature de jeunesse. Elle est directrice de la revue Hispania (Lansman Editeur) depuis 2007.

14Néstor Ponce est né à La Plata (Argentine) en 1955. Il est installé en France depuis 1979. Professeur en littératures et civilisations hispano-américaines à l’Université de Rennes-II, il dirige la revue électronique Amerika. Il est également l’auteur de livres de poésie : Sur (1982), Desapariencia no engaña (2010)..., ainsi que de fictions : El intérprete (prix Fondo Nacional de las Artes, 1998), La bestia de las diagonales (1999), Una vaca ya pronto serás (Prix International du roman Siglo XXI, Mexique, 2006), Azote (2008), Sous la pierre mouvante (trad. Claude Bleton, 2010), Toda la ceguera del mundo (finaliste du prix Medellín Negro, 2013), Funámbulos, vampiros y estadistas (2015)… Plusieurs de ces œuvres ont été traduites en anglais, en allemand et en français. Il a également publié des travaux critiques dont Crimen, anthologie de la nouvelle noire et policière d’Amérique latine (2005), Memorias y cicatrices. Estudios de literatura latinoamericana contemporánea (2011)... En 2013, son recueil Desapariencia no engaña a été sélectionné par le ministère de l’éducation pour être distribué gratuitement dans toutes les écoles et bibliothèques publiques d’Argentine. La même année, il a été nommé Chevalier des Arts et des Lettres de la République Française.

15Monika Raič a étudié les sciences politiques et la littérature comparée à la Johann Wolfgang Goethe-Universität de Frankfurt am Main (2003-2009) et à la Universidad de Buenos Aires (2006-2007). Depuis 2013, elle travaille comme enseignante assistante au département de Littérature comparée de l’Université d’Innsbruck où elle prépare un doctorat. Ses recherches portent sur les problématiques liées au cosmopolitisme et à la littérature mondiale. Elle étudie le classique topos français du « voyage en Orient » dans les oeuvres de Gustave Flaubert et de Maxime Du Camp, ainsi que les écrits tardifs de l’écrivain argentin Roberto Arlt, la photographie des années 1850 et le cinéma des années 1920-1930.

16Anita Staroń, HDR, est directrice de l’Institut d’Études Romanes de l’Université de Łódź. Elle enseigne la littérature française du XIXe siècle. Son domaine de recherche est le roman français de la fin du XIXe et du début du XXe siècle, avec un intérêt particulier pour l’œuvre d’Octave Mirbeau et de Rachilde. C’est à ces deux auteurs que sont consacrés ses monographies : L’art romanesque d’Octave Mirbeau. Thèmes et techniques, Łódź, Wydawnictwo Uniwersytetu Łódzkiego, 2013, et Au carrefour des esthétiques. Rachilde et son écriture romanesque. 1880-1913, Łódź, Wydawnictwo Uniwersytetu Łódzkiego, 2015.

17Despina Zarzouli est enseignante de français à l’École des Langues Étrangères (« Didaskaleio ») de l’Université nationale et capodistrienne d’Athènes et à l’école franco-hellénique Saint Joseph (Athènes). Après un Master 2/Recherche de littérature et civilisation françaises à l’Université Sorbonne Nouvelle-Paris 3, elle a soutenu une thèse de littérature et civilisation françaises sous la direction d’Hélène Merlin-Kajman à l’Université Sorbonne Nouvelle-Paris 3. Ses domaines de recherche portent sur la critique racinienne, la Nouvelle critique, la traduction de l’œuvre de Racine en Grèce, le théâtre du XVIIe siècle.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

« Contributeurs », Babel, 38 | -1, 311-315.

Référence électronique

« Contributeurs », Babel [En ligne], 38 | 2018, mis en ligne le 01 février 2019, consulté le 22 août 2019. URL : http://journals.openedition.org/babel/6506 ; DOI : 10.4000/babel.6506

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Babel. Littératures plurielles est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Laboratoire Babel
  • Logo Université de Toulon
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • OpenEdition Journals