Navigation – Plan du site

40 | 2019
Écritures minoritaires de la mémoire dans les Amériques

Memorial Minor Writings in the Americas
Sous la direction de Christine Dualé et Anne Garrait-Bourrier
Notes de la rédaction

La mémoire et le rapport entre écriture(s) et mémoire ou encore histoire et mémoire constituent un point sensible de notre époque. « Dans Les abus de la mémoire (1995), Tzvetan Todorov dénonçait, sur les traces de Nietzsche, la complaisance à demeurer dans la célébration, dans la commémoration du passé en détriment du présent » (Gagnebin, 2008, 4). L’énigme du passé et de la mémoire a préoccupé les philosophes et a fait l’objet de questionnements pour Paul Ricoeur ou encore Jacques Derrida. Pour les écrivains américains dits « minoritaires », c’est-à-dire ceux qui s’affranchissent de la norme en s’appropriant les modes d’expression dominants, bousculer l’ordre établi a souvent permis de mettre à jour les mémoires perdues et de les reconstruire.

L’approche « minoritaire » a permis à des auteurs noirs américains comme Langston Hughes, par exemple, d’explorer une nouvelle forme d’écriture sur fond de provocation et de révolution stylistique pour mieux subvertir les stéréotypes et reconstruire des mémoires perdues. Scott Momaday qui se pense indien, s’exprime dans une langue libre et sans contrainte pour réinvestir la mémoire de son peuple. A travers les personnages de Crossing the River, l’auteur anglo-caribéen Caryl Phillips réinvestit l’histoire traumatique et mémorielle de la diaspora noire. Cette réécriture de l’histoire depuis la marge lui permet d’articuler un contre-discours, de remettre en cause les normes établies, d’articuler la résistance noire au système hégémonique et de subvertir la norme établie, caractéristiques de la littérature mineure et de la « minoration ». Pour le cubain Nicolás Guillén, la mémoire des descendants d’esclaves devait permettre de lutter contre l’impérialisme et le néocolonialisme.

Deleuze n’a pas défini le mineur comme la production d’une minorité, c’est-à-dire l’écriture d’auteurs issus de groupes minoritaires, mais bien comme des processus spécifiques à certains types d’auteurs dont la création se situe au niveau d’un hypotexte qui dit par encodage ce que la langue hégémonique ne peut exprimer et tout en révolutionnant l’ordre établi. L’écriture peut donc être considérée comme acte révolutionnaire, politique et mémoriel qui participe de l’élaboration et de la transformation de la culture dominante. S’intéresser à l’écriture et aux textes permettra de réfléchir à la façon dont les auteurs « minoritaires » perçoivent et jugent la société au moment où ils écrivent, ce qui revient à considérer l’acte de création comme conséquence des représentations sociales.

L’objectif de ce dossier est de proposer un espace de réflexion pluridisciplinaire et transversal dans la lignée des recherches menées par la revue Babel – Littératures plurielles et dans le cadre des littératures des Amériques. Ce dossier thématique propose de s’inscrire dans une perspective littéraire et transversale afin de réfléchir aux pratiques culturelles d’acteurs et d’actrices de la marge dans les Amériques et intéressés par les divers processus mémoriels afin de restaurer leur passé qui « puise dans l’histoire des modèles propres à structurer une nouvelle identité collective résolument fondatrice et valorisante » (Lévêque).

Il sera donc pertinent de chercher dans les textes des auteurs dits « mineurs » non pas les « reflets » des représentations, mais plutôt les façons dont ils contribuent à une « poétique ». Différents aspects tels les représentations des minorités (stéréotypes et représentations socioculturelles notamment) ou encore les représentations littéraires des interactions entre minorités et groupe hégémoniques pourront être envisagés. Pourront aussi être envisagées, les notions connexes de « diaspora », d’« hybridité » ou encore de « créolisation », ainsi que les représentations symboliques du foyer et de la maison explorées par Homi Bhabha à travers le concept de « house of fiction ». Selon Bhabha le foyer peut être un lieu de survie de la mémoire, mémoire de l’exil, du déplacement forcé ou volontaire, lieu de la mémoire reconstruite ou imaginaire. L’écriture peut ainsi offrir un espace de substitution à la mémoire résiliente, un nouveau lieu de création (ou ce que Bhabha nomme « a new location of culture ») pour réapproprier l’histoire et restaurer un passé perdu et occulté.

