Navigation – Plan du site
Varia

Les représentations de la femme dans l’univers oriental des Contes de Voltaire

Moufida Aliou
p. 283-302

Résumés

Les figures féminines des Contes de Voltaire sont, pour la plupart puisées dans le grand thésaurus oriental constitué essentiellement par le Coran, les récits de voyage, les « contes arabes » traduits par Antoine Galland et intitulés Les Mille et Une Nuits, la Bibliothèque Orientale de Barthélémy d’Herbelot ou dans les relations recueillies de la bouche de personnes qui ont visité divers pays d’Orient. Voltaire multiplie les figures issues de ce contexte culturel encore inconnu du lectorat européen contemporain : femmes claustrées dans des harems ou sérails, femmes voilées, femmes captives de corsaires, odalisques, reines… La peinture de tous ces personnages féminins nous a placée devant des questions pressantes sur les sources de l’accès de Voltaire à cet univers quasi mythique qui constitue le fondement de sa représentation d’un Orient né sous sa plume d’une sorte de syncrétisme que forment des ouvrages miroirs d’altérités. Voltaire emprunte à l’Orient tout un éventail de figures de femmes dont les portraits, emblématiques de cet univers, semblent être convoqués dans un souci d’ordre esthétique, certes, mais qui sert notamment d’assise à un militantisme en faveur du bonheur humain, notion phare amenant vers sa lumière scintillante tous les écrits se réclamant de cette vénération vouée à la raison.

Haut de page

Texte intégral

Introduction

1Les figures féminines des Contes de Voltaire répondent souvent à une onomastique orientale. Aux Astarté, Azora, Sémire, Falide, Missouf et autres Almona de Zadig, se joignent celles qui, tout en ne se réclamant pas de cette onomastique, semblent revendiquer des territoires ancrés dans cet Orient large qui interpelle le conteur : Cunégonde, Paquette, la vieille de Candide ; Mélinade du Crocheteur borgne ; Formosante, Aldée, Irla, la bergère Gangaride de La Princesse de Babylone ; les Indiennes Adaté et Déra des Lettres d’Amabed et bien d’autres. Dans quelles sources puisent les diverses représentations de ces figures si ce n’est dans le large thésaurus oriental que constituent essentiellement le Coran, les récits de voyage, les contes arabes traduits par Antoine Galland, la Bibliothèque orientale de Barthélémy d’Herbelot ou dans des relations recueillies de la bouche de personnes ayant visité des terres d’Orient ?

1. Figures issues de l’imagerie coranique

1.1. Voltaire et le Coran

  • 1 Choix de Voltaire d’omettre l’article anglais « the » et de le remplacer par l’article français « l (...)
  • 2 Voltaire, Dictionnaire philosophique, p. 74.

2Voltaire est lecteur du Coran. Il en connaît au moins deux traductions qu’il a largement annotées et qu’il cite dans sa correspondance. Il mentionne, dans son Dictionnaire philosophique, le nom de Pierre Du Ryer, qui a traduit le Coran en 1647, sous le titre imitant l’arabe d’« Alcoran », et celui de George Sale, qui l’a traduit en anglais en 1734, et intitulé « The Koran ». Aussi l’article consacré au Texte porte-t-il, en titre, les deux termes, faisant allusion aux traductions respectives : « Alcoran ou plutôt le1 Koran »2.

  • 3 Voltaire, La Princesse de Babylone, in Romans et contes, p. 465.

3Le Paradis d’Allah offre toute une batterie d’images qu’il prodigue aux lecteurs du Coran et où semble puiser le conteur pour caractériser ses personnages féminins. La situation des « fortunés musulmans quand, dégagés de leurs liens terrestres, ils se voient dans le neuvième ciel entre les bras de leurs houris »3 est prêtée à Formosante dans La Princesse de Babylone, au moment où elle entreprend, avec le phénix, de voyager vers les Gangarides à la recherche de l’inconnu dont elle s’est éprise et qui est parti si promptement de Babylone qu’elle n’a pas eu le temps de s’entretenir avec lui, ni de lui dévoiler sa flamme. Sa rêverie prémonitoire d’une jouissance, que permettraient ses retrouvailles avec son aimé, convoque l’imaginaire du conteur nourri de la lecture du Coran, promettant aux musulmans qui cherchent à satisfaire Dieu en obéissant à ses commandements des jouissances de divers ordres.

  • 4 Alcoran de Mahomet, « Chapitre du Rang », Tome second, p. 229.
  • 5 Ibid., Tome II, « Chapitre du Miséricordieux », LV, p. 211.
  • 6 Ibid.
  • 7 Ibid.
  • 8 Ibid.
  • 9 Ibid.

4Le texte coranique déborde de promesses de récompenses dans l’au-delà, aussi les musulmans qui se croient méritants s’imaginent-ils avec les « houris » qui leur tiendraient compagnie au cas où « Dieu les comblerait de sa Grâce » en les admettant dans son Eden. Certes, Voltaire n’a accès au Coran ni à aucune œuvre de langue arabe qu’à travers leur traduction en français ou en anglais. Pierre Du Ryer4 y traduit le terme « حُور » (hour), de l’arabe, par l’expression « femmes qui ont les yeux très noirs et le corps très blanc »5, ou simplement « femme »6, non sans faire suivre le terme de diverses caractérisations susceptibles de faire de ces créatures des êtres destinés à plaire. Les propos coraniques promettent à « ceux qui auront eu la crainte de dieu devant les yeux »7 des « femmes qui ne jetteront la vue que sur eux »8, des « femmes qui auront les yeux noirs et qui seront blanches comme des perles enfilées »9.

  • 10 The Koran, Commonly Called the Alcoran of Mohammed, Chapter LV, the Merciful, LV, p. 433.
  • 11 Ibid., Chapter LVI, The Inevitable, p. 434.
  • 12 Ibid., Chapter LV, The Merciful, LV, p. 433.

5George Sale, lui, traduit le terme « houri(s) », « حور », par « agreeable and beauteous damsels […] having black eyes »10 ou « fair damsels having large black eyes »11 ou encore « destined spouses »12 dans le texte du Coran qu’il a traduit sous le titre de The Koran of Mohammed.

1.2. Les « houris » et les anges : du Coran et de la « Sonna »13 aux Contes de Voltaire

  • 13 Jean Gagnier, Vie de Mohamet.
  • 14 C’est l’auteur qui insère.
  • 15 Soubhi El-Saleh, La Vie future selon le Coran, chapitre I, « Le paradis d’après l’exégèse tradition (...)

