Navigation – Plan du site

AccueilSites archéologiquesÉgypte2021Le FayoumGourob (2020)

2021
Le Fayoum

Gourob (2020)

Responsable d’opération : Marine Yoyotte
Notice rédigée avec Paul Bailet, Mélie Louys, Andrea Pillon, Claudia Vénier, Vera Michel, Catherine Corneli, Mohamed Gaber et Younes Ahmed

Entrées d’index

Établissement éditeur :

IFAO

Année de lʼopération :

2020

Lieux :

Fayoum

Anthroponymes :

Thoutmosis III, Ramsès II

Nature de l'opération :

fouille
Haut de page

Notes de l’auteur

Année de la campagne : 2020 (3 décembre – 17 décembre)

Autorité nationale présente : Le Ministère du Tourisme et des Antiquités (MoTA) était représenté par Marwa Ragab Youssef

Numéro et intitulé de l’opération de terrain : 17123 – Fouilles du site de Gourob (Mi-Our)

Composition de l’équipe de terrain : L’équipe était composée de Marine Yoyotte (égyptologue, boursière Marie Skłodowska-Curie, CNRS, UMR 7041, ArScAn, équipe HAROC), Andrea Pillon (égyptologue, Ifao), Claudia Vénier (égyptologue, aspirante du F.R.S.-FNRS, université de Liège), Paul Bailet (archéo-anthropologue, unité archéologie et patrimoine, DPVA), Mélie Louys (égyptologue et anthropologue, École du Louvre), Catherine Corneli (archéologue et documentariste, LC2R), Vera Michel (céramologue, indépendant), Mohamed Gaber (topographe, Ifao), Younes Ahmed (restaurateur, Ifao), Marwa Ragab Youssef (inspectrice, MoTA) et Suzanne Hasny Abdalaziz (inspectrice pour la conservation et la restauration, MoTA).

Partenariats institutionnels : CNRS, UMR 7041, ArScAn, équipe HAROC.

Organismes financeurs : La mission bénéficie du soutien du ministère de l’Europe et des Affaires étrangères (MEAE) et du fonds Khéops pour l’archéologie. Pour la campagne 2020, un financement spécifique a été attribué par la Fondation Schiff Giorgini afin de soutenir la partie de la mission dévolue à l’étude anthropologique et au déplacement du sarcophage.

Texte intégral

Introduction

1Une quatrième saison a pu être menée sur le terrain à Gourob en décembre 2020 malgré la pandémie, qui nous a toutefois conduits à travailler en équipe plus réduite et pour une durée plus courte. L’ensemble de l’équipe tient à remercier pour leur aide et leurs conseils les membres du comité permanent du MoTA et plus particulièrement : Mostafa Wasiri (secrétaire général), Nashwa Gaber (directeur du Comité permanent et des missions étrangères), Sayed Ashur (Responsable de l’inspectorat du Fayoum), notre inspectrice Marwa Ragab Youssef, et Mostafa Feisal (responsable des magasins de Kôm Aushim).

2Cette mission a néanmoins permis de fructueux résultats ainsi que de poser les jalons pour la campagne 2021. Les différents axes de recherche suivants ont été poursuivis sur le terrain :

  1. Travaux archéologiques et anthropologiques.
  2. Étude de la céramique.
  3. Topographie.
  4. Travaux de conservation et de restauration.

1. Travaux archéologiques et anthropologiques

Marine Yoyotte, Andrea Pillon, Claudia Vénier, Paul Bailet, Mélie Louys

Fig. 1. Vue satellite du site de Gourob intégrant les zones de fouille 2020 (M. Gaber).

Fig. 1. Vue satellite du site de Gourob             intégrant les zones de fouille 2020 (M. Gaber).

© Ifao. 17123_2020_NDMCN_001

1.1. Le secteur sud : le palais-harem

Andrea Pillon, Claudia Vénier

  • 1 Yoyotte et al. 2020, § 26-27.
  • 2 Petrie 1891, pl. XXV ; Brunton, Engelbach 1927, pl. I.

3Les travaux archéologiques entamés en 20191 dans le secteur sud ont été repris afin de localiser plus précisément l’emplacement du palais-harem, connu par les anciennes fouilles (fin xixe-début xxe s.)2, et de relever ensuite les structures persistantes (fig. 2).

Fig. 2. Plan de masse du site montrant la localisation du secteur sud et du palais (M. Gaber).

Fig. 2. Plan de masse du site               montrant la localisation du secteur sud et du palais               (M. Gaber).

© Ifao. 17123_2020_NDMCN_002

4La zone à examiner en 2020 a été choisie à l’emplacement où les images satellites et l’observation de terrain permettent de localiser l’angle nord-est de l’enceinte du palais nord. La petite tranchée no 30 (6 × 2 m est-ouest) mise en place durant la campagne précédente et avec une orientation perpendiculaire par rapport à celle supposée du mur est de ce bâtiment a été, à nouveau, ouverte et agrandie afin d’inclure l’angle nord-est du palais nord dans la zone de fouille (no 32 A – 10 × 10 m) (fig. 3).

Fig. 3. Plan de la localisation des tranchées : 2020 (noir) et 2019 (rouge) (C. Venier).

Fig. 3. Plan de la localisation des               tranchées : 2020 (noir) et 2019 (rouge) (C. Venier).

© Ifao. 17123_2020_NDMCN_003

5Après avoir ôté la surface sablonneuse et caillouteuse riche en fragments de céramique dans l’ensemble du sondage, des poches de sol argilo-limoneux brun (avec des éclats de gypse) ont été enlevées. Elles couvrent partiellement un sol argileux grisâtre très compact (probablement de tafla) qui caractérise l’ensemble de la superficie fouillée. De longs sillons, de nombreuses successions de petites cuvettes et des couches minces de surface durcie sont le produit du ruissèlement de l’eau. Cette surface est vallonnée et forme deux proéminences orientées l’une nord-sud et l’autre est-ouest : elles se rejoignent au milieu du sondage et semblent être la seule trace restante de l’emplacement de l’angle nord-est du palais nord. Aucune structure en briques n’est plus visible aujourd’hui à la surface. À l’ouest et au sud des deux proéminences respectives, la surface a une pendaison significative vers l’intérieur du palais (fig. 4-5).

Fig. 4. Profil est-ouest de la zone fouillée dans les tranchées 32 A et B (C. Venier).

Fig. 4. Profil est-ouest de la zone               fouillée dans les tranchées 32 A et B (C. Venier).

© Ifao. 17123_2020_NDMCN_004

Fig. 5. Carte générale du secteur fouillé, présentant les courbes de niveaux et les structures mises au jour (M. Gaber, A. Pillon et C. Venier).

Fig. 5. Carte générale du secteur               fouillé, présentant les courbes de niveaux et les structures               mises au jour (M. Gaber, A. Pillon et C. Venier).

© Ifao. 17123_2020_NDMCN_005

6Au sein de cet angle, environ au milieu, un petit creusement sur le sol (15 cm de diamètre et 8 cm de profondeur) avec des parois lisses semble être l’empreinte du fond d’une jarre : le sol à cet endroit est coloré par la pâte de la céramique qui devait s’y trouver. Par ailleurs, un peu plus au sud, la partie supérieure d’une jarre (avec fragment de lèvre) a été trouvée intégrée à la surface de cette même couche argileuse grisâtre. Celle-ci a été prélevée avec difficulté en raison de la dureté du sol. Aucune trace de maçonnerie n’apparaît dans cette partie. En revanche, à l’est de la proéminence nord-sud, là où l’on s’attendrait à trouver le mur est du palais, le début d’une tranchée de fondation a été fouillé. Au fond de celle-ci se trouvaient des restes de plâtre (mouna) et de briques en argile crue (19 × 44 cm) appareillées ici en panneresse (fig. 6). Le tracé suit l’orientation nord-sud attendue pour le mur est du palais. Seule une portion de la première assise de briques et des marques de plâtre sont préservées. Au-dessus se trouvait une lentille de limon brun avec des fragments de céramique et un bol, elle-même couverte par une épaisse couche de céramique et de sable. Les limites de la tranchée pour l’aménagement de ce muret forment des pentes quasiment verticales, profondes de 50 cm environ, sauf à l’extrémité nord, où la fosse se termine par une légère déclivité et une section arrondie.

Fig. 6. Détail de l’alignement de briques crues en panneresse dans la tranchée de fondation (axe nord-sud) (C. Venier).

Fig. 6. Détail de l’alignement de               briques crues en panneresse dans la tranchée de fondation (axe               nord-sud) (C. Venier).

© Ifao. 17123_2020_NDMPF_001

Fig. 7. Tranchée de fondation orientée nord-sud en cours de fouille dans la tranchée 32 A (A. Pillon).

Fig. 7. Tranchée de fondation               orientée nord-sud en cours de fouille dans la tranchée 32 A               (A. Pillon).

© Ifao. 17123_2020_NDMPF_002

7Un élargissement du sondage vers l’est (tranchée no 32 B – 3 × 10 m nord-sud) a été effectué. Le décapage de la surface (fine couche sablonneuse et caillouteuse riche en fragments de céramique) a permis d’observer à l’est de l’emplacement présumé du bâtiment, un sol argileux grisâtre très compact caractérisé par les nombreuses cuvettes formées par le ruissèlement naturel de l’eau, identique à celui qui a été relevé dans la première tranchée (no 32 A). On constate également que le pendage de la surface vers l’est n’est pas significatif (fig. 4). Aucune trace architectonique n’a été relevée dans cette tranchée no 32 B.

  • 3 Yoyotte et al. 2018, p. 562.

