Navigation – Plan du site

AccueilSites archéologiquesItalie2024Les cités vésuviennes« Modes d’habiter à Pompéi à l...

2024
Les cités vésuviennes

« Modes d’habiter à Pompéi à l’époque républicaine : diffusion et utilisation du type de la maison à atrium testudinatum »

La campagne 2023 - Recherches en VI 11, 11‑12/7
Responsables d’opération : Pascale Ballet et Dora D’Auria

Entrées d’index

Établissement éditeur :

CJB

Année de lʼopération :

2023

Lieux :

Pompéi

Chronologie :

Antiquité romaine

Peuples :

Samnites, Romains
Haut de page

Notes de l’auteur

Date précise de l’opération : 15 mai-30 juin 2023

Autorité́ nationale présente : Parco Archeologico Pompei (MiC)

Numéro de mission : Concession MIBACT DGABAP Prot. n. 0019331 du 26/06/2020

Composition de l’équipe de terrain : Pascale Ballet, Université Paris Nanterre, archéologue ; Dora D’Auria, équipe ESPRI‑LIMC (UMR 7041/ArScAn), archéologue ; François Fouriaux, Centre Jean Bérard (UAR 3133, CNRS‑EFR), topographe ; Guilhem Chapelin, CNRS (IRAA – USR 3155), architecte ; Clément Bady, École française de Rome, Université Paris Nanterre, archéologue.
Étudiants, docteurs et doctorants : Louise Berginc, Université Paris Nanterre, doctorante ; Maissane Bakhouche, Université Paris Nanterre, étudiante ; Léo Bayel, Université Paris 8, étudiant ; Flavio Biasi, Università degli Studi di Napoli L’Orientale, étudiant ; Roberto Bonavoglia, Università degli Studi di Napoli L’Orientale, étudiante ; Lucia Bove, Università degli Studi di Napoli L’Orientale, étudiante ; Paolo Caccavale, Università degli Studi di Napoli L’Orientale, étudiant ; Claire Chesneau, Université Paris Nanterre, doctorante ; Mathieu Demey, Université Paris Nanterre, étudiant ; Ilona Froment, Université Paris Nanterre, étudiante ; Maria Lucia Gnazzo, Università degli Studi di Napoli L’Orientale, étudiante ; Raphaël Lallemand, Université Paris Nanterre, étudiant ; Maéva Marouteau Université Paris Nanterre, étudiante ; Nicola Martinelli, Università degli Studi di Napoli L’Orientale, étudiant ; Jeanne Leroy, Université Bordeaux Montaigne, étudiante ; Ester Pinto, Università degli Studi di Napoli L’Orientale, étudiante ; Charles Pourcel, Université Cergy Paris, étudiant ; Marcello Rossini, Università degli Studi di Napoli L’Orientale, étudiant ; Maiwenn Tonna, Université Paris Nanterre, étudiante ; Coralie Verstraete, Université Paris Nanterre, étudiante.

Partenariats institutionnels :
– Centre Jean Bérard (UAR 3133, CNRS‑EFR)
– Université Paris Nanterre
– Parco Archeologico di Pompei

Organismes financeurs :
– MESRI
– MEAE (“Mission archéologique « Italie du Sud »)
– UMR 7041 ArScAn-ESPRI‑LIMC

Établissement éditeur : CJB

Établissements porteurs de l’opération :
– CJB
– MEAE
– Université Paris‑Nanterre

Texte intégral

Données scientifiques produites :
Modes d’habiter à Pompéi à l’époque républicaine : diffusion et utilisation du type de la maison à atrium testudinatum

Chroniques de l’EFR :
http://journals.openedition.org/​cefr/​4796

1Les recherches du projet « Modes d’habiter à Pompéi à l’époque républicaine, la maison à atrium testudinatum »1, en 2023, ont concerné la domus VI 11, 11‑12/7 (fig. 1), dans laquelle des fouilles avaient été menées en 20212 (fig. 2). Cette année, une nouvelle campagne s’est déroulée du 15 mai au 30 juin et a concerné trois pièces : les fauces (S4), la pièce 6 (S5) – ayant déjà fait l’objet d’un sondage en 2021 – et le secteur 20 (S6). L’étude de la stratigraphie a permis de déterminer huit phases d’occupation.

