Navigation – Plan du site

AccueilSites archéologiquesGrèce2024Grèce du NordPhilippes. Forum (2023)

2024
Grèce du Nord

Philippes. Forum (2023)

Responsable d’opération : Michel Sève
Notice rédigée avec Patrick Weber

Entrées d’index

Établissement éditeur :

EFA

Année de lʼopération :

2023
Haut de page

Notes de la rédaction

Les références sont à la numérotation du Guide du forum de Philippes.

Notes de l’auteur

Date précise de l’opération : 18‑26 juin 2023

Autorité nationale présente : Stavroula Dadaki, Éphorie de Kavala

Numéro de mission : G04

Partenariats institutionnels : École française d’Athènes

Organismes financeurs : Ministère de l’enseignement supérieur, de la recherche et de l’innovation (MESRI)

Établissement éditeur : École française d’Athènes

Établissements porteurs de l’opération : École française d’Athènes

Texte intégral

Données scientifiques produites :
Philippes. Forum (2022)
Philippes. Forum (2021)
Philippes. Forum (2020)
Philippes. Forum (2019)
Philippes. Forum (2018)

Chroniques de l’EFA :
Philippes, le forum, 2022 ; Philippes, 2021 ; Philippes, 2019
– Le site de Philippes dans la Chronique des fouilles en ligne

1La mission s’est déroulée du 18 au 26 juin avec la participation de Michel Sève, émérite de l'Université de Lorraine, archéologue, et de Patrick Weber, architecte, dans un environnement verdoyant très inhabituel à cette période de l’année (fig. 1).

Fig. 1. Côté Sud verdoyant le 18 juin 2023.

Fig. 1. Côté Sud verdoyant le 18 juin 2023.

© EFA / M. Sève. N1168-007

  • 1 Βελένης 2015, p. 457 et fig. 5 p. 458.

2La première partie s’est attachée à un certain nombre de vérifications que demandait l’étude en préparation sur le séisme qui a frappé Philippes vers l’an 500, et dont les effets ont d’abord été remarqués au forum (voir déjà Guide, p. 23‑24). Elles ont porté surtout sur le côté Ouest, où les remblais romains du iie s. ap. J.‑C. sont les plus épais et les plus susceptibles d’avoir souffert. Le dallage de la place présente, face à l’entrecolonnement central de la curie 12, des encoches très serrées d’une exécution très irrégulière – il y en a neuf pour une longueur totale de 3,28 m (fig. 2), et leur largeur varie entre 13 et 23 cm (Guide, p. 66). Leur écartement très variable – de 6 à 27 cm – dépend de leur disposition par rapport aux joints entre les dalles (trois d’entre elles se trouvent à la limite entre deux dalles jointives, et celle d’extrémité au Nord est à cheval sur deux dalles). Elles ont toutes un profil en biseau, avec un creux d’une profondeur maximale de 5 à 6 cm, s’amortissant graduellement vers la façade dont elles sont distantes de 2,32 à 2,41 m par rapport au nu de la première marche de la crépis et d’environ 0,70 m par rapport caniveau qui borde le forum. Cet examen de détail confirme l’interprétation que nous avions déjà indiquée dans le Guide : leur nombre et leur irrégularité qui indique une exécution très rapide font comprendre qu’elles servaient à caler une structure en bois exécutée dans l’urgence destinée à consolider la façade de la curie dans sa partie centrale. Nous sommes donc en désaccord avec la suggestion récente de Michael Velenis, qui y voit la trace d’une rampe en bois facilitant l’accès à la curie1 : un aménagement de ce genre n’aurait pas besoin d’ancrages aussi nombreux et aussi serrés, et aurait été exécuté plus régulièrement.

Fig. 2. Encoches pour caler un étaiement face à la curie 12.

Fig. 2. Encoches pour caler un étaiement face à la curie 12.

