Navigation – Plan du site
Amérique du Nord

Le Testament d’un excentrique de Jules Verne (1899) : un jeu de l’oie grandeur nature ou les États-Unis mode d’emploi

Laure Lévêque
p. 145-169

Résumés

Cet article s’attache à suivre, dans un roman trop méconnu de Jules Verne, Le Testament d’un excentrique (1899), l’art subtil selon lequel l’auteur déjoue les codes narratifs apparemment revendiqués et, sous couvert de roman ludique, oulipien avant la lettre, s’emploie à conduire une lecture seconde qui a tout d’une contre lecture, laquelle s’intéresse moins aux personnages qu’elle ne concerne les États-Unis, qui retiennent ici autant comme décor que pour ce qui affleure d’envers du décor. Parcourus par le roman, les espaces états-uniens, malmenés par le protocole d’écriture qui joue à plein des coq-à-l’âne, sont à la fois reliés et relus selon des modalités qui cassent les logiques reçues, livrant, cum grano salis, une réinterprétation tout ensemble amusée et démystifiante des mythes fondateurs de la culture américaine.

Haut de page

Texte intégral

  • 1 Il n’a pas peu contribué à réévaluer le statut de Jules Verne d’auteur pour la jeunesse en auteur à (...)
  • 2 « Je vous envoie par chemin de fer le 1er volume du nouveau roman, intitulé, sauf mieux, Le Testame (...)

1Grand spécialiste et grand admirateur de Jules Verne, Michel Butor1, reprenant à son compte l’exposition faite par Verne lui-même pour son éditeur2, caractérisait ainsi le cadre romanesque singulier qui gouverne Le Testament d’un excentrique :

  • 3 Dans un entretien donné au Monde des Livres, 17 mars 2005.

Un milliardaire, passionné du jeu de l’oie, rédige son testament en invitant des jeunes gens tirés au hasard à jouer à ce jeu, où les États américains représentent chacun une case. Les cases symboliques du jeu de l’oie traditionnel servent de grille pour lire l’histoire politique des États-Unis.3

Mobilis in mobili, mobilis in Mobile

  • 4 Jules Verne, Le Testament d’un excentrique, Bibliothèque électronique du Québec, vol. 525, 2005, p. (...)

2Dans ce schéma général, paradigmatique, une scène de ce roman frénétique peut sembler revêtir une valeur indicielle du seul fait d’intervenir à Mobile, port d’Alabama au nom évocateur et emblématique d’une nation remuante, et qui dévore l’espace. Deux des protagonistes s’y croisent, l’un descendant vers la Floride, l’autre remontant vers le Texas. Lancés à la poursuite d’un rêve américain qui fait miroiter une récompense de 60 millions de dollars à qui saura forcer le destin et triompher de ses concurrents, « armés de ce Derringer à six coups qui figure toujours au gousset de pantalon du véritable Américain »4, ils en incarnent bien le type dans leur attachement farouche au deuxième amendement et promènent, avec leur colt, la promesse d’une violence qui menace aussi bien leurs semblables que, par extension, mus par une inlassable soif de conquête qui n’est pas que de l’Ouest mais s’entend tous azimuts, le territoire que peuplent ces hommes, objet de convoitise pour ce qu’il recèle de ressources exploitables : forêts, pâtures, terres arables, carrières, mines…

  • 5 Visibles dans l’« abominable pays des Everglades, où se sont réfugiées les dernières tribus des Sém (...)
  • 6 Malgré la résistance des Séminoles, « il n’y a plus rien à redouter des Apaches, des Comanches et a (...)
  • 7 Dans le sauvage Wyoming, on peut s’attendre à des attaques de la part de « Sioux nomades, qui ne so (...)
  • 8 Autant de tribus dont « l’Américain ne supporte pas sans peine le turbulent voisinage » [420].
  • 9 Désormais « réduits à quelques enclaves » [739].
  • 10 « Misi Sipi, c’est-à-dire Grande Eau en langue algonquine » [646].
  • 11 Il n’a ainsi garde d’oublier que, dans l’Indiana, « l’extermination des indigènes fut entreprise dè (...)
  • 12 Voir la communication de Thomas Carrier-Lafleur, « L’Espace états-unien comme modèle ludique. Coups (...)

3Cette conquête, que convoque immanquablement l’image du pionnier repoussant la Frontière, du chercheur d’or qu’incarnent symboliquement les six personnages partie prenante d’un jeu de l’oie grandeur nature qui a la fortune pour enjeu en un simulacre de ruée vers l’or, les Indiens, peuples natifs et comme tels jouissant du droit du premier occupant, en ont, les premiers, fait les frais. Séminoles5, Apaches6, Sioux7, Comanches, Kansas, Nez-percés [739], Otéas [173], Cheyennes [411, 420], Têtes-Plates, Gros-Ventres, Corbeaux, Modoks, Assiniboines8 [420], Mohawks [568], Cœurs-d’alène, Puyallups9… : le narrateur ne perd pas une occasion d’invoquer le souvenir des nations indiennes [420], partout empreint dans ce pays qui fut le leur et que, d’un État à l’autre, sans cesse la toponymie répercute, du Missouri, « ce grand tributaire du Mississippi, qui s’appela jadis Misé Souri, Peti Kanoui, c’est-à-dire, en langage indien, le “Fleuve bourbeux” » [167] au Mississipi lui-même10, « Père des Eaux » [164], en passant par Milwaukee, « dont le nom signifie en vieille langue indienne “beau pays” » [321], comme un rappel insistant du péché originel de cette nation construite sur un génocide : « oubliera-t-on jamais les horribles massacres de Sand Creek qui, en 1864, assurèrent aux Blancs la domination du pays sous le colonel Chivington ? » [501], admoneste le narrateur qui se fait le gardien de la mémoire des vaincus11, source d’une histoire moins unilatérale que celle, légendaire, qui s’est imposée en même temps que les colons blancs. Une histoire critique qui marche du même pas que la géographie et dont les leçons doivent tout au coup de génie narratif qui confie la progression de l’intrigue à un coup de dé12, bousculant toutes les attentes, déroutant les automatismes de la pensée, repoussant les frontières en matière de jugements reçus.

  • 13 Marc Angenot, « Jules Verne, The Last Happy Utopianist ».
  • 14 Je renvoie ici à l’éclairage pénétrant qu’en donne Patrick Hubner, « Le livre ouvert de Butor sur l (...)

4Comme les personnages de ce trépidant récit, l’herméneutique est in progress et Mobile concentre les significations. Pour Marc Angenot, qui rappelle qu’« il faut entendre “excentrique” au sens trivial mais aussi more geometrico », « tous les récits de Jules Verne, ou presque, sont des récits de la circulation […]. Tous les personnages positifs sont des mobiles, mais on entrevoit aussitôt que cette mobilité n’affecte pas seulement les actants : d’autres “choses” circulent : des désirs, des informations, de l’argent, des machines conjecturales, des corps célestes… Ça circule : mobilis in mobili. Quoi de plus naturel que de faire de la devise de Nemo le leitmotif de l’œuvre entier ? »13. Est-ce, pour le coup, un hasard si la devise du capitaine Nemo peut se trouver ici plaisamment réinvestie sous la graphie fautive qui figure dans bien des éditions : mobilis in mobile, ou, plus encore, mobilis in Mobile, la ville de Mobile invitant, par son onomastique même, à se tenir prêt à accueillir toute modification d’un paysage mental tenu pour acquis ? Sans doute pas et Butor ne s’y est pas trompé lorsque, en 1962, il donnera une postérité au Testament vernien précisément intitulée Mobile14, hommage patent à l’hypotexte du maître où une logique systémique prend, là aussi, le pas sur la logique géographique.

  • 15 Il est vrai qu’Hetzel avait, le premier, donné le ton en concevant la publicité du Tour du monde en (...)

5C’est sans doute à cet égard que la trouvaille du jeu de l’oie, par l’artifice même qu’elle établit, trouve sa rentabilité maximale, qu’il faille, au reste, en attribuer ou non l’idée première à Verne puisque l’on connaît un jeu de l’oie reprenant le périple de la journaliste Nellie Bly, publié le 26 janvier 1890 par le New York World, alors même qu’elle venait tout juste de réussir son pari de battre Phileas Fogg en abaissant le record du tour du monde à 72 jours15.

  • 16 Michel Butor, « L’image du monde au XIXe siècle ». Sur ces questions, voir Daniel Compère, Jules Ve (...)

