Navigation – Plan du site

AccueilSites archéologiquesÉgypte2020Le désert oriental et le littoral...Ouadi el-Jarf

2020
Le désert oriental et le littoral de la mer Rouge

Ouadi el-Jarf

Responsable d’opération : Pierre Tallet

Entrées d’index

Établissement éditeur :

IFAO

Année de lʼopération :

2019

Lieux :

Mer Rouge

Anthroponymes :

Chéops, Snéfrou
Haut de page

Notes de l’auteur

Année de la campagne : 2019 (10 mars – 5 mai)

Numéro et intitulé de l’opération de terrain : 17132 – Fouille du site portuaire du ouadi el-Jarf

Composition de l’équipe de terrain : L’équipe était composée de Pierre Tallet (égyptologue, chef de mission, université de Paris-Sorbonne), Grégory Marouard (archéologue, Oriental Institute de Chicago), Damien Laisney (topographe, Maison de l’Orient et de la Méditerranée), Séverine Marchi (archéologue, CNRS, UMR 8167), Franck Burgos (tailleur de pierre, CNRS UMR 8167), Emmanuel Laroze (architecte, CNRS, UMR 8167), Anita Quilès (directrice du pôle archéométrie, Ifao), Mathilde Prévost (doctorante, Sorbonne Université), Isold Guegan (doctorante, Sorbonne Université), Elsa Demazeau (doctorante, Sorbonne Université), Camille Lemoine (dessinatrice), Marie-Hélène Barrière (dessinatrice), Claire Newton (paléobotaniste), Joséphine Lesur (paléozoologue, Museum national d’histoire naturelle), François Briois (lithicien, EHESS Toulouse), Hassan Mohamed Ahmed (restaurateur, Ifao), et Adel Farouk (intendant, ministère des Antiquités de l’Égypte). Le ministère des Antiquités de l’Égypte (MoA) a été représenté par Hawaa Farouk Sayed Mahmoud, Nasra Maghrabi Hamed Mahmoud et Hassanein Mahmoud Hassanein Hassanein, inspecteurs de l’inspectorat de Suez. L’équipe de 58 ouvriers de Gourna a été dirigée par le raïs Gamal Nasr al-Din.

Partenariats institutionnels : Outre les financements accordés par l’Ifao, le CNRS (UMR 8167 Orient et Méditerranée), Sorbonne Université et la commission des fouilles du ministère de l’Europe et des Affaires étrangères, la mission a bénéficié cette année encore d’un small grant de la Honor Frost Fundation, et d’un financement de l’association Amers, dépositaire du prix mondial Cino-Del-Duca de l’Institut de France.

Texte intégral

1Le travail a été mené cette année en parallèle sur trois sites distincts. Une partie de l’équipe a poursuivi l’étude du complexe des galeries-magasins du site (zone 1, secteur 4), tandis que l’autre a continué la fouille, pour la quatrième année consécutive, du grand bâtiment rectangulaire, situé à mi-chemin entre la zone littorale et la zone montagneuse (le « bâtiment intermédiaire », zone 5). Quelques compléments ont également été apportés à la fouille des installations de bord de mer, proches de la jetée (zone 6). Enfin, une équipe du MoA, travaillant dans le cadre d’un partenariat avec la mission, a effectué une troisième campagne de fouilles dans le bassin du port, du 20 avril au 5 mai. Par ailleurs, l’étude des techniques de transport et de pose des blocs de calcaire qui servent de dispositif de fermeture dans le système des galeries magasins, entreprise par Emmanuel Laroze et Franck Burgos l’an dernier, s’est également poursuivie au cours de cette campagne.

1. La fouille des galeries de la zone 1

2L’exploration du système de galeries-magasins du secteur 4 (G18-G28) entamée en 2017 s’est poursuivie du 12 mars au 18 avril 2019. L’ensemble qui se développe au sud des secteurs 1 (G3-G6 et G7-G17), 2 (G1-G2 et G13-G16) et 3 (G8-G12) compte onze galeries-magasins, dont une double (G28 A et B). Elles ont été aménagées dans la pente du substrat rocheux, en bordure orientale du ouadi et dans le fond de celui-ci. L’objectif des travaux était d’étudier les entrées et les systèmes de fermeture des cinq galeries (G24-G28) situées au débouché du ouadi (fig. 1). Une surface d’environ 560 m² a été dégagée afin d’analyser les étapes de creusement, d’utilisation et de fermeture de ces magasins.