8Ensuite, les limites de la zone fouillée ont été élargies vers le sud par la création d’une nouvelle tranchée (no 32 C – 3 × 13 m est-ouest). Après le décapage de surface (couche identique au reste du secteur), les nouveaux résultats obtenus concernent, tout d’abord, la tranchée de fondation du muret nord-sud qui continue donc en direction du sud. Le remplissage de la fosse (couche sablo-limoneuse jaune) contient de la céramique fragmentaire abondante et des débris modernes qui remontent aux années 1970 environ (feuilles de journaux, formulaires, morceaux d’étoffe), ce qui correspond à l’époque des activités de construction militaires sur le site3. Les briques sont bien conservées dans la partie nord du segment fouillé, mais elles ont été complètement enlevées dans le reste du tracé, ce qui permet de calculer leur épaisseur (15 cm dans la section verticale préservée) et de préciser qu’elles reposent sur une couche de plâtre présentant des petits cailloux (fig. 8). Elles sont toujours appareillées en panneresse. Le creusement dans le sol argileux grisâtre très compact, opéré anciennement pour y placer l’alignement de briques, présente des pentes quasiment verticales. La tranchée de fondation du muret est ainsi profonde de 50 cm environ, de manière homogène, ce qui correspond aux observations réalisées dans la tranchée 32 A.

Fig. 8. Section verticale de l’alignement de briques crues dans la tranchée de fondation (axe nord-sud) (C. Venier).

Fig. 8. Section verticale de               l’alignement de briques crues dans la tranchée de fondation (axe               nord-sud) (C. Venier).

© Ifao. 17123_2020_NDMPF_003

9La continuation de la tranchée de fondation vers le sud a été observée en ouvrant un nouveau sondage (tranchée no 32 D – 3 × 10 m nord-sud) bien qu’uniquement de petits restes épars de briques soient préservés à cet endroit. La tranchée creusée pour aménager le muret continue sur toute la longueur de cette tranchée 32 D et présente une légère déclivité vers le sud. La tranchée de fondation observée, jusqu’à présent, dans les tranchées 32 A, C et D prend donc une forme longiligne légèrement ovale, si on considère les deux extrémités nord et sud.

10Le sondage a ensuite été poursuivi vers le sud à l’emplacement d’un bunker militaire (tranchée no 32 G – 3 × 6 m nord-sud). Une fois de plus, la tranchée de fondation se poursuit sous la couche de surface et les restes du mur ouest d’un bunker. Néanmoins, la tranchée de fondation est ici beaucoup moins profonde qu’au nord du sondage (moins de 20 cm de creusement). Seules de très fines couches de plâtre laissent supposer que des briques devaient également être présentes à cet endroit à l’origine. La tranchée de fondation a donc été suivie sur une longueur totale de 24,80 m dans les tranchées 32 A, C, D et G pour une largeur moyenne de 46 cm (fig. 9-10).

Fig. 9. Vue générale de la zone fouillée en 2020 dans le secteur sud (C. Venier).

Fig. 9. Vue générale de la zone               fouillée en 2020 dans le secteur sud (C. Venier).

© Ifao. 17123_2020_NDMPF_004

Fig. 10. Vue générale de la zone fouillée en 2020 dans le secteur sud (C. Venier).

Fig. 10. Vue générale de la zone               fouillée en 2020 dans le secteur sud (C. Venier).

© Ifao. 17123_2020_NDMPF_005

11Dans la tranchée no 32 C, à l’ouest de la tranchée de fondation, un éperon de sol argilo-limoneux brun-gris compact avec des éclats de gypse, forme un dos au milieu de la zone sondée : il s’agit de la continuation de la proéminence argileuse grisâtre de la tranchée no 32 A. Plus à l’ouest, le sol argileux grisâtre très compact se poursuit dans l’ensemble de la superficie, qui forme ici aussi un pendage significatif vers l’intérieur du palais. Aucune trace de maçonnerie n’apparaît, pour l’instant, à l’ouest, mais une fosse (UA 101) d’environ 95 cm de diamètre (coupée à moitié par la limite sud du sondage no 32 C) et également de 95 cm de profondeur a été relevée (fig. 11). Deux phases de remplissage ont été observées : une phase plus ancienne de trois dépôts successifs de sol sablo-limoneux brun (avec de nombreuses traces de paille, charbon, fragments de céramique sur le fond de chaque couche) puis une phase plus récente avec une couche épaisse de sable et fragments de dimensions hétérogènes de céramique éparpillés jusqu’à l’extérieur de la fosse. Aucun élément en place n’aide à comprendre la fonction de cet aménagement (inhumation, dépôt, cachette ?). Les pentes abruptes font penser cependant à une installation destinée à l’emplacement d’un poteau ou d’un tronc d’arbre (?).

12Le côté sud de la tranchée 32 C a été élargi davantage avec la création de la tranchée no 32 E (2 × 6 m est-ouest) afin de terminer la documentation de la fosse. Le sol argileux grisâtre très compact se poursuit à cet endroit. À même cette surface, un petit creusement d’environ 24 cm de diamètre et 8 cm de profondeur est présent au sud de la fosse, sans que l’on puisse pour l’instant en identifier la provenance.

Fig. 11. Vue depuis l’ouest de la fosse UA101 en cours de fouille (A. Pillon).

Fig. 11. Vue depuis l’ouest de la               fosse UA101 en cours de fouille (A. Pillon).

© Ifao. 17123_2020_NDMPF_006

  • 4 Borchardt 1911, p. 3 ; Kemp 1978, p. 127 ; Lacovara 1997, p. 299.
  • 5 Brunton, Engelbach 1927, pl. I.

13Une dernière tranchée (no 32 F – 8 × 6 m nord-sud) a été ouverte ensuite, plus au sud, pour vérifier la présence d’autres cavités profondes. Cette nouvelle tranchée forme l’angle sud-ouest de la zone décapée cette année. Sous la couche de surface sablo-limoneuse, comparable à celle des autres tranchées, se trouvaient plusieurs fosses de formes variables, ainsi qu'une lentille à forte concentration de tessons de céramique. Cette poche est percée par une petite fosse circulaire (environ 1 m de diamètre) dont le remplissage de sable semble récent en raison de la présence de journaux et emballages modernes. En dessous de cette couche de céramique apparaît une rangée de briques crues (fig. 12-13). Plusieurs briques sont clairement identifiables (20 × 40 cm) : deux sont accolées selon un alignement en panneresse et quatre se trouvent un peu plus loin selon un alignement en boutisse. Il s’agit dans les deux cas de la même assise de briques mais l’alignement en panneresse est situé au nord-ouest des autres briques. Il est à noter que cet alignement est orienté selon un axe est-ouest perpendiculaire à la tranchée de fondation nord-sud qui parcourt les tranchées no 32 A, C, D et G et qui se trouve environ 3 mètres plus à l’est. Il pourrait donc s’agir d'un des murs intérieurs du palais nord, que l’on retrouve sur certains des plans anciens4. À titre d’hypothèse, nous pouvons supposer que le muret dans la tranchée de fondation nord-sud constitue le parement externe du mur est du palais nord et que l’élévation du mur externe du palais devait être placée au-dessus de la proéminence limoneuse grisâtre. Il n’en resterait donc aujourd'hui que des éléments de sol argilo-limoneux brun compact avec des éclats de gypse qui forment la partie supérieure des éperons rocheux sur cette proéminence présente sur l’entièreté de la surface. Enfin, le mur interne est-ouest présent dans 32 F viendrait peut-être s'appuyer perpendiculairement au premier. Si cette hypothèse s’avère correcte, l'entièreté du mur est du palais nord devait avoir une épaisseur d’environ 3,40 m (incluant le parement externe en briques crues de 44 cm d'épaisseur). Cela correspond à la mesure utilisée sur les plans anciens5 qui représentent ce bâtiment. Le creusement réalisé pour le mur intérieur a, quant à lui, une largeur de 2,20 m et présente des angles droits. Il semble de forme carrée et aurait également une longueur de 2,20 m. La fonction architectonique de cet aménagement demeure néanmoins à définir.

Fig. 12. Alignement de briques crues (axe est-ouest) marquant peut-être un des murs intérieurs du palais nord (C. Venier).

Fig. 12. Alignement de briques crues               (axe est-ouest) marquant peut-être un des murs intérieurs du               palais nord (C. Venier).

© Ifao. 17123_2020_NDMPF_007

Fig. 13. Alignement de briques crues (axe est-ouest) marquant peut-être un des murs intérieurs du palais nord (C. Venier).

Fig. 13. Alignement de briques crues               (axe est-ouest) marquant peut-être un des murs intérieurs du               palais nord (C. Venier).

© Ifao. 17123_2020_NDMPF_008

14Deux autres fosses (une petite et une grande) sont creusées dans le sol grisâtre très compact de la tranchée 32 F. La première, circulaire, d’environ 55 cm de profondeur est située au sein de la proéminence de tafla (?) à l’ouest de la tranchée de fondation. Tandis que la seconde, très étroite et allongée se situe au sud du sondage et a une profondeur moyenne de 65 cm (fig. 10). Au sein des différents dépôts, plusieurs perles (faïence, cornaline, coquillage) et fragments de petits objets ont été mis au jour.

  • 6 Brunton, Engelbach 1927, pl. I.

15La mise en œuvre des murs externes et internes du palais nord demande donc à être précisée dans son entièreté lors des prochaines campagnes. Selon les plans anciens6, une porte de 3,35 m d’ouverture devrait être présente dans le mur est du palais nord. Au vu du pendage de la tranchée de fondation de moins en moins profonde vers le sud et d’une absence de proéminence dans le relief actuel de la surface du site à quelques mètres au sud du sondage réalisé cette année, la porte pourrait se situer non loin au sud. Il s’agit donc d’une question importante à traiter lors de la prochaine campagne.

  • 7 Shaw 2010, p. 11-13.

16En outre, une analyse géoarchéologique des sédiments, avec la réalisation de carottages, doit être envisagée ultérieurement pour mieux comprendre la nature du sol argileux grisâtre très compact qui caractérise la surface du secteur et qu’on peut associer à la tafla. Les résultats obtenus dans le passé par la mission de l’université de Liverpool7 concernant la profondeur du bedrock et la présence de sable au-dessus demandent également à être vérifiés : ces résultats avaient été obtenus par la réalisation d’un sondage au centre du palais-harem que nous avons relocalisé cette année.