Entre, plus haut, celui proposé par le New York World, et, ci-après, celui du Testament d’un excentrique, la bataille des jeux de l’oie fait rage. Le principe inspirera Queneau (Un conte à votre façon, 1967), Perec (La Vie mode d’emploi, 1978) et Butor (Mobile, 1962), qui salue la modernité de Jules Verne, y compris s’agissant de « problèmes littéraires »16, parmi lesquels les règles de la progression thématique, que l’Argentin Julio Cortázar met à son tour à l’épreuve avec Marelle (1963).

6Loin de ce que portent les atlas, le plateau du jeu voit la Louisiane voisiner avec le Delaware, l’Arkansas jouxter la Californie, le Connecticut se trouver compris entre l’Iowa et le Mississippi… aussi le découpage du territoire n’est-il pas loin de renouveler l’opération consacrée dix ans auparavant par Sans dessus dessous (1889), dont la graphie hésite avec Sens dessus dessous – sans que la signification s’en trouve radicalement modifiée mais en mettant sur la sellette la question du sens :

  • 17 Jules Verne, Textes oubliés, p. 181.

[…] avec Vaugelas et Mme de Sévigné, j’ai écrit Sans dessus dessous. Grammaticalement je le sais, […] il faudrait sens dessus ni dessous. Mais sens dessus dessous – orthographe qui a prévalu –, c’est le renversement : ce qui était dessus est dessous. Sans dessus dessous c’est le bouleversement, il n’y a plus de sens.17

  • 18 Cf. De la Terre à la lune (1865).
  • 19 Pour approfondir la question, voir Laure Lévêque, « Sans dessus dessous. Jules Verne ou la dialecti (...)

7Dans toute la polysémie du terme. Égarement qu’exploite à son tour Le Testament d’un excentrique. Or, chez un géographe aussi averti que Jules Verne, de telles libertés prises avec les réalités du terrain ne sauraient être rapportées aux seules modalités ludiques du roman et cette désorientation, qui emporte, hagards, les six partenaires prenant part à l’aventure, Max Réal, Tom Crabbe, Hermann Titbury, Harris Kymbale, Lissy Wag et Hodge Urrican, a assurément partie liée avec cet univers out of joint, désaxé au sens propre, que met en scène Sans dessus dessous où la bande du Gun Club18 – Barbicane, Nicholl, Maston & co. –, ce quarteron d’artilleurs en retraite que la fin de la guerre de Sécession a désarmés mais laissés en quête de cible, reconvertis en hommes d’affaires prêts à tout opérant pour le compte de la North Polar Practical Association, prétend vendre aux trusts l’avenir de l’humanité19 en mettant en balance les profits astronomiques qui découleraient de la viabilisation du pôle Nord, obtenus en détraquant l’axe de la Terre, avec le simple droit à la vie et à la sûreté des personnes, qu’ils n’ont aucun scrupule à condamner, révélant de quel poids pèse la vie humaine face à la toute puissance du capital.

Au pas de l’oie dans le Grand jeu

  • 20 Jean Chesneaux, Jules Verne, un regard sur le monde : nouvelles lectures politiques, p. 235.

8Si ni New York ni Philadelphie ne risquent ici d’être rayées de la carte comme dans Sans dessus dessous, la sensibilité écologique du narrateur comme du lecteur trouve à se monnayer dans le tableau que brosse Jules Verne en appuyant son intrigue sur l’immensité des distances américaines que le prétexte d’un jeu de l’oie géant va permettre de parcourir en tous sens. Mais, pour le dire avec Jean Chesneaux, en un « antivoyage parodique et passif »20 où l’on découvre systématiquement, la nature ayant reculé sous les assauts des pionniers – « partout la main de l’homme » [601] –, des États-Unis qui ne présentent plus que des paysages anthropisés, défigurés, parmi lesquels s’observe une première partition, qui oppose l’Amérique industrielle (ainsi à Richmond « trop de fabriques, trop d’usines », 606] à l’Amérique profonde, encore rurale, plus fréquentable parce que plus authentique et moins inféodée aux impératifs de rentabilité.

  • 21 Ibid., p. 234.

9Comme César Cascabel (1890), qui nous ramène sur les terres autrefois saturées d’action de la ruée vers l’or, désormais foulées dans une roulotte tout confort, le roman donne à voir une forme de domestication du mythe américain et, ainsi que l’a bien vu Jean Chesneaux, il prend acte de l’anthropisation irréversible d’un monde qui passait pour naturel21.

  • 22 Michel Serres, Jouvences sur Jules Verne, p. 243.
  • 23 Voir la liste des États retenus et l’ordre des cases du plateau, Le Testament d’un excentrique, op. (...)
  • 24 L’Oklahoma y occupe la case 29, qui n’a pas encore fusionné avec le Territoire Indien (case 62). Le (...)
  • 25 Pour reprendre l’expression forgée en 1856 par John O’Sullivan pour légitimer les visées impérialis (...)
  • 26 Le thème est orchestré tutti dans nombre d’intrigues, singulièrement dans De la Terre à la lune (18 (...)
  • 27 Pour s’en tenir aux seules interventions de la décennie qui voit la publication du roman.
  • 28 Cf. supra note 2, pour le passage in extenso de cette la lettre à Hetzel.

10Dans sa compréhension des pays traversés, qui incluent aussi bien des hauts lieux attendus (la vallée de la mort, les chutes du Niagara, le parc national de Yellowstone, les Everglades, les grottes de Mammoth Caves…) que des sites de moindre importance, Verne marche appuyé sur Élisée Reclus dont il suit les leçons, décalquant le volume XVI de la Nouvelle géographie universelle. La Terre et les Hommes consacré aux États-Unis (1892). Si Michel Serres juge « d’un ennui épais », ces emprunts22, bien repérables en maint endroit, ceux-ci sont pourtant décisifs pour ce qu’ils restituent, précisément, une orientation à ce roman désorienté. Une orientation politique. D’abord au sens où l’on parle de carte politique, Verne s’alignant sur l’analyse de Reclus pour, alors que les États-Unis ne comptent encore que 45 États en l’an 1897 où se déroule le roman, en prendre 50 en considération pour constituer le théâtre de ses opérations23, assimilant Oklahoma, Nouveau Mexique et Arizona24, qui ne sont pourtant encore que des Territoires, anticipant ainsi sur une intégration à l’Union qui n’interviendra, pour le premier, qu’en 1907, en 1912 pour les deux derniers, et actant l’expansionnisme aux fondements d’une nation que Verne n’a de cesse de présenter comme identifiant sa destinée manifeste25 à l’ajout d’étoiles sur sa bannière26. Au reste, le lyrisme auquel atteint Harris Kymbale pour vanter l’initiative – « je considère ce match Hypperbone comme l’une des plus étonnantes éventualités nationales dont se sera enrichie l’histoire de notre glorieux pays ! Après la guerre de l’Indépendance, la guerre de Sécession, la proclamation de la doctrine de Monroe, l’application du bill Mac Kinley, c’est le fait le plus marquant que l’imagination d’un membre de l’Excentric Club ait imposé à l’attention du monde ! » [233] – dit bien dans quelle tradition américaine et, plus encore, américaniste, elle se situe. Celle-là même qui vient tout juste de donner à la doctrine Monroe une recharge impérialiste qu’accusent clairement les opérations menées contre Haïti, le Chili (1891), Hawaï (1893), le Nicaragua (1894), les Philippines, Porto Rico et Cuba (1898)27, au point de faire dire à Jules Verne que son roman « arrive bien puisqu’il est tant question de l’Amérique et qu’il a tous les États-Unis pour théâtre »28.

  • 29 À La Nouvelle-Orléans, « vaste cité de deux cent quarante-deux mille habitants, très diversifiés pa (...)

11Et si nos six oies qui rêvent de Capitole parcourent ce territoire en expansion continue d’un pas un peu moins martial que les marsouins de l’US Navy ne se meuvent dans leur arrière-cour, leur feuille de route n’en dresse pas moins une cartographie éloquente de « cet étonnant pays d’Amérique » et des lieux de mémoire [510] qui ont fait une Union riche de ses multiples apports. L’Union, mais aussi la désunion quand ni le détour fédérateur par Mount Vernon, où repose George Washington, hommage à l’œuvre des Pères fondateurs et aux valeurs par eux portées, ni le pèlerinage à Philadelphie, siège déclaré de la fraternité, ne peuvent faire oublier l’iniquité et la violence des guerres indiennes ni la pratique systématique de l’esclavage, relayée par l’intolérance et la ségrégation raciale29, ni, partant, les blessures toujours ouvertes de la guerre civile.

