Navigation – Plan du site

AccueilSites archéologiquesÉgypte2020Le Caire et ses environsSaqqara-Sud

2020
Le Caire et ses environs

Saqqara-Sud

Responsables d’opération : Philippe Collombert et Xavier Henaff
Notice rédigée avec Christelle Alvarez, Alain Charron et Mathieu Luret

Entrées d’index

Établissement éditeur :

IFAO

Année de lʼopération :

2019

Lieux :

Saqqara

Anthroponymes :

Pepi Ier, Reines égyptiennes
Haut de page

Notes de l’auteur

Année de la campagne : 2019 (15 septembre – 1er novembre)

Numéro et intitulé de l’opération de terrain : 18120 – Mission archéologique franco-suisse de Saqqâra-Sud (MafS) pour le chantier archéologique de la nécropole royale de Pépy Ier

Composition de l’équipe de terrain : L’équipe était composée de Philippe Collombert (égyptologue, Université de Genève), Xavier Henaff (archéologue, Inrap, UMR 8167), Christelle Alvarez (égyptologue, Freie Universität Berlin), Mohamed Antar Gad (raïs, MoA), Frank Burgos (tailleur de pierre, CNRS, UMR 8167), Alain Charron (égyptologue, musée d'Arles), Luis Elia (topographe, indépendant), Marie-Noëlle Fraisse (égyptologue, CNRS, UMR 8167), Brice Galland (géophysicien, société Fondasol), Izold Guegan (étudiante, Sorbonne Université, UMR 8167), Emmanuel Laroze (architecte, CNRS, UMR 8167), Rémi Legros (égyptologue, université Lumière Lyon 2, UMR 5189 HisoMa), Mathieu Luret (archéozoologue, Université de Genève), Pierrette Péro (architecte, DESA), Franck Rivière (géophysicien, société Fondasol), Jérôme Rizzo (photographe, université Paul-Valéry Montpellier 3, UMR 5140 ASM), Julie Villaeys (étudiante, Sorbonne Université, UMR 8167).

Le ministère des Antiquités était représenté par Hanane Dongol, Tamer Raggab, Abdu Osman et Khaled Hamdini.

Partenariats institutionnels : La mission bénéficie du soutien du CNRS, de Sorbonne Université, UMR 8167 Orient et Méditerranée, de MEAE, de l’Université de Genève, du ministère des Antiquités (MoA) et de la Fondation Gandur pour l’Art de l’Inrap et de l’Ifao.

Texte intégral

1Problématique générale de la fouille : évolution du plan d’urbanisme d’une nécropole royale d'Ancien Empire et Textes des Pyramides.

1. Travaux réalisés

1.1. Le complexe funéraire de la reine Ankhnespépy II

2L'essentiel du travail archéologique s'est concentré sur le dernier secteur non fouillé du complexe de la reine Ankhnespépy II. Un secteur de 20 m de longueur (est-ouest) pour 15 m de largeur (nord-sud) a été ouvert afin de mettre au jour l’angle sud-ouest du complexe. Ici également, les carriers ont été particulièrement actifs (fig. 1). Ils ont atteint le fond de la fosse de fondation de la pyramide de la reine et son angle sud-ouest (tout comme les angles sud-est et nord-est) a totalement disparu. En revanche, des éléments du soubassement situé au centre de la face sud de la pyramide ont été épargnés. À l’image de la moitié orientale du péribole sud, la section occidentale affiche un profil formant caniveau. Confirmant notre hypothèse de 2018, les vestiges d’une canalisation – décalée vers l’ouest par rapport à l’axe nord-sud de la pyramide de la reine – ont été mis au jour (fig. 2).

Fig. 1. Angle sud-ouest du complexe funéraire de la reine Ankhnespépy II.

Fig. 1. Angle sud-ouest du complexe funéraire de la reine Ankhnespépy II.

© Ifao. 18120_2019_NDMPF_001

Fig. 2. Canalisation du péribole sud du complexe funéraire de la reine Ankhnespépy II.

Fig. 2. Canalisation du péribole sud du complexe funéraire de la reine Ankhnespépy II.

© Ifao. 18120_2019_NDMPF_002

3Lors de l'exploration de la fosse de fondation de la pyramide sur son côté est, nous avons retrouvé des blocs provenant de la salle aux offrandes ; ces blocs avaient été arrachés par les carriers et étaient tombés dans la fosse de fondation. Leurs dimensions nous permettent de les rapprocher d'un énorme bloc orné d'un texte de consécration très original retrouvé à proximité en 2017, et dont la destination première nous échappait encore. Plusieurs autres fragments retrouvés dans les environs lors des fouilles des années 2000 permettent de compléter cet ensemble. On peut désormais restituer en partie ce grand texte de consécration du complexe funéraire de la reine Ânkhnespépy II, tel qu'il avait déjà été entrevu en 2017.