1.2. Les nécropoles

Marine Yoyotte, Paul Bailet, Mélie Louys

1.2.1. Le secteur V

  • 8 Brunton, Engelbach 1927, pl. I.

17Suite à notre travail initié durant la saison 2019, nous avons poursuivi le travail dans les nécropoles durant cette mission, en nous concentrant en premier lieu sur le secteur V (fig. 2), localisé au nord du bâtiment appelé « fort » par Guy Brunton et Reginald Engelbach8 et au nord-est de la zone du palais mentionné ci-dessus. En 2019, nous avions pu explorer onze puits funéraires dans ce secteur (numérotés sur la fig. 2 P1 à P11) qui n’avaient jamais été recensés précédemment.

  • 9 Pour les dimensions et le plan de P11, voir Yoyotte et al. 2020, § 17-19.

18Aucun de ces puits n’était intact, mais le P11 s’est révélé d’un intérêt majeur9. En effet, nous y avons d'abord découvert un sceptre-sekhem (fig. 14) en bois peint, ce qui souligne le fait que cette tombe devait appartenir à un haut fonctionnaire de la cour. Très peu d’exemplaires archéologiques en trois dimensions de ce type d’objets sont conservés.

Fig. 14. Sceptre-sekhem en bois peint découvert en 2019 dans le P11 (C. Corneli).

Fig. 14. Sceptre-sekhem en bois peint découvert en                 2019 dans le P11 (C. Corneli).

© Ifao. 17123_2020_NDMPM_001

  • 10 Pour une photographie du sarcophage lors de sa découverte, voir Yoyott (...)

19Les fouilles de 2019 ont ensuite permis de découvrir que la salle nord, remplie de sable, contenait un sarcophage en calcaire datant de l'Ancien Empire par sa typologie, qui avait été pillé à deux reprises10. Répondant à une demande du MoTA formulée à la fin de la saison 2019, la première étape de notre travail a été de sortir le sarcophage de P 11, à l’aide d’un engin de levage (fig. 15). Ce travail délicat, car la profondeur atteinte du puits était de 3,50 m (fig. 16), a été réalisé le 6 décembre 2020. Il a été réalisé grâce au soutien de la fondation Michela Schiff Giorgini. Le sarcophage (son couvercle et sa cuve) a ensuite été protégé sous des tentes où les travaux de conservation ont été initiés. À la fin de la saison, le sarcophage a été transporté vers les magasins Kôm Aushim le 17 décembre 2020. Il a reçu le numéro de registre 15 et a été placé à l’extérieur des magasins sous un auvent.

Fig. 15. Cuve du sarcophage de P11 une fois sortie de P11 grâce à l’engin de levage (C. Corneli).

Fig. 15. Cuve du sarcophage de P11                 une fois sortie de P11 grâce à l’engin de levage                 (C. Corneli).

© Ifao. 17123_2020_NDMPF_009

Fig. 16. Cuve du sarcophage de P11 en cours de sortie de la salle nord de P11 (M. Yoyotte).

Fig. 16. Cuve du sarcophage de P11                 en cours de sortie de la salle nord de P11 (M.                 Yoyotte).

© Ifao. 17123_2020_NDMPF_010

1.2.1.1. Le corps contenu dans le sarcophage de P11

20À l’intérieur de la cuve du sarcophage, le squelette qui se trouvait en grande partie en place avait déjà été prélevé en 2019 : sa tête était orientée vers l’est et son corps vers le nord (fig. 17). La mission 2020 a permis de nettoyer en surface la salle nord qui contenait le sarcophage, et de mettre au jour d’autres ossements d’adultes dont une partie s’avère appartenir à l’individu du sarcophage, inventorié P11.20.001. Nous avons ainsi pu identifier pour le moment 90 % du squelette, les 10 % restants n’ayant pas été retrouvés à ce jour.

Fig. 17. Squelette contenu dans le sarcophage de la salle nord de P11 lors de sa découverte (P. Bailet).

Fig. 17. Squelette contenu dans                   le sarcophage de la salle nord de P11 lors de sa découverte                   (P. Bailet).

© Ifao. 17123_2020_NDMPF_011

  • 11 Schmitt 2005, p. 89-101.
  • 12 Waldron 2009, p. 156-157.

21Il s’agit d’un sujet masculin adulte mature (au-delà de 40 ans11), présentant de multiples signes dégénératifs notamment liés à des contraintes mécaniques importantes au niveau des épaules (fig. 18) et des membres inférieurs, surtout au niveau des genoux (fig. 19). Cet individu a eu une activité physique très intense pendant une grande partie de sa vie ce qui a entraîné ces réponses de protection du corps12. La stature de cet individu a été estimée à 1,70 m.

Fig. 18. Clavicules de l’individu P11.20.001 contenu dans le sarcophage de P11 (P. Bailet).

Fig. 18. Clavicules de l’individu                   P11.20.001 contenu dans le sarcophage de P11 (P.                   Bailet).

© Ifao. 17123_2020_NDMPM_002

Fig. 19. Patellas (genoux) de l’individu P11.20.001 contenu dans le sarcophage de P11 (P. Bailet).

Fig. 19. Patellas (genoux) de                   l’individu P11.20.001 contenu dans le sarcophage de P11                   (P. Bailet).

© Ifao. 17123_2020_NDMPM_003

22Le crâne de cet individu présente une légère dépression post-coronale qui a également été identifiée chez deux adultes trouvés en 2019 dans les puits P1 et P2, situés à proximité du P11. Il s’agit d’une variation anatomique pouvant être liée à un réseau familial potentiel (fig. 20-22). La poursuite de la fouille en 2021 de l’ensemble du réseau de puits en liaison avec le P11 devrait nous permettre de confirmer ou d’infirmer cette hypothèse.

Fig. 20. Crâne de l'individu P11.20.001 contenu dans le sarcophage de P11 (P. Bailet).

Fig. 20. Crâne de l'individu                   P11.20.001 contenu dans le sarcophage de P11                   (P. Bailet).

© Ifao. 17123_2020_NDMPM_004

Fig. 21. Crâne de l'individu de P1 (P. Bailet).

Fig. 21. Crâne de l'individu de                   P1 (P. Bailet).

© Ifao. 17123_2020_NDMPM_005

Fig. 22. Crâne de l'individu de P2 (P. Bailet).

Fig. 22. Crâne de l'individu de                   P2 (P. Bailet).

© Ifao. 17123_2020_NDMPM_006

1.2.1.2. Les autres corps contenus dans la salle nord de P11

  • 13 Schaefer, Black, Scheuer 2009, p. 94-95.

23Un sujet immature a été identifié en 2019 dans la salle nord de P11 et se situait dans l’angle nord-ouest du sarcophage. D’autres ossements lui appartenant ont été identifiés en 2020 dans le remplissage du sarcophage, ainsi que dans le remplissage de la salle. Il s’agit d’un enfant dont l’âge au décès se situe entre 3 et 5 ans d’après l’âge dentaire13 et la mesure d’une clavicule lui appartenant. Le sujet présente de faibles traces de cribra orbitalia (porosités atteignant le plafond de l’orbite). Il s’agit d’une pathologie liée à des carences nutritionnelles ou un état sanitaire médiocre durant l’enfance.

24D’autre part, des ossements épars d’au moins deux autres sujets adultes ont été identifiés dans le remplissage de la salle.

25À la fin de la mission 2020, le nombre minimum d’individus (NMI) pour le P11 s’élève à 3 individus. Pour cette année, nous utilisons seulement le NMI de fréquence (nombre obtenu après tri des ossements par type et latéralité. Ce nombre est donné par l’os le mieux représenté ou par une incompatibilité de maturité). Lorsque la fouille de la salle nord sera achevée, l’ensemble des ossements seront analysés.

1.2.2. Le secteur ALPHA

26En 2018, nous avons remarqué une zone au nord-ouest du site (fig. 1), où des pillages récents avaient eu lieu. Cette zone n’avait jamais été enregistrée par les anciens fouilleurs entre 1890 et 1920 et nous avons voulu mieux comprendre cette nécropole ainsi sa datation. Ce nouveau secteur a pu être ouvert cette année et a été appelé le secteur ALPHA (fig. 23). Le travail de cette année consistait à explorer neuf puits (P18 à P26), en préparation de la mission 2021.

Fig. 23. Carte du secteur ALPHA avec les puits P18 à P26 enregistrés (M. Gaber).

Fig. 23. Carte du secteur ALPHA                 avec les puits P18 à P26 enregistrés (M. Gaber).

© Ifao. 17123_2020_NDMCN_006

27Nous avons en priorité travaillé dans les puits où des monticules de rejets de pillages autour des puits contenant des ossements et de la céramique étaient visibles (fig. 24). Nous avons pu explorer dans le secteur ALPHA sept puits différents : P18, P19, P20, P21, P22, P23 et P26. Les puits P24 et P25 n’ont pas été étudiés cette année car ils étaient difficilement accessibles. Cependant, le monticule de rejets de pillages du P25 a été étudié. La plus grande partie de la mission a été consacrée à l’examen de ces structures, du monticule rejeté par les pillards à l’extérieur des puits et, quand il y en avait, des salles présentes dans le puits. Des restes osseux (humains et animaux) ont été trouvés et identifiés, en quantité variable, dans tous les puits ouverts.

Fig. 24. Monticule de rejets de pillages autour du puits P18 (P. Bailet).

Fig. 24. Monticule de rejets de                 pillages autour du puits P18 (P. Bailet).

© Ifao. 17123_2020_NDMPF_012

28Un inventaire de l’ensemble des restes osseux prélevés dans les tombes a pu être établi. Nous sommes principalement en présence d’ossements épars, qui ne sont donc pas en connexion anatomique. Nous avons décidé d’attribuer un numéro d’inventaire à chaque ossement qui sera étudié, et pour lequel il est possible d’effectuer des mesures, d’obtenir des informations d’âge, de sexe ou présentant une pathologie. Ce numéro permet au premier coup d’œil d’identifier la tombe de provenance de l’ossement mais aussi l’année lors de laquelle il a été inventorié (exemple = P26.20.001).