Aussi, en mêlant et en croisant différentes sources mais aussi différentes approches, l’objectif de ce dossier sera de prendre en compte le lien entre diversité culturelle et altérité dans les Amériques afin de démontrer les spécificités du discours littéraire, la diversité des pratiques culturelles et toutes les formes de manifestations culturelles et mémorielles à l’œuvre dans les textes. Comment ces éléments sont-ils devenus outils de liberté, d’émancipation ou encore d’autonomie sociale et politique ? Comment l’écriture et le retour sur le passé à travers un travail de mémoire (qu’elle soit temporelle, spatiale ou psychologique) permettent-ils de réfléchir à la réalité du présent, à repenser la mémoire collective et individuelle et à la reconstruire ?

The relation to writing and memory or history and memory are current sensitive topics. « In Les abus de la mémoire (1995), Tzvetan Todorov already denounced in Nietzsche’s footsteps, the general satisfaction in celebrating and commemorating the past at the expense of the present (see Gagnebin, 2008, 4). The enigma of the past and of memory preoccupied philosophers Paul Ricoeur and Jacques Derrida among others. As for American “minor” writers, namely those who subvert the norm and appropriate the dominant modes of expression, to change the established order often allowed for the upgrading of lost memories in order to re-construct them.

Such an approach permitted African American writer Langston Hughes, for instance, to explore a new form of writing against the backdrop of provocation in order to subvert stereotypes. Scott Momaday, who considers himself a Native American, uses a free language to reinvest the memory of his people. In Crossing the River Caryl Phillips rewrites the traumatic and memorial history of the black diaspora to articulate a counter-discourse and the resistance to the expression(s) of the hegemonic power. For the Cuban author Nicolás Guillén, reviving and writing about the memory of former slaves and the descendants of slaves was a way of fighting against imperialism and neocolonialism. These forms of challenges constitute the basis of minor literature.

Deleuze did not define the concept of “minor literature” as the production of a given minority or the writings of authors belonging to minorities. Instead, he stated such a concept implied specific writing processes typical of writers from minority groups whose hypotext decodes and challenges at the same time what mainstream writing and/or language cannot translate. The act of writing is thus considered a revolutionary and political act participating in the elaboration and transformation of mainstream culture.

Therefore, to deal with “minor” texts and writings will allow analyzing the different ways “minor” writers in the Americas perceive and translate their own society, which means considering the act of creation as a consequence of social representations. Another objective of this thematic issue is also to propose a multidisciplinary and cross-cultural space of reflection in keeping with “Babel – Littératures plurielles” and within the framework of literatures in the Americas. This thematic issue is inscribed in both a literary and a cross-cultural perspective to analyze the cultural practices of actors and actresses of the margin in the Americas who are also interested in the numerous memorial processes to restore the diasporic past; a past which “draws from history models eager to structure a new collective identity resolutely founding and valorizing” (see Lévêque).

Therefore, it will be relevant to find out in “minor” writers’ texts not the evidence of such representations but rather the ways they contribute to a renewed aesthetics. Different aspects as the representations of minorities (namely stereotypes and socio-cultural representations) or the literary representations of interactions between minorities and hegemonic groups can also be considered. The related notions of “diaspora”, “hybridity”, “creolisation”, and the symbolic representations of home, as the “house of fiction” to paraphrase Homi Bhabha, constitute other welcome venues for analysis. According to Bhabha, home can be the place for the survival of memory, the memory of displacement, be it a forced or voluntary displacement, and the reconstructed or imaginary memories. Minor writings can thus be understood as surrogate spaces for the re-creation of a resilient memory, a new “location of culture” (in keeping with Bhabha’s postcolonial theory) to re-appropriate history and restore a lost and hidden past.

By mixing different approaches and sources, the objective of this special Babel issue (# 40) will be to assess the relation between cultural diversity and otherness in the Americas in order to demonstrate the specificities of the literary “minor” discourse, the diversity of cultural practices and all the possible cultural and memorial forms at stake. How these tools did become tools of freedom, of emancipation, of social and political autonomy? How the reflection on the present is made possible? How is it inscribed in the “minor” literatures of the Americas? How do writing and the return to the past through memorial work, be it temporal, spatial or psychological, allows thinking and re-building the collective and individual memory?

  • Logo Laboratoire Babel
  • Logo Université de Toulon
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • OpenEdition Journals