Navigation – Plan du site

AccueilSites archéologiquesBalkans2023AlbanieKomani. Peuplement et territoires...

2023
Albanie

Komani. Peuplement et territoires dans l’occident Balkanique (VIe‑XVe s.). Komani, Sarda et Lezha

Campagnes de fouilles et d’études 2020‑2021
Responsables d’opération : Etleva Nallbani et Elvana Metalla
Notice rédigée avec Jocelyne Desideri et Yann Bonfand

Entrées d’index

Établissement éditeur :

EFR

Année de lʼopération :

2020, 2021

Lieux :

Albanie, Sarda, Komani

Chronologie :

Moyen Âge classique
Haut de page

Dédicace

Cette chronique est dédiée à la mémoire de l’anthropologue Véronique Gallien (chercheur à l’INRAP et CNRS/UMR 7264 CEPAM), membre statutaire de la Mission archéologique, disparue précocement le 10 avril 2021. Elle manquera à tous !

Notes de l’auteur

La recherche programmée a bénéficié des subventions accordées par le MEAE, ainsi que par le Labex RESMED et la Société académique de Genève, sans qui la réalisation de la recherche programmée n’aurait pas pu aboutir. Nous remercions vivement ces institutions.

Date précise de l’opération : à Komani : 15 août-18 septembre 2020 et 14 juillet-18 août 2021 ; à Sarda : 10‑16 août.

Composition de l’équipe de terrain : Bletra Abazi, étudiante en archéologie, Université de Pristina ; Aseae Barra, étudiante, Université de Genève (UniGe) ; Petrit Bilali, restaurateur, Directorat régional du patrimoine culturel (DRTK) de Shkodra ; Eduart Blloshmi, chargé de recherche, géomètre, Université de Tirana (UT) ; Yann Bonfand, doctorant, allocataire, Uni. Grenoble ; Paola Bussolaro, étudiante en master, UniGe ; Florenc Cenolli, archéologue‑dessinateur, DRTK de Korça ; Étienne Courné, master en archéologie subaquatique, MoMArch Aix‑Marseille ; Julie Desbardes, docteur, UniGe ; Jocelyne Desideri, chargée de cours, UniGe ; Ornela Durmishaj, directeur du Parc archéologique de Apollonia ; Daniela Ferko, master en archéologie, UT ; Mathilde Ferrari, topographe, INRAP ; Jose Fonseca, doctorant en archéologie, Université de Sao‑Paulo ; Mario Frontini, master en archéologie subaquatique, MoMArch Aix‑Marseille ; Véronique Gallien, chargée de recherche, INRAP, CNRS/UMR 7264 CEPAM ; Shkurte Gashi, étudiante en archéologie, Université de Pristina ; Ergys Hasa, docteur en archéologie, IA Tirana ; Pëllumb Hoxha, master en archéologie, UT ; Kujtime Kotorri, master en restauration, UT ; Georgios Kottas, master UniGe ; Pamela Lapaj, master en archéologie, UT ; Jenzo Llanaj, étudiant en master d’archéologie, University of Pristina ; Antoine Mailhot, étudiant, UniGe ; Ded Margjoni, technicien-restaurateur, DRTK Shkodër ; Amandine Mataresse, étudiante en master, UniGe ; Elvana Metalla, chargée de recherche, Institut d’Archéologie (IA) Tirana ; Etleva Nallbani, chargée de recherche, CNRS/UMR 8167 Orient et Méditerranée de Paris ; Julien Risse, étudiant, UniGe ; Deborah Rosselet, doctorante, UniGe ; Marina Duarte Sancez, master, Université de Sao‑Paulo ; Bledar Sina, chargée de recherche, géomètre, UT ; Helidon Sokoli, archéologue, DRTK de Shkodër ; Ulsi Tota, doctorant, Université d’Avignon et IA Tirana.

