Navigation – Plan du site

AccueilSites archéologiquesÉgypte2024La région thébaineTT 33 – Tombe de Padiaménopé (Thè...

2024
La région thébaine

TT 33 – Tombe de Padiaménopé (Thèbes-ouest, 2023)

Responsables d’opération : Isabelle Régen et Silvia Einaudi
Notice rédigée avec Noémie Fathy, Joëlle Le Roux et Edson Poiati Filho

Notes de l’auteur

Année de la campagne : 2023 (02-21 novembre)

Autorité nationale présente : Ministère du Tourisme et des Antiquités (MoTA) représenté par Amani Hassan Mohamed Ahmed (inspectrice), ainsi que Sayyed Faraq El-Tiri Hussein Aly (restaurateur).

Numéro et intitulé de l’opération de terrain : 17146 – La nécropole thébaine au VIIe s. av. n.è. : la tombe du prêtre Padiaménopé (TT 33, fin XXVe-début XXVIe dynastie). Mission épigraphique et archéologique

Composition de l’équipe de terrain : Isabelle Régen (égyptologue, université Paul-Valéry Montpellier 3, CNRS, UMR 5140 ASM) ; Noémie Fathy (doctorante contractuelle en égyptologie, université Paul-Valéry Montpellier 3, CNRS, UMR 5140 ASM) ; Edson Poiati Filho (doctorant contractuel en égyptologie, université Paul-Valéry Montpellier 3, CNRS, UMR 5140 ASM).

Collaborateurs égyptiens :
Sayyed Faraq El-Tiri Hussein Aly (restaurateur, MoTA) ; Hassan Mollattam Hussein Sayyed (restaurateur, MoTA) ; Mahmoud Moussa Ahmed Aly Sayyed (restaurateur, MoTA) ; Fathy Ragab Mohamed Omran (restaurateur, MoTA).

Partenariats institutionnels : Institut français d’archéologie orientale (Ifao) ; université Paul-Valéry Montpellier 3 ; CNRS, UMR 5140 Archéologie des sociétés méditerranéennes (ASM).

Organismes financeurs : Fonds Khéops pour l’archéologie (Paris) ; Institut français d’archéologie orientale (Ifao) ; CNRS, UMR 5140 Archéologie des sociétés méditerranéennes (ASM) ; université Paul-Valéry Montpellier 3 ; LabEx Archimède, ANR-1-LABX-0032-01.

Texte intégral

Donnée scientifiques produites :
https://www.ifao.egnet.net/​​archeologie/​tt33/​ ; carnet de la mission épigraphique française dans la tombe de Padiaménopé : https://tombett33.hypotheses.org/​​​ (création/administration : Isabelle Régen).

Il n’y a pas eu de mission en 2022 en raison de l’arrivée tardive des autorisations.

1. Conservation, assainissement et restauration

[S. Einaudi, J. Le Roux, I. Régen]

1Au cours de l’année 2023, nous n’avons pas pu intervenir dans la tombe pour poursuivre le programme de conservation du monument. Néanmoins, nous avons déployé beaucoup d’efforts pour mettre en place une coopération avec la société allemande Kärcher qui a accepté d’apporter son mécénat à la mission et de nous offrir son savoir-faire technologique pour mener à bien des tests de nettoyage par un procédé mécanique connu, la microabrasion de particules fines. Dès que nous serons parvenus à importer le matériel nécessaire à cette opération, nous réaliserons une mission dans le but de progresser vers un protocole de traitement adapté à la tombe et à ses particularités (espace clos pollué).

1.1. Assainissement de l’air et mesure du climat

2La présence de composés organiques volatils (COV) irritants et toxiques dans la tombe a été mise en évidence en novembre 2017. Un système d’extraction d’air a été installé en 2019, afin de ventiler le monument. Ayant montré son efficacité, il a été remis en marche durant trois semaines lors la campagne 2023.

3De même, la surveillance climatique du tombeau a été poursuivie grâce à la pose de nouveaux capteurs à quatre endroits différents du monument : sur la grille de la porte d’entrée du porche (le point « extérieur »), ainsi que dans la salle X, la salle XIX et le caveau XXII (fig. 1-2). Au terme de la mission 2023, les quatre capteurs déposés en 2021 ont été envoyés en France pour analyse.

4Les résultats issus de l’analyse de ces capteurs ont été obtenus fin 2023 grâce au concours de J. Le Roux du département de conservation préventive du musée du Louvre. Lors de la mission épigraphique d’octobre 2023, les données des capteurs thermo-hygrométriques qui enregistrent en continu les données climatiques ont pu être téléchargées et exploitées. Elles concernent la période allant d’octobre 2021 à octobre 2023 (fig. 3).

5Ce suivi climatique, effectué depuis 2017, permet de connaître le profil climatique de la tombe, d’en noter les éventuelles modifications et de faire le lien entre les altérations et la présence humaine ainsi que l’extraction d’air mise en œuvre afin d’assainir l’atmosphère de la tombe lors des missions, ou encore l’environnement climatique et hydrogéologique de la tombe.

Fig. 1. Capteurs de température et d’humidité relative fixés sur l’échafaudage de la salle XIX de la tombe de Padiaménopé (TT 33) (I. Régen).

Fig. 1. Capteurs de température et d’humidité relative fixés sur l’échafaudage de la salle XIX de la tombe de Padiaménopé (TT 33) (I. Régen).