12Dans les chassés-croisés des héros auxquels le jeu commande d’enjamber les frontières, se dessine ainsi, sous la géographie politique, le tracé d’une autre frontière, indélébile, comme en Virginie où la mémoire de l’esclavage est toujours vivace, ainsi que le rappelle Max Réal, le « premier partenaire », Canadien français d’origine et acquis à l’égalitarisme, soucieux de mettre d’accord ses déplacements avec ses positions. De là son évitement de la Virginie :

[…] j’y eusse déjà été si la question de l’esclavage n’avait pas tellement divisé l’ancien État qu’il a fallu le couper en deux pendant la guerre de Sécession. Oui ! tandis que l’Est s’attachait avec plus de force aux doctrines anti-humaines de l’esclavagisme […], l’Ouest, au contraire, se séparait des Confédérés pour se ranger sous le pavillon fédéral [602].

13Après Nord contre Sud (1887), Est contre Ouest. Une alternative où Max choisit clairement son camp, qui n’hésite pas à marquer une étape dans sa course pour accomplir à Martinburg un pèlerinage en l’honneur de John Brown, « John Brown, qui leva le premier le drapeau de l’antiesclavagisme au début de la guerre de Sécession ! », ce pourquoi « Les planteurs virginiens le traquèrent comme une bête fauve » [602]. Jusqu’à ce que la milice s’en empare et qu’il ne finisse au bout d’une corde, le 2 décembre 1859 [603]. Mais le geste revendiqué de Max, qui déclare : « C’est à ce martyr de la liberté, de l’émancipation humaine que j’ai voulu porter mon hommage de patriote » [603], prouve bien que si les nervis de l’ordre raciste ont pu prendre sa vie, sa mémoire, elle, demeure vivante, posant, au-delà du seul cas de John Brown, la question de la mémorialisation, Jules Verne anticipant, en citant Élisée Reclus, des questions de marquage idéologique de l’espace qui sont plus que jamais d’actualité :

  • 30 La citation provient de la Nouvelle géographie universelle d’Élisée Reclus, Tome XVI : Les États-Un (...)

Voici […] ce qu’a dit le grand géographe français Élisée Reclus, et il faut espérer qu’il sera tenu compte de cette généreuse réclamation : « Il n’est pas un mince commandant des troupes fédérales engagées dans la grande guerre qui n’ait sa statue sur les places de Washington ou des autres cités du Nord ; mais le lieu où tomba John Brown, dont “l’âme marchait devant les armées” et qui, par son exemple, fit plus pour la victoire définitive que toutes les combinaisons des généraux, reste un amas de décombres, ignoré de la foule ». [note p. 604]30

  • 31 Cette autre grande figure de l’écurie Hetzel est toujours référée de manière extrêmement positive d (...)

14Preuve également de ce que c’est bien aussi une ligne politique que Verne trouve chez Reclus31, grand géographe pionnier de la géographie sociale, de l’anthropologie historique et de la géopolitique, dont les positions sont connues : en matière sociale comme en fait de sensibilité écologique, cet ancien communard, communiste libertaire revendiqué proches des idées anarchistes, n’aura de cesse de condamner l’exploitation de la Terre – ce bien commun –, de ses ressources et de ses habitants que la logique financière épuise et asservit.

L’antiaméricanisme est un humanisme32

  • 32 C’est le titre, provocateur – au complet : « Défense de l’homme. L’antiaméricanisme est un humanism (...)
  • 33 Jules Verne, Une ville flottante, Bibliothèque électronique du Québec, vol. 7, p. 250.

15Domestiqué, découpé en 63 cases, « le pays de Fenimore », comme l’appelait Jules Verne dans Une ville flottante (1871)33, a bien changé et Daniel Boone est définitivement enfoncé par les héros du Testament d’un excentrique qui peuvent généralement compter sur le chemin de fer pour accomplir les déplacements prescrits avec confort et rapidité depuis que, par les Pacific Railroad Acts (1862-1866), le Congrès s’est engagé en faveur du rail, encadrant et encourageant son essor.

16Avec un succès qu’enregistre ce roman où, d’Est en Ouest comme du Nord au Sud, les protagonistes sautent compulsivement d’un train à un autre, modifiant tant les conditions du voyage que la physionomie du pays selon une pente antihumaniste contre nature que Max, réticent à prendre sans examen le train du progrès, décape dans une lettre à sa mère :

Des railroads partout. Un piéton ne saurait où mettre les pieds ! Enfin, j’ai continué à descendre vers le sud-est. De nombreuses stations ont défilé de chaque côté du railroad des villes, des bourgades, des villages, et, à travers ces districts, pas un coin de nature qui soit livré à lui-même ! Partout la main de l’homme et son outillage bruyant ! Il est vrai, dans notre Illinois, il en est de même, et le Canada n’y échappe pas. Un jour, les arbres seront en métal, les prairies en feutre, et les grèves en limaille de fer… C’est le progrès [597-601].

  • 34 L’immensité de l’espace demeure une donnée fondatrice du romanesque de ce texte quand il est rappel (...)
  • 35 C’est aux États-Unis que les trains « détiennent le record du millier de milles en vingt-quatre heu (...)
  • 36 Jules Verne, Une ville flottante, op. cit., p. 250.
  • 37 Jules Verne, Robur-le-Conquérant, Bibliothèque électronique du Québec, vol. 334, p. 131.

17Si les grands romans américains à la Fenimore Cooper, avec leurs espaces typiques34, informent encore le texte, force est de convenir que, au fur et à mesure que ces espaces ont été colonisés et se sont réduits comme peau de chagrin, l’imaginaire qu’ils véhiculaient s’est effacé. La frontière a définitivement reculé, Max Réal en fait le constat irréfragable dès son premier coup de dé, qui l’expédie au Kansas, territoire qu’il ne connaît pas sinon comme image mentale. Aussi s’en réjouit-il : « c’est là une excellente occasion de faire connaissance avec le “désert américain”, comme on l’appelait jadis » [153-154]. Jadis, avant que les railways qui maillent désormais l’Union ne l’aient rétrécie35 et peuplée, repoussant dans des marges toujours plus étroites les populations natives. Une fois parvenu dans le heartland des grandes plaines, berceau de la fameuse Prairie, le verdict tombe : « Ce n’était plus le désert américain d’autrefois » [173], « Tout ce théâtre de la grande épopée de Bas-de-Cuir, contrée sauvage autrefois, est maintenant une campagne civilisée »36. Au point qu’on peine à reconnaître ce « pays si poétiquement chanté par Cooper »37 que célébrait encore Robur-le-Conquérant (1886). Tout passe. À Buffalo, « cent ans avant, il eût rencontré des bisons par milliers au lieu d’habitants par centaines de mille » [244]. La Wilderness est mitée, réduite à l’état de buttes-témoins à l’exemple du Wisconsin où, « Dans le nord, on voit encore les restes de ces anciennes forêts de pins qui couvraient tout le territoire ! » [321].

18Mais partout le paysage traditionnel est bouleversé, semé de « villes qui poussent à la surface du Far West comme des champignons » [418]. Denver en fournit un exemple qui, loin des évocations lyriques d’un Cooper, n’incite plus qu’au style télégraphique, positif et factuel, à une littérature de type statistique qu’incarne Kymbale, journaliste à La Tribune : « Denver fondée en 1858, au confluent du Cheery Creek et de la Platte River. En 1859, il n’y avait encore que trois femmes. Premier enfant né cette année-là. Vingt ans après, vingt-cinq mille habitants. Immigration constante. Actuellement près de cent sept mille âmes » [497].

19Mais l’âme de la Prairie, elle, s’en est allée. Les défrichements ont eu raison des forêts immémoriales et laissé place à une agriculture raisonnée pratiquée dans de grosses exploitations qui mettent en valeur vergers, vignobles, sorgho, orge, sarrasin, avoine, seigle, froment, coton, riz, chanvre, tabac… Des marqueurs identitaires des États-Unis, au côté des têtes de bétail, restent les troupeaux de chevaux que l’on croise encore, mais fantomatiques, hantant des lieux où l’on ne « joue » plus guère aux cow-boys et aux Indiens, livrés à eux-mêmes depuis que le développement leur a fait préférer le train et l’automobile [179]. On achève bien les chevaux.