4Ce type de texte de consécration décrivant les différents éléments architecturaux composant l'ensemble funéraire d'une reine de l'Ancien Empire (pyramide, temple funéraire et ses dépendances) est connu par quelques fragments peu significatifs – dont on ignore l'emplacement originel dans le temple – chez les reines Neit, Oudjebten et Nedjeftet. Or, les découvertes de cette année nous permettent de replacer désormais ce texte dans la salle aux niches, avec un texte identique en symétrie de l'autre côté de la niche centrale.

1.2. Le complexe funéraire de la reine Inenek/Inti

5Cette année, une dernière investigation dans le complexe de la reine a été menée avant dépôt du manuscrit pour publication. Nous avons procédé chez Inenek/Inti à un nettoyage complet du temple intime à la recherche des éléments du sous-dallage. Or, en cet endroit précisément, plusieurs blocs de remploi ont été mis au jour. Ils correspondent, comme chez Noubounet, à des éléments architecturaux décorés issus de monuments privés et royaux mentionnant notamment la reine Nedjeftet. Cette découverte inattendue nous permet désormais de dater (relativement) cette reine mystérieuse avec plus de précision (fig. 3).

Fig. 3. Bloc de la reine Nedjeftet remployé dans le sous-dallage du complexe funéraire de la reine Inenek.

Fig. 3. Bloc de la reine Nedjeftet remployé dans le sous-dallage du complexe funéraire de la reine Inenek.

© Ifao.18120_2019_NDMPF_003

1.3. Le complexe funéraire de la reine Noubounet

6Dans le cadre de nos publications de complexes funéraires anciennement mais pas entièrement fouillés, nous avons ouvert un secteur de fouilles de 10 × 15 m à l’angle sud-est de la pyramide de la reine Noubounet. Ce secteur s’est révélé non seulement riche en vestiges, mais également complexe en termes de relations stratigraphiques.

7Un long mur orienté nord-sud semble correspondre au prolongement de celui découvert par Audran Labrousse lors des premières investigations sur la nécropole des reines. Celui-ci est particulièrement intéressant car ses fondations sont en partie constituées de blocs de remploi issus du démontage d’un monument privé datant probablement – d’après certaines représentations – de la transition entre la fin de la Ve et le début de la VIe dynastie (fig. 4).

8Un second mur, orienté est-ouest, apparaît à l’est du premier. Il diffère par ses dimensions et sa technique de construction. D’une largeur de trois coudées, il est constitué en parement de longs blocs de calcaire d’une coudée de hauteur conservés sur trois assises.

9La jonction entre ces deux structures nous interpelle : elle a été réalisée à l’aide d’un « bouchon » dont les caractéristiques sont identiques au mur orienté nord-sud. Visiblement, le premier mur semble postérieur au second ; les constructeurs ont ainsi pris soin de reprendre la maçonnerie afin de refermer le vide laissé par la destruction.

10Il en ressort ainsi que la mise en chantier du complexe de Noubounet a nécessité le démontage d’une structure antérieure qui se développe vers l’est. L’espace ainsi créé a permis la mise en place du temple intime de la reine et de son mur d’enceinte oriental, lui-même réalisé à partir de blocs de remploi. À ce stade de la fouille, nous ne pouvons affirmer la présence d’une pyramide satellite car les vestiges sont ici très détruits par les carriers. Néanmoins, une partie du péribole sud du complexe de Noubounet semble conservée dans ce secteur car l’installation de petits bâtiments de briques dans des espaces à ciel ouvert correspond au schéma habituel constaté sur toute la nécropole. En outre, nous avons découvert des céramiques conservées en place dans l’une des pièces du bâtiment (fig. 5).

Fig. 4. Blocs de remploi décorés utilisés dans le dallage du complexe funéraire de la reine Noubounet.

Fig. 4. Blocs de remploi décorés utilisés dans le dallage du complexe funéraire de la reine Noubounet.

© Ifao. 18120_2019_NDMPF_004

Fig. 5. Céramiques conservées en place dans une pièce du complexe funéraire de la reine Noubounet.

Fig. 5. Céramiques conservées en place dans une pièce du complexe funéraire de la reine Noubounet.