© Ifao. 17146_2023_NDMPF_001

Fig. 2. Plan de localisation des capteurs de température et d’humidité relative dans la tombe de Padiaménopé (TT 33) (I. Régen) : porche, salles X, XIX et caveau XXII.

Fig. 2. Plan de localisation des capteurs de température et d’humidité relative dans la tombe de Padiaménopé (TT 33) (I. Régen) : porche, salles X, XIX et caveau XXII.

© Ifao. 17146_2023_NDMDM_001

6Dans les salles surveillées, le climat a peu évolué depuis 2017, hormis dans le caveau XXII. Lors de la dernière session d’enregistrement (2021-2023), la température dans les salles X et XIX est restée stable à 29°C sur toute la durée, alors que sur la grille d’entrée de la tombe, elle a varié entre 19 et 44°C avec une moyenne à 30,4°C.

7L’humidité relative (HR) varie dans les salles X et XIX en suivant le rythme saisonnier extérieur, avec des minima en février-mars et des maxima en octobre-novembre. Les deux salles présentent des données très proches, l’HR variant entre 34 et 43 % selon les saisons.

8Le caveau réagit cependant différemment (fig. 3) : entre 2017 et 2019, il a présenté une HR très élevée et stable à 72 %. Puis, entre 2019 et 2021, son profil s’est rapproché de celui des autres salles, suivant le même rythme saisonnier mais avec une amplitude de variation légèrement moindre. Enfin, entre 2021 et 2023, son profil s’est à nouveau rapproché de celui de la première période enregistrée, avec moins de variations saisonnières et une HR supérieure comprise entre 51 et 56 %. Le caveau – salle la plus profonde du monument – a donc été soumis à des apports d’humidité spécifiques selon les années, dont les causes restent hypothétiques. La mise en relation avec les données pluviométriques n’est pas directement concluante. Un apport d’humidité par des nappes souterraines en contact avec le Nil ou par des fuites de canalisations (ancienne maison de fouilles située au-dessus de la tombe, espace touristique autour du temple d’Hatchepsout) sont des hypothèses à envisager.

Fig. 3. Données d’humidité relative comparées dans les trois salles suivies de la TT 33 (salle X, salle XIX et caveau XXII), par rapport à l’HR de l’entrée de la tombe (J. Le Roux).

Fig. 3. Données d’humidité relative comparées dans les trois salles suivies de la TT 33 (salle X, salle XIX et caveau XXII), par rapport à l’HR de l’entrée de la tombe (J. Le Roux).

© Ifao. 17146_2021_NDMCN_001

1.2. Nettoyage du sol de la salle XIII

[I. Régen]

9Le nettoyage du sol de la salle XIII a été poursuivi lors de la campagne 2023. On ignore à quelle date (et par qui) les fragments de parois de la salle XIII ont été regroupés en vingt-quatre tas (ou kôms) de taille inégale disposés autour du Cénotaphe osirien. Ces tas sont présents au moins dès 1976, ainsi que le montre le cliché de Diethelm Eigner pris lors de sa visite pour établir le plan de la tombe (fig. 4). En 2016, les tas avaient été aplanis en rectangles, afin de permettre le travail de couverture photographique des parois par Gaël Pollin (fig. 5).

10Cette année, le nettoyage a porté sur le kôm no 4 dans le couloir sud de la salle XIII. Les fragments inscrits nettoyés et restaurés ont été entreposés dans des caisses en plastique placées le long du mur sud de la salle XIII, ainsi que le reste du mobilier archéologique : fragments d’os, tessons de céramique, restes végétaux (fibres de palmier et cordelettes provenant des brosses des décorateurs ?), fragments d’ouchebtis.

Fig. 4. Vue de la salle XIII vers l’est, avant nettoyage (D. Eigner, 1976).

Fig. 4. Vue de la salle XIII vers l’est, avant nettoyage (D. Eigner, 1976).

© Ifao. 17146_2023_NDMPF_002

Fig. 5. Vue de la salle XIII vers l’est, 2023 : nettoyage en cours. Tuyau de l’extraction d’air, boîtes de rangement des fragments et du mobilier archéologique (I. Régen).

Fig. 5. Vue de la salle XIII vers l’est, 2023 : nettoyage en cours. Tuyau de l’extraction d’air, boîtes de rangement des fragments et du mobilier archéologique (I. Régen).

© Ifao. 17146_2023_NDMPF_003

1.3. Inventaire des antiquités entreposées dans le porche d’entrée en vue de leur déménagement

[I. Régen, N. Fathy, E. Poiati Filho]

  • 1  Pour le déménagement du « Makhzan 33 », voir Régen 2005, p. 445-448 et Traunecker 2006, p. 373-375 (...)

11La tombe TT 33 servait autrefois de magasin au Service des Antiquités ; après inventaire et photographie en 2004-2005, les objets présents dans les trois premières salles du tombeau avaient été transférés au Mathaf el-Mathafy près de la maison Carter1. Toutefois, la quinzaine d’antiquités entreposées dans le porche (I-1), au statut différent, n’avaient pu être inventoriées, ni déménagées. En vue de leur potentiel déménagement (envisagé par le MoTA courant 2024), une liste d’inventaire des objets, illustrée par des photos, a été établie par N. Fathy et E. Poiati Filho.

12Ces divers objets semblent dater du Nouvel Empire (stèle, fragment d’épigraphie hiéroglyphique monumentale) et surtout de l’époque ptolémaïque et romaine (céramique, statue d’homme, statue de taureau, mortiers, fragment de petite colonne en granite noir, etc.).