20Comme sur le plateau du jeu de l’oie, le territoire apparaît rationalisé. Le Nouveau monde est un monde nouveau où les bouleversements sont tels que les trajets des uns et des autres fournissent l’opportunité d’un cours accéléré sur l’histoire des États-Unis. Au fil des pages et des rencontres, on apprivoise ainsi la logique de la construction de l’Union à partir des dates successives d’intégration des différents États. On démêle ce que l’aménagement de l’espace a supposé, notamment, lorsque l’on croise un fort élevé en 1827 pour « défendre le pays contre les tribus indiennes » [171], quant aux rapports avec les peuples natifs, expulsés de leurs terres mais dont la toponymie assure partout la présence et la survivance mémorielle. On se familiarise avec les grandes scansions économiques, facteur d’explication des vagues d’extension pionnières. À Omaha, on peut ainsi déceler que « C’est le “boom” – ce que Reclus appelle justement “la période de réclame, de spéculation d’agiotage et, en même temps, de travail furieux, qui, en 1854, l’a fait surgir des solitudes, comme bien d’autres, avec tout son appareil d’industrie et de civilisation” » [168].

  • 38 « Non ! rien n’est comparable à ce tumultueux déversement des eaux du lac Érié dans le lac Ontario (...)
  • 39 Nonobstant une belle résistance : « Malgré tout ce que pouvait dire le reporter de cette célèbre ca (...)

21Rien ne résiste à cette dynamique industrieuse qui devait conduire les États-Unis à accéder au rang de première puissance industrielle mondiale en 1894. L’imaginaire mythique de la Wilderness a cédé face aux sirènes de l’utilitarisme qui consacrent désormais des villes comme « Rochester, la cité de la farine, manufacturière par excellence, et puissamment aidée dans sa production industrielle par les laborieuses chutes du Genesee » [250]. « Laborieuses », ces chutes sont, elles aussi, tristement annexées à l’utilitarisme ambiant, qui intéressent avant tout pour leur « débit de cent millions de tonnes par heure à utiliser » [247]. Les fleurons de l’imaginaire énergétique américain ont été domestiqués et plus dure est la chute aussi à Niagara, où le fer à cheval38 est promu fer de lance de l’industrialisme39 et, avant même qu’on ait « dompté ses seize millions de chevaux » [245], les tristes cavales en déshérence, indices patentés d’un monde de la Prairie en voie d’extinction, le cèdent brutalement au cheval vapeur, roi du monde. En attendant que d’autres sources d’énergie ne prennent le relais. En cette extrême fin du XIXe siècle, la ruée vers l’or est en effet relayée par la course au pétrole et au gaz naturel que le roman enregistre, dans l’Ohio et en Pennsylvanie, via le personnage de Max :

De Cleveland, je suis allé à Warren, un centre important de l’Ohio, si riche en sources d’huile de pétrole, qu’un aveugle le reconnaîtrait, pourvu qu’il eût un nez, rien qu’à son écœurante atmosphère. C’est à croire que l’air va s’enflammer si l’on égratigne une allumette. Et puis, quel pays ! Sur les plaines à perte de vue, rien que des échafaudages et des orifices de puits, et aussi sur les pentes des collines, les bords des creeks. Tout cela, c’est des lampes, des lampes de quinze à vingt pieds de haut… il n’y manque qu’une mèche ! [597-598]

  • 40 Seul avantage : « J’ai mis sur ma fenêtre un peu d’eau dans le fond d’un verre, et, le lendemain, j (...)

La frontière de l’Ohio franchie, nous sommes entrés en Pennsylvanie. La première ville importante a été Pittsburgh sur l’Ohio, avec son annexe d’Alleghany, la Cité du Fer, Cité fumeuse, comme on l’appelle, malgré les mille miles de conduites souterraines par lesquelles se débitent actuellement ses gaz naturels. Ce qu’il y fait sale !40… On a les mains et la figure noircies en quelques minutes… […] Oh ! mes sites frais et clairs du Kansas ! [600]

22Le rêve américain n’est définitivement plus celui des solitudes qu’allait quérir René chez les Natchez, ni même tout à fait encore celui de l’homme de l’Ouest, de l’aventurier qui, tel Harris Kymbale, entend « …voir du pays, […] être trimbalé aux quatre coins de l’Union, [s]e fourrer des milliers de miles dans les jambes… » [238]. Déjà les chercheurs d’or se sont détournés de la Californie et les nuées de forty-niners ont vite trouvé à se reconvertir dans la ruée vers l’or noir, nouveau totem que signalent des forêts de derricks où brûle désormais le feu sacré confisqué aux Natchez.

  • 41 Voir les analyses que livrent Frank Browning et John Gerassi dans leur Histoire criminelle des État (...)
  • 42 Cf. Max Weber, L’Éthique protestante et l’esprit du capitalisme.

23L’éviction des Indiens, partout avérée et dénoncée, n’est pas simple affaire criminelle41 : au-delà de la forfaiture, elle signe une fondamentale dénaturation qui se lit dans la monstruosité de paysages défigurés par le greed, cette exécrable faim de l’or où Max Weber voyait le fondement de l’éthique protestante et l’esprit même du capitalisme42. Or, si Max Réal se félicite d’avoir connu « quelques bonnes heures en circulant le long des passes des Alleghanys. Une chaîne pittoresque, capricieuse, sauvage parfois, hérissée de conifères noirâtres, des pentes abruptes, des gorges profondes, des vallées sinueuses, des torrents tumultueux, que les industriels ne font pas travailler encore et qui cascadent en toute liberté ! » [600], l’adverbe « encore » indique assez qu’il ne se leurre pas sur l’avenir qui attend ce lieu enchanteur, que seules ses vigoureuses barrières naturelles protègent, pour l’instant, de toute entreprise de viabilisation. Mais ce n’est là qu’une butte-témoin d’un état quasi édénique dont seule subsiste la nostalgie, le mercantilisme s’étant partout infiltré dans la relation entretenue avec la Wilderness dès lors que le voyage n’est plus affaire de découverte, de sens intime, mais obéit à des motivations financières, Hypperbone ayant drastiquement modifié les termes du jeu en l’intéressant.

24Au reste, les transformations de l’espace sont telles que d’aucuns sentent la nécessité de mettre un frein au productivisme qui sert désormais de gouvernail à la nation américaine. Fin 1872, le Congrès est saisi d’une motion dont le roman se fait l’écho : « Il s’agissait de soustraire à toute occupation par des particuliers et de mettre sous la protection de l’État une partie du sol de l’Union de cinquante-cinq miles sur soixante-cinq miles, située vers les sources du Yellowstone et du Missouri. Cette région serait désormais un Parc National, dont la jouissance pleine et entière resterait réservée au peuple américain », et déclarée zone protégée non susceptible de culture productive [421-422]. Le Parc national de Yellowstone était né. Pour Jules Verne, qui puise son information auprès d’Élisée Reclus, il s’agit d’un « coin privilégié du vaste ensemble des États-Unis » où « il n’y a rien à attendre de la culture » ni de l’élevage, sous un climat trop rude. « C’est donc le pays le plus inutile du monde » et pourtant « l’un des plus célèbres », parce que sa « valeur est uniquement due à ses beautés, à ses étrangetés naturelles, et auquel la main de l’homme ne pourrait ajouter » [423]. Plus que tout autre site, Yellowstone excite l’admiration du narrateur, sensible au caractère grandiose d’une nature démiurgique qui se manifeste dans le volcanisme et le thermalisme. L’enchantement est complet devant des « effets scéniques » dignes « d’une féérie, provoqués par la baguette du magicien » [430], préparant la conclusion de Max : « Les beautés industrielles, c’est bien, les beautés artistiques, c’est mieux, les beautés naturelles, rien au-dessus ! » [598].

25Pourtant, il est d’autres ravages encore que l’exploitation des sols que provoquent pacage et agriculture intensive en ces temps où l’on réfléchit au moyen de mettre en coupe réglée d’autres secteurs d’activité, parmi lesquels, à l’heure du tourisme de masse, l’industrie naissante de l’entertainment dans cette nouvelle société des loisirs où, comme dans De la Terre à la lune (1865) ou L’Île à hélice (1895), on croise, « l’illustre Barnum » [440], entrepreneur patenté du divertissement. Tout protégé qu’il est, le site de Yellowstone a donc du souci à se faire et les mesures de préservation prises à son égard sont loin de faire l’unanimité. En témoigne, en France même, les Feuilles de route aux États-Unis ramenées par Léo Claretie en 1895, très sévères à l’égard des ordonnances de protection, qui ironisent :

  • 43 Léo Claretie, Feuilles de route aux États-Unis, p. 82.