© Ifao.18120_2019_NDMPF_005

1.4. La pyramide du roi Ibi

Extrait du rapport de Christelle Alvarez

11Les travaux dans la pyramide ont porté sur la dépose du sol de béton mis en place par Gustave Jéquier pour la fouille du sol de la chambre funéraire ainsi que pour améliorer la conservation de ses parois. La fouille sous le niveau du sol moderne a permis de clarifier la structure de la chambre funéraire en mettant au jour un sous-dallage presqu’entièrement préservé ainsi qu’une partie du dallage plus importante que ce qui avait été publié en 1935 (fig. 6). Cela a aussi permis de révéler la structure du sarcophage et ses dimensions ainsi que d’importants fragments qui avaient été débités du sarcophage et abandonnés sur place. Certains de ces fragments donnent des indications sur la forme du sarcophage. Trente fragments des Textes des Pyramides particulièrement bien préservés ont été retrouvés dans les déblais.

Fig. 6. Sous-dallage de l'appartement funéraire du roi Ibi.

Fig. 6. Sous-dallage de l'appartement funéraire du roi Ibi.

© Ifao. 18120_2019_NDMPF_006

1.5. Le survey géophysique et le relevé photogrammétrique par drone

12Un survey géophysique a été réalisé, à titre gratuit, par la société Fondasol sur l'ensemble de la concession franco-suisse (fig. 7). L'analyse des données de ce survey devrait permettre de mieux cibler, dans les années à venir, les secteurs à haut potentiel archéologique, notamment dans la zone de la nécropole des hauts dignitaires, principal objet du nouveau quadriennal proposé.

13Ce survey géophysique s'est accompagné d'un relevé photogrammétrique complet par drone, tant des structures déjà fouillées que des secteurs encore vierges, de l'ensemble de la nécropole (fig. 8). Couplé au survey géophysique, il devrait notamment, dans les mois à venir, aider notre compréhension de l'ensemble de la nécropole.

Fig. 7. Survey géophysique de la nécropole.

Fig. 7. Survey géophysique de la nécropole.

© Ifao. 18120_2019_NDMPE_001

Fig. 8. Relevé photogrammétrique de la nécropole par drone (RGB + élévation)

Fig. 8. Relevé photogrammétrique de la nécropole par drone (RGB + élévation)

© archeo3d.net / Label News. Ifao_18120_2019_NDMCN_001

1.6. Le dépôt secondaire d'ossement de bovidés

D'après les rapports de Alain Charron et Mathieu Luret

14L'amoncellement d'ossements de bovidés découvert en 2016 ne présentait aucune organisation perceptible : pratiquement aucune connexion anatomique en dehors de quelques « portions » de corps, la grande majorité des crânes (désormais plus de 300) étant isolés et amputés de leur mandibule. En outre, de nombreuses traces de momification sont visibles sur les vestiges osseux, témoignage d’une préparation des animaux. Il s'agit manifestement de vestiges provenant du pillage d’un site sacré.

15Au cœur de cette couche, nous avions découvert deux éléments bien conservés, témoins des pratiques cultuelles autour de ces bovidés : un naos de bois peint dans la façade duquel était fichée la tête de l’animal, avec le reste du corps inhumé dans le coffre ; une préparation adoptant la forme d’une vache accroupie momifiée, avec la tête surmodelée à l’aide de bandes de tissu imprégnées de bitume et une décoration peinte apporte une touche finale. Une étude plus approfondie des ossements a pu être menée en 2019 par deux archéozoologues (Louis Chaix et M. Luret) et un égyptologue spécialiste de la momification (A. Charron). Ils ont d'ores et déjà analysé 4 215 restes osseux correspondant à un minimum de 164 individus. L’étude préliminaire de ces ossements a montré que toutes les classes d’âges sont représentées et que les deux sexes sont présents.

16Les ossements de bovidés présentent des lésions osseuses, essentiellement des exostoses sur les os et une usure anormale des dents, signes qui semblent indiquer une intoxication lente par le fluor (fig. 9). Si ce diagnostic est validé, cela implique que ces ossements proviennent probablement d’un même troupeau, parqué dans un même endroit dont les ressources d’eau et/ou les pâtures auraient été contaminées par une dose élevée de fluor.

Fig. 9. Pathologies présentes sur les os de bovidés.

Fig. 9. Pathologies présentes sur les os de bovidés.

© Ifao. 18120_2019_NDMPM_001

2. Publications

2.1. Monographies

17Audran Labrousse, Le temple funéraire du roi Pépy Ier. Le temps de la construction, MAFS VI, MIFAO 137, Le Caire, Ifao, 2019.

18Isabelle Pierre-Croisiau, Les textes de la pyramide de Mérenrê, MAFS IX, MIFAO 140, 2019.

19Anne Minault-Gout, La vaisselle en pierre des reines de Pépy Ier, MAFS VII, MIFAO 141, Le Caire, Ifao, 2019.

20Bernard Mathieu, Les textes de la pyramide de Pépy Ier. Traduction, MAFS VIII, MIFAO 142, Le Caire, Ifao, 2018.