1.4. Traitement des fragments issus du nettoyage de la salle XIII

[I. Régen]

13Quatre restaurateurs du MoTA ont été chargés du traitement des fragments issus du nettoyage du sol de la salle XIII (Sayyed Faraq El-Tiri Hussein Aly, Hassan Mollattam Hussein Sayyed, Mahmoud Moussa Ahmed Aly Sayyed, Fathy Ragab Mohamed Omran). Tous recouverts d’une épaisse couche de sels et de salissures masquant leurs décors et/ou inscriptions, ils ont d’abord fait l’objet d’un nettoyage mécanique par les ouvriers, puis d’un traitement, différent en fonction de leur état de conservation, par les restaurateurs du MoTA. Des couleurs vives sont alors apparus sur certains d’entre eux, comme un fragment du Cénotaphe osirien qui semble conserver une épithète divine (fig. 6), la robe rouge des statues de déesses du Cénotaphe, ou encore, de façon plus inattendue, un fragment du registre inférieur de la 7e heure du Livre des Portes présentant des hiéroglyphes bleus sur un fond rouge (fig. 7 ; voir infra, « 2. Épigraphie », salle XIII, mur sud, fragment TT33_XIII_00119).

14Avec l’aide de N. Fathy et E. Poiati Filho, 14 fragments ont pu être identifiés et relocalisés avec précision sur les parois (voir infra, « 2. Épigraphie »). Au total, 163 fragments inscrits ou décorés ont été photographiés, numérotés et enregistrés avant d’être entreposés dans des caisses de rangement disposées le long du mur méridional de la salle XIII.

Fig. 6. Fragment TT33_XIII_00024 après traitement, provenant du Cénotaphe osirien (salle XIII) (I. Régen).

Fig. 6. Fragment TT33_XIII_00024 après traitement, provenant du Cénotaphe osirien (salle XIII) (I. Régen).

© Ifao. 17146_2023_NDMPF_004

2. Épigraphie

[I. Régen, N. Fathy, E. Poiati Filho]

15La mission épigraphique pour l’étude du Livre des Morts de la tombe TT 33 par Silvia Einaudi n’a pas eu lieu en 2023. Elle a été reportée à début 2024, afin de la faire coïncider avec la mission de conservation et nettoyage du monument.

2.1. Salles XII-XIII (Amdouat, Livre des Portes et textes associés)

16I. Régen a procédé à la vérification des fac-similés du début du Livre de l’Amdouat (abrégé et 1re heure, XII-nord et XIII-ouest). Ils ont été réalisés sous Adobe Illustrator en collaboration avec Pauline Calassou grâce au financement du LabEx Archimède (ANR-11-LABX-0032-01) et de l’université Montpellier 3 (appels à projets du Conseil scientifique).

17Les relevés du Livre des Portes (environ 80 m2) étant achevés, il est envisagé de les publier dans la collection MIFAO.

18En outre, I. Régen a supervisé le travail d’E. Poiati Filho et de N. Fathy, avec lesquels elle a initié la numérotation, l’enregistrement et la documentation photographique des fragments inscrits et décorés des salles XII et XIII. Plus de 160 blocs ont été inventoriés lors de la campagne 2023. Le tri, le nettoyage et le rangement des fragments provenant du nettoyage du sol de la salle XIII seront poursuivis lors de la prochaine mission.

19Certains fragments inscrits ou décorés ont pu être relocalisés avec précision sur les parois de la salle XIII, notamment :

  • 2 Voir I. Régen dans Traunecker, Régen 2016, p. 82.

- deux blocs appartenant au linteau XIII-3 notant un extrait de la formule 690B des Textes des Pyramides2 (fragments TT33_XIII_00048 et TT33_XIII_00127) ;

- un fragment de texte provenant du registre inférieur de la 7e heure du Livre des Portes. Les restes de couleur rouge (fond) et bleu (hiéroglyphes) sont remarquables (fig. 7, fragment TT33_XIII_00119) ;

- des motifs du registre médian de la 12e heure du Livre des Portes : groupe de quatre divinités « superposées » à tête de « chacal », suivies de [quatre] autres dieux [anthropomorphes] tenant des couteaux. On relèvera les restes d’un pigment rouge sur le corps, la ceinture et le pagne des divinités (fig. 8) ;

- un fragment de porte du Livre des Portes avec frise de khékérou et uraei (fragment TT33_XIII_00160) ;

- un fragment de la 1re heure du Livre des Portes (fragment TT33_XIII_00010) ;

- la représentation de la seconde tête de lion du dieu Aker du Livre de la Terre (fragment TT 33_XIII_00142). Elle provient du mur est de la salle XIII ;

- un disque solaire provenant des Litanies du Soleil (fragment TT33_XIII_00085) ;

- la coiffe de la déesse Neith, l’une des huit déesses protectrices aux angles du Cénotaphe osirien (fragment TT33_XIII_00028) ;

- la partie inférieure du corps du dieu Ptah dans une niche du Cénotaphe (fragment TT33_XIII_00074) ;

  • 3  Pour laquelle nous n’avons pas trouvé de parallèle exact dans le LGG : cf. LGG III, 184a ; VIII, 6 (...)

- enfin, on signalera un autre fragment provenant du Cénotaphe, sur lequel il faut peut-être lire l’épithète d’une divinité nb(.t ?) p-sš3 (fig. 6).

