Navigation – Plan du site

AccueilSites archéologiquesÉgypte2024La Haute ÉgypteDendara Métropole (2023)

2024
La Haute Égypte

Dendara Métropole (2023)

Responsable d’opération : Matthieu Vanpeene
Notice rédigée avec Andrea Pillon, Damien Laisney, Elisabeth Van Caelenberge, Felix Relats Montserrat, Hector Albiges-Lambard, Joachim Le Bomin, Kirsten Uyttersprot, Lieve Verledens, Lilian Postel, Mathilde Armengaud, Olivier Lavigne, Olivier Warusfel, Pascal Mora, Perrine Pilette, Pierre Botreau, Pierre Zignani, Séraphine Verboven, Shanna Guerrero, Sibylle Emerit, Sylvie Marchand et Yann Tristant

Notes de l’auteur

Année de la campagne : 2023 (11 octobre – 14 décembre)

Autorité nationale présente : Ministère du Tourisme et des Antiquités (MoTA) représenté par Badran Saïd Mohamed Ali, Mostafa Adel Abas Mohamed, Mohamed Abdel Muttaleb Mohammed, Nada Magdi Moubarak Ibrahim et Zinab Abd el-Shafi (inspecteurs), ainsi que Beshoy Frank Azer, Mohamed Ahmed Hussein, Mahmoud Abdel Dahar Mohamed, et Mamdouh Ali Esmail (restaurateurs).

Numéro et intitulé de l’opération de terrain : 17141 – Dendara, espace et développement d’une métropole régionale

Composition de l’équipe de terrain : Andrea Pillon (égyptologue, indépendant) ; Ayman Hussein (dessinateur, Ifao) ; Damien Laisney (topographe, FR 3747 MOM) ; Elisabeth Van Caelenberge (étudiante, KU Leuven) ; Felix Relats Montserrat (égyptologue, Sorbonne Université) ; Hector Albiges-Lambard (étudiant, Centale Supélec) ; Joachim Le Bomin (archéologue, Ifao) ; Jordan Binet (étudiant, Université Lumière – Lyon 2) ; Kirsten Uyttersprot (étudiante, KU Leuven) ; Konrad Jurkowski (géophysicien, Jagiellonian University, Cracovie) ; Lieve Verledens (étudiante, KU Leuven) ; Lilian Postel (égyptologue, Université Lumière – Lyon 2) ; Mathilde Armengaud (architecte, indépendante) ; Matthieu Vanpeene (architecte-archéologue, CNRS, UAR 3172 CFEETK) ; Mina Maged (étudiant, Ain Shams University) ; Mohammed Samah (photogrammètre, MoTA) ; Olivier Lavigne (tailleur de pierre, indépendant) ; Olivier Warusfel (acousticien, IRCAM) ; Pascal Mora (ingénieur 3D, IRCAM) ; Perrine Pilette (médiéviste, CNRS, UMR 8167 Orient et Méditerranée) ; Pierre Botreau (infographiste 3D, Archéovision) ; Pierre Zignani (architecte-archéologue, CNRS, UMR 7065 IRAMAT/LMC) ; Séraphine Verboven (étudiante, KU Leuven) ; Shanna Guerrero (archéologue, indépendante) ; Sibylle Emerit (égyptologue, CNRS, UMR 5189 HiSoMA) ; Sylvie Marchand (céramologue, Ifao) ; Tomasz Herbich (géophysicien, Polish Academy of Sciences) ; Yann Tristant (préhistorien, KU Leuven) ; Youssef Ossama (étudiant, Ain Shams University).

Partenariats institutionnels : Ministère du Tourisme et des Antiquités (MoTA) ; CNRS, UAR 3172 CFEETK ; UMR 5189 HiSoMA ; UMR 7065 IRAMAT/LMC ; UMR 8167 Orient et Méditerranée ; KU Leuven ; Université Lumière – Lyon 2 ; université de Namur ; IRCAM – Archéovision.

Organismes financeurs : Institut français d’archéologie orientale (Ifao) ; ministère de l’Europe et des Affaires étrangères (MEAE) ; Centre national de la recherche scientifique (CNRS) ; KU Leuven ; université de Namur ; Fonds de la recherche scientifique (FNRS).

Texte intégral

Donnée scientifiques produites :
https://www.ifao.egnet.net/​recherche/​archeologie/​dendara/​.

Introduction

  • 1 Pour une présentation détaillée du site et un rappel des problématiques, on se reportera à la page (...)

1La mission archéologique de l’Ifao s’attache depuis 2014 à étudier l’évolution du site de Dendara en tant que métropole. Elle mène ses travaux autour de trois axes de recherche : les espaces cultuels et les archéomatériaux du bâti (à partir des constructions monumentales situées intra-muros) ; les espaces civils et le développement urbain (quartiers d’habitation à l’est de l’enceinte) ; les espaces funéraires et la géoarchéologie (nécropole). Au fil des saisons et des découvertes, ce programme s’est enrichi de nouveaux angles d’approche, et englobe désormais l’exploration de la nécropole des animaux, l’étude du paysage cultuel, de l’acoustique et de la polysensorialité, l’étude des graffitis et du mobilier céramique1, etc.

2Au cours de la saison 2023, qui s’est tenue du 11 octobre au 14 décembre, les activités de terrain se sont concentrées à l’intérieur du téménos, à l’exception des relevés géophysiques.

1. Étude des espaces cultuels et des archéomatériaux du bâti

1.1. Étude du mammisi « romain »

3Les travaux menés depuis 2014 sur le mammisi dit « romain » sont largement axés sur l’étude de son architecture et des techniques de construction employées. Ils comprennent également l’inventaire et le catalogage des blocs épars du monument et l’étude des graffitis présents sur ses maçonneries.

1.1.1. Étude et relevés architecturaux

[Pierre Zignani, Damien Laisney, Matthieu Vanpeene]

4Le travail de documentation de l’architecture du mammisi « romain » s’est poursuivi du 21 novembre au 13 décembre 2023, sous la conduite de P. Zignani et en collaboration avec M. Vanpeene et D. Laisney. L’activité de cette saison a consisté à documenter les dispositifs d’apport en lumière naturelle et à poursuivre le programme de sections du bâtiment.

  • 2 Zignani 2011, p. 236-310.