Etablissement éditeur : EFR

Établissements porteurs de l’opération :
– École française de Rome
– UMR 8167 Orient et Méditerranée et UMR 7264 CEPAM du CNRS (Nice)
– Institut d’Archéologie de Tirana de l’Académie des Études Albanaises
– Université de Genève

Texte intégral

Chroniques de l’EFR :
Komani [Dalmace] (Albanie), campagne 2012
Komani [Dalmace] (Albanie), campagne  2014
Komani [Dalmace] (Albanie), campagne  2016
Komani [Dalmace] (Albanie), campagne  2017
Komani [Dalmace] (Albanie), campagne  2018‑2019

1Les recherches de l’École française de Rome sur les sites de Komani et Sarda, se sont poursuivies sur deux campagnes de terrain de grande ampleur, dans le cadre d’une collaboration scientifique réglée par convention avec l’Institut archéologique de Tirana.

2Ces campagnes ont permis de poursuivre les recherches sur le site de Komani autour de trois grands axes : opérations de terrain dans la zone de l’habitat élitaire perché ; opérations sur les groupes funéraires (nécropole commune et groupe funéraire du cimetière de l’église Saint‑Georges) ; documentation et études de matériel.

3À cela s’est ajoutée une opération ciblée de couverture orthophotographique du site de Komani en vue de la réalisation de modèles 3D de terrain sous forme de maquettes et une prospection subaquatique sur le site de Sarda, afin de compléter nos connaissances des structures urbaines de l’identification des portions de quartiers submergées par les eaux du barrage.

La fouille

Komani. Habitat perché (zone 1) (fig. 1)

4Fouilles et sondages ont permis de clarifier l’organisation de Komani en quartiers et de caractériser un habitat élitaire perché en espalier (zone IA, 2009‑2014), compris entre l’église sommitale (zone 1C) et le quartier ecclésial (zone IB, 2016‑2019).

5La campagne de 2019 avait permis d’explorer ce dernier quartier (zone IB), avec notamment la mise au jour intégrale de la cathédrale, remarquable par sa chronologie, longue d’au moins 600 ans, et par la continuité des programmes de restructuration : on constate la superposition d’aménagements liturgiques opulents et de riches programmes décoratifs au long de cinq phases successives. La campagne a permis aussi de documenter l’aménagement précoce de l’espace par l’identification de fragments de structures maçonnées, datées provisoirement de l’époque tardoantique, dans le sondage 11000, sous le sol de la nef. La fouille s’est concentrée sur le pourtour ouest et sud‑ouest de l’église et a révélé également l’utilisation funéraire de son périmètre, ce qui pose d’intéressantes questions de circulation le long de la falaise pour accéder au site intermédiaire de l’habitat.

Fig. 1. Plan général du site de Komani, 2021.

Fig. 1. Plan général du site de Komani, 2021.

E. Nallbani, M. Ferrari, E. Blloshmi, B. Sina, Y. Bonfand/©MAK)

6Au‑delà de ce complexe ecclésial, la caractérisation des secteurs reste à approfondir (moyen IA, sommital IC), de même que leur étendue dans l’ensemble de l’habitat privilégié et l’agencement des secteurs en relation avec les ruptures de pente entre les quartiers.

7Les campagnes 2020 et 2021 ont été ainsi l’occasion d’entreprendre des nettoyages et des sondages immédiatement en contrebas, au sud‑ouest de la cathédrale (zone ID). Cette zone est très riche en vestiges et avait attiré l’attention des fouilleurs dès 2014, avant même que la lecture par téléimagerie Lidar ne confirme son importance en 2018. Ce nouveau secteur, nommé ID, se caractérise par une forte pente avec un décrochage topographique de près de 12,5 m (différence mesurée entre l’assise haute conservée du mur de Z1D et un point bas de l’église de Z1B).

8Des sept sondages entrepris dans le secteur (fig. 2), quatre ont directement concerné un mur, numéroté M82, mesurant environ 17 m de long pour 0,80 m d’épaisseur, et les trois autres ont été répartis de façon à obtenir le maximum d’information sur l’environnement immédiat de la structure. Ils ont permis l’identification de structures bâties, le mur M82 apparaissant clairement entre plusieurs maçonneries chaînées (fig. 3).

Fig. 2. Secteur ZID, localisation des sondages et du M82.

Fig. 2. Secteur ZID, localisation des sondages et du M82.

Cl. Y. Bonfand/©MAK.

Fig. 3. Secteur ZID, M82 vue de l’ouest.

