Navigation – Plan du site

AccueilNuméros41Introduction

Texte intégral

1Les écrivains du pourtour méditerranéen et du Moyen-Orient mettent souvent en avant leur identité nationale ou religieuse ainsi que leur attachement à un territoire. Cependant, en raison des nombreux échanges et interactions qui ont lieu entre les pays qui forment l’espace euro-méditerranéen et le Moyen-Orient, cette identité est souvent fort complexe.

2La découverte de cette complexité est souvent la conséquence d’une confrontation à l’altérité absolue. La tension entre identité et altérité peut aussi apparaître à travers des regards différents portés sur le même objet, une ville, un épisode historique ou encore une pratique religieuse. Dans les pays du pourtour méditerranéen, l’Autre c’est aussi la femme comme l’ont montré les écrivaines Leïla Marouane, Jeanne Benameur, Kaoutar Harchi et Carole Martinez. Dans ce questionnement sur la place de la femme, il est possible de mettre en perspective identité féminine et émancipation.

3La décolonisation a également été un terreau fertile pour de nombreux écrivains de l’espace euro-méditerranéen. Cette période a permis à certains de mettre en avant leur identité plurielle. Finalement, la découverte de l’autre et de son identité est aussi et surtout la découverte de soi-même. C’est ce que nous découvrons chez les mystiques musulmans pour qui le je humain se confond avec le je divin.

4Les écrivains qui misent sur les identités plurielles et le rapprochement entre les peuples ont aujourd’hui un rôle important à jouer pour neutraliser la montée des extrémismes car comme le montre l’historien Roger Martelli dans son dernier essai L’identité c’est la guerre (2016), partout les murs et les frontières se dressent et remplacent le dialogue et la reconnaissance du fait qu’il existe chez autrui quelque chose de moi-même. Signe des temps, la maison d’édition créée en 2015 par Umberto Eco et Tahar Ben Jelloun s’appelle « La Nave de Teseo », un nom qui désigne aussi un paradoxe classique de la philosophie qui est un questionnement sur le même et l’autre, autrement dit l’identité et l’altérité.

5Ce recueil d’articles est donc l’occasion d’évoquer les auteurs qui décrivent cette tension entre identité et altérité, l’attachement à ses racines et la nécessité de découvrir les autres cultures, et qui montrent à travers leurs œuvres que la Méditerranée n’est pas une mer qui sépare l’Orient et l’Occident mais plutôt un espace complexe placé sous le signe de l’échange et de la rencontre.

6La première partie de notre recueil est consacrée à la relation entre identité et écriture dans la littérature de l’espace euro-méditerranéen. Les œuvres abordées ici ont en commun de montrer que cette identité est complexe mais que l’écriture permet de l’analy9-13ser et de la comprendre.

7Nous avons été habitués à lire des œuvres sur l’Orient écrites par des auteurs occidentaux. Elles peuvent être rangées dans un domaine qu’on appelle communément « orientalisme ». Mounira Chatti, dans son article, nous présente un écrivain, Sonallah Ibrahim, qui dans le roman Amrikanli, un automne à San Francisco inverse la perspective à travers l’histoire d’un universitaire égyptien qui effectue un long séjour aux États-Unis. Pour analyser cette expérience, elle s’appuie sur le concept d’« occidentalisme ». Le professeur d’histoire invité dans une université californienne examine comment le savoir est produit en Occident et en Orient. Cette confrontation avec une autre culture va l’amener à remettre en question les représentations qu’il avait de lui-même et des autres, de son monde et de l’Amérique. Le déplacement conduit alors à une dislocation du langage et de l’être dans ce récit de voyage qui est aussi une autofiction inspirée d’une expérience vécue par l’auteur égyptien.

8Daniel Larangé évoque dans son article l’identité libanaise, à la croisée des mondes, dans les œuvres de Chékri Ibn Ibrahim Ganem et Charles Corm. Ces deux écrivains sont les premiers représentants d’une conscience littéraire libanaise d’expression française. Ils fondent leur identité sur leurs origines orientales et leur foi chrétienne. En effet, le Liban est, depuis l’Antiquité, un carrefour des civilisations et sa singularité, tant géographique qu’historique et sociologique, assure une identité qui ne se réduit ni à une confession, ni à une langue, ni à un territoire. Ils sont les premiers représentants d’une littérature libanaise d’expression française tout en inspirant les œuvres en langue arabe d’un auteur comme Khalil Gibran.