5La documentation des dispositifs d’éclairage s’inscrit dans la continuité de l’étude menée sur les relations géométriques entre les ouvertures et les dimensions de l’espace dans le temple d’Hathor2. Le travail dissocie les types d’ouvertures selon leur position – zénithale ou latérale – et les espaces dans lesquels ils se trouvent. Les destructions et altérations antiques nous ont conduit à multiplier les mesures, afin de calculer des moyennes qui permettront d’établir s’il y a eu une standardisation de la forme. Le cas échéant, on pourra projeter leur géométrie dans les espaces concernés.

6La section transversale relevée cette année passe par l’escalier et regarde vers l’ouest. La méthode de documentation, similaire à celle employée pour le temple d’Hathor, consiste en plusieurs étapes : 1. l’enregistrement des points caractéristiques de l’architecture avec une station totale ; 2. l’impression des points sur une feuille transparente en polyester A4 ; 3. le dessin par observation directe du monument (fig. 1).

Fig. 1. Feuillet appartenant à la coupe CT4 produite en 2023 (P. Zignani).

Fig. 1. Feuillet appartenant à la coupe CT4 produite en 2023 (P. Zignani).

© Ifao. 17141_2023_NDMDM_001

1.1.2. Étude des graffitis du mammisi « romain »

[Pauline Pilette]

  • 3 Zignani 2022, § 3 et fig. 1.

7Le relevé des graffitis inscrits sur le mammisi « romain » a été intégralement réalisé en 20233. Ceux-ci attestent la présence, au cœur du téménos, de populations chrétiennes et musulmanes aux époques tardo-antique et médiévale.

8Les graffitis sont principalement situés dans les déambulatoires et sur les colonnes et leurs chapiteaux. Ils se trouvent à des hauteurs variées, suivant probablement l’élévation progressive du niveau de sol liée aux occupations successives du site. De même, un grand nombre se trouve sur le toit et sur le pourtour des espaces qui lui font face, du côté oriental. La plupart des graffitis sont incisés, mais quelques-uns sont tracés à la peinture ou au noir de fumée.

  • 4 Daumas 1959, p. xxiv-xxv.

9Les graffitis enregistrés consistent en de courts textes, invocations ou noms propres, rédigés en grec, copte ou arabe, et en dessins figuratifs (figures humaines et animales, bateaux, motifs végétaux). Une large typologie de croix et d’autres symboles (étoiles, par exemple) est aussi attestée sur le mammisi (fig. 2). Une part significative du corpus est en effet à mettre en relation avec l’implantation d’une église au sein du bâtiment, probablement à partir du ive s. – dont le tracé de l’abside est encore visible sur les dalles de la terrasse antérieure – et avec une seconde église, probablement bâtie au vie s. en son côté méridional4.

Fig. 2. Mammisi romain, portique sud, graffitis sur le côté ouest de la porte d’accès latérale aux espaces centraux (P. Pilette).

Fig. 2. Mammisi romain, portique sud, graffitis sur le côté ouest de la porte d’accès latérale aux espaces centraux (P. Pilette).

© Ifao. 17141_2023_NDMPF_001

10Les graffitis ne contenant aucune date, leur datation sera établie sur la base de critères paléographiques et stylistiques, par comparaison avec d’autres sites et par chronologie relative (tenant compte de la hauteur à laquelle les graffitis sont inscrits).

  • 5 Sur la base des travaux antérieurs, voir Hallof 1996, p. 229-244 et De Keersmaecker 2012.

11Enfin, il faut noter que les graffitis laissés par les voyageurs du xixe s., souvent datés, ont également été enregistrés et seront signalés dans l’étude qui résultera de cette mission de documentation5.

12Au total, le corpus comprend une soixantaine de graffitis (y compris ceux de voyageurs).

1.2. Étude de l’enceinte du téménos d’Hathor

  • 6 Marouard 2016. On note aussi les travaux d’Oren Siegel, alors stagiaire à Dendara (Siegel 2020).
  • 7 Projet dédié à l’étude et à la conservation de l’architecture de brique crue dans les régions nilo (...)
  • 8 https://nilesearth2023.sciencesconf.org/.
  • 9 Vanpeene 2024.

13Après un premier état des lieux dressé en 20156, la mission a entamé en 2021, en partenariat avec le MEAE, l’étude et la conservation de l’enceinte du téménos d’Hathor. Le programme est composé de trois volets : un premier, relatif aux fouilles ; un deuxième, en lien avec l’étude architecturale ; et, un dernier, consacré à la conservation du monument. En 2023, une première communication sur les fouilles a été donnée dans le cadre du projet ANR « Nile’s Earth »7, et les premiers résultats de l’étude constructive ont été présentés au colloque international Nile’s Earth: Study and Conservation of Earthen Archaeological Sites in Ancient Egypt and Sudan, à Grenoble, le 4 juillet 20238. L’article a été remis fin 2023 aux éditeurs en charge de la publication des actes9.

1.2.1. La fouille des abords de l’enceinte

[Joachim Le Bomin, Shanna Guerrero]

  • 10 Pour les résultats de la campagne de 2021, se reporter à Zignani et al. 2021.

14Des fouilles ont été menées dans la zone localisée entre le mammisi et le môle à l’ouest de la porte d’Hathor (secteur 8). Elles se sont déroulées du 11 octobre au 9 novembre 2023 sous la direction de J. Le Bomin, accompagné de S. Guerrero. Il s’agissait de la deuxième campagne de fouille liée à ce programme10.

15L’objectif était d’étudier la mise en œuvre de l’enceinte afin d’en préparer la restauration, et les structures attenantes pour mieux caractériser non seulement les occupations à l’intérieur du sanctuaire, mais aussi les contextes de mise en œuvre des monuments de la zone. En 2021, les fouilles avaient permis de documenter des occupations installées au sommet du mur d’enceinte, datées de la période fatimide (xe s. av. J.-C.) par Sylvie Marchand, et d’entamer le dégagement des abords internes sur 77,5 m² (fig. 3).

Fig. 3. Vue générale du secteur 8 depuis le nord-est (J. Le Bomin).

Fig. 3. Vue générale du secteur 8 depuis le nord-est (J. Le Bomin).

© Ifao. 17141_2023_NDMPF_002

16En 2023, le secteur aux pieds de l’enceinte a été étendu de 78 m² sur une surface reliant le mammisi et le mur d’enceinte (fig. 1). Quatre unités domestiques, circonscrites par des murs en briques crues, se développent le long du mur entre la porte d’Hathor à l’est et le môle-escalier à l’ouest. Datées de l’époque romaine (iie s. apr. J.-C. d’après les premières évaluations céramologiques), elles présentent des sols d’occupation en terre damée avec peu d’aménagements en dehors de quelques foyers. Ces espaces ont été comblés par un dépotoir au ive s.