Fig. 1. Les secteurs étudiés.

Fig. 1. Les secteurs étudiés.

Réal. G. Chapelin, sur concession du MiC – PA Pompei. Tous droits réservés.

Fig. 2. Les sondages menés en 2021 et 2023.

Fig. 2. Les sondages menés en 2021 et 2023.

Réal. F. Fouriaux, sur concession du MiC – PA Pompei. Tous droits réservés.

Phase I

2À l’époque protohistorique, remontent des couches des sondages 5 et 6, parmi lesquelles on a pu identifier le paléosol de l’Âge du Bronze et le dépôt des cendres de plusieurs éruptions du Somma-Vésuve.

Phase II

  • 3 Nous remercions D. Sparice pour nous avoir fourni son avis sur les couches d’origine volcanique.

3Avant la construction de la maison VI 11, 12, l’espace occupé plus tard par la pièce 6 correspond à un secteur ouvert, comme en témoigne la découverte, dans le S5, d’une couche d’origine naturelle, constituée d’un sable fin, et, au‑dessus, d’une couche de cendres volcaniques en position secondaire, transportées par l’eau3.

  • 4 On en retrouve des fragments dans les fondations du mur est de l’espace 20 et dans l’enduit qui rev (...)
  • 5 Pour les attestations d’époque archaïque dans ce secteur de la Regio VI, cf. Avagliano 2018, p. 166 (...)

4Dans le S6, un élément de pappamonte a été découvert. Posé sur une couche qui constitue un niveau d’occupation et sur laquelle on a retrouvé ce qui pourrait s’interpréter comme le débit de la découpe de ce type de pierre, il pourrait avoir fait partie d’une structure démantelée plus tard et dont plusieurs fragments sont réutilisés pour la construction de la maison4 (fig. 3). Bien que les vestiges de cette structure soient peu abondants, leur identification est importante. En effet, le pappamonte, un type de tuf caractéristique des plus anciennes constructions de la ville, nous fournit des données sur la fréquentation de la Regio VI à l’époque archaïque et, tout particulièrement, dans son secteur nord‑est, où des découvertes de mobilier ou de structures remontant à cette époque ont été rarement enregistrées5.

Fig. 3. Sondage 6 : éléments en pappamonte remontant à la phase II, réutilisés pour la construction des fondations d’un mur de phase III.

Fig. 3. Sondage 6 : éléments en pappamonte remontant à la phase II, réutilisés pour la construction des fondations d’un mur de phase III.

Cliché D. D’Auria, sur concession du MiC – PA Pompei. Tous droits réservés.

Phase III

  • 6 L’étude du mobilier associé aux US remontant à cette phase, notamment celui des US 101035 et 101046 (...)

5La maison à atrium testudinatum est édifiée au courant du iiie s. av. J.‑C.6, avec le recours conjoint à deux techniques de construction : l’opus quadratum pour la façade et l’opus africanum pour les murs intérieurs. Pendant cette campagne, il a été possible d’examiner la fondation du mur nord des fauces. La tranchée atteint des profondeurs variant selon les caractéristiques de la partie du mur à édifier : au niveau des chaînes d’angle, formées par des blocs de calcaire, la fosse est plus large et profonde, alors qu’au niveau du panneau compris entre les montants, elle est moins profonde et remplie par des moellons de calcaire et de téphrite à leucites. Après la construction des murs qui délimitent les fauces, un sol en terre battue est aménagé.

6Dans le S6, un mur en opus africanum est construit. Bien que détruit, une partie de ses fondations a pu être observée : elle est constituée d’un bloc et de moellons de calcaire ainsi que de morceaux de remploi de pappamonte (fig. 3). D’orientation est‑ouest, ce mur était lié au mur ouest de la pièce (4) et devait séparer deux secteurs de la zone située à l’ouest de l’atrium de la maison 12.