Fig. 7. Fragment TT33_XIII_00119 après nettoyage. Texte provenant du registre inférieur de la 7e heure du Livre des Portes (46e scène) (photo : E. Poiati Filho ; détourage : I. Régen).

Fig. 7. Fragment TT33_XIII_00119 après nettoyage. Texte provenant du registre inférieur de la 7e heure du Livre des Portes (46e scène) (photo : E. Poiati Filho ; détourage : I. Régen).

© Ifao. 17146_2023_NDMPM_001

Fig. 8. Fragment TT33_XIII_00022 après nettoyage. Groupe de divinités « superposées », appartenant au registre médian de la 12e heure du Livre des Portes (photo et détourage : N. Fathy).

Fig. 8. Fragment TT33_XIII_00022 après nettoyage. Groupe de divinités « superposées », appartenant au registre médian de la 12e heure du Livre des Portes (photo et détourage : N. Fathy).

© Ifao. 17146_2023_NDMPM_002

2.2. Note sur l’emploi de « marqueurs d’abstraction » dans la tombe TT 33

[E. Poiati Filho]

20Padiaménopé collectionnait dans son complexe funéraire, on le sait, des textes divers dont les premières attestations peuvent remonter jusqu’à l’Ancien Empire. Parmi les textes recueillis dans le programme décoratif de sa tombe, il se trouve des extraits de compositions autobiographiques que l’on pourrait caractériser comme présentant un haut degré de saillance linguistique.

21Cette saillance linguistique se définit essentiellement par diglossie, c’est-à-dire par la pratique simultanée de deux états de langue dans des registres distincts. En Égypte ancienne, le phénomène est connu durant toute l’époque pharaonique et prend des formes très variées. Les deux cas étudiés dans cette brève note citent ou évoquent des « clichés » autobiographiques anciens.

  • 4  Communication lors des journées d’étude « Bibliothèques de pierre : les tombes monumentales d’époq (...)
  • 5  « (…) c’est précisément en fonction de son accessibilité qu’une expression linguistique passée est (...)

22Dans la diversité littéraire du programme décoratif de Padiaménopé, certaines expressions à deux éléments, considérés de manière générale comme des composés abstraits, peuvent servir l’égyptologue dans l’identification de ces formules traditionnelles. Cela a été récemment démontré à partir des formations en bw- comme bw-nfr « le bien » et bw-mȝʿ « droiture », « vérité », attestées dans les programmes décoratifs de tombes kouchito-saïtes4. À cette époque, ces expressions n’étaient probablement plus linguistiquement productives et peuvent ainsi servir comme indices pour détecter des éléments du programme décoratif qui appartiendraient à un répertoire considéré par les dignitaires des XXVe et XXVIe dynasties comme capables de connoter le passé5.

  • 6  Badawy 1976, p. 16, fig. 19, pl. 18 ; sur son autobiographie, voir Stauder-Porchet 2017, p. 169-17 (...)

23C’est ainsi qu’un parallèle avec la fausse-porte de Sekhemânkhptah à Gîza (G7152, Ve-VIe dyn.)6 a été identifié lors de la campagne épigraphique de 2023. Sur le tableau sud du passage XII-1 menant au Cénotaphe osirien, nous lisons sur les trois premières colonnes :

(col. 1) jj~n(=j) m njw.t(=j) pr~n(=j) m spȝ.t(=j) hȝ~n(=j) m js pn ḏd~n(=j) mȝʿ.t [jr~n(=j) mȝʿ.t mr]r(w).t (col. 2) nṯr wḏʿ~n(=j) mdw mȝr ḫft nḫt r [bw-mȝʿ n] rd~n(=j) (col. 3) jṯ n=f šps ḫ.t n(y).t šwȝ r=f jr~n(=j) js(=j) pn r jmȝḫy(=j) n jr.t mȝʿ.t

« Si je suis venu de ma cité, si je suis sorti de mon nome, si je suis descendu dans cette tombe, c’est après avoir dit la maât et réalisé la maât, ce que le dieu [aime]. J’ai jugé l’affaire entre le misérable et le puissant selon la [droiture], je n’ai pas laissé un homme d’élite accaparer les biens d’un plus pauvre que lui. J’ai réalisé cette mienne tombe selon mon statut d’imakhou pour avoir réalisé la maât. »

  • 7  Kuhlmann, Schenkel 1983, p. 73 (T 99), n. 254.
  • 8  Stauder-Porchet 2017, p. 169-172.
  • 9  Voir Fischer 1973 ; Grandet 1994, p. 55.

24Ce même extrait se retrouve copié, comme l’ont signalé K. Kuhlmann et W. Schenkel, dans les tombes de Montouemhat (TT 34) et d’Ibi (TT 36), ainsi que sur une stèle inédite de Pabasa7. Il s’agit d’un cliché autobiographique très ancien, que l’on a pu caractériser comme l’une des premières expressions du genre8. La disposition et le contexte de ce texte chez Padiaménopé sont particulièrement évocateurs de la fonction indicielle de ce type de réemploi textuel. L’appel aux vivants qui le suit précise bien ses destinataires, dans une traditionnelle progression décroissante9, des statuts supérieurs vers les inférieurs :

(col. 4)jr srw nb wʿb nb sš nb rḫ(w)-ḫ.t nb wr nb nḏs nb s[w]ȝ(col. 5)t(y)=f(y) ḥr rwd pn ʿqt(y)=f(y) r js pn ḏd=f sw…

« Quant à tout magistrat, tout prêtre-ouâb, tout scribe, tout savant, tout grand ou tout petit qui passera par cette rampe et qui entrera dans cette tombe, il dira … »

  • 10  Kuhlmann 1973, en part. col. 5-6, 13-15 ; Kuhlmann, Schenkel 1983, p. 71-72 (T98), pl. 23.