  • 11 Un sondage, inédit, a été implanté en 2017 par G. Marouard entre la fontaine et le mammisi.
  • 12 Datées par G. Castel des iie-iiie s. Voir Castel, Daumas, Golvin 1984.

17La moitié sud du secteur, aux abords du mammisi, correspond à un espace ouvert dans lequel a été installée, également au Haut-Empire, une fontaine. Repérée dès 2017 par Grégory Marouard11, celle-ci est située à proximité du mammisi et est équipée d’une citerne haute, d’un bassin et d’un récupérateur d’eau. À l’ouest de celle-ci, un puits de forme circulaire de 3,40 m de diamètre et au cuvelage en briques cuites permettait de capter l’eau. Aucun dispositif de saqia n’a été retrouvé. Édifiée au Haut-Empire et vraisemblablement en service jusqu’au début de l’époque byzantine, elle est contemporaine des deux fontaines situées de part et d’autre du dromos, à l’extérieur du téménos12.

1.2.2. Travaux de consolidation du mur d’enceinte

[M. Vanpeene]

18Les travaux de conservation ont commencé dès le début de la mission sous la direction de M. Vanpeene et en collaboration avec M. Armango (fig. 4).

  • 13 https://www.culture.gouv.fr/Thematiques/Conservation-restauration/La-conservation-restauration-en-F (...)

19Le travail initié sur le côté ouest de l’entrée principale en 2021 a été poursuivi cette saison. L’objectif était de stabiliser les vestiges qui menaçaient de s’effondrer et d’offrir aux visiteurs une meilleure compréhension du dispositif architectural. Conformément aux recommandations de la charte de Venise 13, la restauration a respecté tant que possible les derniers états du monument. L’enceinte n’a donc pas été relevée plus haut que son altitude d’arasement, à partir de laquelle les vestiges médiévaux étaient installés. Ces derniers, sujets d’une étude à paraître, ont également été stabilisés.

Fig. 4. Conservation du mur d’enceinte. Vue de l’extérieur du téménos vers le sud-est (M. Vanpeene).

Fig. 4. Conservation du mur d’enceinte. Vue de l’extérieur du téménos vers le sud-est (M. Vanpeene).

© Ifao. 17141_2023_NDMPF_003

20Au cours de la saison, le premier môle du mur a pu être terminé. En préparation de la campagne 2024, les consolidations anciennes ont été déposées et les vestiges qu’elles couvraient ont été relevés par photogrammétrie. Un relevé brique à brique destiné à nourrir l’étude technique du monument a été également produit. De même, un sondage a été ouvert à la base du monument pour vérifier l’état de ses fondations. Après environ 1,50 m de déblai moderne, des constructions contemporaines de l’enceinte et posées contre cette dernière sont apparues au fond de la tranchée. Les travaux ont été arrêtés avant d’attaquer les couches en place ; des fouilles seront à prévoir de ce côté de l’enceinte lors de futures campagnes.

1.3. Recherches sur l’abandon ancien du mur du péribole du temple d’Hathor et sur les travaux préparatoires à la maçonnerie

[P. Zignani, Olivier Lavigne, Felix Relats Montserrat]

21Commencés en 2019, les travaux se sont concentrés cette année sur la partie nord du mur péribole, en avant du pronaos (typologiquement une cour) du temple d’Hathor, avec un accent particulier sur la zone située à l’ouest de l’accès touristique. Les opérations ont eu lieu du 28 octobre au 9 novembre 2023.

  • 14 Zignani 2011 p. 313-383 ; Zignani 2022.
  • 15 Voir par exemple Lavigne 2022.

22Après trois millénaires d’art d’édifier, le temple d’Hathor à Dendara témoigne d’une maîtrise exceptionnelle de la composition spatiale et du vocabulaire architectural pharaonique. Le « Livre du Temple » fournit de nombreuses informations sur les éléments du programme de construction, mais ne comporte aucun précepte spatial ou technique pour le formaliser. L’étude architecturale du temple d’Hathor a permis en revanche d’identifier et vérifier plusieurs détails d’un ingénieux mode de construction des grandes maçonneries de grès en pierre de taille14. Les progrès réalisés dans l’observation des techniques de construction prennent désormais en compte les traces des outils utilisés pour tailler les blocs de maçonnerie15. Cela permet de revenir sur un certain nombre de remarques concernant des travaux et modes opératoires effectués sur les blocs, parfois considérés comme des étapes systématiques et indispensables. Plus généralement, l’examen des blocs de maçonnerie donne accès à l’étude d’un abandon de chantier et à la manière dont les anciens Égyptiens ont géré l’inachèvement d’un projet architectural précédant l’entrée dans le pronaos. Au cours de la dernière mission, deux petits sondages ont été ouverts (HP 2023 S1 et HP 2023 S2) à l’ouest de l’axe, sur la face sud du mur nord (fig. 5). Les dimensions des sondages ont été limitées (et perturbées) par les câbles modernes d’éclairage, ainsi que par la structure ptolémaïque (Ptolémée VII) du parvis, permettant toutefois des observations complémentaires sur les méthodes de préparation des blocs et les étapes de la chaîne opératoire. Ces sondages confirment ce qui avait été vu plus à l’ouest en 2019 avec la première des cinq assises de fondation posées sur sable éolien pur dans un caisson de briques crues.

Fig. 5. Sondage S1, première couche de fondation : sable jaune au fond de l’ancienne excavation et calage avec des petites pierres sous le bloc de gauche (P. Zignani).

Fig. 5. Sondage S1, première couche de fondation : sable jaune au fond de l’ancienne excavation et calage avec des petites pierres sous le bloc de gauche (P. Zignani).

© Ifao. 17141_2023_NDMPF_004

23Au-dessus, les blocs n’ont pas été appareillés et constituent, avec des éléments en cours de taille préparatoire, un remplissage résultant de l’arrêt de l’ancienne activité de construction. La zone a été documentée à l’aide d’orthophotos, de dessins et de notes sur l’outillage.