7Les murs de plusieurs pièces de la maison sont, à cette époque, peints, comme l’atteste la découverte en 2021 de couches d’enduit noir appartenant à la zone inférieure de la décoration des murs de l’atrium7. La même année, sous le sol décoré de la fin du iie s. av. J.‑C. de la pièce 6, des fragments d’enduit blanc, dont un avec un motif figuré brun, avaient été retrouvés8. D’autres fragments, présentant les mêmes caractéristiques techniques et stylistiques que celles de ces derniers, ont été découverts lors de la campagne 2023, dans cette même pièce (6), à l’intérieur du remblai d’une fosse coupant la couche d’où proviennent les fragments de 2021. Ils sont à fond blanc et à motifs bruns (fig. 4). Leur précocité est confirmée par la comparaison de leurs couches de préparation avec celles du revêtement blanc des parois de la fenêtre meurtrière de la pièce 16, qui a été bouchée avant la réalisation des peintures de Ier style. Ainsi, les fragments retrouvés dans la pièce 6 appartiennent à une décoration plus ancienne que celles du Ier style, dont de rares exemples sont aujourd’hui connus à Pompéi9.

Fig. 4. Les fragments d’enduits retrouvés dans le salon (6) en 2021 (le premier à gauche) et en 2023 et appartenant à la décoration de phase III.

Fig. 4. Les fragments d’enduits retrouvés dans le salon (6) en 2021 (le premier à gauche) et en 2023 et appartenant à la décoration de phase III.

Cliché D. D’Auria, M.L. Gnazzo, sur concession du MiC – PA Pompei. Tous droits réservés.

Phase IV.1

  • 10 Cette chronologie dépend du style des revêtements du salon 6, typiques de la seconde moitié/fin du (...)
  • 11 Les découvertes de pigments en contexte samnite sont rares à Pompéi. On rappelle notamment les pig (...)

8Plus tard, probablement vers la fin du iie s. av. J.‑C.10, plusieurs espaces de la maison sont touchés par des travaux de restructuration, en particulier les murs des fauces et de l’atrium. Pendant ces travaux, l’ancien enduit des murs est enlevé et jeté à terre, de même façon que le débit de la découpe du calcaire, dont les murs sont composés. Ces éléments sont ensuite utilisés pour faire partie du nouveau sol du couloir, en terre battue. Toutefois avant l’aménagement du sol, les parois sont revêtues de nouvelles peintures, comme en témoignent les restes de pigment retrouvés au‑dessus des fragments de calcaire jetés au sol11. Le pigment qui a dû vraisemblablement tomber pendant ces travaux, après les opérations de structure, devait être contenu dans un récipient en céramique, de même type que celui retrouvé, empli d’un pigment jaune, dans le S6 à l’intérieur d’une couche de remblai qui appartient à cette même phase (fig. 5).

Fig. 5. Vase rempli de pigment, retrouvé dans le Sondage 6.

Fig. 5. Vase rempli de pigment, retrouvé dans le Sondage 6.

Cliché D. D’Auria, sur concession du MiC – PA Pompei. Tous droits réservés.

  • 12 Le schéma décoratif est déjà décrit dans Laidlaw 1985.

9Durant cette phase IV.1, des travaux sont menés dans la pièce 6. Des opérations de construction concernent le mur nord et un sol en mortier de tuileau rouge est installé. Il est décoré avec un semis régulier parallèle et orthogonal de tesselles blanches et est équipé d’un trou de drainage près de sa limite ouest (fig. 6). Les parois sont revêtues de peintures du Ier style, caractérisées par une plinthe jaune surmontée d’un bandeau rouge, de panneaux horizontaux en zone 2 et de deux assises d’appareil isodome à bossage en zone 312.

  • 13 Sur la présence récurrente d’enduits peints en position secondaire dans les couches de remblai, vo (...)

10Dans le secteur correspondant au sondage 6, des fosses sont creusées, dans lesquelles des fragments de peintures du Ier style et d’un plafond monochrome jaune ont été jetés13. Ils devaient faire partie de la décoration d’une pièce de la maison 12 ou du secteur occupé par l’espace 20 qui, à cette époque, a peut‑être appartenu à une propriété autre que celle de la maison à atrium testudinatum n. 12.