Fig. 3. Secteur ZID, M82 vue de l’ouest.

Cl. Y. Bonfand/©MAK.

9Il est difficile de préciser son rôle, étant donné que les fouilles de 2020 et 2021 ont révélé que l’occupation du secteur est beaucoup plus complexe qu’il n’y paraissait. Le mur aurait pu servir de structure de soutènement pour l’aménagement d’une grande terrasse sur laquelle auraient été construites diverses structures domestiques ou artisanales du quartier. La masse d’empierrement glissée de niveaux supérieurs pourrait correspondre à ces dernières. Le matériel céramique mis au jour dans le sondages 2 [11018] et 6 [11048], en relation directe avec le M82, s’est avérée très riche et couvre un intervalle chronologique compris entre le viiie et le xie s., ce qui corrobore tous les autres critères de datation du secteur. Ce dispositif puissant aurait pu aussi avoir un rôle de courtine de protection pour tout ce vaste secteur situé en avant du complexe ecclésiastique de la zone IB, ce qui évoquerait soit une défense organisée par « quartier », au vu de la répartition des secteurs bâtis de l’habitat perché, soit une enceinte continue dessinant la limite basse d’une citadelle supérieure.

10Prospections et nettoyages effectués lors de la campagne 2021 ont permis d’examiner le caractère continu de cette « ligne défensive » dans la même zone (ID) et la manière dont elle relie d’autres unités bâties, la cathédrale (IB), la plateforme en contrebas (ID) et le quartier de Saint‑Théodore. Au moins deux autres murs (fig. 4) s’y articulent dans des directions opposées. Celui dirigé nord-est/sud-ouest se poursuit sur environ 14,90 m dans la continuité du Mur 82 par un pierrier consistant, d’environ 9,5 m de large, vers le secteur E. La densité des structures occupant le secteur, malgré leur très mauvais état de préservation, semble impliquer un bâti, ce qui offrira la possibilité d’étudier une éventuelle articulation de l’habitat privilégié de la zone I et son extension en direction sud‑ouest pour en préciser l’étendue.

Fig. 4. Plan schématique des murs, zone IE.

Fig. 4. Plan schématique des murs, zone IE.

E. Courné/©MAK.

11On voit enfin que le même système de structures disposées en espaliers marque la pente sud‑ouest de la zone IE, laquelle mène au quartier de Saint‑Théodore, zone IV. Le relevé de nombreux murs et terrasses répertoriés lors des prospections 2021 a été effectué. Il apparaît clairement que nous sommes ici au cœur de l’habitat dont la trame couvre presqu’intégralement la pente sud‑ouest de la « colline de la citadelle » (fig. 5).

Fig. 5. Plan schématique de l’organisation de la zone IV, secteur de Saint‑Théodore – église et bâtiment rectangulaire.

Fig. 5. Plan schématique de l’organisation de la zone IV, secteur de Saint‑Théodore – église et bâtiment rectangulaire.

D.A.O. E. Courné/©MAK.

12Une structure rectangulaire irrégulière (11,70 x 6,70 m) de faible hauteur (4‑5 assises de pierres non taillées faiblement liées au mortier) marque la terrasse immédiatement à l’est de l’église (fig. 6). Nouvellement identifiée, la structure a fait l’objet de nettoyages et d’un unique sondage, modeste, dans son angle sud‑ouest. Il a révélé l’absence de fondations et de sol aménagé. En revanche, le sondage a livré des fragments de récipients en verre. La caractérisation de la structure, ainsi que la détermination de sa chronologie constituent des priorités pour les prochaines campagnes.

Fig. 6. Relevé photogrammétrique de la structure Est.

Fig. 6. Relevé photogrammétrique de la structure Est.

E. Courné/©MAK.

13Enfin, un important travail de défrichement des vestiges de l’église Saint‑Théodore, positionnée sur la dernière plateforme occidentale de la « colline de la citadelle », en surplomb des hauteurs du Drin, a révélé un plan basilical avec apside en demi-cercle saillant bordée à l’est d’un collatéral scindé en deux espaces. Les élévations inégalement préservées et les dimensions impressionnants du bâtiment (environ 25 m de longueur) témoignent de son importance dans le secteur de l’habitat perché et démontrent l’existence d’un bâti dans ce quartier même. Ces vestiges ont fait l’objet de relevés topographiques incorporés au plan général du site en l’attente d’une documentation plus détaillée à même de dresser le plan complet de ces structures et d’en établir la chronologie.

