Navigation – Plan du site

AccueilNuméros41I. Histoire, écriture et identitéConscience et identité libanaises...

I. Histoire, écriture et identité

Conscience et identité libanaises à la croisée des mondes. Chékri Ibn Ibrahim Ganem et Charles Corm ou la parabole des deux fils

Daniel S. Larangé
p. 27-44

Résumés

Chékri Ganem et Charles Corm sont les premiers représentants d’une conscience littéraire libanaise d’expression française. Ils fondent leur identité sur leurs origines mythiques phéniciennes et leur foi chrétienne. Le thème du départ et du retour qui traverse leur œuvre renvoie à la parabole du Fils prodigue (Luc 15,11-32) et répond à l’injonction de la mission de Marc 16,15. Ils tissent le particularisme de leur identité à partir de l’universalisme de leurs cultures partagées entre l’Orient et l’Occident.

Haut de page

Entrées d’index

Personnes citées :

Chékri Ganem, Charles Corm
Haut de page

Texte intégral

L’avenir d’une race et d’un pays n’est pas
Dans un homme, fût-il l’arbitre des combats,
Le roi du monde. Rien n’arrête un peuple en marche.
Chékri Ganem, Antar (1910)

1Le Liban est, depuis l’Antiquité, un carrefour des civilisations. Sa singularité, tant géographique qu’historique et sociologique, assure une identité qui ne se réduit ni à une confession ni à une langue ni à un territoire.

2Chékri Ibn Ibrahim Ganem (1861-1929) et Charles Corm (1894-1963) s’affirment comme les figures de proue de la littérature libanaise d’expression française contemporaine. Leur œuvre reste une référence pour tous les Libanais : ils représentent, chacun à sa manière, l’intellectuel le plus accompli. Ils servent de modèle pour des générations d’auteurs qui s’en inspirent.

3Aussi leur vie et leur œuvre permettent de mieux comprendre la construction de la conscience et de l’identité libanaise de la première moitié du XXe siècle, notamment par la formation d’une écriture francophone inscrite dans la littérature française. Traditions et trahisons servent autant de continuités que de discontinuités qui tissent au fil des siècles la conscience d’une « libanité » transnationale à partir d’une herméneutique de la mémoire collective. En effet, nourri de culture chrétienne et de lecture de la Peschitta – la traduction syriaque de la bible –, le Libanais s’identifie à l’enfant prodigue de la Parabole de Luc 15,11-32 qui, emportant l’héritage de son père, part à l’aventure dans le monde et revient dans sa patrie plein d’humilité et de remords car il n’a pas trouvé d’autres richesses dans le monde que les nourritures terrestres.

Chékri Ibn Ibrahim Ganem (1861-1929)

4Homme de la médiation, du combat et de la création, son verbe remarquable et son sens de la diplomatie se révèlent dans la double carrière d’écrivain et d’homme politique qui en fait d’abord un acteur majeur puis un témoin attentif de la naissance du siècle passé.

5Chékri Ganem naît en 1861 à Beyrouth dans une famille maronite originaire de Lehfed. Il fait ses études au collège d’Antoura où il compose ses premiers vers. Même si Michel Misk inaugure la poésie libanaise d’expression française en 1874 avec « Souvenir d’une promenade à Nahr Ibrahim », le second poème reconnu est celui signé par Ganem en 1879  : « Adieu au collège ». La poésie est alors le genre littéraire privilégié dans la lutte contre les Ottomans et le français l’expression du militantisme national arabe. La figure du fils prodigue est clairement assumée alors qu’il déclare :

C’est fini ! Je m’en vais… Mon âme, prends courage :
Je vais bientôt voguer sur des flots périlleux.
Permettez, Chers Amis, qu’en quittant le rivage
Je vous adresse mes adieux.
« Adieu au collège ».

6Chékri Ganem quitte le Liban à l’âge de dix-huit ans. Sa « fuite » est motivée par son intervention violente contre un soldat turc qui menaçait une jeune fille. Ce récit « héroïque » devient un mythe fondateur. Il entreprend un long périple passant de l’Égypte à l’Autriche. Il jette l’ancre en Tunisie placée sous protectorat français dans les années 1881-1882 et y occupe un poste d’interprète et d’archiviste à la résidence de France. Il y séjourne jusqu’en 1888, puis y revient au terme d’une mission de deux ans en Italie, entre 1890 et 1895.