Fig. 6. Sondage 5 : le sol de phase IV.1, coupé par la fosse de phase VI.

Fig. 6. Sondage 5 : le sol de phase IV.1, coupé par la fosse de phase VI.

Cliché D. D’Auria, sur concession du MiC – PA Pompei. Tous droits réservés.

Phase IV.2

11Un peu plus tard, dans la partie occidentale du mur nord de la pièce 6, on aménage un encaissement de lit qui est revêtu d’une couche d’enduit.

Phase V

  • 14 Cette phase correspond à la phase IV identifiée en 2021. Pour sa datation, voir les données présen (...)

12Une autre importante phase de rénovation de la maison peut être datée de la première moitié du ier s. apr. J.‑C.14. Des travaux structurels concernent alors plusieurs secteurs de la demeure. Dans les fauces, les fondations des murs sont consolidées. De nouvelles tranchées sont alors creusées en coupant le sol de la phase précédente, sur lequel, pendant les travaux, deux types de mortier tombent : l’un utilisé pour lier les éléments composant les fondations et l’autre pour l’élévation des murs. Après la fin des travaux de structure, on n’aménage pas un véritable sol de terre battue : pour élever le niveau du sol, on met en place une couche de nivellement, dont seule la partie centrale est, par la suite, compactée par le passage de ceux qui entrent dans l’édifice.

  • 15 Les caractéristiques de cette structure semblent refléter les indications données par Vitruve sur (...)

13Dans le secteur arrière, dont on sait maintenant, avec certitude, qu’il appartient à la maison 12, on aménage une citerne (fig. 7). Elle est réalisée en opus caementicium avec des moellons de lave, auxquels sont ajoutés quelques‑uns en calcaire. Ses murs sont fondés en tranchées libres, comme le suggère l’aspect irrégulier des parois extérieures. En effet, là où la couche contre laquelle repose le mur est pauvre en inclusions, la surface du mur est régulière, alors que là où elle est incohérente, car riche en inclusions, la surface du mur est irrégulière et saillante15. Le toit de la nouvelle structure est en voûte en berceau et recouvert à l’extérieur d’un mortier de couleur grise, dans lequel on utilise, comme agrégats, de la lave déchiquetée et du pappamonte. Ce dernier provient de la destruction des structures qui existaient dans cette zone en phase II.

Fig. 7. Vue zénithale de la citerne mise au jour dans le Sondage 6.

Fig. 7. Vue zénithale de la citerne mise au jour dans le Sondage 6.

Cliché L. Gnazzo, sur concession du MiC – PA Pompei. Tous droits réservés.

14La citerne est à chambre simple et à plan rectangulaire, elle est revêtue d’un enduit hydraulique et est pourvue d’un accès situé dans le secteur est, relié à une cheminée de puisage de section circulaire. Le réservoir a une largeur de 2 m ; sa longueur n’a pu être mesurée, puisque sa limite ouest n’a pas été touchée par le S6 (fig. 8). Pourtant, elle est bien visible depuis l’accès du réservoir, donc elle n’est pas beaucoup plus à l’ouest de la limite du sondage. Cela nous amène à supposer que sa longueur corresponde à environ 5 m. De même, la profondeur de la citerne n’a pu être mesurée, car le réservoir a été partiellement rempli par les lapilli de l’éruption de 79 apr. J.‑C., qui n’ont pas pu être enlevés pour des questions de sécurité.

Fig. 8. Sondage 6 : l’intérieur de la citerne, vu depuis le conduit de puisage.

Fig. 8. Sondage 6 : l’intérieur de la citerne, vu depuis le conduit de puisage.

Cliché D. D’Auria, sur concession du MiC – PA Pompei. Tous droits réservés.

15Enfin, dans la pièce 19, on pose un sol en mortier de tuileau et dans la pièce 6, on bouche l’encaissement de lit réalisé en phase IV.2 et on installe un nouveau sol, constitué d’une couche de mortier. Pour la réfection du sol, l’ancien pavement en mortier de tuileau est piqueté de manière à assurer un bon accrochage des nouvelles couches.