14Les campagnes suivantes auront donc pour objectif de préciser la nature de l’occupation du nouveau quartier perché, ID, et sa relation fonctionnelle et topographique au secteur IB de la cathédrale, aussi bien que l’articulation entre le nouveau secteur ID et la zone IE.

Komani. Secteurs funéraires (zone III, secteur A et secteur de l’église Saint‑Georges), bilan préliminaire

15Le volet d’archéologie funéraire du programme a pour objectif de comprendre la disposition des groupes funéraires et de caractériser les populations médiévales de Komani. Il s’intéresse à éclairer les modes de vie et la structure sociale et démographique de la population, les rites funéraires et la transmission des coutumes sur plusieurs générations de cette importante communauté balkanique, entre la fin de l’Antiquité et le Moyen Âge central. On s’intéresse tout particulier à l’identification des composantes romaines, byzantines et locales et à leurs interactions et recompositions.

16Les données des fouilles anciennes de la nécropole commune de Komani (1982‑1984 ; les sujets anthropologiques sont malheureusement perdus et les contextes funéraires mal documentés), ainsi que l’examen nouveau des sépultures isolées ou regroupées autour des bâtiments de culte et intégrées dans l’habitat (fouilles 2010‑2016) ont démontré le grand potentiel historique de l’étude des groupes funéraires de Komani.

La nécropole commune, zone III, secteur A (fig. 7)

17Afin de réaliser une étude exhaustive de la nécropole commune selon une méthodologie cohérente et unifiée, une nouvelle campagne de documentation systématique a été engagée depuis 2017 sous la responsabilité de Joceline Desideri, de l’Université de Genève, dans le cadre d’un chantier-école de formation en archéologique funéraire (fig. 8). Les trois campagnes de fouilles (2017-2019) ont permis de confirmer l’étendue tout à fait notable, environ 4 ha, de cet espace funéraire, sis en bordure des quartiers habités, et de recueillir une documentation nouvelle à même de renouveler les acquis des opérations anciennes (avant 1945 ; 1961 et 1982-1984).

Fig. 7. Plan de répartition des tombes documentées dans le secteur A, nécropole principale, 2021.

Fig. 7. Plan de répartition des tombes documentées dans le secteur A, nécropole principale, 2021.

D.A.O. J. Desideri, E. Nallbani, E. Metalla/©MAK.

Fig. 8. Fouille de la nécropole commune.

Fig. 8. Fouille de la nécropole commune.

Cl. E. Nallbani/©MAK.

18L’extension des aires funéraires, groupées dans le « secteur A », a pu être établie, ainsi que la géolocalisation des structures ayant fait l’objet de fouilles dans les années 1980, ce qui a offert une vision globale de la répartition spatiale de l’aire funéraire principale du site, ouvrant la voie à une publication raisonnée des résultats de ces anciennes fouilles. Lors de ces trois campagnes, quarante nouvelles structures funéraires ont pu être documentées révélant l’extension vers le sud et l’ouest des aires funéraires anciennement explorées. Ces structures nouvelles ont été numérotées en continu, de T390 au T429.

19La campagne de fouilles 2021 a repris l’étude et la valorisation scientifique du secteur A, après un an d’interruption (2020), avec pour objectif de poursuivre la documentation des nouvelles structures funéraires repérées antérieurement. L’objectif était de comprendre l’organisation spatiale et le fonctionnement de ce secteur de la nécropole et de procéder à l’étude du matériel osseux exhumé lors des campagnes précédentes.