7Khalil Ibn Ganem (1847-1903), son frère aîné, exerce une grande influence sur sa conscience politique. Après une courte et remarquable carrière à l’Assemblée ottomane vite dissoute par Abdülhamid II (1842-1918), Khalil se voit obligé de se réfugier, bien avant Chékri, en France. Rédacteur au « Journal des Débats », il fréquente les hautes sphères de la politique et le Paris artistique. Vers 1895, Chékri le rejoint. L’installation dans le pays descendant de la pensée des Lumières exalte l’ambition du jeune homme qui écrit  : « La France a été presque toujours le chevalier du monde civilisé, le Christ laïc des nations […]. Elle donnerait à la Syrie et au Liban, avec la liberté et la prospérité matérielle, le plus beau rôle qu’un pays puisse jouer  : celui de sentinelle avancée de la civilisation. »

8Chékri Ganem travaille comme journaliste. La clarté et l’élégance de son style ne tardent pas à déborder le contexte journalistique en sacrant son talent de dramaturge. Après son premier ouvrage Fou d’amour : conte arabe paru à Tunis en 1894 sur le modèle canonique de Majnûn Laylâ [Fou de Layla], l’histoire d’amour populaire arabe probablement préislamique racontant les péripéties du poète bédouin Qays ibn al-Moullawwah et de sa cousine Layla al-Amiriyya, Ganem atteint une première consécration en éditant en France Ronces et Fleurs en 1896 chez Alphonse Lemerre, éditeur réputé pour avoir fait connaître au grand public des sommité littéraires, de Théophile Gautier à Anatole France en passant par Charles Baudelaire, Théodore de Banville, François Coppée, Leconte de Lisle, Gustave Flaubert, José-Maria de Heredia, Sully-Prudhomme et Paul Verlaine. Le recueil, conçu suivant les normes du classicisme, se présente comme triple bouquet d’alexandrins réguliers : « Ronces et Fleurs », « Fleurs barbares » et « Fleurs fanées », inspiré aussi bien par le romantisme noir de Charles Baudelaire que par le Parnasse symbolique de Leconte de Lisle.

9En effet, le spleen s’empare de l’exilé, loin du jardin édénique de son enfance comme l’annonce le poème inaugural « Au lecteur » :

Selon l’heure, le temps et mon état d’esprit,
Au hasard des chemins j’ai glané ce volume.
Le cœur plus que la tête a dirigé ma plume.
Le voici tel qu’il vint et tel qu’il fut écrit.

Il se ressent encor de mon temps de proscrit.
Un souffle des pays tropicaux le parfume ;
Car pendant si longtemps ce ciel-là, qui s’allume
Comme un brasier, mûrit mon cœur et le pétrit.

La graine rapportée a donné cette gerbe
D’un peu de tout mêlée : et bonne et mauvaise herbe,
Moins de sourires que de plaintes et de pleurs.

D’ailleurs, qu’est-ce la vie, en somme ? Est-ce autre chose ?
Elle est rarement gaie et très souvent morose :
Bien des ronces, hélas ! pour quelques rares fleurs.

10La fleur, gracieuse manifestation de la nature et métaphore des vers poétiques, se nourrit des éléments simples et primordiaux : l’eau, le souffle, le soleil. Tout l’univers est ainsi convoqué pour résonner dans l’âme du poète, et par son intermédiaire, dans celle du lecteur ainsi appelé à participer au cosmos. Nous embarquons alors pour un voyage astrologique :

Pleuvez et semez d’or le céleste chemin,
Rayez le ciel, troublez la douce nuit muette,
Étoiles du rêveur, du simple et du poète.
« Pluie d’étoiles, II »

11Ce voyage onirique s’effectue sur terre, par les chemins, les forêts et les montagnes, sur l’eau par les fleuves, les mers et les océans, dans les airs par la lune, le soleil et les étoiles.

Longuement je buvais au fleuve de Lethé.
Dans un lointain brumeux fuyait le passé sombre.
Puis mon esprit, ainsi qu’un navire qui sombre,
Dans l’empire des nuits se sentit emporté.
« Rêve »

12Même si les régions de France sont magnifiées, le Liban ne cesse de hanter l’âme du voyageur qui pleure sur la spoliation de sa terre par l’occupant ottoman. Le poème intitulé « Liban », dédié à son frère Khalil, sert d’hymne à la liberté. Composé de trois sonnets, il fonde la libanité sur la foi chrétienne représentée par la croix et l’olivier et la lutte contre l’Empire ottoman par le yatagan, sabre traditionnel servant à la décapitation :

La voix des cloches monte et laisse tomber, douce,
Sa note d’or ainsi que d’un divin clavier.
Le yatagan repose en sa gaine ou sa housse
Au-dessus de la croix, avec de l’olivier.

La foi, dans le Liban, est un puissant levier ;
Le pays, à sa voix, se calme ou se courrouce.
Dieu prête à ses élus la force qui repousse :
Le Turc est loin et l’aigle a chassé l’épervier […].

Au Turc Dieu ne veut pas que ce sol appartienne.
Île miraculeuse, elle reste chrétienne
Au milieu de la mer montante de l’Islam.
« Liban, II »

13La dimension mélancolique du spleen se retrouve dans de nombreux vers, comme ceux d’« Outre-tombe », témoignant de la tristesse du Libanais qui cherche à s’affranchir du joug ottoman.

Comme ce serait bon de dormir là, tout prêt,
Sous ce tertre fleuri de lilas et de roses,
À l’ombre de ces croix, de ces sveltes cyprès,
Dans le profond oubli des hommes et des choses !