1.4. Étude de l’acoustique et approche polysensorielle

[Sybille Emerit, Hector Albiges-Lambard, Pierre Botreau, Pascal Mora, Olivier Warusfel, P. Zignani]

24Les travaux ont porté cette année sur l’exploitation des données de terrain recueillies lors des campagnes précédentes. La restitution 3D, confiée aux infographistes d’Archéovision (UMR 6034 Archéosciences Bordeaux), doit servir de support à des approches variées, notamment l’étude de phénomènes acoustiques conduite par l’équipe « Espaces acoustiques et cognitifs » de l’IRCAM (UMR 9912 STMS). L’étude polysensorielle du monument, entamée en 2017, est menée dans le cadre du programme « Paysages sonores et espaces urbains de la Méditerranée ancienne » commun aux EFE16. Un article de Dorothée Elwart et S. Emerit, intitulé « Espace rituel et polysensorialité : l’exemple du temple d’Hathor à Dendara » est paru en 202317.

1.4.1. Restitution du modèle 3D du temple d’Hathor

  • 18  Zignani 2011.
  • 19  Réalisés à partir de la photogrammétrie de 2021, voir Zignani et al. 2021.

25L’objectif de la modélisation est d’établir un modèle fidèle adapté aux besoins de l’étude. La première étape de la restitution a consisté à collecter et homogénéiser tous les relevés du temple18 dans le logiciel « Blender ». En 2019, les volumes généraux du bâtiment ont pu être positionnés et les échanges avec P. Zignani ont permis d’aboutir à un modèle conforme à la documentation archéologique. Si des éléments de petite taille (bas-reliefs, etc.) qui ont peu d’incidence sur l’acoustique n’ont pas été restitués, d’autres parties caractéristiques de l’apparence du monument ont été modélisées cette année par P. Botreau et P. Mora, tels que les chapiteaux hathoriques19, la frise de cobra, le disque solaire et les gargouilles périphériques à tête de lion. Les portes ont également fait l’objet d’une attention particulière car elles jouent un rôle conséquent dans les phénomènes sonores. Il faudrait désormais réussir à ajouter le mur péribole et la cour qui précédait le pronaos, ce qui demande des études comparatives complémentaires avec d’autres monuments où ces parties sont conservées.

1.4.2. Analyse acoustique du temple de Dendara

  • 20  Zignani et al. 2019.

26En 2019, une campagne de mesures de réponses impulsionnelles spatiales, enregistrées avec un réseau sphérique de microphones (EM32 de mh acoustics ®) avait été réalisée par O. Warusfel dans les différents espaces de ce temple20. En complément de ces mesures, l’enjeu du développement du modèle numérique 3D est de permettre, à terme, de conduire différentes recherches acoustiques sous forme de simulations et d’auralisations (écoute virtuelle) en tenant compte d’éléments architecturaux manquants, notamment les portes entre les différents espaces (fig. 6). Avant de procéder aux simulations acoustiques, il s’est avéré nécessaire de retravailler le maillage de l’enveloppe interne du modèle pour l’adapter aux contraintes des outils de simulation acoustique.

Fig. 6. Subdivision du modèle sous forme d’objets représentant chacun l’enveloppe interne d’une salle. Les chapelles (A’-F’) peuvent être simulées chacune en isolation ou interconnectées à la salle hypostyle (Z) (IRCAM 2023).

Fig. 6. Subdivision du modèle sous forme d’objets représentant chacun l’enveloppe interne d’une salle. Les chapelles (A’-F’) peuvent être simulées chacune en isolation ou interconnectées à la salle hypostyle (Z) (IRCAM 2023).

© Ifao. 17141_2023_NDMDM_002

27En 2023, un stage a été consacré à ce travail dont la première étape a consisté à subdiviser le modèle fourni par Archéovision en une collection d’objets représentant chacun une salle de sorte à pouvoir simuler celle-ci isolément ou couplée avec les salles qui lui sont connectées. Pour chaque objet/salle, seules les surfaces constituant l’enveloppe interne sont conservées. Enfin, certaines méthodes de simulation acoustique (notamment, méthode de radiosité) nécessitent l’élimination préalable des surfaces sécantes et requièrent une modification du maillage pour répondre à des critères de compacité des polygones tout en maintenant leur nombre raisonnable pour s’adapter aux ressources de calcul disponibles (cf. fig. 4). Différents outils disponibles dans l’environnement Blender (notamment le module QuadRemesher) ont été utilisés. À ce stade, le travail a été accompli pour la plupart des salles à l’exception du pronaos dont le remaillage est plus complexe. La prochaine étape consistera à modéliser la fonction de directivité du haut-parleur ayant servi lors des mesures de sorte à procéder à la calibration du modèle. Cette calibration consiste à ajuster les paramètres d’absorption et de diffusion acoustique des parois du modèle numérique de sorte à obtenir des critères acoustiques similaires à ceux relevés in situ.

1.5. Travaux menés à l’ouest du lac sacré

[Lilian Postel, Andrea Pillon]

28Après une interruption des travaux en 2022, la courte campagne de novembre 2023 a eu pour objectif d’achever la restauration et la présentation des éléments de piliers au nom de Thoutmosis III et des autres blocs découverts en 2018.

29Les blocs ont été transférés sur une banquette aménagée entre le nilomètre et le « sanatorium », non loin de leur emplacement d’origine (fig. 7). Le nettoyage, la fixation des pigments et, le cas échéant, la consolidation des fragments ont été supervisés par Hassan Mohamed Ahmed (restaurateur, Ifao) et Beshoy Frank Azer (inspecteur, MoTA).

30Les blocs jointifs des piliers ont été réassemblés. Quatre piliers ont pu être ainsi partiellement remontés. Dans la plupart des cas, l’écart de 10 à 15 cm entre le lit d’attente et le lit de pose créé par le débitage des blocs lors de leur remploi ont nécessité de les ajuster à l’aide de cales en bois.

Fig. 7. Blocs assemblés par pilier après conservation (A. Pillon).

Fig. 7. Blocs assemblés par pilier après conservation (A. Pillon).

© Ifao. 17141_2023_NDMPF_005

31Toutes les faces en relief dans le creux, peintes en jaune, ont été placées sur le côté est de la banquette. En s’approchant de celle-ci, le visiteur d’aujourd’hui verra donc tout d’abord la face extérieure de l’édifice auquel les piliers appartenaient. En collaboration avec le service de conservation du temple, une couverture en bois et métal a été assemblée au-dessus de la banquette pour protéger les blocs d’une exposition directe au soleil, la polychromie conservée restant fragile.

32La documentation d’autres fragments trouvés dans le secteur a été complétée par L. Postel et Jordan Binet : un fragment d’un linteau de calcaire avec une scène de course à la rame (XIIe dynastie, réinscrit par Ramsès II) et un petit bloc de grès, probablement ramesside, portant ce qui semble être un hymne à Amon très fragmentaire.