Fig. 1. Vue d’ensemble des entrées des magasins G24-28, vers le nord.

Fig. 1. Vue d’ensemble des entrées des magasins G24-28, vers le nord.

© Mission archéologique du ouadi el-Jarf. 17132_2019_NDMPF_001

1.1. La galerie G24

3Cette galerie est située au sud de la zone de fouille. Sa longueur estimée est de 26 m pour une largeur de 2,80 m à l’entrée. Sa forme en bouteille est caractéristique des magasins de ce système. Un couloir d’environ 7 m de long et 1,50 m de large a d’abord été creusé dans le substrat rocheux, puis élargi pour former la galerie à proprement parler. Au moins cinq marches creusées sur toute la largeur de la galerie permettent de rejoindre le sol qui n’a pas encore été dégagé. Une épaisse couche de colluvions formée par l’effritement du plafond et des parois, et par des dépôts fluviatiles dus aux débordements du ouadi, recouvre un niveau d’abandon (US 4044). Celui-ci a livré, sur les quelques mètres examinés, une importante quantité de tessons de céramiques et de rares fragments de tissus. Ce dépôt d’origine anthropique a été conservé in situ afin de pouvoir l’observer dans son ensemble lors de la prochaine saison de fouille. Le système de fermeture est relativement simple. Un bloc latéral a été inséré de chaque côté du couloir dans des cavités creusées profondément dans le substrat rocheux. Si les blocs latéraux sont actuellement à l’air libre en raison de l’effondrement du ciel de la galerie et des phénomènes d’érosion qui ont touché l’entrée, une seule face était visible à l’origine. C’est cette face qui était dressée de manière à permettre l’ajustement parfait du premier bloc de fermeture ou bouchon. Le système de fermeture est complété par un gros contre-bouchon qui repose à 1,80 m à l’ouest du bouchon, au début du couloir. Sa position désaxée et l’espace entre les deux blocs indiquent qu’il a été déplacé lors d’une phase d’ouverture de la galerie. La face sud de celui-ci porte une marque de contrôle peinte en rouge, nommant « l’équipe des escorteurs de <l’embarcation nommée> “Chéops lui confère ses deux uraei” », déjà très fréquemment attestée dans le système des galeries G1-G17.

1.2. La galerie G25

4La configuration générale de la galerie G25 est semblable à celle de G24. Elle mesure 28 m de long et 3 m de large à l’entrée. En revanche, alors que G24 est parfaitement rectiligne, l’orientation de la partie arrière de la galerie G25 dévie légèrement vers le nord. Deux blocs latéraux sont encastrés dans le substrat au niveau du bouchon qui n’a pas été déplacé. La face ouest du bouchon présente deux encoches de levier à la base. Celui-ci présente des dimensions plus importantes (L. 2,30 m × l. 1,40 m × H. 1,40 m) que le contre-bouchon qui, lui, n’est pas dans sa position d’origine. L’entrée se caractérise par trois marches taillées dans la largeur de la galerie suivies d’une sorte de marchepied central de seulement 0,50 m de largeur. Sous les niveaux de colluvions, la couche de démolition (US 4039) présente dans l’entrée a livré plusieurs pièces de bois, de la céramique locale et importée, quelques fragments de tissus et de cordes ainsi qu’un filet.