© EFA / M. Sève. N1168-010

3Les reprises protobyzantines de la façade de la pièce aux cinq colonnes 10 avaient déjà été signalées (Guide, p. 65). Elles consistent en un mur d’entrecolonnement muni dans chaque intervalle d’une ouverture (bouchée dans un second temps), et sont d’une construction très médiocre. Leur érosion inévitable depuis la fouille en 1931, déjà sensible lors de la description que nous en avions faite en 1982 mais aggravée par la suite, a permis un examen plus détaillé du stylobate d’origine sur lequel elles reposent, d’époque antonine. Ce dernier est essentiellement constitué de blocs de remploi, ce qu’indiquent des mortaises sans utilité à leur emplacement actuel, et cela est vrai aussi bien des blocs d’entrecolonnement (fig. 3) que des cinq dalles porte-colonne, dont deux sont trop longues et ont dû être démaigries au‑dessus du porte‑à‑faux pour recevoir le dallage intérieur du bâtiment (fig. 4). Ces cinq dalles portent toutes une mortaise centrale assez grande et profonde, avec un canal de coulée venant du Nord ; il subsiste du plomb au fond de celles des dalles 1 et 5 à partir du Nord. Des traits de mise en place sont visibles au lit d’attente de la dalle 1 : deux petits traits en angle droit au Nord‑Ouest et Sud‑Ouest de la dalle, distants de 104,5 cm, donnent l’ordre de grandeur de la base de colonne du bâtiment (fig. 5). Cette dimension est comparable avec celles de la colonnade centrale des portiques Est, Sud et Ouest (respectivement 2, 6 et 8) : les traces de mise en place sur les dalles porte-colonnes sont distantes de 110 cm à l’Est, 107 à 114 cm au Sud, 115 cm à l’Ouest ; la seule base conservée est large de 107,5 cm (au portique Est, bloc inv. 1688 ; fig. 6). Cet examen a fait surgir une observation inattendue, l’existence d’une porte tardive. Vers le milieu du stylobate, sur la dalle porte-colonne 3 et le bloc adjacent au Sud, des ancrages nets obligent à cette conclusion : une mortaise ronde pour une crapaudine et une mortaise rectangulaire pour fixer le montant de la porte pratiquées sur la dalle porte-colonne trouvent leur équivalent sur le bloc adjacent au Sud. L’écart des crapaudines est de 149 cm d’axe en axe. Des traces d’usure en quart de cercle ouvrant vers l’intérieur indiquent un usage fréquent, avec un battant Nord mesurant 72 cm par rapport à l’axe de la crapaudine (fig. 7 et 8). Cet aménagement ne se justifie que pour donner accès une pièce fermée, et on ne peut le dater que dans le courant du vie s., lorsqu’on a bouché les ouvertures initialement ménagées dans le mur d’entrecolonnement qui servait à consolider l’entablement de la pièce. Cette porte est située en face de l’extrémité Nord de l’abside construite secondairement dans la pièce aux cinq colonnes 10 : cette situation décalée et la différence de leurs dimensions respectives (ouverture de la porte 1,40 m, diamètre de l’abside 5,10 m) doivent dissuader de mettre la porte et l’abside en rapport l’une avec l’autre. Toutes deux restent inexpliquées.

Fig. 3. Bâtiment aux cinq colonnes 10 : blocs d’entrecolonnement entre les dalles porte-colonne 2 et 3 à partir du Nord.

Fig. 3. Bâtiment aux cinq colonnes 10 : blocs d’entrecolonnement entre les dalles porte-colonne 2 et 3 à partir du Nord.

© EFA / M. Sève. N1168-017

Fig. 4. Bâtiment aux cinq colonnes 10 : dalle porte-colonne 4 à partir du Nord, démaigrie à l’intérieur du bâtiment pour en recevoir le dallage.

Fig. 4. Bâtiment aux cinq colonnes 10 : dalle porte-colonne 4 à partir du Nord, démaigrie à l’intérieur du bâtiment pour en recevoir le dallage.

© EFA / M. Sève. N1168-025

Fig. 5. Bâtiment aux cinq colonnes 10 : dalle porte-colonne 1 à partir du Nord, avec la mortaise centrale et les traits de mise en place de la colonne sur le côté Ouest.