Depuis le 1er mars 1872, un vote du Congrès des États-Unis a réservé et déclaré propriété nationale toute la province qui entoure le lac de la Yellowstone, les bassins des geysers, les sources chaudes, les rivières Yellowstone, Gardiner, Firehole, Missouri. Il est défendu de s’y fixer, d’y acheter des terrains, d’y chasser, d’y bâtir, de déranger la disposition naturelle des lieux : c’est la sauvagerie garantie, patentée par le Parlement ; c’est la barbarie officiellement protégée, c’est l’entretien de l’inculte et la religion de la nature43.

  • 44 Mammoth Caves où sévit aussi une industrie du tourisme agressive, cf. p. 531.

26L’isotopie est connue et, nonobstant les réclamations de Claretie qui voit dans la défense de l’environnement un frein insupportable à la libéralisation, c’est encore sur Reclus que Verne s’aligne pour déplorer que « les parcs nationaux so[ien]t déjà devenus d’immenses domaines de chasse pour les directeurs de compagnies financières, qui en possèdent les chemins de fer d’accès et les principaux hôtels ». Avant de se faire grinçant : « C’est ainsi que l’établissement de Terrasse Mammoth44 est le centre d’une véritable principauté. Qui l’aurait cru ?… Une principauté dans la grande République Nord-Américaine ! » [424].

  • 45 John Ralston Saul, Vers l’équilibre.

27Déjà, la Model Republic fait face à ce que John Ralston Saul, penseur du sens commun, de l’éthique, de la mémoire et de la raison45, devait bien plus tard qualifier de Corporate Coup d’État in slow motion. Aux côtés des rois du pétrole, de nouveaux empires se créent, que les lois anti-trust devaient se montrer bien impuissantes à contrer. Gage, s’il en était besoin, de l’acuité d’analyse dont Verne fait preuve, la première de ces lois, le Sherman Antitrust Act, voté en 1890, est contemporaine de son roman, qui enregistre la montée en puissance de nouveaux tycoons.

28Avant que L’Île à hélice ne brosse le portrait des barons de l’acier et des seigneurs des abattoirs, Le Testament d’un excentrique donne à voir, les « multiples promenades à travers l’Amérique » aidant, l’irrésistible ascension de l’industrie hôtelière : « Voilà qui satisferait les convoitises des hôteliers des États traversés par l’itinéraire » [138-139]. Ce n’est pas le couple Titbury, envoyé sur la dix-neuvième case du jeu de l’oie et assigné à résidence au ruineux Excelsior Hotel de La Nouvelle-Orléans qui a pour lui tout d’une prison, fût-elle dorée, qui contestera cette scandaleuse prise de position dominante.

  • 46 Dont il faut bien tenir compte, même si l’on sait devoir très largement rapporter la nouvelle à la (...)
  • 47 Même Max sera tenu à semblable impératif. Cf. p. 414.

29Par ailleurs, Verne confirme aussi la leçon entamée dix ans plus tôt avec La Journée d’un journaliste américain en 288946 à propos du rôle dévolu à la presse, comprise, ici comme dans le précédent opus, comme la grande presse monopolistique. En témoigne la figure du quatrième partenaire, Harris Kymbale, reporter à La Tribune et support d’une démonstration nettement négative. D’une part parce que, contrairement à ses adversaires, il bénéficie de l’appui logistique de son journal, qui sait disposer, avec cet insider, d’une occasion en or de tenir le pays en haleine et, accessoirement, de vendre de la copie, ce qui fausse explicitement la libre concurrence. Mais surtout parce que c’est par son entremise que l’on est amené à conclure à l’aliénation de chacune des parties prenantes. Dès son premier coup de dé, Kymbale, qui avait cru pouvoir profiter de la bonne chance qui l’expédiait à Niagara pour prendre du bon temps et voir du pays, s’attire un avertissement du maire à Buffalo : « C’est bon pour une fois, monsieur, mais ne vous amusez plus à flâner comme vous l’avez fait jusqu’ici… » [247-248]. Et comme Kymbale se récrie qu’il s’appartient et est maître de ses choix, il s’entend répliquer : « Non… monsieur… pas plus qu’un pion n’a [le droit] d’en prendre à son aise sur un échiquier… Vous appartenez à ceux qui ont parié pour vous, et j’y suis de cinq mille dollars » [247]. Tous ont au reste été prévenus : « tel était le rôle réservé aux “Six”. Le caprice des dés allait les promener à la surface de l’Union… Ils seraient les pièces d’échiquier de cette invraisemblable partie… » [116-117]. Kymbale retiendra la leçon : « Après la visite au Niagara, il allait se conformer minutieusement à son itinéraire, sans s’en écarter » [251-252]47.

Sur la route

30De fait, si le temps, c’est de l’argent, il est de la plus haute importance de ne pas muser en chemin. Le directeur de La Tribune, patron de Harris, l’a bien compris, qui combine l’itinéraire le plus rationnel pour conduire Harris à travers le Texas [252-253]. Ce qui suppose, cette fois, de « ne pas s’attarder en admirations intempestives » [254] et de suivre à la lettre les directives qui lui parviennent par dépêche à chaque étape. Max lui-même qui, tel un flâneur baudelairien, revendique le droit à musarder et croit pouvoir affirmer : « il ne m’est pas interdit de cheminer à ma fantaisie pour me rendre à l’endroit qui m’est assigné » [154], finira par se plier à l’exercice de la course contre la montre quand il conclut une lettre à sa mère : « en signant de mon nom, lequel n’est plus que celui d’un cheval de course engagé sur le turf Hypperbone. Max Réal » [608]. Après on achève bien les chevaux, la mort du petit cheval.

31Et ce quand bien même Max est, de tous les protagonistes du match, celui qui souffre le plus de ces conditions de voyage où les déplacements, totalement instrumentalisés, ne constituent plus en eux-mêmes une fin mais un simple moyen de rester dans la partie. Aussi :

Il fallut se résigner à passer à travers le pays sans le voir. Tout se perdait dans ces tons grisâtres, abhorrés des peintres, le ciel, les champs, les villes, les bourgades, les maisons, les gares. Les paysages de l’Illinois apparurent confusément sous les brumes. On n’entrevit que les hautes cheminées des minoteries de Napiers-ville et les toitures des fabriques de montres d’Aurora. Rien d’Oswego, de Yorkville, de Sandwich, de Mendoza, de Princeton, de Rock Island, de son pont superbe jeté sur le Mississippi, dont les eaux laborieuses entourent l’île du Roc, rien de cette propriété de l’État, transformée en arsenal, où des centaines de canons allongent leurs volées entre les taillis verdoyants et les buissons en fleurs.

Max Réal était fort désappointé. À passer entre les rafales, il ne resterait rien dans son souvenir de peintre [161-162].

  • 48 Il en sera au reste bien puni par la justice narrative, qui l’enverra au prix fort voyager autour d (...)

32De fait, le tour operator Hypperbone permet de mettre en évidence deux postulations possibles quant à la conception que les concurrents se font de leurs pérégrinations, deux manières d’être sur la route. Sans surprise, on note que « Tom Crabbe », le boxeur bas de plafond, totalement livré à son manager, « ne s’inquiétait guère d’observer le pays qu’il traversait » [186]. Pas plus que l’avaricieux ménage Titbury, qui ne croit pas utile de sortir de sa chambre48, sinon pour gagner la prochaine étape en temps et en heure. Une feuille de route que partage le sixième partenaire puisque, « On le pense bien, le commodore Urrican ne voyageait pas pour voyager, mais pour arriver dans le plus court délai à son poste et à date fixe. Donc, chez lui, aucune préoccupation de touriste » [353].

  • 49 « il visita en touriste infatigable » [427], se félicitant d’un tirage qui lui fournit l’occasion « (...)
  • 50 De son périple, il ramène deux esquisses, « un site de Kansas river », « une vue des cascades du Fi (...)
  • 51 « Il faut l’avouer, Max Réal n’eut pas l’heur – ce qu’il s’en moquait ! – de plaire à ses concitoye (...)