29Réaliser l’inventaire des ossements nous a permis de présenter des résultats préliminaires comme le NMI mais également de fournir pour le P11 et le P26 des informations concernant l’âge et le sexe des individus. Concernant le prélèvement des ossements, seuls les ossements accessibles à la surface du niveau actuel du puits ou de la salle ont été récupérés. La fouille complète des puits sera faite lors de la mission 2021, ce qui fera inévitablement augmenter le NMI. Dans l’état actuel de l’étude, des connexions éventuelles entre les salles et l’extérieur n’ont pas pu être réalisées.

Puits P11 P18 P19 P20 P23 P25 P26
NMI 3 7 30 2 5 9 6
Os 2 squel. + os Mandibule Crâne et fragments Tibia G Crâne et fragments Mandibule Mandibule
Adultes 10 41 181 5 85 15 49
Immatures 1 29 96 2 2 16 5
Ratio immatures/adultes 0.09 0.41 0.35 0.28 0.02 0.52 0.09

Tableau 1. Nombre minimum d'individus dans les puits contenant des restes humains en 2020.

1.2.2.1. P18

30Ce puits possède à l’extérieur à l’est un monticule de rejets de pillage, ainsi que deux salles (est et ouest). Il mesure 4,15 m de profondeur et des encoches sont présentes à l’est des parois nord (sept) et sud (six). Le NMI s’élève à sept individus avec une plus grande proportion d’adultes (tableau 1).

1.2.2.2. P19

31Ce puits possède à l’extérieur à l’est et au sud-est un monticule de rejets de pillage, ainsi que deux salles (est et ouest). Il mesure 4,60 m de profondeur pour sa partie construite et des encoches sont présentes à l’est des parois nord (huit) et sud (dix). C’est le puits qui nous a fourni le plus grand nombre de restes humains pour cette saison. Son NMI de 30 est le plus élevé par rapport aux autres tombes (tableau 1).

32Certains ossements présentent des variations de couleur allant du brun au noir, ce qui pourrait résulter d’une pratique funéraire de momification, qu’il sera intéressant d’étudier lors de la mission 2021.

  • 14 Crubezy, Schultz, Wapler 2004, p. 333-339 ; Smith-Guzman 2015, p. 1-12.

33Un des immatures se distingue par une très forte cribra orbitalia intéressant les deux voûtes orbitaires (carences nutritionnelles et état sanitaire médiocre14), que l’on peut observer sur la fig. 25.

Fig. 25. Cribra orbitalia de l’immature P19.20.078 provenant de la salle est de P19 (P. Bailet).

Fig. 25. Cribra orbitalia de                   l’immature P19.20.078 provenant de la salle est de P19                   (P. Bailet).

© Ifao. 17123_2020_NDMPM_007

1.2.2.3. P20

34Le puits 20 présentait un monticule conséquent, ainsi que cinq salles à l’ouest. Il mesure 3,65 m de profondeur et des encoches sont présentes à l’est des parois nord (cinq) et sud (six). Il n’a pas été possible d’accéder à la/les possible(s) salles à l’est. Malgré le grand nombre de salles, aucun os n’a été repéré dans ou autour du puits à l’exception de sept ossements dans la seconde salle ouest. Le NMI pour ce puits s’élève à deux individus.

1.2.2.4. P21

35Ce puits ne contenait aucun matériel (osseux comme céramique) dans le monticule extérieur. La fouille du puits a été stoppée par la découverte de deux éléments en bois trouvés vraisemblablement en place à 3,62 m de la surface. Des encoches sont présentes à l’est des parois nord (cinq) et sud (six). Les éléments en bois ont été laissés in situ pour la prochaine mission où ils seront consolidés puis prélevés.

1.2.2.5. P22

36Ce puits s’est avéré être une fosse vide, aucun élément osseux ni céramique n’ont été retrouvés ni à l’extérieur ni à l’intérieur de la structure. Il mesure 2,70 m de profondeur et des encoches sont présentes à l’est des parois nord (quatre) et sud (trois).

1.2.2.6. P23

37Le puits 23 possède un monticule à l’extérieur, qui était toutefois dépourvu de matériel. Le niveau atteint dans le puits est constitué de blocs de pierre bloquant l’accès au fond du puits mais aussi à la ou les salle(s) à l’est. Il mesure 4,18 m de profondeur au niveau atteint et des encoches sont présentes à l’est des parois nord (cinq) et sud (sept). La partie ouest a pu être explorée, la deuxième salle seulement, car la première salle contient probablement un individu en partie en connexion anatomique, qui sera fouillé et exhumé en 2021. Dans ces deux salles, cinq chaouabtis et une statuette d’Anubis, tous en bois, ont été mis au jour : deux chaouabtis dans la première salle et les trois autres ainsi que la statuette d’Anubis dans la seconde salle (fig. 26-31).

Fig. 26. Chaouabti (SF 159) trouvé dans le P23 (C. Corneli).

Fig. 26. Chaouabti (SF 159)                   trouvé dans le P23 (C. Corneli).

© Ifao. 17123_2020_NDMPM_008

Fig. 27. Chaouabti (SF 157) trouvé dans le P23 (C. Corneli).

Fig. 27. Chaouabti (SF 157)                   trouvé dans le P23 (C. Corneli).

© Ifao. 17123_2020_NDMPM_009

Fig. 28. Chaouabti (SF 160) trouvé dans le P23 (C. Corneli).

Fig. 28. Chaouabti (SF 160)                   trouvé dans le P23 (C. Corneli).

© Ifao. 17123_2020_NDMPM_010

Fig. 29. Chaouabti (SF 156) trouvé dans le P23 (C. Corneli).

Fig. 29. Chaouabti (SF 156)                   trouvé dans le P23 (C. Corneli).

© Ifao. 17123_2020_NDMPM_011

Fig. 30. Chaouabti (SF 153) trouvé dans le P23 (C. Corneli).

Fig. 30. Chaouabti (SF 153)                   trouvé dans le P23 (C. Corneli).

© Ifao. 17123_2020_NDMPM_012

Fig. 31. Statuette d’Anubis (SF161) trouvé dans le P23 (C. Corneli).

Fig. 31. Statuette d’Anubis                   (SF161) trouvé dans le P23 (C. Corneli).

© Ifao. 17123_2020_NDMPM_013

38Un premier examen des ossements de la salle 2 nous donne un NMI de 5 avec une très forte proportion d’adultes (tableau 1). Un individu adulte semble quasiment complet. Il présente des traces d’arthrose sévère au niveau des deux coudes, et plus particulièrement à droite (fig. 32), mais également de l’étage inférieur des thoraciques ainsi que des lombaires (fig. 33).

Fig. 32. Coude droit (Humérus P23.20.023 et Ulna P23.20.025) de l’individu adulte de la seconde salle ouest de P23 (P. Bailet).

Fig. 32. Coude droit (Humérus P23.20.023 et                   Ulna P23.20.025) de l’individu adulte de la seconde salle                   ouest de P23 (P. Bailet).

© Ifao. 17123_2020_NDMPM_014

Fig. 33. Vertèbres lombaires (P23.20.073 à P23.20.077) de l’individu adulte de la seconde salle ouest de P23 (P. Bailet).

Fig. 33. Vertèbres lombaires                   (P23.20.073 à P23.20.077) de l’individu adulte de la seconde                   salle ouest de P23 (P. Bailet).

© Ifao. 17123_2020_NDMPM_015

1.2.2.7. P25

39Ce puits présentait un monticule de rejets de pillage très conséquent, fournissant une quantité importante d’ossements animaux mais très peu d’ossements humains. Le NMI s’élève à 9 avec une quantité presque égale d’individus adultes et immatures (tableau 1).

1.2.2.8. P26

40Le dernier puits, P26, se compose d’un monticule laissé par les pillards et de deux salles (est et ouest). Il nous a fourni 54 ossements qui ont pu être étudiés et analysés. Le NMI est de 6, et l’échantillon se compose d’un plus grand nombre d’adultes que d’immatures (tableau 1).

41Les cinq crânes prélevés dans la tombe ont montré des particularités anatomiques intéressantes (caractères discrets). La combinaison de ces caractères sur les différents crânes pourrait nous amener à identifier un potentiel réseau familial entre ces cinq individus, à confirmer avec l’étude complète lors de la mission 2021.

42Un ossement de la salle présente sur l’avant-bras droit un important cal de fracture consolidée n’ayant pas entraîné une modification de l’axe de l’os (fig. 34). Le même type de traumatisme dans la même partie anatomique est observable sur un ossement de l’avant-bras gauche présent dans la salle ouest de la tombe (fig. 35). Pour l’instant, rien ne semble indiquer l’appartenance de ces deux ossements au même individu.

Fig. 34. Fracture sur un ulna droit P26.20.009 de la salle est de P26 (P. Bailet).

Fig. 34. Fracture sur un ulna                   droit P26.20.009 de la salle est de P26 (P. Bailet).

© Ifao. 17123_2020_NDMPM_016

Fig. 35. Fracture sur un ulna gauche P26.20.021 de la salle ouest de P26 (P. Bailet).

Fig. 35. Fracture sur un ulna                   gauche P26.20.021 de la salle ouest de P26                   (P. Bailet).

© Ifao. 17123_2020_NDMPM_017

  • 15 Buikstra, Ubelaker (éd.) 1994, p. 20-21.
  • 16 Murail et al. 2005, p. 167-176 ; Schmitt 2005, p. 89-101.
  • 17 Austin 2014. p. 161-163 ; Raxter 2007, p. 9-12.
  • 18 Austin 2014, p. 164-165 ; Raxter et al. 2008, p. 147-155.

43Nous avons pu étudier les ossements de ce puits, et estimé le sexe (tableau 2) à partir d’ossements classiques comme le crâne15 ou l’os coxal16, mais aussi à partir du fémur, tibia et humérus17, afin d’effectuer des estimations de stature18. Le P26 nous a pour le moment fourni plus d’individus féminins que masculins.