9Lakhdar Kharchi, quant à lui, se penche sur la quête de l’identité dans la littérature algérienne d’expression française. En effet, cette littérature est un espace où se pose avec acuité la question de l’identité car elle exprime la haine et la douleur d’un peuple meurtri par une colonisation implacable des plus meurtrières. Les auteurs évoqués dans cet article en particulier Mohamed Dib et Kateb Yacine, se sont battus pour la liberté et pour redéfinir l’appartenance identitaire et culturelle algérienne. Conscients du rôle que peut jouer la littérature dans le mouvement national, ils sont les premiers à afficher manifestement leur refus et se mobilisent ainsi contre la répression coloniale. Paradoxalement, c’est donc en utilisant la langue du colonisateur, apprise sous la contrainte, que ces auteurs vont dénoncer la colonisation et appeler leurs concitoyens à reconquérir leur identité.

10L’article suivant, celui de Khalid Hadji, nous amène du côté du Maroc où la littérature francophone, en réaction à la culture coloniale et au régime postcolonial, s’est articulée essentiellement autour de la question de l’identité où le « soi » est nécessairement amené à se penser en fonction de l’autre. Dans cette perspective, la figure centrale est Abdelkébir Khatibi car son œuvre interroge en profondeur la problématique de l’identité et de l’altérité en particulier dans Le Scribe et son ombre. Il analyse les notions d’origine et de bi-langue afin de définir ce que c’est qu’un étranger. Pour lui, l’espace littéraire est le lieu d’avènement de l’intersigne, un espace polyphonique et hybride qui tend vers l’universel.

11L’article de Jacques-Emmanuel Bernard est également consacré au Maroc et en particulier à la ville impériale de Fès, haut lieu de la civilisation islamique. Il compare différents regards portés sur cette ville à des moments clefs de l’histoire coloniale et postcoloniale, celui des frères Tharaud et de deux écrivains marocains francophones, Ahmed Sefrioui et Abdellatif Laâbi. Au regard orientaliste des écrivains français, succède la vision de l’intérieur des écrivains marocains, marquée par le désir de se réapproprier l’identité marocaine et sa mémoire collective dans des œuvres à caractère autobiographique où la prise en compte du phénomène colonial est tantôt éludée tantôt explicitée.

12La deuxième partie du recueil est consacrée aux identités plurielles, l’espace euro-méditerranéen étant caractérisé par la rencontre et donc le métissage. La question de l’identité y est abordée sous différentes formes : féminine, religieuse, politique ou bien humaine et divine à la fois.

13Hanna Ayadi évoque dans son article l’écriture de Leïla Marouane qu’elle décrit comme étant une réappropriation littéraire de l’histoire liée à la volonté de l’auteur de partager son expérience avec ses lecteurs. Cette réappropriation est rendue possible par deux mécanismes complémentaires, résilience et catharsis. L’article montre comment Leïla Marouane transforme l’expérience individuelle de la guerre civile algérienne en œuvre littéraire qui va être lue par d’autres. Dans ce contexte, la langue est instable dans la mesure où elle est liée à une identité culturelle qui n’est pas figée. Ce sera l’occasion d’analyser les notions de métissage, de subjectivité et de réflexivité de la langue ainsi que le concept de pseudonymie chez Leïla Marouane.

14Dans l’article suivant, Françoise Navarro parle de l’identité féminine, entre tradition et aspiration à la liberté chez trois écrivaines. Dans trois œuvres contemporaines : Laver les ombres de Jeanne Benameur (2008), Le cœur cousu de Carole Martinez (2007) et À l’origine notre père obscur de Kaoutar Harchi (2014), ces auteurs montrent comment l’identité féminine se construit dans l’espace euro-méditerranéen. Il y a d’abord une crise identitaire, un véritable bouleversement de la perception que la jeune fille a d’elle-même avant de pouvoir envisager une émancipation. Les trois œuvres montrent, chacune à sa manière, que c’est en se différenciant de sa mère qu’une fille peut accéder à sa propre identité.