Fig. 5. Bâtiment aux cinq colonnes 10 : dalle porte-colonne 1 à partir du Nord, avec la mortaise centrale et les traits de mise en place de la colonne sur le côté Ouest.

© EFA / M. Sève. N1168-013

Fig. 6. Base de la colonnade centrale du portique 2 (bloc inv. 1688 ; L 6296, 3).

Fig. 6. Base de la colonnade centrale du portique 2 (bloc inv. 1688 ; L 6296, 3).

Fig. 7. Porte tardive ménagée sur la dalle porte-colonne 3 et le bloc adjacent au Sud.

Fig. 7. Porte tardive ménagée sur la dalle porte-colonne 3 et le bloc adjacent au Sud.

© EFA / M. Sève. N1168-021

Fig. 8. Détail des traces d’usure dues à la manœuvre du battant Sud.

Fig. 8. Détail des traces d’usure dues à la manœuvre du battant Sud.

© EFA / M. Sève. N1168-023

  • 2 Blocs inv. 1058, CIPh II, 1, no 35, et inv. 1178, CIPh II, 1, no 40. Tous deux ont été retaillés p (...)
  • 3 Blocs inv. 1051, 1054 (hauteur : 174 cm), 1055 (hauteur : 181 cm), 1059, 1089 (hauteur : 168 cm), (...)
  • 4 Blocs inv. 932, 1008, 1102, 1199, 1227, 1236, 1237, 1260, 1284.

4Il y a dans la nef intérieure du portique 8 plusieurs bases honorifiques remployées dans la consolidation de la façade de la pièce aux cinq colonnes. Leur nombre excède de beaucoup celui des quatre socles disposés le long de l’extrémité Sud de cette pièce ; certaines sont inscrites2, d’autres l’ont été ou auraient pu l’être. On y compte au total six bases complètes ou à peu près3 auxquelles il faut ajouter les deux fragments largement retaillés dans des bases inscrites inv. 1058 et 1178, et neuf fragments plus petits de bases honorifiques insuffisamment conservés pour que leur remploi puisse être précisé4. Les blocs qui ont conservé leur lit supérieur montrent tous une mortaise centrale munie d’un canal de coulée qui vient s’ajouter aux mortaises du premier emploi (fig. 9 et 10). Il faut enfin ajouter un bloc complet qui n’a jamais été une base honorifique, mais dont les dimensions sont comparables et qui a été utilisé verticalement (bloc 1077 ; hauteur 125 cm). Ils ont été utilisés pour soulager l’entablement de la pièce aux cinq colonnes à la suite du séisme, mais il est difficile de dire dans quelle mesure ils se sont adjoints aux colonnes initiales, ou s’y sont plutôt substitués : les antes Nord et Sud ont certainement été consolidées par des supports accolés en sous-œuvre, probablement aussi les colonnes 4 et 5 à partir du Nord ; on ne peut se prononcer pour les autres (fig. 11).

Fig. 9. Base remployée dans le monument aux cinq colonnes, bloc inv. 1055, lit d’attente.

Fig. 9. Base remployée dans le monument aux cinq colonnes, bloc inv. 1055, lit d’attente.

© EFA / M. Sève. N1168-033

Fig. 10. Base remployée dans le monument aux cinq colonnes, bloc inv. 1054, lit d’attente.

Fig. 10. Base remployée dans le monument aux cinq colonnes, bloc inv. 1054, lit d’attente.

© EFA / M. Sève. N1168-037

Fig. 11. Extrémité Nord de la pièce aux cinq colonnes, avec la base d’ante contre le mur Sud de la curie et la base inscrite en remploi inv. 1171 accolée contre elle.

Fig. 11. Extrémité Nord de la pièce aux cinq colonnes, avec la base d’ante contre le mur Sud de la curie et la base inscrite en remploi inv. 1171 accolée contre elle.

Dessin P. Weber.