44Ces estimations ont pu être effectuées sur cinq os seulement, certains n’étant pas complets ou le résultat de l’estimation du sexe s’avérait ambigu. Ces cinq ossements (deux fémurs et trois tibias) ont été estimés comme étant féminins, et la taille moyenne est de 1,56 m pour les fémurs et de 1,52 m pour les tibias. On remarque une forte différence entre la stature estimée pour ces deux ossements, il faudra réaliser une estimation sur un plus grand échantillon lors de la mission 2021 pour obtenir une meilleure estimation de la taille moyenne des individus enterrés dans le P26, et plus largement dans le secteur ALPHA.

Élément Total Gauche Droite Homme Femme Ambigu
Fémur 6 2 4 1 3 2
Tibia 3 1 2 0 3 0
Humérus 1 1 0 0 0 1
Os coxal 2 1 1 0 0 2
Crâne 5 3 1 1
TOTAL 17 5 7 4 7 6

Tableau 2. Sexe estimé pour les ossements de P26.

  • 19 Picar et al. 1999, p. 1-213 ; Voisin 2012, p. 107-130.

45L'étude préliminaire des ossements de P26 a tout de même permis d’observer plusieurs particularités anatomiques appelées « caractères discrets19 » notamment sur les crânes. Cette appellation vient du fait que l’observation de leur présence ou de leur absence va avoir une importance pour l’étude ultérieure. En effet, les caractères discrets qui seront retenus dans le cadre de notre prochaine mission seront observés et notés binairement c’est-à-dire 0 (absent) et 1 (présent). Le travail consistera à identifier la prédominance de l’un par rapport à l’autre, c’est-à-dire qu’un caractère absent va devenir intéressant lorsqu’il apparaît majoritairement présent sur les os étudiés ou un caractère présent va l’être également lorsqu’il apparaît majoritairement absent. C'est donc l’absence de présence ou la présence de l’absence qui va être ici le point central. L’observation de la combinaison de plusieurs caractères discrets va également apporter un ensemble de renseignements pour l’étude populationnelle.

46L’examen et l’étude préliminaire des 539 ossements mis au jour et inventoriés dans les secteurs V et ALPHA sont très prometteurs. En effet, la simple collecte de surface nous a permis d’obtenir un échantillon assez varié contenant des hommes, des femmes, des adultes et des immatures, ainsi que des individus présentant des pathologies marquées. Le matériel ayant été perturbé notamment par les pillages, un certain nombre d’informations sont toutefois manquantes. Il sera vraisemblablement possible de déterminer la présence de réseaux familiaux grâce aux « caractères discrets » et aux variations anatomiques (outre celle de la dépression post-coronale du secteur V) complétés par les indices anthropologiques obtenus à partir des mensurations ostéologiques. Du matériel céramique est également présent parmi les ossements et leur étude nous permet de dater les ensembles funéraires. La mission 2021 nous permettra d’affiner notre analyse afin d’en apprendre plus sur la population inhumée dans les différents secteurs. Il s’agira d’achever la fouille de P11 dans le secteur V ainsi que des puits environnants, mais aussi de relever et de fouiller complètement les puits du secteur Alpha seulement explorés lors de cette mission 2020.

2. L’étude de la céramique

Vera Michel

47L’étude de la poterie lors de la mission 2020 s’est concentrée sur la documentation du matériel céramique de la saison de fouilles précédente et de celle qui était en cours. Les tessons non diagnostiques sont de différentes pâtes et peuvent être attribués à environ 82 % à la pâte alluviale (Nile fabrics I-b, I-c) et à 18 % à la pâte marneuse (Marl fabrics II-a, II-d, II-f). Le groupe de pâtes II-d domine (fig. 36) comme produit local parmi les pâtes marneuses et est comparable à la Marl D du Vienna System, qui a été largement adoptée pour les céramiques des données archéologiques de Gourob.

Fig. 36. Répartition des types de pâtes des tessons non diagnostiques (V. Michel).

Fig. 36. Répartition des types de pâtes             des tessons non diagnostiques (V. Michel).

© Ifao. 17123_2020_NDMCN_007

48Il faut tenir compte du fait que l’évaluation statistique des tessons non diagnostiques en ce qui concerne leur contexte archéologique ne représente pas un certain nombre de récipients. Toutefois, comme certains contextes archéologiques ne contiennent pas un seul tesson diagnostique, il a semblé pertinent d’illustrer au moins une tendance générale de leur répartition. La plus grande partie de la céramique provient du secteur des ateliers (fours) et constitue 85 % du matériel documenté (fig. 37) pour l’instant. Les poteries provenant des zones d'inhumation des secteurs V et Alpha représentent 7 % et celles du palais 4 %.

Fig. 37. Répartition des céramiques en relation avec leur zone archéologique de provenance (V. Michel).

Fig. 37. Répartition des céramiques en             relation avec leur zone archéologique de provenance             (V. Michel).

© Ifao. 17123_2020_NDMCN_008

2.1. Le secteur V

  • 20 Aston 2003, p. 145-147.
  • 21 Aston 2004, p. 187-191.

49Dans le secteur V, l’assemblage de la tombe P4 (US 444) contient un « pot de fleurs » (fig. 38) qui est un récipient caractéristique jusqu'au milieu de la XVIIIe dynastie (Hatchepsout-Thoutmosis IV)20. Une amphore (fig. 39) fabriquée en pâte du groupe II-d fait partie de l’inventaire de la tombe P6 (US 418) et correspond au type B1 de David Aston21 qui est attesté entre les règnes d’Amenhotep III et de Ramsès II.

Fig. 38. Base en forme de « pot de fleurs », provenant de P4 (US 444) (V. Michel).

Fig. 38. Base en forme de « pot de               fleurs », provenant de P4 (US 444) (V. Michel).

© Ifao. 17123_2020_NDMDM_001

Fig. 39. Base d’amphore provenant de la tombe P6 (US 418) (V. Michel).

Fig. 39. Base d’amphore provenant de               la tombe P6 (US 418) (V. Michel).

© Ifao. 17123_2020_NDMDM_002

  • 22 Aston 2004, p. 147-156.
  • 23 Bourriau 2010, p. 179-213, fig. 47/3.6.3.
  • 24 Aston 2004, p. 191-193, fig. 8a.

50Une datation préliminaire peut également être faite de l’inhumation dans la chambre nord de la tombe P11 (US 440) contenant le sarcophage. L’engobe bleu sur la partie extérieure de ce qui semble être un couvercle (fig. 40) montre un traitement de surface spécifique qui peut être daté du milieu de la XVIIIe dynastie (Amenhotep II) au plus tôt et du début de la XXe dynastie (Ramsès IV) au plus tard22. Quelques bols dont la partie supérieure est carénée (fig. 41) sont produits dans une pâte particulière qui semble imiter les importations mycéniennes et figurent dans le répertoire funéraire des chambres nord (US 440) et ouest (US 430) de la tombe P11. La même forme de récipient (sans décoration noire) se retrouve dans les zones d’habitat à Kôm el-Rabiʿa jusqu'à la fin de la XVIIIe dynastie23. À ce stade de notre connaissance de l’ensemble funéraire de P11, la datation de ces bols pourrait être réduite à la seconde moitié de la XVIIIe dynastie. En outre, l'assemblage de poteries de P11 comprend également une amphore à pâte du groupe II-d qui (fig. 42) correspond au type B2 de D. Aston (Ramsès II)24 et implique donc une utilisation au début de la XIXe dynastie.

Fig. 40. Couvercle avec un engobe bleu provenant de la tombe P11 (US 440) (V. Michel).

Fig. 40. Couvercle avec un engobe               bleu provenant de la tombe P11 (US 440) (V. Michel).

© Ifao. 17123_2020_NDMDM_003

Fig. 41. Bol avec une lèvre carénée provenant de la tombe P11 (US 430) (V. Michel).

Fig. 41. Bol avec une lèvre carénée               provenant de la tombe P11 (US 430) (V. Michel).

© Ifao. 17123_2020_NDMDM_004

Fig. 42. Base d’amphore provenant de la tombe P11 (US 440B) (V. Michel).

Fig. 42. Base d’amphore provenant de               la tombe P11 (US 440B) (V. Michel).

© Ifao. 17123_2020_NDMDM_005

51Par ailleurs, les céramiques provenant des contextes archéologiques des chambres nord et ouest de P11 permettent, grâce aux tessons jointifs, d’appréhender un réarrangement secondaire du matériel dans la tombe. L’état de conservation de certains tessons révèle une érosion différente de la surface qui suggère de même une altération de l’exposition ou de la situation de dépôt. Des formes significatives de récipients de la fin de la XVIIIe dynastie semblent manquantes et liées aux processus de réarrangement, ce qui pourrait indiquer de multiples phases d’inhumation dans la tombe P11.

52Dans l’ensemble, l’inventaire des céramiques du secteur V couvre la période allant du milieu de la XVIIIe au début de la XIXe dynastie à ce stade de l’enquête.

2.2. Le secteur ALPHA

53Dans le secteur nord-ouest du site se trouve une autre zone d’inhumation ou nécropole – appelée ALPHA – qui a été pillée comme indiqué précédemment. Bien que le secteur ALPHA offre des contextes intrusifs, le matériau céramique peut être utilisé pour l’analyse de la datation, car il a été possible de rassembler de nombreux tessons provenant de l’extérieur et de l’intérieur des sépultures. Dans l’état actuel de la documentation (les tessons de diagnostic n’ont pas été analysés cette saison), les anses d’amphores et surtout la forme conique élancée de certains fragments peuvent être attribués aux formes des récipients de la fin de la XVIIIe et de la XIXe dynastie.

2.3. Le secteur sud : le palais

54Dans le secteur sud, les dépôts contiennent à nouveau des « pots de fleurs » (fig. 43) et se trouvent entre autres dans la tranchée 32F (US 159) avec le mur interne du palais nord. Les « pots de fleurs » ont déjà été trouvés dans la zone d’inhumation et sont représentatifs du milieu de la XVIIIe dynastie (Hatchepsout-Thoutmosis IV). En outre, de nombreux tessons à décor polychrome et bleu (fig. 44-45) proviennent de la tranchée 32D et d’autres dépôts de la zone du palais. Ce traitement de surface commence au milieu de la XVIIIe dynastie et se poursuit jusqu’au début de la XXe dynastie (Ramsès IV).