14Le poète s’inscrit derechef dans la tradition littéraire française qui le sustente, cherchant à rassembler dans un même geste le romantisme, le Parnasse et le symbolisme. Les thèmes lyriques universels y sont développés : l’amour, la fuite du temps, la nostalgie du passé, le rêve, l’élan vers l’infini… Les paysages libanais y sont régulièrement mentionnés. Il introduit ainsi la littérature arabe dans cette continuité car des poètes de Mahjar comme Khalil Gibran (1883-1931), Amin al-Rihani (1876-1940) ou Mihail Nu’ayma (1888-1889) s’en inspirent pour leurs œuvres en langue arabe.

15La souffrance et l’angoisse individuels de poèmes comme « Pressentiments » ou « Heures noires » témoignent aussi d’un sentiment national bafoué et d’une profonde déréliction. Les réminiscences à la littérature arabe classique ne manquent pas et sont diluées dans des vers qui résonnent parfaitement aux oreilles françaises. Les fleurs forment, tout au long du recueil, une couronne qui sert autant à la mariée qu’à la défunte. Cet apparent antagonisme entre l’amour et la vie dissimule en fait une profonde corrélation liée à la théologie chrétienne : Dieu aime tellement les hommes qu’il a sacrifié pour eux son Fils et la mort de Jésus-Christ sert de condition à la Résurrection. Cette vision chrétienne n’est pas exempte d’orientalisme comme le rappelle le sonnet philosophique « Fatalisme » :

Le destin de chacun est écrit au grand livre.
Qu’on aille n’importe où, qu’au hasard on se livre,
Ce qui doit s’accomplir s’accomplira toujours.

Nous sommes sous le joug d’un absolu mystère.
La terre tourne et nous tournons avec la terre,
Et chacun a son rang fixé dans le parcours.

16Son œuvre poétique se poursuit avec un drame en vers Ouarda ou fleur d’amour. Une idylle se noue dans le secret des cœurs entre Aziz et Ouarda fille du désert. Par une nuit d’été scintillante d’étoiles, la veille d’une bataille, le jeune homme transi d’amour déclare sa flamme mais la belle est promise à Zadoc, homme riche et constamment drogué. Il y ajoute le drame Un quart d’heure des mille et une nuits, rédigé comme un épisode enchevêtré des fameux contes traduits par Antoine Galland. Les pièces sont jouées au Théâtre National de l’Odéon à Paris le 5 mars 1904 mais elle rencontre un succès mitigé. Pourtant Chékri Ganem a précédé la représentation par une brève conférence au cours de laquelle il explique avoir voulu fondre la poésie d’inspiration orientale dans le théâtre occidental, soucieux de montrer la complémentarité entre les deux cultures.

17Dans Da’ad (1908), roman nostalgique, il décrit les us et coutumes du vieux Beyrouth et met en avant l’hospitalité libanaise. Le roman met en scène une jeune juive à l’âme pure qui cherche à s’affranchir d’un destin tout tracé par son milieu social : sa mère qui la destine à un riche mariage, surveille jalousement sa vertu, d’autant plus que Da’ad suscite la convoitise du vieux Sélim. Cependant, le jeune Naklé, le neveu de Sélim et l’ami du conteur, tombe follement amoureux de Da’ad. Obnubilée par l’appât du gain, la mère Moussa décide de livrer Da’ad aux convoitises des deux prétendants après lui avoir donné un mari complaisant pour sauvegarder les apparences.

18La nuit précédant le mariage, Da’ad dans un élan de révolte s’enfuit et se jette dans la mer du haut de la corni­che afin de trouver la paix. Un vieux pêcheur, Jahel, lui sauve la vie, et Da’ad lui révèle ses malheurs. Jahel qui connaît bien Naklé réunit les deux amoureux qui décident d’aller s’établir dans la montagne libanaise à l’abri des autorités turques. Da’ad y reçoit une formation chrétienne afin d’épouser Naklé. Elle s’installe dans une maison sous la garde de la nourrice de Naklé. Coup de théâtre : une révélation vient tout bouleverser. Da’ad serait la demi-sœur de Naklé. Les deux amoureux sombrent dans le désespoir. Anéanti, Naklé décide de disparaître pour toujours. Toutefois Sélim ne lâche pas sa proie. Aussitôt Naklé parti, le vieux débauché se présente à Da’ad et lui annonce la mort accidentelle de Naklé : Da’ ad sombre dans la folie. Le roman s’achève par la mort de Da ‘ad deux ans plus tard pour le plus grand malheur de Naklé qui conclut son histoire en ces termes d’un romantisme patent : « Da’ad repose là-bas, sur la montagne, devant la maisonnette, dans l’étroit jardin où elle continue à m’at­tendre. Jahel est mort lui aussi. Moi seul résiste, par puni­tion sans doute. J’éperonne de mon mieux pourtant mon cheval vers la maisonnette, vers le jardin où je dormirai à côté de ma fiancée, de ma sœur, de Da’ad, la folle. »