20Neuf nouvelles tombes, numérotées de T434 à T442, ont pu être documentées, portant à cinquante le nombre total des sépultures mises au jours par le nouveau programme. Une organisation de l’espace raisonnée semble se dessiner avec des alignements de structures, renforçant l’orientation S/N majoritaire parmi les structures funéraires du secteur. À l’exception de deux tombes, T440 et T442, trouvées intactes et extrêmement bien conservées, toutes les autres ont été violées à diverses reprises. Le travail effectué a été aussi l’occasion de documenter pour la première fois des structures doubles ou superposées (T435 et T438/440). Les sépultures semblent être toutes primaires et individuelles. En ce qui concerne l’identité des défunts, l’état de détérioration avancé des ossements ne permet pas de déterminer l’identité biologique pour la quasi-totalité des individus. La très large majorité des inhumés sont des adultes, à l’exception des tombes T433, T435 et T441 (contenant respectivement des immatures âgés de 1‑4 ans, 9 mois +/- 6 mois et 6 mois +/- 3 mois) et de la T442 qui a livré un adolescent de 15‑19 ans.

21Les données nouvelles viennent renforcer l’image d’homogénéité structurelle des sépultures de ce groupe caractérisé par une généralisation du rite funéraire de la « tombe à mobilier ». Les caissons sont de forme rectangulaire, bénéficiant d’un dallage en schiste et de couverture dallée, dont les dimensions varient mais renvoient dans la plupart des cas à la nécessité d’abriter une dépouille individuelle (entre 92 et 212 cm de long, 44 et 105 cm de large, 22 et 51 cm de profond). Le fond des structures n’est généralement pas aménagé et la roche-mère affleure. Il a été très difficile d’identifier les niveaux d’implantation, les limites, les tailles, les formes et le fond des fosses, en raison de la nature schisteuse du terrain.

22À l’issue des résultats de quatre nouvelles campagnes de fouilles (2017-2021), on est en mesure de distinguer les pratiques intentionnelles, liées aux rites funéraires, des interventions post-mortem liées à l’entretien de la mémoire du défunt et aux pillages tardifs. Des visites successives liées à la réouverture des sépultures se sont accompagnées de la manipulation des cadavres et du mobilier qui les accompagne. Sept des neuf sépultures documentées ont livré du mobilier, principalement des objets personnels et de parures, malgré les manipulations successives subies.

Groupe funéraire de l’église Saint‑Georges et tombes isolées

23Enfin, une intervention ciblée a permis de mettre au jour quatre nouvelles tombes appartenant au secteur de l’église Saint‑Georges (fig. 9) et deux structures isolées proches de cet édifice qui nécessiteraient une documentation immédiate en vue de leur préservation et étude. La restauration de l’abside de l’église Saint‑Georges a révélé de nouvelles tombes en pleine terre (numéroté T430 à T433) appuyées au chevet. Elles confirment la présence d’un cimetière paroissiale qui entourait l’église, déjà objet de fouilles entre 2012 et 2017. Les sépultures nouvellement découvertes présentent les mêmes caractéristiques que celles précédemment étudiées : inhumations en pleine terre (en fosse simple ou en espace vide dans un contenant en matière périssable) dépourvues de structures et de mobilier. Les analyses C14 amènent à proposer une datation entre les xie et xiiie siècles.

Fig. 9. Vue des sépultures du chevet de l’église Saint‑Georges.

Fig. 9. Vue des sépultures du chevet de l’église Saint‑Georges.

Cl. E. Nallbani/©MAK.

24En revanche, toutes les structures funéraires découvertes dans le quartier de Saint‑Georges, tant au niveau de l’église que sur le chemin, sont orientées O/E (n=5, dont 2 précisées et 3 non précisées), en rupture avec la direction majoritaire des structures composant la nécropole commune.

25Quant aux deux tombes situées le long du chemin menant à l’église Saint‑Georges, numérotées T309 (à l’extrémité nord du périmètre funéraire identifié) et T310 (sur le chemin), elles ont à l’évidence été pillées. Les structures ne sont que très partiellement préservées.

26Un stage d’initiation et de formation en archéologie funéraire a été organisé en 2021, comme dans le cadre de chaque campagne depuis 2017. Il a pour but d’établir et d’initier à un protocole de fouille et d’enregistrement des découvertes méthodique. Une partie de l’équipe a alterné les travaux de terrain et une mission d’enregistrement des ossements, associée à l’étude anthropologique et à l’élaboration de la documentation graphique de l’ensemble du mobilier 2017‑2021 mis au jour.