5La suite de la mission a été consacrée à l’étude de la couverture de la curie et du temple Est et a permis d’aboutir à une hypothèse de restitution. Il subsiste pour l’un et l’autre de ces monuments plusieurs blocs de la corniche latérale dont certains sont complets. Ils sont extrêmement massifs et très comparables pour les deux bâtiments, mais pas identiques en tout point : ceux de la curie présentent à la face arrière un brochage en éventail et une arête supérieure chanfreinée qui n’existent pas au temple Est (fig. 12). Une rigole servant de chéneau, grossièrement creusée au lit supérieur à l’arrière de la sima, permet l’évacuation des eaux de pluie par des têtes de lion servant de gargouilles (fig. 13 et 14). Il subsiste pour le temple Est six blocs dont deux sont complets ou presque (bloc inv. 104, longueur 260 cm et bloc inv. 321+411, longueur 250 cm) : le premier ne présente aucun encastrement, mais une tête de lion près de l’extrémité (fig. 15), et le second un encastrement pour recevoir l’extrémité d’une ferme à peu près en son milieu (fig. 16) ; un autre fragment brisé à chaque extrémité, le bloc inv. 53, présente lui aussi en son milieu un encastrement très usé. Le linéaire total conservé est de 10,63 m. À la curie, on compte six blocs dont trois sont complets, de dimensions très inégales (bloc inv. 718, longueur 142 cm ; bloc inv. 773, longueur 211 cm ; bloc inv. 783+825, longueur 245 cm), pour un linéaire total de 10,06 m. Aucun des blocs complets ne présente d’encastrement, mais le bloc inv. 893+910 qui est presque complet (longueur 205 cm) en présente un, à la face de joint. Les deux encastrements bien conservés sont de dimensions comparables : 49 × 48 cm, profondeur 37 cm à l’Est, 43 × 37 cm, profondeur 47 cm à la curie, mais le détail de la mise en place est différent pour chaque monument. À l’Est comme à l’Ouest, seul le pronaos était réalisé en grand appareil : la cella du temple et la salle de réunion de la curie étaient construites en moellons et mortier, et nous pensons que l’assise de corniche latérale, dont les denticules étaient le décor le plus visible de loin, se poursuivait au‑delà du pronaos par une série de briques enduites qui se retournaient sur le mur de fond. Dans ces conditions, la mise en place se calcule ainsi. Dans les deux cas, l’espace à considérer est limité par la façade et le mur séparant le pronaos de la salle qui le prolonge : il y a un encastrement pour une poutre faîtière au revers du tympan du temple Est (impossible à observer dans le cas de la curie), et aucun des blocs de corniche rampante conservés ne présente d’encastrement pour d’éventuelles pannes intermédiaires. Au temple Est, le linéaire conservé (10,63 m) est compatible avec la longueur du pronaos (7,20 m, donc un total à couronner de 14,40 m) : du fait que les corniches présentent un encastrement en leur milieu, on ne peut restituer qu’une ferme dans la longueur du pronaos. À la curie, le linéaire conservé (10,06 m) est lui aussi compatible avec la longueur du pronaos (7,42 m, donc un total à couronner de 14,84 m), mais le seul encastrement conservé se trouve à une face de joint : rien ne s’oppose à ce que l’on y répète le rythme observé au temple Est, mais le détail de la mise en place des blocs est nécessairement différent. La largeur des travées était donc de l’ordre de 3 m, aussi bien à l’Est qu’à l’Ouest. On a pu proposer pour chacun des bâtiments une hypothèse de mise en place des différents blocs conservés qui s’accorde avec le rythme ainsi restitué, et ce rythme concorde avec la longueur des salles principales – 17,67 m, donc 6 travées pour la cella du temple Est, et 14,10 m, donc 5 travées, pour la salle de réunion de la curie : ce fait souligne l’unité de conception de l’ensemble par‑delà les différences dans la réalisation pratique qu’imposait l’implantation de chacun sur le terrain.

Fig. 12. Curie, bloc de corniche latérale inv. 1041, face arrière.

Fig. 12. Curie, bloc de corniche latérale inv. 1041, face arrière.

© EFA / M. Sève. N1168-057

Fig. 13. Curie, corniche latérale, bloc inv. 718 vu de face.