19Œuvre écrite d’une seule traite, Da’ad serait une histoire vraie dans le Beyrouth du début du XXe siècle « qui revit lumineuse et parfumée sous l’or de son soleil, parmi ses fleurs, ses jardins, sa mère câline, ses vieilles maisons génoises, ses joules diverses ». Libéré des entraves de la rime, Chekri Ganem a donné libre cours à son inspiration romanesque. Son style, tout à la fois solide, simple et soigné surtout dans les descriptions détaillées de certains paysages, dépeint la région de Nahr el-Kalb dans la banlieue de Beyrouth. Néanmoins, la révélation de la véritable origine de Da’ad rompt avec la facture romantique du récit par un réalisme choquant, brisant le souffle initial du texte dans lequel l’exaltation de l’amour est portée à son paroxysme. L’intervention personnelle de l’écrivain dans l’his­toire, affaiblissant la vigueur de la narration, dénonce l’illusion romantique d’un Liban trop idéalisé par l’exil. En effet, la description de la vie sociale de l’époque y est d’une grande pertinence, et condamne le sévère code moral régissant les relations des hommes et des femmes, reflet de l’état d’esprit de l’époque où il n’y aurait que deux sortes de femmes : celles qu’on épouse et celles qu’on achète.

20Célébrées par le public et la critique, les pièces de Ganem sont montées sur les scènes les plus prestigieuses. Antar, son chef-d’œuvre, est produit à l’Odéon en 1910 sous la recommandation de Pierre Loti puis mis en musique à l’Opéra de Paris par Gabriel Dupont (1878-1914) avant que l’auteur n’en assure lui-même la réalisation dans un film en 1912. Antar ibn Chadded el-Absi (525-615), poète et vaillant chevalier de l’Arabie préislamique est à l’origine le héros du Roman d’Antar (Sīrat ‘Antar ibn Shaddād), chef-d’œuvre de la littérature arabe du XIIe siècle. Ganem le fait si merveilleusement traverser des époques et des langues de sorte qu’il incarne dans l’esprit français un idéal d’héroïsme, voire la figure même du nationalisme arabe.

21Cette belle histoire écrite à la manière des romans d’amour du Moyen-Âge se compose d’un mélange de vers et de prose rythmés, d’une allure épique sans toutefois être une épopée. Le sujet médiéval sert justement à montrer à quel point l’orientalisme libanais est proche de la culture française. À la manière des romans courtois de Tristan et Iseult, de Lancelot ou de Perceval, le roman d’Antar est bâti au­tour de l’amour d’une femme. Antar, berger courageux de la tribu des Bani Abs repousse vaillamment une attaque menée par une tribu adverse et libère Abla la fille de l’Emir Malek enlevée par les assaillants. Interrogé par l’Emir Malek sur la récompense qu’il désire, Antar demande la main d’Abla. Pris de court, l’Emir Malek qui a déjà promis sa fille au noble Amarat, pose des conditions draconiennes. Antar accepte le pacte. Le héros finit par réaliser ces conditions au prix d’hé­roïques exploits. Cependant, jaloux d’Antar, Amarat réussit à le faire assassiner d’une flèche empoisonnée. Antar meurt sur son cheval, la main appuyée sur sa lance. La seule vue de son cadavre dressé, terrorise ses ennemis et les met en fuite.

22La première d’Antar a lieu le 7 janvier 1910 au Théâtre Français de Monte-Carlo un mois avant d’être jouée au Théâtre de l’Odéon le 12 février 1910. Rimsky-Korsakow et Maurice Ravel assurent la partie musicale de la pièce. Antar reçoit un accueil chaleureux du public et de la pièce comme un chef-d’œuvre. Le nombre des repré­sentations à l’Odéon dépassa la centaine. La magnificence du décor et de la mise en scène, le goût de l’époque pour les récits chevaleresques du théâtre symboliste, l’originalité du sujet, l’adaptation de l’histoire d’Antar au goût du public français et l’enthousiasme personnel de l’auteur pour son sujet expliquent ce succès, à la suite de quoi Chekri Ganem est sollicité pour écrire de nouvelles œuvres. Ainsi, à la demande de Sarah Bernhardt qui applaudit chaleureuse­ment Antar, il compose Les Ailes, féerie contant l’Orient fabuleux et jouée aux Folies Bergères. Il s’acharne à vouloir sensibiliser les spectateurs français à la beauté de l’héritage oriental dont il se sent le dépositaire.

23Toutefois, le drame d’Antar exerce un grand impact en son temps, car il préfigure la révolte arabe contre les Turcs. Antar est le modèle du libérateur national, révolté contre la tyrannie et toujours prêt à se sacrifier pour une idée ou une cause. Ainsi, Chekri Ganem lui fait dire :

Rien n’arrête un peuple en marche,
Il monte ! Je le vois monter de marche en marche
Du Levant au Couchant, dans un tel flamboiement,
Que l’astre d’or pâlit au sein du firmament...
Vers un royaume qui se fonde,
Et dont l’éclat bientôt éblouira le monde.