6L’obéissance aux ordres divins vaut aux fidèles, d’après le texte du Coran, des récompenses proportionnelles à leur dévouement. Ils se font promettre des « houris » pour compagnes. Ce sont des créatures dont les traits sont rendus, dans le Coran, d’une manière qui semble susceptible d’éblouir les croyants et de les inciter à la vertu et à la soumission à Dieu pour mériter une telle faveur. Le terme est ainsi défini par Soubhi El-Saleh dans La Vie future selon le Coran : « Houri vient de Hawrâ (pluriel de hûr)14, dont la racine arabe, hawar, qualifie les beaux yeux noirs au blanc très prononcé »15. Pour Malek Chebel, auteur de L’Imaginaire arabo-musulman :

  • 16 Malek Chebel, L’Imaginaire arbo-musulman, p. 162.

le sens du mot hawrâ, “حوْراء”, désigne un œil d’oryx, ou de gazelle dont la pupille et l’iris sont entourés d’une cornée très blanche, de sorte que les premiers sont mis en relief par le contraste de couleur entre les deux surfaces. L’une des dérivations de cette notion […] concerne toute femme dont les yeux noirs contrastent fortement avec la blancheur de la peau.16

  • 17 L’Alcoran, Tome II, LVI, « Chapitre du Jugement », p. 212.
  • 18 Ibid., Chapitre LV « Le Miséricordieux », p. 211.
  • 19 Ibid., Tome II, Chapitre XXIV, « La Lumière », p. 41.
  • 20 Ibid., Chapitre LV, « Le Miséricordieux », p. 211.
  • 21 ،الصّادر بالقاهرة في١٠/٢/٢٠٠٣ القرآن الكَريم، دار السّحَّار للطِّباعة ٥٥ سورة الرحمن, p. 533.
  • 22 Titre figurant en p. 654 du Corpus des notes marginales de Voltaire, Volume 4 (G-K), Note 814, Volt (...)

7Les tableaux peignant les houris font d’elles des êtres de lumière dont la beauté ne souffre pas de commune mesure avec celle des créatures terrestres. Le texte du Coran compare ces créatures célestes aux « perles »17, aux « rubis »18 et accorde à leurs corps des qualités de transparence et de blancheur flattant la vue des hôtes du paradis. Dans le Chapitre LV, « Le Miséricordieux », traduction de « ٥٥ سورة الرحمن », on lit à propos de ces femmes promises aux « vrais croyants »19 : « elles sembleront du corail et des rubis »20, d’après la traduction de Du Ryer, ce qui reprend l’expression du texte source : « (58) كَأَنَّهُنَّ الْيَاقُوتُ وَالْمَرْجَانُ »21. Le Corpus des notes marginales révèle les fondements de l’intérêt porté par Voltaire à la Sourate LV, « The Chapter of the Merciful », dans la traduction anglaise de George Sale, dont le titre figure ainsi dans le volume des notes G à K, « The Koran, Commonly Called the Alcoran of Mohammed : Translated Into English by George Sale, C. Ackers, London, 1734 »22.

  • 23 Revue Voltaire, N° 3, 2003.
  • 24 Corpus des notes marginales de Voltaire 4, Chapitre du Miséricordieux p. 433, Oxford 2011, p. 664.
  • 25 L’Alcoran, op. cit., Tome II, LVI, « Chapitre du Jugement », p. 212.
  • 26 Ibid., XXXVII, « Chapitre des Ordres », Mortier, Tome II, p. 126.
  • 27 The Koran, XXXVII, « Those who rank themselves in order », 1734, p. 365.

8Les notes relatives à l’ouvrage traduit sont classées sous le numéro 814 dans l’Édition d’Oxford 2011 de la « Voltaire Foundation » en collaboration avec la Bibliothèque Nationale de Russie. Elles prennent trois formes : celles de barres gauches s’écartant de quelques millimètres des fins ou des débuts des lignes comprenant les versets 23 à 31 ; un signet placé dans la double page 432-433 et une note écrite, ou « note de texte »23, « Ouris »24 (sic.), et non « houris », figurant en page 433e du volume du Koran traduit par Sale, dans la marge droite. « Elles seront […] des perles enfilées »25, lit-on dans la Sourate LVI, « Le Jugement », « ٥٦ سورة الواقعة ». Leur blancheur est comparée à celle des « œufs frais »26 dans le chapitre des « Ordres », « ٣٧ سورة الصافات », « Having large black eyes and resembling the eggs »27, écrit George Sale pour traduire les deux versets 48 et 49 de la Sourate « ٣٧ سورة الصافات », XXXVIIe du Coran :

  • 28 القرآن الكَريم، XXXVII, ، رقم ، ص. 447, . سورة الصافات, op. cit.

(وَعِنْدَهُمْ قَاصِرَاتُ الطَّرْفِ عِينٌ (48) كَأَنَّهُنَّ بَيْضٌ مَكْنُونٌ (49).28

  • 29  L’Alcoran, Tome II, Chapitre du Jugement, LVI, p. 212.
  • 30 L’Alcoran, Tome II, Chapitre des Ordres, p. 126.
  • 31 Voltaire, Zadig, in Romans et contes, Chapitre « Les rendez-vous », p. 61.
  • 32 Ibid.
  • 33 Ibid., p. 62.
  • 34 Ibid.
  • 35 Ibid.
  • 36 Ibid.
  • 37 Ibid.
  • 38 Ibid.
  • 39 Ibid.
  • 40 Ibid.

9Ces « femmes qui auront les yeux noirs »29, ces femmes « blanches comme des œufs frais »30 vont souvent contaminer les portraits féminins que Voltaire peindra dans ses Contes. Il prête à la veuve Almona de Zadig des qualificatifs que nous jugeons puisés dans les propos coraniques décrivant ces femmes blanches, rosées, aux yeux noirs, promises aux élus. Les « bras nus »31 qu’elle montre au pontife émerveillé sont « d’une blancheur éblouissante »32. Elle est l’une de ces créatures qui semblent faites d’un mélange de « pourpre »33, de « perles »34, de « corail »35 sur fond de « blanc de lait le plus pur »36, avec lequel contrastent « de grands yeux noirs »37 qui languissent en brillant doucement d’un feu tendre »38. Le sein qu’elle fait voir au clerc est « d’ivoire »39, agrémenté d’un « bouton de rose »40, pour finir de le séduire et l’amener à signer l’arrêt de grâce pour son sauveur, Zadig, qui la dissuade de se soumettre à une ancienne coutume contraignant les veuves à se laisser brûler vives sur le bûcher de leur époux.

  • 41 Ibid., Zadig, p. 67.
  • 42 Voltaire, Le Crocheteur borgne, in Romans et contes, p. 595.
  • 43 L’Alcoran, Tome II, XLVII, Chapitre du Jugement, p. 212.
  • 44 L’Alcoran, Tome II, XXXVII, « Chapitre des Ordres », Tome II, p. 126

10Le pêcheur que Zadig rencontre aux confins de la Syrie lui décrit sa femme, qui lui a été ravie par un brigand d’Arabie, du temps où il était marchand de fromages à Babylone : « Elle était plus blanche que ces fromages à la crème qui commencèrent mon malheur ; et l’éclat de la pourpre de Tyr n’était pas plus brillant que l’incarnat qui animait cette blancheur »41, dit-il à Zadig. Voltaire lui accorde l’un de ces traits que le verbe coranique associe aux « houris ». Il l’accordera également à Mélinade, du Crocheteur borgne, dont les « mains plus blanches et plus délicates que les lis »42 rappellent ces créatures promises aux vrais croyants dans l’au-delà, qui empruntent la pureté des « perles »43 et des « œufs frais »44, images développant la clarté du teint de ces femmes du Paradis dans plusieurs chapitres du Coran cités plus haut, celui du « Jugement », ٥٦ سورة الواقعة, celui des « Ordres », ٣٧ سورة الصافات, celui du « Miséricordieux », ٥٥ سورة الرحمن, avec d’autres dont, par souci de concision, nous ne ferons pas l’inventaire ici.