Fig. 43. Base de « pot de fleur » venant de la tranchée 32F (US 159) (V. Michel).

Fig. 43. Base de « pot de fleur »               venant de la tranchée 32F (US 159) (V. Michel).

© Ifao. 17123_2020_NDMDM_006

Fig. 44. Décoration polychrome provenant de la tranchée 32D (US 131) (V. Michel).

Fig. 44. Décoration polychrome               provenant de la tranchée 32D (US 131) (V. Michel).

© Ifao. 17123_2020_NDMPM_018

Fig. 45. Décoration bleue provenant de la tranchée 27 (US 113) (V. Michel).

Fig. 45. Décoration bleue provenant               de la tranchée 27 (US 113) (V. Michel).

© Ifao. 17123_2020_NDMPM_019

  • 25 Aston 2004, p. 187-191.

55Par ailleurs, une amphore (fig. 46) similaire au type B1 de D. Aston25 (Amenhotep III-Ramsès II) provenant d’une unité stratigraphique (US 133) de la tranchée 32E montre des traces d’activité jusqu’au début de la XIXe dynastie. La datation préliminaire des céramiques issues des recherches archéologiques en cours comprend une occupation du palais à partir du milieu de la XVIIIe dynastie. La continuation de l’utilisation du palais peut être considérée comme certaine pour la XIXe dynastie, mais ne peut qu’être supposée pour la XXe dynastie.

Fig. 46. Lèvre d’amphore provenant de la tranchée 32E (US 133) (V. Michel).

Fig. 46. Lèvre d’amphore provenant de               la tranchée 32E (US 133) (V. Michel).

© Ifao. 17123_2020_NDMDM_007

56La décoration polychrome de la surface des divers récipients a très probablement été réalisée dans la zone des fours (secteur IA 1), car des fragments similaires y ont été découverts parmi les tessons (fig. 47) des remplissages des fours, situés au nord du palais (fig. 1). La grande quantité de céramique du groupe II-d parmi l’ensemble des matériaux céramiques mentionnés ci-dessus suggère également une fabrication locale. La classification chronologique générale semble correspondre à la période des XVIIIe et XIXe dynasties pour les saisons 2019-2020, mais la poursuite de l’étude céramologique au cours des saisons à venir nous permettra de préciser ces datations.

Fig. 47. Décoration polychrome provenant du four 2, secteur IA 1 (US 303) (V. Michel).

Fig. 47. Décoration polychrome               provenant du four 2, secteur IA 1 (US 303) (V. Michel).

© Ifao. 17123_2020_NDMPM_020

3. La topographie

Mohamed Gaber

57Pendant la saison 2020, Mohamed Gaber a poursuivi la cartographie du site et complété le relevé des courbes de niveaux. Il a également recensé et replacé sur la carte les zones de travail de cette saison (Secteur Sud, Secteur V, Secteur Alpha) et les différents sondages effectués.

4. Les travaux de conservation et de restauration

Younes Ahmed

58Cette année, Younes Ahmed a rejoint l’équipe de Gourob. Son premier objectif était de travailler sur la restauration du sarcophage de l’Ancien Empire (couvercle et cuve), ce qui a pu être en partie réalisé (fig. 48). Il a restauré les cinq chaouabtis ainsi que la tête d’Anubis en bois provenant de P23 (secteur ALPHA) découverts au cours de la saison et a aidé au raccord des tessons de céramique. Il s’est aussi rendu aux magasins de Kôm Aushim pour restaurer le sceptre-sekhem en bois (fig. 14) découvert lors de la saison précédente et le reconditionner. Celui-ci était en effet cassé en deux morceaux au niveau de la partie supérieure du sceptre.

Fig. 48. Younes Ahmed (Ifao) et Suzanne Hasny Abdalaziz (MoTA) travaillant à la restauration et à la conservation du couvercle du sarcophage (C. Corneli).

Fig. 48. Younes Ahmed (Ifao) et Suzanne             Hasny Abdalaziz (MoTA) travaillant à la restauration et à la             conservation du couvercle du sarcophage (C. Corneli).

© Ifao. 17123_2020_NDMPE_001

Conclusion

59La saison 2020 a permis la poursuite des travaux archéologiques dans les zones du palais et des nécropoles ainsi que l’étude du matériel céramique associé. À la demande du MoTA, le sarcophage en calcaire découvert en 2019 a été déplacé de la salle nord de l’ensemble funéraire P11 et transporté jusqu’aux magasins de Kôm Aushim. La restauration d’artefacts de tailles variables (ouchebtis, sarcophage, etc.) a été entamée et sera poursuivie en 2021. Afin de valoriser la mission et ses différents axes de recherche, Catherine Corneli, documentariste, est venue sur le site pour la réalisation d’un documentaire.

Haut de page

Bibliographie

Aston 2003
David A. Aston, « New Kingdom Pottery Phases as Revealed through Well-Dated Tomb Contexts », in Manfred Bietak (éd.), The Synchronisation of Civilisations in the Eastern Mediterranean in the Second Millenium B.C. 2. Proceedings of the Sciem 2000, Euroconference, Haindorf, 2nd‒7th of May 2001, CCEM 4, DÖAWW 29, Vienne, österreichischen Akademie der Wissenschaften, 2003, p. 135-162.

Aston 2004
David A. Aston, « Amphorae in New Kingdom Egypt », ÄgLev 14, 2004, p. 175-123.

Austin 2014
Anne E. Austin, Contending with Illness in Ancient Egypt: A Textual and Osteological Study of Health Care at Deir el-Medina, thèse non publiée, UCLA, 2014.

Borchardt 1911
Ludwig Borchardt, Der Porträtkopf der Königin Teje im Besitz von Dr. James Simon in Berlin, Ausgrabungen der Deutschen Orient-Gesellschaft in Tell el-Amarna I, WVDOG 18, Leipzig, Hinrichs, 1911.

Bourriau 2010
Janine Bourriau, Kom Rabia: The New Kingdom Pottery, The Survey of Memphis 4, ExcMem 93, Londres, Egypt Exploration Society, 2010.

Brunton, Engelbach 1927
Guy Brunton, Reginald Engelbach, Gurob, BSAE 41, Londres, British School of Archaeology in Egypt, 1927.

Buikstra, Ubelaker (éd.) 1994
Jane E. Buikstra, Douglas H. Ubelaker (éd.), Standards for Data Collection from Human Skeletal Remains: Proceedings of a Seminar at the Field Museum of Natural History, Arkansas Archaeological Survey, Research Series 44, Fayetteville, Arkansas Archeological Survey, 1994.

Crubézy, Schultz, Wapler 2004
Éric Crubézy, Michael Schultz, Ulrike Wapler, « Is Cribra Orbitalia Synonymous with Anemia? Analysis and Interpretation of Cranial Pathology in Sudan », American Journal of Physical Anthropology 123/4, 2004, p. 333-339.

Kemp 1978
Barry J. Kemp, « The Harim-Palace at Medinet el-Ghurab », ZÄS 105, 1978, p. 122-133.

Lacovara 1997
Peter Lacovara, « Gurob and the New Kingdom “Harim” Palace », in Jacke Phillips, Lanny Bell, Bruce B. William, James Hoch, Ronald J. Leprohon (éd.), Ancient Egypt, the Aegean and the Near East: Studies in Honour of Martha Rhoads Bell, vol. 1, San Antonio, Van Siclen, 1997, p. 297-306.

Murail et al. 2005
Pascal Murail, Jarolav Bruzek, Francis Houët, Eugenia Cunha, « Dsp: A Tool for Probabilistic Sex Diagnosis Using Worldwide Variability in Hip-bone Measurements », Bulletins et Mémoires de la Société d’Anthropologie de Paris 17/3-4, 2005, p. 167-176.

Petrie 1891
William Matthew Flinders Petrie, Illahun, Kahun and Gurob: 1889-90, Londres, David Nutt, 1891.

Picar et al. 2005
Jacques Picar, Daniel Rougé, Bertrand Ludes, Georges Larrouy, André Sevin, Éric Crubézy, José Braga, Pascal Murail, Norbert Telmon, « Microévolution d’une population historique. Étude des caractères discrets de la population de Missiminia (Soudan, iiie-vie siècle) », Bulletins et Mémoires de la Société d’Anthropologie de Paris 11/1-2, 1999, p. 1-213.

Raxter 2007
Michelle Raxter, « Metric Sex Estimation in an Ancient Egyptian Skeletal Sample », SAS Bulletin, Newsletter of the Society for Archaeological Sciences 30/4, 2007 p. 9-12.

Raxter et al. 2008
Michelle H. Raxter, Christopher B. Ruff, Ayman Azab, Moushira Erfan, Muhammad Soliman, Aly El-Sawaf, « Stature Estimation in Ancient Egyptians: A New Technique Based on Anatomical Reconstruction of Stature », American Journal of Physical Anthropology 136, 2008, p. 147-155.

Schaefer, Black, Scheuer 2009
Maureen Schaefer, Sue Black, Louise Scheuer, Juvenile Osteology: A Laboratory and Field Manual, Amsterdam, Burlington, Academic Press, Elsevier, 2009.

Schmitt 2005
Aurore Schmitt, « Une nouvelle méthode pour estimer l’âge au décès des adultes à partir de la surface sacro-pelvienne iliaque », Bulletins et Mémoires de la Société dAnthropologie de Paris 17/1-2, 2005, p. 89-101.

Shaw 2010
Ian Shaw, « Report to the SCA on Archaeological Survey and Excavation Undertaken at Medinet el-Gurob, 4-15 April 2010 », The Gurob Harem Palace Project, 2010, article en ligne, http://www.gurob.org.uk/reports/SCAReport2010.pdf, consulté le 12 mai 2021.

Smith-Guzman 2015
Nicole E. Smith-Guzman, « Cribra Orbitalia in the Ancient Nile Valley and its Connection to Malaria », International Journal of Paleopathology 10, 2015, p. 1-12.