24Le rayonnement politique de Chékri Ganem est aussi remarquable. La révolution des Jeunes Turcs en 1908 confère une lueur d’espoir pour les provinces arabes. Il fonde alors avec son ami Georges Samné la «  Ligue nationale ottomane  » ou «  Ligue de la nation arabe  » dont le bulletin, la « Correspondance d’Orient », assure la diffusion d’informations sur le Proche-Orient. Plus préoccupé par la situation libanaise, il fonde en 1912 avec Khairallah T. Khairallah le Comité libanais de Paris afin de réformer la réglementation du district du Mont-Liban en vue d’une autonomie effective. Cette initiative rejoint l’engagement de divers comités établis par la diaspora libanaise d’avant-guerre aux quatre coins du monde. Ganem est un homme à la vision globale, mais qui comprend bien l’importance du style de diplomatie de la Belle Époque, où se confondent amitié et intrigue  : il est prêt, tout en menant une campagne à l’échelle du monde, à œuvrer de près avec les hauts fonctionnaires du Quai d’Orsay. Vice-président en 1913 du premier Congrès arabe à Paris et fondateur de la revue « al-Moustaqbal » en 1916, il obtient avec la fin de la Première Guerre et la chute des ottomans un succès certain  : le 13 février 1919, il prononce à la Conférence de la Paix à Paris une allocution au nom du Comité national syrien qu’il préside et revendique, fort du soutien français, l’unité historique de la Syrie, du Liban et de la Palestine. Toutefois, réfutée par la Grande-Bretagne, cette revendication ne voit jamais le jour.

25Chekri Ganem devient ainsi un modèle pour toute une génération d’intellectuels libanais dont Charles Corm, le plus éminent des fils prodigues du Liban.

Charles Corm (1894-1963)

26Charles Corm naît à Beyrouth. Son père est un célèbre peintre, Daoud Corm (1852-1930), proche du 72e patriarche d’Antioche pour les maronites, Elias Peter Hoayek (1843-1931), et bien connu dans les milieux artistiques pour ses nombreux portraits et tableaux religieux. Peinture et écriture poétique se marient aisément dans la culture libanaise, d’autant plus que la théologie maronite entretient une assez bonne relation avec l’image et l’icône.

27Une fois ses études secondaires terminées chez les Jésuites, il se lance dans le commerce.

28Tel le fils prodigue, il part à la conquête du monde :

Seigneur ! regardez-moi comme l’Enfant Prodigue,
Qui parti du pays en chargeant ses vaisseaux
De sa part d’héritage et de riches trousseaux,
Vers la belle aventure où le plaisir navigue ;

Et qui, bientôt en proie à quelque sotte intrigue,
Gaspillant sa jeunesse et ses biens par morceaux,
Dut finir, dans un bois, pour garder des pourceaux,
Tandis qu’il succombait de faim et de fatigue !...

S’il retourne à son père, on tuera le veau gras !
On fera des festins ! et chacun dans ses bras
Éteindra ce fantôme épuisé de misère !...

Et Vous, Seigneur, mon Dieu, mon Père et mon Sauveur,
Voyant à Vos genoux mon repentir sincère,
Pourriez-vous pour mon âme avoir moins de faveur ?
« L’enfant prodigue », in : Le Mystère de l’amour (1948)

29À dix-sept ans, il fait déjà un voyage d’affaires aux États-Unis d’une durée de près d’un an. La maison de commerce qu’il dirige de retour à Beyrouth lui assure la for­tune. En effet, la bril­lante carrière commerciale qui se dessine n’arrive pas à le détourner de la passion qu’il nourrit, depuis les bancs de l’école, pour les Lettres. En 1918, la libération du pays après quatre siècles d’occupation ottomane sus­cite chez les jeunes Libanais un vif enthousiasme. Il fonde La Revue Phénicienne en juillet 1919 qui offre sur quatre numéros (de juillet à décembre) aux plumes libanaises de langue française, notamment Elie Tyane, Hector Klat, Michel Chiha et Jacques Tabet, l’occasion d’y exprimer leurs senti­ments et de se faire connaître du public cultivé. Charles Corm demeure le principal animateur de cette revue qui cesse de paraître au bout d’un an. Il fonde également une maison d’édition du même nom et qui perdure. La plupart des œuvres libanai­ses de langue française des débuts y sont publiées.

30À quarante ans, Charles Corm abandonne les affaires pour se consacrer totalement aux lettres. Il fonde en 1935 les « Amitiés libanaises » qui visent à la coopération des gens de lettres, des arts et des sciences, et dont les réunions se déroulent dans sa bibliothèque privée.

31Le Liban se conçoit comme la continuité historique de cette Phénicie mythique présente dans la plupart des œuvres littéraires. Aussi regrette-t-il la disparition de la langue phénicienne, prototype du syriaque, évolution la plus moderne de l’araméen que Jésus-Christ parle.

32La Montagne inspirée (1934) demeure, parmi les recueils de Charles Corm, celui qui a connu le plus grand succès. Le recueil de poèmes sous-titré « Chansons de gestes » est divisé en trois cycles d’inégale longueur : « Le Dit de l’enthousiasme », « Le Dit de l’agonie » et « Le Dit du souvenir ». Le Dit est un genre littéraire qui apparaît au moyen-âge en Occident mais remonte, dans l’Orient sémitique, à la Haute Antiquité. Proche de la parabole et de l’allégorie, il adopte un ton éminemment biblique que l’on retrouve notamment dans l’Ecclésiaste, les Proverbes et même les Psaumes. Les Dits de l’imâm ‘Ali relèvent également d’un genre apparenté aux logia de Jésus comme ils se retrouvent dans l’Évangile selon Thomas en copte.