  • 45 Ibid., Tome II, Chapitre LV, « Le Miséricordieux », p. 211.

11Ces créatures, ces houris lumineuses, quasi aériennes, sont si délicatement vêtues que les étoffes de leurs habits laissent entrevoir la perfection de leurs corps. Dans la sourate ou, pour reprendre les termes de Pierre Du Ryer, dans le « Chapitre du Miséricordieux », ٥٥ سورة الرحمن, elles sollicitent l’image des pierreries. Elles y sont « corail et […] rubis »45. La métaphorisation, par les propos coraniques, de ces femmes du paradis, leur accorde, selon les exégètes du texte, des qualificatifs de blancheur, de luminosité et de transparence. Ismail Aboulfeda Imaduddin Ibn Omar Ibn Kathir, que Voltaire cite aussi bien dans ses Questions sur l’Encyclopédie que dans Le Dictionnaire philosophique sous le nom d’« Aboulfeda », est un exégète du Coran mais aussi l’auteur d’une biographie de Mohamed, dit Mahomet, « السِّيرة النَّبَوِيَّة », que Jean Gagnier a traduite sous le titre de La Vie de Mahomet, publiée en trois volumes, en 1748. Voltaire en cite le traducteur :

  • 46 Voltaire, Questions sur l’Encyclopédie par des amateurs, Volume I, p. 344- 345.

Gagnier lui-même [écrit-il], tout professeur qu’il était en langue orientale à Oxford, s’est plu à nous débiter quelques faussetés sur Mahomet, comme si on avait besoin du mensonge pour soutenir la vérité de notre religion contre ce faux prophète. Il nous donne tout au long le voyage de Mahomet dans les sept cieux sur la jument Alborac.46

  • 47 L’Alcoran, Tome I, Chapitre XVII, « Le voyage de nuit », p. 254.
  • 48 Ibid., p. 267.
  • 49 Jean Gagnier, Vie de Mahomet.

12La sourate XVII du Coran est intitulée « Le voyage de nuit »47, « ١٧ سورة الإسراء », dans le texte arabe. Nulle précision n’y est donnée sur ce voyage. Le récit en est elliptique, se contentant d’évoquer les deux points de provenance et de destination entre lesquels s’est opérée la mobilité de l’illustre voyageur, Mahomet, « du Temple de la Mecque au Temple de Jérusalem »48. C’est la « Sonna »49 mahométane qui semble apporter un meilleur éclairage, évoquant les circonstances qui ont entouré ce voyage et les détails de ladite « ascension de Mohamed jusqu’au septième ciel ». C’est, d’après les propos d’Aboulfeda, traduits par Gagnier, « Abou Horaira, ami intime du prophète […], qui déclare l’avoir apprise de la bouche même de Mahomet » :

  • 50 C’est nous qui soulignons.
  • 51 Jean Gagnier, Vie de Mahomet, T. II, p. 252.

Une certaine nuit dit l’Apôtre de Dieu, je m’étais endormi entre les deux collines de Safa et de Merwa. Cette nuit était très obscure et très noire mais si tranquille qu’on n’entendait ni les chiens aboyer ni les coqs chanter. Tout d’un coup, l’ange Gabriel se présenta devant moi dans la forme en laquelle le Dieu Très-haut l’a créé. Son teint était blanc comme la neige, ses cheveux blancs tressés d’une façon admirable lui tombaient en boucles50 sur les épaules.51

  • 52 Voltaire, Dictionnaire philosophique, p. 27.
  • 53 Questions sur l’Encyclopédie, Article « Arot et Marot », Seconde partie, Londres, 1771, p. 149.
  • 54 Voltaire Dictionnaire philosophique, p. 27.
  • 55 Ibid., p. 29 et Questions sur l’Encyclopédie, op. cit., p. 151.
  • 56 C’est nous qui soulignons.
  • 57 Voltaire, Le Crocheteur borgne, p. 595.

13C’est l’ange qui l’accompagnera dans son voyage céleste, d’après la traduction de Gagnier de la Vie de Mahomet. Ce même récit est cité de manière intégrale aussi bien dans Le Dictionnaire philosophique52 que dans les Questions sur l’Encyclopédie53, dans l’article « Arot et Marot »54 : « C’est Aboulfeda [y écrit-il] qui, plus de sept cents ans après Mahomet, rapporte cette étrange histoire »55. Voltaire semble puiser dans ce récit de la visite de l’ange des images qui contribueront à la genèse du personnage de Mélinade, du Crocheteur borgne. « Il [Mesrour] avait vu les beaux cheveux blonds de Mélinade qui paraissaient à travers un voile de gaze, relevés les uns en tresses et les autres en boucles56 »57. L’image est, sans conteste, inspirée à Voltaire par le portrait de Gabriel tel que le lui fait découvrir le texte traduit par Jean Gagnier, renfermant la description méticuleuse de l’ange. La forme et la couleur que prend la chevelure de Mélinade, sous la plume du conteur, dans Le Crocheteur borgne, sont vraisemblablement calquées sur celles de la chevelure de l’ange Gabriel, tel qu’il apparaît dans la relation de Mahomet, rapportée par Abou Horaïra dans l’ouvrage traduit. Voltaire emprunte à la chevelure de Gabriel ses boucles et ses tresses ainsi que sa blondeur et communique à Mélinade les traits des anges et des houris lumineuses, destinées à récompenser les fidèles musulmans auxquels elles s’offrent de manière exclusive, n’ayant d’yeux que pour eux.

1.3. Les houris au regard exclusif : « قَاصِرَاتُ الطَّرْفِ »

  • 58 Voltaire, Zadig, Chapitre « Les rendez-vous », p. 61.
  • 59 Ibid.
  • 60 Voltaire, Le Crocheteur borgne.
  • 61 L’Alcoran, « Le Miséricordieux », p.211.
  • 62 Ibid., p. 209.
  • 63 The Koran, op. cit., p. 433.
  • 64 القرآن الكَريم، XXXVII سورة الصافات 37ص , 451.
  • 65 L’Alcoran, XXXVII, Tome II, Chapitre des Ordres, p. 126.