27Cette campagne a aussi permis d’initier une étude bio-anthropologique ciblée sur les onze membres d’une "famille" d’origines diverses réunis dans un grand caveau, T321, en position privilégiée dans l’habitat élitaire (zone I, secteur A). Cette approche destinée à compléter l’identification de l’identité biologique et à évaluer l’état sanitaire de cet échantillon de population sera ultérieurement appliquée à l’ensemble des sujets funéraires, afin d’ouvrir la voie à une analyse des régimes alimentaires, des pratiques de subsistance et de la mobilité des habitants de Komani.

28La poursuite des investigations des groupes funéraires, en particulier dans le secteur de la nécropole commune, reste la priorité de notre recherche de terrain. Elle permettra de mieux appréhender la distribution et la structuration des sépultures au sein de la nécropole principale et, permettra, ainsi, une meilleure compréhension du fonctionnement de celle‑ci, tout en caractérisant les pratiques funéraires locales établies et transmises par les familles et les groupes.

Topographique générale : plan du site et modélisation 3D

29Un acquis important des campagnes 2020‑2021 est la réalisation du plan topographique géoréferencé, de l’ensemble des secteurs du site, explorés ou juste répertoriés (M. Ferrari de l’INRAP, E. Blloshmi et B. Sina de l’UT). Est venu s’ajouter au plan déjà établi le quartier de Saint‑Nicolas dont les points topographiques ont été installés par les ingénieurs en géodésie de l’UT, ce afin de permettre l’intégration de ce secteur dans les recherches de terrain à venir. L’opération a été complétée par une couverture orthophotographique qui a intéressé environ 200 ha, en vue d’élaborer un SIG pour la gestion des résultats, ainsi que de la modélisation 3D du site. Une maquette réalisée par l’architecte Arjon Kadillari, dans le cadre d’un programme de muséologie subventionnée par le Ministère de la Culture albanais portant sur les trois sites archéologiques de Komani, Apollonia et Orikos a été exposée en 2021 au Musée historique de Shkodra. L’objectif est d’intégrer le site archéologique aux itinéraires touristiques intéressant les Alpes albanaises.

Préservation et valorisation du site de Komani

30Des actions indispensables de valorisation des vestiges bâtis in situ, entreprises en partenariat avec le DRTK de Shkodra, ont permis en 2020 aux experts de cette institution, Ded Margjoni et Petrit Bilali, de consolider la majorité des élévations de la cathédrale située dans la zone 1B de l’habitat perché et de consolider entièrement en 2021 la nef de l’église Saint‑Georges (fig. 10) avec son apside gravement endommagée lors des sondages en 1982.

31Le mobilier (parure vestimentaire, armes, bijoux composé de perles en pâte de verre et objets en bronze, fer et argent) issu de dix tombes fouillées en 2021 a été restauré par Eduart Bitri et déposé dans les réserves de l’Institut archéologique de Tirana.

Fig. 10. Quartier de Saint‑Georges avec périmètre de l’église restaurée.

Fig. 10. Quartier de Saint‑Georges avec périmètre de l’église restaurée.

Cl. E. Courné/©MAK.

Publications et travaux en rapport avec le programme Vallée du Drin pour les années 2020‑2021

32E. Nallbani, V. Gallien, Inhumation et statut social privilégiés dans l’Ouest des Balkans au haut Moyen Âge. Les cas de Lezha et Komani, dans P. de Vingo, Y. A. Marano, J. Pinar Gil (dir.), Sepolture di Prestigio nel bacino mediterraneo (secoli iv‑ix). Definizione, immagini, utilizzo, Sesto Fiorentino, 2021, p. 473‑494.

33E. Neri, E. Nallbani, Les routes de circulation du verre en Illyricum (viexie siècle). Une étude préliminaire sur deux sites en Albanie du nord : Lezha et Komani, dans A. Coscarella, E. Neri, Gh. Noyé (dir.), Il vetro in transizione (iv‑xii secolo). Produzione e commercio in Italia meridionale e nell'Adriatico, Bari, 2021 (THEMATA The byzantine west), p. 263‑287.

34E. Nallbani, J. Desideri, E. Metalla, E. Courné, Recherche archéologique à Koman, 2021 (en albanais), dans Candavia, 9, p. 263‑271, sous presse.