33Dans le secteur lui-même, d’ultimes vérifications sur les murs de briques découverts lors des campagnes précédentes ont été effectuées par A. Pillon avec l’aide de J. Binet, et les relevés ont été complétés. Après l’achèvement des travaux, la zone a été remblayée. Les bases de colonnes et les blocs non décorés du radier ont été protégés par un coffrage en briques et laissés en place comme témoins du monument.

34À la fin de la campagne, L. Postel a documenté une série de fragments architecturaux en grès inscrits au nom de Sésostris Ier (piliers, montants de porte et probablement architrave). Dispersés sur le site, ils appartiennent manifestement tous au même édifice qui devait associer pierre et brique. Leur étude est en cours.

2. Étude des espaces civils et du développement urbain

2.1. Sondages à l’intérieur du téménos, secteur est du temple d’Isis

[Yann Tristant ; avec la collaboration de Kirsten Uyttersprot, Elisabeth Van Caelenberge, Séraphine Verboven, Lieve Verledens]

35La mission archéologique a poursuivi ses investigations sur le secteur situé à l’est du temple d’Hathor, au pied de l’enceinte post Ancien Empire. Ces travaux font suite à ceux ouverts en 2016 en collaboration avec l’université de Chicago et sous la direction de G. Marouard.

36Ce secteur d’environ 300 m2 se caractérise par une couche très épaisse de sable éolien correspondant à une dune. Les occupations les plus anciennes du site se sont faites sur cette dune et ont été recouvertes par le sable après leur abandon. La mission a donc fouillé une succession de niveaux domestiques datés de la phase Naqada IIIC-D (Ire et IIe dynasties), séparés à chaque fois par des niveaux d’abandon et de démolition, recouverts à leur tour par des couches de sable.

37On a pu distinguer deux secteurs lors de la fouille : au sud, une zone de rejet domestique composée d’une grande quantité de moules à pain Naqada IIIC-D, abîmés, brûlés, mélangés à des grands tessons de jarres de stockage, dans une couche épaisse (max. 20 cm) de cendres, de charbons et de restes organiques, correspondant à un secteur de foyers et de vidanges de foyers ; au nord, une occupation bien organisée, avec des structures construites (murs en briques délimitant deux espaces rectangulaires comprenant chacun un foyer). C’est là qu’ont pu être aussi repérés trois silos en briques crues (1,8-2 m de diamètre), bien aménagés, appartenant à deux phases différentes d’occupation Naqada IIIC-D (fig. 8), dans l’angle d’une cour délimitée par deux murs de 30 cm d’épaisseur, l’un s’étirant sur 8 m de longueur du nord vers le sud jusque dans la berme est du sondage, l’autre orienté est-ouest qui se poursuit sur 8 m de longueur jusque dans la berme ouest. Des blocs de calcaire étaient disposés à proximité de chacun de ces silos. Un sondage plus profond au nord de la cour a mis au jour les vestiges d’un autre silo, plus petit et construit de manière différente, correspondant probablement à la phase Naqada IIIA-B.

Fig. 8. Silos en briques crues Naqada IIIC-D dans le secteur IS23.01 (Y. Tristant).

Fig. 8. Silos en briques crues Naqada IIIC-D dans le secteur IS23.01 (Y. Tristant).

© Ifao. 17141_2023_NDMPF_006

38Le matériel associé comprend de nombreux fragments de poterie, du matériel en silex, des ossements animaux et quelques petits objets (perles, fragments de modèles de bateaux en terre crue, scellés en terre, etc.). La céramique permet de rattacher la majorité des couches à la phase Naqada IIID (IIe dynastie). La saison prochaine, avec l’analyse des couches archéologiques directement liées aux structures construites, permettra de préciser cette chronologie préliminaire.

39Un autre secteur (IS23.02), plus petit (50 m2), a été ouvert à 50 m au sud d’IS23.01. Très perturbé par les sebakhins, il a toutefois livré de la céramique Naqada II. Deux autres sondages, situés à proximité du lac sacré (SL23.01) et dans l’angle sud-ouest du téménos (SL23.02), n’ont livré aucun matériel ni structure identifiable sinon les vestiges de puits construits en briques d’époque médiévale d’après le matériel céramique associé.

40La prochaine saison sera consacrée à la poursuite de la fouille du secteur IS23.01, afin d’étendre le sondage vers l’est et d’identifier les niveaux d’occupation plus anciens.

3. Étude des espaces funéraires et géoarchéologie

3.1. Étude du cimetière

[Y. Tristant]

41L’Académie des inscriptions et belles-lettres a décerné le prix de la fondation Jean Leclant 2023 « à la mission archéologique française de Dendara dirigée par Y. Tristant pour l’aider à poursuivre les travaux conduits dans sa nécropole, notamment à l’époque prédynastique, et favoriser l’étude géo-archéologique du site ».

42Aucune fouille archéologique n’a été menée cette année dans la nécropole. La mission a conduit à la place une prospection géophysique de la partie sud de la nécropole avec un gradiomètre Fluxgate FM256 (Geoscan research). Tomasz Herbich et Konrad Jurkowski ont couvert une superficie de 11 ha suivant une grille de 20 × 20 m (fig. 9). Les résultats montrent que de nombreuses structures liées à l’activité humaine sont présentes sous la surface, en majorité des tombes encore inconnues. Elles feront l’objet de sondages lors de prochaines missions.

Fig. 9. Prospection géophysique en cours sur la nécropole de Dendara par T. Herbich et K. Jukowski (Y. Tristant).

Fig. 9. Prospection géophysique en cours sur la nécropole de Dendara par T. Herbich et K. Jukowski (Y. Tristant).

© Ifao. 17141_2023_NDMPF_007

4. Étude du mobilier céramique

4.1. La céramique Nagada IIC/D du secteur du temple d’Isis : les « Decorated Painted Wares »

[S. Marchand]

  • 21  Cf. supra.
  • 22  Les dessins et leur mise au net ont été réalisés par Ayman Hussein (dessinateur, Ifao).

43La campagne d’étude des céramiques issues de la fouille du secteur du temple d’Isis21, qui s’est déroulée du 2 au 9 décembre 202322, a permis de constituer deux catalogues distincts : un premier consacré aux céramiques de référence de la phase Nagada IIC-D et un second, à celles de la phase protodynastique Nagada IIID.