14L’Almona de Zadig, qui cherche à éblouir le chef des mages, jette sur lui un regard qu’elle veut envoûtant. Ses « grands yeux noirs »58, trait emprunté aux créatures du paradis, « languissaient en brillant doucement d’un feu tendre »59, aussi tendre que ce regard que les houris orientent, en exclusivité, vers leurs méritants époux. Mélinade60 semble surgir de cette « coterie » paradisiaque où les houris n’ont d’yeux que pour ceux à qui elles sont destinées. « Ils auront des femmes qui ne jetteront la vue que sur eux »61, lit-on dans le Chapitre LV – « Le Miséricordieux »62 – de L’Alcoran traduit par Pierre Du Ryer. George Sale traduit la même partie du verset 56 de la sourate « (فِيهِنَّ قَاصِرَاتُ الطَّرْفِ (56) » par « Therin shall receive them beauteous damsels refraining ther eyes from beholding any besides their spouses »63. La Sourate ou Chapitre des « Ordres », (سورة الصافات), XXXVIIe du Coran, rend cette exclusivité du regard dans le verset 4864 « وَعِنْدَهُمْ قَاصِرَاتُ الطَّرْفِ عِينٌ (48) » que Du Ryer traduit par : « Leurs femmes […] ne jetteront la vue sur personne que sur eux »65. Selon l’Exégèse d’Aboulfeda, les élus

  • 66 Abulfeda Ismail Ibn Kathir, Le commentaire complet du Coran {تفسير ابن كثير}, Sourate 55, « Le Clém (...)

trouveront des épouses dont les regards ne brilleront que pour eux, c’est-à-dire qu’elles sont chastes au regard pudique et ne voient au Paradis d’autres hommes meilleurs que leurs maris. On a rapporté que l’une d’elles dira à son mari : « Par Dieu, je ne trouve pas une chose dans tout le Paradis qui soit plus belle que toi, et rien ne m’y est préférable plus que toi. Louange à Dieu qui t’a créé pour moi et m’a créée pour toi ».66

  • 67 Voltaire, Le Crocheteur borgne, p. 596.
  • 68 Ibid.
  • 69 Ibid.
  • 70 Ibid.
  • 71 Ibid.
  • 72 Ibid.
  • 73 Ibid.
  • 74 Voltaire, La Princesse de Babylone, Chapitre I, p. 451.

15Mélinade est menée par son créateur dans un « lieu enchanté »67 figurant le paradis du Coran où elle se voit avec un « jeune homme »68 dont elle admire la « taille noble »69, le « visage »70, les « yeux »71, les « cheveux »72. Nulle autre présence ! Son regard se fait aussi exclusif que l’est celui que les houris réservent à leurs amants. Son « étonnement » et l’excès de sa « surprise »73, en le voyant, en sont les signes. Formosante, la princesse de Babylone, « baissa les yeux devant ses amants et s’inclina avec des grâces aussi modestes que nobles »74, rappelant ces créatures au regard strictement exclusif que le texte du Coran destine aux croyants méritants du Paradis.

2. La femme butin dans les Contes de Voltaire

2.1. Femmes captives de brigands

  • 75 Voltaire, Cosi Sancta.

16Il est des Contes de Voltaire qui ressuscitent une figure orientale emblématique de la marginalité, celle du brigand, parcourant déserts et cités à la recherche de butin, qui ne répugne pas à voler, à piller, à détruire, à violer, voire à tuer. Les brigands battent les chemins soit pour s’approprier le bien d’autrui, soit pour se rendre maîtres de femmes qu’ils enlèvent et mettent à leur merci, cherchant à jouir de leurs charmes ou à faire d’elles une marchandise des plus précieuses, quand elles se distinguent par leur beauté. Cosi-Sancta, personnage d’un conte éponyme que Voltaire a sous-titré « Un petit mal pour un grand bien, Nouvelle africaine », se met en quête de secours pour son fils malade. Sur la route d’Aquila, elle est arrêtée par des brigands et leur « chef […], la [trouvant] très jolie »75, la menace de tuer son frère, qui l’accompagne, si elle refuse de lui accorder ses faveurs. Elle s’y résigne, pour l’amour de son frère et de son fils, qui requiert des soins.

  • 76 Voltaire, Zadig, Chapitre « Le borgne », p. 31.

17Sémire, la première épouse de Zadig, lui a été ravie, le soir même où ils devaient s’unir, par un brigand, Orcan, venu avec de nombreux satellites, tous « armés de sabres et de flèches »76. Il tente de s’approprier la femme et de tuer le mari, qui constitue une entrave à ses projets. Zadig se défend vaillamment et parvient à sauver son épouse, mais il est touché à l’œil. Sémire finira par céder aux avances du brigand et l’épousera après avoir quitté son mari, le croyant devenu borgne.

  • 77 Ibid., Chapitre « Le brigand », p. 65.
  • 78 Ibid.

18Zadig, fuyant l’Arabie où il a failli être tué pour avoir libéré les veuves du joug d’une ancienne coutume les contraignant à s’immoler sur le bûcher funéraire de leur mari, échoue, captif, dans la demeure du brigand Arbogad. « Le seigneur du château était un de ces Arabes qu’on appelle voleurs », écrit Voltaire. Le Babylonien fugitif y est témoin du « partage des dépouilles »77 : « On avait fait pendant la nuit de nouvelles conquêtes »78, comprend-il, tentant de démêler les raisons du tumulte qui règne dans le château.

  • 79 Ibid.
  • 80 Ibid.
  • 81 Voltaire, Zadig, Chapitre « Le basilic », p. 73.
  • 82 Voltaire, Zadig, Chapitre « Le brigand », p. 65.

19La femme constitue le butin le plus précieux de ces « conquêtes ». Sa beauté est une valeur marchande qui assure sa circulation, tant qu’elle dure. « J’ai pris plusieurs femmes dans mes courses, je n’en garde aucune, je les vends cher quand elles sont belles, sans m’informer de ce qu’elles sont »79, confie Arbogad à Zadig qui, apprenant le passage du brigand par Babylone, l’interroge sur le sort de la reine. « Peut-être ai-je vendu la reine »80, lui dit-il. Astarté le confirmera en faisant à Zadig le récit de sa captivité lors de leurs retrouvailles en Syrie. « Un fameux voleur nommé Arbogad m’enleva, et me vendit à des marchands »81. Ces marchands qui la revendent à leur tour à un seigneur syrien du nom d’Ogul. La beauté est ainsi le critère de sélection des captives : « On n’achète point le rang [explique Arbogad à Zadig] ; une reine qui serait laide ne trouverait pas marchand »82.

  • 83 Ibid., Chapitre « Le pêcheur », p. 67.

20Ayant reçu d’Arbogad la permission de partir, Zadig rencontre un pêcheur au bord d’une rivière avare, qui ajoute à son désespoir en s’ouvrant à Zadig de ses malheurs, causés par le brigand Orcan qui, l’ayant trouvée belle, lui a ravi sa femme. C’est ainsi que la lui décrit le mari, qui dit avoir été marchand de fromages à Babylone : « Elle était plus blanche que ces fromages à la crème qui commencèrent mon malheur, et l’éclat de la pourpre de Tyr n’était pas plus brillant que l’incarnat qui animait cette blancheur »83.

  • 84 André Miquel, Littérature arabe, p. 20.
  • 85 Ibid.