Fig. 13. Curie, corniche latérale, bloc inv. 718 vu de face.

© EFA / M. Sève. N1168-055

Fig. 14. Curie, corniche latérale, bloc inv. 718, lit supérieur.

Fig. 14. Curie, corniche latérale, bloc inv. 718, lit supérieur.

© EFA / M. Sève. N1168-054

Fig. 15. Temple Est, corniche latérale, bloc inv. 104, détail de l’extrémité avec l’arrachement de la tête de lion.

Fig. 15. Temple Est, corniche latérale, bloc inv. 104, détail de l’extrémité avec l’arrachement de la tête de lion.

© EFA / M. Sève. N1168-053

Fig. 16. Corniche latérale du temple Est, vue de l’arrière, blocs 321+411.

Fig. 16. Corniche latérale du temple Est, vue de l’arrière, blocs 321+411.

© EFA / M. Sève. N1002-130

Haut de page

Bibliographie

Βελένης 2015
Μιχαήλ Βελένης, « Η Curia των Φιλίππων: έρευνα και μελέτη αποκατάστασης », Το αρχαιολογικό έργο στη Μακεδονία και Θράκη 29, 2015, p. 453‑474.

CIPh II, 1
Cédric Brélaz, Corpus des inscriptions grecques et latines de Philippes, tome II : la colonie romaine, Partie 1 : la vie publique de la colonie, Athènes, EFA, Ét. Épig. 6, 2014.

Guide
Michel Sève, Patrick Weber, Guide du forum de Philippes, Athènes, EFA, 2012.

Sève 2004
« Le Forum de Philippes, lieu d'autocélébration de l'élite municipale », in Mireille Cébeillac-Gervasoni, Laurent Lamoine, Frédéric Trément (éd.), Autocélébration des élites locales dans le monde romain. Contextes, images, textes (iie s. av. J.‑C.  iiie s. ap. J.‑C.), Clermont-Ferrand, PU Blaise Pascal, 2004.

Haut de page

Notes

1 Βελένης 2015, p. 457 et fig. 5 p. 458.

2 Blocs inv. 1058, CIPh II, 1, no 35, et inv. 1178, CIPh II, 1, no 40. Tous deux ont été retaillés pour le remploi, l’un (bloc 1058) en haut et en bas, l’autre (bloc 1178) simplement en bas, mais en ravalant la moulure supérieure. Il faut y ajouter la base inv. 1171 disposée à la verticale à côté de l’ante Nord, retaillée en haut, qui porte une inscription devenue illisible.