35Thèse de doctorat « Comparaison des conditions de vie de populations côtières et de montagne (dans le territoire de l’Albanie du Nord), de l’Antiquité tardive au début de la période ottomane », intégrant le matériel anthropologique de Komani et Lezha, soutenue par Ulsi Tota (dir. M. Nicoud, Université d’Avignon), 2021.

36Master 2 « Sarda, méthode de documentation du patrimoine archéologique submergé en contexte de barrage », soutenue par Étienne Courné (dir. J.‑C. Sourisseau, MoMArch Aix‑Marseille), 2021.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Fig. 1. Plan général du site de Komani, 2021.
Crédits E. Nallbani, M. Ferrari, E. Blloshmi, B. Sina, Y. Bonfand/©MAK)
URL http://journals.openedition.org/baefe/docannexe/image/10084/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 514k
Titre Fig. 2. Secteur ZID, localisation des sondages et du M82.
Crédits Cl. Y. Bonfand/©MAK.
URL http://journals.openedition.org/baefe/docannexe/image/10084/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 558k
Titre Fig. 3. Secteur ZID, M82 vue de l’ouest.
Crédits Cl. Y. Bonfand/©MAK.
URL http://journals.openedition.org/baefe/docannexe/image/10084/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 520k
Titre Fig. 4. Plan schématique des murs, zone IE.
Crédits E. Courné/©MAK.
URL http://journals.openedition.org/baefe/docannexe/image/10084/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 384k
Titre Fig. 5. Plan schématique de l’organisation de la zone IV, secteur de Saint‑Théodore – église et bâtiment rectangulaire.
Crédits D.A.O. E. Courné/©MAK.
URL http://journals.openedition.org/baefe/docannexe/image/10084/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 517k
Titre Fig. 6. Relevé photogrammétrique de la structure Est.
Crédits E. Courné/©MAK.
URL http://journals.openedition.org/baefe/docannexe/image/10084/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 357k
Titre Fig. 7. Plan de répartition des tombes documentées dans le secteur A, nécropole principale, 2021.
Crédits D.A.O. J. Desideri, E. Nallbani, E. Metalla/©MAK.
URL http://journals.openedition.org/baefe/docannexe/image/10084/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 305k
Titre Fig. 8. Fouille de la nécropole commune.
Crédits Cl. E. Nallbani/©MAK.
URL http://journals.openedition.org/baefe/docannexe/image/10084/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 466k
Titre Fig. 9. Vue des sépultures du chevet de l’église Saint‑Georges.
Crédits Cl. E. Nallbani/©MAK.
URL http://journals.openedition.org/baefe/docannexe/image/10084/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 554k
Titre Fig. 10. Quartier de Saint‑Georges avec périmètre de l’église restaurée.
Crédits Cl. E. Courné/©MAK.
URL http://journals.openedition.org/baefe/docannexe/image/10084/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 528k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Etleva Nallbani, Elvana Metalla, Jocelyne Desideri et Yann Bonfand, « Komani. Peuplement et territoires dans l’occident Balkanique (VIe‑XVe s.). Komani, Sarda et Lezha » [notice archéologique], Bulletin archéologique des Écoles françaises à l’étranger [En ligne], Balkans, mis en ligne le 23 novembre 2023, consulté le 24 mai 2024. URL : http://journals.openedition.org/baefe/10084 ; DOI : https://doi.org/10.4000/baefe.10084

Haut de page

Auteurs

Etleva Nallbani

CNRS-UMR Orient et Méditerranée 8167, Paris

Jocelyne Desideri

Université de Genève - ARCAN

Elvana Metalla

Institut archéologique, Académie des Études Albanaises, Tirana

Yann Bonfand

Université Grenoble Alpes

Haut de page

Responsables d’opération

Etleva Nallbani

CNRS-UMR Orient et Méditerranée 8167, Paris

Elvana Metalla

Institut archéologique, Académie des Études Albanaises, Tirana

Haut de page

Droits d’auteur

CC-BY-NC-ND-4.0

Le texte seul est utilisable sous licence CC BY-NC-ND 4.0. Les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont « Tous droits réservés », sauf mention contraire.

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search