1.3. La galerie G26

5La galerie G26 mesure 28 m de long et 3,50 m de large à l’entrée. Comme pour les magasins précédents, le bouchon est toujours dans sa position d’origine. Sa face ouest porte deux encoches superposées. Au moment de la fermeture de la galerie, le bouchon a été placé dans le couloir d’accès entre les deux blocs latéraux insérés dans le substrat. Ceux-ci ont été calés dans leur logement par des blocs de calcaire plus petits et les interstices ont ensuite été bouchés par un enduit de mouna lui-même scellé par du mortier à la chaux blanc-rosé. Le contre-bouchon se situe à 1,50 m vers l’ouest, dans l’axe du couloir. Quatre marches étroites aménagées au milieu du palier permettent de rejoindre le sol de la galerie. Les sédiments correspondant à l’abandon du magasin (US 4045), fouillés sur les quatre premiers mètres seulement, ont livré un très riche mobilier organique caractéristique du matériel nautique qui y était stocké. Sept longues pièces de bateaux travaillées et de nombreux éléments de plus petites dimensions ont été abandonnés de part et d’autre de l’escalier. Plusieurs planches sont équipées de mortaises et certaines ont été soigneusement taillées en biseau. Dans l’un des cas, la mortaise conserve encore la substance (résine ?) ayant servi à calfater les différents éléments du bateau. La plupart des grands fragments ont conservé les traces d’aplat de pigments rouges ou des inscriptions et marques qui pourraient correspondre à des indications techniques destinées au démontage et remontage des embarcations.

1.4. La galerie G27

6La galerie G27 mesure 30 m de long pour une largeur de 3,30 m en moyenne. L’organisation de l’entrée est moins soignée que pour les autres magasins (fig. 2). L’accès au niveau de stockage se faisait en pente douce depuis le palier et la présence, contre la paroi nord, d’une saignée profonde destinée à détacher une partie du substrat semble indiquer que cette zone n’a pas été terminée. Bien que l’érosion ait fortement touché l’entrée de la galerie, les restes de mortier retrouvés dans la saignée suggèrent que celle-ci a été bouchée pour finalement pouvoir utiliser l’espace en retrait. Le système de fermeture dispose de deux blocs latéraux, d’un bouchon et de deux contre-bouchons. Comme dans les dispositifs précédents, les blocs latéraux sont encastrés dans le substrat. À l’ouest du bloc sud, l’excavation a été comblée et la paroi du couloir a été reconstituée grâce à une maçonnerie de pierres et de blocs grossièrement équarris liés à la mouna et au mortier. Les blocs latéraux sont complètement à l’air libre et très érodés, comme le bouchon qui est dans sa position initiale au niveau d’un léger rétrécissement du couloir. Celui-ci porte une marque de contrôle identique à celle de la galerie G24 peinte en rouge sur sa face sud. Les vestiges très érodés d’un second contre-bouchon sont visibles à moins d’un mètre. Le mobilier mis au jour dans la couche d’abandon est essentiellement constitué de pièces de bois en plus ou moins bon état de conservation et de tessons de céramique locale, des jarres de stockage dont certaines étaient marquées.

Fig. 2. Vue d’ensemble des galeries G27 et G28, vers le sud-ouest.

Fig. 2. Vue d’ensemble des galeries G27 et G28, vers le sud-ouest.

© Mission archéologique du ouadi el-Jarf. 17132_2019_NDMPF_002

1.5. La galerie G28

7La galerie G28 est une galerie double à l’instar de G1 dans le secteur 1 et de G15 dans le secteur 2 (fig. 2). Dans le temps imparti, nous n’avons dégagé que l’entrée principale du système et n’avons donc pas atteint le couloir d’accès et l’entrée du second magasin. La longueur de la galerie principale (G28A) a été estimée à 29,50 m. Elle mesure un peu plus de 3 m de largeur à l’entrée. L’accès au niveau de stockage en contrebas se fait par quatre marches d’environ 2 m de large suivies de deux marches de 1 m. Cette mise en œuvre particulière permet de libérer un espace supplémentaire de stockage au sud et, dans une moindre mesure, au nord des marches. Le bouchon scellé dans le couloir arrive jusqu’au niveau de la première marche et il semble qu’un seul bloc latéral ait été mis en place au sud. Le bouchon est scellé par des pierres et du mortier. Un premier contre-bouchon gît à 2,20 m dans l’axe et le second est complètement décalé vers sud. Le mobilier conservé sur le sol de l’entrée correspond à du matériel nautique semblable à celui observé dans les galeries G25 et G26. Plusieurs pièces de bateau en cèdre et tamaris, certaines portant des marques peintes en rouge, étaient déposées sur les marches d’accès. Elles étaient recouvertes par une épaisse couche de tissus et de segments de cordes.