33À cette conception purement utilitariste du voyage, s’oppose la pratique que mettent en œuvre les trois autres concurrents, entre voyage d’agrément et voyage d’étude. À commencer par Max, dont de multiples occurrences signalent qu’il circule tant « en touriste » [149, 42749] qu’« en artiste » [155, 173]. L’appartenance à cette double confrérie lui vaut de n’avoir pas totalement abdiqué toute sympathie avec ce qui l’environne, au risque que l’art du détour ne vienne contrarier la dictature de la ligne droite et le rigorisme de stricte économie dont elle est l’expression. On l’a vu plus haut en matière politique avec le crochet en l’honneur de John Brown ; c’est vrai aussi en fait d’esthétique. Fort de l’attirail de peintre qu’il transporte toujours avec lui [147, 149, 156, 179, 410, 576], Max demeure en prise avec les grands témoins de la Wilderness, tels Thomas Cole et les peintres de la Hudson River School50. Mais force est de constater que c’est aussi ce qui le condamne51. Du moins dans la diégèse, le récit conduisant à cet égard une claire disjonction entre énoncé et énonciation : récusant la stricte obéissance aux consignes, refusant de marcher au pas de l’oie, « l’artiste l’avait emporté sur la pièce d’échiquier que le sort poussait » [176]. Comme aux échecs, sur les 64 cases du plateau comme sur les 63 du jeu de l’oie, le petit cheval, emballé, trace latéralement sa voie, en dehors des sentiers battus : chien fou, il court-circuite les déplacements reçus, dame le pion aux bruyantes promotions, ignore délibérément toute stratégie. Compromettant évidemment ses chances de remporter le défi Hypperbone. Mais si sa sensibilité buissonnière s’affiche en rupture avec le positivisme dominant, elle est en revanche parfaitement accordée aux sentiments de l’aimable demoiselle Wag et, ce qu’on n’aurait pas forcément imaginé, de son binôme, la fougueuse Miss Foley, dont le bon naturel finit par prendre le dessus :

On aurait eu beau dire à Jovita Foley que le Kentucky valait d’être visité, parce qu’il est un des plus riches de l’Union, depuis que la cession de la Louisiane lui a assuré les bouches du Mississippi, elle aurait répondu : « Mammoth Caves ! » Qu’il est propice à tous les rendements de l’agriculture et de l’élevage, qu’il produit les meilleurs chevaux de l’Amérique, et le tiers du tabac des États-Unis, elle aurait encore répondu : « Mammoth Caves ! ». Qu’il possède de grandes villes industrielles sur les bords de l’Ohio, et des houillères dans la région des Alleghanys, elle aurait toujours répondu : « Mammoth Caves ! » [527]

34Ces affinités électives où les protagonistes se retrouvent sur des valeurs communes dessinent des espaces affines à la base de l’axiologie qui sous-tend le roman. De telles rencontres laissent augurer que l’on peut ne pas remporter la mise du prix Hypperbone sans pour autant revenir bredouille, que le jeu du hasard peut s’accompagner de celui de l’amour et réserver des lots de consolation plus précieux que l’enjeu de départ en un décentrement des valeurs auquel l’excentrique milliardaire n’avait peut-être pas songé, mais qui vaut à Max de rencontrer et l’âme sœur – en Miss Wag – et un alter ego en la personne de Harris Kymbale. Quand bien même Harris est plus compromis que Max du côté des puissances de l’argent, les deux jeunes gens n’en assument pas moins une identité fonctionnelle que l’épreuve fait apparaître : « Max Réal et Harris T. Kymbale […] envisagèrent l’affaire plutôt au point de vue du touriste, l’un pour en tirer des tableaux, l’autre des articles » [133]. Aussi fraternisent-ils sans arrière-pensée, au moment de se lancer dans l’aventure en vrais « compagnons » de route [151], à l’assaut de l’« immense champ de courses de toute la République américaine » [528].

  • 52 Voir Jean Delabroy, « Le “humbug” et la crise des spéculations ».

35Mais ces vastes espaces qui témoignent d’une incontestable dynamique de développement, son modèle fût-il contesté, sont assujettis à d’autres espaces qui ont leur logique propre, ceux du texte, dont le fonctionnement tourne en dérision la puissance pour la ramener autant à un jeu qu’à un humbug52, une imposture, dans ce roman où tout commence un 1er avril, lorsque William Hypperbone est frappé d’apoplexie et déclaré mort [816].

L’oie du plus fort et les dindons de la farce

36La métaphore du jeu, présenté comme « plus ou moins renouvelé des Grecs » [38, 110], devenu « le Noble Jeu des États-Unis d’Amérique » [122] maintenant que le plateau permet de desservir chacun des États de l’Union, sert une démonstration qui vaut illustration de la mentalité états-unienne : « un seul gagnant… le premier arrivé !… Rien à ses compagnons de voyage, après tant de fatigues, tant d’émotions, tant de dépenses… » [121]. The winner takes it all… Et le gagnant, couvert par son anonymat, c’est XKZ, le chiffre que se choisit Hypperbone, que la médecine avait un peu vite déclaré passé de vie à trépas et qu’un codicille opportunément ajouté à son testament autorise à prendre part à la chasse aux millions en tant que 7e partenaire.

37XKZ, les initiales ne sont pas sans évoquer un épisode intervenu un siècle auparavant et connu comme l’affaire XYZ, les initiales désignant trois agents français sous couverture impliqués dans une escalade diplomatique qui faillit conduire à une guerre entre la France et les États-Unis. Si la déclaration de guerre fut finalement évitée, il s’ensuivit des rapports très dégradés et une crise durable s’installa, à laquelle on donna le nom de Quasi-guerre (1797-1800), qui est aussi le fait, aux dires d’Hypperbone lui-même, de « ceux qui luttent sur ce champ de bataille pour remporter la victoire » [111], eux aussi partie prenante d’une impitoyable guerre de course.

  • 53 Ainsi de Michel Ardan, dans De la Terre à la lune, qui tempère l’agressivité stérile des membres du (...)

38Or, si, contrairement à ce que l’on observe dans d’autres romans comme De la Terre à la lune ou L’Île à hélice, Verne renonce ici aux déclinaisons paradigmatiques qui opposent des Américains sûrs de leur civilisation matérielle comme de leur destinée manifeste à des Français amis de la culture et de l’humanisme53, l’élément français, qui fait contrepoids à l’utilitarisme décomplexé, pour être plus discret, n’est pas totalement effacé. Il repose sur les épaules de Max, descendant de Canadiens français [78] à qui va, sans conteste, la sympathie du narrateur. Si nul cocorico ne se fait donc entendre comme lorsque Michel Ardan avait fait faire un grand pas à l’humanité avant de claquer la porte dans Sans dessus dessous, se refusant à devenir un exécutant au service des trusts, la rivalité franco-américaine n’en est pas moins présente en filigrane. Que l’excentrique en chef, après avoir par deux fois crédité les Grecs de la paternité de son jeu de prédilection en vienne à présenter le « Noble Jeu » comme « renouvelé non plus des Grecs mais des Français par William J. Hypperbone » [118] en est un signe patent. La destinée manifeste des États-Unis a encore de beaux jours devant elle et la sortie de Michel Ardan signifie assez que les forces sont désormais par trop inégales dans le match qui oppose les États-Unis à la France. L’aigle américain n’a plus même besoin de sortir ses serres et peut déléguer la revanche à l’« oie, cet animal si injustement accusé de sottise et qui aurait dû être réhabilité depuis le jour où il sauva le Capitole des attaques de Brennus et de ses Gaulois » [111].

39Voilà pour le coq gaulois, réduit à faire l’autruche. Le public a beau se rassurer et conclure : « Ce n’était qu’un humbug, comme on dit en Amérique ! » [113], criant au conte de ma mère l’oie, plaisanterie ou supercherie, la fable a valeur d’avertissement, confié à des volatiles passés experts en la matière, oiseaux d’augure et de littérature, détenteurs des secrets de l’avenir et virtuoses dans l’art de la plume.