2.2. Articles

21Rémi Legros, « À propos de la datation des tombes égyptiennes de l’Ancien Empire », Bibliotheca Orientalis 75, 2018, p. 5-14.

22Philippe Collombert, « Recent discoveries of the Mission archéologique franco-suisse de Saqqâra in the funerary complex of Queen Ankhnespepy II », Saqqara Newsletter 16, 2018, p. 66-75.

23Philippe Collombert, « Saqqara (MafS) », dans Laurent Coulon, Mélanie Cressent (éd.), Archéologie Française en Égypte, BiGen 59, Le Caire, Ifao, 2019, p. 70-75.

2.3. Valorisation de la recherche

24Chaque année, plusieurs conférences grands public sont données par le directeur de la mission, pour diffuser les résultats des travaux de la MafS, par exemple devant l’Association dauphinoise d'égyptologie Champollion (15 décembre 2018), l’Association France-Egypte Limoges (28 novembre 2019), et la Société d'Égyptologie de Genève (4 décembre 2019).

25Une équipe de télévision est venue filmer les travaux de la Mission. Elle donnera lieu à un documentaire, prévu pour septembre 2020.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Fig. 1. Angle sud-ouest du complexe funéraire de la reine Ankhnespépy II.
Crédits © Ifao. 18120_2019_NDMPF_001
URL http://journals.openedition.org/baefe/docannexe/image/1061/img-1.JPG
Fichier image/jpeg, 794k
Titre Fig. 2. Canalisation du péribole sud du complexe funéraire de la reine Ankhnespépy II.
Crédits © Ifao. 18120_2019_NDMPF_002
URL http://journals.openedition.org/baefe/docannexe/image/1061/img-2.JPG
Fichier image/jpeg, 676k
Titre Fig. 3. Bloc de la reine Nedjeftet remployé dans le sous-dallage du complexe funéraire de la reine Inenek.
Crédits © Ifao.18120_2019_NDMPF_003
URL http://journals.openedition.org/baefe/docannexe/image/1061/img-3.JPG
Fichier image/jpeg, 177k
Titre Fig. 4. Blocs de remploi décorés utilisés dans le dallage du complexe funéraire de la reine Noubounet.
Crédits © Ifao. 18120_2019_NDMPF_004
URL http://journals.openedition.org/baefe/docannexe/image/1061/img-4.JPG
Fichier image/jpeg, 269k
Titre Fig. 5. Céramiques conservées en place dans une pièce du complexe funéraire de la reine Noubounet.
Crédits © Ifao.18120_2019_NDMPF_005
URL http://journals.openedition.org/baefe/docannexe/image/1061/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 126k
Titre Fig. 6. Sous-dallage de l'appartement funéraire du roi Ibi.
Crédits © Ifao. 18120_2019_NDMPF_006
URL http://journals.openedition.org/baefe/docannexe/image/1061/img-6.JPG
Fichier image/jpeg, 65k
Titre Fig. 7. Survey géophysique de la nécropole.
Crédits © Ifao. 18120_2019_NDMPE_001
URL http://journals.openedition.org/baefe/docannexe/image/1061/img-7.JPG
Fichier image/jpeg, 656k
Titre Fig. 8. Relevé photogrammétrique de la nécropole par drone (RGB + élévation)
Crédits © archeo3d.net / Label News. Ifao_18120_2019_NDMCN_001
URL http://journals.openedition.org/baefe/docannexe/image/1061/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 690k
Titre Fig. 9. Pathologies présentes sur les os de bovidés.
Crédits © Ifao. 18120_2019_NDMPM_001
URL http://journals.openedition.org/baefe/docannexe/image/1061/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 218k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Philippe Collombert, Xavier Henaff, Christelle Alvarez, Alain Charron et Mathieu Luret, « Saqqara-Sud » [notice archéologique], Bulletin archéologique des Écoles françaises à l’étranger [En ligne], Égypte, mis en ligne le 01 novembre 2020, consulté le 20 janvier 2021. URL : http://journals.openedition.org/baefe/1061 ; DOI : https://doi.org/10.4000/baefe.1061

Haut de page

Auteurs

Philippe Collombert

Égyptologue, Université de Genève

Xavier Henaff

Archéologue, Inrap, UMR 8167

Christelle Alvarez

Égyptologue, Freie Universität Berlin

Alain Charron

Égyptologue, musée d'Arles

Mathieu Luret

Archéozoologue, Université de Genève

Haut de page

Responsables d’opération

Philippe Collombert

Égyptologue, Université de Genève

Xavier Henaff

Archéologue, Inrap, UMR 8167

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Le Bulletin archéologique des Écoles françaises à l’étranger est mise à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search