2. Poursuite des travaux archéologiques sur le grand bâtiment de la zone 5

8La zone 5 se trouve dans une position isolée dans la plaine côtière, à mi-chemin entre la zone portuaire sur le rivage, zone 6 à 2,2 km à l’est, et la zone des galeries de stockage et des campements, zones 1, 2 à 4 à 3,4 km à l’ouest. La campagne 2019 a été conduite sur une période de quatre semaines, du 30 mars au 25 avril 2019, avec une équipe d’une vingtaine d’ouvriers. Cette quatrième saison de fouille sur la zone 5 avait pour objectif d’investir pour la seconde année consécutive les niveaux antérieurs (phase 1) au grand bâtiment de baraquements (phase 2) intégralement dégagé en 2016 et 2017 (fig. 3). Dès 2016, les traces d’une occupation antérieure avaient été découvertes dans deux sondages pratiqués dans le tiers nord et sous les sols de deux travées, T2 et T3. En 2018, afin de mieux faire apparaître en extension cette occupation initiale, la totalité des sols de six travées, T1 à T6, avaient été systématiquement déposés, permettant la mise au jour des vestiges sur une surface cumulée d’environ 975 m2. Les opérations de fouille de 2019 ont eu pour objectif d’étendre ces travaux sur une surface d’environ 950 m2 sous les sols des travées T7 à T13, qui n’avaient pas encore été explorés. Une surface limitée à l’est de la travée sud T14 a été également investie avec pour objectif de mieux cerner la limite sud des vestiges de la phase ancienne. Un sondage à l’est de la structure a également été étendu sur une surface d’environ 400 m2 vers l’est et le sud, afin de mieux circonscrire l’extension maximale des vestiges. Une dernière campagne de fouille devra être conduite en 2020 afin de terminer le dégagement des abords nord, sud et ouest du complexe de baraquements, sur une surface d’environ 750 m2.

Fig. 3. Le « bâtiment intermédiaire » (zone 5, phase 2) vu du nord après dégagement intégral.

Fig. 3. Le « bâtiment intermédiaire » (zone 5, phase 2) vu du nord après dégagement intégral.

© Mission archéologique du ouadi el-Jarf. 17132_2019_NDMPF_003

9Les opérations successives de 2018 et 2019 ont révélé que les niveaux les plus anciens de la zone 5 et, en l’état actuel de l’étude, correspondent aux plus anciens niveaux archéologiques identifiés pour l’ensemble du site du Ouadi el-Jarf : ceux-ci peuvent en effet très vraisemblablement être datés du règne de Snéfrou par des empreintes de sceaux au nom de ce roi qui y ont été recueillies. L’étendue et la complexité des vestiges de la phase 1 semblent indiquer une activité expéditionnaire déjà massive et manifestement bien structurée dès le règne du fondateur de la IVe dynastie. La campagne de 2019 a également confirmé l’existence d’un hiatus relativement long (sans doute de plusieurs années) entre l’abandon définitif des structures de la phase 1, régulièrement inondées puis fortement ensablées, et la construction des baraquements de la phase 2. Il faut en conséquence envisager à présent une chronologie du site sensiblement plus complexe qu’auparavant, en trois phases correspondant à plusieurs expéditions (dont le nombre et l’espacement sont incertains) menées au cours des trois règnes de Snéfrou, Chéops et Chéphren, dont le nom a pu être identifié en 2016 et 2019 dans la zone 5, lors de la fouille de niveaux de réoccupation des baraquements (phase 3).