40Par où il n’est pas interdit de voir dans ces oies consacrées par Junon une possible hypostase de l’écrivain, jusqu’ici figuré sous des espèces plus majestueuses, qu’il s’agisse du paon, attribut canonique de cette même Junon, de l’aigle (de Meaux) ou du cygne (de Mantoue). Or, au terme d’un circuit qui part de Chicago pour nous ramener dans cet État de l’Illinois dont le nom sonne opportunément, on aura parcouru dans les espaces états-uniens un vaste champ du signe. Un chant du signe aussi, au rythme de cette oie qui, identifiée à l’Illinois, revient quatorze fois et mène, de 9 en 9, à la victoire finale qu’on peut entendre aussi comme découlant du neuf. S’il y a un texte de l’oie où Hypperbone est roi, dans le métatexte de l’oie, la fin est moins le Capitole que le Parnasse, qu’on ne saurait atteindre qu’en musant.

Haut de page

Bibliographie

Angenot, Marc. « Jules Verne, The Last Happy Utopianist ». Patrick Parrinder (dir.), Science Fiction : A Critical Guide. London & New York : Longman, 1979, p. 18-33. Repris online dans « Jules Verne, le dernier des utopistes heureux ». Consulté le 30 mai 2019 : http://marcangenot.com/wp-content/uploads/2012/01/Jules-Verne.pdf.

Browning, Frank et John Gerassi. Histoire criminelle des États-Unis. Paris : Nouveau Monde Éditions, 2016 [1980].

Butor, Michel. « L’image du monde au XIXe siècle ». Arts et loisirs, n° 27, 30 mars-5 avril 1966.

Butor, Michel. « Le point suprême et l’âge d’or à travers quelques œuvres de Jules Verne » [1949]. Essais sur les modernes. Paris : Gallimard, « Idées », 1969, p. 35-94.

Butor, Michel. Entretien donné au Monde des Livres, 17 mars 2005.

Carrier-Lafleur, Thomas. « L’Espace états-unien comme modèle ludique. Coups de dés et voyages labyrinthiques dans Le Testament d’un excentrique », communication prononcée dans le cadre du colloque « L’imaginaire nord-américain de Jules Verne », Université d’Ottawa, 7-8 juin 2018.

Chesneaux, Jean. Jules Verne, un regard sur le monde : nouvelles lectures politiques. Paris : Bayard, 2001.

Claretie, Léo. Feuilles de route aux États-Unis. Paris : Dentu, 1895.

Compère, Daniel. Jules Verne écrivain. Paris : Droz, 1991.

Delabroy, Jean. « Le “humbug” et la crise des spéculations », in Jules Verne, filiations – rencontres – influences, Colloque d’Amiens, II. Paris : Minard, 1980, p. 187-197.

Hubner, Patrick. « Le livre ouvert de Butor sur l’Amérique ». Revue d’Histoire Littéraire de la France, 2014/3, vol. 114, p. 631-640.

Huet, Marie-Hélène. Le Testament d’un excentrique. Notice, in Jules Verne, Voyages extraordinaires. Voyage au centre de la Terre et autres romans. Paris : Gallimard, « Bibliothèque de la Pléiade », 2016, p. 1277-1306.

Lévêque, Laure. « Sans dessus dessous. Jules Verne ou la dialectique du héros et du zéro ». Cahiers du CRLF, 5, Le héros problématique et la quête de sens, 2014.

Lévêque, Laure. « De sans dessus dessous à L’éternel Adam : le meilleur des mondes de Jules Verne ». Acta Iassyensia Comparationis, 15, 2015/1, p. 59-68.

Lévêque, Laure. « Sans dessus dessous (1889) de Jules Verne : dernier avertissement avant l’Apocalypse ». Kaisa Kaukiainen, Kaisa Kurikka, Hanna Mäkelä, Elise Nykänen, Sanna Nyqvist, Juha Raipola, Anne Riippa, and Hanna Samola (eds.), Fear and Safety : Affective Spaces in European Literature, Arts and Cinema. Helsinki, 2019, à paraître.

Reclus, Élisée. Nouvelle géographie universelle, Tome XVI : Les États-Unis. Paris : Hachette, 1892.

Roger, Philippe. L’Ennemi américain. Généalogie de l’antiaméricanisme français. Paris : Seuil, 2002.

Saul, John Ralston. Vers l’équilibre. Paris : Payot, 2003 [On Equilibrium : Six Qualities of the New Humanism, 2001].

Serres, Michel. Jouvences sur Jules Verne. Paris : Minuit, 1974.

Verne, Jules. Textes oubliés (1849-1903). Francis Lacassin (éd.). Paris : Union Générale d’Édition, « 10/18 », 1979.

Verne, Jules. Le Testament d’un excentrique. Bibliothèque électronique du Québec, vol. 525, 2005 [1889].

Verne, Jules. Correspondance inédite de Jules et Michel Verne avec l’éditeur Louis-Jules Hetzel (1886-1914). Genève : Slatkine, 2006.

Weber, Max. L’Éthique protestante et l’esprit du capitalisme. Paris : Presses Pocket, « Agora », 1991 [1904-1905].

Haut de page

Notes

1 Il n’a pas peu contribué à réévaluer le statut de Jules Verne d’auteur pour la jeunesse en auteur à part entière. Voir, notamment, son essai fondateur : « Le point suprême et l’âge d’or à travers quelques œuvres de Jules Verne ».

2 « Je vous envoie par chemin de fer le 1er volume du nouveau roman, intitulé, sauf mieux, Le Testament d’un Excentrique. Il arrive bien puisqu’il est tant question de l’Amérique et qu’il a tous les États-Unis pour théâtre. Je vous avais parlé dans le temps de l’idée que j’avais d’établir un roman sur le Jeu d’oie. Eh bien, le voici. J’ai été très favorisé par les circonstances, parce que, ne comptant pas l’Alaska qui est en dehors du territoire, il y a aujourd’hui 50 États dans les États-Unis, lesquels avec l’un d’eux répété 14 fois, font les 63 cases du jeu. […] Bref, quand on aura lu cela, on connaîtra l’U.S.A. à fond. Je pense que l’on y trouvera quelque plaisir. […] Il m’a fallu des semaines rien que pour organiser la partie qui s’engage entre 6 et même 7 personnes, et j’ai fait une carte de ce Noble Jeu des États-Unis d’Amérique que je joins au 1er volume », Lettre à Louis-Jules Hetzel, 28 Juillet 1898, Correspondance inédite de Jules et Michel Verne avec l’éditeur Louis-Jules Hetzel, p. 48-49.

3 Dans un entretien donné au Monde des Livres, 17 mars 2005.

4 Jules Verne, Le Testament d’un excentrique, Bibliothèque électronique du Québec, vol. 525, 2005, p. 352. Toutes nos références à ce texte, données entre crochets dans le corps du texte, iront à cette édition, aisément accessible.

5 Visibles dans l’« abominable pays des Everglades, où se sont réfugiées les dernières tribus des Séminoles, beaux et farouches, qui, sous leur chef Oiséola, ont si intrépidement lutté contre l’envahissement fédéral » [361].

6 Malgré la résistance des Séminoles, « il n’y a plus rien à redouter des Apaches, des Comanches et autres tribus de Peaux-Rouges qui couraient autrefois la contrée, et dont quelques-unes ont obtenu du Gouvernement fédéral de conserver leur indépendance » [257-258].

7 Dans le sauvage Wyoming, on peut s’attendre à des attaques de la part de « Sioux nomades, qui ne sont pas tous cantonnés dans leurs réserves » [416].

8 Autant de tribus dont « l’Américain ne supporte pas sans peine le turbulent voisinage » [420].

9 Désormais « réduits à quelques enclaves » [739].

10 « Misi Sipi, c’est-à-dire Grande Eau en langue algonquine » [646].

11 Il n’a ainsi garde d’oublier que, dans l’Indiana, « l’extermination des indigènes fut entreprise dès le siècle dernier » [526] et une rencontre fortuite avec quelques « détachements d’Indiens Mohawks » lui donne l’occasion de rappeler « qu[‘ils] possédaient autrefois ce territoire » [568].

12 Voir la communication de Thomas Carrier-Lafleur, « L’Espace états-unien comme modèle ludique. Coups de dés et voyages labyrinthiques dans Le Testament d’un excentrique ».

13 Marc Angenot, « Jules Verne, The Last Happy Utopianist ».

14 Je renvoie ici à l’éclairage pénétrant qu’en donne Patrick Hubner, « Le livre ouvert de Butor sur l’Amérique ».

15 Il est vrai qu’Hetzel avait, le premier, donné le ton en concevant la publicité du Tour du monde en quatre-vingt jours selon le modèle d’un jeu de plateau. Sur ces échos, voir Le Testament d’un excentrique. Notice, in Jules Verne, Voyages extraordinaires. Voyage au centre de la Terre et autres romans, Paris, Gallimard, « Bibliothèque de la Pléiade », 2016, p. 1279-1280.