33Le Dit de l’enthousiasme, paru d’abord en 1920, est inspiré par la procla­mation du Grand Liban rétabli dans ses frontières d’avant 1860 : le thème patriotique y occupe une place privilégiée. Le poète se réjouit de voir son « pays mutilé » récupérer, avec l’aide de la France, les territoires dont il a été amputé durant l’occupation ottomane. Le pre­mier cycle est couronné d’un extrait du discours prononcé par le général Gouraud, haut-commissaire français au Levant, à cette occasion : « Je pro­clame solennellement le grand Liban ; et au nom de la République Française, je le salue dans sa grandeur et dans sa force, du Nahr el Kébir aux portes de Palestine et jusqu’aux crêtes de l’Anti-Liban ». Le modèle suivi est celui de l’imitatio Christi et la culture phénicienne d’antan renaît de ses cendres dans le Liban moderne bientôt libéré du joug ottoman.

34Toutefois cet enthousiasme ne dure que peu, et se suc­cèdent le désespoir et l’amertume. En 1932, alors que le Mandat entre dans sa douzième année sans que la France n’entreprenne aucune démarche sérieuse vers l’octroi de l’indépendance, paraît le Dit de l’agonie dans lequel le poète exprime son indignation et son cha­grin de constater l’écroulement du projet devant le flux des ambitions personnelles et de la cor­ruption. Le poète s’en prend à la dégra­dation des mœurs de ses compatriotes et aux vicissitudes de l’époque. Le cycle commence par une réminiscence de la fuite d’Égypte et de la Nativité à venir : « Il y a, ce soir (25 décembre 1932), dans nos prisons, des innocents mis au secret. Leurs femmes veillent dans l’épouvante ; et leurs petits-enfants, martyrisés par les autres enfants, couchés dans les angoisses, pressés de cauche­mars, n’ont bu, à la Noël, que l’amertume des larmes. »

35Des passages évocateurs extraits de la Bible et de Hamlet de Shakespeare succèdent. Dans une célèbre prosopopée, la montagne prend la parole pour dénoncer les infamies et les abus dont elle est témoin : elle voit et entend tout sans pouvoir agir contre les injustices. Celui qui doit porter remède à toutes ces infamies, loin d’être absent, se révèle soudain : c’est le Temps. Et le Dit s’achève sur une note d’espérance où sonne, à travers un embrasement d’aurore, l’angélus d’une rédemption.

36Après l’enthousiasme de l’émancipation et les déceptions d’une situation dégradante qui a pour résultat l’agonie de tout un peuple, le poète rappelle aux siens dans Le Dit du souvenir leur passé glorieux et les grands événements historiques. En faisant revivre un passé illustré par les prouesses des ancêtres, il indique le chemin à suivre pour atteindre à la liberté et mériter le respect du monde. Les quelque deux mille vers qui composent Le Dit du souvenir déploie un ton lyrique qui épouse les légendes et les sites évoqués. Le brusque réveil du sentiment national, après quatre siècles de servitude, rend les Libanais plus enclins que jamais à vivre de tout cœur les mots du poème qui les renvoient à l’époque glorieuse et mythique de la Phénicie.

37Le poème s’apparente à une épopée. S’il n’en possède la forme narrative classique, s’il en néglige volontairement le récit et l’anecdote, il n’en présente pas moins le caractère essentiel : celui de chanter l’histoire héroïque de toute une nation, ses grandeurs et ses misères, ses victoires et ses désastres, dans une langue dont chaque mot rend le son d’une lyre accordée au cœur du plus simple et du plus raffiné, suscep­tible ainsi d’être comprise par tous les Libanais.

38Le thème de la tradition est abordé avec passion dès la première partie du cycle, qui est une invocation à la langue phénicienne con­sidérée par le poète comme sa langue maternelle. D’ailleurs l’indication « Traduit du libanais », placée en exergue du poème, témoigne de l’intention du poète pour qui cette langue libanaise identifiée à la langue phénicienne, est vivante tant que l’âme liba­naise est entretenue.

39En effet, le poète recherche en vain la langue des ancêtres et voit, tour à tour, défiler les vestiges d’une grande civilisation.

Langue des Phéniciens, ma langue libanaise,
Dont la lettre est sans voix sous les caveaux plombés,
Langue de l’âge d’or, toi qui fus la genèse
De tous les alphabets ;

Toi qui des flancs d’un dieu déchiré de blessures,
Ainsi qu’Ève d’Adam, et que Vénus des flots,
Du sang frais d’Adonis as tiré l’écriture,
Et le culte des mots ;

Toi qui pris du soleil qui traversait nos cèdres,
Et jetait sur le sol les signaux de l’azur,
Cette fleur dont Racine un jour devait dans Phèdre,
Nous donner le fruit mûr ;

Langue de mon pays, ô première figure
De proue, à l’horizon de l’univers ancien,
Toi qui gonflais d’orgueil la voile et l’aventure
Des aïeux Phéniciens ;

Toi qui semas l’Idée aux quatre coins du monde,
Comme on répand les blés dans la stupeur des champs,
Et comme Dieu prodigue, au sein des nuits profondes,
Ses plus purs diamants ;

Je te cherche en vain le long de nos rivages,
Dans le golfe où la nymphe a baigné Cupidon,
Sur les stèles d’Amrith, et dans les sarcophages
De Tyr et de Sidon […].