10Au terme de la campagne de 2019, environ 85 % des structures de la phase 1 ont été dégagées (fig. 4). L’ensemble des installations couvre une surface estimée à 2600 m2 et dépasse donc sensiblement les limites du bâtiment de baraquements de la phase 2. L’aspect général de cette occupation ancienne peut être à présent mieux appréciée, mais la poursuite de la fouille au niveau des limites nord, ouest et sud demeure indispensable afin d’en achever le plan complet. Il semble que ce secteur ait été retenu à l’origine en raison de la présence d’une terrasse naturelle, d’orientation est-ouest et mesurant 35 à 40 m de large, relativement protégée des crues de deux drains qui longent ses grands côtés nord et sud. Ce choix d’une zone abritée en replat ainsi que les dégâts générés par de fortes pluies et des crues de ouadi, observés tant à la phase 1 qu’à la phase 2, indiquent un environnement peut-être plus humide, tout au moins nettement exposé à des épisodes climatiques réguliers et soudains.

Fig. 4. Les structures de la « phase 1 » sous le « bâtiment intermédiaire » – plan préliminaire.

Fig. 4. Les structures de la « phase 1 » sous le « bâtiment intermédiaire » – plan préliminaire.

© Mission archéologique du ouadi el-Jarf. 17132_2019_NDMCN_001

11En 2018 et 2019, la totalité des sols des travées T1 à T12 ont été déposés offrant une lecture extensive des vestiges sous-jacents. Un sondage à l’est du bâtiment principal a également permis d’éclairer sensiblement la limite orientale de l’occupation. Ce secteur a notamment révélé l’existence d’un large mur qui ceinture l’ensemble des vestiges de la phase 1 à l’est. Ce muret forme un coude au nord et semble se prolonger vers l’ouest, dans un secteur encore inexploré à la limite nord des baraquements. L’aspect général de ce niveau ancien s’avère assez comparable aux structures, plus modestes toutefois, qui ont été découvertes dans d’autres contextes désertiques et miniers dans le ouadi Garawi ou très récemment dans les Ouadis Sanour et Araba. L’occupation présente une extension et une complexité totalement insoupçonnée avant la fouille. Au moins 38 espaces ont été identifiés, qui sont dans leur majorité de forme rectangulaire ou oblongue et de dimensions assez comparables, notamment au niveau de leur largeur interne qui varie de 2,50 m à 3,50 m. Ces espaces sont rassemblés en groupes et plusieurs sont notamment alignés entre eux, formant au moins trois à quatre ensembles de pièces en enfilade. Les connexions et les circulations entre tous ces espaces demeurent encore très complexes, souvent masquées par les murs postérieurs des baraquements ou inaccessibles en raison d’un important ensablement interne qui a accentué les difficultés techniques de la fouille. Dans plusieurs cas, les murs de la phase 1 ont été directement réemployés dans le bâtiment de la phase 2. Parmi le matériel recueilli à ce niveau, signalons la présence régulière de galets inscrits à l’encre rouge ou noire de marques de capacité et/ou de noms d’équipes ou de personnages, qui ont probablement servi de contremarques pour l’obtention de rations alimentaires à destination des occupants de ces lieux. L’un de ces ostraca, découvert lors de cette campagne de 2019, mentionne ainsi « le chasseur Tekhy » (litt. « l’ivrogne »), et pourrait signaler la présence au sein des équipes qui fréquentaient le site de spécialistes des milieux désertiques, intégrés dans les missions pour leur connaissance de ces régions inhospitalières.

3. La zone littorale

12Les installations qui se trouvent à l’aplomb de la jetée (zone 6) ont fait l’objet au début de la campagne de 2019 (du 10 mars au 30 mars) de vérifications complémentaires. La zone qui se trouve immédiatement au sud des campements a ainsi été dégagée sur une surface de plus de 200 m2, ce qui a permis de mettre en évidence à cet endroit une très large zone de cuisson des aliments et les restes d’une vingtaine de foyers construits, parfois délimités par des blocs de pierre, et dont la sole est formée de fragments de céramiques, notamment des panses de grosses jarres de fabrication locale. Tous les sols d’argile des pièces du bâtiment sud ont également été déposés, pour vérifier s’il n’y avait pas à cet endroit une occupation antérieure sous-jacente, comme dans la zone 5. Le test s’est révélé négatif et semble confirmer que la première installation sur cette partie du site est bien contemporaine du règne de Chéops, dont de très nombreux scellés avaient été découverts dans les sols du bâtiment nord.