21Dans l’univers oriental, ces agissements paraissent une forme de « contestation [d’un] système social »84 dont les valeurs morales rejettent, marginalisent et méprisent ceux qui ne s’y conforment pas. « Ville et désert voient tous deux contester leur système social par un personnage marginal, le brigand, survivant, avec quelques compagnons, d’un groupe détruit, ou bandit d’honneur retournant contre le groupe qui l’a exclu les impératifs de sa morale »85, écrit André Miquel dans son étude sur La littérature arabe. Les règles de cette morale semblent reposer sur la capacité de nuire à autrui et sur l’affirmation de prouesses physiques dans ces attaques que les brigands lancent contre les voyageurs ou contre des campements qu’ils prennent d’assaut, souvent de nuit.

2.2. Femmes captives des corsaires

  • 86 Voltaire, Candide, Chapitre VII, p. 191, première occurrence.
  • 87 Ibid., Chapitre XI, p. 198,
  • 88 Ibid., p.199
  • 89 Ibid., p. 200.

22Sur mer, ce sont les corsaires qui réduisent en esclavage des femmes dont la beauté est prometteuse. Les captives sont menées de force sur des vaisseaux depuis lesquels elles rêvent à des terres qu’elles n’atteindront jamais. La « vieille »86 de Candide, ancienne princesse italienne, fille du « pape Urbain X »87, fait à Candide et à Cunégonde, ses compagnons de voyage, le récit de sa captivité en compagnie de sa mère, des femmes et des soldats qui les accompagnaient : « Un corsaire de Salé fond sur nous »88, leur dit-elle ; on les « [menait] esclave(s) à Maroc »89. Le butin est enlevé au corsaire par des Maures, dans un combat qui, au final, a raison de l’équipage et des voyageurs.

  • 90 Ibid., Chapitre XII, p. 202
  • 91 Ibid., Chapitre XI, p. 201.

23Là, un eunuque italien qui la découvre sous un amas de cadavres, au bord du trépas, considérant sa beauté, ne doute pas un instant du profit qu’il peut en tirer. Il l’embarque sur la promesse de la mener en Italie : « Il me conduisit à Alger et me vendit au dey de cette province »90, raconte-t-elle à ses compagnons. Elle est ensuite vendue à Tunis, où un marchand l’achète pour la revendre à Tripoli. Elle passe de mains en mains d’Alexandrie, à Smyrne, à Constantinople où elle échoue dans le sérail d’un aga des janissaires. L’eunuque italien l’avait bien indiqué : « il n’avait rien vu de si beau »91 qu’elle, de là la facilité à circuler du précieux « butin », « marchandise » de choix. Dans ce contexte culturel oriental particulier qui a interpellé Voltaire, les qualités féminines restent souvent tributaires du corps, d’après les œuvres majeures qui régissent cette culture ou qui en rendent compte. La femme promet autant que le permet son corps. Aussi la voue-t-on à une claustration à même d’interdire toute atteinte, dans des harems ou des sérails, selon son potentiel de séduction.

3. Femmes orientales des Contes : claustration et interdits

3.1. Le harem

24Le terme de harem est entouré d’ambiguïté. Tout ensemble individuel et collectif, il peut désigner une femme ou plusieurs, mise(s) à la disposition d’un homme à divers titres. Une épouse ou des épouses, dans un contexte où la polygamie est monnaie courante, des concubines, des odalisques, des favorites, des personnes dont sont attendus des services particuliers, aussi bien par les hommes sous les ordres desquels elles exercent que par leur famille ainsi que par des gens de passage dans la maisonnée ou dans le palais, dans un contexte géoculturel particulier.

  • 92 Saïah-Baudis, Haram, p. 7.

25« Mais si le harem est femme, [il] désigne d’abord l’endroit où se tiennent les femmes »92, écrit Ysabel Saïah. Ainsi, à la première définition, tentative de délimitation du harem, s’ajoute un nouveau paradigme qui en fait un lieu. Alain Gokalp, tenant d’une analyse anthropologique des idées politiques et religieuses, relève la dimension polysémique du terme en écrivant :

  • 93 C’est l’auteur qui insère.
  • 94 Gokalp, Harems, mythe et réalité, p. 9.

Le harem désigne à la fois la suite des femmes (concubines ou simples « beautés », les favorites) qui entouraient un personnage important en son lieu de résidence et l’espace physique circonscrit par une frontière marquant l’en deçà (le sacré) et l’au-delà (l’interdit)93.94

  • 95 C’est nous qui soulignons.
  • 96 Voltaire, Zadig, Chapitre « La jalousie », p. 47.

26L’interdit peut prendre diverses formes mais vise une fin unique : préserver le corps. Le préserver de toute atteinte. Il s’agit de veiller à ce que, fors pour le maître, ni l’ouïe ni la vue, et moins encore le toucher, puissent accéder à ce monde clos. Nommé premier ministre, Zadig jouit de toutes les faveurs auprès de son roi, Moabdar, qui prend l’habitude de le recevoir en présence d’Astarté, son épouse, reine de Babylone : le couple royal, appréciant son esprit et sa sagesse, sollicite de plus en plus son entremise. Dès lors, un échange subtil intervient entre Zadig et la reine. Aussi bien l’ouïe que la vue contribuent à créer entre eux une complicité, dont le roi sera vite au fait. Zadig avait des entretiens quotidiens avec le roi et avec Astarté, qui se livrait sans scrupules et sans crainte au plaisir « de voir et d’entendre95 un homme cher à son époux et à l’État »96, et combien cher à elle-même, ce qu’elle n’ose s’avouer. Il a beau combattre l’attrait que la reine exerce sur lui, il se résout à goûter ce plaisir périlleux de l’observer.

  • 97 Ibid., p.50.

27Le roi réalise trop tard que Zadig gagne de plus en plus de terrain auprès d’Astarté et que sa forteresse est assaillie. Il va jusqu’à supposer une liaison entre son ministre et la reine : « Il crut tout ce qu’il voyait et imagina ce qu’il ne voyait pas »97, lit-on dans le chapitre « La jalousie » de Zadig. Après la vue et l’ouïe, c’est le toucher qui fait l’objet des soupçons de Moabdar. L’infraction aux « lois du harem » sera fatale au couple royal Moabdar-Astarté mais aussi, quoique provisoirement, à Zadig et à Astarté.

3.2. Corps et sérail 

  • 98 Ibid., Chapitre « Le basilic », p. 72.

28Le sérail apparaît comme une forme d’enfermement où s’exercent la tyrannie et la possessivité masculines, dans ces somptueuses résidences conçues par les grands pour leur plaisir. Dans ces demeures enchantées, le harem est ainsi appelé « Sérail ». Comme le harem, le sérail désigne à la fois l’espace et les individus qui l’occupent. C’est un lieu clos, inaccessible, soigneusement gardé. S’y meut toute une société d’hommes mais surtout de femmes que l’on y place pour le plaisir d’un maître qui croit les honorer en daignant s’approcher d’elles. Le sérail, en tant que lieu, est une sorte de prison que l’on tente de rendre agréable en l’ornant richement et somptueusement pour en faire un cadre propice à la jouissance et une demeure où sont tenues prisonnières et esclaves ces femmes victimes de leur beauté même. « J’étais enfermée dans le sérail du roi d’Hyrcanie »98, confiera Astarté à Zadig au moment où il la retrouvera parmi les femmes du harem d’un noble dont le palais est situé aux confins de la Syrie et à qui elle est vendue par son premier acquéreur, le brigand Arbogad.