40 Le poète procède par un syncrétisme d’images renvoyant à la fois à la toponymie libanaise, aux figures tutélaires phéniciennes, à la culture latino-grecque et à la littérature française, afin de mieux jalonner un nouveau territoire culturel s’étendant de l’Orient à l’Occident, entre l’Antiquité et la modernité. Ce lieu qui fait lien est celui d’une terre alors encore majoritairement chrétienne, telle une pierre précieuse sertie par l’islam. Langue, mémoire et identité servent de substrat culturel au Liban.

41Charles Corm est considéré comme l’auteur le plus récompensé du Moyen-Orient et sa lutte patriotique en faveur de l’identité libanaise a inspiré de nombreuses nations. Proche de Pablo Picasso, de Marc Chagall, de Ludwig Mies van der Rohe, de Paul Valéry et de F. Scott Fitzgerald, il obtient en 1934 le prix international de poésie « Edgar Allan Poe », puis est reconnu citoyen d’honneur de la ville de New York, Grand Commandeur de l’Académie Internationale d’Amérique, Commandeur de l’Ordre national du Mérite de Suisse, Grand Officier de l’Ordre de l’Académie Italienne, Grand Officier de l’Ordre national du Cèdre, Grand Officier de la Société française des Poètes, Membre de la Royal Society et a reçu en 1950 la Médaille d’Honneur de l’Académie française.

42Le pays est une mosaïque de peuples et le poète lutte contre toute forme d’assimilation, prônée par les autorités ottomanes :

Mon frère musulman, comprenez ma franchise :
Je suis le vrai Liban, sincère et pratiquant ;
D’autant plus libanais que ma Foi symbolise
Le cœur du pélican.

Si ma ferveur s’attache au dogme de l’Église,
C’est qu’Elle est à mes yeux l’universalité ;
Car je ne peux pas croire en un dieu qui divise
L’immense humanité

Jésus me fait aimer Mahomet et Moïse,
Tout en me retenant à mon culte chrétien ;
L’Évangile est écrit contre toute entreprise
Où le mien nuit au tien.

L’enseignement du Christ à mon âme soumise,
Me conduit humblement à l’amour du prochain ;
Je suis plus près de toi, si je suis sans traitrise
L’ami du genre humain.

43L’amour est la clef politique et philosophique que le Liban cherche à mettre en place malgré la fureur du monde. Il est le mystère par excellence : enseignement mystique caché à ceux qui ne sont pas initiés. Il correspond au plan divin du salut conçu par Dieu et révélé en Jésus-Christ.

44D’où la composition du Mystère de l’amour (1948), un recueil de poèmes consacrés à la figure de Marie-Madeleine, personnage emblématique en qui l’amour physique est transcendé par l’amour spirituel. L’ouvrage s’articule en trois périodes, allant du « Caveau de l’enfer » avec l’avènement de Madeleine, pendant négatif de la Sainte Vierge :

Elle était née à Magdala de Galilée,
Près de la Tibériade, à l’ombre du Liban,
Non loin de Nazareth qui vit l’Immaculée
Concevoir par l’Esprit le Fils du Dieu vivant.

45Il passe sous « L’arche du Purgatoire » pour y subir les affres de la Passion :

Ainsi, près de la fange, on voit le clair ruisseau
Qui, sur le sol terni, laisse couler son onde,
Lavant, purifiant les souillures du monde
Pour qu’un rayon d’espoir éclaire le tombeau.

46Il aboutit enfin à la « La flèche du Paradis » car

Elle avait tant donné ! tant peiné ! tant souffert !...
Mais rien n’en a pu combler l’infini de son âme,
Rien n’a pu réchauffer son cœur sans cesse offert,
Qu’en l’autre monde, ô Christ, Ta seule et pure Flamme !...

47Cette œuvre scandée sous le rythme de la Trinité s’avère profondément théologique, reprenant les plus célèbres paraboles évangéliques éclairées par les Pères de l’Église tant d’Occident – Augustin d’Hippone, Thomas d’Aquin, Bernard de Clairvaux, Jérôme de Stridon, etc. – et d’Orient – Grégoire de Naziance, Ephrem de Nisibe, Isaac le Syrien, Jacques de Saroug, Macaire d’Égypte, Syméon le Nouveau théologien, etc. – que par des écrivains et penseurs laïques – Pythagore, Platon, Chateaubriand, Anatole France, Khalil Gibran, Amin Rihani, etc. Le sonnet régulier y est à l’honneur. L’accointance avec le Liban est maintes fois rappelée, comme dans « L’enfant de Madeleine » :

Son père Théophile, un prince phénicien,
De la culture grecque et du goût patricien
Léguait à l’orpheline une aimable licence !

Et sa mère, Eucharis, lui laissait d’Israël
Le conflit sans répit du rêve et du réel !
Quel ange eût d’un tel sang acquis plus d’innocence ?...