13Quelques compléments de relevés ont également été effectués sur le littoral, à l’aplomb de la partie sud du bassin artificiel délimité par la jetée. À cet endroit, la présence d’une éminence sablonneuse, manifestement d’origine anthropique, avait été notée depuis le début des travaux sur le site. Elle correspond clairement à une zone de dépression, immédiatement au sud du port, au débouché vers la mer d’un ouadi important circulant dans cette plaine littorale. À cet endroit, deux alignements de pierres parallèles, orientés d’ouest en est, ont été relevés. Ils s’ancrent sur le rivage et se prolongent dans la mer, où ils sont bien visibles à marée basse. Ils pourraient correspondre non pas à l’aménagement d’une jetée ou d’une rampe, comme nous l’avons cru à l’origine, mais à la délimitation construite d’un chenal permettant de protéger celui-ci de l’ensablement. Dans ces conditions, la zone dépressionnaire qui se trouve dans l’axe pourrait avoir été utilisée comme une aire d’assemblage des bateaux, dans laquelle il aurait suffi de faire pénétrer la mer, à marée haute, pour faciliter leur mise à flot. Cette hypothèse devra encore être vérifiée l’an prochain, notamment par une politique de sondage systématique de la butte de sable qui est l’élément le plus visible de ce dispositif.

4. Étude du système de fermeture des galeries

14L'un des principaux objectifs de cette année était de s'intéresser à la manipulation et au transport d'un bloc type exploité sur le site. Pour explorer les différentes manipulations et évaluer les moyens nécessaires il a été décidé de déplacer un bloc extrait en 2018 de la carrière vers le camp, soit sur une distance de 400 m avec un dénivelé négatif de 40 m (fig. 5). Le bloc qui mesurait un peu plus d'un mètre cube avait une masse d'environ 2,5 t. L'acheminement a été réalisé en trois jours.

Fig. 5. Déplacement d’un bloc de calcaire dans les carrières du site.

Fig. 5. Déplacement d’un bloc de calcaire dans les carrières du site.

© Mission archéologique du ouadi el-Jarf. 17132_2019_NDMPF_004

15Pour commencer, il a été postulé qu'il pouvait être simplement tiré sur un sur sol damé renforcé de planches et saupoudré de sable. Par précaution, la face du lit de pose a été préparée de manière à retirer les principales aspérités et à la rendre à peu près plate. Par ailleurs, pour éviter que les arêtes ne s’enfoncent dans le sol, celles-ci ont été légèrement arrondies à la manière de patins. À l'aide d'une grosse corde en chanvre naturel, nous avons tout d'abord tenté de tirer le bloc avec quatre personnes, sans succès. Nous avons alors progressivement augmenté le nombre de bras. C'est avec 32 personnes que nous sommes parvenus à déplacer péniblement le bloc de quelques mètres. Au cours de nos tentatives, nous nous sommes rendu compte que la position de la corde avait une très grande importance sur les performances. Si elle était placée trop haut sur le bloc, ce dernier avait en effet tendance à se soulever par l'arrière et par conséquent à se bloquer contre l'arête avant. Nous avons également remarqué qu'il y avait une très forte adhérence du bloc sur le platelage en bois et que celui-ci avait tendance à se déplacer en même temps que le bloc. Guidé par ces premières tentatives nous avons tenté de gérer plus efficacement la question des frottements du bloc sur son support. Nous avons alors opté pour un principe de glissement de bois contre bois avec un peu de sable entre les deux. Le bloc a donc été chargé sur une sorte de traineau léger en bois simplement calé par deux traverses en bois. La corde toujours attachée autour du bloc, nous avons repris nos essais. Le dispositif étant beaucoup plus efficace, nous avons diminué les effectifs à 20 tireurs. L'utilisation de leviers en bois manipulés à l'arrière du bloc et sur les côtés s'est révélée indispensable pour donner l'impulsion au démarrage et pour maintenir correctement le bloc sur son platelage. La traction du bloc n'est pas continue mais s'effectue par à-coups successifs. Dans ces conditions, l'effort fourni par chaque individu doit être parfaitement synchronisé pour qu'il y ait une réelle synergie. L'expérience a montré que l'efficacité du bardage reposait sur des aspects techniques – position de la corde, gestion des frottements, position des leviers, préparation du chemin de bardage – mais que les aspects humains – esprit d'équipe, synchronisation des mouvements – étaient tout aussi prépondérants.