25Le choix des acteurs sociaux mentionnés pourrait être corrélé, au moins en partie, à une prétendue capacité de ces personnages à saisir le caractère recherché et ancien de la première partie de l’inscription, comme semble l’indiquer un appel aux vivants chez Ibi (TT 36)10.

  • 11  L’expression est de J. Stauder-Porchet, voir infra.
  • 12  On fait référence aux « lettres » du roi qui composent le programme décoratif de ces tombes, voir (...)

26En tout cas, la position en avant du cliché de l’Ancien Empire, situé de plus à l’entrée du Cénotaphe osirien, semble destinée à indexer une « sphère de production textuelle » 11 avec laquelle Padiaménopé serait familier. Ce réemploi précis d’un texte ancien rappelle la reproduction de certains éléments typiques de la disposition graphique des décrets royaux dans quelques tombes de l’Ancien Empire. La motivation serait de même nature : « indexer la sphère de production textuelle royale »12. Il s’agirait donc, à nouveau, d’une communication exclusive entre des membres d’une même communauté qui se définit, entre autres, par ses références culturelles.

27Au-delà de la simple reprise de textes d’un répertoire considéré comme ancien, Padiaménopé est connu par sa capacité à composer en puisant dans ces éléments. Encore une fois sous le prisme des « composés abstraits », il est possible de mettre en exergue ce qui pourrait être une création authentique de cet érudit.

28Il s’agirait d’un jeu avec le « mot-préfixe » tp- dans une épithète inscrite dans la chapelle osirienne XV, dans la moitié est de la paroi sud. Elle souligne sans doute le rôle prophétique de Padiaménopé : dd(w) tp-rd r tp-ḥsb « celui qui dispensait la norme selon la méthode ».

  • 13  Thesaurus Linguae Aegyptiae (https://thesaurus-linguae-aegyptiae.de), édité par T.S. Richter, D.A. (...)
  • 14  PM II2, p. 148 ; Jansen-Winkeln 2007, p. 137 (e). Une abondante bibliographie est disponible sur l (...)
  • 15  Kruchten, Delvaux 2010, pl. 17, 37 ; Laboury 2016.

29Une brève recherche d’attestations de tp-ḥsb dans le TLA13 donne un indice concernant le répertoire dans lequel Padiaménopé aurait pu puiser. Un extrait du texte autobiographique de la statue-cube de Nebnétjerou (CG 42225 = Alexandrie NM 117, côté gauche, lignes 2-3), datant d’Osorkon II (XXIIe dynastie)14, pourrait constituer une variante longue de celle présente dans la tombe TT 33 : dd(w) tp-rd m k3.t nb.t m n-rḫ sšm(w) ḥmw.w r tp-ḥsb « (j’étais …) celui qui dispensait la norme pour tout ouvrage innovant, qui guidait les artisans en accord avec la méthode ». Cette épithète caractérise bien le supérieur (ḥry) dont parlait le scribe Méryrê dans sa « signature » de la tombe de Sétaou à Elkâb (Ramsès IX, XXe dynastie)15 :

jsṯ jr sš Mḏȝ.t-nṯr Mry-Rʿ mȝʿ-ḫrw nn sš-qd pw jn jb=f sšm(w)=f sw ḏs=f nn r(ȝ) ḥry d(w) n=f tp-rd sš pw jqr m ḏbʿ.w=f wḥʿ- ḥȝty r kȝ.t nb.t

  • 16  Mathieu 2023, p. 213.

« Or, quant au scribe du Rouleau du dieu Méryrê (justifié), il n’est pas un (simple) dessinateur, car c’est son propre intellect qui est susceptible de le guider, sans bouche d’un supérieur qui lui ait donné d’instructions. C’est un scribe aux doigts habiles, à l’esprit sagace dans toute sorte d’ouvrage16. »

  • 17  PM II2, p. 179 ; Urk. IV, 20, 1 ; une bibliographie sélective est disponible sur la base de donnée (...)

30La thématique du supérieur-guide remonterait au moins au règne d’Ahmôsis (XVIIIe dynastie), comme l’atteste un extrait d’une de ses eulogies (CG 34001, l. 20 = KIU 575, l. 22)17 : jw=f sšm=f sš.w r tp-ḥsb « Il (= le roi) guide les scribes en accord avec la méthode ».

31Ainsi, l’épithète de la tombe TT 33 est vraisemblablement une évocation de cette ancienne thématique. Les termes choisis pour connoter le passé sont des « composés abstraits » formés avec tp- qui, de même que ceux formés avec bw-, présentent une haute saillance linguistique dans l’univers textuel de Padiaménopé. De plus, ce choix permet d’accentuer un jeu phonique (s’il n’est d’ordre étymologique) avec tp-, « dénominateur commun » entre ces deux expressions.

32Les deux exemples brièvement présentés ici confirment à nouveau la pertinence des « composés abstraits » dans l’étude phraséologique de la documentation de l’Égypte ancienne. Facilement identifiables en raison de leur relative rareté, ces expressions peuvent donc servir l’égyptologue dans son approche d’une documentation inédite.