48Aussi, la beauté du Christ la transfigure par l’exercice de la contemplation, telle une Galatée christianisée :

Elle se L’incorpore avec un tel respect
Que la beauté du Christ dont elle se repaît,
L’éblouit, la modèle et la transforme ensemble !

Comme cire perdue au creuset d’un sculpteur,
Elle se transfigure aux yeux du Rédempteur !
Et plus elle s’y fond, plus elle Lui ressemble !...

49Charles Corm se révèle être un véritable exégète et sa poésie participe aussi de la prédication, du mimra des Pères syriaques, sermon sous forme poétique aux rythmes envoûtants, comme ceux qu’il trouve chez le vénérable Étienne Douaihy (1630-1704). L’amour dont témoigne Madeleine est l’élixir nécessaire à la restauration de la Paix universelle. Tous, bons et mauvais, justes et injustes, sans considération de leur appartenance confessionnelle, sont appelés : « C’est le bien que pour tous le cœur du Christ recèle ! »

50Le recueil intitulé La Symphonie de la lumière, composé en 1946 mais publié à titre posthume en 1973, dédié au grand poète libanais arabophone et anglophone Khalil Gibran, offre de longues prières du cœur qui brillent par leur simplicité et la profondeur de leur signification théologique.

51En somme, nos deux poètes inscrivent leur conscience et identité libanaise dans la continuité, à travers le temps, entre la civilisation phénicienne, dont les Araméens en sont les héritiers, et la modernité occidentale. Le Liban se veut justement à la croisée de ces deux mondes et seule la figure du Christ permet d’unir toutes les confessions religieuses. L’exil apparaît alors comme le prix à payer en attendant l’avènement de la Jérusalem céleste. Telle est le sens du poème d’une autre enfant du Liban, Andrée Chedid (1920-2011), née au Caire, qui décrit la libanité, dans « Destination : arbre », sous la forme d’un poème calligramme où les racines d’un cèdre-totem plongent dans l’histoire antique et les branches se déploient vers les autres pays et continents, figurant ainsi les nombreuses diasporas qui ont répondu à l’injonction de Marc 16,15 : « Allez par tout le monde et prêchez la bonne nouvelle à toute la création ».

52Aussi la figure du Fils prodigue est celle du Christ qui demande sur la Croix pourquoi son Père l’a abandonné. Ce cri est celui de tout Libanais qui rêve de retourner dans une patrie mythifiée, alors que ses racines finissent par prendre sur de nouvelles terres.

53Il incarne alors peut-être l’homme mondialisé, obligé de se chercher à travers le monde matériel et pourtant aspirant à retrouver son unité spirituelle auprès de ses ancêtres.

Haut de page

Bibliographie

Chedid, Andrée. Poèmes pour un texte (1970-1991). Paris : Flammarion, 1991.

Corm, Charles. Le Montagne parfumée (1930-1940), in : Œuvres poétiques – tome 3. Beyrouth : La Revue phénicienne, 2004.

Corm, Charles. Le Mystère de l’amour, in : Œuvres poétiques – tome 8. Beyrouth : La Revue phénicienne, 2004.

Corm, Charles. La Symphonie de lumière, in : Œuvres poétiques – tome 9. Beyrouth : La Revue phénicienne, 2004.

Corm, Charles. Le Mystère de l’amour, in : Œuvres poétiques – tome 8. Beyrouth : La Revue phénicienne, 2004.

Corm, Charles. La Montagne inspirée, in : Œuvres poétiques – tome 10. Beyrouth : La Revue phénicienne, 2004.

Ganem, Chékri. Écrits littéraires : poésie, roman et théâtre, in : Œuvres complètes. Beyrouth : Dar an-Nahar, 1994.

Ganem, Chékri. Écrits politiques, in : Œuvres complètes. Beyrouth : Dar an-Nahar, 1994.

Ganem, Halil Ibn. Éducations des princes ottomans. Bulle : E. Lenz, 1895.

Ganem, Halil Ibn. Les Sultans ottomans. Paris : A. Chevalier-Marescq & Cie, 1901.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Daniel S. Larangé, « Conscience et identité libanaises à la croisée des mondes. Chékri Ibn Ibrahim Ganem et Charles Corm ou la parabole des deux fils »Babel, 41 | -1, 27-44.

Référence électronique

Daniel S. Larangé, « Conscience et identité libanaises à la croisée des mondes. Chékri Ibn Ibrahim Ganem et Charles Corm ou la parabole des deux fils »Babel [En ligne], 41 | 2020, mis en ligne le 25 mai 2020, consulté le 24 septembre 2020. URL : http://journals.openedition.org/babel/9992 ; DOI : https://doi.org/10.4000/babel.9992

Haut de page

Auteur

Daniel S. Larangé

Institut Sainte-Croix de Neuilly-sur-Seine
Rattaché au Centre de Recherches Interdisciplinaires en Sociocritique des Textes (CRIST)

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Babel. Littératures plurielles est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Laboratoire Babel
  • Logo Université de Toulon
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • OpenEdition Journals
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search