3 Blocs inv. 1051, 1054 (hauteur : 174 cm), 1055 (hauteur : 181 cm), 1059, 1089 (hauteur : 168 cm), 1171.

4 Blocs inv. 932, 1008, 1102, 1199, 1227, 1236, 1237, 1260, 1284.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Fig. 1. Côté Sud verdoyant le 18 juin 2023.
Crédits © EFA / M. Sève. N1168-007
URL http://journals.openedition.org/baefe/docannexe/image/10366/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 450k
Titre Fig. 2. Encoches pour caler un étaiement face à la curie 12.
Crédits © EFA / M. Sève. N1168-010
URL http://journals.openedition.org/baefe/docannexe/image/10366/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 529k
Titre Fig. 3. Bâtiment aux cinq colonnes 10 : blocs d’entrecolonnement entre les dalles porte-colonne 2 et 3 à partir du Nord.
Crédits © EFA / M. Sève. N1168-017
URL http://journals.openedition.org/baefe/docannexe/image/10366/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 512k
Titre Fig. 4. Bâtiment aux cinq colonnes 10 : dalle porte-colonne 4 à partir du Nord, démaigrie à l’intérieur du bâtiment pour en recevoir le dallage.
Crédits © EFA / M. Sève. N1168-025
URL http://journals.openedition.org/baefe/docannexe/image/10366/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 536k
Titre Fig. 5. Bâtiment aux cinq colonnes 10 : dalle porte-colonne 1 à partir du Nord, avec la mortaise centrale et les traits de mise en place de la colonne sur le côté Ouest.
Crédits © EFA / M. Sève. N1168-013
URL http://journals.openedition.org/baefe/docannexe/image/10366/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 534k
Titre Fig. 6. Base de la colonnade centrale du portique 2 (bloc inv. 1688 ; L 6296, 3).
URL http://journals.openedition.org/baefe/docannexe/image/10366/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 144k
Titre Fig. 7. Porte tardive ménagée sur la dalle porte-colonne 3 et le bloc adjacent au Sud.
Crédits © EFA / M. Sève. N1168-021
URL http://journals.openedition.org/baefe/docannexe/image/10366/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 523k
Titre Fig. 8. Détail des traces d’usure dues à la manœuvre du battant Sud.
Crédits © EFA / M. Sève. N1168-023
URL http://journals.openedition.org/baefe/docannexe/image/10366/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 437k
Titre Fig. 9. Base remployée dans le monument aux cinq colonnes, bloc inv. 1055, lit d’attente.
Crédits © EFA / M. Sève. N1168-033
URL http://journals.openedition.org/baefe/docannexe/image/10366/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 552k
Titre Fig. 10. Base remployée dans le monument aux cinq colonnes, bloc inv. 1054, lit d’attente.
Crédits © EFA / M. Sève. N1168-037
URL http://journals.openedition.org/baefe/docannexe/image/10366/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 581k
Titre Fig. 11. Extrémité Nord de la pièce aux cinq colonnes, avec la base d’ante contre le mur Sud de la curie et la base inscrite en remploi inv. 1171 accolée contre elle.
Crédits Dessin P. Weber.
URL http://journals.openedition.org/baefe/docannexe/image/10366/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 565k
Titre Fig. 12. Curie, bloc de corniche latérale inv. 1041, face arrière.
Crédits © EFA / M. Sève. N1168-057
URL http://journals.openedition.org/baefe/docannexe/image/10366/img-12.jpg
Fichier image/jpeg, 522k
Titre Fig. 13. Curie, corniche latérale, bloc inv. 718 vu de face.
Crédits © EFA / M. Sève. N1168-055
URL http://journals.openedition.org/baefe/docannexe/image/10366/img-13.jpg
Fichier image/jpeg, 508k
Titre Fig. 14. Curie, corniche latérale, bloc inv. 718, lit supérieur.
Crédits © EFA / M. Sève. N1168-054
URL http://journals.openedition.org/baefe/docannexe/image/10366/img-14.jpg
Fichier image/jpeg, 547k
Titre Fig. 15. Temple Est, corniche latérale, bloc inv. 104, détail de l’extrémité avec l’arrachement de la tête de lion.
Crédits © EFA / M. Sève. N1168-053
URL http://journals.openedition.org/baefe/docannexe/image/10366/img-15.jpg
Fichier image/jpeg, 564k
Titre Fig. 16. Corniche latérale du temple Est, vue de l’arrière, blocs 321+411.
Crédits © EFA / M. Sève. N1002-130
URL http://journals.openedition.org/baefe/docannexe/image/10366/img-16.jpg
Fichier image/jpeg, 520k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Michel Sève, Patrick Weber, « Philippes. Forum (2023) » [notice archéologique], Bulletin archéologique des Écoles françaises à l’étranger [En ligne], Grèce, mis en ligne le 18 janvier 2024, consulté le 13 avril 2024. URL : http://journals.openedition.org/baefe/10366 ; DOI : https://doi.org/10.4000/baefe.10366

Haut de page

Auteurs

Michel Sève

Professeur des universités, Émérite en histoire grecque de l’Université de Lorraine (Metz)

Articles du même auteur

Patrick Weber

Architecte

Articles du même auteur

Haut de page

Responsable d’opération

Michel Sève

Professeur des universités, Émérite en histoire grecque de l’Université de Lorraine (Metz)

Opération(s) dirigée(s) par cet archéologue

Haut de page

Droits d’auteur

CC-BY-NC-ND-4.0

Le texte seul est utilisable sous licence CC BY-NC-ND 4.0. Les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont « Tous droits réservés », sauf mention contraire.

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search