  • 23  Des fouilles anciennes dans le secteur du temple d’Isis avaient mis au jour un faciès céramique Na (...)

44Nous avons choisi d’illustrer dans cet article la catégorie de vases qui est sans doute la plus emblématique de la période Nagada IIC-D : les Decorated Painted Wares, dont la première attestation sur le site date de 2023 (fig. 10). D’autres groupes céramiques associés ont également été recensés, tels que les Black-Topped, les Red Polished Wares, ainsi qu’un important volume de céramiques communes en pâte alluviale à inclusions végétales, principalement des assiettes à fond plat et des jarres sans col à lèvre en bourrelet23.

45Les tessons de Decorated Painted Wares, parfois de grande taille, proviennent principalement de la couche IS23.01 (US 1564), mais ont également été découverts dans les US 1607, 1664 et 1661. L’ensemble forme une collection significative de 14 individus différents.

Fig. 10. Decorated Painted Wares (S. Marchand, A. Hussein, E. Van Caelenberge).

Fig. 10. Decorated Painted Wares (S. Marchand, A. Hussein, E. Van Caelenberge).

© Ifao. 17141_2023_NDMDM_003

46Ce vase sans col à bord rentrant, au façonnage régulier et soigné, est généralement recouvert d’un engobe rouge brillant, souvent usé, sur sa surface externe. Le décor est peint en rouge foncé, contrastant avec la couleur du fond sur lequel il est appliqué. L’iconographie présente des motifs variés formant des tableaux assez complexes, combinant plusieurs catégories de motifs : animalier (gazelle, lièvre et autruche, cf. fig. 10e), anthropomorphe (homme vêtu d’une longue tunique présentant une offrande de pain rond, cf. fig. 10d), géométrique (triangles avec pointe vers le haut, croisillons, bandes horizontales, cf. fig. 10a-c).

47La majorité de ce groupe céramique spécifique est façonné dans une pâte calcaire fine, dense, sonore, d’origine locale (Haute Égypte), à cassure généralement homogène de couleur rouge pâle à fines inclusions sableuses et végétales. On recense cependant deux individus confectionnés dans une pâte alluviale fine et dense, couleur « chamois ».

Haut de page

Bibliographie

El-Aguizy, Kasparian 2023
O. el-Aguizy, B. Kasparian, ICE XII: Proceedings of the Twelfth International Congress of Egyptologists, 3rd – 8th November 2019, Cairo, BiGen 71, Le Caire, 2023.

Castel, Daumas, Golvin 1984
G. Castel, F. Daumas, J. -C. Golvin, Les fontaines de la porte nord, Dendara, Le Caire, 1984.

Daumas 1959
F. Daumas, Les mammisis de Dendara, Dendara, Le Caire, 1959.

De Keersmaecker 2012
R.O. De Keersmaecker, Travellers’ graffiti from Egypt and the Sudan,AdditionalVolume II:TheTempleComplex of Dendara, Anvers, 2012.

Hallof 1996
J. Hallof, « Besucherinschriften in den Tempeln von Dendera », BIFAO 96, 1996, p. 229-244.

Lavigne 2022
O. Lavigne, « L’escoude, un outil importé d’Égypte », DossArch 413, 2022, p. 56.

Marouard 2016
G. Marouard, « Excavating in the Shadow of Hathor, Mistress of Dendara: Overview of the Site and Preliminary Results of the 2015 Oriental Institute Mission », The Oriental Institute News & Notes 229, 2016, p. 4-15.

Marouard 2017
G. Marouard, « Dendara at its Origins: New Evidence for Pre- and Early Dynastic Settlement Site in Upper Egypt », Near Eastern Archaeology 80/3, 2017, p. 166-175.

Siegel 2020
O. Siegel, « Walls of the Rulers: The Development of Monumental Enclosure Walls in Ancient Egypt Prior to the New Kingdom », thèse de doctorat, University of Chicago, 2020.

Vanpeene 2024
M. Vanpeene, « Another Brick in the Wall: First Architectural Results of the Study of Dendara’s Wall”, dans T. Joffroy et al. (éd.), Proceedings of the Nile’s Earth  International Conference: Study and Conservation of Earthen Archaeological Sites in Ancient Egypt and Sudan, Grenoble, 4-5-6 July 2023 (sous presse, parution prévue en 2024).

Zignani 2011
P. Zignani, Le temple d’Hathor. Relevés et étude architecturale, BdE 141, Le Caire, 2011.

Zignani 2022
P. Zignani, « Le temple et ses annexes : cinq leçons d’architecture », DossArch 413, 2022, p. 55-59.

Zignani et al. 2019
P. Zignani, E. Brice, J. Carruthers, S. Dhennin, D. Elwart, S. Emerit, C. Girardi, M. Hartley, A. Hussein, D. Laisney, O. Lavigne, J. Le Bomin, S. Marchand, F. Relats Montserrat, A. Pillon, S. Porcier, L. Postel, Y. Prouin, K. Sowada, Y. Tristant, O. Warusfel, « Dendara métropole (2019) » [notice archéologique], Bulletin archéologique des Écoles françaises à l’étranger [en ligne], Égypte, mis en ligne le 05 octobre 2020, URL : http://journals.openedition.org/baefe/1185 ; DOI : https://doi.org/10.4000/baefe.1185.

Zignani et al. 2021
P. Zignani, Y. Tristant, Q. Cécillon, S. Emerit, O. Lavigne, J. Le Bomin, A. Mahmoud Hamid, L. Medini, H. Mohamed Ahmed, A. Pillon, L. Postel, R. Preys, M. Vanpeene, C. Wolff, « Dendara (2021) » [notice archéologique], Bulletin archéologique des Écoles françaises à l’étranger [en ligne], Égypte, mis en ligne le 01 juin 2022, URL : http://journals.openedition.org/baefe/6063 ; DOI : https://doi.org/10.4000/baefe.6063.

Zignani et al. 2022
P. Zignani, Y. Tristant, S. Dhennin, S. Marchand, R. Preys, M. Vanpeene, « Dendara (2022) » [notice archéologique], Bulletin archéologique des Écoles françaises à l’étranger [en ligne], Égypte, mis en ligne le 01 juin 2023, URL : http://journals.openedition.org/baefe/8314 ; DOI : https://doi.org/10.4000/baefe.8314.