Voisin 2012
Jean-Luc Voisin, « Les caractères discrets des membres supérieurs : un essai de synthèse des données », Bulletins et Mémoires de la Société d’Anthropologie de Pari 24/3-4, 2012, p. 107-130.

Waldron 2009
Tony Waldron, Palaeopathology, Cambridge Manuals in Archaeology, Cambridge, Cambridge University Press, 2009.

Yoyotte et al. 2018
Marine Yoyotte, Andrea Pillon, Lionel Darras, Judith Bunbury, Ian Ostericher, Mostafa Elwakil, Sylvie Marchand, « Nouvelles recherches sur le site de Gourob. Des fouilles du xixe siècle aux résultats de la campagne 2017 », BIFAO 118, 2018, p. 555-609.

Yoyotte et al. 2020
Marine Yoyotte, Claudia Vénier, Ian Ostericher, Olivier Onézime, Paul Bailet, Andrea Pillon, Anna K. Hodgkinson, Judith Bunbury, Tomasz Herbich, Vera Michel, Janet Johnstone, Jan Picton, Ivor Pridden, Louise Bertini, « Gourob », Bulletin archéologique des Écoles françaises à l’étranger, p. 17-19, en ligne sur OpenEdition Journals, http://journals.openedition.org/baefe/921, consulté le 12 mai 2021.