Publications

Colin et al. 2023
F. Colin, S. Donnat, F. Laroche-Traunecker, I. Régen (éd.), Au-delà de Karnak. Recueil d’études offerts à Claude Traunecker, CENiM 35, Montpellier, Paris, 2023 (624 p.).

Einaudi 2022a
S. Einaudi, « À propos de quelques fragments de vignettes du Livre des Morts récemment découverts dans la tombe de Padiaménopé (TT 33) », ENiM 15, 2022, p. 279-286.

Einaudi 2022b
S. Einaudi, « La figura dell’intellettuale nell’antico Egitto : Padiamenope e i suoi “colleghi” », Medea 8/1, 2022, p. 1-17.

Einaudi 2022c
S. Einaudi, « “Assiout-Thèbes” : un nouveau témoignage des liens entre les deux villes », dans R. Meffre, F. Payraudeau (éd.), Éclats du crépuscule. Recueil d’études sur l’Égypte tardive offert à Olivier Perdu, OLA 315, Louvain, Paris, Bristol (CT), 2022, p. 69-78.

Einaudi 2023a
S. Einaudi, « The Book of the Dead in Tombs », dans R. Lucarelli, M.A. Stadler, The Oxford Handbook of the Egyptian Book of the Dead, New York, 2023, p. 231-244.

Einaudi 2023b
S. Einaudi, « Le fil rouge qui relie Padiaménopé à Hatchepsout : la formule 607 des Textes des Sarcophages dans la TT 33 », dans F. Colin, S. Donnat, F. Laroche-Traunecker, I. Régen (éd.), Au-delà de Karnak. Recueil d’études offert à Claude Traunecker, CENiM 35, Montpellier, Paris, 2023, p. 199-213.

Régen 2023a
I. Régen, « L’Assassif-Nord dans les yeux du peintre orientaliste Ernst Koerner (1846-1927) : une évocation du paysage rituel », dans F. Colin, S. Donnat, F. Laroche-Traunecker, I. Régen (éd.), Au-delà de Karnak. Recueil d’études offert à Claude Traunecker, CENiM 35, Montpellier, Paris, 2023, p. 517-534.

Régen 2023b
I. Régen, conférence intitulée « Recent Work in the Monumental Tomb of Padiamenope (TT 33) », le 16 mai 2023, au Museo Egizio di Turino (53 min.), https://www.youtube.com/​watch?v=6mLnjYTnCBo.

Régen à paraître a
I. Régen, « Le fonds Alexandre Piankoff », dans J. Gonzalez (éd.), Mémoires d’archives. Cinquantième anniversaire de la bibliothèque d’égyptologie de Montpellier (remis à l’éditeur en 2021).

Régen à paraître b
I. Régen, « Offrir aux seigneurs de la Douat : l’aspect rituel du Livre de l’Amdouat, des papyrus des XXIe-XXIIe dynasties à la tombe de Padiaménopé (TT 33) », dans F. Albert, G. Lenzo (éd.), Les textes funéraires en Égypte au Ier millénaire av. n.è. Continuités et changements de la Troisième Période intermédiaire à la Basse Époque, actes du colloque international, université de Lausanne, 10-11 septembre 2021, à paraître à l’fao (remis à l’éditeur en 2022).

Régen à paraître c
I. Régen, « La tombe monumentale de Padiaménopé (TT 33) : bilan et perspectives », BSFE, à paraître (conférence SFE-CRE, Montpellier, 28 septembre 2022 ; remis à l’éditeur).

Régen en preparation
I. Régen (éd.), Libraries in Stone: Kushite and Saite Period Monumental Tombs at Thebes. Egyptian Decorative Practices, between Human and Material Aspects, actes des Journées d’étude internationales « Bibliothèques de pierre : les tombes monumentales d’époque kouchito-saïte à Thèbes. Pratiques décoratives égyptiennes, entre aspects humains et matériels », université Paul-Valéry Montpellier 3, UMR 5140 ASM, Montpellier, 20-21 juillet 2022 (15 articles ; éditeur pressenti : Brill).

Haut de page

Bibliographie

Badawy 1976
A. Badawy, The Tombs of Iteti, Sekhemʿankh-Ptah, and Kaemnofert at Giza, UCLAP 9, Berkeley, Los Angeles, Londres, 1976.

Doll 1978
S. Doll, Text and Decoration on the Napatan Sarcophagi of Anlamani et Aspelta, Ann Arbor, 1978.

Edel 1955
E. Edel, Altägyptische Grammatik, AnOr 34, Rome, 1955.

Fischer 1973
H.G. Fischer, « Further Evidence for the Logic of Ancient Egyptian: Diminishing Progression », JARCE 10, 1973, p. 5-9.

Grandet 1994
P. Grandet, Le Papyrus Harris I (BM 9999), BiEtud 109/1, Le Caire, 1994.

Jansen-Winkeln 2007
K. Jansen-Winkeln, Inschriften der Spätzeit, Teil II: Die 22.-24. Dynastie, Wiesbaden, 2007.

Kruchten, Delvaux 2010
J.-M. Kruchten, L. Delvaux, La tombe de Sétaou, Elkab 8, Turnhout, 2010.

Kuhlmann 1973
K. Kuhlmann, « Eine Beschreibung der Grabdekoration mit der Aufforderung zu kopieren und zum Hinterlassen von Besucherinschriften aus saitischer Zeit », MDAIK 29, 1973, p. 205-213.