  • 99 Ibid.
  • 100 Ibid.

29Reine se trouvant dans les chaînes d’un ravisseur, elle est réduite à l’esclavage. Protestant contre sa nouvelle condition, elle ajoute : « je fus traitée en demoiselle suivante. L’Hyrcanien, sans daigner seulement m’adresser la parole, dit à son eunuque noir que j’étais une impertinente mais qu’il me trouvait jolie. Il lui ordonne d’avoir soin de moi et de me mettre au régime des favorites »99. « Favorite » mais pas du tout complaisante, elle fera tout pour fuir cette prison où elle est enfermée avec d’autres pour le plaisir du maître absolu des lieux, le roi Hyrcanien. « Je lui dis que je me tuerais, il réplique en riant qu’on ne se tuait point, qu’il était fait à ces façons-là et me quitte comme un homme qui vient de mettre un perroquet dans sa ménagerie »100, dit-elle à Zadig à propos de son expérience de favorite dans un sérail étranger où elle est tenue d’attendre les ordres du maître et d’être prête à satisfaire sur commande ses désirs.

  • 101 Ibid., Chapitre « Les yeux bleus », p. 89.
  • 102 Ibid.
  • 103 Ibid. p. 90.
  • 104 Ibid., Chapitre « Les yeux bleus », p. 89.

30Le roi de Serendib, Nabussan, expose pour Zadig la structure de son sérail : « J’ai ici cent femmes à mon service », lui dit-il, « toutes belles, complaisantes, prévenantes, voluptueuses même ou feignant de l’être avec moi »101. L’une d’entre elles, Falide, ne semble d’ailleurs pas « [feindre] »102 : « J’aimerai Nabussan et j’attendrai qu’il daigne m’aimer »103, affirme-t-elle. Ses propos sont révélateurs d’une soumission totale à la volonté de son roi et d’une fidélité que rien ne peut entamer, ce qui lui vaut l’estime du monarque, qui la destine au trône de Serendib, la trouvant au-dessus des « cent beautés dont [il] possède les charmes »104. La « possession » est le maître mot qui régit les rapports entre cette société de femmes et leur seigneur unique.

  • 105 Voltaire, Candide, Chapitre XII, p. 202.
  • 106 Tavernier, Voyages de Jean-Baptiste Tavernier, Tome V, Paris, Pierre Ribou, 1713, p. 57.
  • 107 Ibid.
  • 108 Ibid., p. 58 et 70.

31La vieille de Candide, ancienne princesse d’Italie, raconte avoir échoué, en captive, dans un sérail, celui de l’aga des janissaires, à Constantinople. Dans son voyage vers Azof, qu’il devait défendre contre l’armée russe qui voulait la prendre, « l’aga, qui était un galant homme, mena avec lui tout son sérail »105, comme s’il ne pouvait s’en passer. Dès le moment où ces femmes franchissent le seuil du sérail, elles sont claustrées et deviennent des objets de plaisir dont le maître des lieux jouit à volonté. Il profite de leurs charmes et les tient constamment sous ses ordres. Jean-Baptiste Tavernier consacre son VIe volume des Voyages à la « Relation du sérail du Grand Seigneur, Sultan de la Porte Sublime ». La description que fait le voyageur de ce lieu écarté lui donne un aspect carcéral. « Les murs et les tours qui font l’enclos du Serrail (sic.) ressemblent plus à une affreuse prison qu’à une Maison Royale »106, rapporte-t-il, décrivant cet « enclos »107, soigneusement gardé par des « eunuques noirs »108, ancêtres de ceux qui, dans les Contes de Voltaire, gardent le sérail du grand Nabussan, roi de Serendib, dans Zadig.

3.3. Corps et voile 

  • 109 De Vaux, Bible et Orient, p. 409.
  • 110 Ibid.
  • 111 Ibid., p. 412.

32Le voile apparaît comme le prolongement de ces schèmes de l’enfermement où s’exercent la tyrannie et la possessivité masculines sous les formes du harem ou du sérail. En brossant ses portraits de femmes voilées, Voltaire reprend un topos de l’écriture de l’Orient. Le voile, en tant qu’enveloppe du corps féminin, est conçu comme un rempart contre l’irruption des regards masculins étrangers, comme une forme d’interdiction d’accéder à un territoire privé dont seul dispose un maître. Le voile semble même empêcher la femme qui s’en couvre de voir clair autour d’elle. Roland de Vaux écrit à propos du port du voile dans l’Orient ancien : « Les femmes de Tarse circulent si bien drapées qu’elles-mêmes ne distinguent pas autre chose que leur route »109 sous ce « [drap] »110 qui les enveloppe, les isole et les dérobe aux regards en les plaçant à l’intérieur d’une « clôture sévère »111, infranchissable.

  • 112 Voltaire, Zadig, Chapitre « Le basilic » p. 69.
  • 113 Ibid., p. 71.
  • 114 Ibid., Chapitre « Les combats », p. 75.

33Cette « clôture » apparaît souvent comme un signe de distinction sociale. Voltaire en couvre la reine Astarté qui confie à Zadig, lors de leurs retrouvailles en Syrie, qu’elle « [n’avait] presque jamais montré [son] visage qu’à [lui] seul en présence et par ordre de son mari »112, de sorte que les courriers qui ont été envoyés à sa poursuite sur le chemin menant à Memphis ne l’avaient pas reconnue, ne l’ayant jamais vue ou, du moins, n’ayant jamais vu son visage auparavant. Après sa fuite d’Hyrcanie dont le roi, vainqueur, se l’est attribuée lors de l’attaque contre Babylone, Astarté est enlevée par le brigand Arbogad, qui la vend en Syrie. En y arrivant, Zadig rencontre au bord de la rivière une femme dont « le visage [est] couvert d’un voile »113, et avec qui il s’entretient. C’est Astarté elle-même. Le port du voile est certainement recommandé par sa nouvelle condition d’odalisque d’un notable de Syrie s’étant approprié le corps de l’esclave dont il se croit maître. Zadig, ayant sollicité la libération d’Astarté, l’obtient sur une promesse de guérir Ogul, le seigneur syrien, d’un mal lié aux excès de table et au manque d’exercice. De retour à Babylone, elle se fait couronner dans l’attente de l’élection d’un roi qui soit digne d’elle et du trône. Elle assiste à des jeux organisés pour mettre à l’épreuve les prouesses des jeunes prétendants. « On lui permettait seulement d’assister aux jeux, couverte d’un voile »114, sans doute pour lui conserver un anonymat nécessaire pour que son visage ne puisse marquer aucune préférence pour l’un ou l’autre des chevaliers concurrents, mais aussi pour observer une règle de conduite à laquelle devaient s’astreindre les femmes de sa condition.

  • 115 Voltaire, Le Crocheteur borgne, op. cit., p. 595.