16Notons que le transport sur des roules (ou rouleaux) n'a pas été expérimenté, car il est peu probable que ces instruments aient été utilisés pour le bardage de blocs en carrière. Cet outil nécessite un sol parfaitement plan pour éviter qu'il se poinçonne et ne peut pas résister à des charges trop lourdes. Il n'est par ailleurs jamais représenté sur les scènes de transport.

5. Étude, restauration et publication du lot documentaire des papyrus

17L’étude des très nombreux fragments de papyrus découverts sur le site entre la campagne de 2013 et la campagne de 2016 s’est poursuivie tout au long de l’année. En complément de la publication de papyrus A et B (le « journal de Merer »), un deuxième volume, regroupant tous les autres fragments de journaux de bord, a été remis à l’Ifao pour publication en mai 2019. Il présente un total de 400 fragments ayant appartenu à au moins cinq documents additionnels (papyrus C, D, E, F, AA) qui retracent les missions successives de la même équipe d’ouvriers pendant une période d’un peu plus d’un an. Le papyrus C évoque la construction probable d’une structure portuaire dans le centre du Delta, les papyrus D et F renvoient l’image de l’activité de l’équipe auprès du temple de la vallée de Chéops, à Giza, tandis que les quelques fragments qui nous sont parvenus du papyrus E témoignent de sa présence sur la côte de la mer Rouge sans doute peu avant l’abandon de ce lot documentaire sur le site. Parallèlement à l’étude des papyrus, une opération de restauration systématique des documents les plus complets a été entreprise au musée du Caire et au musée de Suez où sont conservés les fragments de ces documents. Une dotation de l’American Research Center in Egypt a permis de financer quatre missions d’Eve Menei, spécialiste de la restauration des papyrus (en février, mars, mai et décembre 2019) pour effectuer en collaboration étroite avec Pierre Tallet leur remontage et leur présentation muséale sous un cadre adapté.

6. Conclusion

18Notre connaissance du site du ouadi el-Jarf a beaucoup progressé au terme de cette dernière campagne. L’un des acquis les plus spectaculaires est dû à l’étude effectuée cette année par Claire Newton des vestiges paléobotaniques prélevés depuis plusieurs années sur les différentes composantes du site. Cette analyse a permis d’obtenir des précisions importantes sur les denrées alimentaires attribuées aux équipes qui faisaient vivre le port du ouadi el-Jarf, et ces données complètent et confirment celles qui sont disponibles au travers des comptabilités sur papyrus découvertes sur le site. De même, l’analyse des vestiges de bois a occasionné des surprises : si l’identification dans ce lot du cèdre et du pin étaient attendue, ces espèces étant connues depuis longtemps pour leur rôle dans la construction navale égyptienne, l’identification de bois de châtaignier dans ce contexte témoigne à cette époque d’échanges plus complexes, ne se limitant pas à des contacts avec la côte levantine. Plus important encore pour l’étude du site, la présence de bois d’ébène, parfois retrouvé sous une forme non travaillée, est le premier indice tangible de l’usage du port du ouadi el-Jarf comme point de départ vers des zones méridionales de la mer Rouge d’où ont pu être importées ces essences. L’analyse des produits résineux découverts en grande quantité dans les galeries qui sont actuellement en cours de fouille pourrait également donner sur ce point des informations très importantes.