Kuhlmann, Schenkel 1983
K. Kuhlmann, W. Schenkel, Das Grab des Ibi, Obergutsverwalters der Gottesgemahlin des Amun (thebanisches Grab Nr. 36), Band I: Beschreibung der unterirdischen Kult- und Bestattungsanlage, ArchVer 15, Mayence, 1983.

Laboury 2016
D. Laboury, « Le scribe et le peintre : à propos d’un scribe qui ne voulait pas être pris pour un peintre », dans P. Collombert, D. Lefèvre, S. Polis, J. Winand (éd.), Aere perennius. Mélanges égyptologiques en l’honneur de P. Vernus, OLA 242, Louvain, Paris, Bristol (CT), 2016, p. 371-396.

Malaise, Winand 1999
M. Malaise, J. Winand, Grammaire raisonnée de l’égyptien classique, AegLeod 6, Liège, 1999.

Mathieu 2023
B.
 Mathieu, « Paternité littéraire et responsabilité morale dans l’Égypte ancienne », dans S. Pasquali (éd.), Tant que nous y sommes pour les lire. Des Égyptiens auteurs aux égyptologues lecteurs, TDENiM 3, Montpellier, 2023, p. 205-221.

Régen 2005
I. Régen, « 2. Tombe de Padiaménopé (TT 33) », dans L. Pantalacci (éd.), « Travaux de l’Institut français d’archéologie orientale en 2004-2005 », BIFAO 105, 2005, p. 445-448.

Stauder 2013
A. Stauder, « L’émulation du passé à l’ère thoutmoside : la dimension linguistique » dans S. Bickel (éd.), Vergangenheit und Zukunft: Studien zum historischen Bewusstsein in der Thutmosidenzeit, AegHelv 22, Bâle, 2013, p. 77-125.

Stauder-Porchet 2017
J. Stauder-Porchet, Les autobiographies de l’Ancien Empire égyptien. Étude sur la naissance d’un genre, OLA 255, Louvain, Paris, 2017.

Traunecker 2006
C. Traunecker, « 2. Tombe de Padiaménopé (TT 33) », dans L. Pantalacci, S. Denoix (éd.), « Travaux de l’Institut français d’archéologie orientale en 2005-2006 », BIFAO 106, 2006, p. 373-375.

Traunecker, Regen 2016
C. Traunecker, I. Régen, « La tombe du prêtre Padiamenopé (TT 33) : éclairages nouveaux », BSFE 193-194, novembre 2015-mars 2016, p. 52-83.

Haut de page

Notes

1  Pour le déménagement du « Makhzan 33 », voir Régen 2005, p. 445-448 et Traunecker 2006, p. 373-375. Les fiches d’inventaire, les photographies numériques, ainsi que la base de données réalisée sous FileMakerPro ont été déposées aux Archives de l’Ifao par I. Régen au terme de son contrat de pensionnaire, en 2007.

2 Voir I. Régen dans Traunecker, Régen 2016, p. 82.

3  Pour laquelle nous n’avons pas trouvé de parallèle exact dans le LGG : cf. LGG III, 184a ; VIII, 661a : Séchat est p.t-sš (avec variantes ; ép. ptol.-rom.). Noter que sur l’un des rares parallèles à la décoration du Cénotaphe de la tombe TT 33, Nephthys est qualifiée de « Séchat, maîtresse des bâtisseurs » : Doll 1978, p. 166. Toutefois, l’orientation des signes du bloc TT33_XIII_00024 ne serait ici pas concordante avec celle de l’inscription de Nephthys, mais uniquement avec celle des textes de quatre déesses du Cénotaphe : Neith (mais texte complet), Isis, Maât et Nout.

4  Communication lors des journées d’étude « Bibliothèques de pierre : les tombes monumentales d’époque kouchito-saïte à Thèbes. Pratiques décoratives égyptiennes, entre aspects humains et matériels » organisées par I. Régen, les 20 et 21 juillet 2022, à Montpellier (en cours d’édition). Pour un aperçu synthétique de ces « composés abstraits », voir Edel 1955, p. 112, § 262 ; Malaise, Winand 1999, § 59-60, p. 55-56. Une thèse sur le sujet est en cours de préparation par E. Poiati Filho depuis 2021 à l’université Paul-Valéry Montpellier 3, voir https://www.theses.fr/s296648.

5  « (…) c’est précisément en fonction de son accessibilité qu’une expression linguistique passée est susceptible d’être identifiée comme telle au sein d’une composition récente, et conséquemment, de dériver, pour son emploi au sein de cette dernière, sa capacité à connoter le passé » (Stauder 2013, p. 100).

6  Badawy 1976, p. 16, fig. 19, pl. 18 ; sur son autobiographie, voir Stauder-Porchet 2017, p. 169-176.

7  Kuhlmann, Schenkel 1983, p. 73 (T 99), n. 254.

8  Stauder-Porchet 2017, p. 169-172.

9  Voir Fischer 1973 ; Grandet 1994, p. 55.

10  Kuhlmann 1973, en part. col. 5-6, 13-15 ; Kuhlmann, Schenkel 1983, p. 71-72 (T98), pl. 23.

11  L’expression est de J. Stauder-Porchet, voir infra.

12  On fait référence aux « lettres » du roi qui composent le programme décoratif de ces tombes, voir Stauder-Porchet 2017, p. 41-42.