Phase VI

  • 16 PPM V, p. 72‑73 (V. Sampaolo).
  • 17 Avellino 1843, p. 66.

16Enfin, des travaux sont effectués à la suite des dommages causés par les secousses sismiques de la seconde moitié du ier s. apr. J.‑C. Des fosses, comme celle au milieu de la pièce 6 (fig. 6), sont creusées dans plusieurs espaces de la maison, avec le double objectif de jeter les matériaux issus de la destruction de structures et de revêtements et chercher le sable le plus adapté à la production du mortier pour les nouvelles constructions. Dans la fosse de la pièce 6, des objets en céramique, en verre et en métal sont jetés, ainsi que des restes organiques, dont un fragment de squelette d’oursin (Arbacia lixula) (fig. 9). On y retrouve enfin des fragments de la décoration du Ier style, maintenant remplacée par une nouvelle peinture. En effet, les revêtements de la salle sont maintenant refaits. La décoration pariétale est rénovée sur la paroi sud et au niveau des zones 1 et 2 de la paroi nord, avec des peintures en IVe style16, caractérisées de panneaux à bords rouges, à l’intérieur desquels étaient figurés des oiseaux et d’autres animaux sur un fond blanc17. Le sol est aussi refait, par un mortier de tuileau peu résistant. Dans sa couche de préparation sont présentes également les tesselles de calcaire blanc du sol de phase IV.1, cassé lors de l’ouverture de la fosse.

Fig. 9. Sondage 5 : fragment d’un squelette d’oursin retrouvé dans la fosse de phase VI.

Fig. 9. Sondage 5 : fragment d’un squelette d’oursin retrouvé dans la fosse de phase VI.

Cliché D. D’Auria, sur concession du MiC – PA Pompei. Tous droits réservés.

  • 18 Sur la transformation des atria testudinata à partir de la fin de l’époque samnite, voir D’Auria 2 (...)

17Les revêtements, remontant à cette phase – comme le démontre le cas de la pièce 6 et comme cela a été constaté en 2021 dans d’autres secteurs – sont de qualité médiocre. L’édifice ne semble plus avoir à cette époque le même statut qu’à l’époque samnite. Le soin et la richesse qui étaient propres à la maison des iiie et iie s. av. J.‐C., avec ses pièces d’apparat et ses décorations soignées, semblent désormais un vague souvenir. Cette perte de prestige n’est pas sans importance pour notre étude des maisons à atrium testudinatum. En effet, elle explique pourquoi une maison aux dimensions imposantes comme la VI 11, 12, qui était d’un niveau élevé au iiie s. av. J.‑C., conserve pour toute son histoire un atrium testudinatum, sans rien changer à sa structure. Ce type architectural, en effet, à partir du milieu du iie s. av. J.‑C., devient caractéristique de contextes moins aisés, alors que dans les maisons plus riches on voit progressivement disparaître18 les atria testudinata. Cette exception représentée par notre maison, à l’époque impériale, s’explique justement par la perte de prestige que nous avons pu constater pour la période qui précède l’éruption, quand cette maison n’est plus une demeure de haut niveau mais un édifice qui a peut‑être même perdu sa fonction domestique.

Phase VII

18Pendant l’éruption de 79 apr. J.‑C., la citerne de l’espace 20, encore en fonction, est partiellement remplie de produits pyroclastiques. À l’intérieur, on a retrouvé des lapilli en position primaire et des fragments de l’enduit qui revêtait l’intérieur du conduit d’accès, par lequel passe le matériel pyroclastique.

Phase VIII

  • 19 La domus VI 11, 12 a été mise au jour entre la fin 1841 et octobre 1842 : Avellino 1843, p. 65.

19La phase VIII comprend des couches qui sont à mettre en relation avec les opérations de fouille19 et certains des travaux qui ont été réalisés après la découverte de la maison.