Haut de page

Notes

1 Pour une présentation détaillée du site et un rappel des problématiques, on se reportera à la page web de la mission (https://www.ifao.egnet.net/recherche/archeologie/dendara/). Pour un rappel des travaux menés entre 2019 et 2022, consulter le BAEFE (https://journals.openedition.org/baefe/7535). Pour les rapports de 2014 à 2018, voir https://www.ifao.egnet.net/recherche/activites-passees/rapports-activites/.

2 Zignani 2011, p. 236-310.

3 Zignani 2022, § 3 et fig. 1.

4 Daumas 1959, p. xxiv-xxv.

5 Sur la base des travaux antérieurs, voir Hallof 1996, p. 229-244 et De Keersmaecker 2012.

6 Marouard 2016. On note aussi les travaux d’Oren Siegel, alors stagiaire à Dendara (Siegel 2020).

7 Projet dédié à l’étude et à la conservation de l’architecture de brique crue dans les régions nilotiques. Pour une présentation détaillée, voir https://anr.fr/Project-ANR-21-CE27-0019.

8 https://nilesearth2023.sciencesconf.org/.

9 Vanpeene 2024.

10 Pour les résultats de la campagne de 2021, se reporter à Zignani et al. 2021.

11 Un sondage, inédit, a été implanté en 2017 par G. Marouard entre la fontaine et le mammisi.

12 Datées par G. Castel des iie-iiie s. Voir Castel, Daumas, Golvin 1984.

13 https://www.culture.gouv.fr/Thematiques/Conservation-restauration/La-conservation-restauration-en-France/Principes-et-methodes-de-la-conservation-restauration/Organismes-chartes-et-recommandations-internationales#:~:text=La%20Charte%20internationale%20sur%20la,la%20restauration%20des%20b%C3%A2timents%20anciens.

14 Zignani 2011 p. 313-383 ; Zignani 2022.

15 Voir par exemple Lavigne 2022.

16  https://www.ifao.egnet.net/recherche/operations/op17216/.

17  El-Aguizy, Kasparian 2023, p. 403-412.

18  Zignani 2011.

19  Réalisés à partir de la photogrammétrie de 2021, voir Zignani et al. 2021.

20  Zignani et al. 2019.

21  Cf. supra.

22  Les dessins et leur mise au net ont été réalisés par Ayman Hussein (dessinateur, Ifao).

23  Des fouilles anciennes dans le secteur du temple d’Isis avaient mis au jour un faciès céramique Nagada IIC-D. Voir Marouard 2017, p. 171 fig. 8.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Fig. 1. Feuillet appartenant à la coupe CT4 produite en 2023 (P. Zignani).
Crédits © Ifao. 17141_2023_NDMDM_001
URL http://journals.openedition.org/baefe/docannexe/image/11070/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 219k
Titre Fig. 2. Mammisi romain, portique sud, graffitis sur le côté ouest de la porte d’accès latérale aux espaces centraux (P. Pilette).
Crédits © Ifao. 17141_2023_NDMPF_001
URL http://journals.openedition.org/baefe/docannexe/image/11070/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 1,6M
Titre Fig. 3. Vue générale du secteur 8 depuis le nord-est (J. Le Bomin).
Crédits © Ifao. 17141_2023_NDMPF_002
URL http://journals.openedition.org/baefe/docannexe/image/11070/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 1,8M
Titre Fig. 4. Conservation du mur d’enceinte. Vue de l’extérieur du téménos vers le sud-est (M. Vanpeene).
Crédits © Ifao. 17141_2023_NDMPF_003
URL http://journals.openedition.org/baefe/docannexe/image/11070/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 819k
Titre Fig. 5. Sondage S1, première couche de fondation : sable jaune au fond de l’ancienne excavation et calage avec des petites pierres sous le bloc de gauche (P. Zignani).
Crédits © Ifao. 17141_2023_NDMPF_004
URL http://journals.openedition.org/baefe/docannexe/image/11070/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 1,3M
Titre Fig. 6. Subdivision du modèle sous forme d’objets représentant chacun l’enveloppe interne d’une salle. Les chapelles (A’-F’) peuvent être simulées chacune en isolation ou interconnectées à la salle hypostyle (Z) (IRCAM 2023).
Crédits © Ifao. 17141_2023_NDMDM_002
URL http://journals.openedition.org/baefe/docannexe/image/11070/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 125k
Titre Fig. 7. Blocs assemblés par pilier après conservation (A. Pillon).
Crédits © Ifao. 17141_2023_NDMPF_005
URL http://journals.openedition.org/baefe/docannexe/image/11070/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 684k
Titre Fig. 8. Silos en briques crues Naqada IIIC-D dans le secteur IS23.01 (Y. Tristant).
Crédits © Ifao. 17141_2023_NDMPF_006
URL http://journals.openedition.org/baefe/docannexe/image/11070/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 2,3M
Titre Fig. 9. Prospection géophysique en cours sur la nécropole de Dendara par T. Herbich et K. Jukowski (Y. Tristant).
Crédits © Ifao. 17141_2023_NDMPF_007
URL http://journals.openedition.org/baefe/docannexe/image/11070/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 2,2M
Titre Fig. 10. Decorated Painted Wares (S. Marchand, A. Hussein, E. Van Caelenberge).
Crédits © Ifao. 17141_2023_NDMDM_003
URL http://journals.openedition.org/baefe/docannexe/image/11070/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 1,0M
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Matthieu Vanpeene, Andrea Pillon, Damien Laisney, Elisabeth Van Caelenberge, Felix Relats Montserrat, Hector Albiges-Lambard, Joachim Le Bomin, Kirsten Uyttersprot, Lieve Verledens, Lilian Postel, Mathilde Armengaud, Olivier Lavigne, Olivier Warusfel, Pascal Mora, Perrine Pilette, Pierre Botreau, Pierre Zignani, Séraphine Verboven, Shanna Guerrero, Sibylle Emerit, Sylvie Marchand et Yann Tristant, « Dendara Métropole (2023) » [notice archéologique], Bulletin archéologique des Écoles françaises à l’étranger [En ligne], Égypte, mis en ligne le 01 mai 2024, consulté le 14 juillet 2024. URL : http://journals.openedition.org/baefe/11070 ; DOI : https://doi.org/10.4000/11tfy