13  Thesaurus Linguae Aegyptiae (https://thesaurus-linguae-aegyptiae.de), édité par T.S. Richter, D.A. Werning (Berlin-Brandenburgische Akademie der Wissenschaften) et H.-W. Fischer-Elfert, P. Dils (Sächsische Akademie der Wissenschaften zu Leipzig).

14  PM II2, p. 148 ; Jansen-Winkeln 2007, p. 137 (e). Une abondante bibliographie est disponible sur la base de données de l’Ifao pour la Cachette de Karnak : https://www.ifao.egnet.net/bases/cachette/?id=309#galerie.

15  Kruchten, Delvaux 2010, pl. 17, 37 ; Laboury 2016.

16  Mathieu 2023, p. 213.

17  PM II2, p. 179 ; Urk. IV, 20, 1 ; une bibliographie sélective est disponible sur la base de données du Projet Karnak : http://sith.huma-num.fr/karnak/575#bibliographie.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Fig. 1. Capteurs de température et d’humidité relative fixés sur l’échafaudage de la salle XIX de la tombe de Padiaménopé (TT 33) (I. Régen).
Crédits © Ifao. 17146_2023_NDMPF_001
URL http://journals.openedition.org/baefe/docannexe/image/10650/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 704k
Titre Fig. 2. Plan de localisation des capteurs de température et d’humidité relative dans la tombe de Padiaménopé (TT 33) (I. Régen) : porche, salles X, XIX et caveau XXII.
Crédits © Ifao. 17146_2023_NDMDM_001
URL http://journals.openedition.org/baefe/docannexe/image/10650/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 1,3M
Titre Fig. 3. Données d’humidité relative comparées dans les trois salles suivies de la TT 33 (salle X, salle XIX et caveau XXII), par rapport à l’HR de l’entrée de la tombe (J. Le Roux).
Crédits © Ifao. 17146_2021_NDMCN_001
URL http://journals.openedition.org/baefe/docannexe/image/10650/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 872k
Titre Fig. 4. Vue de la salle XIII vers l’est, avant nettoyage (D. Eigner, 1976).
Crédits © Ifao. 17146_2023_NDMPF_002
URL http://journals.openedition.org/baefe/docannexe/image/10650/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 2,7M
Titre Fig. 5. Vue de la salle XIII vers l’est, 2023 : nettoyage en cours. Tuyau de l’extraction d’air, boîtes de rangement des fragments et du mobilier archéologique (I. Régen).
Crédits © Ifao. 17146_2023_NDMPF_003
URL http://journals.openedition.org/baefe/docannexe/image/10650/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 1,2M
Titre Fig. 6. Fragment TT33_XIII_00024 après traitement, provenant du Cénotaphe osirien (salle XIII) (I. Régen).
Crédits © Ifao. 17146_2023_NDMPF_004
URL http://journals.openedition.org/baefe/docannexe/image/10650/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 1,0M
Titre Fig. 7. Fragment TT33_XIII_00119 après nettoyage. Texte provenant du registre inférieur de la 7e heure du Livre des Portes (46e scène) (photo : E. Poiati Filho ; détourage : I. Régen).
Crédits © Ifao. 17146_2023_NDMPM_001
URL http://journals.openedition.org/baefe/docannexe/image/10650/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 3,0M
Titre Fig. 8. Fragment TT33_XIII_00022 après nettoyage. Groupe de divinités « superposées », appartenant au registre médian de la 12e heure du Livre des Portes (photo et détourage : N. Fathy).
Crédits © Ifao. 17146_2023_NDMPM_002
URL http://journals.openedition.org/baefe/docannexe/image/10650/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 1,9M
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Isabelle Régen, Silvia Einaudi, Noémie Fathy, Joëlle Le Roux et Edson Poiati Filho, « TT 33 – Tombe de Padiaménopé (Thèbes-ouest, 2023) » [notice archéologique], Bulletin archéologique des Écoles françaises à l’étranger [En ligne], Égypte, mis en ligne le 01 mai 2024, consulté le 21 juillet 2024. URL : http://journals.openedition.org/baefe/10650 ; DOI : https://doi.org/10.4000/11sx9

Haut de page

Auteurs

Isabelle Régen

Égyptologue, université Paul-Valéry Montpellier 3, CNRS, UMR 5140 ASM

Articles du même auteur

Silvia Einaudi

Égyptologue, CNRS‑PSL‑EPHE, UMR 8546 AOrOc

Articles du même auteur

Noémie Fathy

Doctorante contractuelle en égyptologie, université Paul-Valéry Montpellier 3, CNRS, UMR 5140 ASM

Joëlle Le Roux

Restauratrice, service de la conservation préventive à la direction de la recherche et des collections du musée du Louvre

Articles du même auteur

Edson Poiati Filho

Doctorant contractuel en égyptologie, université Paul-Valéry Montpellier 3, CNRS, UMR 5140 ASM

Haut de page

Responsables d’opération

Isabelle Régen

Égyptologue, université Paul-Valéry Montpellier 3, CNRS, UMR 5140 ASM

Opération(s) dirigée(s) par cet archéologue

Silvia Einaudi

Égyptologue, CNRS‑PSL‑EPHE, UMR 8546 AOrOc

Opération(s) dirigée(s) par cet archéologue

Haut de page

Droits d’auteur

CC-BY-NC-ND-4.0

Le texte seul est utilisable sous licence CC BY-NC-ND 4.0. Les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont « Tous droits réservés », sauf mention contraire.

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search