20Dans la pièce 6, les fouilleurs ont détruit une partie du sol de phase VI et ont entamé la couche de comblement de la fosse creusée au milieu de la pièce. Seulement plus tard, une couche de nivellement a été étalée sur la surface de la zone fouillée. À son intérieur, des éléments modernes et anciens ont été retrouvés, provenant probablement des couches affectées par les activités qui ont suivi la découverte de la maison. Il s’agit en particulier des fragments des enduits qui décoraient les parois en phase VI et d’autres du mortier utilisé pour consolider leurs bords après leur découverte. Ces éléments indiquent que la couche s’est formée longtemps après la fouille de la pièce, après qu’une partie de la décoration pariétale s’était effondrée avec le mortier qui en consolidait les bords. Enfin, des tuiles modernes ont été retrouvées qui témoignent qu’une couverture temporaire a été mise en place dans la pièce, peut‑être pour protéger les peintures.

21Dans le secteur 20, plusieurs activités ont été enregistrées. L’espace a été utilisé à plusieurs reprises pour enterrer des éléments non plus utilisables : tout d’abord, des végétaux, notamment une plante avec des épines, sont brûlés et enterrés dans une fosse, suite à des travaux de jardinage. Plus tard, des matériaux de construction, tels que des tuiles et des morceaux d’amiante, sont enterrés dans une grosse fosse identifiée au nord du S6.

22Toutes les couches mises au jour au moment de la découverte de la maison au xixe s. ont été couvertes par des couches de nivellement, contenant les produits pyroclastiques enlevées lors des fouilles.

Haut de page

Bibliographie

Arthur 1986
Paul Arthur, « Problems of the urbanisation of Pompeii. Excavations 1980-1981 », The Antiquaries Journal 66‑1, 1986, p. 29‑44.

Avagliano 2018
Alessandra Avagliano, Le origini di Pompei: le città tra il VI e il V secolo a.C., BabeschSuppl. 33, Leuven Peeters, 2018.

Avellino 1843
Francesco Maria Avellino, « Scavi di Pompei del 1842 », Bullettino archeologico Napoletano, 9 maggio 1843, p. 65‑70.

D’Auria 2020
Dora D’Auria, Rileggere Pompei VI. Ricerche nella Casa del Granduca Michele (VI,5,5-6/21) e sulle abitazioni di livello medio in età sannitica, Studi e ricerche del parco archeologico di Pompei 41, Bari, « L’Erma » di Bretschneider, 2020.

D’Auria, Ballet 2020
Dora D’Auria, Pascale Ballet, « Modes d’habiter à Pompéi à l’époque républicaine. Diffusion et utilisation du type de la maison à atrium testudinatum », Chronique des activités archéologiques de l’École française de Rome. Les cités vésuviennes, en ligne, http://journals.openedition.org/cefr/4796, consulté le 1er novembre 2020.

D’Auria, Ballet, Russo 2022
Dora D’Auria, Pascale Ballet, Alessandro Russo, « Modes d’habiter à Pompéi à l’époque républicaine : diffusion et utilisation du type de la maison à atrium testudinatum » [notice archéologique], BAEFE, en ligne, http://journals.openedition.org/baefe/4812, consulté le 14 février 2022.

Laidlaw 1985
Anne Laidlaw, The First Style in Pompeii: painting and architecture, Rome, Giorgio Bretschneider, Archaeologica 57, 1985.

Morel 1981
Jean-Paul Morel, Céramique campanienne : les formes, Rome, EFR, BEFAR 244, 1981.

Osanna 2016
Massimo Osanna, « Gesto rituale e spazio sacro nella Pompei di età sannitica », in Federica Fontana, Emanuela Murgia (éd.), Sacrum Facere III. Atti del III Seminario di Archeologia del Sacro. Lo spazio del ‘sacro’: ambienti e gesti del rito (Trieste, 3‑4 ottobre 2014), Trieste, Edizioni Università di Trieste, 2016, p. 179‑201.

PPM V
Pompei. Pitture e Mosaici, V, Rome, Istituto della enciclopedia italiana, 1993.