15Le métissage culturel est au cœur de l’article écrit par Jaouad Serghini qui a pour sujet Le Chien d’Ulysse de Salim Bachi. Il décrit comment l’auteur algérien revisite la décennie sanguinaire par une réécriture du mythe d’Ulysse. Pour neutraliser les différents camps convaincus de détenir la vérité l’auteur propose un roman polyphonique dans lequel de nombreuses voix s’expriment. Elles correspondent à une pluralité d’idées et donc à un éclatement identitaire. Le recours au mythe d’Ulysse est le moyen que Salim Bachi a trouvé pour rappeler que l’identité algérienne n’est pas figée mais en mouvement car elle est à la fois romaine, berbère, turque et arabe. Ainsi, l’écrivain remet en question les événements de la décennie noire pour mieux s’en délivrer. Et par la même occasion, il montre que la vraie identité algérienne est liée au métissage culturel.

16Il est également question de métissage culturel dans l’article de Youssef Ferdjani qui est consacré à deux poètes qui ont écrit pour rapprocher les peuples et lutter contre l’exclusion. Leur œuvre établit un pont entre orient et occident car ils étaient eux-mêmes l’incarnation de ce métissage. Jean Sénac était algérien, chrétien et homosexuel, favorable à l’émancipation de son pays pendant la guerre d’indépendance. Georges Henein était égyptien, converti à l’islam par amour pour une femme, opposé à toute forme d’autoritarisme. Avec pour seule arme la langue française et la poésie ils ont dénoncé la confiscation du pouvoir et le détournement de la lutte anti-coloniale. En même temps, ils ont encouragé le rapprochement entre les deux rives de la Méditerranée. Leur situation tout à fait particulière, à cheval sur plusieurs cultures et plusieurs territoires, en fait des précurseurs des identités modernes placées sous le signe du métissage.

17Les deux derniers articles abordent la question de l’identité et de l’altérité dans une perspective religieuse. Le premier, celui de Souaad Masmoudi, évoque la figure de Mani dans Des jardins de lumière d’Amin Maalouf, une biographie romancée du prophète voyageur du IIIème siècle. À travers ce personnage voyageur l’article montre que la découverte de l’autre finit par un retour sur soi. Son voyage est aussi une incitation à la tolérance puisque Mani proclame l’égalité entre tous les hommes et rejette toute forme d’intolérance. Il cherche à unir tous les hommes dans une foi universelle, une religion humaniste respectant toutes les différences.

18Le second, écrit par Randa El Amraoui, évoque la tension entre « je » humain et « je » divin chez les mystiques musulmans soufis. Les notions d’identité et d’altérité sont au cœur de la pensée soufie dans la mesure où le cheminement spirituel en islam passe par la rencontre avec l’autre pour aboutir à la connaissance de soi et atteindre un état de perfection et d’universalité. En effet, quand le soufi se cherche lui-même il trouve Dieu et quand il cherche Dieu c’est lui-même qu’il trouve.

19Si nous utilisions une métaphore liée au champ lexical de l’image pour définir l’identité euro-méditerranéenne nous pourrions dire qu’elle ne s’apparente pas à une photographie, qui est une représentation figée, mais plutôt à un film, car elle est toujours en mouvement. Ainsi, nous espérons qu’avec ce colloque, qui s’inscrit dans la continuité des recherches sur le même thème, nous avons contribué à la réflexion sur l’identité plurielle et toujours à définir de la Méditerranée.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Youssef Ferdjani, « Introduction »Babel, 41 | -1, 9-13.

Référence électronique

Youssef Ferdjani, « Introduction »Babel [En ligne], 41 | 2020, mis en ligne le 25 mai 2020, consulté le 17 avril 2021. URL : http://journals.openedition.org/babel/9937 ; DOI : https://doi.org/10.4000/babel.9937

Haut de page

Auteur

Youssef Ferdjani

Université de Toulon - Laboratoire BABEL (EA 2649)

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Babel. Littératures plurielles est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Laboratoire Babel
  • Logo Université de Toulon
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • OpenEdition Journals
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search