34Mais si le voile s’interpose entre le corps qu’il couvre et les regards masculins étrangers, il peut prendre des formes qui invitent, voire qui incitent à le franchir, à atteindre, ne serait-ce que par le regard, ce qui est au-delà de la frontière qu’il constitue. Autant dire qu’un voile peut ne pas en être tout à fait un. Translucide, il semble exciter la curiosité du sujet regardant. L’étoffe qui « cache », en quelque sorte, la chevelure de Mélinade, dans Le Crocheteur borgne, semble davantage un accessoire enjolivant, voire excitant, qu’un rempart empêchant la vue d’accéder à un territoire impénétrable. Mesrour « avait vu les beaux cheveux blonds de Mélinade qui paraissaient à travers un léger voile de gaze, relevés les uns en tresse, et les autres en boucles »115. Ainsi, la translucidité du voile de Mélinade a permis de « voir » aussi bien la couleur de sa chevelure que la forme de sa coiffure.

Conclusion

35Le voile, accessoire typiquement féminin, marque emblématique de l’ancrage du conte voltairien dans un contexte oriental, serait une figuration de ce « voile » dont le philosophe enveloppe ses propos, un voile teinté d’une couleur orientale, que nous nous sommes proposée de lever, ailleurs, pour accéder à cet univers que le conte dissimule et qui révèle ce que le philosophe vise.

36Le constat du privilège donné par le conteur au cadre oriental auquel bien des personnages féminins des Contes empruntent leurs figures emblématiques et dont dépendent leurs mœurs, nous a placée devant des interrogations pressantes sur les sources d’accès à cet univers quasi mythique, peuplé d’êtres aux traits singuliers, se mouvant dans des contextes singuliers. Nos interrogations, nombreuses et combien pressantes nous ont menée vers des réponses plus ou moins satisfaisantes, nous conduisant vers des sources qui constituent le fondement de la représentation voltairienne de l’Orient, faite d’un syncrétisme que forment des livres de profession de foi, des récits de voyage, des contes miroirs d’altérités arabes, assyriennes, persanes, chinoises ou autres, un Orient qui, sans être recherché pour lui-même, est mis au service du grand projet philosophique se réclamant de l’esprit des Lumières.

Haut de page

Bibliographie

،الصّادر بالقاهرة في١٠/٢/٢٠٠٣ السَّحّار للطّباعة القُرآنُ الكَرِيمُ, (Coran en langue arabe, ou texte source)/ Le Caire : Éditions Assahhar, 2003).

Alcoran de Mahomet. Traduit de l’Arabe par Pierre Du Ryer. Tome premier et Tome second. Amsterdam : chez Pierre Mortier, 1734.

Alekseev, Michail Pavlovic et Tatjana Nikolaevna Kopreeva. Bibliothèque de Voltaire, Catalogue des livres. Moscow, Leningrad : Éditions de l’Académie des sciences de l’URSS, 1961.

Barberi, J. Ph. Grand dictionnaire français-italien et italien-français. Tome premier. Paris : Garnier Frères, 1854.

Chebel, Malek. L’Imaginaire arabo-musulman. Paris : PUF, 1993.

Corpus des notes marginales de Voltaire. Volume 4 (G-K). Oxford : Voltaire Foundation, 2011.

El-Saleh, Soubhi. La Vie future selon le Coran. Paris : Librairie philosophique J. Vrin, 1986.

Gagnier, Jean. Vie de Mahomet. Traduite et compilée de l’Alcoran, des traditions authentiques de la Sonna et des meilleurs auteurs arabes. Amsterdam : Wetsteins et Smith, 1748.

Galland, Antoine. Les Mille et Une Nuits. Édition de Charles Nodier, augmentée de plusieurs nouvelles et contes traduits des langues orientales par Eugène Destains. Paris : Galliot Libraire, 1825.

Gokalp, Alain. Harems, mythe et réalité. Rennes : Ouest-France, 2008.

Kathir, Abulfeda Ismail Ibn. Le commentaire complet du Coran {تفسير ابن كثير}. Traduit par Abdou Harakat. Beyrouth : Édition des Livres scientifiques, 1971.

Maçudi, Abdallah. Les Prairies d’or. Traduction française de Meynard. Paris : Imprimerie impériale, 1844.

Miquel, André. Littérature arabe. Paris : PUF, 1963.

Montesquieu. Lettres persanes. Tome premier. Londres : 1735.

Revue Voltaire. N° 1, Société des Études voltairiennes, 2001.

Revue Voltaire. N° 3, Société des Études voltairiennes, 2003.

Saïah-Baudis, Ysabel. Haram. Paris : Éditions du Chêne, Hachette-Livres, 2003.

Tavernier, Jean-Baptiste. Voyages, Recueil de plusieurs relations et traitez singuliers et curieux de J.-Baptiste Tavernier. Relation de l’intérieur du Sérail du grand seigneur. Paris : 1679.

The Koran, Commonly Called the Alcoran of Mohammed: Translated Into English immediately from the original Arabic; with explanatory taken from the most approved commentators. To which is prefixed a Preliminary Discourse. By George Sale, Gent. London : 1734.

Vaux, Roland de. Bible et Orient. Paris : Éditions du Cerf, 1967.

Voltaire. Cosi Sancta. In Romans et contes. Paris : Garnier Flammarion, 1966.

Voltaire. Candide. In Romans et contes. Paris : Garnier Flammarion, 1966.

Voltaire. Dictionnaire philosophique. Paris : Imprimé chez Lahure, 1765.

Voltaire. La Princesse de Babylone. In Romans et contes. Paris : Garnier Flammarion, 1966.

Voltaire. Le Crocheteur borgne. In Romans et contes. Paris : Garnier Flammarion, 1966.

Voltaire. Le Taureau Blanc. In Romans et contes, Paris, Garnier Flammarion, 1966.

Voltaire. Lettres d’Amabed. In Romans et contes, Paris : Garnier Flammarion, 1966.

Voltaire. Memnon. In Romans et contes. Paris : Garnier Flammarion, 1966.

Voltaire. Questions sur l’Encyclopédie par des amateurs. Volume I, « Arot et Marot et courte revue de l’Alcoran », Genève : 1774.

Voltaire. Zadig. In Romans et contes. Paris : Garnier Flammarion, 1966.