19L’analyse détaillée du système de condamnation des galeries permet maintenant de reconstituer avec plus de précision les conditions de la fermeture et de la réouverture de ces magasins, tout en confirmant l’existence d’au moins deux phases distinctes de leur utilisation. Les dernières observations effectuées sur le deuxième ensemble de galeries – en cours de fouille – sont d’ailleurs prometteuses puisqu’elles semblent démontrer que, contrairement à ce que nous avons longtemps pensé, les galeries n’ont pas été vidées systématiquement par les Égyptiens au moment de l’abandon définitif du site, et que certaines d’entre elles au moins ont pu rester fermées avec le matériel qui y avait été originellement déposé, même si celui-ci a été par la suite perturbé par l’érosion de ces magasins, l’invasion de l’eau et des pillages occasionnels.

20Enfin, la poursuite de l’étude des différentes installations qui se trouvent entre la route moderne et le littoral permet à la fois d’obtenir de nouvelles données sur le fonctionnement du port lui-même (identification possible d’une zone d’assemblage et de mise à flot des embarcations) et de mieux cerner la période originelle de l’installation sur le site du ouadi el-Jarf, par l’étude du premier niveau d’occupation de la zone 5, que l’on peut maintenant clairement attribuer au règne de Snéfrou.

7. Publications

21Pierre Tallet, « Ouadi el-Jarf », in Laurent Coulon, Mélanie Cressent (éd.), Archéologie Française en Égypte, BiGen 59, Le Caire, Ifao, 2019, p. 274-279.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Fig. 1. Vue d’ensemble des entrées des magasins G24-28, vers le nord.
Crédits © Mission archéologique du ouadi el-Jarf. 17132_2019_NDMPF_001
URL http://journals.openedition.org/baefe/docannexe/image/1117/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 893k
Titre Fig. 2. Vue d’ensemble des galeries G27 et G28, vers le sud-ouest.
Crédits © Mission archéologique du ouadi el-Jarf. 17132_2019_NDMPF_002
URL http://journals.openedition.org/baefe/docannexe/image/1117/img-2.JPG
Fichier image/jpeg, 330k
Titre Fig. 3. Le « bâtiment intermédiaire » (zone 5, phase 2) vu du nord après dégagement intégral.
Crédits © Mission archéologique du ouadi el-Jarf. 17132_2019_NDMPF_003
URL http://journals.openedition.org/baefe/docannexe/image/1117/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 681k
Titre Fig. 4. Les structures de la « phase 1 » sous le « bâtiment intermédiaire » – plan préliminaire.
Crédits © Mission archéologique du ouadi el-Jarf. 17132_2019_NDMCN_001
URL http://journals.openedition.org/baefe/docannexe/image/1117/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 373k
Titre Fig. 5. Déplacement d’un bloc de calcaire dans les carrières du site.
Crédits © Mission archéologique du ouadi el-Jarf. 17132_2019_NDMPF_004
URL http://journals.openedition.org/baefe/docannexe/image/1117/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 738k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Pierre Tallet, « Ouadi el-Jarf » [notice archéologique], Bulletin archéologique des Écoles françaises à l’étranger [En ligne], Égypte, mis en ligne le 01 novembre 2020, consulté le 17 juin 2021. URL : http://journals.openedition.org/baefe/1117 ; DOI : https://doi.org/10.4000/baefe.1117

Haut de page

Auteur

Pierre Tallet

Égyptologue, chef de mission, université de Paris-Sorbonne

Articles du même auteur

  • Ouadi el-Jarf [Texte intégral]
    Paru dans Bulletin archéologique des Écoles françaises à l’étranger, Égypte
Haut de page

Responsable d’opération

Pierre Tallet

Égyptologue, chef de mission, université de Paris-Sorbonne

Opération(s) dirigée(s) par cet archéologue

  • Ouadi el-Jarf [Texte intégral]
    Paru dans Bulletin archéologique des Écoles françaises à l’étranger, Égypte
Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Le Bulletin archéologique des Écoles françaises à l’étranger est mise à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search