Zanella 2017
Sandra Zanella, « Des tas et des remblais. Le remploi des enduits à Pompéi ? Un point sur la question », in Mathilde Carrive (éd.), Remployer, recycler, restaurer. Les autres vies des enduits peints, Rome, Publications de l’École française de Rome, 2017, en ligne, http://books.openedition.org/efr/34140, consulté le 14 février 2022, p. 19‑34.

Haut de page

Notes

1 Sur les problématiques et les objectifs du projet, voir D’Auria, Ballet 2020.

2 Sur les résultats de la campagne 2021, voir D’Auria, Ballet, Russo 2022.

3 Nous remercions D. Sparice pour nous avoir fourni son avis sur les couches d’origine volcanique.

4 On en retrouve des fragments dans les fondations du mur est de l’espace 20 et dans l’enduit qui revêt la citerne de phase V.

5 Pour les attestations d’époque archaïque dans ce secteur de la Regio VI, cf. Avagliano 2018, p. 166‑168.

6 L’étude du mobilier associé aux US remontant à cette phase, notamment celui des US 101035 et 101046 – le sol en terre battue des fauces (S4) et la couche de nivellement sur laquelle le sol est mis en œuvre –, invite à proposer une datation autour du début du iiie s. av. J.‑C. : coupes série 2832 (fin ive s. av. J.‑C.) et 2424B (320‑270 av. J.‑C.), Morel 1981. Toutefois, l’étude du mobilier des US associées à cette phase, identifiées en 2021, suggère plutôt une datation vers le milieu du iiie s. av. J.‑C., cf. D’Auria, Ballet, Russo 2022, p. 5.

7 Cf. D’Auria, Ballet, Russo 2022, p. 8.

8 D’Auria, Ballet, Russo 2022, p. 8.

9 Sur les décorations peintes précédentes au Ier style, voir D’Auria 2020, p. 247‑257.

10 Cette chronologie dépend du style des revêtements du salon 6, typiques de la seconde moitié/fin du iie s. av. J.‑C., et du mobilier issu des couches de remblai appartenant à cette phase, notamment de l’US 120033 – comblement d’une fosse située dans le secteur S du S6 –, qui a restitué une patère série 2284D (seconde moitié iie s. av. J.‑C. ; Morel 1981) et des fragments de peintures de Ier style.

11 Les découvertes de pigments en contexte samnite sont rares à Pompéi. On rappelle notamment les pigments retrouvés dans les fosses votives du sanctuaire d’Apollon (Osanna 2016, p. 183), lors des fouilles du système électrique (Arthur 1986).

12 Le schéma décoratif est déjà décrit dans Laidlaw 1985.

13 Sur la présence récurrente d’enduits peints en position secondaire dans les couches de remblai, voir Zanella 2017.

14 Cette phase correspond à la phase IV identifiée en 2021. Pour sa datation, voir les données présentées dans D’Auria, Ballet, Russo 2022, p. 19.

15 Les caractéristiques de cette structure semblent refléter les indications données par Vitruve sur la construction des citernes (Vitr., 8, 7, 14‑15) : après avoir préparé les matériaux pour réaliser la maçonnerie – un mélange de sable, chaux et de moellons –, il suggère en effet de creuser les tranchées correspondant aux limites de la citerne, d’y jeter dedans les ingrédients préparés et de les damer. Ensuite, on évide la terre comprise entre les nouveaux murs.

16 PPM V, p. 72‑73 (V. Sampaolo).

17 Avellino 1843, p. 66.

18 Sur la transformation des atria testudinata à partir de la fin de l’époque samnite, voir D’Auria 2020, p. 104‑108. Dans une seule demeure de haut niveau, l’atrium testudinatum est conservé : dans la Casa de Giulio Polibio. Ici, pourtant, des modifications plus récentes font de l’atrium testudinatum du secteur de représentation, une sorte de vestibule qui introduit à un espace plus intérieur, prenant la forme d’un atrium toscan.