Haut de page

Auteurs

Matthieu Vanpeene

Architecte-archéologue, CNRS, UAR 3172 CFEETK

Articles du même auteur

Andrea Pillon

Égyptologue, indépendant

Articles du même auteur

  • Dendara (2021) [Texte intégral]
    Mission archéologique de l’Ifao à Dendara
    Paru dans Bulletin archéologique des Écoles françaises à l’étranger, Égypte
  • Gourob (2020) [Texte intégral]
    Paru dans Bulletin archéologique des Écoles françaises à l’étranger, Égypte
  • Gourob (2019) [Texte intégral]
    Paru dans Bulletin archéologique des Écoles françaises à l’étranger, Égypte
  • Dendara métropole (2019) [Texte intégral]
    Paru dans Bulletin archéologique des Écoles françaises à l’étranger, Égypte

Damien Laisney

Topographe, FR 3747 MOM

Articles du même auteur

Elisabeth Van Caelenberge

Étudiante, KU Leuven

Felix Relats Montserrat

Égyptologue, Sorbonne Université

Hector Albiges-Lambard

Étudiant, Centale Supélec

Joachim Le Bomin

Archéologue, Ifao

Articles du même auteur

Kirsten Uyttersprot

Étudiante, KU Leuven

Lieve Verledens

Étudiante, KU Leuven

Lilian Postel

Égyptologue, Université Lumière – Lyon 2

Articles du même auteur

  • Dendara (2021) [Texte intégral]
    Mission archéologique de l’Ifao à Dendara
    Paru dans Bulletin archéologique des Écoles françaises à l’étranger, Égypte
  • Ermant (2019) [Texte intégral]
    Paru dans Bulletin archéologique des Écoles françaises à l’étranger, Égypte
  • Dendara métropole (2019) [Texte intégral]
    Paru dans Bulletin archéologique des Écoles françaises à l’étranger, Égypte

Mathilde Armengaud

Architecte, indépendante

Olivier Lavigne

Tailleur de pierre, indépendant

Articles du même auteur

  • Dendara (2021) [Texte intégral]
    Mission archéologique de l’Ifao à Dendara
    Paru dans Bulletin archéologique des Écoles françaises à l’étranger, Égypte
  • Hatnoub (2021) [Texte intégral]
    Une carrière d’albâtre calcite en Moyenne Égypte
    Paru dans Bulletin archéologique des Écoles françaises à l’étranger, Égypte
  • Hatnoub (2019) [Texte intégral]
    Paru dans Bulletin archéologique des Écoles françaises à l’étranger, Égypte
  • Dendara métropole (2019) [Texte intégral]
    Paru dans Bulletin archéologique des Écoles françaises à l’étranger, Égypte

Olivier Warusfel

Acousticien, IRCAM

Articles du même auteur

Pascal Mora

Ingénieur 3D, IRCAM

Perrine Pilette

Médiéviste, CNRS, UMR 8167 Orient et Méditerranée

Pierre Botreau

Infographiste 3D, Archéovision

Pierre Zignani

Architecte-archéologue, CNRS, UMR 7065 IRAMAT/LMC

Articles du même auteur

  • Ermant (2023) [Texte intégral]
    Paru dans Bulletin archéologique des Écoles françaises à l’étranger, Égypte
  • Dendara (2022) [Texte intégral]
    Mission archéologique de l’Ifao à Dendara
    Paru dans Bulletin archéologique des Écoles françaises à l’étranger, Égypte
  • Dendara (2021) [Texte intégral]
    Mission archéologique de l’Ifao à Dendara
    Paru dans Bulletin archéologique des Écoles françaises à l’étranger, Égypte
  • Ermant (2019) [Texte intégral]
    Paru dans Bulletin archéologique des Écoles françaises à l’étranger, Égypte
  • Dendara métropole (2019) [Texte intégral]
    Paru dans Bulletin archéologique des Écoles françaises à l’étranger, Égypte

Séraphine Verboven

Étudiante, KU Leuven

Shanna Guerrero

Archéologue, indépendante

Sibylle Emerit

Égyptologue, CNRS, UMR 5189 HiSoMA

Articles du même auteur

  • Dendara (2021) [Texte intégral]
    Mission archéologique de l’Ifao à Dendara
    Paru dans Bulletin archéologique des Écoles françaises à l’étranger, Égypte
  • Dendara métropole (2019) [Texte intégral]
    Paru dans Bulletin archéologique des Écoles françaises à l’étranger, Égypte

Sylvie Marchand

Céramologue, Ifao

Articles du même auteur

  • Ermant (2023) [Texte intégral]
    Paru dans Bulletin archéologique des Écoles françaises à l’étranger, Égypte
  • Chapelles et nécropole du dieu Osiris au Ier millénaire av. J.-C.
    Paru dans Bulletin archéologique des Écoles françaises à l’étranger, Égypte
  • Philadelphia (2023) [Texte intégral]
    Kūm al-Ḫarāba al-Kabīir Ǧirza
    Paru dans Bulletin archéologique des Écoles françaises à l’étranger, Égypte
  • Assassif (2023) [Texte intégral]
    Le mur de Thoutmosis III et les ateliers de Padiamenopé
    Paru dans Bulletin archéologique des Écoles françaises à l’étranger, Égypte
  • Philadelphia (2022) [Texte intégral]
    Kūm al-Ḫarāba al-Kabīir Ǧirza
    Paru dans Bulletin archéologique des Écoles françaises à l’étranger, Égypte
  • Dendara (2022) [Texte intégral]
    Mission archéologique de l’Ifao à Dendara
    Paru dans Bulletin archéologique des Écoles françaises à l’étranger, Égypte
  • Tous les textes...

Yann Tristant

Préhistorien, KU Leuven

Articles du même auteur

  • Dendara (2022) [Texte intégral]
    Mission archéologique de l’Ifao à Dendara
    Paru dans Bulletin archéologique des Écoles françaises à l’étranger, Égypte
  • Abou Rawach (2022) [Texte intégral]
    Cimetière M (Ire dynastie)
    Paru dans Bulletin archéologique des Écoles françaises à l’étranger, Égypte
  • Dendara (2021) [Texte intégral]
    Mission archéologique de l’Ifao à Dendara
    Paru dans Bulletin archéologique des Écoles françaises à l’étranger, Égypte
  • Dendara métropole (2019) [Texte intégral]
    Paru dans Bulletin archéologique des Écoles françaises à l’étranger, Égypte
Haut de page

Responsable d’opération

Matthieu Vanpeene

Architecte-archéologue, CNRS, UAR 3172 CFEETK

Haut de page

Droits d’auteur

CC-BY-NC-ND-4.0

Le texte seul est utilisable sous licence CC BY-NC-ND 4.0. Les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont « Tous droits réservés », sauf mention contraire.

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search