Haut de page

Notes

1 Yoyotte et al. 2020, § 26-27.

2 Petrie 1891, pl. XXV ; Brunton, Engelbach 1927, pl. I.

3 Yoyotte et al. 2018, p. 562.

4 Borchardt 1911, p. 3 ; Kemp 1978, p. 127 ; Lacovara 1997, p. 299.

5 Brunton, Engelbach 1927, pl. I.

6 Brunton, Engelbach 1927, pl. I.

7 Shaw 2010, p. 11-13.

8 Brunton, Engelbach 1927, pl. I.

9 Pour les dimensions et le plan de P11, voir Yoyotte et al. 2020, § 17-19.

10 Pour une photographie du sarcophage lors de sa découverte, voir Yoyotte et al. 2020, fig. 13.

11 Schmitt 2005, p. 89-101.

12 Waldron 2009, p. 156-157.

13 Schaefer, Black, Scheuer 2009, p. 94-95.

14 Crubezy, Schultz, Wapler 2004, p. 333-339 ; Smith-Guzman 2015, p. 1-12.

15 Buikstra, Ubelaker (éd.) 1994, p. 20-21.

16 Murail et al. 2005, p. 167-176 ; Schmitt 2005, p. 89-101.

17 Austin 2014. p. 161-163 ; Raxter 2007, p. 9-12.

18 Austin 2014, p. 164-165 ; Raxter et al. 2008, p. 147-155.

19 Picar et al. 1999, p. 1-213 ; Voisin 2012, p. 107-130.

20 Aston 2003, p. 145-147.

21 Aston 2004, p. 187-191.

22 Aston 2004, p. 147-156.

23 Bourriau 2010, p. 179-213, fig. 47/3.6.3.

24 Aston 2004, p. 191-193, fig. 8a.

25 Aston 2004, p. 187-191.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Fig. 1. Vue satellite du site de Gourob intégrant les zones de fouille 2020 (M. Gaber).
Crédits © Ifao. 17123_2020_NDMCN_001
URL http://journals.openedition.org/baefe/docannexe/image/2759/img-1.png
Fichier image/png, 2,7M
Titre Fig. 2. Plan de masse du site montrant la localisation du secteur sud et du palais (M. Gaber).
Crédits © Ifao. 17123_2020_NDMCN_002
URL http://journals.openedition.org/baefe/docannexe/image/2759/img-2.png
Fichier image/png, 997k
Titre Fig. 3. Plan de la localisation des tranchées : 2020 (noir) et 2019 (rouge) (C. Venier).
Crédits © Ifao. 17123_2020_NDMCN_003
URL http://journals.openedition.org/baefe/docannexe/image/2759/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 120k
Titre Fig. 4. Profil est-ouest de la zone fouillée dans les tranchées 32 A et B (C. Venier).
Crédits © Ifao. 17123_2020_NDMCN_004
URL http://journals.openedition.org/baefe/docannexe/image/2759/img-4.png
Fichier image/png, 71k
Titre Fig. 5. Carte générale du secteur fouillé, présentant les courbes de niveaux et les structures mises au jour (M. Gaber, A. Pillon et C. Venier).
Crédits © Ifao. 17123_2020_NDMCN_005
URL http://journals.openedition.org/baefe/docannexe/image/2759/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 921k
Titre Fig. 6. Détail de l’alignement de briques crues en panneresse dans la tranchée de fondation (axe nord-sud) (C. Venier).
Crédits © Ifao. 17123_2020_NDMPF_001
URL http://journals.openedition.org/baefe/docannexe/image/2759/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 620k
Titre Fig. 7. Tranchée de fondation orientée nord-sud en cours de fouille dans la tranchée 32 A (A. Pillon).
Crédits © Ifao. 17123_2020_NDMPF_002
URL http://journals.openedition.org/baefe/docannexe/image/2759/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 742k
Titre Fig. 8. Section verticale de l’alignement de briques crues dans la tranchée de fondation (axe nord-sud) (C. Venier).
Crédits © Ifao. 17123_2020_NDMPF_003
URL http://journals.openedition.org/baefe/docannexe/image/2759/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 626k
Titre Fig. 9. Vue générale de la zone fouillée en 2020 dans le secteur sud (C. Venier).
Crédits © Ifao. 17123_2020_NDMPF_004
URL http://journals.openedition.org/baefe/docannexe/image/2759/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 873k
Titre Fig. 10. Vue générale de la zone fouillée en 2020 dans le secteur sud (C. Venier).
Crédits © Ifao. 17123_2020_NDMPF_005
URL http://journals.openedition.org/baefe/docannexe/image/2759/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 890k
Titre Fig. 11. Vue depuis l’ouest de la fosse UA101 en cours de fouille (A. Pillon).
Crédits © Ifao. 17123_2020_NDMPF_006
URL http://journals.openedition.org/baefe/docannexe/image/2759/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 870k
Titre Fig. 12. Alignement de briques crues (axe est-ouest) marquant peut-être un des murs intérieurs du palais nord (C. Venier).
Crédits © Ifao. 17123_2020_NDMPF_007
URL http://journals.openedition.org/baefe/docannexe/image/2759/img-12.jpg
Fichier image/jpeg, 612k
Titre Fig. 13. Alignement de briques crues (axe est-ouest) marquant peut-être un des murs intérieurs du palais nord (C. Venier).
Crédits © Ifao. 17123_2020_NDMPF_008
URL http://journals.openedition.org/baefe/docannexe/image/2759/img-13.jpg
Fichier image/jpeg, 784k
Titre Fig. 14. Sceptre-sekhem en bois peint découvert en 2019 dans le P11 (C. Corneli).
Crédits © Ifao. 17123_2020_NDMPM_001
URL http://journals.openedition.org/baefe/docannexe/image/2759/img-14.jpg
Fichier image/jpeg, 148k
Titre Fig. 15. Cuve du sarcophage de P11 une fois sortie de P11 grâce à l’engin de levage (C. Corneli).
Crédits © Ifao. 17123_2020_NDMPF_009
URL http://journals.openedition.org/baefe/docannexe/image/2759/img-15.jpg
Fichier image/jpeg, 374k
Titre Fig. 16. Cuve du sarcophage de P11 en cours de sortie de la salle nord de P11 (M. Yoyotte).
Crédits © Ifao. 17123_2020_NDMPF_010
URL http://journals.openedition.org/baefe/docannexe/image/2759/img-16.jpg
Fichier image/jpeg, 341k
Titre Fig. 17. Squelette contenu dans le sarcophage de la salle nord de P11 lors de sa découverte (P. Bailet).
Crédits © Ifao. 17123_2020_NDMPF_011
URL http://journals.openedition.org/baefe/docannexe/image/2759/img-17.jpg
Fichier image/jpeg, 523k
Titre Fig. 18. Clavicules de l’individu P11.20.001 contenu dans le sarcophage de P11 (P. Bailet).
Crédits © Ifao. 17123_2020_NDMPM_002
URL http://journals.openedition.org/baefe/docannexe/image/2759/img-18.jpg
Fichier image/jpeg, 439k
Titre Fig. 19. Patellas (genoux) de l’individu P11.20.001 contenu dans le sarcophage de P11 (P. Bailet).
Crédits © Ifao. 17123_2020_NDMPM_003
URL http://journals.openedition.org/baefe/docannexe/image/2759/img-19.jpg
Fichier image/jpeg, 448k
Titre Fig. 20. Crâne de l'individu P11.20.001 contenu dans le sarcophage de P11 (P. Bailet).
Crédits © Ifao. 17123_2020_NDMPM_004
URL http://journals.openedition.org/baefe/docannexe/image/2759/img-20.jpg
Fichier image/jpeg, 333k
Titre Fig. 21. Crâne de l'individu de P1 (P. Bailet).
Crédits © Ifao. 17123_2020_NDMPM_005
URL http://journals.openedition.org/baefe/docannexe/image/2759/img-21.jpg
Fichier image/jpeg, 428k
Titre Fig. 22. Crâne de l'individu de P2 (P. Bailet).
Crédits © Ifao. 17123_2020_NDMPM_006
URL http://journals.openedition.org/baefe/docannexe/image/2759/img-22.jpg
Fichier image/jpeg, 354k
Titre Fig. 23. Carte du secteur ALPHA avec les puits P18 à P26 enregistrés (M. Gaber).
Crédits © Ifao. 17123_2020_NDMCN_006
URL http://journals.openedition.org/baefe/docannexe/image/2759/img-23.jpg
Fichier image/jpeg, 582k
Titre Fig. 24. Monticule de rejets de pillages autour du puits P18 (P. Bailet).
Crédits © Ifao. 17123_2020_NDMPF_012
URL http://journals.openedition.org/baefe/docannexe/image/2759/img-24.jpg
Fichier image/jpeg, 838k
Titre Fig. 25. Cribra orbitalia de l’immature P19.20.078 provenant de la salle est de P19 (P. Bailet).
Crédits © Ifao. 17123_2020_NDMPM_007
URL http://journals.openedition.org/baefe/docannexe/image/2759/img-25.jpg
Fichier image/jpeg, 175k
Titre Fig. 26. Chaouabti (SF 159) trouvé dans le P23 (C. Corneli).
Crédits © Ifao. 17123_2020_NDMPM_008
URL http://journals.openedition.org/baefe/docannexe/image/2759/img-26.jpg
Fichier image/jpeg, 140k
Titre Fig. 27. Chaouabti (SF 157) trouvé dans le P23 (C. Corneli).
Crédits © Ifao. 17123_2020_NDMPM_009
URL http://journals.openedition.org/baefe/docannexe/image/2759/img-27.jpg
Fichier image/jpeg, 180k
Titre Fig. 28. Chaouabti (SF 160) trouvé dans le P23 (C. Corneli).
Crédits © Ifao. 17123_2020_NDMPM_010
URL http://journals.openedition.org/baefe/docannexe/image/2759/img-28.jpg
Fichier image/jpeg, 205k
Titre Fig. 29. Chaouabti (SF 156) trouvé dans le P23 (C. Corneli).
Crédits © Ifao. 17123_2020_NDMPM_011
URL http://journals.openedition.org/baefe/docannexe/image/2759/img-29.jpg
Fichier image/jpeg, 551k
Titre Fig. 30. Chaouabti (SF 153) trouvé dans le P23 (C. Corneli).
Crédits © Ifao. 17123_2020_NDMPM_012
URL http://journals.openedition.org/baefe/docannexe/image/2759/img-30.jpg
Fichier image/jpeg, 169k
Titre Fig. 31. Statuette d’Anubis (SF161) trouvé dans le P23 (C. Corneli).
Crédits © Ifao. 17123_2020_NDMPM_013
URL http://journals.openedition.org/baefe/docannexe/image/2759/img-31.jpg
Fichier image/jpeg, 194k
Titre Fig. 32. Coude droit (Humérus P23.20.023 et Ulna P23.20.025) de l’individu adulte de la seconde salle ouest de P23 (P. Bailet).
Crédits © Ifao. 17123_2020_NDMPM_014
URL http://journals.openedition.org/baefe/docannexe/image/2759/img-32.jpg
Fichier image/jpeg, 231k
Titre Fig. 33. Vertèbres lombaires (P23.20.073 à P23.20.077) de l’individu adulte de la seconde salle ouest de P23 (P. Bailet).
Crédits © Ifao. 17123_2020_NDMPM_015
URL http://journals.openedition.org/baefe/docannexe/image/2759/img-33.jpg
Fichier image/jpeg, 292k
Titre Fig. 34. Fracture sur un ulna droit P26.20.009 de la salle est de P26 (P. Bailet).
Crédits © Ifao. 17123_2020_NDMPM_016
URL http://journals.openedition.org/baefe/docannexe/image/2759/img-34.jpg
Fichier image/jpeg, 383k
Titre Fig. 35. Fracture sur un ulna gauche P26.20.021 de la salle ouest de P26 (P. Bailet).
Crédits © Ifao. 17123_2020_NDMPM_017
URL http://journals.openedition.org/baefe/docannexe/image/2759/img-35.jpg
Fichier image/jpeg, 192k
Titre Fig. 36. Répartition des types de pâtes des tessons non diagnostiques (V. Michel).
Crédits © Ifao. 17123_2020_NDMCN_007
URL http://journals.openedition.org/baefe/docannexe/image/2759/img-36.jpg
Fichier image/jpeg, 95k
Titre Fig. 37. Répartition des céramiques en relation avec leur zone archéologique de provenance (V. Michel).
Crédits © Ifao. 17123_2020_NDMCN_008
URL http://journals.openedition.org/baefe/docannexe/image/2759/img-37.jpg
Fichier image/jpeg, 111k
Titre Fig. 38. Base en forme de « pot de fleurs », provenant de P4 (US 444) (V. Michel).
Crédits © Ifao. 17123_2020_NDMDM_001
URL http://journals.openedition.org/baefe/docannexe/image/2759/img-38.jpg
Fichier image/jpeg, 114k
Titre Fig. 39. Base d’amphore provenant de la tombe P6 (US 418) (V. Michel).
Crédits © Ifao. 17123_2020_NDMDM_002
URL http://journals.openedition.org/baefe/docannexe/image/2759/img-39.jpg
Fichier image/jpeg, 63k
Titre Fig. 40. Couvercle avec un engobe bleu provenant de la tombe P11 (US 440) (V. Michel).
Crédits © Ifao. 17123_2020_NDMDM_003
URL http://journals.openedition.org/baefe/docannexe/image/2759/img-40.jpg
Fichier image/jpeg, 208k
Titre Fig. 41. Bol avec une lèvre carénée provenant de la tombe P11 (US 430) (V. Michel).
Crédits © Ifao. 17123_2020_NDMDM_004
URL http://journals.openedition.org/baefe/docannexe/image/2759/img-41.jpg
Fichier image/jpeg, 397k
Titre Fig. 42. Base d’amphore provenant de la tombe P11 (US 440B) (V. Michel).
Crédits © Ifao. 17123_2020_NDMDM_005
URL http://journals.openedition.org/baefe/docannexe/image/2759/img-42.jpg
Fichier image/jpeg, 130k
Titre Fig. 43. Base de « pot de fleur » venant de la tranchée 32F (US 159) (V. Michel).
Crédits © Ifao. 17123_2020_NDMDM_006
URL http://journals.openedition.org/baefe/docannexe/image/2759/img-43.jpg
Fichier image/jpeg, 130k
Titre Fig. 44. Décoration polychrome provenant de la tranchée 32D (US 131) (V. Michel).
Crédits © Ifao. 17123_2020_NDMPM_018
URL http://journals.openedition.org/baefe/docannexe/image/2759/img-44.jpg
Fichier image/jpeg, 295k
Titre Fig. 45. Décoration bleue provenant de la tranchée 27 (US 113) (V. Michel).
Crédits © Ifao. 17123_2020_NDMPM_019
URL http://journals.openedition.org/baefe/docannexe/image/2759/img-45.jpg
Fichier image/jpeg, 86k
Titre Fig. 46. Lèvre d’amphore provenant de la tranchée 32E (US 133) (V. Michel).
Crédits © Ifao. 17123_2020_NDMDM_007
URL http://journals.openedition.org/baefe/docannexe/image/2759/img-46.jpg
Fichier image/jpeg, 93k
Titre Fig. 47. Décoration polychrome provenant du four 2, secteur IA 1 (US 303) (V. Michel).
Crédits © Ifao. 17123_2020_NDMPM_020
URL http://journals.openedition.org/baefe/docannexe/image/2759/img-47.jpg
Fichier image/jpeg, 281k
Titre Fig. 48. Younes Ahmed (Ifao) et Suzanne Hasny Abdalaziz (MoTA) travaillant à la restauration et à la conservation du couvercle du sarcophage (C. Corneli).
Crédits © Ifao. 17123_2020_NDMPE_001
URL http://journals.openedition.org/baefe/docannexe/image/2759/img-48.jpg
Fichier image/jpeg, 308k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Marine Yoyotte, Paul Bailet, Mélie Louys, Andrea Pillon, Claudia Vénier, Vera Michel, Catherine Corneli, Mohamed Gaber et Younes Ahmed, « Gourob (2020) » [notice archéologique], Bulletin archéologique des Écoles françaises à l’étranger [En ligne], Égypte, mis en ligne le 30 mai 2021, consulté le 24 janvier 2022. URL : http://journals.openedition.org/baefe/2759 ; DOI : https://doi.org/10.4000/baefe.2759

Haut de page

Auteurs

Marine Yoyotte

Égyptologue, boursière Marie Skłodowska-Curie, CNRS, UMR 7041, ArScAn, équipe HAROC

Articles du même auteur

  • Deir el-Médina (2020) [Texte intégral]
    Mission d’étude et de restauration
    Paru dans Bulletin archéologique des Écoles françaises à l’étranger, Égypte
  • Gourob (2019) [Texte intégral]
    Paru dans Bulletin archéologique des Écoles françaises à l’étranger, Égypte
  • Deir el-Médina (2019) [Texte intégral]
    Paru dans Bulletin archéologique des Écoles françaises à l’étranger, Égypte

Paul Bailet

Archéo-anthropologue, unité archéologie et patrimoine, DPVA

Articles du même auteur

  • Gourob (2019) [Texte intégral]
    Paru dans Bulletin archéologique des Écoles françaises à l’étranger, Égypte

Mélie Louys

Égyptologue et anthropologue, École du Louvre

Articles du même auteur

Andrea Pillon

Égyptologue, Ifao

Articles du même auteur

Claudia Vénier

Égyptologue, aspirante du F.R.S.-FNRS, université de Liège

Articles du même auteur

  • Gourob (2019) [Texte intégral]
    Paru dans Bulletin archéologique des Écoles françaises à l’étranger, Égypte

Vera Michel

Céramologue, indépendant

Articles du même auteur

  • Gourob (2019) [Texte intégral]
    Paru dans Bulletin archéologique des Écoles françaises à l’étranger, Égypte

Catherine Corneli

Archéologue et documentariste, LC2R

Mohamed Gaber

Topographe, Ifao

Younes Ahmed

Restaurateur, Ifao

Haut de page

Responsable d’opération

Marine Yoyotte

Égyptologue, boursière Marie Skłodowska-Curie, CNRS, UMR 7041, ArScAn, équipe HAROC

Opération(s) dirigée(s) par cet archéologue

  • Gourob (2019) [Texte intégral]
    Paru dans Bulletin archéologique des Écoles françaises à l’étranger, Égypte
Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Le Bulletin archéologique des Écoles françaises à l’étranger est mise à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search