19 La domus VI 11, 12 a été mise au jour entre la fin 1841 et octobre 1842 : Avellino 1843, p. 65.

Haut de page

Table des illustrations

URL http://journals.openedition.org/baefe/docannexe/image/10424/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 59k
Titre Fig. 1. Les secteurs étudiés.
Crédits Réal. G. Chapelin, sur concession du MiC – PA Pompei. Tous droits réservés.
URL http://journals.openedition.org/baefe/docannexe/image/10424/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 656k
Titre Fig. 2. Les sondages menés en 2021 et 2023.
Crédits Réal. F. Fouriaux, sur concession du MiC – PA Pompei. Tous droits réservés.
URL http://journals.openedition.org/baefe/docannexe/image/10424/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 301k
Titre Fig. 3. Sondage 6 : éléments en pappamonte remontant à la phase II, réutilisés pour la construction des fondations d’un mur de phase III.
Crédits Cliché D. D’Auria, sur concession du MiC – PA Pompei. Tous droits réservés.
URL http://journals.openedition.org/baefe/docannexe/image/10424/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 584k
Titre Fig. 4. Les fragments d’enduits retrouvés dans le salon (6) en 2021 (le premier à gauche) et en 2023 et appartenant à la décoration de phase III.
Crédits Cliché D. D’Auria, M.L. Gnazzo, sur concession du MiC – PA Pompei. Tous droits réservés.
URL http://journals.openedition.org/baefe/docannexe/image/10424/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 439k
Titre Fig. 5. Vase rempli de pigment, retrouvé dans le Sondage 6.
Crédits Cliché D. D’Auria, sur concession du MiC – PA Pompei. Tous droits réservés.
URL http://journals.openedition.org/baefe/docannexe/image/10424/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 559k
Titre Fig. 6. Sondage 5 : le sol de phase IV.1, coupé par la fosse de phase VI.
Crédits Cliché D. D’Auria, sur concession du MiC – PA Pompei. Tous droits réservés.
URL http://journals.openedition.org/baefe/docannexe/image/10424/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 561k
Titre Fig. 7. Vue zénithale de la citerne mise au jour dans le Sondage 6.
Crédits Cliché L. Gnazzo, sur concession du MiC – PA Pompei. Tous droits réservés.
URL http://journals.openedition.org/baefe/docannexe/image/10424/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 577k
Titre Fig. 8. Sondage 6 : l’intérieur de la citerne, vu depuis le conduit de puisage.
Crédits Cliché D. D’Auria, sur concession du MiC – PA Pompei. Tous droits réservés.
URL http://journals.openedition.org/baefe/docannexe/image/10424/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 562k
Titre Fig. 9. Sondage 5 : fragment d’un squelette d’oursin retrouvé dans la fosse de phase VI.
Crédits Cliché D. D’Auria, sur concession du MiC – PA Pompei. Tous droits réservés.
URL http://journals.openedition.org/baefe/docannexe/image/10424/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 335k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Pascale Ballet, Dora D’Auria, « « Modes d’habiter à Pompéi à l’époque républicaine : diffusion et utilisation du type de la maison à atrium testudinatum » » [notice archéologique], Bulletin archéologique des Écoles françaises à l’étranger [En ligne], Italie, mis en ligne le 17 avril 2024, consulté le 19 mai 2024. URL : http://journals.openedition.org/baefe/10424 ; DOI : https://doi.org/10.4000/baefe.10424

Haut de page

Auteurs

Pascale Ballet

Université Paris Nanterre, UMR 7041 ArScAn – ESPRI

Articles du même auteur

Dora D’Auria

UMR 7041 ArScAn – ESPRI

Articles du même auteur

Haut de page

Responsables d’opération

Pascale Ballet

Université Paris Nanterre, UMR 7041 ArScAn – ESPRI

Opération(s) dirigée(s) par cet archéologue

Dora D’Auria

UMR 7041 ArScAn – ESPRI

Opération(s) dirigée(s) par cet archéologue

Haut de page

Droits d’auteur

CC-BY-NC-ND-4.0

Le texte seul est utilisable sous licence CC BY-NC-ND 4.0. Les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont « Tous droits réservés », sauf mention contraire.

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search