Haut de page

Notes

1 Choix de Voltaire d’omettre l’article anglais « the » et de le remplacer par l’article français « le ».

2 Voltaire, Dictionnaire philosophique, p. 74.

3 Voltaire, La Princesse de Babylone, in Romans et contes, p. 465.

4 Alcoran de Mahomet, « Chapitre du Rang », Tome second, p. 229.

5 Ibid., Tome II, « Chapitre du Miséricordieux », LV, p. 211.

6 Ibid.

7 Ibid.

8 Ibid.

9 Ibid.

10 The Koran, Commonly Called the Alcoran of Mohammed, Chapter LV, the Merciful, LV, p. 433.

11 Ibid., Chapter LVI, The Inevitable, p. 434.

12 Ibid., Chapter LV, The Merciful, LV, p. 433.

13 Jean Gagnier, Vie de Mohamet.

14 C’est l’auteur qui insère.

15 Soubhi El-Saleh, La Vie future selon le Coran, chapitre I, « Le paradis d’après l’exégèse traditionnaliste ».

16 Malek Chebel, L’Imaginaire arbo-musulman, p. 162.

17 L’Alcoran, Tome II, LVI, « Chapitre du Jugement », p. 212.

18 Ibid., Chapitre LV « Le Miséricordieux », p. 211.

19 Ibid., Tome II, Chapitre XXIV, « La Lumière », p. 41.

20 Ibid., Chapitre LV, « Le Miséricordieux », p. 211.

21 ،الصّادر بالقاهرة في١٠/٢/٢٠٠٣ القرآن الكَريم، دار السّحَّار للطِّباعة ٥٥ سورة الرحمن, p. 533.

22 Titre figurant en p. 654 du Corpus des notes marginales de Voltaire, Volume 4 (G-K), Note 814, Voltaire Foundation, Oxford 2011.

23 Revue Voltaire, N° 3, 2003.

24 Corpus des notes marginales de Voltaire 4, Chapitre du Miséricordieux p. 433, Oxford 2011, p. 664.

25 L’Alcoran, op. cit., Tome II, LVI, « Chapitre du Jugement », p. 212.

26 Ibid., XXXVII, « Chapitre des Ordres », Mortier, Tome II, p. 126.

27 The Koran, XXXVII, « Those who rank themselves in order », 1734, p. 365.

28 القرآن الكَريم، XXXVII, ، رقم ، ص. 447, . سورة الصافات, op. cit.

29  L’Alcoran, Tome II, Chapitre du Jugement, LVI, p. 212.

30 L’Alcoran, Tome II, Chapitre des Ordres, p. 126.

31 Voltaire, Zadig, in Romans et contes, Chapitre « Les rendez-vous », p. 61.

32 Ibid.

33 Ibid., p. 62.

34 Ibid.

35 Ibid.

36 Ibid.

37 Ibid.

38 Ibid.

39 Ibid.

40 Ibid.

41 Ibid., Zadig, p. 67.

42 Voltaire, Le Crocheteur borgne, in Romans et contes, p. 595.

43 L’Alcoran, Tome II, XLVII, Chapitre du Jugement, p. 212.

44 L’Alcoran, Tome II, XXXVII, « Chapitre des Ordres », Tome II, p. 126

45 Ibid., Tome II, Chapitre LV, « Le Miséricordieux », p. 211.

46 Voltaire, Questions sur l’Encyclopédie par des amateurs, Volume I, p. 344- 345.

47 L’Alcoran, Tome I, Chapitre XVII, « Le voyage de nuit », p. 254.

48 Ibid., p. 267.

49 Jean Gagnier, Vie de Mahomet.

50 C’est nous qui soulignons.

51 Jean Gagnier, Vie de Mahomet, T. II, p. 252.

52 Voltaire, Dictionnaire philosophique, p. 27.

53 Questions sur l’Encyclopédie, Article « Arot et Marot », Seconde partie, Londres, 1771, p. 149.

54 Voltaire Dictionnaire philosophique, p. 27.

55 Ibid., p. 29 et Questions sur l’Encyclopédie, op. cit., p. 151.

56 C’est nous qui soulignons.

57 Voltaire, Le Crocheteur borgne, p. 595.

58 Voltaire, Zadig, Chapitre « Les rendez-vous », p. 61.

59 Ibid.

60 Voltaire, Le Crocheteur borgne.

61 L’Alcoran, « Le Miséricordieux », p.211.

62 Ibid., p. 209.

63 The Koran, op. cit., p. 433.

64 القرآن الكَريم، XXXVII سورة الصافات 37ص , 451.

65 L’Alcoran, XXXVII, Tome II, Chapitre des Ordres, p. 126.

66 Abulfeda Ismail Ibn Kathir, Le commentaire complet du Coran {تفسير ابن كثير}, Sourate 55, « Le Clément », ٥٥ سورة الرحمن, p. 126.

67 Voltaire, Le Crocheteur borgne, p. 596.

68 Ibid.

69 Ibid.

70 Ibid.

71 Ibid.

72 Ibid.

73 Ibid.

74 Voltaire, La Princesse de Babylone, Chapitre I, p. 451.

75 Voltaire, Cosi Sancta.

76 Voltaire, Zadig, Chapitre « Le borgne », p. 31.

77 Ibid., Chapitre « Le brigand », p. 65.

78 Ibid.

79 Ibid.

80 Ibid.

81 Voltaire, Zadig, Chapitre « Le basilic », p. 73.

82 Voltaire, Zadig, Chapitre « Le brigand », p. 65.

83 Ibid., Chapitre « Le pêcheur », p. 67.

84 André Miquel, Littérature arabe, p. 20.

85 Ibid.

86 Voltaire, Candide, Chapitre VII, p. 191, première occurrence.

87 Ibid., Chapitre XI, p. 198,

88 Ibid., p.199

89 Ibid., p. 200.

90 Ibid., Chapitre XII, p. 202

91 Ibid., Chapitre XI, p. 201.

92 Saïah-Baudis, Haram, p. 7.

93 C’est l’auteur qui insère.

94 Gokalp, Harems, mythe et réalité, p. 9.

95 C’est nous qui soulignons.

96 Voltaire, Zadig, Chapitre « La jalousie », p. 47.

97 Ibid., p.50.

98 Ibid., Chapitre « Le basilic », p. 72.

99 Ibid.

100 Ibid.

101 Ibid., Chapitre « Les yeux bleus », p. 89.

102 Ibid.

103 Ibid. p. 90.

104 Ibid., Chapitre « Les yeux bleus », p. 89.

105 Voltaire, Candide, Chapitre XII, p. 202.

106 Tavernier, Voyages de Jean-Baptiste Tavernier, Tome V, Paris, Pierre Ribou, 1713, p. 57.

107 Ibid.

108 Ibid., p. 58 et 70.

109 De Vaux, Bible et Orient, p. 409.

110 Ibid.

111 Ibid., p. 412.

112 Voltaire, Zadig, Chapitre « Le basilic » p. 69.

113 Ibid., p. 71.

114 Ibid., Chapitre « Les combats », p. 75.

115 Voltaire, Le Crocheteur borgne, op. cit., p. 595.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Moufida Aliou, « Les représentations de la femme dans l’univers oriental des Contes de Voltaire », Babel, 39 | 2019, 283-302.

Référence électronique

Moufida Aliou, « Les représentations de la femme dans l’univers oriental des Contes de Voltaire », Babel [En ligne], 39 | 2019, mis en ligne le 15 décembre 2019, consulté le 19 février 2020. URL : http://journals.openedition.org/babel/7422 ; DOI : https://doi.org/10.4000/babel.7422

Haut de page

Auteur

Moufida Aliou

ISEAH de Tozeur - Université de Gafsa

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Babel. Littératures plurielles est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Laboratoire Babel
  • Logo Université de Toulon
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • OpenEdition Journals