16 Michel Butor, « L’image du monde au XIXe siècle ». Sur ces questions, voir Daniel Compère, Jules Verne écrivain.

17 Jules Verne, Textes oubliés, p. 181.

18 Cf. De la Terre à la lune (1865).

19 Pour approfondir la question, voir Laure Lévêque, « Sans dessus dessous. Jules Verne ou la dialectique du héros et du zéro » ; « De sans dessus dessous à L’éternel Adam : le meilleur des mondes de Jules Verne » ; « Sans dessus dessous (1889) de Jules Verne : dernier avertissement avant l’Apocalypse », à paraître.

20 Jean Chesneaux, Jules Verne, un regard sur le monde : nouvelles lectures politiques, p. 235.

21 Ibid., p. 234.

22 Michel Serres, Jouvences sur Jules Verne, p. 243.

23 Voir la liste des États retenus et l’ordre des cases du plateau, Le Testament d’un excentrique, op. cit., p. 126-127. « Actuellement », porte le testament d’Hypperbone, « sans compter l’Alaska, située en dehors de son territoire, mais qui s’y rattachera bientôt, lorsque le Dominion of Canada nous aura fait retour, l’Union possède cinquante États, répartis sur près de huit millions de kilomètres superficiels » [114].

24 L’Oklahoma y occupe la case 29, qui n’a pas encore fusionné avec le Territoire Indien (case 62). Le Nouveau Mexique se tient sur la douzième case et l’Arizona sur la soixantième.

25 Pour reprendre l’expression forgée en 1856 par John O’Sullivan pour légitimer les visées impérialistes des États-Unis.

26 Le thème est orchestré tutti dans nombre d’intrigues, singulièrement dans De la Terre à la lune (1865) à L’Île à hélice (1895) ou La Journée d’un journaliste américain en 2889 (1889).

27 Pour s’en tenir aux seules interventions de la décennie qui voit la publication du roman.

28 Cf. supra note 2, pour le passage in extenso de cette la lettre à Hetzel.

29 À La Nouvelle-Orléans, « vaste cité de deux cent quarante-deux mille habitants, très diversifiés par les mélanges de sang », « les Noirs, s’ils jouissent de tous les droits politiques, n’ont pas l’égalité sociale » [661].

30 La citation provient de la Nouvelle géographie universelle d’Élisée Reclus, Tome XVI : Les États-Unis, p. 399. Voir aussi p. 98.

31 Cette autre grande figure de l’écurie Hetzel est toujours référée de manière extrêmement positive dans son œuvre.

32 C’est le titre, provocateur – au complet : « Défense de l’homme. L’antiaméricanisme est un humanisme » – par lequel Philippe Roger introduit le chapitre 5 de la seconde partie de sa somme L’Ennemi américain. Généalogie de l’antiaméricanisme français, p. 481.

33 Jules Verne, Une ville flottante, Bibliothèque électronique du Québec, vol. 7, p. 250.

34 L’immensité de l’espace demeure une donnée fondatrice du romanesque de ce texte quand il est rappelé qu’« Il était heureux que le Champion du Nouveau Monde et son entraîneur n’eussent pas à parcourir les soixante-quinze millions d’hectares que comprend la superficialité texienne » [116].

35 C’est aux États-Unis que les trains « détiennent le record du millier de milles en vingt-quatre heures » [143].

36 Jules Verne, Une ville flottante, op. cit., p. 250.

37 Jules Verne, Robur-le-Conquérant, Bibliothèque électronique du Québec, vol. 334, p. 131.

38 « Non ! rien n’est comparable à ce tumultueux déversement des eaux du lac Érié dans le lac Ontario par le canal niagarien. C’est le Saint-Laurent, qui passe, se brisant à l’éperon de Goat Island pour former d’un côté la chute américaine, de l’autre la chute canadienne en fer à cheval ! » [141-142].

39 Nonobstant une belle résistance : « Malgré tout ce que pouvait dire le reporter de cette célèbre cataracte, maintenant trop connue et trop industrialisée, et qui le sera bien davantage dans l’avenir, lorsqu’on aura dompté ses seize millions de chevaux, ce ne sont ni la Porte des Adirondaks, ce merveilleux ensemble de défilés, de cirques, de forêts, dont l’Union veut faire une propriété nationale, ni les Palissades de l’Hudson, ni le Parc central de la métropole, ni le Broadway, ni le pont de Brooklyn, si audacieusement jeté sur la rivière de l’Est, qui disputeront les touristes aux merveilles de la Horse Shoe Fall » [140-141].

40 Seul avantage : « J’ai mis sur ma fenêtre un peu d’eau dans le fond d’un verre, et, le lendemain, j’avais de l’encre. C’est avec ce mélange chimique que je t’écris, chère mère » [600].

41 Voir les analyses que livrent Frank Browning et John Gerassi dans leur Histoire criminelle des États-Unis.

42 Cf. Max Weber, L’Éthique protestante et l’esprit du capitalisme.

43 Léo Claretie, Feuilles de route aux États-Unis, p. 82.

44 Mammoth Caves où sévit aussi une industrie du tourisme agressive, cf. p. 531.

45 John Ralston Saul, Vers l’équilibre.

46 Dont il faut bien tenir compte, même si l’on sait devoir très largement rapporter la nouvelle à la plume de Michel plutôt que de Jules Verne, ce dernier y ayant apposé sa signature, actant ainsi l’appartenance du texte au massif vernien.

47 Même Max sera tenu à semblable impératif. Cf. p. 414.

48 Il en sera au reste bien puni par la justice narrative, qui l’enverra au prix fort voyager autour de sa chambre en l’expédiant sur la fatale case 19 où se trouve l’auberge.

49 « il visita en touriste infatigable » [427], se félicitant d’un tirage qui lui fournit l’occasion « de visiter la plus belle région des États-Unis, ce merveilleux Parc national du Yellowstone que je ne connais pas encore » [407].

50 De son périple, il ramène deux esquisses, « un site de Kansas river », « une vue des cascades du Fire Hole dans le Parc national » [579].

51 « Il faut l’avouer, Max Réal n’eut pas l’heur – ce qu’il s’en moquait ! – de plaire à ses concitoyens par cela seul qu’il emportait son attirail de peintre. Jonathan, en homme pratique, estimait qu’il ne s’agissait point de voir du pays ni de faire des tableaux, mais de voyager en partenaire, non en artiste » [156].

52 Voir Jean Delabroy, « Le “humbug” et la crise des spéculations ».

53 Ainsi de Michel Ardan, dans De la Terre à la lune, qui tempère l’agressivité stérile des membres du Gun Club ; ainsi du quatuor d’instrumentistes dans L’Île à hélice, qui déjoue le sérieux pontifiant des nababs de Milliard-City.

Haut de page

Table des illustrations

Légende Entre, plus haut, celui proposé par le New York World, et, ci-après, celui du Testament d’un excentrique, la bataille des jeux de l’oie fait rage. Le principe inspirera Queneau (Un conte à votre façon, 1967), Perec (La Vie mode d’emploi, 1978) et Butor (Mobile, 1962), qui salue la modernité de Jules Verne, y compris s’agissant de « problèmes littéraires »16, parmi lesquels les règles de la progression thématique, que l’Argentin Julio Cortázar met à son tour à l’épreuve avec Marelle (1963).
URL http://journals.openedition.org/babel/docannexe/image/6972/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 340k
URL http://journals.openedition.org/babel/docannexe/image/6972/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 496k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Laure Lévêque, « Le Testament d’un excentrique de Jules Verne (1899) : un jeu de l’oie grandeur nature ou les États-Unis mode d’emploi », Babel, 39 | 2019, 145-169.

Référence électronique

Laure Lévêque, « Le Testament d’un excentrique de Jules Verne (1899) : un jeu de l’oie grandeur nature ou les États-Unis mode d’emploi », Babel [En ligne], 39 | 2019, mis en ligne le 15 décembre 2019, consulté le 24 janvier 2020. URL : http://journals.openedition.org/babel/6972 ; DOI : 10.4000/babel.6972

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Babel. Littératures plurielles est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Laboratoire Babel
  • Logo Université de Toulon
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • OpenEdition Journals